Navigation – Plan du site
Dialogues artistiques avec les passés de l'Égypte - Mercedes Volait et Emmanuelle Perrin (dir.)
Le Caire médiéval revisité

Présentation du Conte du moucharabieh (Qisat al-mashrabiyya)

Enraciner l’architecture appropriée : Hassan Fathy
Leïla el-Wakil

Texte intégral

  • 1  Cité par Hassan Fathi, « The Qa'a of the Cairene House: Its Development and Some New Usages for it (...)

Comment nos peuples peuvent-ils vivre à l’ère spatiale et conserver en même temps leurs racines dans la terre natale ? Comment nos peuples peuvent-ils en même temps concilier l’authenticité qui est l’histoire et le renouvellement qui est l’avenir ? Comment peuvent-ils vivre au siècle de la mondialisation où les frontières et les distances sont éliminées, sans perdre leur essence et leurs caractéristiques ? Comment peuvent-ils s’ouvrir aux horizons de la technologie moderne, sans sacrifier leur prestigieux patrimoine ?
Gamal Abdel Nasser1

  • 2  La création du village de Nouveau Gourna devait résoudre la question du relogement des pilleurs de (...)
  • 3  Cette maladie est provoquée par un ver parasite présent dans les eaux douces.
  • 4  Hassan Fathy, Construire avec le peuple. Histoire d'un village d'Égypte : Gourna, texte définitif (...)
  • 5  Cet ouvrage peut aussi être considéré comme une œuvre musicale : voir Jessica Stevens-Campos, « Un (...)

1Homme aux multiples talents, l’architecte égyptien Hassan Fathy (1900-1989) ne s’est pas contenté de concevoir de nombreux projets et de rédiger des conférences, des rapports et des ouvrages pour défendre sa conception de l’architecture. Tout comme il fait représenter à l’intention des habitants du village qu’il a construit, Nouveau Gourna2, une pièce didactique sur la bilharziose3, fléau caché des eaux du Nil qui décime les populations rurales, Fathy s’exerce aussi à la littérature. Parallèlement à son travail d’architecte, il compose en effet quelques pièces de théâtre et textes littéraires, comme en témoigne un certain nombre d’écrits demeurés, pour la plupart, inédits jusqu’à récemment. Il est dès lors étonnant de constater que nul n’a jamais relevé le fait que l’ouvrage majeur de Fathy, Construire avec le peuple. Histoire d’un village d’Égypte : Gourna (1970)4, avant d’être un livre d’architecture, est une sorte de roman policier articulé autour du sabotage de Nouveau Gourna5. Le caractère littéraire du livre a, du reste, largement contribué à en faire un best-seller mondial.

2Persuadé que le théâtre ou la fiction peuvent être les vecteurs d’une pensée pédagogique à l’intention d’un large public, Fathy prend souvent la plume dans une intention éducative, pour convaincre son auditoire du bien-fondé de ses opinions sur la quête de la vérité, le patrimoine national, la situation (post) coloniale, le rapport à l’environnement, ou encore les modes de vie. Dans la plupart des cas il s’agit pour lui, dans l’écriture comme dans la vie, de défendre les savoir-faire et les savoir-vivre traditionnels contre l’importation de modèles occidentaux inappropriés en Égypte.

Un architecte-écrivain

  • 6  Revue du Caire, texte publié en français, novembre 1949, p. 8-35.
  • 7  Pour de plus amples détails, voir Leïla El-Wakil, « L’amour du patrimoine », in Hassan Fathy dans (...)
  • 8  « Le Pays d’Utopie », op. cit. (note 6), p. 6.
  • 9 Ibid., p. 7-8.
  • 10 Ibid., p. 9.

3Deux fictions, Le Pays d’Utopie, publié en 19496, et L’Enfer du béton armé (Dar al-bawar al-musallaha7), rédigé dans les années 1964-1965, mériteraient une étude aussi détaillée que Le Conte du moucharabieh, la pièce de théâtre présentée dans ce volume. Le premier récit, écrit au moment du chantier de Gourna et de sa rencontre avec l’égyptologue ésotériste René Schwaller de Lubicz (1887-1961), a pour thème principal la quête de la Vérité qu’entreprend un couple. L’homme est un savant, capable de lire les langues anciennes ; la femme est le portrait d’Aziza Hassanayn, l’épouse de Hassan Fathy, belle, faisant des œuvres de charité, habitant une « splendide demeure […] lieu où se rendaient les grands hommes, où se réunissaient l’élite des artistes, les hommes de science, les juristes et toute la haute société de la Cité des Cités8 ». Gagnée par l’ennui et amoureuse du savant, elle l’accompagne dans son périple. Tous deux visitent d’abord les pays blancs – probablement les États-Unis – pays matérialistes, où ils rencontrent des gens qui habitent des appartements et mènent un train de vie d’un « luxe extrême » comprenant « voiture automobile », « glacière électrique », « appareil de radio » et « fourneau électrique »9. Obligés de travailler toute la journée hors de chez eux, ils ne profitent pas de leur confort matériel et ne sont pas heureux. Dans les pays bleus – probablement les pays nordiques – froids et réglementés, les habitants, mélancoliques, vivent dans des maisons toutes semblables, qu’il est impossible de reconnaître dans le brouillard. Dans les pays jaunes – les pays arabes – sujets à la modernisation, ils voient « les gens démolir les belles maisons et palais anciens pour reconstruire à leur place des maisons sans caractère, en béton armé, ressemblant à des boîtes d’allumettes10 ». Car le style des vieilles maisons ne paraît pas s’accommoder du modèle américain du confort. Dans les pays rouges – probablement les pays du bloc soviétique – on bâtit d’immenses cités à une vitesse démentielle, en copiant les formes et les lignes de l’architecture des pays blancs ; on y censure la liberté d’expression. Jadis pays de cocagne et désormais ruinés et abandonnés, les pays verts ont été anéantis par l’industrialisation. Seul un couple de paysans établi dans une contrée inaccessible, ayant échappé à la mécanisation dévastatrice, semble couler des jours heureux, dans une jolie hutte, comme Philémon et Baucis. Mais la Vérité recherchée par les deux protagonistes du récit ne s’y trouve pas. L’homme continue seul son chemin. Il converse avec une ombre puis meurt dans les glaces d’une montagne désolée.

  • 11  Camillo Boito, Conserver ou restaurer : les dilemmes du patrimoine, traduit de l’italien par Jean- (...)

4L’Enfer du béton armé, pièce inédite écrite au moment du chantier de Nouveau Bariz, met en scène l’opposition entre traditions vernaculaires locales et modernité occidentale. L’action se déroule à Kharga, agglomération proche de Nouveau Bariz. Comme souvent dans les textes de Fathy, les protagonistes défendent des valeurs opposées. Cette manière de débat contradictoire, peut-être inspiré des débats juridiques (son père n’était-il pas juge au Tribunal d’Alexandrie ?), évoque le dialogue entre deux personnages, mis en scène par l’architecte Camillo Boito (1836-1914) dans son ouvrage Conserver ou restaurer : les dilemmes du patrimoine (1893)11. De la même manière, Fathy oppose ici un fonctionnaire, qui vit dans la nouvelle Kharga, ville faite d’immeubles en béton alignés le long de larges artères dans lesquelles s’engouffre le vent de sable, et ne jure que par le Coca-Cola et le ventilateur électrique, avec son hôte, qui regrette l’architecture vernaculaire de la vieille ville de Kharga et le traditionnel éventail de paille des oasis égyptiennes. À force de discussions, ce dernier réussit finalement à convaincre son interlocuteur de la sagesse des savoir-faire et des modes de vie des anciens Égyptiens lors d’une visite effectuée dans la vieille ville abandonnée de Kharga, au lacis de ruelles enchevêtrées et aux maisons aux épais murs de terre crue. À l’heure où l’Égypte nassérienne est à la tête du mouvement des non-alignés, il est certain que la stigmatisation par Fathy de l’américanisation des modes de vie résonne de façon toute particulière.

Le Conte du moucharabieh

  • 12 Qisat al-mashrabiyya, Beyrouth : Sharikat al-Matbu’at li-tawzi wa al-nashr, 1991.
  • 13  Nous proposons ci-après la traduction de l’une des deux versions conservées à la Rare Books and Sp (...)

5Écrit en 1942 et remanié en 1984 avant d’être publié en arabe à Beyrouth en 199112, Le Conte du moucharabieh13 semble avoir été joué, si l’on en juge par quelques photographies de décors de théâtre conservées dans les archives de Hassan Fathy. Il s’agit d’une pièce autobiographique didactique, à caractère nationaliste, dont le héros, Khalid, est le porte-parole de Fathy. Âgé de plus de trente-cinq ans, cet Égyptien imprégné de culture orientale et occidentale défend les valeurs nationales, qu’il estime compatibles avec la vie moderne. Il réprouve les changements auxquels ont été soumis tous les aspects de la civilisation de son pays et en particulier l’architecture, occidentalisée et défigurée. S’il est encore célibataire, c’est d’ailleurs faute d’avoir trouvé la maison dans laquelle il aimerait voir naître et grandir ses enfants.

  • 14  Le titre de hagg ou pèlerin est donné aux personnes qui ont accompli le pèlerinage à La Mecque. Il (...)

6Il s’emploie ainsi à promouvoir une architecture arabe moderne afin de garantir la survie des arts appliqués traditionnels, en voie de disparition sous l’effet de l’occidentalisation. Comme son titre l’indique, la pièce de théâtre conte l’histoire d’un moucharabieh, qui ornait un palais du xivsiècle, situé dans la rue al-Nahhasin. Sauvé de la démolition aux risques et périls de l’antiquaire hagg14 Ibrahim, cette œuvre, ornée de sculptures rares, est d’une délicatesse infinie. Il est l’objet de la convoitise de revendeurs étrangers, qui veulent se l’approprier pour une bouchée de pain. C’est finalement Khalid, le héros de la pièce, qui l’achète au juste prix pour le mettre en valeur dans une maison moderne, construite selon les principes de l’architecture traditionnelle arabe. Synecdoque de l’architecture égyptienne et arabe, le moucharabieh du conte incarne la survivance de l’architecture ancienne et de la tradition en général.

  • 15  Le Conte du moucharabieh, acte II.

7À l’acte II, un conte enchâssé « meilleur que ceux des Mille et Une Nuits », relaté par un conteur accompagné d’un luth, narre l’histoire d’amour, dont le moucharabieh fut le complice au xivsiècle, entre le prince Mushtaq et la princesse Mahbuba. Lors de ses promenades quotidiennes, Mushtaq s’arrête pour admirer l’extraordinaire beauté de cet ouvrage, sans savoir qu’il dissimule la jeune Mahbuba. Par un effet de synesthésie, Mushtaq perçoit de la musique orientale en regardant le moucharabieh : « Ses ornements sont comme une musique émanant de la peau tendue du tambourin15. » À moins que ce ne soit Mahbuba, éprise de lui après l’avoir observé à travers la résille de bois, qui ne chante en s’accompagnant d’un tambourin. Le moucharabieh est l’entremetteur de cette histoire d’amour, qui connaît une fin heureuse.

  • 16  Qamariyya ou vitrail au plâtre. Les verres colorés sont disposés sur une plaque de plâtre ajourée, (...)

8L’acte III, durant lequel se déroule l’inauguration de la maison que Khalid vient de faire construire, est particulièrement intéressant, puisque Fathy y dresse le tableau de la maison idéale et de la vie authentique qu’il aurait aimé mener avec son épouse, ‘Aziza Hassanayn, alias Rafi’a dans le conte. La demeure obéit aux dispositions traditionnelles et comporte une qa‘a. Cette pièce de réception se compose d’une partie centrale surbaissée ou durqa‘a, surmontée d’une coupole avec des vitraux16, et de deux iwans axiaux, qui forment des salles voûtées dont l’un des côtés est ouvert sur l’espace central de la pièce. Des sofas recouverts de tissu égyptien et de coussins sont installés le long des murs, et des tapis persans recouvrent le sol. Il n’y a que peu de meubles : quelques chaises et de petites tables. Des moucharabiehs de tailles variées ornent les murs de la qa‘a ; un magnifique moucharabieh – celui du conte – domine l’iwan central de ses sublimes motifs géométriques. Des chandeliers sont suspendus au plafond.

9Nostalgique de la vie traditionnelle, Khalid va jusqu’à habiller ses hôtes de vêtements orientaux et faire jouer de la musique arabe. Mais sa fiancée Raf’ia, trop occidentalisée, préfère les robes de soirée et les salons dorés de style Louis XV, tapissés d’Aubusson. Les invités, qui aiment mieux eux aussi singer les mœurs occidentales et danser sur des airs de twist plutôt qu’écouter de la musique traditionnelle arabe, tournent la fête en ridicule. Incompris, vexé, Khalid se retrouve seul, abandonné par sa fiancée.

  • 17  Hassan Fathy s’en prend aux barbouilleurs qui ont repeint les murs de la Citadelle : « Les magnifi (...)

10Le quatrième acte est le récit d’un rêve, qui débute comme un cauchemar : la modernité occidentale, stigmatisée par Khalid, ravage tout sur son passage. Des êtres maléfiques ripolinent les monuments et les gens. Le Ripolin, cette peinture industrielle bon marché, de marque française, recouvre uniformément les usures du temps. Dans le récit, le pinceau chargé de peinture blanche s’attaque au patrimoine artistique tout comme, dans la réalité, des barbouilleurs repeignent parfois les monuments avec des couleurs criardes17. Le héros du cauchemar, le Maître du Temps, vante les mérites du Ripolin. Rafi‘a échappe de justesse aux maléfices des monstres au service de la peinture industrielle qui anéantit tout sur son passage.

11Le cauchemar se dissipe lorsque Khalid et Rafi‘a se retrouvent à l’abri du moucharabieh qui dispense une musique harmonieuse, scène qui renvoie à la scène finale de l’acte II entre le prince Mishtaq et la princesse Mahbuba. Le moucharabieh joue à nouveau son rôle de talisman, qui protège leur amour. C’est le triomphe des amoureux du passé, capables de composer avec les enseignements de la tradition arabe lentement élaborée, incarnée par le moucharabieh, seul capable de les protéger de la chaleur, de la poussière et finalement, implicitement, de l’intrusion occidentale.

Une théorie contée de l’architecture

  • 18 Ramsès Wissa Wassef a reçu le Prix national égyptien pour les arts en 1961 pour les vitraux du bâti (...)

12Ce conte développe de nombreuses thématiques. L’idée centrale s’articule autour de la disparition annoncée des arts appliqués traditionnels et des savoir-faire artisanaux, sous l’effet de l’adoption des procédés industriels de l’architecture moderne occidentalisée, comme l’explique maître Isma’il, fabricant de vitraux, en déplorant la banalité des fenêtres modernes dépourvues d’ornements. La survie de son art, comme des autres formes d’artisanat, passe par le rétablissement des dispositifs de l’architecture arabe. Maître Ismail cite en exemple un architecte exceptionnel qui a dessiné des vitraux en introduisant de nouveaux motifs, jamais vus par le passé, comme un coq aux plumes ébouriffées ou une tortue entourée d’herbes aquatiques. Tel est le chemin à suivre pour rénover, en les stylisant ou en les revitalisant, les motifs de l’artisanat traditionnel. Fathy, alias Khalid, fait probablement allusion au travail de son collègue et ami, Ramsès Wissa Wassef (1911-1974), dont on sait qu’il réalisa de très beaux ensembles de vitraux pour les églises coptes de Mari Girgis (Héliopolis, 1954) et Sainte-Marie du Ma’arashli (Zamalik, 1957) et pour le bâtiment de l’Assemblée nationale au Caire18.

13Parallèlement au principe de la rénovation des arts appliqués traditionnels, le conte propose de construire des bâtiments neufs, aptes à recevoir les magnifiques éléments patrimoniaux issus d’anciens palais démolis, tels que les moucharabiehs, les vitraux, les fontaines en marbre, les portes en bois précieux, etc. Construire une maison moderne autour d’éléments d’artisanat traditionnels est une des idées originales centrales de la pensée de Fathy. Il la met personnellement en pratique dans le projet de la maison de ‘Aziza Hassanayn au bord du Nil à Ma’adi, éphémère maison-manifeste, rapidement détruite pour faire place à la corniche du Nil. Cette maison d’architecte édifiée pour lui-même et son épouse fut, tout comme la maison du conte, le prototype de ce que pouvait être, selon lui, l’interprétation moderne des dispositifs traditionnels de l’architecture arabe. Les demeures construites au cours de sa longue carrière (Fu’ad Riyad, Mit Rihan, al-Sabbah, etc.) ne devaient, en fin de compte, que reproduire, sous différentes formes, ce principe mis en place dès les années 1940.

  • 19  Selon la pensée de Fathy qui estime que l’architecture doit être contemporaine de son époque et no (...)
  • 20  Voir les travaux de Mercedes Volait sur l’antiquariat, notamment L’Égypte d’un architecte : Ambroi (...)

14Faire survivre et évoluer dans le sens de la modernité (ou de la contemporanéité19) la tradition architecturale arabe pour en récupérer la substantifique moelle, tel sera le projet militant de l’architecte tout au long de son existence. Si le projet de construire une maison de nature à intégrer les chefs-d’œuvre artisanaux conservés dans le magasin de hagg Ibrahim peut être assimilé à un comportement antiquaire20, Fathy ne considère sans doute pas se comporter en orientaliste, reproche que devait pourtant lui adresser par la suite la critique internationale et locale. Son amour du passé culturel arabe et de ses chefs-d’œuvre artistiques et artisanaux, ainsi que son désir de les voir perdurer, repose sur une compréhension du phénomène colonial, à laquelle participe un très fort sentiment de déracinement.

  • 21  Cette convention met fin aux privilèges financiers et juridiques dont bénéficiaient les puissances (...)

15Cette théorie architecturale originale et souvent incomprise se consolide à partir des accords de Montreux signée en 193721. Fathi est convaincu que l’architecture égyptienne a été détournée de sa voie sous l’effet de l’occupation physique du pays dès la campagne de Bonaparte à l’extrême fin du xviiisiècle. En effet, forts de leur supériorité technologique et à grand renfort d’hommes du génie et de matériaux industriels, les Européens ont réduit à néant la sédimentation artistique et architecturale de siècles d’expérience et de savoir-faire locaux. Le pari est pour Fathi, comme pour d’autres intellectuels égyptiens nationalistes, de reprendre les choses là où elles en étaient restées, avant l’interruption coloniale pour essayer de retrouver l’évolution « naturelle » que les arts et l’architecture auraient pu connaître. Fathy envisage donc, d’une façon quasi-darwinienne, ce que serait devenue l’architecture égyptienne contemporaine, stylisée et épurée.

  • 22 Le Conte du moucharabieh, acte III.

16Malheureusement, comme le relève Fathy dans le conte, ce sont davantage les étrangers qui apprécient les beautés artistiques arabes, qu’il s’agisse des revendeurs, pour en faire commerce, ou qu’il s’agisse d’Hélène, l’amie cultivée et raffinée de Khalid, dont l’engouement est désintéressé. Les Égyptiens de la pièce, occidentalisés, y compris Rafi’a, la fiancée de Khalid, se piquent d’usages occidentaux, qu’il s’agisse de se divertir, de se vêtir ou d’habiter. Ils ne savent même plus comment se saluer, singeant le baisemain occidental. Le paysan avoue son embarras : « Je suis confus ; un salut de la tête, un autre des yeux, un troisième en se serrant la main, un quatrième en baisant la main. Laissez-moi saluer à ma manière22. »

  • 23 Le Conte du moucharabieh, acte III.

17À travers les figures de Madame Coquette ou davantage encore de Ramzi, persuadés que la modernité est occidentale, l’esprit caustique de Fathy s’amuse et s’attriste à la fois de l’acculturation de ses compatriotes. Il tente des mises en garde : « Tu es influencé par ces clichés qui font que tous les Orientaux sont considérés comme arriérés et rétrogrades tandis que tous les Occidentaux apparaissent modernes et progressistes23. » Ses considérations rappellent celles de l’architecte André Ravéreau (né en 1919), l’inventeur de l’Atelier du désert, qui, au sujet du M’zab, explique que le savoir être et le savoir-vivre des habitants du Sud algérien font un avec leur vêtement.

18Le cauchemar du dernier acte de la pièce diabolise la modernité occidentale : des êtres maléfiques s’en prennent aux amis de Khalid qu’ils poursuivent de leurs pinceaux enduits de Ripolin. L’assassinat perpétré à coups de peinture blanche indélébile est l’anéantissement de tout ce que l’art et l’âme arabes recèlent de vie subtile.

Le moucharabieh : pièce maîtresse de la stratégie architecturale

  • 24  AUC, RBSCL, Prospectus de la Maison des Arts.

« À peine entré dans la première cour intérieure, tout parle à l’imagination et au regard. Les vieilles [sic] moucharabiehs qui s’accrochent aux murs, les faïences aux tons bleus qui ornent les portes, les vieux escaliers aux marches usées, les portes finement ciselées, les plafonds peints tout concourt à créer une atmosphère de mystère et de rêve. Et l’on comprend alors pourquoi tant d’artistes, de peintres sculpteurs ou musiciens ont de longue date choisi cette demeure comme un refuge contre le bruit et la platitude des quartiers européanisés du Caire24. »

  • 25  Voir Nadia Radwan, « Les arts et l’artisanat », in Hassan Fathy dans son temps,op. cit. (note 5), (...)

19Cette description de Dar al-Fan, la Maison des arts sise au pied de la Citadelle dans laquelle Fathy choisit de s’établir à partir de 1962, évoque l’ensemble charmant que constituent les arts appliqués arabes encore in situ dans cette ancienne demeure ottomane, autrefois propriété du marchand 'Ali effendi Labib, connue pour avoir été une sorte de petit Montmartre cairote25. La maison, intacte, offre aux visiteurs et à ses occupants ce qu’offre le magasin d’antiquités de hagg Ibrahim : un voyage dans le temps.

20C’est autour du moucharabieh que s’articule Le Conte du moucharabieh avec ses inflexions romanesques. Filtre d’amour, c’est de part et d’autre de l’écran de bois tourné que se noue l’amour de Mishtaq et Mahbuba. C’est aussi à son propos que surgit le désaccord entre Khalid et Rafi’a, cette dernière associant cet objet à la condition traditionnelle de la femme recluse dans le harem. Finalement pourtant les deux amoureux des temps modernes traversent l’écran pour venir se réfugier derrière ses mailles à l’abri des dangers extérieurs.

21Si le moucharabieh du conte est une pièce ancienne particulièrement remarquable et dotée de vertus magiques, c’est l’habileté et le caractère judicieux du dispositif qui, dans la réalité, séduit Fathy. À la fois Khalid et l'architecte dans la pièce, Fathy est, tout comme ses personnages, capable de concevoir son projet autour d’un moucharabieh, qu’il soit d’époque ou moderne.

22Le moucharabieh est généralement composé de deux parties, la partie inférieure qui est un écran de bois, la mashrabiyya proprement dite, et la partie supérieure, un grillage de bois à plus large résille appelé sharigi. Les moucharabiehs d’une ancienne qa’a sont généralement très larges pour compenser l’effet obscurcissant de l’écran et pour assurer la ventilation. Parfois le moucharabieh occupe toute la largeur du mur, comme dans la maison d’Ibrahim katkhuda al-Sinnari. La taille des éléments de bois, leur disposition, leur assemblage peuvent varier à l’infini selon l’exposition du bâtiment, la taille et la nature de la pièce. Le moucharabieh peut être décoré de motifs figuratifs ou de calligraphie.

  • 26  Le Conte du moucharabieh, acte I.
  • 27 Le Conte du moucharabieh, acte IV.

23Membrane entre le dedans et le dehors, lieu d’une certaine ambiguïté, il est doté d’indéniables qualités artistiques que Khalid décrit ainsi : « Celui qui l’a fabriqué a atteint un tel niveau d’excellence qu’il inspire de la sérénité à l’esprit et de la joie au regard. C’est un chef-d’œuvre qui embellit le lieu qu’il occupe26. » À celles-ci s’ajoutent des propriétés optiques, puisque sa trame étudiée casse l’effet aveuglant du soleil, préserve l’intimité de la maison et permet d’observer du dedans le monde extérieur, des qualités de ventilation ses mailles laissant passer la brise, et enfin des vertus hygiéniques, car il protège de la poussière grâce à « Ses barreaux […] plus délicats que les fils d’une toile d’araignée27 ».

  • 28  Le Conte du moucharabieh, acte I.
  • 29  « La qa’a arabe de la maison cairote [...] », op. cit. (note 1), 1970, p. 141.

24La pièce oppose le moucharabieh aux fenêtres occidentales ordinaires, dépourvues de telles qualités et d’ornements : « Hélas ! Ces chefs-d’œuvre, on les a jetés et on les a remplacés par de simples fenêtres sans autre avantage. » « C’est agir comme la mère d’Aladin qui a échangé la lanterne magique avec son génie contre une simple lampe en fer qui ne valait que quelques sous28. » Dans sa contribution au colloque international sur l’histoire du Caire de 196929, Fathy dédie au moucharabieh un long passage dans lequel il explique la suprématie optique de ce dernier sur le brise-soleil corbuséen à lames de béton qui tranchent la vue en créant des éclats de lumière, critiquant l’usage inapproprié de ce dernier dans les pays d’Afrique. S’appuyant sur ses observations en matière de perception, Fathy remarque qu’au travers d’un moucharabieh la vue extérieure semble être ramenée au même plan, de sorte que la superposition des motifs décoratifs et du paysage ressemble à un tissu brodé.

  • 30  Ce dispositif en forme d’auvent en bois placé sur les toitures permet de diriger le vent à l’intér (...)
  • 31 Natural Energy and Vernacular Architecture: Principles and Examples with Reference to Hot Arid Clim (...)

25Réintroduire le moucharabieh dans l’architecture en lui redonnant sa fonction d’origine (et non pas en le pervertissant en paravent, chaise ou table), c’est faire un premier pas en direction de la reconquête des racines architecturales arabes. En effet, associé au malqaf ou capteur de vent30, il participe du système de ventilation naturel de la maison arabe, qui peut encore être améliorée par la distribution des cours et des jardins intérieurs, comme le décrit en détail Fathy dans son ouvrage tardif, Natural Energy and Vernacular Architecture: Principles and Examples with Reference to Hot Arid Climates31.

26Dans Le Conte du moucharabieh, Fathy place le moucharabieh au cœur de son offensive architecturale nationaliste, puisque c’est pour le mettre en valeur et en usage que l’architecte construit cette nouvelle maison. Cette dernière, introvertie, s’articule autour d’une cour intérieure vers laquelle elle tourne la plupart de ses fenêtres. Une qa’a remplace le living-room hérité d’abord de la tradition anglo-saxonne, puis du processus d’américanisation. Cette pièce de réception est au centre du dispositif de rénovation architecturale nationale.

27Ainsi le moucharabieh fertilise-t-il à la fois la renaissance de l’architecture résidentielle égyptienne puis arabe moderne et la pensée de Hassan Fathy qui lui dédie même l’un de ses nombreux projets touristiques, le Mashrabbiyya Tourist Center, centre culturel et de conférences, partiellement construit sur la route des Pyramides au milieu des années 1970 pour les frères Shukri, et dont subsistent les plans et une partie des bâtiments fortement remaniés. Aux portes du Caire, il imagine un village très particulier qui repose sur l’application de principes portant à la fois sur l’architecture villageoise et sur l’architecture urbaine des quartiers résidentiels. Il est question de créer un forum de discussion autour de la culture urbaine et architecturale. Les maçons seraient venus s’y former à la technique ancestrale des voûtes et des dômes. Les architectes et les urbanistes auraient participé à des séminaires sur les établissements humains. Le grand public aurait eu la possibilité d’écouter des conférences et des débats sur le patrimoine et l’architecture traditionnelle.

28Le théâtre en plein air devait occuper une place significative au sein de ce dispositif didactique. Le Conte du moucharabieh, où il est tant question de patrimoine et d’architecture traditionnelle et qui inspire au projet son appellation éponyme, en aurait bien entendu été la pièce maîtresse du répertoire présenté au public.

29La mise en œuvre du projet prévoyait deux étapes qu’illustrent les dessins datant de février 1976. La première étape de construction devait répondre à la mission pédagogique et vulgarisatrice et s’articuler principalement autour du théâtre en plein air, dont la scène aurait fait office de place principale. Visiteurs et spectateurs auraient pu également suivre des performances et des démonstrations dans les ateliers et dans le café baladi (ou café oriental populaire). Artisans et ouvriers se seraient exercés aux techniques de construction traditionnelles, au tournage du bois propre à la fabrication du moucharabieh, à l’art du vitrail, à la mosaïque de marbre, etc., la production étant écoulée dans des boutiques formant galerie marchande, ainsi que dans un khan ou caravansérail, voisin d’un magasin d’antiquités.

Enraciner l’architecture égyptienne et arabe

  • 32  L’ékistique est la science des implantations humaines telle que l’a codifiée Doxiadis à l’Institut (...)

30Actif défenseur des valeurs nationales et persuadé du bien-fondé des formes architecturales sédimentées à travers les générations, Fathy enrichit ses prémices théoriques des années 1940 de la leçon ékistique32 apprise chez Doxiadis associés. Les perspectives environnementalistes, desquelles naît son concept d’architecture appropriée, confortent sa vision d’une architecture en accord avec le génie du lieu, le climat, l’usage et l’usager.

31Le Conte du moucharabieh établit clairement l’importance du respect des pratiques artisanales et artistiques dans l’architecture et indique que l’enracinement consiste à prendre appui sur les modèles traditionnels pour en extraire une contemporanéité arabe. Aux antipodes de la figure de l’architecte démiurge, Fathy trouve avec une certaine humilité les réponses à l’architecture arabe de demain dans l’étude de l’héritage et de traditions séculaires. La matérialité sophistiquée et délicate du moucharabieh, mise en exergue dans le récit dramatique, répond à la fois aux exigences de confort, de beauté, de poésie et de sentimentalité de l’âme arabe.

Notes

1  Cité par Hassan Fathi, « The Qa'a of the Cairene House: Its Development and Some New Usages for its Design Concepts », Colloque international sur l’histoire du Caire, Le Caire : Ministère de la Culture, 1972, préface.

2  La création du village de Nouveau Gourna devait résoudre la question du relogement des pilleurs de tombes du Vieux Gourna. Hassan Fathy fut chargé en 1945 d’inventer un village modèle en terre crue sur la rive ouest de Louxor. Un tiers seulement de ce village-modèle fut réalisé et le projet fut stoppé au moment de la chute du roi Farouk. Célébrée internationalement cette expérience devait connaître un succès d’estime dès la fin des années 1970.

3  Cette maladie est provoquée par un ver parasite présent dans les eaux douces.

4  Hassan Fathy, Construire avec le peuple. Histoire d'un village d'Égypte : Gourna, texte définitif revu par l'auteur, traduit de l'anglais par Yana Kornel, Paris : J. Martineau, 1970, p. 318.

5  Cet ouvrage peut aussi être considéré comme une œuvre musicale : voir Jessica Stevens-Campos, « Un récit en forme de sonate », in Leïla El-Wakil (dir.), Hassan Fathy dans son temps, Gollion, Paris : Infolio, 2013, p. 212-217.

6  Revue du Caire, texte publié en français, novembre 1949, p. 8-35.

7  Pour de plus amples détails, voir Leïla El-Wakil, « L’amour du patrimoine », in Hassan Fathy dans son temps, op. cit. (note 5), p. 349-350.

8  « Le Pays d’Utopie », op. cit. (note 6), p. 6.

9 Ibid., p. 7-8.

10 Ibid., p. 9.

11  Camillo Boito, Conserver ou restaurer : les dilemmes du patrimoine, traduit de l’italien par Jean-Marc Mandosio et présenté par Françoise Choay, Besançon : Les Éditions de l’imprimeur, 2000, p. 109.

12 Qisat al-mashrabiyya, Beyrouth : Sharikat al-Matbu’at li-tawzi wa al-nashr, 1991.

13  Nous proposons ci-après la traduction de l’une des deux versions conservées à la Rare Books and Special Collections Library and Archives de l’Université américaine du Caire. Une traduction orale faite par Ola Seif avait servi pour la publication de l’ouvrage Hassan Fathy dans son temps en 2013. La traduction intégrale, présentée ici, a été effectuée par Rana Kadry, Manal Hammad et Sawsan Maher.

14  Le titre de hagg ou pèlerin est donné aux personnes qui ont accompli le pèlerinage à La Mecque. Il peut être également un titre respectueux donné à un homme âgé.

15  Le Conte du moucharabieh, acte II.

16  Qamariyya ou vitrail au plâtre. Les verres colorés sont disposés sur une plaque de plâtre ajourée, puis scellés au plâtre.

17  Hassan Fathy s’en prend aux barbouilleurs qui ont repeint les murs de la Citadelle : « Les magnifiques façades de pierre ont été peintes du sol jusqu’au minaret et à la base des coupoles, de couleurs vives, en rouge et blanc. Son caractère authentique et ancien a disparu. C’est inacceptable. Nous demandons réparation de cette violation du patrimoine que nous considérons comme une insulte envers chaque citoyen et musulman cultivé. » Traduction d’Ola Seif d’après un carnet de AUC, RBSCL.

18 Ramsès Wissa Wassef a reçu le Prix national égyptien pour les arts en 1961 pour les vitraux du bâtiment de l'Assemblée nationale au Caire.

19  Selon la pensée de Fathy qui estime que l’architecture doit être contemporaine de son époque et non moderne une fois pour toutes.

20  Voir les travaux de Mercedes Volait sur l’antiquariat, notamment L’Égypte d’un architecte : Ambroise Baudry (1838-1906), Paris : Somogy, 1998 ; « Le remploi de grands décors historiques dans l’architecture moderne : l’hôtel particulier Saint-Maurice au Caire (1875-1879) », 5e rencontres internationales du patrimoine architectural méditerranéen (Marseille, 16-18 octobre 2013).

21  Cette convention met fin aux privilèges financiers et juridiques dont bénéficiaient les puissances européennes en Égypte.

22 Le Conte du moucharabieh, acte III.

23 Le Conte du moucharabieh, acte III.

24  AUC, RBSCL, Prospectus de la Maison des Arts.

25  Voir Nadia Radwan, « Les arts et l’artisanat », in Hassan Fathy dans son temps,op. cit. (note 5), p. 104-123 et notamment p. 118-121.

26  Le Conte du moucharabieh, acte I.

27 Le Conte du moucharabieh, acte IV.

28  Le Conte du moucharabieh, acte I.

29  « La qa’a arabe de la maison cairote [...] », op. cit. (note 1), 1970, p. 141.

30  Ce dispositif en forme d’auvent en bois placé sur les toitures permet de diriger le vent à l’intérieur d’un bâtiment pour le ventiler et le rafraîchir.

31 Natural Energy and Vernacular Architecture: Principles and Examples with Reference to Hot Arid Climates, Chicago, Londres : The Chicago University Press, 1986.

32  L’ékistique est la science des implantations humaines telle que l’a codifiée Doxiadis à l’Institut de technologie d’Athènes dans lequel Fathy passe cinq années significatives de sa vie (1957-1961).

Pour citer cet article

Référence papier

Leïla el-Wakil, « Présentation du Conte du moucharabieh (Qisat al-mashrabiyya) », in Mercedes Volait et Emmanuelle Perrin (dir.), Dialogues artistiques avec les passés de l'Égypte, Paris, InVisu (CNRS-INHA) (« Actes de colloques »), 2017.

Référence électronique

Leïla el-Wakil, « Présentation du Conte du moucharabieh (Qisat al-mashrabiyya) », in Mercedes Volait et Emmanuelle Perrin (dir.), Dialogues artistiques avec les passés de l'Égypte, Paris, InVisu (CNRS-INHA) (« Actes de colloques »), 2017, [En ligne], mis en ligne le 23 janvier 2017, consulté le 20 février 2017. URL : http://inha.revues.org/7202

Auteur

Leïla el-Wakil

Université de Genève

Droits d’auteur

Tous droits réservés