Navigation – Plan du site
Repenser les limites temporelles : l'histoire de l'architecture et le défi du patrimoine moderne – Rethinking temporal boundaries: History of Architecture and the Challenge of Modern Heritage

L’architecture des années 60 : quand l’histoire est dépassée par le patrimoine

Réjean Legault

Texte intégral

1Dans leur appel à communication, Maristella Casciato et France Vanlaethem nous invitent à nous pencher sur les problèmes théoriques liés à l’accession de l’architecture moderne au statut de patrimoine. Elles expliquent que l’intérêt pour le patrimoine moderne conduit à approfondir notre connaissance des bâtiments et des ensembles modernes afin de les évaluer, de les « mettre en valeur », de les préserver et parfois même, de statuer sur leur « authenticité ». Elles ajoutent avec justesse qu’une « telle demande ne peut manquer d’influer directement sur l’écriture de l’histoire de l’architecture moderne, en l’assumant notamment comme histoire contemporaine, histoire du présent ».

2En tant qu’historien de l’architecture moderne et enseignant dans un programme de sauvegarde, je me sens interpellé par cette nouvelle dimension du travail historiographique. La question que je désire poser est la suivante : comment peut-on penser le lien entre l’écriture de l’histoire et la pratique de la sauvegarde1 ? Je souligne d’emblée que mon propos porte sur un aspect de la sauvegarde : celui qui concerne la défense du patrimoine. J’ajoute aussi que ma réflexion porte exclusivement sur le contexte nord-américain, et qu’elle est fondée uniquement sur des sources anglo-américaines. Je suis toutefois convaincu que les interrogations qui sont soulevées ici ne devraient pas manquer d’avoir un écho dans le contexte européen.

Relation entre écriture de l’histoire et pratique de la sauvegarde

3En vue d’établir les bases de la discussion, revenons sur deux articles récents qui traitent des rapports entre la pratique historienne et la sauvegarde de l’architecture, ou pour le dire autrement, entre l’histoire et le patrimoine. Le premier article, intitulé « Academics in Tennis Shoes », propose une brève histoire des relations entre les historiens de l’architecture et les acteurs de la Historic preservation aux États-Unis, ce que j’ai choisi de traduire – en français – par la « pratique de la sauvegarde »2. Écrit par Daniel Blustone, le texte vise à montrer ce que les praticiens de la sauvegarde ont pu apporter à l’histoire de l’architecture. Selon Bluestone, les historiens de l’architecture, en tant qu’historiens des formes, se penchent souvent exclusivement sur l’analyse des significations liées au projet d’origine. Par comparaison, les praticiens de la sauvegarde sont, par définition, plus sensibles aux changements de signification au cours du temps. Leur pratique les amène à prendre la mesure des façons dont les gens et les cultures construisent, utilisent et transforment les espaces architecturaux et urbains. Bluestone conclut en insistant sur le rôle positif joué par la démarche de sauvegarde du développement de l’histoire architecturale, tant sur le plan des objets que sur celui des méthodes.

4Le second article, de l’historien Richard Longstreth, porte aussi sur les liens entre l’histoire et la sauvegarde aux États-Unis3. Mais l’auteur y examine la question du point de vue inverse, soit celui de l’apport des historiens au développement de la sauvegarde. Selon Longstreth, l’apport le plus significatif de l’histoire a été le soutien en faveur du mouvement de professionnalisation du domaine de la sauvegarde. Il soutient que l’une des responsabilités des historiens est justement d’aider à élever le niveau de la recherche dans le champ du patrimoine. Mais l’échange ne se fait pas en sens unique seulement et Longstreth reconnaît ce que les actions de sauvegarde peuvent offrir à l’historien. Il insiste sur le défi intellectuel que représente l’implication dans ce domaine, particulièrement lorsque l’historien se doit de formuler un argumentaire sur la « signification historique » qui soit réellement convaincant4. Il considère d’ailleurs que la discipline historique aurait une valeur douteuse si elle ne pouvait pas être utilisée pour protéger et améliorer des éléments significatifs de l’environnement bâti. Longstreth conclut toutefois en insistant sur le fait que l’histoire doit retrouver une position centrale dans les mouvements de sauvegarde5.

5Malgré quelques divergences, Bluestone et Longstreth paraissent s’entendre sur un point essentiel : si l’histoire architecturale et la pratique de la sauvegarde sont certes des domaines différents, ils sont néanmoins parfaitement complémentaires. En d’autres termes, il existerait un lien « organique » entre histoire et sauvegarde. Ces deux auteurs ne discutent pas spécifiquement de l’architecture moderne6, mais à la lumière des leurs positions respectives, il ne fait pas de doute que cette relation organique vaudrait également pour le patrimoine moderne.

David Lowenthal et le patrimoine comme « fabrication »

6En vue d’explorer cette question plus avant, nous allons nous tourner vers la thèse de l’historien David Lowenthal. Bien connu pour son livre The Past is a Foreign Country publié en 1985, Lowenthal est aussi l’auteur d’un ouvrage plus récent qui porte spécifiquement sur les liens qu’entretient l’histoire avec le patrimoine : Possessed by the Past : The Heritage Crusade and the Spoils of History (1996)7. À la lecture du sous-titre, « la croisade patrimoniale et les dépouilles de l’histoire », on ne sera pas surpris d’apprendre que l’auteur lance une véritable charge contre l’excès de « patrimonialisation » qui marque notre époque. Mais pour nous, l’intérêt du livre est ailleurs. Il se trouve dans l’analyse critique que Lowenthal fait de la relation entre « History », l’histoire, et « Heritage », le patrimoine. Selon lui, l’histoire et le patrimoine sont deux notions totalement différentes et il va jusqu'à soutenir que ces deux pratiques sont fondées sur des projets opposés, parfois même profondément antagoniques d’où résulte un divorce quasiment irrémédiable entre « histoire » et « patrimoine ». Lowenthal considère que le patrimoine et l’histoire font appel à des modes de persuasion antithétiques. L’histoire cherche en premier lieu à exprimer la vérité et se fonde largement sur l’examen critique des preuves. Le patrimoine exagère et omet, invente, oublie, et se développe sur l’ignorance et les erreurs8. Pour le dire d’une façon imagée, Lowenthal oppose les « faits historiques » à la « foi patrimoniale »9 en ajoutant : « Le patrimoine diverge de l’histoire non pas parce qu’il est biaisé, mais à cause de son attitude envers ce biais. Aucune de ces deux entreprises n’est vraiment neutre. Mais alors que les historiens tentent de réduire ce biais, le patrimoine le légitime et le renforce »10. Lowenthal soutient, de plus, que l’histoire parle un langage qui se veut universel, ouvert à tous, alors que le patrimoine n’est jamais universellement vrai, vaut au contraire pour un groupe restreint à l’héritage falsifié11. C’est ainsi que, pour lui, le patrimoine participe d’abord et avant tout d’une construction identitaire, qu’elle ait un caractère local ou national12 et s’apparente en cela à une fabrication13. Mais cette fabrication est, selon lui, une vertu et non un vice ; la « fiction n’est pas l’opposé des faits mais son complément »14. Ce propos l’amène à conclure que l’action de refaçonner est aussi vitale que celle de préserver.

7Le livre de Lowenthal n’est pas sans faiblesse. Des contradictions apparaissent, tant au niveau des exemples, parfois incompatibles, qu’au niveau des définitions, alors que le terme héritage est utilisé de façon indistincte pour désigner plusieurs notions différentes. Cette thèse a néanmoins le mérite de bien souligner le caractère « construit » du patrimoine et donc, de tout discours ayant trait à lui. Elle a également celui de rappeler de façon non équivoque l’écart, pour ne pas dire l’abîme qui, en la matière, sépare parfois les objectifs de l’historien et ceux des intervenants. Lowenthal parle certes très peu du patrimoine moderne, et pas du tout de l’architecture moderne, mais sa mise en garde ne peut pas ne pas résonner aux oreilles de toutes les personnes impliquées dans le domaine de la sauvegarde du patrimoine moderne15.

Fabrications patrimoniales : le cas de l’architecture des années 60

8Plusieurs exemples pourraient être invoqués pour illustrer cet écart entre le discours des historiens et celui des praticiens de la sauvegarde. Étant donné mon expertise dans le domaine de l’architecture de l’après-guerre, j’ai choisi de me pencher sur deux exemples récents où le « statut patrimonial » de l’architecture des années 60 est mis en discussion16.

9Le premier concerne le « 2 Columbus Circle » à New York, bâtiment de l’architecte Edward Durell Stone (1962-1964), situé à une intersection importante du cœur de la ville. Menacé par un projet de transformation majeur, cet édifice assez unique a fait l’objet d’une importante campagne de sauvegarde menée par plusieurs individus ou organismes et qui a soulevé des prises de position passionnées17. La menace pesant sur l’édifice était telle qu’en 2004, le National Trust for Historic Preservation l’inscrit sur sa liste des sites les plus problématiques18. L’argumentaire mis en avant par cet organisme est révélateur : « Bien que controversé, le 2 Columbus Circle est une icône nationalement reconnue du mouvement moderne »19. Le texte ajoute : « Avec son revêtement de marbre, ses fenêtres en forme de hublots et son arcade que les critiques ont associés à une rangée de sucettes, ce bâtiment non orthodoxe est radicalement différent des boîtes de verre et de métal typiques de cette époque ». Le chapitre régional de Docomomo ne sera pas en reste. Après avoir souligné que, selon certains historiens, l’immeuble serait un précurseur du post-modernisme, Docomomo ajoute : « Un bâtiment rare et courageux, le 2 Columbus Circle est particulièrement de son temps. Quarante années plus tard, il continue à susciter l’admiration et un sain débat.20 »

10À première vue, ces arguments peuvent ne pas paraître très convaincants. L’un de ceux-ci est d’ailleurs douteux : « un bâtiment non orthodoxe dont la qualité principale est de susciter le débat » ; un autre est plutôt excessif : « une icône du mouvement moderne ». Un troisième est même potentiellement contradictoire : « un précurseur du post-modernisme ». Bâtiment peu connu (ou reconnu) avant cette affaire, le « 2 Columbus Circle » devient ainsi l’objet d’une surprenante « construction » historique. Mais, on l’aura compris, l’enjeu n’est pas vraiment historiographique. Et s’il concerne certes la sauvegarde d’un bâtiment moderne menacé de transformations majeures, il concerne tout autant – sinon plus – le processus même du développement de l’environnement urbain new yorkais. Et si ce débat a déjà eu pour effet d’influer sur la réception de l’œuvre de Stone, cette soudaine notoriété n’en est qu’une conséquence imprévue. Cette affaire illustre bien l’inévitable écart entre discours historique et discours patrimonial.

11Mon second exemple est celui de l’École d’art et d’architecture de l’Université de Yale, conçue par Paul Rudolph (1958-1963). Ce cas est très différent du précédent, puisque le bâtiment n’est pas menacé. Au contraire, l’École fait actuellement l’objet d’un ambitieux programme de « restauration » en vue de ramener l’édifice à son plan d’origine. Depuis juin 2005 qui plus est, le bâtiment figure sur un timbre poste américain parmi une série de douze consacrée aux chefs-d’œuvre de l’architecture moderne américaine21. Pour reprendre la terminologie mise en valeur par l’historienne Hélène Lipstadt, le bâtiment serait maintenant devenu à la fois iconique et canonique22. L’intérêt de cet exemple réside dans le fait que l’élévation au statut de « patrimoine moderne » s’est faite de façon tout aussi soudaine qu’inattendue.

12Pour mieux comprendre l’enjeu de cette affaire, revenons brièvement sur l’histoire mouvementée du bâtiment. Dès son inauguration, l’édifice est remarqué pour la complexité de son organisation spatiale, l’originalité de sa forme et la rugosité de son contour. Si certains observateurs formulent déjà quelques réserves, la critique est toutefois globalement positive. Mais la lune de miel ne dure pas et dès 1967, la presse architecturale parle du déclin du bâtiment, comparant les ateliers de dessin à des favelas. Mais l’événement le plus dévastateur est l’incendie qui survient en 1969 et consume les étages supérieurs, sinistre immédiatement interprété comme conséquence inévitable de la construction. Dès le début des années 70, le bâtiment devient un signe d’échec de l’architecture moderne où s’engouffrent les critiques de la nouvelle génération mais aussi ceux de la première heure comme l’historien Vincent Scully, qui associera le bâtiment à un symbole du « drame tragique » des années 6023. Si l’édifice est généralement associé à partir de là au courant de l’architecture dite « brutaliste » (adjectif à confirmer), les années 90 le rétabliront timidement sous un jour plus positif. Mais les auteurs demeurent néanmoins circonspects quant à leur évaluation de sa contribution à l’histoire de l’architecture moderne24.

13Puis, soudainement, tout bascule. En 2000, Robert A.M. Stern – nouveau doyen de l’École d’architecture – annonce un ambitieux programme de restauration du bâtiment, allant jusqu’à comparer l’édifice de Rudolph à l’actuel musée Guggenheim de Bilbao25. Cette remarque est d’autant plus intéressante que Stern – architecte associé à la mouvance post-moderniste – fut longtemps un ardent critique de l’architecture moderne. Dans un livre sur l’architecture américaine publié en 1977, il n’hésite pas à souligner l’échec fonctionnel total du bâtiment26. Depuis longtemps impliqué dans les questions de sauvegarde, Stern serait maintenant devenu un militant actif de la défense du patrimoine moderne.

14La réhabilitation soudaine d’un bâtiment si longtemps rejeté laisse songeur. Le passage de la critique négative à la canonisation a été rapide au point d’empêcher toute réaction sous forme de campagne, de polémique, ou de dossier d’évaluation. L’œuvre de Rudolph a certes fait l’objet de quelques travaux récents, mais qui ne peuvent à eux seuls expliquer ce soudain changement de perspective. En fait, la « consécration » dont il a été l’objet prend son sens à la lumière de l’ambitieux programme lancé par l’Université en vue de rénover l’ensemble de ses bâtiments chargés sur le plan artistique. Ce programme, dont le budget s’élève à deux cent cinquante millions de dollars, témoigne de l’attention nouvelle que l’institution a décidé de porter à son patrimoine bâti27. Loin d’être fondée sur des considérations d’ordre didactique, cette réhabilitation est d’abord le fruit d’une décision proprement institutionnelle. Contre-exemple s’il en est, l’École de Yale montre le processus d’attribution du statut de « patrimonial » à un édifice, statut qui, on le voit, se développe de façon relativement autonome eu égard au travail historiographique. La valeur « identitaire », ici fortement promue par l’institution semble surdéterminer toutes les autres considérations, qu’il s’agisse de l’interprétation historique, de la réception ou de l’évaluation.

15Que conclure de ces deux exemples ? Ne révèlent-ils pas, chacun à sa façon, les enjeux qui pèsent sur la détermination du patrimoine moderne28, mais, surtout, la séparation entre discours historique et discours patrimonial ?

Critique explicative / critique opératoire

16L’objectif de ma démonstration a été jusqu’ici de questionner l’idée que puisse exister un lien « organique » entre pratique historienne et pratique de la sauvegarde. Pour reprendre la formule de Lowenthal, l’histoire et le patrimoine seraient plutôt fondés sur « des modes de persuasion antithétiques ». Nous serions donc en présence de deux types de discours fort différents : le premier, principalement orienté vers la connaissance, le second, principalement vers l’action. La distinction entre ces deux types de discours n’est pas tout à fait nouvelle. Elle rappelle en effet la discussion sur la « critique opératoire » formulée par Manfredo Tafuri dans son célèbre ouvrage Théories et histoire de l’architecture29. Voici la définition qu’il en donne : « Ce que l’on entend communément par critique opératoire, c’est une analyse de l’architecture (ou des arts en général), qui aurait pour objet, non un relevé abstrait, mais la « projétation » d’une direction poétique précise, anticipée dans ses structures et que révèlent des analyses historiques programmées et déformées. »30. Selon cette définition, la critique opératoire représenterait le point de rencontre entre l’histoire et le projet. Elle serait un type de discours dont le but premier est instrumental et pragmatique : la transformation de l’architecture ou de l’environnement bâti.

17À l’opposé, on retrouverait ce que l’historienne Mary McLeod appelle la « critique explicative » : un discours dont l’objectif premier est d’expliquer ou d’élucider l’architecture ou l’environnement bâti31. Selon McLeod, la critique explicative vise à analyser les formes en fonction de leur contexte historique de production. Elle est diachronique plutôt que synchronique, s’intéressant à l’évolution des objets dans le temps. Cette notion de critique explicative est d’ailleurs proche de ce que Tafuri appelle la « critique historique ». La « critique explicative » serait donc un type de discours que l’on peut sans peine associer à l’histoire de l’architecture « professionnelle » telle qu’elle est généralement pratiquée aujourd’hui. Comme l’explique McLeod, la différence entre critique opératoire et critique explicative n’est pas toujours parfaitement claire car, même lorsque la critique vise l’objectivité, elle se fonde sur des valeurs et des présuppositions qui colorent les méthodes et les conclusions de l’analyse. La distinction entre ces deux types de discours me semble néanmoins utile pour approcher les questions qui nous touchent.

18Ce que j’aimerais proposer ici est de considérer le travail des historiens impliqués dans le domaine de la sauvegarde comme étant de l’ordre de la « critique opératoire ». Ce rapprochement peut à première vue paraître excessif, ou même déplacé. Comme l’écrivent Casciato et Vanlaethem, le rôle que s’étaient donné les « critiques-historiens » était de « forcer le futur », de fonder la légitimité de l’architecture moderne en tant qu’architecture à venir32. Ayant délaissé les grands récits, les historiens impliqués dans le champ de la sauvegarde n’ont certes ni les mêmes illusions, ni les mêmes ambitions. Mais ce parallèle avec la critique opératoire a l’avantage de mettre en lumière la tension qui existe entre discours de connaissance et discours d’action. Cette idée fait d’ailleurs écho à la réflexion de Lowenthal qui voit le patrimoine comme une pratique tendue vers l’avenir (et non tournée vers le passé) et comme un discours de persuasion.

19Contrairement à ce que suggèrent Bluestone et Longstreth, l’enjeu ne résiderait pas tant dans l’élargissement du champ couvert par l’historien, ou dans le raffinement de ses méthodes. Même si tout cela peut et doit être fait. Il tiendrait plutôt dans le besoin de reconnaître et d’assumer le fait que les discours dans le domaine du patrimoine touchent directement à la question de l’usage et de la transformation de l’architecture et de l’environnement bâti. Discours dont le caractère instrumental et pragmatique les rapproche peut-être plus de la « projétation » tafurienne que d’une véritable histoire du présent.

Note de fin

1 La « sauvegarde » est ici définie comme l’ensemble des discours et des pratiques associés à la défense, l’évaluation, la conservation, la restauration (ou la réhabilitation) de l’architecture. Voir Bruno Reichlin, « Sauvegarde du moderne : questions et enjeux », Faces, n° 42/43, automne-hiver 1997-1998, p. 3-5.
2 Daniel Bluestone, « Academics in Tennis Shoes », JSAH, décembre 1999, p. 300-307.
3 Richard Longstreth, « Architectural History and the Practice of Historic Preservation in the United States », JSAH, décembre 1999, p. 326-333.
4 Longstreth, p. 331.
5 Longstreth, p. 332.
6 Longstreth a cependant écrit quelques articles sur le patrimoine moderne. Voir entre autres : « The Significance of the Recent Past », APT Bulletin, vol. 23, n°  2, 1991, p. 12-24.
7 David Lowenthal, The Past is a Foreign Country, Cambridge, Cambridge University Press, 1985 ; Possessed by the Past : The Heritage Crusade and the Spoils of History, Londres, Free Press, 1996.
8 Lowenthal, 1996, p. 121. Pour une synthèse de cette position, voir M. Christine Boyer, « Sustainability and the City », dans Managing Change : Sustainable Approaches to the Conservation of the Built Environment (sous la dir. de Jeanne Marie Teutonico et Frank Matero), Los Angeles, The Getty Conservation Institute, 2001, p. 65-77.
9 « Historical fact, Heritage faith ». Lowenthal, 1996, p. 119.
10 Lowenthal, 1996, p. 122.
11 Boyer, p. 66.
12 Pour une analyse de cette question, voir Richard Jenkyns, « Cards of Identity », The New York Review of Books, vol. 47, n° 7, 23 avril 1998, p. 49-52.
13 Lowenthal, « Fabricating Heritage », History & Memory, vol. 10, n° 1, printemps 1998, p. 5-24.
14 Lowenthal, 1998, p. 18.
15 Lowenthal reprend d’ailleurs l’essentiel de son argument dans une publication récente sur l’histoire de la « préservation historique » aux États-Unis. David Lowenthal, « The Heritage Crusade and its Contradictions », dans Giving Preservation a History. Histories of Historic Preservation in the United States (sous la dir. de Max Page et Randall Mason), New York, Londres, Routledge, 2004, p. 19-43.
16 Ma communication originale comportait un troisième exemple, celui du terminal de la TWA de Eero Saarinen (1956-1962), mais les contraintes d’espace m’ont amené à n’en garder que deux.
17 Cette campagne a même généré un mini scandale autour de la Landmarks Preservation Commission de New York qui a refusé d’accorder un statut de protection et de tenir des audiences publiques à ce sujet.
18 Depuis juin 2005, le bâtiment apparaît également sur la « Watch List 2006 » des 100 sites mondiaux les plus menacés du World Heritage Fund. (www.wmf.org).
19 Ma traduction. Voir « 2004 List of 11 Most Endangered Sites in America », National Trust for Historic Preservation. (www.nationaltrust.org).
20 Ma traduction. Voir « RPPN joins DOCOMOMO in the fight to save Edward Durell Stone’s Gallery of Modern Art at 2 Columbus Circle », The Recent Past Preservation Network, février 2004. (www.recentpast.org).
21 Masterworks of Modern Architecture, US Postal Service, émission de juin 2005.
22 Hélène Lipstadt, « Learning from St. Louis. The Arch, the canon, and Bourdieu », dans Harvard Design Magazine, n° 14, été 2001, p. 4-15. Pour une synthèse de l’histoire du bâtiment et de sa canonisation récente, voir Timothy M. Rohan, « Canon and Anti-canon. On the Fall and Rise of the A+A », Harvard Design Magazine, n°  14, été 2001, p. 24-31.
23 Voir la postface du livre de Vincent Scully, Modern Architecture : The Architecture of Democracy, New York, George Braziller, 1974, p. 49-50.
24 Voir entre autres les commentaires d’Alexander Tzonis (1995) et de Richard Ingersoll (1999).
25 « Restoration of Rudolph’s Yale A + A to honor original plan and corduroy wall », Architectural Record, vol. 89, n° 2 février 2001, p. 36.
26 Robert A.M. Stern, New Directions in American Architecture, New York, George Braziller, 1977, p. 33
27 Voir à ce sujet le livre publié pour célébrer le 300e anniversaire de l’université : Vincent Scully et al., Yale in New Haven. Architecture and Urbanism, New Haven, Yale University, 2004.
28 L’architecture des années 60 regorge d’exemples de bâtiments dont le statut patrimonial est encore en « construction ». Mentionnons entre autres le cas du Cyclorama de Richard Neutra (1964), un bâtiment menacé de démolition par ses propres commanditaires – le National Park Service – et qui est maintenant devenu une cause célèbre dans le domaine de la sauvegarde du patrimoine moderne.
29 Manfredo Tafuri, Théories et histoire de l’architecture, 4éd., Paris, Société des Architectes Diplômés par le Gouvernement, 1976.
30 Tafuri, « Chapitre IV : La critique opératoire », 1976, p. 9.
31 Mary McLeod, « On Criticism », Places, vol. 4, n° 1, 1987, p. 4-6.
32 Voir l’appel à communication pour cette séance.

Pour citer cet article

Référence papier

Réjean Legault, « L’architecture des années 60 : quand l’histoire est dépassée par le patrimoine », in Repenser les limites : l'architecture à travers l'espace, le temps et les disciplines, Paris, INHA (« Actes de colloques »), 2005.

Référence électronique

Réjean Legault, « L’architecture des années 60 : quand l’histoire est dépassée par le patrimoine », in Repenser les limites : l'architecture à travers l'espace, le temps et les disciplines, Paris, INHA (« Actes de colloques »), 2005, [En ligne], mis en ligne le 31 octobre 2008, consulté le 28 juin 2017. URL : http://inha.revues.org/922

Auteur

Réjean Legault

Réjean Legault est professeur à l’École de design de l’Université du Québec à Montréal où il enseigne dans un programme d’études spécialisées en architecture moderne et patrimoine. Ses recherches, communications et publications récentes portent sur la culture architecturale de l’après-guerre, sur la tectonique et les cultures constructives et sur les rapports entre matériau et modernité architecturale.

Droits d’auteur

Tous droits réservés