Navigation – Plan du site
De l'Orient à la mathématique de l'ornement. Jules Bourgoin (1838-1908) - Maryse Bideault, Estelle Thibault et Mercedes Volait (dir.)

Introduction

Mercedes Volait
p. 7-10

Texte intégral

1Les recueils de relevés et les ouvrages théoriques de Jules Bourgoin, dessinateur d’exception, n’étaient guère connus jusqu’à présent que des historiens de l’architecture islamique ou des spécialistes de l’ornement. Pourtant son œuvre dessiné ne se réduit pas à l’architecture proche-orientale, et ses écrits sont nourris par une soif de connaissances scientifiques qui dépasse largement l’art de bâtir. C’est ce qu’on découvre à la lecture de ce volume, qui est le fruit d’un remarquable travail d’élucidation ayant su tirer parti de l’abondante documentation graphique et manuscrite laissée par l’architecte, à défaut d’avoir eu accès à une correspondance personnelle qui s’est probablement perdue.

Une entreprise chorale d’élucidation

  • 1  Genève (Suisse), Bibliothèque publique et universitaire, Archives Max van Berchem, boîte 22, f. 22 (...)
  • 2  Paris (France), Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, collections Jacques Douce (...)

2Cette riche matière ne s’est pas laissé aisément déchiffrer. Pour des raisons pratiques d’abord, car les dessins et les notes de Jules Bourgoin se sont retrouvés dispersés entre plusieurs fonds, où ils ont progressivement perdu leur organisation initiale. Les papiers acquis « à la mort de Bourgoin » par Jacques Doucet « pour une somme dérisoire1 », et aujourd’hui conservés à la bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art à Paris, consistent en des centaines de dessins pris sur le vif et de notes manuscrites engrangées au fil de ses lectures, qui ont longtemps eu pour seul classement celui effectué « en partie » par l’architecte Henri Saladin en 1910-19122. Les feuilles conservées à la bibliothèque de l’École nationale supérieure des beaux-arts de Paris n’ont été inventoriées qu’en 2008. Les papiers conservés dans sa région natale ont émergé plus tard encore, et certains ne sont plus repérables. Pour des raisons plus fondamentales ensuite, liées aux complexités de l’homme, à l’hermétisme de sa pensée, au foisonnement de ses curiosités. Seule une enquête associant des spécialistes de tous les domaines abordés par Jules Bourgoin – architecture, ornement, mathématiques, philosophie des sciences, égyptologie, arts de l’Islam, arts asiatiques… – était susceptible de faire parler la masse documentaire réunie ; c’est la méthode qui a été mise en œuvre ici.

1. Jules Bourgoin, Rosace, Le Caire.

1. Jules Bourgoin, Rosace, Le Caire.

Source : Paris (France), École nationale supérieure des beaux-arts, EBA 7901-0258.

3Inédite, l’étude méthodique et pluridisciplinaire des papiers Bourgoin s’est révélée fructueuse. Elle a permis de faire le point sur sa formation initiale en architecture et sur sa fascination envers le monde artisanal. Elle a mis en lumière son goût pour l’étude de l’art in situ, au-delà même du Proche-Orient, puisque ses pas l’ont aussi mené en Italie et en Grèce et que, par intérêt personnel ou par commande, il a été conduit à dessiner aussi bien des ornements islamiques, que des motifs japonais ou encore des bas-reliefs de l’Égypte antique. La mise en série des dessins relatifs à un même objet, du premier croquis à la planche publiée, fait entrer au plus près de la fabrique de l’œuvre. L’enquête a pu donner l’exacte mesure d’un scientisme qui n’était pas que de façade, mais le fait d’un esprit averti, capable d’entrer de plain-pied dans des démonstrations mathématiques sophistiquées ou de s’approprier les raisonnements de la philosophie des sciences. Elle a permis de situer l’homme dans son temps – un temps dont il partage la conscience malheureuse – et de restituer le rayonnement, international, de ses travaux, qui fut plus durable et profond qu’on ne l’imaginait à première vue, dans le domaine de la composition architecturale par exemple, ou plus récemment encore, celui de l’informatique documentaire. Un choix d’écrits inédits de Bourgoin, précisant ses orientations théoriques, complète les contributions rassemblées.

4La recherche a livré au passage quelques belles découvertes. Les dessins que Bourgoin consacre à une tombe thébaine trouvée en 1883 constituent désormais l’unique trace d’un monument vraisemblablement disparu. Elle a confirmé combien était cruciale l’analyse méthodique du contexte d’exécution des dessins, et a contrario les méprises qu’une prise en compte littérale des relevés pouvait susciter, à l’exemple des extrapolations faites aujourd’hui à partir de ses relevés damascènes, dont beaucoup ne se sont pas avérés d’ordre archéologique, mais la copie des constructions géométriques utilisées par les artisans de Damas au xixe siècle.

2. Jules Bourgoin, Épure de la IIe série, famille octogonale, pl. 66 des Éléments de l’art arabe, 1879.

2. Jules Bourgoin, Épure de la IIe série, famille octogonale, pl. 66 des Éléments de l’art arabe, 1879.

Actualité épistémologique

5Sur un plan plus général, la tentative de modélisation de l’ornement poursuivie sa vie durant par Bourgoin offre un cas de figure passionnant à quiconque s’intéresse à l’épistémologie des sciences. Ses travaux représentent une configuration particulière des rapports qu’art et science ont pu nouer au xixe siècle, avec toutes les avancées mais aussi les limites que l’entreprise a comportées. Ils montrent comment une démarche initialement consacrée aux arts d’Orient en vient à embrasser un questionnement beaucoup plus large, comment celle-ci se désenclave progressivement de l’approche orientaliste. Par leur dimension modélisatrice, par leur soubassement pluridisciplinaire, par leur processus de décontextualisation, les travaux de Bourgoin rencontrent ainsi nombre d’interrogations contemporaines de la recherche scientifique, et offrent rétrospectivement des éléments tangibles de réflexion aux convictions et positionnements qui y ont cours aujourd’hui, en matière d’interdisciplinarité notamment.

Notes

1  Genève (Suisse), Bibliothèque publique et universitaire, Archives Max van Berchem, boîte 22, f. 221, Lettre d’Henri Saladin à Max van Berchem, 16 février 1912.

2  Paris (France), Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, collections Jacques Doucet, Autographes René-Jean, Carton 145, dossier 2, pièce 1111, Lettre d’Henri Saladin à René-Jean, 25 février 1910.

Table des illustrations

Titre 1. Jules Bourgoin, Rosace, Le Caire.
Crédits Source : Paris (France), École nationale supérieure des beaux-arts, EBA 7901-0258.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/7833/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre 2. Jules Bourgoin, Épure de la IIe série, famille octogonale, pl. 66 des Éléments de l’art arabe, 1879.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/7833/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M

Pour citer cet article

Référence papier

Mercedes Volait, « Introduction », in Maryse Bideault, Estelle Thibault et Mercedes Volait (dir.), De l'Orient à la mathématique de l'ornement. Jules Bourgoin (1838-1908), Paris, A. et J. Picard (« Collection D'une rive l'autre »), 2015, p. 7-10.

Référence électronique

Mercedes Volait, « Introduction », in Maryse Bideault, Estelle Thibault et Mercedes Volait (dir.), De l'Orient à la mathématique de l'ornement. Jules Bourgoin (1838-1908), Paris, A. et J. Picard (« Collection D'une rive l'autre »), 2015, [En ligne], mis en ligne le , consulté le 21 octobre 2017. URL : http://inha.revues.org/7833

Auteur

Mercedes Volait

Mercedes Volait, architecte et historienne, est directeur de recherche au CNRS et directeur du laboratoire InVisu à l'Institut national d'histoire de l'art. Ses travaux portent sur l'histoire architecturale et patrimoniale de l'Égypte moderne, et en particulier sur l'orientalisme architectural au XIXe siècle. Ses dernières publications incluent Fous du Caire : excentriques, architectes et amateurs d'art en Égypte (1867-1914) en 2009, Maisons de France au Caire : le remploi de grands décors mamelouks et ottomans dans une architecture moderne en 2012 et Émile Prisse d'Avennes, un artiste-antiquaire en Égypte au XIXe siècle en 2013.

Articles du même auteur

Droits d’auteur

Tous droits réservés