Navigation – Plan du site
Autour du fonds Poinssot - Monique Dondin-Payre, Houcine Jaïdi, Sophie Saint-Amans et Meriem Sebaï (dir.)
Valorisation du fonds Poinssot : étude de cas

Les fouilles du docteur Giacomo Dolcemascolo à Haïdra-Ammaedara dans les années 1930. III

L’histoire de la découverte archéologique d’une antique cité tunisienne durant l’entre-deux-guerres
Elsa Rocca

Texte intégral

Reprise des travaux sur le quartier oriental (1934-1938)

Le théâtre

  • 49 Plusieurs clichés dans le fonds pourraient correspondre à cette trouvaille.

1Deux notes de Louis Poinssot indiquent qu’en 1932, 420 inscriptions (des fragments ?) provenant du théâtre ont été transportées au musée du Bardo. Cela donne une idée de l’ampleur des dégagements et du nombre important de découvertes. On ne sait pas si les travaux ont été poursuivis au-delà de 1927, en revanche on apprend par la lettre du 28 février 1934 que les fouilles ont été reprises à ce moment-là sur l’édifice. Giacomo Dolcemascolo explique que c’est grâce à l’octroi de quinze hommes par le contrôleur civil de Thala, à titre de chantier de charité. Dans un autre courrier du 24 avril de la même année, le docteur rapporte à Louis Poinssot qu’il a pu mettre en communication l’escalier et la porte centrale. À cette date, il avait donc dégagé la moitié de la cavea. Dans la première lettre citée, il signale plusieurs inscriptions et la main d’une statue en marbre blanc ; dans la seconde, il évoque des fragments de statues et « beaucoup de fragments d’inscriptions », sans apporter plus de précisions. Dans une dernière lettre relative aux fouilles, datée du 18 juillet 1938, Dolcemascolo mentionne, parmi diverses photographies qu’il envoie à Louis Poinssot, une vue de son jardin avec la dernière statue trouvée au théâtre49. Il évoque ensuite une inscription et l’équipe des ouvriers, ce qui laisse supposer que l’édifice faisait toujours l’objet de fouilles en 1938.

Le mausolée carré

2À travers les notes de Louis Poinssot, il apparaît que le mausolée carré, situé à moins de 200 mètres au nord-est du théâtre, a aussi fait l’objet de dégagement (fig. 2, no 14). Une étude de l’édifice a en tout cas été réalisée, comme le révèlent une restitution de son élévation et une note comprenant des croquis et des annotations, où Poinssot indique notamment : « 2 guirlandes seulement ont été retrouvées… ». Sur les clichés conservés dans le dossier, apparemment antérieurs à ces travaux, seul le haut du premier degré du soubassement est visible (fig. 14), alors que sur les croquis de Louis Poinssot, les trois degrés sont restitués, comme on peut les voir aujourd’hui sur le tombeau (fig. 15). La lettre du 4 janvier 1937, déjà citée, mentionnerait justement la fouille d’un mausolée, sans plus de précisions. Il serait assez vraisemblable que Dolcemascolo s’est intéressé à ce monument au moment où il fouillait le théâtre tout proche.

Fig. 14 : Le mausolée carré avant le dégagement du socle en 1937, vue vers l’ouest (auteur et date du cliché inconnus).

Archives Poinssot, INHA.

Fig. 15 : Vue actuelle du mausolée carré, vers le sud-ouest.

E. Rocca, 2008.

La nécropole de l’est et l’arc de Septime Sévère

  • 50 Maufus 1976, p. 68.
  • 51 Pour les inscriptions au Bardo dont la provenance était connue : Ben Abdallah 1986, p. 22-27, nos 3 (...)

3Les premiers tombeaux de la nécropole orientale sont installés immédiatement à l’est de l’arc de Septime Sévère, transformé en bastion à l’époque byzantine (fig. 2, no 15). D’après un lot de clichés datés de 1937, qui montre les tombes en cours de dégagement (fig. 16), il apparaît que la nécropole orientale, explorée dès 1925-1927, était fouillée à cette date. On peut supposer que la fouille avait été poursuivie depuis les premières explorations ou qu’elle a été reprise après un temps d’arrêt. On sait par ailleurs que l’arc de Septime Sévère a fait l’objet de consolidations par un ingénieur des travaux publics en 192850. Une photographie montrant la façade orientale nettoyée est datée de mai 1937 (fig. 17). On y aperçoit la façade occidentale, dégagée également de ses blocs effondrés. Elle est visible ainsi sur un second cliché, non daté mais sans doute contemporain du premier (fig. 18). Il est donc vraisemblable que l’ensemble du secteur a été fouillé au même moment, en 1937 : les tombes à l’est de l’arc, les blocs tombés des deux façades et le dallage de la voie à l’ouest, comme cela apparaît sur une des photographies de la nécropole sur laquelle on distingue à l’arrière-plan la façade dégagée de l’arc (fig. 19). L’ensemble des clichés montre l’intensité des travaux effectués, confirmée par les nombreuses inscriptions relevées sur des fiches par Louis Poinssot et Giacomo Dolcemascolo, ainsi que dans un de ses carnets. En ce qui concerne les épitaphes de soldats, pas moins de 41 inscriptions ont été découvertes, soit plus de la moitié du lot, qui en compte aujourd’hui environ 7051. Mises à part les stèles et la série de photographies, rien n’est parvenu de cette fouille dans le fonds Poinssot, concernant notamment le mobilier découvert, l’ampleur du chantier ou le nombre de tombes explorées.

Fig. 16 : Tombes de la nécropole orientale en 1937, en cours de fouilles (des outils sont posés contre la stèle au centre). Vue vers le sud (auteur inconnu).

Archives Poinssot, INHA.

Fig. 17 : Vue de la façade orientale de l’arc après le dégagement des blocs. Cliché légendé « V.37 » pour mai 1937, selon la façon habituelle de marquer les dates par G. Dolcemascolo.

Archives Poinssot, INHA.

Fig. 18 : Vue de la façade occidentale après dégagement des blocs et fouille du dallage de la rue à l’est ; le mur au premier plan appartient au bastion byzantin (G. Dolcemascolo ? Vers 1937).

Archives Poinssot, INHA.

Fig. 19 : Le sud de la nécropole à la fin de la fouille, avec à l’arrière-plan la façade orientale de l’arc, nettoyée. Vue vers l’ouest (G. Dolcemascolo ? Vers 1937).

Archives Poinssot, INHA.

Le rôle du docteur Dolcemascolo

4Giacomo Dolcemascolo était un fouilleur de son temps qui faisait pratiquer les dégagements sans doute de façon assez expéditive par des équipes d’ouvriers. Bien que le site n’ait pas fait alors l’objet de fouilles fines, l’ensemble de la documentation manuscrite montre toutefois un souci assez scrupuleux de répertorier, d’inventorier et d’expliquer les découvertes. Deux carnets d’épigraphie par exemple sont particulièrement soignés : sur des feuillets reliés et enserrés dans une couverture cartonnée, les inscriptions sont copiées, numérotées et les supports dessinés avec l’indication de leurs dimensions. Sur les fiches d’inscriptions, le décor des pierres inscrites était dessiné, parfois de face et de profil. Dans ses lettres, Dolcemascolo illustre ses explications de petits croquis, représentant par exemple l’hémicycle du théâtre avec les zones déblayées et celles non fouillées (fig. 4), la localisation de la basilique V par rapport à la citadelle (fig. 7) ou encore l’emplacement des trouvailles dans l’abside de cette même église. Il dessinait également des détails architecturaux, comme le creusement dans le dallage d’une des salles du forum avec l’indication des dimensions, ou encore des inscriptions chrétiennes avec les symboles gravés (chrismes) et les dimensions de leur support. Enfin, rappelons les clichés déjà cités qu’il avait pris au cours des fouilles du théâtre, des thermes ou lors de la découverte de la statue de l’empereur cuirassé, encore en place.

  • 52 La réflexion n’est pas absurde, mais anachronique, car la basilique III est byzantine. Voir Baratte(...)

5À travers ses lettres à Louis Poinssot, on perçoit qu’il observait attentivement ce qu’il fouillait et qu’il essayait de comprendre ses découvertes. Par exemple, il décrivait pour la basilique III, dans la lettre du 5 février 1934 : « à l[a] hauteur de 70 cm à 1 mètre du sol, on trouve une couche de scories [...]. Dans la couche superficielle[,] des fragments de vieilles poteries arabes ». Pour expliquer la proximité de l’église de la citadelle avec la basilique V, il se demandait, dans la lettre du 27 décembre 1934, si ce n’était pas lié à une répartition des lieux de culte entre chrétiens et donatistes52. La reconstitution de la chronologie des fouilles fait ressortir une certaine cohérence dans son programme de travail, ciblé pour une période sur les églises, puis sur le centre monumental et enfin de nouveau sur le quartier oriental. Ces choix peuvent refléter un certain pragmatisme, lorsque Dolcemascolo se concentrait sur le secteur oriental ou le centre, mais ne seraient-ils pas aussi le témoignage d’un programme plus organisé qu’on aurait pu le penser au premier abord ?

  • 53 Duval 1982, p. 15.

6Quelques informations sur sa façon de procéder ressortent également de la documentation. Dans la lettre du 1er mai 1930, on apprend que Dolcemascolo ne fouillait que les dimanches, au moins à cette époque, étant donné qu’il travaillait la semaine à Kalaât Jerda. Il n’est pas impossible toutefois qu’il se soit rendu plus souvent sur le site à certains moments. Dans plusieurs lettres, il mentionne les photographies qu’il prenait lui-même, en particulier celles en petit format à bords dentelés qui ont pour sujet le grand temple (fig. 9-11). Grâce à la liste qu’il en donne dans sa lettre, on peut retrouver les clichés car il a marqué le numéro correspondant dans l’angle. Il se servait aussi d’un format plus grand, qui correspond notamment aux cartes postales ou cartes de vœux qu’il envoyait à Louis Poinssot. Dolcemascolo fait plusieurs fois référence aux moments où ils choisissaient ensemble les négatifs, quand Louis Poinssot se rendait à Kalaât Jerda et à Haïdra. Il envoyait ensuite les négatifs ou les clichés par courrier à Tunis. Le docteur était particulièrement conscient du souci qu’avait le directeur de trouver des inscriptions. Il y fait référence dans sa lettre du 5 février 1934 au sujet de la basilique III. Il précise dans la lettre du 21 novembre 1927 sur la fouille du théâtre, qu’il a fait mettre de côté tous les blocs ou fragments avec « la moindre trace de travail ou de décoration » avant que M. Mongelli emporte les déblais. On apprend aussi qu’il a fait parfois lui-même des estampages d’inscriptions53. Une note de Louis Poinssot renseigne également sur leur façon de procéder. Il indique qu’il pourra publier certains textes lorsque Dolcemascolo lui aura donné des renseignements complémentaires. De même, dans un mémorandum, il note qu’il doit demander à M. Dolcemascolo des renseignements sur l’emplacement des tombes. À l’inverse, certains documents de la main du docteur peuvent être des mises au propre de notes prises sur le terrain par Louis Poinssot, qu’il laissait apparemment à Kalaât Jerda. Le procédé est explicite pour l’inventaire des découvertes dans le sanctuaire de Saturne, noté rapidement sur une fiche par Louis Poinssot, reproduit avec soin par Giacomo Dolcemascolo sur un autre papier. Il fait référence à de nombreuses reprises dans ses lettres aux notes laissées par Louis Poinssot lors de ses passages, qu’il renvoyait à ce dernier par courrier à Tunis.

  • 54 Poinssot 1927, p. 60.
  • 55 Poinssot 1927, p. 61.
  • 56 Maufus 1976, p. 69.
  • 57 Noël Duval, qui a bien connu Louis Poinssot, indique 1940 pour la fin des fouilles de Giacomo Dolce (...)

7Il semble en définitive que le directeur avait placé une grande confiance en Giacomo Dolcemascolo, comme il l’a écrit en 1927 : les « fouilles [ne sont] conduites qu’en présence de Dolcemascolo et avec un soin méticuleux54 ». Cela pourrait expliquer, outre la distance entre Haïdra et Tunis qui ne facilitait pas les déplacements, que Louis Poinssot semble avoir été assez peu présent : il effectuait des voyages, ses notes sur le terrain en témoignent, mais il a très peu publié. Il projetait la publication du sanctuaire de Saturne, de la mosaïque « de l’Année et des saisons » mais peut-être souhaitait-il laisser Dolcemascolo publier ses propres travaux. Dès 1927, il mentionne que le docteur préparait un mémoire sur les textes et statues du site, qui n’est pas paru55. Giacomo Dolcemascolo témoigne en permanence dans ses lettres d’une grande humilité face au savoir de Louis Poinssot, ce qui explique peut-être qu’il n’a pas osé publier ses découvertes, alors que Louis Poinssot l’y aurait encouragé. Il avait cependant préparé une étude régionale, avec un Guide illustré du touriste et de l’amateur d’archéologie sur Haïdra que Noël Duval a pu voir dans la capitale56. La guerre a aussi pu faire avorter ses projets, provoquant l’arrêt des fouilles et son retour dans la capitale. Le départ de Dolcemascolo et sa famille date de 1941 car la dernière lettre conservée dans le fonds, du 9 janvier, est encore écrite à Kalaât Jerda. Elle date donc de l’année du décès du docteur, qui survint le 15 avril 1941. Le dernier document relatif aux fouilles est la lettre de 1938 qui évoque les travaux en cours. Début 1941, Giacomo Dolcemascolo n’écrivait plus régulièrement à Louis Poinssot, comme il le regrette dans sa lettre du mois d'avril. On comprend qu’il a arrêté de fouiller à cause de la guerre. Les derniers travaux ont certainement eu lieu vers 1939 ou 194057. Cette ultime lettre, d’un ton assez triste, illustre la fin de près de vingt ans de collaboration.

Conclusion

8Les archives Poinssot livrent de précieuses informations sur les premières fouilles d’importance à Haïdra. L’étude minutieuse et attentive de ce fonds permet aujourd’hui de mieux comprendre l’origine de nombreux objets (inscriptions, statues, mosaïques, etc.) ainsi que la physionomie actuelle du site, qui résulte en grande partie de ces dégagements réalisés dans les années 1930. Parmi l’abondante documentation relative aux fouilles de Giacomo Dolcemascolo, le petit « corpus » des quinze lettres et des trois cartes postales datées est très précieux pour compléter la chronologie des travaux. C’est durant la période d’activité du docteur qu’a en outre été réalisée par les travaux publics la voie de chemin de fer, qui coupe la partie nord du site, depuis le nord-est vers l’ouest. C’est à partir de la gare construite alors que s’est développé le village moderne d’Haïdra à la limite nord-ouest de l’emprise des ruines.

  • 58 Golvin, Piraud-Fournet 2013.
  • 59 Elles sont étudiées par François Baratte et Nathalie de Chaisemartin dans le cadre de leur inventai (...)

9L’ensemble de la documentation apporte des compléments essentiels à l’étude des édifices anciennement fouillés, qui font ou doivent faire dans les prochaines années l’objet d’un réexamen : le théâtre est encore inédit et les thermes sont en cours d’étude. Le plan du temple central a été repris par Jean-Claude Golvin et Pauline Piraud-Fournet58, mais l’édifice doit être réétudié, de même que la nécropole, l’arc et le fortin byzantin. Parmi les nombreux objets découverts à l’époque, une partie seulement est arrivée au Bardo avec l’indication de la provenance. Les documents conservés dans le fonds Poinssot permettent donc de compléter un peu la liste des découvertes, comme par exemple ces photographies qui montrent des statues en pied exposées dans le jardin de Dolcemascolo avant leur transfert au Bardo59.

10La Seconde Guerre mondiale a assurément mis fin aux fouilles à Haïdra et Giacomo Dolcemascolo est décédé avant d’avoir pu synthétiser et publier ses travaux, comme il avait visiblement projeté de le faire. Il ressort des archives Poinssot une image plus précise du duo « Dolcemascolo-Poinssot », si fameux pour les spécialistes du site d’Haïdra. Tout en lui laissant une grande liberté d’action, le directeur des Antiquités a largement favorisé l’activité du fouilleur dont il a rendu le rôle officiel auprès du ministère de l’Éducation nationale. On pourrait être enclin à porter un jugement sévère sur les dégagements de grande ampleur menés sur les monuments antiques d’Haïdra dans les années 1930. Les fouilles stratigraphiques ne se pratiquaient pas encore et il est certain qu’en l’absence de rapport de fouilles, une partie de l’histoire du site est irrémédiablement perdue pour les archéologues d’aujourd’hui. Je crois toutefois utile de réhabiliter le rôle et l’action de Dolcemascolo, qui n’a malheureusement pas eu le temps de valoriser ses travaux. Le dépouillement de ses archives personnelles (carnets d’épigraphie, photographies, lettres) permet d’entrapercevoir un fouilleur plus minutieux et observateur que nous le pensions jusqu’à présent.

Bibliographie

Baratte 2010 : François Baratte, « Le dossier des “monuments à auges”. État des questions », dans Fathi Béjaoui (dir.), Actes du 6e colloque international sur l’histoire des steppes tunisiennes. Sbeitla, session 2008, Tunis, INP, 2010, p. 285-306.

Baratte, Béjaoui 2010 : François Baratte et Fathi Béjaoui, « Les fortifications byzantines d’Ammaedara », Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 2010, p. 513-538.

Baratte et al. 1999 : François Baratte, Fathi Béjaoui et Zeineb Ben Abdallah (dir.), Recherches archéologiques à Haïdra, Miscellanea, 2, Rome, 1999 (Collection de l’École française de Rome, 17/2).

Baratte et al. 2009 : François Baratte, Fathi Béjaoui et Zeineb Ben Abdallah (dir.), Recherches archéologiques à Haïdra III, Rome, 2009 (Collection de l’École française de Rome, 18/3).

Baratte et al. 2000 : François Baratte et Zeineb Ben Abdallah, avec la collaboration de Catherine Fourmond, « Le sanctuaire de Saturne à Haïdra. Nouveaux documents », Revue Archéologique, Nouvelle Série, fasc. 1, 2000, p. 51-79.

Baratte, Duval 1974 : François Baratte et Noël Duval, Haïdra. Les ruines d’Ammaedara, Tunis, Société tunisienne de diffusion, 1974.

Baratte et al. 1973 : François Baratte, Noël Duval et Jean-Claude Golvin, « Recherches à Haïdra (Tunisie) V : le Capitole (?), la basilique V », Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1973, p. 156-178.

Baratte et al. 2011 : François Baratte, Noël Duval et Jean-Claude Golvin (dir.), Recherches archéologiques à Haïdra IV. Basilique II, dite de Candidus ou des martyrs de la persécution de Dioclétien, Rome, 2011 (Collection de l’École française de Rome, 18/4).

Béjaoui 2009 : Fathi Béjaoui, « Le secteur du marché », dans François Baratte, Fathi Béjaoui et Zeineb Ben Abdallah (dir.), Recherches archéologiques à Haïdra III, Rome, 2009 (Collection de l’École française de Rome, 18/3), p. 262-281.

Ben Abdallah 1986 : Zeineb Ben Abdallah, Catalogue des inscriptions latines du musée du Bardo, Rome, 1986 (Collection de l’École française de Rome, 92).

Ben Abdallah 1987-1989 : Zeineb Ben Abdallah, « À propos d’une abside construite dans les thermes d’hiver d’Ammaedara en 336 », Bulletin archéologique du Comité des travaux historiques et scientifiques, n. s. 22, 1987-1989, p. 135-140.

Ben Abdallah 1990 : Zeineb Ben Abdallah, « Sur une épitaphe d’Ammaedara relative à un soldat de la IIIe légion Auguste, originaire de Naples », dans Attilio Mastino (dir.), L’Africa romana. Sopravvivenze puniche e persistenze indigene nel Nord Africa ed in Sardegna in età romana, Atti del VII convegno di studio (Sassari, 15-17 dicembre 1989), Sassari, Edizioni Gallizzi, 1990, p. 763-767.

Ben Abdallah 1994 : Zeineb Ben Abdallah, « Des castra hiberna à la colonia emerita : un nouveau document sur le peuplement de la colonie d’Ammaedara », dans Yann Le Bohec (dir.), L’Afrique, la Gaule, la religion à l’époque romaine. Mélanges à la mémoire de Marcel Le Glay, Bruxelles, 1994 (Collection Latomus, 226), p. 185-194, pl. XXVIII-XXX.

Ben Abdallah 1996 : Zeineb Ben Abdallah, « Ammaedara (Haïdra) sous le Haut-Empire. Aspects historiques et topographiques », Africa, XIV, 1996, p. 65-101.

Ben Abdallah, Le Bohec 1997 : Zeineb Ben Abdallah et Yann Le Bohec « Nouvelles inscriptions d’Haïdra concernant l'armée romaine », Mélanges de l’École française de Rome. Antiquité, 109-1, 1997, p. 41-82.

Ben Abdallah et al. 2014 : Zeineb Ben Abdallah, Caroline Blonce et Elsa Rocca, « Nouvelles inscriptions publiques inédites d’Haïdra », Antiquités africaines, 50, 2014, p. 125-140.

Ben Abdallah, Rocca 2013 : Zeineb Ben Abdallah et Elsa Rocca, « Les inscriptions militaires d’Haïdra dans le fonds Poinssot (INHA) », Antiquités africaines, 49, 2013, p. 39-66.

Cagnat, Gauckler 1898 : René Cagnat et Paul Gauckler, Les monuments historiques de Tunisie. Première partie : Les monuments antiques. I. Les temples païens, Paris, E. Leroux, 1898.

Davis 1862 : Nathan Davis, Ruined Cities within Numidian and Carthaginian Territories, Londres, J. Murray, 1862.

Diehl 1893 : Charles Diehl, « Rapport sur deux missions archéologiques dans l’Afrique du Nord (avril-juin 1892 et mars-mai 1893) », Nouvelles Archives des Missions scientifiques et littéraires, IV, 1893, p. 284-434.

Duval 1976 : Noël Duval, « Encore les “monuments à auges” d’Afrique. Tébessa Khalia, Hr Faraoun », Mélanges de l’École française de Rome, 88-2, 1976, p. 929-959.

Duval 1981 : Noël Duval (dir.), Recherches archéologiques à Haïdra II. La basilique I dite de Melléus ou de Saint Cyprien, Paris, 1981 (Collection de l’École française de Rome, 18/2).

Duval 1982 : Noël Duval, « Topographie et urbanisme d’Ammaedara (actuellement Haidra, Tunisie) », Aufstieg und Niedergang der römischen Welt: Geschichte und Kultur Roms im Spiegel der neueren Forschung, II, 10, 2, Berlin/New York, 1982, p. 633-671.

Duval et al. 1989 : Noël Duval, François Baratte et Jean-Claude Golvin, « Les églises d’Haïdra VI. La basilique des martyrs de la persécution de Dioclétien. Bilan de la campagne 1983 », Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1989, p. 129-173.

Duval, Golvin 1972 : Noël Duval et Jean-Claude Golvin, « Haïdra à l’époque chrétienne IV : le monument à auges et les bâtiments similaires », Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1972, p. 133-172.

Duval 1975 : Noël Duval avec la collaboration de Françoise Prévot, Recherches archéologiques à Haïdra I. Les inscriptions chrétiennes, Rome, 1975 (Collection de l’École française de Rome, 18).

Goetschy 1893 : Paul Goetschy, « Chroniques de l’année 1892. Haydra », Recueil des notices et mémoires de la Société archéologique du département de Constantine, 3e série, vol. 6, t. 27, 1892 (1893), p. 350-353.

Goetschy 1895 : Paul Goetschy, « Fouilles archéologiques exécutées en mai 1894 dans la région d’Haydra (Tunisie) », Recueil des notices et mémoires de la Société archéologique du département de Constantine, 3e série, vol. 8, t. 29, 1894 (1895), p. 566-581.

Golvin, Piraud-Fournet 2013 : Jean-Claude Golvin et Pauline Piraud-Fournet, « Le grand temple d’Ammaedara (Haïdra - Tunisie). Étude architecturale et proposition de restitution », dans François Baratte, Véronique Brouquier-Reddé et Elsa Rocca (dir.), Du culte aux sanctuaires. Architecture religieuse dans l’Afrique romaine et byzantine. Actes du colloque, 18-19 avril 2013, Paris (à paraître).

Gsell 1902 : Stéphane Gsell, « Édifices chrétiens d’Ammaedara », dans Atti del IIe Congresso internazionale di Archeologia cristiana, Rome, 17-25 avril 1900, Rome, Spithör, 1902, p. 225-239.

Guérin 1862 : Victor Guérin, Voyage archéologique dans la Régence de Tunis, 2 tomes, Paris, H. Plon, 1862.

Lamare, Rocca 2012 : Nicolas Lamare et Elsa Rocca, « L’usage de l’eau dans les thermes d’Haïdra », dans Frédéric Hurlet et Véronique Brouquier-Reddé (dir.), L’eau dans les villes du Maghreb et leur territoire à l'époque romaine, Actes du colloque international, 6-8 décembre 2012, Bordeaux/Pessac (Collection Mémoires), (à paraître).

Le Glay 1961 : Marcel Le Glay, Saturne africain. Monuments, t. I : Afrique proconsulaire, Paris, Arts et métiers graphiques-CNRS, 1961.

Maufus 1976 : Marie-Christine Maufus, Histoire et bibliographie du site d’Ammaedara-Haïdra 1727-1975, mémoire de maîtrise, Université Paris-Sorbonne, 1976.

Parrish 1984 : David Parrish, Season Mosaics of Roman North Africa, Rome, G. Bretschneider, 1984.

Parrish 1995 : David Parrish, « The Mosaic of Aion and the Seasons from Haïdra (Tunisia): an interpretation of its meaning and importance », Antiquité Tardive, 3, 1995, p. 165-191.

Piganiol, Laurent-Vibert 1912 : André Piganiol et Robert Laurent-Vibert, « Recherches archéologiques à Ammaedara», Mélanges d’archéologie et d’histoire, XXXII, 1912, p. 69-229.

Poinssot 1955 : Claude Poinssot, « Statues du temple de Saturne (Thugga) », Karthago, 1955, p. 32-76.

Poinssot 1927 : Louis Poinssot, « Découverte d’inscriptions et de stèles romaines à Haïdra », Bulletin archéologique du Comité des travaux historiques et scientifiques, 1927, p. 60-63, 199-208.

Poinssot 1934 : Louis Poinssot, « Une inscription mentionnant des reliques de saint Cyprien », Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1934, p. 249-254.

Poinssot 1934-1935 : Louis Poinssot, « Les inscriptions chrétiennes d’Haïdra », Bulletin archéologique du Comité des travaux historiques et scientifiques, 1934-1935, p. 69-81.

Poinssot, Feuille 1941-1942 : Louis Poinssot et G. L. Feuille, « Inscriptions chrétiennes d’Ammaedara (Haïdra) », Bulletin archéologique du Comité des travaux historiques et scientifiques, 1941-1942, p. 601-639.

Poinssot, Lantier 1923 : Louis Poinssot et Raymond Lantier, [Note sur une borne des Musulamii], Bulletin de la Société nationale des Antiquaires de France, 1923, p. 147-149.

Rocca 2012 : Elsa Rocca, Ammaedara et son territoire : étude d’une ville de l’Afrique antique, thèse de doctorat, Université Paris-Sorbonne, 2012 (publication en cours).

Rocca 2012a : Elsa Rocca, « Le rôle de la IIIe Légion Auguste dans l’aménagement du territoire et de la colonie d’Ammaedara (Haïdra) », dans Maria Bastiana Cocco, Alberto Gavini et Antonio Ibba (dir.), L’Africa romana. Trasformazione dei paesaggi del potere nell’Africa settentrionale fino alla fine del mondo antico, Atti del XIX convegno di studio (Sassari/Alghero, 16-19 dicembre 2010), Rome, Carocci editore, 2012, p. 565-579.

Saladin 1887 : Henri Saladin, « Rapport sur la mission faite de novembre 1882 à avril 1883 en Tunisie », Archives des Missions scientifiques et littéraires, 3e série, t. XIII, 1887, p. 1-225.

Notes

49 Plusieurs clichés dans le fonds pourraient correspondre à cette trouvaille.

50 Maufus 1976, p. 68.

51 Pour les inscriptions au Bardo dont la provenance était connue : Ben Abdallah 1986, p. 22-27, nos 38-54. Les inscriptions laissées in situ ont été retrouvées par Zeineb Ben Abdallah : Ben Abdallah, Le Bohec 1997. Voir aussi : Ben Abdallah 1990 et Ben Abdallah 1994. Pour les textes restés inédits et renseignés par des fiches dans le fonds Poinssot : Ben Abdallah, Rocca 2013.

52 La réflexion n’est pas absurde, mais anachronique, car la basilique III est byzantine. Voir Baratte et al. 1999, p. 61-205.

53 Duval 1982, p. 15.

54 Poinssot 1927, p. 60.

55 Poinssot 1927, p. 61.

56 Maufus 1976, p. 69.

57 Noël Duval, qui a bien connu Louis Poinssot, indique 1940 pour la fin des fouilles de Giacomo Dolcemascolo : Duval 1982, p. 670.

58 Golvin, Piraud-Fournet 2013.

59 Elles sont étudiées par François Baratte et Nathalie de Chaisemartin dans le cadre de leur inventaire des sculptures du Bardo.

Table des illustrations

Légende Fig. 14 : Le mausolée carré avant le dégagement du socle en 1937, vue vers l’ouest (auteur et date du cliché inconnus).
Crédits Archives Poinssot, INHA.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/7179/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 15 : Vue actuelle du mausolée carré, vers le sud-ouest.
Crédits E. Rocca, 2008.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/7179/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 16 : Tombes de la nécropole orientale en 1937, en cours de fouilles (des outils sont posés contre la stèle au centre). Vue vers le sud (auteur inconnu).
Crédits Archives Poinssot, INHA.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/7179/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 17 : Vue de la façade orientale de l’arc après le dégagement des blocs. Cliché légendé « V.37 » pour mai 1937, selon la façon habituelle de marquer les dates par G. Dolcemascolo.
Crédits Archives Poinssot, INHA.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/7179/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 18 : Vue de la façade occidentale après dégagement des blocs et fouille du dallage de la rue à l’est ; le mur au premier plan appartient au bastion byzantin (G. Dolcemascolo ? Vers 1937).
Crédits Archives Poinssot, INHA.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/7179/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 19 : Le sud de la nécropole à la fin de la fouille, avec à l’arrière-plan la façade orientale de l’arc, nettoyée. Vue vers l’ouest (G. Dolcemascolo ? Vers 1937).
Crédits Archives Poinssot, INHA.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/7179/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 52k

Pour citer cet article

Référence papier

Elsa Rocca, « Les fouilles du docteur Giacomo Dolcemascolo à Haïdra-Ammaedara dans les années 1930. III », in Monique Dondin-Payre, Houcine Jaïdi, Sophie Saint-Amans et Meriem Sebaï (dir.), Autour du fonds Poinssot, INHA (« Actes de colloques »).

Référence électronique

Elsa Rocca, « Les fouilles du docteur Giacomo Dolcemascolo à Haïdra-Ammaedara dans les années 1930. III », in Monique Dondin-Payre, Houcine Jaïdi, Sophie Saint-Amans et Meriem Sebaï (dir.), Autour du fonds Poinssot, INHA (« Actes de colloques »), [En ligne], mis en ligne le 25 octobre 2017, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://inha.revues.org/7179

Auteur

Elsa Rocca

Alexander von Humboldt Stiftung, Université de Cologne

Articles du même auteur

Droits d’auteur

Tous droits réservés