Navigation – Plan du site
Autour du fonds Poinssot - Monique Dondin-Payre, Houcine Jaïdi, Sophie Saint-Amans et Meriem Sebaï (dir.)
Valorisation du fonds Poinssot : étude de cas

Les années romaines de Paul Gauckler. II

Sandra Zanella

Texte intégral

La fouille et la publication posthume du Janicule

  • 8 Fonds Poinssot, 106, 201, 03 et 106, 202, 01-02

1Les documents relatifs aux fouilles menées par Paul Gauckler sur la colline du Janicule à Rome, organisés en trois dossiers, trouvent leur place dans le deuxième chapitre : Les fouilles du Janicule (1907-1910)8. Leur chronologie couvre les années allant de 1907 à 1910. Comme pour la première partie, les documents sont inventoriés selon un ordre typologique, avec tout d’abord les photographies relatives à la fouille. L’inventaire de ces documents a été facilité par une organisation déjà claire :

2Dossier 106.201.03 : Photographies (fig. 12-14) :
1. « Sanctuaire syrien du Janicule (Lucus Furrinae). Vues générales »
2. « 1909. Temple syrien du Janicule. Les dédicaces. Mensa de Gaionas. Fortuna aenea. Numen J. O. M. H. Decemalia »
3. « Sanctuaire syrien du Janicule. I. Temple du 1er siècle (temple de Néron). I° »
4. « Sanctuaire syrien du Janicule. II. Temple du cistiber Gaionas de 176 à 340 environ »
5. « Sanctuaire syrien du Janicule. III. Temple du ive siècle. Statue dorée de Dionysos. Fragments d’une autre statue de Dionysos »
6. « Temple syrien du Janicule. III - Temple du temps de Julien. La cour »
7. « Temple syrien du Janicule. Temple de Julien. La basilique »
8. « Temple syrien du Janicule. III. Temple (ive siècle). La Chapelle des mystères »
9. « Sanctuaire syrien du Janicule. III temple du ive siècle. Trépied avec les trois Horae »
10. « Temple syrien du Janicule. III Temple du temps de Julien. Les statues (fragments divers), les inscriptions, les tombeaux »

3Comme on peut le voir, les sous dossiers dans lesquels s’insèrent les documents respectent l’ordre chronologique des structures, équivalent à l’ordre inverse des découvertes ; on devine une organisation a posteriori.

Fig. 12 : Début des opérations des fouilles sur le Janicule

Fonds Poinssot, 106, 201, 03, 01

Fig. 13 : Fouilles sur le Janicule. Sur la gauche Paul Gauckler ; en premier plan le mur du sanctuaire et une sépulture tardive ; sur la droite un ouvrier

Fonds Poinssot, 106, 201, 03, 01

Fig. 14 : Vue d'ensemble sur la Fouille

Fonds Poinssot, 106, 201, 03, 01

  • 9 Fonds Poinssot, 106, 194-195, 25. Carnets de fouille et d’étude.
  • 10 Par exemple dans un carnet datable de 1907 apparaissent, outre des notes pour l’article sur l’Antin (...)

4Pour continuer avec l’inventaire, un renvoi est ensuite fait aux Carnets de fouille que Paul Gauckler remplit de façon constante de 1892 à 19109 (fig. 15). Ces documents nous permettent de suivre l’activité de l’archéologue à travers ses différents intérêts et déplacements. Pendant ses années romaines, tous les sujets auxquels il s’intéressa y sont représentés sous forme de brèves notes et de croquis. Pour les fouilles sur le Janicule, le compte rendu de ses activités devient journalier (au moins pour l’année 1909)10.

Fig. 15 : Extrait d'un carnet de fouille de Paul Gauckler 1909

Fonds Poinssot, 106, 195, 20

  • 11 Fonds Poinssot, 106, 202, 01-02. Gauckler 1907c ; Gauckler 1908d ; Gauckler 1909 ; Gauckler 1910b.

5Suivent les notes, manuscrits et dessins relatifs aux différentes publications de la main de Paul Gauckler sur les découvertes du Janicule, parues principalement dans les Comptes rendus de l’Académie des Inscriptions et belles lettres11.

  • 12 Fonds Poinssot, 106, 203. Gauckler 1912.

6La dernière boîte est réservée à la documentation rassemblée pour la publication posthume de l’ouvrage Le sanctuaire syrien du Janicule12 qui recueille, outre toutes les publications parues au sujet des opérations qui ont porté à la découverte du prétendu « temple syrien », les articles fondés sur la documentation que nous avons évoquée précédemment.

7Cette partie rassemble une documentation autrefois éparpillée à l’intérieur des dossiers que nous avons rapidement décrits ; elle a été rassemblée par les curateurs du volume posthume dont l’identité n’est pas explicitée mais qu’il nous semble pouvoir préciser.

  • 13 Gauckler 1912, Préface.

8En revenant sur la documentation de fouille que nous avons vue plus haut, il apparaît clairement que la publication exhaustive des résultats était envisagée par le fouilleur. La structure de l’ouvrage et sa table de matière étaient déjà bâties ; chaque partie était en cours de réalisation. Cela a déjà été souligné dans l’introduction au volume posthume par les éditeurs, lesquels se sont chargés non seulement de recueillir le matériel publié de façon éparpillée dans différents comptes rendus et articles, mais aussi de compléter la documentation par un manuscrit retrouvé parmi les papiers Gauckler daté de 190913.

Fig. 16 : Manuscrit d'Anna Gauckler. Brouillon (?) de la préface pour l'ouvrage : « le sanctuaire syrien du Janicule » (Gauckler 1913)

Fonds Poinssot, 106, 203, 02, 02, 02

9À l’aide d’un document conservé dans cette partie du fonds (fig. 16), il nous semble plausible d’affirmer que cet ouvrage est le fruit du travail de la sœur de Paul Gauckler, Anna, qui parle ici à la première personne :

  • 14 La page fait référence à la page du manuscrit. En réalité deux versions de la main de Paul Gauckler (...)
  • 15 René Dussaud (1868-1958), spécialiste de religions orientales.
  • 16 Maurice Goguel (1880-1955), spécialiste du christianisme primitif.

« Les Fouilles du Lucus Furrinae p. 20.[14]Mon frère m’avait parlé à plusieurs reprises de la découverte
de ce crane [sic] et de la place importante qu’il occupait dans le sanctuaire des dieux syriens dans une logette carrée ménagée dans le soubassement maçonné de l’abside, devant lequel on a retrouvé couchée la statue du dieu Jupiter.
Le statue devait reposer sur ce piédestal c[’est] à d[ire] directement au-dessus du crâne.
Les recherches postérieures auxquelles il s’était livré à ce sujet l’avaient amené à rapprocher cette découverte de certaines pratiques du culte chrétien.
Les tables d’autel, qu’elles soient stables, établies dans un lieu consacré au culte, ou portatives, devaient en effet, renfermer une relique provenant d’un corps de martyr.
J’ai fait appel, pour confirmer mes souvenirs à ceux des deux
savants particulièrement qualifiés en matière d’Hist[oire] des Relig[ions] auxquels je savais que mon frère avait parlé de ce parallélisme.
a[ ?] M. Dussaud[15] sur ce point s’accordent complètement avec les miens
M. Maurice Goguel[16] a bien voulu m’envoyer les mots suivants. »
[document non conservé]

  • 17 Il nous semble que ce document n’a pas été publié jusqu’à ici : Fonds Poinssot, 106, 203, 02, 02.

Autre note
« Le sanctuaire des dieux syriens offrait avec la basilique chrétienne encore d’autres points de rapprochement, dans lesquels mon frère voyait les éléments d’une étude approfondie qu’il projetait de publier plus tard.
Par ex[emple] analogie, dans ses détails mêmes de la chapelle des mystères avec un baptistère. [...]17 »

10Dans cette recherche d’interlocuteurs capables de s’exprimer selon leurs propres spécialités apparaît de façon évidente la volonté d’Anna Gauckler de poursuivre, bien que de façon ponctuelle, le travail de son frère. Nous apprenons, en effet, comment Paul Gauckler suivait une piste de rapprochement structurel et liturgique entre le sanctuaire païen du Janicule et les pratiques chrétiennes, à travers l’analogie entre la cuve lustrale de celui-là et les baptistères. On voit dans cette perspective la fusion de deux univers, ses intérêts africains, notamment ses études sur les basiliques chrétiennes d’Afrique, et le nouvel univers qu’il se bâtissait à Rome.

11On connaît le lien d’affection qui existait entre le frère et la sœur. Celle-ci dédia une part de sa vie à suivre le travail de Paul Gauckler, comme cela transparaît dans sa présence constante dans les papiers de l’archéologue. Cette fréquentation prolongée lui avait donné les compétences nécessaires pour intervenir directement dans la documentation, tant au niveau de la mise en forme qu’à celui du contenu.

  • 18 Jullian 1913. Il est significatif qu’aucun auteur des comptes rendus des deux ouvrages ne cite expl (...)
  • 19 Gauckler 1913. Une copie de l’ouvrage est conservée dans le fonds Poinssot, 106, 088, 02, 04. Voir (...)

12Sur la base de ces observations, il est important de noter que la publication des fouilles du Janicule est due au même « admirable dévouement fraternel », selon les termes de Camille Jullian18, que l’ouvrage dédié aux basiliques chrétiennes19. Les deux ouvrages posthumes paraissent à peu de mois d'intervalle.

Fig. 17a : Lettre de R. Dussaud à A. Gauckler (4 juin 1912)

Fonds Poinssot, 106, 203, 02, 02, 02

Fig. 17b : Lettre de R. Dussaud à A. Gauckler (4 juin 1912)

Fonds Poinssot, 106, 203, 02, 02, 02

Fig. 18 : Lettre de P. Monceaux à A. Gauckler (11 août 1912)

Fonds Poinssot, 106, 193, 02, 05

Fig. 19 : Lettre de P. Monceaux à A. Gauckler (11 août 1912)

Fonds Poinssot, 106, 193, 02, 05

  • 20 Fonds Poinssot, 106, 203, 02, 02, 02.
  • 21 Fonds Poinssot, 106, 193, 02, 05.

13Seuls quelques documents nous éclairent sur le travail d’Anna Gauckler, qui autrement serait resté dans l'ombre de son frère. Parmi eux, une lettre de René Dussaud envoyée à Anna Gauckler (fig. 17a et 17b) confirme la demande d’aide au savant pour la publication de la statue d’« Isis Casati20 » dans l’ouvrage dédié au Janicule. Dans deux autres lettres de Paul Monceaux, c’est la publication des basiliques chrétiennes qui est l’objet de discussion21 (fig. 18 et 19). Un troisième document, une lettre d’Alfred Merlin à Louis Poinssot, se réfère directement à ces travaux, bien que de façon laconique :

  • 22 Fonds Poinssot, 106, 033, 01.

« […] Elle [Anna Gauckler] imprime chez Picard un volume renfermant les articles romains et italiens, et a l’intention de réunir de même, plus tard, les articles africains dispersés dans les revues, auxquels elle joindrait les inédits qu’elle découvrirait dans les papiers de son frère. […]22 »

14Cela est suffisant pour nous permettre d’entrevoir la façon dont, pendant l’année qui suivit la mort de Paul Gauckler, sa sœur s’engagea dans la publication de deux importantes études menées par son frère :

  • 23 Gauckler 1912, p. I.
  • 24 Gauckler 1913, Préface, p. 5. Le volume dédié aux années romaines de Paul Gauckler était déjà bien (...)

« [pour] nous conformer à un désir exprimé par l’auteur […]23 », « […] nous nous hâtons de publier ces documents, pour les mettre le plus tôt possible à la disposition du monde savant.24 »

  • 25 Une partie du fonds Gauckler conservée aux archives départementales de l’Ariège (41 J 125-144 « Pau (...)

15À travers ces documents transparaît une femme capable de tutoyer les différents chercheurs du milieu académique, sollicités pour permettre l’aboutissement d’un travail scientifique. Ce travail, qu’elle avait appris par osmose, qu’elle n’avait jamais pratiqué, ne lui est pas étranger ; au contraire, elle eut l’usage de ses mécanismes25.

  • 26 Fonds Poinssot, 106, 203, 02, 01 et 106, 203, 02, 02, 01.
  • 27 Voir par exemple l’inventaire des papiers Gauckler dactylographié (Fonds Poinssot, 106, 190, 01) ou (...)

16De la même manière, nous croyons qu’il faut attribuer à la main d’Anna Gauckler l’inventaire des papiers de Paul Gauckler conservé dans le fonds26 (fig. 20a). Eu égard à l’élaboration nécessaire pour publier le livre posthume, en particulier pour isoler les parties encore inédites de celles déjà exploitées, il nous semble possible de considérer que cet inventaire fut réalisé à cette époque. En observant cette liste se forme l’impression d’un document écrit d’un seul jet, qui devient de plus en plus désordonné au fur et à mesure de son avancement. Sont repris les titres des dossiers originaux et leurs dates, lorsqu’elles existent, assortis d’un bref descriptif de leur conditionnement. D’autres documents similaires font partie du fonds. Ils présentent généralement un aspect très soigné, et sont reliés ou réalisés sur un cahier27. Il nous semble donc probable qu’il s’agisse d’un inventaire fait au lendemain de la disparition de Paul Gauckler de la main de sa sœur Anna, à en juger par l’écriture bien reconnaissable.

Fig. 20a : Inventaire des papiers P. Gauckler rédigé par A. Gauckler

Notes

8 Fonds Poinssot, 106, 201, 03 et 106, 202, 01-02

9 Fonds Poinssot, 106, 194-195, 25. Carnets de fouille et d’étude.

10 Par exemple dans un carnet datable de 1907 apparaissent, outre des notes pour l’article sur l’Antinoüs et la Niobide, les premiers dessins du sanctuaire syrien et de la fontaine ainsi que des notes sur des divinités syriennes : Carnet Gauckler 160, 195, 18. Les carnets rédigés pendant les années romaines portent les numéros suivants : Fonds Poinssot, 160, 195, 13-14, 18, 20-21.

11 Fonds Poinssot, 106, 202, 01-02. Gauckler 1907c ; Gauckler 1908d ; Gauckler 1909 ; Gauckler 1910b.

12 Fonds Poinssot, 106, 203. Gauckler 1912.

13 Gauckler 1912, Préface.

14 La page fait référence à la page du manuscrit. En réalité deux versions de la main de Paul Gauckler sont conservées avec une pagination légèrement différente. Le texte est intégralement reproduit dans l’ouvrage posthume : Gauckler 1912, p. 194 et suiv.

15 René Dussaud (1868-1958), spécialiste de religions orientales.

16 Maurice Goguel (1880-1955), spécialiste du christianisme primitif.

17 Il nous semble que ce document n’a pas été publié jusqu’à ici : Fonds Poinssot, 106, 203, 02, 02.

18 Jullian 1913. Il est significatif qu’aucun auteur des comptes rendus des deux ouvrages ne cite explicitement la sœur, mais que des paraphrases soient employées. Voir par exemple celle citée par Camille Jullian : « […] des mains pieuses […] », Massigli 1913 ; « […] les soins de la famille […] », Toutain 1913.

19 Gauckler 1913. Une copie de l’ouvrage est conservée dans le fonds Poinssot, 106, 088, 02, 04. Voir à ce propos Caillaud 2014.

20 Fonds Poinssot, 106, 203, 02, 02, 02.

21 Fonds Poinssot, 106, 193, 02, 05.

22 Fonds Poinssot, 106, 033, 01.

23 Gauckler 1912, p. I.

24 Gauckler 1913, Préface, p. 5. Le volume dédié aux années romaines de Paul Gauckler était déjà bien avancé en mars 1912 selon un spécimen portant cette date et partiellement conservé dans les archives (Fonds Poinssot, 106, 203, 02, 03, 01), mais la préface porte la date du 1er octobre de la même année.

25 Une partie du fonds Gauckler conservée aux archives départementales de l’Ariège (41 J 125-144 « Paul Gauckler, fils de Philippe Gauckler et de sa femme Éléonore, archéologue (1866-1911) ») porte sur les années romaines de Paul Gauckler et sur l’activité d’Anna Gauckler à la mort de son frère. La consultation de ces documents est susceptible d’apporter des éléments ultérieurs sur la figure d’Anna Gauckler, en particulier sur les publications dont la sœur de l’archéologue s’est occupée personnellement.

26 Fonds Poinssot, 106, 203, 02, 01 et 106, 203, 02, 02, 01.

27 Voir par exemple l’inventaire des papiers Gauckler dactylographié (Fonds Poinssot, 106, 190, 01) ou le registre de lettres de condoléances pour la mort de Paul Gauckler (Fonds Poinssot, 106, 193, 05).

Table des illustrations

Légende Fig. 12 : Début des opérations des fouilles sur le Janicule
Crédits Fonds Poinssot, 106, 201, 03, 01
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/7181/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Fig. 13 : Fouilles sur le Janicule. Sur la gauche Paul Gauckler ; en premier plan le mur du sanctuaire et une sépulture tardive ; sur la droite un ouvrier
Crédits Fonds Poinssot, 106, 201, 03, 01
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/7181/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 14 : Vue d'ensemble sur la Fouille
Crédits Fonds Poinssot, 106, 201, 03, 01
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/7181/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 15 : Extrait d'un carnet de fouille de Paul Gauckler 1909
Crédits Fonds Poinssot, 106, 195, 20
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/7181/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 16 : Manuscrit d'Anna Gauckler. Brouillon (?) de la préface pour l'ouvrage : « le sanctuaire syrien du Janicule » (Gauckler 1913)
Crédits Fonds Poinssot, 106, 203, 02, 02, 02
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/7181/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 17a : Lettre de R. Dussaud à A. Gauckler (4 juin 1912)
Crédits Fonds Poinssot, 106, 203, 02, 02, 02
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/7181/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 17b : Lettre de R. Dussaud à A. Gauckler (4 juin 1912)
Crédits Fonds Poinssot, 106, 203, 02, 02, 02
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/7181/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Fig. 18 : Lettre de P. Monceaux à A. Gauckler (11 août 1912)
Crédits Fonds Poinssot, 106, 193, 02, 05
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/7181/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 19 : Lettre de P. Monceaux à A. Gauckler (11 août 1912)
Crédits Fonds Poinssot, 106, 193, 02, 05
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/7181/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 20a : Inventaire des papiers P. Gauckler rédigé par A. Gauckler
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/7181/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 33k

Pour citer cet article

Référence papier

Sandra Zanella, « Les années romaines de Paul Gauckler. II », in Monique Dondin-Payre, Houcine Jaïdi, Sophie Saint-Amans et Meriem Sebaï (dir.), Autour du fonds Poinssot, INHA (« Actes de colloques »).

Référence électronique

Sandra Zanella, « Les années romaines de Paul Gauckler. II », in Monique Dondin-Payre, Houcine Jaïdi, Sophie Saint-Amans et Meriem Sebaï (dir.), Autour du fonds Poinssot, INHA (« Actes de colloques »), [En ligne], mis en ligne le 19 juillet 2017, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://inha.revues.org/7181

Auteur

Sandra Zanella

Articles du même auteur

Droits d’auteur

Tous droits réservés