Navigation – Plan du site
Autour du fonds Poinssot - Monique Dondin-Payre, Houcine Jaïdi, Sophie Saint-Amans et Meriem Sebaï (dir.)
Valorisation du fonds Poinssot : étude de cas

Le théâtre et l’odéon de Carthage dans le fonds Poinssot. III

Le théâtre
Éloïse Letellier-Taillefer

Texte intégral

  • 1 Gauckler 1903, p. 99 ; Gauckler 1907, p. 454.
  • 2 Bacha 2013, p. 151-248 et en particulier p. 169. Voir également l’article de Myriam Bacha dans la p (...)
  • 3 Gauckler 1907, p. 454-455.

1Les fouilles du théâtre, à partir du printemps 1904, semblent avoir mobilisé plus de moyens que celles de l’odéon. Paul Gauckler évoqua cependant les difficultés administratives rencontrées pour obtenir l’autorisation de fouiller dans des terrains appartenant à l’évêché, ainsi que le soutien financier qu’il dut requérir de la part d’un mécène danois, M. Jensen1. Ces éléments correspondent tout à fait à ce que l’on sait de son activité à la direction du Service des Antiquités et Arts à cette époque et de sa détermination pour trouver des financements pour l’exploration systématique de Carthage par son service, afin de ne pas laisser le site à la seule compétence du Père Delattre et des Pères blancs2. Au théâtre, les travaux débutèrent en mai 1904 et ils étaient quasiment achevés, pour l’identification de la forme générale du théâtre, à son départ en 1905. Paul Gauckler semble avoir été particulièrement fier d’avoir mené à bien une telle entreprise en si peu de temps3 (fig. 1).

Fig. 1 : Planche de quatre photographies montrant l’avancée des travaux de dégagement du théâtre en un an (avril 1904-avril 1905).

Bibliothèque de l’INHA, Archives 106, 048, 01, 01

  • 4 Gauckler 1907, p. 454.

2Les photographies conservées dans le fonds Poinssot permettent d’observer la présence sur le chantier d’un plus grand nombre d’ouvriers que quelques années auparavant sur le chantier de l’odéon : jusqu’à une dizaine (fig. 19), ce qui ne représente pas un nombre considérable et reflète la faiblesse des moyens dont disposait le Service des Antiquités. Au moins deux wagonnets étaient tout de même utilisés pour évacuer les déblais qui représentaient une masse beaucoup plus importante puisque les vestiges de la scène du théâtre étaient recouverts d’environ huit mètres de remblai4 (fig. 20). De même que pour l’odéon, le croisement entre des indices externes et une analyse des éléments intrinsèques des photographies nous a permis de proposer la chronologie la plus fine possible des dégagements, reflétée dans le classement par sous-dossiers des photographies de fouilles. On peut se demander si Paul Gauckler prenait lui-même les photographies : il faudrait alors le reconnaître dans l’ombre qui y apparaît de manière récurrente (fig. 21).

Fig. 19 : Planche de photographies des fouilles du théâtre de Carthage (été 1904).

Bibliothèque de l’INHA, Archives 106, 048, 01, 01

Fig. 20 : Planche de photographies des fouilles du théâtre de Carthage (été 1904).

Bibliothèque de l’INHA, Archives 106, 048, 01, 01

Fig. 21 : Trois photographies des fouilles du théâtre de Carthage (novembre 1904). Montage Éloïse Letellier-Taillefer.

Bibliothèque de l’INHA, Archive 106, 048, 01, 02

  • 5 Fonds Poinssot, 106, 048, 01, 08.

3Les carnets de fouilles concernant le théâtre sont beaucoup moins précis que pour l’odéon, ils sont cependant complétés par d’autres documents manuscrits. Alors que Paul Gauckler devait déjà être éloigné de Tunis, Félix-Louis Drappier, secrétaire de la direction du Service, lui communiquait encore les résultats des derniers dégagements, comme en témoigne une lettre du 14 juin 1905 accompagnée d’un croquis, conservée dans le dossier (annexe I et fig. 22)5 : il y indiquait l’achèvement du dégagement des substructions des gradins dans la partie sud-ouest de la cavea.

  • 6 Fonds Poinssot, 106, 048, 01, 08. Un article sans provenance ni date intitulé « Découverte du théât (...)
  • 7 Gauckler 1907, n. 2, p. 454. Quelques-unes de ces cartes postales sont conservées dans le dossier d (...)
  • 8 Fonds Poinssot, 106, 048, 02, 03.
  • 9 Ce rapport préliminaire a été rédigé, d’après nos déductions, le 9 novembre 1900 et présenté à la c (...)

4Enfin, l’ensemble des documents conservés dans le fonds révèle très bien l’importance accordée par Paul Gauckler à la diffusion de ses travaux auprès du grand public. Des photographies montrent qu’on faisait visiter le chantier (fig. 23) et des coupures de presse conservées dans les papiers de Paul Gauckler attestent cette préoccupation6. Il soulignait d’ailleurs lui-même cet aspect, rappelant dans la publication des résultats de ses travaux que « dès le mois de mars 1905, l’on vendait à Tunis des cartes postales illustrées représentant les travaux en cours, dont on pouvait ainsi suivre les progrès presque au jour le jour7 ». Tous les éléments des dossiers ont en outre été méthodiquement exploités pour la publication scientifique des travaux, qui constituait donc l’objectif premier de Paul Gauckler. On trouve dans les notes générales sur l’odéon8 le brouillon du rapport sur sa découverte, adressé dès novembre 1900 à la commission de l’Afrique du Nord du Comité des travaux historiques et scientifiques9. On remarque également que les articles publiés s’appuient sur l’ensemble des notes intégrées dans les dossiers, qui en constituaient donc la base.

Fig. 22 : Lettre de F.-L. Drappier à P. Gauckler, datée du 14 juin 1905 (page 1 sur 2).

Bibliothèque de l’INHA, Archives 106, 048, 01, 08

Fig. 23 : Photographie d’une visite des fouilles de l’odéon de Carthage.

Bibliothèque de l’INHA, Archives 106, 048, 02, 01

Notes

1 Gauckler 1903, p. 99 ; Gauckler 1907, p. 454.

2 Bacha 2013, p. 151-248 et en particulier p. 169. Voir également l’article de Myriam Bacha dans la présente publication.

3 Gauckler 1907, p. 454-455.

4 Gauckler 1907, p. 454.

5 Fonds Poinssot, 106, 048, 01, 08.

6 Fonds Poinssot, 106, 048, 01, 08. Un article sans provenance ni date intitulé « Découverte du théâtre romain de Carthage » relate les fouilles en cours dans l’orchestra ; la mention de la découverte « à la fin de la semaine dernière » de la statue d’Apollon, dont on sait par ailleurs grâce à un plan conservé dans le fonds (106, 172, 02, 11) qu’elle date du vendredi 24 juin 1904, permet de le dater entre le 27 juin et le 3 juillet 1904. Paul Gauckler avait donc veillé à la communication des découvertes en cours. Deux autres coupures de presse sans date ni provenance sont collées sur la même feuille de papier bleu. L’une, intitulée « cuique suum » témoigne du climat tendu qui régnait entre les différents acteurs de l’archéologie en Tunisie à cette époque, puisque des « amis » anonymes du Père Delattre firent publier un erratum pour réattribuer la découverte du théâtre romain de Carthage à ce dernier et non à Paul Gauckler comme il avait été mentionné dans un article précédent du même journal. La visée était clairement polémique, puisque Paul Gauckler avait bien mentionné dans ses articles les travaux précédents du Père Delattre : Gauckler 1903, p. 97-98 ; le père Delattre n’avait pas mis au jour le théâtre, mais seulement repéré sa localisation, en le prenant d’ailleurs pour l’odéon : Delattre 1886, p. 83-84 ; enfin, le dernier article, également sans provenance ni date, rend compte du spectacle organisé dans le théâtre le 2 avril 1907 (106, 048, 01, 16) ; il a donc été ajouté au dossier après le départ de Paul Gauckler, soit par ce dernier, qui pouvait suivre les actualités de Tunisie depuis Rome, soit par une autre personne, par exemple Louis Poinssot, qui prit soin de coller ces coupures de presse et d’enrichir le fonds.

7 Gauckler 1907, n. 2, p. 454. Quelques-unes de ces cartes postales sont conservées dans le dossier du théâtre (106, 048, 01, 04), mais il est difficile de savoir à quelle date elles y ont été versées.

8 Fonds Poinssot, 106, 048, 02, 03.

9 Ce rapport préliminaire a été rédigé, d’après nos déductions, le 9 novembre 1900 et présenté à la commission de l’Afrique du Nord du Comité des travaux historiques et scientifiques qui siégea le 13 novembre 1900. Gauckler 1900.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Planche de quatre photographies montrant l’avancée des travaux de dégagement du théâtre en un an (avril 1904-avril 1905).
Crédits Bibliothèque de l’INHA, Archives 106, 048, 01, 01
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/7172/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 19 : Planche de photographies des fouilles du théâtre de Carthage (été 1904).
Crédits Bibliothèque de l’INHA, Archives 106, 048, 01, 01
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/7172/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 20 : Planche de photographies des fouilles du théâtre de Carthage (été 1904).
Crédits Bibliothèque de l’INHA, Archives 106, 048, 01, 01
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/7172/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 21 : Trois photographies des fouilles du théâtre de Carthage (novembre 1904). Montage Éloïse Letellier-Taillefer.
Crédits Bibliothèque de l’INHA, Archive 106, 048, 01, 02
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/7172/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Fig. 22 : Lettre de F.-L. Drappier à P. Gauckler, datée du 14 juin 1905 (page 1 sur 2).
Crédits Bibliothèque de l’INHA, Archives 106, 048, 01, 08
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/7172/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 23 : Photographie d’une visite des fouilles de l’odéon de Carthage.
Crédits Bibliothèque de l’INHA, Archives 106, 048, 02, 01
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/7172/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 9,5k

Pour citer cet article

Référence papier

Éloïse Letellier-Taillefer, « Le théâtre et l’odéon de Carthage dans le fonds Poinssot. III », in Monique Dondin-Payre, Houcine Jaïdi, Sophie Saint-Amans et Meriem Sebaï (dir.), Autour du fonds Poinssot, INHA (« Actes de colloques »).

Référence électronique

Éloïse Letellier-Taillefer, « Le théâtre et l’odéon de Carthage dans le fonds Poinssot. III », in Monique Dondin-Payre, Houcine Jaïdi, Sophie Saint-Amans et Meriem Sebaï (dir.), Autour du fonds Poinssot, INHA (« Actes de colloques »), [En ligne], mis en ligne le 07 juillet 2017, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://inha.revues.org/7172

Auteur

Éloïse Letellier-Taillefer

École française de Rome, Institut de recherche sur l'architecture antique (USR 3155)

Articles du même auteur

Droits d’auteur

Tous droits réservés