Navigation – Plan du site
Fortunes plastiques et politiques de l'art des Anciens Égyptiens

Titillons Néfertiti : l’égyptomanie, un art éminemment populaire (1880-1980)

Jean-Marcel Humbert

Texte intégral

  • 1  Sur ces objets, voir Jean-Marcel Humbert, L’Égyptomanie dans l’art occidental, Paris : ACR Édition (...)

1L’égyptomanie, phénomène universel désignant la réutilisation des thèmes décoratifs de l’Égypte ancienne à l’époque moderne, s’est développée dans tous les domaines de l’art. Les études scientifiques la concernant se sont multipliées depuis une vingtaine d’années, mais sont restées cantonnées essentiellement au domaine des créations artistiques majeures (architecture, peinture, sculpture et objets d’art) réalisées le plus souvent en exemplaire unique par des artistes célèbres pour des amateurs fortunés. Ces œuvres adaptant l’art égyptien ancien, comme l’Autel d’Apis de Dinglinger, le médaillier de Denon, les services égyptiens de Sèvres, ou encore le grand vase en tôle de Deharme1, demeurent toutefois exceptionnelles et sont restées longtemps confidentielles.

  • 2  Jean-Marcel Humbert, « Égyptomanie et spectacles scéniques du xviiie siècle à nos jours : les rais (...)
  • 3  Jean-Marcel Humbert, « Egypt and the Dwellings of the Dead in the 19th and 20th Centuries. A repre (...)
  • 4  Jean-Marcel Humbert, « Du parfum Ramsès au savon Cléopâtre », in Marie-Christine Grasse (dir.), L’ (...)

2En dehors de ces domaines très spécifiques, l’Égypte se répand largement dès le début du xixsiècle dans bien d’autres genres artistiques. Tous les types de spectacles scéniques (théâtre parlé et chanté, ballets) sont touchés2, et le transfert vers le cinéma s’effectue naturellement : les films péplum à l’égyptienne se multiplient tout au long du xxsiècle, comptant pour nombre d’entre eux parmi les plus rentables du box-office. Paquebots, hôtels, restaurants, grands magasins, parcs d’attractions, et même des tombes3 rappellent l’originalité de la civilisation égyptienne ancienne à des populations internationales qui n’y avaient pas été spécialement sensibilisées. La publicité se fait le véhicule privilégié des formes les plus variées d’égyptomanie, mêlant indistinctement sphinx et momies, Cléopâtre et Isis, Toutankhamon et Ramsès, pour vanter les mérites des marques les plus diverses allant des produits de beauté aux sanitaires, en passant par les moulins à café, le cirage et les poêles étamées4.

3Tout au long du xixsiècle, l’égyptomanie s’efforce donc de gagner de nouvelles couches d’aficionados, et donc de nouvelles clientèles. Alors que des produits de luxe – mobilier, bijoux, bronzes d’art – continuent d’être produits et vendus aux classes les plus aisées, des objets « de pacotille » à moindre coût se répandent à travers le monde et touchent les classes les plus populaires. Le xxsiècle voit se multiplier tant leur nombre que les manières dont ils adaptent des thèmes d’inspiration de plus en plus diversifiés.

Appropriation et détournement

4Le merchandising s’appuie sur un concept simple : le souhait du public de s’approprier ne serait-ce qu’une toute petite part d’Égypte antique, par des images et, mieux encore par des objets de petites dimensions, susceptibles de s’intégrer dans leur intérieur sans pour autant y occuper une place démesurée. Cela explique l’extraordinaire prolifération des objets usuels à l’égyptienne tout particulièrement à partir des années 1920 : heurtoirs, boîtes à ouvrage ou à biscuits, haut-parleurs en forme de tête de sphinx, machines à coudre, serre-livres, il n’est pas un type d’objet que l’on ne puisse trouver dans une déclinaison égyptisante.

5Mais toutes ces créations ne représentent qu’un des éléments du phénomène, dont l’autre volet est constitué d’objets participant de la culture populaire. Cette facette séduit moins les historiens de l’art, et pourtant, c’est elle qui a assuré à bien plus grande échelle le développement de l’égyptomanie, tout en confortant le goût du grand public pour l’égyptologie. Cette culture populaire s’est nourrie d’une certaine diffusion de la recherche archéologique transmise par des présentations didactiques dans les musées, les zoos et les expositions nationales et universelles. La presse grand public (comme L’Illustration ou les suppléments illustrés du Petit Journal) privilégie quant à elle le côté spectaculaire et « sensationnel » des découvertes égyptologiques, qui frappe les foules. Des thématiques peu différenciées mais très fortes (mystère, malédiction, momies revenant à la vie, trésors, etc.) sont également diffusées par les arts du spectacle (théâtre, opéra et cinéma), par le roman populaire et enfin par un média dont on parle trop peu, la réclame, qui devient bientôt la publicité.

6Les raisons de cet engouement, que ce soit chez les créateurs ou chez les acheteurs, ne sont pas toujours faciles à discerner. À cet égard, l’exemple de Néfertiti est plein d’enseignement. Depuis la découverte de son buste le 6 décembre 1912, Néfertiti est devenue l’un des archétypes majeurs de la beauté féminine, et occupe de ce fait une place privilégiée parmi les icônes de l’égyptomanie mondiale. Facilement reconnaissable grâce à sa « couronne haut mortier de couleur bleue », elle participe du phénomène de l’appropriation largement associé à l’égyptomanie : les femmes s’efforcent d’atteindre pareille beauté qui s’est particulièrement assimilée à la période des années 1920 ; de leur côté, les hommes recherchent des canons de séduction qui leur rappellent cette sculpture.

7On n’est donc guère étonnés de voir ce buste de Néfertiti largement utilisé par la publicité à travers le monde occidental, et ce dans les domaines les plus variés. Bien sûr tout d’abord pour vanter les mérites de produits de beauté (Mila, Alo-Cosmetics, Eye Liner Germaine Monteil), mais aussi de tout ce qui est lié à l’élégance (bijoux Monet, montres Concord, lunettes Cazal, gaines Peter Pan et Maidenform). De par la variété et la fraîcheur des couleurs qui la parent, elle soutient également des marques de peintures (La Seigneurie, design VMP Permacolor) ; en tant que reine, des cigarettes (marque Queen) ; et en tant qu’Égyptienne, les voyages vers l’Égypte qui trouvent bien sûr en elle un guide de toute confiance (United Arab Airlines, Egyptian State Railways, Air France entre 1950 et 1980). Moins évidentes sont les motivations qui en font un flacon à whisky (Michter’s 1978) et seule sa notoriété peut faire d’elle un modèle allant faire ses courses chez Darty. Notoriété confortée aussi bien par la bande dessinée (Mickey à travers les siècles, Les Aventures de Papyrus), le cinéma (L’Égyptien avec Anitra Stevens, Michael Curtiz 1954, Néfertiti reine du Nil avec Jeanne Crain, Fernando Cerchio 1961, Néfertiti fille du soleil avec Michela Rocco di Torrepadula, Guy Gilles 1994), que la comédie musicale (par Christopher Gore et David Spangler, 1978). Nombre de dessins humoristiques la prennent pour sujet sinon pour cible, et elle a l’honneur de figurer au nombre des célébrités de la galerie La Duckomenta (Walt Disney’s Donald Duck : Duckfertiti). Elle est également très présente dans les livres pour enfants, les jeux de société, les puzzles, et même les modèles de broderie au point de croix, sommet du kitsch populaire.

Figure 1 : Néfertiti vantant les magasins Darty (publicité, 1986).

Figure 1 : Néfertiti vantant les magasins Darty (publicité, 1986).

Source : Collection et photo Jean-Marcel Humbert.

8Dans tous les cas, Néfertiti s’est donc trouvée bien malgré elle intégrée à des symboles et des connotations qui, pour la plupart, sont en cohérence avec les images que tout un chacun peut se faire d’elle. Elle n’est toutefois pas aussi présente que Cléopâtre, mais du fait de son image unique à la fois originale et élégante, elle a su se faire une place à part dans le paysage diversifié de l’égyptomanie et gagner une reconnaissance visuelle populaire que n’ont jamais atteinte d’autres héroïnes de l’Antiquité telles Hélène de Troie, Messaline, la reine de Saba ou Poppée.

9La force de l’image de ce personnage, grâce à une représentation tridimensionnelle devenue œuvre d’art après avoir été magnifiée par le domaine muséal, ne l'a pas empêché de pénétrer le domaine de l’art populaire, avec notamment les figurines en porcelaine de Royal Doulton et de Wedgwood. L’utilisation qui en est faite se trouve alors modifiée, mise au goût du jour, et ainsi détournée de son modèle original, qui redevient, en quelque sorte, « ordinaire ». Tous ces détournements montrent bien que l’appropriation d’un élément antique dans la création artistique égyptisante d’objets populaires dépasse largement la sacralisation de l’objet original en tant qu’objet de musée.

10Cette appropriation passe en effet par l’influence d’éléments spécifiques extrêmement codifiés, permanents dans tous les domaines de l’égyptomanie, et qui s’appuient toujours sur des symboles récurrents (beauté, douceur de vivre, mystère, étrangeté et sortilèges, malédiction – des pharaons –, secret, silence et discrétion, savoir et sagesse, mort, trésors, puissance et cruauté, solidité, durée). Son développement a rapidement gagné les domaines socioculturels de masse (éducation, acculturation, musique, films, productions théâtrales, publicité, Internet…), grâce à des méthodes d’intervention efficaces et éprouvées : le plaisir, le jeu, le rire, l’autodérision, la peur… Mais les représentations de Néfertiti ne sont pas les seules à être détournées vers l’art populaire, et toutes les créations de l’art égyptien antique participent d’une telle assimilation.

  • 5  Sam Bardaouil et Till Fellrath, Le Théorème de Nérfertiti : itinéraire de l’œuvre d’art, la créati (...)

11Le goût pour l’Égypte trouve ainsi une place de choix dans l’imaginaire populaire, avant de se concrétiser dans la diffusion à grande échelle d’objets décoratifs permettant à tout un chacun de prendre possession à sa manière, et selon ses goûts et ses moyens, de l’art de l’Égypte ancienne. Ces objets simples, qui ont connu un succès considérable dans les classes laborieuses dès la fin du xixsiècle et tout au long du xxe, n’ont pas de statut muséal, car dans leur grande majorité ils n’ont jamais été étudiés ni exposés, mais ils ont fait partie pendant longtemps du décor intérieur de simples particuliers, leur apportant rêve et évasion. Aujourd’hui, la mode ayant évolué, ils ont quitté les intérieurs privés, et ce n’est que grâce à des collectionneurs qu’ils sont en train d’acquérir un nouveau statut. Mais aucun ne correspond vraiment au « Théorème de Néfertiti » tel que proposé par Sam Bardaouil et Till Fellrath, les commissaires de l’exposition qui a été présentée à l’Institut du monde arabe5, car ils sont l’œuvre collective d’ouvriers manufacturiers, et non d’artistes individuels crédités. La large diffusion de ces bibelots en fait essentiellement un phénomène de culture et de société, dont l’évolution n’est pas terminée, même si l’on sent aujourd’hui un certain ralentissement du goût « kitsch », ralentissement lié à l’aspect plus linéaire et dépouillé de la majorité des intérieurs contemporains. Quelques exemples, choisis entre les années 1880 et 1980, permettent d’avoir un aperçu cohérent de cet art populaire dont l’importance quantitative et la variété ne laissent pas de nous surprendre.

De la Bohême au Japon : la fabrication de bibelots évocateurs

  • 6  Catherine Chevillot, « Les stands industriels d’édition de sculptures à l’Exposition universelle d (...)

12Est-ce à dire que ces objets participent de l’union entre les arts et l’industrie6, poursuivie depuis le règne de Napoléon III et arrivée à son sommet, en ce qui concerne par exemple les bronzes d’art, en 1889 ? À cette date, la mode de l’Égypte avait déjà envahi, sous les formes les plus diverses, les intérieurs bourgeois, mais aussi – d’une manière plus insidieuse – les habitations populaires, avec des chromos, des réclames et des objets décoratifs de facture très simple fabriqués eux aussi de manière industrielle. Le domaine de l’ethnographie moderne et contemporaine et des collectes beaucoup plus larges permettent maintenant d’avoir une idée plus précise de l’évolution du phénomène. Car avoir chez soi une petite part d’Égypte antique grâce à des objets aussi kitsch et peu ressemblants à la réalité archéologique soient-ils, devient une chose à la fois incontournable et facile. L’art populaire s’engouffre ainsi dans la brèche en proposant à cette énorme clientèle dispersée à travers le monde de petits objets évocateurs en divers types de terres cuites et porcelaines fabriqués essentiellement en Bohême, en Angleterre, en France et au Japon. L’aspect esthétique de ces créations de peu de valeur marchande, jugé rétrospectivement très extravagant après la Seconde Guerre mondiale, explique que beaucoup aient disparu, malgré leur fabrication et leur diffusion en très grand nombre.

Les manufactures d’Europe centrale

13La production d’Europe centrale est à cet égard tout à fait remarquable et particulièrement représentative. Issue de la « région des poteries », entre Liberec et Teplice [Teplitz] dans l’actuelle République tchèque, elle était à l’origine située en plein empire austro-hongrois (Bohême). Toutefois, elle reste aujourd’hui peu étudiée, en grande partie en raison des déplacements de frontières au fil du xxsiècle. Malgré la dispersion relative d’un grand nombre de petites manufactures, la production de cette région est particulièrement importante, intéressante autant que méconnue.

14Sous l’appellation générique Amphora, plusieurs ateliers s’étaient regroupés pour produire des vases et des figurines, dont une part fait appel au domaine égyptisant. Mais, alors qu’il est difficile de savoir quels sont les noms de toutes les sociétés produisant sous le nom « Amphora », d’autres plus indépendantes sont parfaitement identifiées. À l’instar des manufactures de L’Isle-Adam qui s’étaient spécialisées en France dans les objets souvenir en terre cuite pour les bords de mer, plusieurs manufactures d’Europe centrale proposent des objets allant du kitsch à de véritables créations artistiques, dont une part importante est d’inspiration néo-égyptienne, et qui sont rapidement distribués dans le monde entier. Malheureusement, la perte des archives de toutes ces manufactures, détruites lors des conflits ou par les gouvernements successifs, rend leur étude particulièrement difficile.

Wilhelm Schiller & Sohn (Bodenbach, Bohême)

15En 1885, Wilhelm Schiller quitte la manufacture Schiller et Gerbing, qui avait été fondée en 1829 à Bodenbach (nom allemand de Podmokly, quartier historique de la ville de Děčín en République tchèque). Avec son fils Eduard, il fonde non loin de là, dans le quartier d’Obergrund, la manufacture Wilhelm Schiller & Sohn connue sous la marque WS & S, qui doit fermer définitivement en 1914 en raison de la déclaration de guerre et du manque de main-d’œuvre qui en découle. Leur production égyptisante se caractérise par des formes lourdes et torturées fort sombres, avec des fonds de couleur marron ou rouge et des hiéroglyphes on ne peut plus fantaisistes, mêlant souvent en outre des figures fantastiques. Il est impossible de les raccorder à un style particulier, mais elles sont immédiatement identifiables.

Figure 2 : Wilhelm Schiller & Sohn, vase en terre cuite, vers 1900, hauteur 28 cm.

Figure 2 : Wilhelm Schiller & Sohn, vase en terre cuite, vers 1900, hauteur 28 cm.

Source : Collection et photo Jean-Marcel Humbert.

Julius Dressler (Bělá, Bohême)

16C’est à la même époque, vers 1885, que Julius Dressler fonde, dans le quartier de Bělá à Podmokly (aujourd’hui intégré à Děčín), une nouvelle manufacture de faïence et porcelaine qui disparaîtra en 1944-1945. De nombreuses pièces du début du xxsiècle, en terre cuite légère et claire, brune ou grise, sont décorées de figures égyptiennes ou à l’égyptienne traitées en couleurs vives et brillantes. Celles-ci reproduisent fort exactement sur des vases des scènes de l’antiquité égyptienne, ou recréent sur des formes souvent très originales une vision personnelle des éléments permanents de l’art égyptien (notamment le némès), avec d’audacieux rapprochements d’orange, de bleu et de vert brillants évoquant l’émail. Mais il n’a pas encore été possible de déterminer quelle était l’origine du goût de Dressler pour l’Égypte antique, ni pourquoi il appréciait tant l’art de ce pays, qu’il adaptait d’une manière aussi originale qu’inimitable.

Figure 3 : Julius Dressler, vase en terre cuite, vers 1905, hauteur 24 cm.

Figure 3 : Julius Dressler, vase en terre cuite, vers 1905, hauteur 24 cm.

Source : Collection et photo Jean-Marcel Humbert.

Figure 4 : Julius Dressler, pot en terre cuite, vers 1905, hauteur 17 cm.

Figure 4 : Julius Dressler, pot en terre cuite, vers 1905, hauteur 17 cm.

Source : Collection et photo Jean-Marcel Humbert.

Figure 5 : Julius Dressler, petite jardinière en terre cuite, vers 1905, largeur 19 cm.

Figure 5 : Julius Dressler, petite jardinière en terre cuite, vers 1905, largeur 19 cm.

Source : Collection et photo Jean-Marcel Humbert.

Johann Maresch (Aussig-sur-Elbe)

  • 7  Émile Prisse d’Avennes (réédition présentée par Maarten Raven), Atlas de l’art égyptien, Le Caire  (...)

17Cette fabrique, située à Aussig-sur-Elbe (Bohême, aujourd’hui Ústí nad Labem, République tchèque), produisait à la fin du xixsiècle des objets en terre cuite, dont des plats décoratifs renommés. Outre le disque ailé et des décors floraux nilotiques, l’un d’entre eux utilise les représentations de la tête de profil de deux personnages historiques égyptiens empruntées au grand ouvrage de Prisse d’Avennes, le prince Mantouhichopche (Mentouherkhepeshef ou Mentouherouenemef), fils de Ramsès II, et la reine Nebto (Nebtawy), sœur du précédent7. La disposition de ces têtes, façon carte à jouer, ajoute à ces décors un aspect ludique original.

Figure 6 : Johann Maresch, plat décoratif mural en terre cuite, vers 1890, diamètre 37 cm.

Figure 6 : Johann Maresch, plat décoratif mural en terre cuite, vers 1890, diamètre 37 cm.

Source : Collection et photo Jean-Marcel Humbert.

Schäfer & Vater (Volkstedt Rudolstadt)

18La manufacture de porcelaine Schäfer & Vater fut fondée par Gustav Schafer et Gunther Vater à Volkstedt Rudolstadt, en Thuringe, en 1890. Elle se caractérise par la fabrication de petites pièces en biscuit, en règle générale dans les gris et rose pâle, produites en très grand nombre. Égyptiennes agenouillées dodelinant de la tête, d’autres debout portant des jarres, pots et récipients ornés de têtes, sphinx, bateaux, éléments hathoriques et même pharaoniques parfois polychromes, l’imagination des créateurs ne connaît pas de limites. Quelques figurines à l’égyptienne, d’une facture plus contemporaine, ont continué d’être produites pendant les années 1950. L’entreprise fonctionne jusqu’en 1962 ; dix ans plus tard, le gouvernement est-allemand fait détruire tous les moules et archives.

Figure 7 : Schäfer & Vater, vase hathorique, biscuit, vers 1910, hauteur 16 cm.

Figure 7 : Schäfer & Vater, vase hathorique, biscuit, vers 1910, hauteur 16 cm.

Source : Collection et photo Jean-Marcel Humbert.

La manufacture Royal Doulton (Stoke-on-Trent) en Angleterre

  • 8  La série d’ouvrages de Louise Irvine, Royal Doulton series ware (Londres : R. Dennis, 1980-1984), (...)

19En Angleterre, le même phénomène se présente de manière quelque peu différente, et la manufacture Royal Doulton, par exemple, diversifie plus son activité8. Tout d’abord, à la fin du xixsiècle, à l’usine de Lambeth, sont fabriqués d’élégants pots en grès beige, décorés de figures en léger relief dans les tons bleu pâle et jaune paille. Ensuite, au début du xxsiècle (1902-1925), apparaît un service à thé en grès marron foncé, avec deux parties brillantes encadrant une partie mate beige clair où sont appliqués des personnages en léger relief qui ne sont pas sans évoquer notamment les figures de porteuses d’offrandes du mastaba de Mérérouka (Sakkarah, VIdynastie). Des cruches de taille diverses et des pots à tabac sont réalisés avec ce même décor.

20Enfin, l’année 1911 voit la création de deux ambitieux services de table comportant toutes les tailles d’assiettes et de plats, avec des services à thé et à café, dans plusieurs coloris (fond rouge brique, fond blanc et décor vert, entièrement noir et blanc, et bleu « Titanium ») et deux sujets : Egyptian A (« poterie ») et Egyptian B (« chasseurs »). Ces séries, ornées de personnages antiques et de hiéroglyphes – dont certains humoristiques –, ont connu un second succès en 1922-1923, après la découverte de la tombe de Toutankhamon, quand la manufacture ajouta la mention « Tutankhamen’s Treasures Luxor » sur toute cette production. Un autre service, appelé « Desert » montre des vues de désert avec souvent les pyramides au fond, un arabe à dos de dromadaire et des palmiers. Toutes ces séries furent arrêtées en 1929, mais des décorateurs continuèrent d’inclure des éléments de décor égyptiens dans les créations de Doulton. Certaines pièces signées sont uniques, d’autres, notamment en Royal Doulton Flambe (rouge flamboyant) font l’objet d’une fabrication continue dans les années 1920 avec des vues des pyramides, du Sphinx, et de nombreuses scènes de désert. D’autres ateliers anglais, comme les porcelaines Wedgwood, Minton ou Carlton Ware, utilisent eux aussi des thèmes égyptiens, mais il s’agit de réalisations beaucoup plus raffinées et coûteuses qui n’entrent pas dans le cadre de la présente étude.

Figure 8 : Royal Doulton, théière en faïence, entre 1902 et 1925, largeur 24 cm.

Figure 8 : Royal Doulton, théière en faïence, entre 1902 et 1925, largeur 24 cm.

Source : Collection et photo Jean-Marcel Humbert.

Figure 9 : Royal Doulton, plateau de service de table « Poterie » en faïence, entre 1911 et 1922, largeur 37 cm.

Figure 9 : Royal Doulton, plateau de service de table « Poterie » en faïence, entre 1911 et 1922, largeur 37 cm.

Source : Collection et photo Jean-Marcel Humbert.

Figure 10 : Royal Doulton, soucoupe de tasse à thé du service de table « Chasseurs » en faïence, avec le sous-titre et le cachet ajoutés après la découverte de la tombe de Toutankhamon, entre 1923 et 1929, diamètre 14,5 cm.

Figure 10 : Royal Doulton, soucoupe de tasse à thé du service de table « Chasseurs » en faïence, avec le sous-titre et le cachet ajoutés après la découverte de la tombe de Toutankhamon, entre 1923 et 1929, diamètre 14,5 cm.

Source : Collection et photo Jean-Marcel Humbert.

Au Japon

  • 9  Dale Reeves Nicholls, Egyptian Revival, Jewelry and Design, Atglen : Schiffer Pub., 2006, p. 124 ; (...)

21De son côté, le Japon du début du xxsiècle, soucieux de conquérir – et d’envahir – de nouveaux marchés, se met à son tour au goût du jour en adaptant le domaine égyptien antique. La manufacture de porcelaine Noritake9, fondée en 1876 par le baron Ichizaemon Morimura IV, se spécialise tout particulièrement dans ce domaine. Installée en 1908 dans le village de Noritake (Nagoya), elle utilise dès lors ce nom pour ses exportations vers l’Angleterre et les États-Unis, qui connaissent un succès fulgurant.

  • 10  Jean-Marcel Humbert, « La fortune égyptisante des publications de Prisse d’Avennes », op. cit. (no (...)

22Deux grandes séries de décors cohabitent : d’une part des décors égyptisants traités sur fond beige clair dans les gris, bleus et verts pâles, et bistre plus soutenu, donnent aux objets de forme japonaise traditionnelle un aspect quelque peu incongru. D’autre part, des séries aux formes tout aussi originales, mais plus adaptées au genre occidental, avec des bordures dans les jaune-vert ou rouge-bleu, et des personnages souvent reproduits sur des pots à tabac et assiettes diverses jusque dans les années 1920 : les profils de deux des enfants de Ramsès II (reine Nebtawy et prince Mentouherkhepeshef)10, affublés souvent des noms les plus divers dont Toutankhamon et Cléopâtre. D’autres décors présentent des adaptations japonisantes de scarabées ailés, de hiéroglyphes et de personnages assis, dans des tons doux où le bistre et le beige prédominent.

23Tout différent est le principe de la série « Treasures of the Pharaohs », réalisée au Japon par le designer Marc Rosen pour l’opération internationale des fêtes de fin d’année 1982 d’Elizabeth Arden. Il ne s’agit plus là de bibelots achetés en tant que tels par une clientèle avide d’Égypte ancienne, mais d’objets plus ou moins publicitaires destinés à faire vendre – essentiellement aux États-Unis – les produits de la gamme de parfums et produits pour bain Blue Grass d’Elizabeth Arden, en créant un effet « collection » et une invite à offrir pour les fêtes de fin d’année tout ou partie de ces objets vendus seulement un court laps de temps.

  • 11  On trouve sur un prospectus publicitaire de l’époque la liste et les photographies de tous les obj (...)

24Ceux-ci forment une série cohérente de vingt objets en porcelaine blanche, élégante et stylée, ornée de décors de couleurs vives totalement créés à partir de la grammaire égyptisante. L’ensemble s’articule autour de la tête de la reine Néfertari, considérée comme un symbole de beauté. Chaque objet, destiné à décorer une coiffeuse, a son utilité propre, contenant des cristaux pour bain, des bougies parfumées, de la poudre pour le visage, etc. ou encore servant de réceptacle pour des bagues, ou pour du savon. Animaux miniatures, pots et boîtes en tous genres, un large plateau et un étonnant vase canope façon Art-déco complètent la série11 qui connut un succès retentissant malgré son tirage limité.

25En France, aucune série cohérente de bibelots égyptisants n’apparaît, même si la production de Limoges, par exemple, propose quelques objets en porcelaine à l’égyptienne, la faïencerie de Choisy, des vases canopes pour pots-pourris de fleurs séchées, Robj, des veilleuses pharaoniques en porcelaine (1924), Aladin, une statue cube façon Pierrot (années 1920) et André François à Limoges, le même objet décoré façon chinoiserie.

Figure 11 : Compagnie des frères Morimura, pot à tabac « Nippon » en porcelaine, Japon, entre 1911 et 1921, largeur 18 cm.

Figure 11 : Compagnie des frères Morimura, pot à tabac « Nippon » en porcelaine, Japon, entre 1911 et 1921, largeur 18 cm.

Source : Collection et photo Jean-Marcel Humbert.

Figure 12 : Compagnie des frères Morimura, pot « Nippon », Japon, entre 1911 et 1921, hauteur 14 cm.

Figure 12 : Compagnie des frères Morimura, pot « Nippon », Japon, entre 1911 et 1921, hauteur 14 cm.

Source : Collection et photo Jean-Marcel Humbert.

Figure 13 : Vase canope réinterprété, collection Elizabeth Arden (porcelaine réalisée au Japon, Noël 1982, hauteur 18 cm).

Figure 13 : Vase canope réinterprété, collection Elizabeth Arden (porcelaine réalisée au Japon, Noël 1982, hauteur 18 cm).

Source : Collection et photo Jean-Marcel Humbert.

Figure 14 : Prospectus de présentation de l’ensemble de la collection Elizabeth Arden (USA, automne 1982).

Figure 14 : Prospectus de présentation de l’ensemble de la collection Elizabeth Arden (USA, automne 1982).

26Source : Collection et photo Jean-Marcel Humbert.

Figure 15 : Manufacture de faïence de Choisy-le-Roi, vase canope pour pot-pourris de fleurs séchées, vers 1880-1900, hauteur 34 cm.

Figure 15 : Manufacture de faïence de Choisy-le-Roi, vase canope pour pot-pourris de fleurs séchées, vers 1880-1900, hauteur 34 cm.

Source : Collection et photo Jean-Marcel Humbert.

Figure 16 : Robj, veilleuse en porcelaine, 1923, hauteur 19 cm.

Figure 16 : Robj, veilleuse en porcelaine, 1923, hauteur 19 cm.

Source : Collection et photo Jean-Marcel Humbert.

Figure 17 : Aladin, boîte en porcelaine s’inspirant des statues-cube mêlant papyrus et Pierrot, vers 1925, hauteur 20 cm.

Figure 17 : Aladin, boîte en porcelaine s’inspirant des statues-cube mêlant papyrus et Pierrot, vers 1925, hauteur 20 cm.

Source : Collection et photo Jean-Marcel Humbert.

27Ces quelques exemples nous permettent donc d’apprécier l’évolution du goût pour l’Égypte d’une part importante du grand public, ainsi que l’appropriation qui en est faite à travers des objets simples à petite échelle mais de grande diffusion, qui souvent n’ont qu’une lointaine relation, hormis vaguement stylistique, avec l’art des pharaons. Même les objets usuels sont touchés, et l’on trouve des théières sphinx ou pyramide, des cendriers, des moulins à café, des boîtes en tous genres, des machines à coudre, etc. permettant de posséder à moindres frais et d’une manière immédiate une petite part d’Égypte antique. Ces objets usuels complètent les bibelots en ajoutant une dimension ludique aux actions de la vie quotidienne, sans toutefois posséder une même puissance d’évocation. Car l’objet strictement « décoratif », conçu pour se fondre dans l’environnement permanent d’un appartement, fournit de ce fait une évocation plus appuyée.

28L’égyptomanie populaire subit des poussées de croissance directement proportionnelles à l’intérêt que représentent l’histoire de l’Égypte ancienne et l’égyptologie auprès de personnes qui n’y sont pas directement préparées. Nombre d’événements (exposition, livre, découverte archéologique ou changement politique, ou encore production musicale comme Walk like an Egyptian des Bangles, ou les derniers clips de Madonna) sont susceptibles de raviver ce goût et deviennent prétexte à la production d’une nouvelle vague d’égyptomanie populaire. Mais on remarque que la part d’auto-reproduction de l’égyptomanie, à partir de ses propres productions, ne cesse de croître, aux dépens d’une reproduction strictement archéologique. On note aussi que les adaptations sont de plus en plus originales, et que les pays asiatiques (Japon, Chine, Corée) s’approprient de plus en plus l’Égypte. La croissance exponentielle des ouvrages pour enfants (romans, bandes dessinées, ouvrages historiques) montre également l’intérêt que l’Égypte continue de susciter auprès des jeunes de tout âge, qui sont ainsi « programmés » pour accéder au statut d’égyptomanes, et être à leur tour les amateurs privilégiés des objets kitsch de demain…

Notes

1  Sur ces objets, voir Jean-Marcel Humbert, L’Égyptomanie dans l’art occidental, Paris : ACR Éditions, 1989 ; Jean-Marcel Humbert, Christiane Ziegler et Michael Pantazzi (dirs.), Egyptomania : L'Égypte dans l'art occidental 1730-1930, catalogue d'exposition (Paris, Ottawa, Vienne, 1994-1995), Paris : Réunion des Musées nationaux, 1994 (Ibid., édition en anglais, Ottawa, 1994, et Ibid., édition abrégée en allemand, Vienne, 1994) ; Jean-Marcel Humbert (dir.), L’Égyptomanie à l’épreuve de l’archéologie, colloque international (Paris, musée du Louvre, 8-9 avril 1994), Bruxelles, Paris : Musée du Louvre, éditions du Gram, 1996. Voir aussi Jean-Marcel Humbert, « Egyptomania: Fascination for Egypt and Its Expression in the Modern World », in Melinda Hartwig (dir.), A Companion to Ancient Egyptian Art, Oxford : Wiley Blackwell, 2015, p. 465-481.

2  Jean-Marcel Humbert, « Égyptomanie et spectacles scéniques du xviiie siècle à nos jours : les raisons de la fréquente dichotomie entre les progrès de l'archéologie et l'interprétation qu'en proposent les artistes », Théâtre et spectacles hier et aujourd'hui. Théâtralisation : actes du 115e Congrès national des sociétés savantes, Section d'anthropologie et d'ethnologie françaises (Avignon, 9-12 avril 1990), Paris : CTHS, 1991, p. 485-495 ; Id., « Terpsichore chez les pharaons », dans le programme du ballet La Fille du pharaon, (Paris, Opéra national de Paris, Palais Garnier, ballet du Théâtre Bolchoï, 7-24 janvier 2004), Paris, 2004, p. 72-77 ; Id., « Aïda, de l’archéologie à l’égyptomanie » et « Mettre en scène Aïda, péplum égyptisant ou drame intemporel ? », Aïda, L’Avant-Scène Opéra, no 268 (nouvelle édition entièrement refondue), 2012, p. 70-77 et 92-99 ; Id., « Quand l’Égypte se donne en spectacle » et « Aïda, un opéra égyptologique ? », in Florence Quentin, Le Livre des Égyptes, savoirs et imaginaires, Paris : Éditions Robert Laffont, 2015 (Bouquins), p. 673-684.

3  Jean-Marcel Humbert, « Egypt and the Dwellings of the Dead in the 19th and 20th Centuries. A representative Grammar of Egyptianising ornaments », in Johanna Holaubek, Hana Navrátilová et Wolf B. Oerter (dirs.), Egypt and Austria III, The Danube Monarchy and the Orient, actes de colloque (Prague, 11-14 septembre 2006), Prague : Set Out, 2007, p. 111-128 et pl. coul. 4-17.

4  Jean-Marcel Humbert, « Du parfum Ramsès au savon Cléopâtre », in Marie-Christine Grasse (dir.), L’Égypte, parfums d’histoire, catalogue d’exposition (Grasse, musée international de la Parfumerie, 13 juin-28 septembre 2003), Paris : Somogy, 2003, p. 173-183.

5  Sam Bardaouil et Till Fellrath, Le Théorème de Nérfertiti : itinéraire de l’œuvre d’art, la création des icônes, catalogue d’exposition (Paris, Institut du monde arabe, 23 avril-8 septembre 2013), Paris : Institut du monde arabe, Skira, 2013.

6  Catherine Chevillot, « Les stands industriels d’édition de sculptures à l’Exposition universelle de 1889 : l’exemple de Barbedienne », Revue de l’Art, n° 95, 1992, p. 61-67.

7  Émile Prisse d’Avennes (réédition présentée par Maarten Raven), Atlas de l’art égyptien, Le Caire : Zeitouna, 1991, pl. II. 63 et II. 66. Voir aussi Jean-Marcel Humbert, « La fortune égyptisante des publications de Prisse d’Avennes », in Mercedes Volait (dir.), Émile Prisse d’Avennes. Un artiste antiquaire en Égypte au xixe siècle, Le Caire : IFAO, 2013, p. 163-185.

8  La série d’ouvrages de Louise Irvine, Royal Doulton series ware (Londres : R. Dennis, 1980-1984), bien qu’ancienne, demeure la source de renseignements la plus importante ; voir notamment le volume 4, Around the World. Flora and fauna.

9  Dale Reeves Nicholls, Egyptian Revival, Jewelry and Design, Atglen : Schiffer Pub., 2006, p. 124 ; Kathy Wojciechowski, The Wonderful World of Nippon Porcelain, 1891-1921, West Chester : Schiffer, 1992, p. 59.

10  Jean-Marcel Humbert, « La fortune égyptisante des publications de Prisse d’Avennes », op. cit. (note 7).

11  On trouve sur un prospectus publicitaire de l’époque la liste et les photographies de tous les objets composant la série : « Double headed ibex boat held three shell shaped soaps / Horus powder jar / Frog pomander / Cat shaped pomander / Bird pomander / Cat shaped bath salts trinket box / Camel shaped bath salts trinket box / Hippo shaped candle holder with lid / Dresser tray decorated with lotus and papyrus motifs / Ibis shaped soap dish / Egyptian canopic jar with bath salts / Lotus shaped candle holder with lid / Ibis bird box / Lotus decorated jar/lid (four petal top, jagged edges, half circle knob) / Lotus decorated small jar candle holder (four petal top, smooth edges, flower knob) / Lotus decorated tall jar for bath crystals, with round stopper, rounded bottom, on 3 leg brass stand / Lotus decorated small jar for bath crystals, with round stopper, round bottom, on 3 leg brass stand / Tall vase shaped jar with blue triangle design, with double lotus stopper / Small round dish with lotus / Queen Nefertari decorative bust on stand. »

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Néfertiti vantant les magasins Darty (publicité, 1986).
Crédits Source : Collection et photo Jean-Marcel Humbert.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/7200/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Figure 2 : Wilhelm Schiller & Sohn, vase en terre cuite, vers 1900, hauteur 28 cm.
Crédits Source : Collection et photo Jean-Marcel Humbert.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/7200/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Figure 3 : Julius Dressler, vase en terre cuite, vers 1905, hauteur 24 cm.
Crédits Source : Collection et photo Jean-Marcel Humbert.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/7200/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Figure 4 : Julius Dressler, pot en terre cuite, vers 1905, hauteur 17 cm.
Crédits Source : Collection et photo Jean-Marcel Humbert.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/7200/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Figure 5 : Julius Dressler, petite jardinière en terre cuite, vers 1905, largeur 19 cm.
Crédits Source : Collection et photo Jean-Marcel Humbert.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/7200/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Figure 6 : Johann Maresch, plat décoratif mural en terre cuite, vers 1890, diamètre 37 cm.
Crédits Source : Collection et photo Jean-Marcel Humbert.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/7200/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 7 : Schäfer & Vater, vase hathorique, biscuit, vers 1910, hauteur 16 cm.
Crédits Source : Collection et photo Jean-Marcel Humbert.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/7200/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Figure 8 : Royal Doulton, théière en faïence, entre 1902 et 1925, largeur 24 cm.
Crédits Source : Collection et photo Jean-Marcel Humbert.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/7200/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Figure 9 : Royal Doulton, plateau de service de table « Poterie » en faïence, entre 1911 et 1922, largeur 37 cm.
Crédits Source : Collection et photo Jean-Marcel Humbert.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/7200/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Figure 10 : Royal Doulton, soucoupe de tasse à thé du service de table « Chasseurs » en faïence, avec le sous-titre et le cachet ajoutés après la découverte de la tombe de Toutankhamon, entre 1923 et 1929, diamètre 14,5 cm.
Crédits Source : Collection et photo Jean-Marcel Humbert.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/7200/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Figure 11 : Compagnie des frères Morimura, pot à tabac « Nippon » en porcelaine, Japon, entre 1911 et 1921, largeur 18 cm.
Crédits Source : Collection et photo Jean-Marcel Humbert.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/7200/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Figure 12 : Compagnie des frères Morimura, pot « Nippon », Japon, entre 1911 et 1921, hauteur 14 cm.
Crédits Source : Collection et photo Jean-Marcel Humbert.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/7200/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Figure 13 : Vase canope réinterprété, collection Elizabeth Arden (porcelaine réalisée au Japon, Noël 1982, hauteur 18 cm).
Crédits Source : Collection et photo Jean-Marcel Humbert.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/7200/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Figure 14 : Prospectus de présentation de l’ensemble de la collection Elizabeth Arden (USA, automne 1982).
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/7200/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Figure 15 : Manufacture de faïence de Choisy-le-Roi, vase canope pour pot-pourris de fleurs séchées, vers 1880-1900, hauteur 34 cm.
Crédits Source : Collection et photo Jean-Marcel Humbert.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/7200/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Figure 16 : Robj, veilleuse en porcelaine, 1923, hauteur 19 cm.
Crédits Source : Collection et photo Jean-Marcel Humbert.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/7200/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Figure 17 : Aladin, boîte en porcelaine s’inspirant des statues-cube mêlant papyrus et Pierrot, vers 1925, hauteur 20 cm.
Crédits Source : Collection et photo Jean-Marcel Humbert.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/7200/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 40k

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Marcel Humbert, « Titillons Néfertiti : l’égyptomanie, un art éminemment populaire (1880-1980) », in Mercedes Volait et Emmanuelle Perrin (dir.), Dialogues artistiques avec les passés de l'Égypte : une perspective transnationale et transmédiale, Paris, InVisu (CNRS-INHA) (« Actes de colloques »), 2017.

Référence électronique

Jean-Marcel Humbert, « Titillons Néfertiti : l’égyptomanie, un art éminemment populaire (1880-1980) », in Mercedes Volait et Emmanuelle Perrin (dir.), Dialogues artistiques avec les passés de l'Égypte : une perspective transnationale et transmédiale, Paris, InVisu (CNRS-INHA) (« Actes de colloques »), 2017, [En ligne], mis en ligne le 06 mai 2017, consulté le 27 juin 2017. URL : http://inha.revues.org/7200

Droits d’auteur

Tous droits réservés