Navigation – Plan du site
Autour du fonds Poinssot - Monique Dondin-Payre, Houcine Jaïdi, Sophie Saint-Amans et Meriem Sebaï (dir.)
Valorisation du fonds Poinssot : étude de cas

Les fouilles du docteur Giacomo Dolcemascolo à Haïdra-Ammaedara dans les années 1930. I

L’histoire de la découverte archéologique d’une antique cité tunisienne durant l’entre-deux-guerres
Elsa Rocca

Texte intégral

Introduction

  • 1 Cette étude a été menée dans le cadre de la mission tuniso-française à Haïdra et des recherches eff (...)
  • 2 Thomas Shaw fut le premier à visiter le site en 1727 et fut suivi de nombreux explorateurs, tel Vic (...)
  • 3 Chef de bataillon et commandant supérieur du Cercle de Gafsa, Paul Goetschy entreprit des fouilles (...)
  • 4 Voir Duval 1975, p. 13 pour la basilique I et Rocca 2012, I, p. 56-57.
  • 5 Piganiol, Laurent-Vibert 1912.

1Les ruines de la ville antique d’Ammaedara se situent dans le centre-ouest de la Tunisie, près de la frontière algérienne, dans le village actuel d’Haïdra (fig. 1). La colonie romaine fut fondée vers 75 de notre ère après le départ de la IIIe légion Auguste, dont le camp d’hiver avait été installé au tout début du ier siècle sur la route qui reliait Carthage à Theveste1. Ses ruines imposantes encore en élévation, notamment l’arc de Septime Sévère à l’entrée de la ville, un grand temple et la citadelle byzantine au centre (fig. 2), ont attiré de nombreux voyageurs européens dès le début du xviiie siècle, bien que la région fût difficile d’accès2. Pourtant, les monuments n’ont fait l’objet que de très peu d’explorations avant les années 1920 : le commandant Paul Goetschy fouilla le premier des tombes en 1892 et 18943. Eugène Sadoux, inspecteur et adjoint de Paul Gauckler, effectua ensuite quelques sondages en 1897-1898, notamment dans le quartier du monument à auges4. En 1908, André Piganiol entreprit des fouilles dans le cimetière oriental, puis dans une salle à abside des thermes du Nord et dans la basilique civile l’année suivante, alors accompagné de Robert Laurent-Vibert5. Le dégagement de la plupart des édifices d’Haïdra fut entrepris par Giacomo Dolcemascolo entre 1925 et 1940. Ce dernier peut donc être considéré comme l’une des figures principales de l’histoire du site, bien que ses travaux soient restés largement méconnus en dehors du cercle des spécialistes d’Haïdra.

Fig. 1 : Localisation des lieux cités sur la carte de Tunisie.

E. Rocca 2014.

Fig. 2 : Plan du site d’Haïdra-Ammaedara, avec la localisation des monuments et secteurs mentionnés, les numéros indiquent les édifices et zones fouillés (dates des dégagements) par Giacomo Dolcemascolo.

E. Rocca, 2014.

  • 6 Date à laquelle il découvrit une borne antique : Poinssot, Lantier 1923.
  • 7 Poinssot 1927.
  • 8 Poinssot 1927 ; Poinssot 1934 ; Poinssot 1934-1935 ; Poinssot, Feuille 1941-1942.
  • 9 Outre les travaux menés sur le terrain à partir de 1963 (première mission de vérification par Noël (...)
  • 10 Paris, bibliothèque de l’INHA – collections Jacques-Doucet, fonds Poinssot, 106, 042 à 106, 044 et (...)
  • 11 L’enquête menée en 2009 dans les archives Poinssot a permis de dresser la chronologie de ses travau (...)
  • 12 Pour les inscriptions, voir : Rocca 2012, I, p. 290-315, 595-622, et 627-633 ; Rocca 2012, II, p. 4 (...)

2D’origine italienne, Giacomo Dolcemascolo exerçait dès 19226 comme médecin dans la localité minière de Kalaât Jerda (aujourd’hui Khalaât Khasba), située à quinze kilomètres au nord-est du site (fig. 1). À partir de 1925, en possession d’un permis de fouilles, il commença des travaux à Haïdra sous la supervision de Louis Poinssot, directeur des Antiquités et Arts de Tunis7. Ses dégagements durant une quinzaine d’années ont porté sur onze monuments dont quatre basiliques chrétiennes, deux bâtiments indéterminés, un mausolée et une nécropole. Toutefois, Giacomo Dolcemascolo n’a laissé aucun rapport. Ses fouilles n’ont pas été publiées, à part les découvertes épigraphiques les plus importantes signalées par Louis Poinssot8. Noël Duval et François Baratte ont reconstitué les fouilles et découvertes du docteur Dolcemascolo pour les églises dans le cadre de leur réexamen par la mission archéologique9. Grâce aux documents conservés dans les archives Poinssot10 dont l’essentiel des pièces (plus de 1 000) concerne les fouilles de cette période, nous pouvons dorénavant préciser l’activité du docteur entre 1925 et 1939-1940 pour les autres monuments11. En collectant les informations dans divers types de documents (lettres à Louis Poinssot, notes de ce dernier, fiches épigraphiques, carnets du docteur) et sur les photographies contemporaines des fouilles, il est possible de reconstituer la chronologie des dégagements de façon plus ou moins détaillée et de réattribuer certaines découvertes (sculptures, inscriptions, mosaïques) à des édifices précis12. Le déroulement des fouilles que je me suis attachée à reconstituer est basé sur les dates indiquées dans la documentation ; celles-ci ne correspondent donc pas systématiquement au début et à la fin des travaux. Quelques éléments dans les lettres et de rares documents de fouilles permettent aussi de s’interroger sur la personnalité scientifique de Giacomo Dolcemascolo et sur le rôle qu’il a tenu au sein du duo qu’il formait avec Louis Poinssot pour l’exploration du site d’Haïdra.

Le quartier oriental : premiers travaux sur le théâtre et la nécropole militaire (1925-1927)

  • 13 Davis 1862, p. 144 et Guérin 1862, p. 351.
  • 14 Poinssot 1927, p. 61-62 et 199.
  • 15 Ben Abdallah et al. 2014. Un texte, qui était resté inédit, a pu être rattaché au théâtre.
  • 16 Poinssot 1927, p. 61.

3D’après les archives et le premier article publié par Louis Poinssot en 1927, il semble que les efforts de Giacomo Dolcemascolo aient porté d’abord sur le théâtre et la nécropole du quartier oriental. Les toutes premières mentions de fouilles concernent en effet le théâtre (fig. 2, no 1). Ses ruines en arc de cercle, bien visibles, avaient été identifiées dès 1860 par les voyageurs Nathan Davis et Victor Guérin13. Mais l’édifice n’avait fait l’objet d’aucun dégagement. D’après une lettre datée du 2 novembre 1927, on apprend que Giacomo Dolcemascolo y a entrepris des fouilles depuis deux ans, soit fin 1925. Dans une lettre antérieure, du 14 janvier 1927, le docteur évoque ces dégagements et décrit quatre photographies jointes à la lettre, qui sont conservées dans le fonds. Trois d’entre elles montrent le bord des premiers gradins de la cavea en cours de fouille (fig. 3 a-b) ; on voit sur la quatrième l’extrémité nord du couloir central menant à l’orchestre. Dans une autre lettre, datée du 21 novembre, Dolcemascolo mentionne l’aide d’un entrepreneur, M. Mongelli, qui est venu récupérer les déblais. Le docteur précise avoir dégagé un tiers de l’orchestre et livre quelques observations à l’aide d’un petit croquis (fig. 4). Louis Poinssot a publié en 1927 trois inscriptions retrouvées lors de ces dégagements et évoque la découverte d’autres textes14. Certaines inscriptions, dont la copie est conservée dans les archives, ont peut-être été mises au jour lors de cette première phase de travaux15. En effet, une autre lettre, du 28 février 1934, signale que la fouille du monument a été interrompue car un nombre d’ouvriers plus grand que prévu s’avère nécessaire pour poursuivre les dégagements. Dans le même article, Louis Poinssot mentionne la découverte de « plusieurs belles statues » mises au jour dans le théâtre et déposées provisoirement à Kalaât Jerda16. Il est possible que parmi les photographies de statues conservées dans les archives Poinssot, dont certaines ont été prises dans le jardin du docteur Dolcemascolo, plusieurs proviennent de cet édifice.

  • 17 Poinssot 1927, p. 200-208.
  • 18 Piganiol, Laurent-Vibert 1912, p. 78-81 ; Rocca 2012, I, p. 364-367 ; Rocca 2012, II, p. 157-181.

4Grâce à l’article de 1927, on sait également que Giacomo Dolcemascolo a commencé à explorer la nécropole orientale en même temps que le théâtre, les deux secteurs étant distants de seulement 150 mètres (fig. 2, no 2). Louis Poinssot a en effet publié à la suite des inscriptions du théâtre huit stèles funéraires, dont sept de soldats de la IIIe Légion Auguste17. Les tombes de militaires se concentraient vraisemblablement au nord du cimetière18, occupé au moins dans sa partie méridionale jusqu’à l’époque byzantine par la basilique de Candidus. Il n’est pas possible de préciser si Dolcemascolo a effectué quelques sondages seulement dans la partie la plus ancienne de la nécropole ou des dégagements plus étendus dès cette époque dont on n’aurait pas de traces. Il est certain en revanche qu’il revint ensuite pour fouiller de façon plus intensive l’ensemble de la zone funéraire.

Fig. 3a : Théâtre en cours de fouilles, deux des quatre clichés joints à la lettre du 14 janvier 1927 (G. Dolcemascolo ?, vers 1927) : vue vers le nord/nord-est du bord de la cavea et du couloir latéral.

Archives Poinssot, INHA.

Fig. 3b : Théâtre en cours de fouilles, deux des quatre clichés joints à la lettre du 14 janvier 1927 (G. Dolcemascolo, vers 1927) : vue vers le nord de la limite sud du premier niveau de gradins.

Archives Poinssot, INHA.

Fig. 4 : Croquis du théâtre avec les zones fouillées et les zones encore ensevelies, dans la lettre du 21 novembre 1927 de G. Dolcemascolo à L. Poinssot.

Archives Poinssot, INHA.

Le sanctuaire suburbain de Saturne (1930-1932 ?)

  • 19 Poinssot 1955, p. 38-39 et fig. 10-11 et 13-14.
  • 20 Poinssot 1955, p. 38-39, fig. 10-11 et 13-14.
  • 21 Le Glay 1961, p. 323-331, pl. XII.
  • 22 Le document est en double exemplaire : une liste de la main de Louis Poinssot a été mise au propre (...)
  • 23 Baratte et al. 2000.

5Deux cartes postales datées d’avril 1930 représentant chacune une statue découverte dans le sanctuaire de Saturne indiquent que Giacomo Dolcemascolo a entrepris la fouille de cet édifice. Ceci est confirmé par une lettre du 1er mai 1930 dans laquelle il fait savoir à Louis Poinssot qu’il poursuit les travaux dans le sanctuaire. Le monument, situé à 750 mètres au sud-est du site, en périphérie de la ville, n’avait jamais été signalé auparavant et a donc été découvert par le docteur (fig. 2, no 3). Louis Poinssot préparait dans les années 1950 l’étude du sanctuaire d’Haïdra, restée inédite. Dans l’article que Claude Poinssot, son fils, a consacré aux statues de Saturne, paru en 195519, il précise que la fouille a été effectuée en 1930. Il faut seulement signaler une note de Louis Poinssot datée du 3 mai 1932 qui semble prise sur le terrain et qui pourrait éventuellement indiquer que le temple était encore fouillé à l’époque, mais sans certitude. Une autre note signale la lettre du 3 juillet 1935 où Giacomo Dolcemascolo fait mention d’une stèle provenant du sanctuaire, transportée à Kalaât Jerda, dans son jardin qui servait de dépôt. Outre les statues et statuettes, publiées par Claude Poinssot20 puis par Marcel Le Glay en 196121, plusieurs fiches signalant du mobilier sont complétées par une liste résumant les principales découvertes : des urnes cinéraires, des cruches, des tables à libation, des statues en marbre, en calcaire et des stèles anépigraphes22. Une photographie, déjà publiée23, montre l’édifice dégagé. Au sommet de la colline pose un personnage en costume, qui pourrait être le docteur Dolcemascolo (fig. 5).

Fig. 5 : Vue du sanctuaire avec les ouvriers et Giacomo Dolcemascolo (?) posant. Photographie prise depuis l’est. Vers 1930.

Archives Poinssot, INHA.

Le secteur occidental (1932-1934)

  • 24 Sur la localisation de la mosaïque : Baratte, Duval 1974, p. 71 ; Duval 1982, p. 648-649.
  • 25 Les dossiers 106, 43 et 106, 44 contiennent différentes versions des manuscrits.
  • 26 Sur la mosaïque, voir Parrish 1984 et Parrish 1995.
  • 27 Duval 1982, p. 670. Une coupure de la Dépêche tunisienne du 11 mai 1961, signalant le transfert ver (...)

6Durant cette période, les Travaux publics entreprirent, en 1932, l’aménagement du tronçon de chemin de fer reliant Kalaât Jerda à Haïdra. Le tracé de la voie, qui arrivait du nord-est, empiétait sur l’extrême nord du site archéologique et aboutissait à l’emplacement choisi pour installer la gare au nord-ouest, dans une zone périphérique mais encore occupée par des vestiges. Une note de Louis Poinssot datée du 3 décembre 1932 permet de savoir qu’à cette date des fouilles étaient pratiquées en gare d’Haïdra. C’est au cours de ces travaux que le pavement de mosaïque du « Génie de l’Année et des Saisons » fut découvert, au nord-ouest des grands thermes publics, un peu en amont de la gare, dans une domus (fig. 2, no 4)24. Dans le texte qui devait introduire la publication préparée par Louis Poinssot25, ce dernier précise que la découverte a été signalée par Giacomo Dolcemascolo et la fouille conduite sous sa surveillance. Louis Poinssot indique aussi qu’un deuxième pavement, transporté également au musée du Bardo, accompagnait la mosaïque des Saisons. Il précise dans une autre note que le dégagement a été fait de façon hâtive, sans que les abords aient été explorés. Le contexte de la découverte est présenté par Poinssot dans l’étude de la mosaïque qu’il avait préparée en deux versions successives – l’une en 1944 –, dont le manuscrit n’a pas été publié26. Après avoir été exposé au musée du Bardo, le pavement en fut retiré en 1961 pour être offert le 11 mai par le président de la République de Tunisie à l’Organisation des Nations Unies à New-York27.

  • 28 Rocca 2012, I, p. 234.

7Une lettre du 27 décembre 1934 nous apprend que, dans le même secteur occidental, Dolcemascolo a effectué un rapide sondage dans ce qu’il nomme « le grand édifice situé au nord du mausolée hexagonal ». Il s’agit d’un monument localisé à l’extrême ouest du site, en périphérie, au niveau de la nécropole occidentale (fig. 2, no 5). Un angle est conservé en élévation et aucune intervention archéologique n’était connue sur cet édifice, dont l’étude reste aujourd’hui à entreprendre28 (fig. 6).

  • 29 Sur la mosaïque : Duval 1982, p. 648.

8Signalons ici que d’autres pavements ont été retrouvés, comme la mosaïque de « Dionysos et les Saisons », peut-être au cours des travaux du chemin de fer29. Des lettres du 8 février et du 3 juillet 1935 évoquent justement la mise au jour et la dépose d’une mosaïque non décrite dont le lieu de découverte n’est pas mentionné. Celle-ci pourrait éventuellement provenir du secteur occidental ou, par exemple, de l’église de Candidus, qui a livré de nombreuses mosaïques. Ce pavement, comme tous les autres découverts à l’époque, a dû être envoyé au musée du Bardo.

  • 30 Poinssot 1934-1935, p. 69 ; Poinssot 1934, p. 249.

9Giacomo Dolcemascolo avait jusque-là cantonné ses travaux à la périphérie du site. À partir de 1933, il devint d’une certaine façon le fouilleur attitré d’Haïdra. Louis Poinssot lui obtint en effet une subvention du ministère de l’Éducation nationale qui lui était versée par l’intermédiaire du Service des Antiquités de Tunisie30. Ce financement lui permettant de payer des équipes d’ouvriers, l’activité de Dolcemascolo sur le site se décupla. Il put ainsi se lancer dans deux grands chantiers : la fouille des édifices chrétiens et celle du centre monumental romain.

Fig. 6 : Vue de l’angle conservé au nord-ouest de l’édifice, vers le nord. (Noël Duval, 1971).

Archives de N. Duval.

Les églises (1933-1935)

  • 31 Saladin 1887 p. 179-181 ; Diehl 1893 p. 333-335 ; Gsell 1902.
  • 32 Baratte et al. 1973, p. 168-178 ; Baratte, Duval 1974, p. 66 ; Duval 1982, p. 655 et 659.
  • 33 Duval, Golvin 1972 ; Duval 1976 ; Baratte 2010. Le réexamen de l’édifice principal a été engagé et (...)
  • 34 Les cuves appartiennent à un nouveau monument à auges, fouillé entre 2005 et 2010 par la mission et (...)

10Lors d’une nouvelle phase de travaux échelonnée entre 1933 et 1935, Giacomo Dolcemascolo entreprit la fouille de cinq édifices chrétiens. À l’exception de la chapelle vandale (basilique IV), il fouilla durant ces deux années tous les monuments identifiés comme tels : les trois basiliques (I, II et III) ainsi que le monument à auges et sa cour, considérés à l’époque comme appartenant à un monastère31 (fig. 2, nos 6, 7, 8 et 9). Il découvrit en outre une cinquième basilique, située à l’ouest de la citadelle (fig. 2, no 10). Si l’histoire de la fouille des basiliques I (dite de Melléus), II (dite de Candidus ou des Martyrs) et III (dite de la Citadelle) était connue en détail, sept nouvelles lettres conservées dans les archives Poinssot permettent d’apporter des précisions dans la chronologie. Les dates de la fouille de la basilique des Martyrs étaient déjà connues (1933-début 1934) ; en revanche, il est dorénavant assuré que le déblaiement de la basilique de Melléus doit être placé entre fin 1933 et décembre 1934, et que celui de la basilique III a commencé dès fin 1933 et a continué après avril 1934. On sait désormais, sans doute possible, que la basilique V, sur laquelle peu d’éléments étaient connus32, a été dégagée entre 1934 et mars 1935. Un croquis de Giacomo Dolcemascolo, dans sa lettre du 27 décembre 1934, figure en effet l’emplacement de cette nouvelle église à proximité de la basilique III, de l’autre côté du mur de la citadelle (fig. 7). Grâce aux documents conservés dans les archives, on comprend également que le grand monument à auges et la cour attenante, actuellement en cours d’étude par la mission archéologique, ont été dégagés par Dolcemascolo entre 1934 et 193533. Ici non plus, l’identification ne fait pas de doute car celui-ci évoque dans sa lettre du 27 décembre 1934 le bassin remanié dans la cour et le groupe d’auges dans l’angle sud-est, qui avaient fait l’objet d’un sondage par Eugène Sadoux34 (fig. 8).

  • 35 Poinssot 1934-1935.
  • 36 Poinssot, Feuille 1941-1942.
  • 37 Duval 1981 ; Baratte 1999 ; Baratte et al. 2011.
  • 38 Duval 1975, p. 191, fig. 182 ; Duval et al. 1989, p. 142, fig. 11. Voir maintenant : Baratte et al.(...)

11La fouille des basiliques I et II permit la découverte d’un reliquaire de saint Cyprien dans la première et d’une installation dédiée aux martyrs de la persécution de Dioclétien dans la seconde. Ces importantes trouvailles furent publiées par Louis Poinssot en 193435. Il publia un peu plus tard avec G. L. Feuille les épitaphes du dallage de la basilique I36. Les trois églises principales – basiliques I, II et III – ont été successivement réétudiées par la mission archéologique et ont fait l’objet de trois monographies par Noël Duval et François Baratte37, pour lesquelles ils ont rassemblé les informations sur les fouilles de Dolcemascolo. Quelques éléments nouveaux apparaissent dans les archives Poinssot, mais somme toute peu de choses. Noël Duval et François Baratte étaient en effet en contact direct avec Louis Poinssot et Noël Duval a eu accès à des documents conservés par la famille Dolcemascolo à Tunis, notamment des photographies en couleurs des mosaïques de Candidus38.

Fig. 7 : Croquis indiquant l’emplacement de la basilique V par rapport au mur de la citadelle et à celui du chevet de la basilique III, dans la lettre du 27 décembre 1934 de G. Dolcemascolo à L. Poinssot. Le nord et le sud ont été corrigés, le nord étant en bas du dessin, la basilique V à droite et la basilique III à gauche.

Archives Poinssot, INHA.

Fig. 8 : Vue vers le nord/nord-ouest du grand monument à auges et de la cour fouillés par Giacomo Dolcemascolo. Au centre, le bassin remanié. À l’arrière-plan, la voie ferrée passant au nord du site.

E. Rocca, 2008.

Notes

1 Cette étude a été menée dans le cadre de la mission tuniso-française à Haïdra et des recherches effectuées pour ma thèse sur Ammaedara. Je remercie pour leurs autorisations et leur aide : François Baratte et Fathi Béjaoui, codirecteurs de la mission archéologique à Haïdra, Sophie Saint-Amans, Martine Denoyelle, Martine Poulain, Fabienne Queyroux, Sébastien Chauffour et Madame Poinssot.

Sur le site d’Haïdra, voir : Baratte, Duval 1974 ; Duval 1982 ; Ben Abdallah 1996 ; Rocca 2012 ; Rocca 2012a.

2 Thomas Shaw fut le premier à visiter le site en 1727 et fut suivi de nombreux explorateurs, tel Victor Guérin en 1860, puis d’épigraphistes, comme Gustav Wilmanns en 1873-1874, d’archéologues et d’architectes, notamment René Cagnat et Henri Saladin en 1882. Pour l’historiographie du site, voir : Duval 1982 ; Rocca 2012, I, p. 33-96.

3 Chef de bataillon et commandant supérieur du Cercle de Gafsa, Paul Goetschy entreprit des fouilles dans les cimetières de l’est, du sud et de la chapelle vandale, visiblement à la recherche de mobilier funéraire : Goetschy 1893, p. 350-353 ; Goetschy 1895.

4 Voir Duval 1975, p. 13 pour la basilique I et Rocca 2012, I, p. 56-57.

5 Piganiol, Laurent-Vibert 1912.

6 Date à laquelle il découvrit une borne antique : Poinssot, Lantier 1923.

7 Poinssot 1927.

8 Poinssot 1927 ; Poinssot 1934 ; Poinssot 1934-1935 ; Poinssot, Feuille 1941-1942.

9 Outre les travaux menés sur le terrain à partir de 1963 (première mission de vérification par Noël Duval), des recherches historiographiques sur le site furent entreprises sous la direction de Noël Duval par Marie-Christine Maufus : Maufus 1976. Voir pour les églises : Duval 1975 ; Duval 1981 ; Duval 1982 ; Baratte et al. 1999 ; Baratte et al. 2011.

10 Paris, bibliothèque de l’INHA – collections Jacques-Doucet, fonds Poinssot, 106, 042 à 106, 044 et dossiers dans les cartons 106, 117 et 106, 126.

11 L’enquête menée en 2009 dans les archives Poinssot a permis de dresser la chronologie de ses travaux. Des recherches complémentaires effectuées en 2014, livrant de nouveaux clichés et lettres, permettent de préciser encore le déroulement des fouilles et la teneur des découvertes. Voir Maufus 1976,p. 67-69, Duval 1982, p. 663-664 ; pour une première chronologie des fouilles, Rocca 2012, I, p. 67-76.

12 Pour les inscriptions, voir : Rocca 2012, I, p. 290-315, 595-622, et 627-633 ; Rocca 2012, II, p. 407-418 ; Ben Abdallah, Rocca 2013 ; Ben Abdallah et al. 2014.

13 Davis 1862, p. 144 et Guérin 1862, p. 351.

14 Poinssot 1927, p. 61-62 et 199.

15 Ben Abdallah et al. 2014. Un texte, qui était resté inédit, a pu être rattaché au théâtre.

16 Poinssot 1927, p. 61.

17 Poinssot 1927, p. 200-208.

18 Piganiol, Laurent-Vibert 1912, p. 78-81 ; Rocca 2012, I, p. 364-367 ; Rocca 2012, II, p. 157-181.

19 Poinssot 1955, p. 38-39 et fig. 10-11 et 13-14.

20 Poinssot 1955, p. 38-39, fig. 10-11 et 13-14.

21 Le Glay 1961, p. 323-331, pl. XII.

22 Le document est en double exemplaire : une liste de la main de Louis Poinssot a été mise au propre par Giacomo Dolcemascolo au revers de croquis représentant le temple en plan, restitué en coupe et vu de face.

23 Baratte et al. 2000.

24 Sur la localisation de la mosaïque : Baratte, Duval 1974, p. 71 ; Duval 1982, p. 648-649.

25 Les dossiers 106, 43 et 106, 44 contiennent différentes versions des manuscrits.

26 Sur la mosaïque, voir Parrish 1984 et Parrish 1995.

27 Duval 1982, p. 670. Une coupure de la Dépêche tunisienne du 11 mai 1961, signalant le transfert vers le siège de l’ONU, est conservée dans le dossier du fonds Poinssot.

28 Rocca 2012, I, p. 234.

29 Sur la mosaïque : Duval 1982, p. 648.

30 Poinssot 1934-1935, p. 69 ; Poinssot 1934, p. 249.

31 Saladin 1887 p. 179-181 ; Diehl 1893 p. 333-335 ; Gsell 1902.

32 Baratte et al. 1973, p. 168-178 ; Baratte, Duval 1974, p. 66 ; Duval 1982, p. 655 et 659.

33 Duval, Golvin 1972 ; Duval 1976 ; Baratte 2010. Le réexamen de l’édifice principal a été engagé et des fouilles ont été conduites sur l'ensemble du secteur.

34 Les cuves appartiennent à un nouveau monument à auges, fouillé entre 2005 et 2010 par la mission et en cours de publication : voir Rocca 2012, II, p. 140-142.

35 Poinssot 1934-1935.

36 Poinssot, Feuille 1941-1942.

37 Duval 1981 ; Baratte 1999 ; Baratte et al. 2011.

38 Duval 1975, p. 191, fig. 182 ; Duval et al. 1989, p. 142, fig. 11. Voir maintenant : Baratte et al. 2011.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Localisation des lieux cités sur la carte de Tunisie.
Crédits E. Rocca 2014.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/7175/img-1.png
Fichier image/png, 106k
Légende Fig. 2 : Plan du site d’Haïdra-Ammaedara, avec la localisation des monuments et secteurs mentionnés, les numéros indiquent les édifices et zones fouillés (dates des dégagements) par Giacomo Dolcemascolo.
Crédits E. Rocca, 2014.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/7175/img-2.png
Fichier image/png, 130k
Légende Fig. 3a : Théâtre en cours de fouilles, deux des quatre clichés joints à la lettre du 14 janvier 1927 (G. Dolcemascolo ?, vers 1927) : vue vers le nord/nord-est du bord de la cavea et du couloir latéral.
Crédits Archives Poinssot, INHA.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/7175/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Fig. 3b : Théâtre en cours de fouilles, deux des quatre clichés joints à la lettre du 14 janvier 1927 (G. Dolcemascolo, vers 1927) : vue vers le nord de la limite sud du premier niveau de gradins.
Crédits Archives Poinssot, INHA.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/7175/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Fig. 4 : Croquis du théâtre avec les zones fouillées et les zones encore ensevelies, dans la lettre du 21 novembre 1927 de G. Dolcemascolo à L. Poinssot.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/7175/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende Fig. 5 : Vue du sanctuaire avec les ouvriers et Giacomo Dolcemascolo (?) posant. Photographie prise depuis l’est. Vers 1930.
Crédits Archives Poinssot, INHA.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/7175/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 6 : Vue de l’angle conservé au nord-ouest de l’édifice, vers le nord. (Noël Duval, 1971).
Crédits Archives de N. Duval.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/7175/img-7.png
Fichier image/png, 106k
Légende Fig. 7 : Croquis indiquant l’emplacement de la basilique V par rapport au mur de la citadelle et à celui du chevet de la basilique III, dans la lettre du 27 décembre 1934 de G. Dolcemascolo à L. Poinssot. Le nord et le sud ont été corrigés, le nord étant en bas du dessin, la basilique V à droite et la basilique III à gauche.
Crédits Archives Poinssot, INHA.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/7175/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende Fig. 8 : Vue vers le nord/nord-ouest du grand monument à auges et de la cour fouillés par Giacomo Dolcemascolo. Au centre, le bassin remanié. À l’arrière-plan, la voie ferrée passant au nord du site.
Crédits E. Rocca, 2008.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/7175/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 44k

Pour citer cet article

Référence papier

Elsa Rocca, « Les fouilles du docteur Giacomo Dolcemascolo à Haïdra-Ammaedara dans les années 1930. I », in Monique Dondin-Payre, Houcine Jaïdi, Sophie Saint-Amans et Meriem Sebaï (dir.), Autour du fonds Poinssot, INHA (« Actes de colloques »).

Référence électronique

Elsa Rocca, « Les fouilles du docteur Giacomo Dolcemascolo à Haïdra-Ammaedara dans les années 1930. I », in Monique Dondin-Payre, Houcine Jaïdi, Sophie Saint-Amans et Meriem Sebaï (dir.), Autour du fonds Poinssot, INHA (« Actes de colloques »), [En ligne], mis en ligne le 25 octobre 2017, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://inha.revues.org/7175

Auteur

Elsa Rocca

Alexander von Humboldt Stiftung, Université de Cologne

Articles du même auteur

Droits d’auteur

Tous droits réservés