Navigation – Plan du site
Autour du fonds Poinssot - Monique Dondin-Payre, Houcine Jaïdi, Sophie Saint-Amans et Meriem Sebaï (dir.)
Les Poinssot en Tunisie : institutions et réseaux

La création du Service des Antiquités de Tunisie : contexte et particularités

Houcine Jaïdi

Texte intégral

1Le sujet que j’ai choisi de traiter, dans le cadre de ce volume, me fera aborder, comme le titre l’indique, certains aspects de la création du Service des Antiquités et des Arts de Tunisie, pays dans lequel ont exercé, d’une manière ou d’une autre et plus ou moins longtemps, les trois membres de la famille Poinssot qui constituent l’objet de notre rencontre, avec les deux volets de leur legs à la communauté scientifique : leurs archives si instructives et leur précieuse bibliothèque familiale. Il s’agit donc de l’histoire d’une institution et de ses hommes, y compris ceux qui ont œuvré avant même la création du Service. Mais comme il s’agit de contexte et de particularités, j’ai cru utile de remonter dans le temps pour situer la création du Service puis d’aller, autant que nécessaire, au-delà de la période de la création, pour dégager les spécificités de l’établissement. De ce fait, le sujet devient vaste, mais je me contenterai d’en retenir les aspects qui me semblent être les plus importants. Cette étude se rapporte aux décennies qui ont précédé la mise en place du Service des Antiquités en Tunisie et à la première décennie de son existence, c’est-à-dire jusqu’à la fin du mandat de Paul Gauckler en 1905.

  • 1 Bacha 2013, p. 88-109.
  • 2 Jaïdi 2006.

2Datée du 8 mars 1885, la mise en place du Service des Antiquités, Beaux-Arts et Monuments historiques en Tunisie a eu lieu une quinzaine de jours avant l’établissement, au Bardo, d’un musée archéologique appelé « musée Alaoui »1. Ces deux mesures beylicales, inspirées par des stratèges de la politique du protectorat, ont été prises peu d’années après l’établissement de l’autorité française en Tunisie. Dès l’automne 1882, le principe de la création d’un Service des Antiquités et d’un musée au Bardo avait été annoncé. Il s’agissait d’actes rapides, forts et hautement significatifs pour la conservation des antiquités, le développement de la recherche et la mise de ses résultats à la disposition des chercheurs, du grand public et des entrepreneurs de la colonisation2. C’était, pour l’essentiel, une initiative contribuant, d’une manière significative, à la modernisation des institutions du pays et une attention, fortement exprimée, à son patrimoine archéologique et artistique.

Le contexte de la création

3La Tunisie, appelée alors officiellement « Régence de Tunis », connaissait, depuis près d’un demi-siècle, un intérêt croissant pour l’archéologie, particulièrement celle de l'époque antique. Cet intérêt se manifestait surtout chez des Européens de différentes nationalités, mais aussi chez des Tunisiens.

Les entreprises européennes dans le domaine de l’archéologie

4Différentes entreprises européennes étatiques ou privées prirent des initiatives pour lesquelles elles ont toujours sollicité l’autorisation du pouvoir beylical. Très souvent, l’appui des autorités consulaires a été salutaire ; dans certains cas, l’appui moral et financier de prestigieuses institutions académiques a été décisif. Passons en revue les principales initiatives :

  • 3 Jaïdi 2001, p. 104.

5- de nombreuses missions depuis les années 1830, et particulièrement à partir des années 1860. En juin 1873, Gustav Wilmans, futur auteur de la première partie du huitième volume du Corpus Inscriptionum Latinarum, fut envoyé par Theodor Mommsen, muni d’une lettre de recommandation adressée par le prince de Prusse, Frédéric Charles, à Mohamed Sadok Bey. Wilmans enseignait alors à l’université de Strasbourg. Sa mission, qui s’est déroulée en Tunisie dans les années 1873-1874, eut par la suite un prolongement en Algérie3 ;

  • 4 Gutron 2003.

6- l’arrivée à Carthage, en 1875, du Père Alfred Louis Delattre accompagné d’un autre père. Il était envoyé par le cardinal Lavigerie, archevêque d’Alger, qui cherchait à faire exhumer à Carthage les vestiges du christianisme et qui entra quelques années plus tard en contact avec l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres pour réclamer la création d’une commission de recherches archéologiques en Tunisie. Le Père Delattre créa à Carthage un musée baptisé « Musée Lavigerie de Saint-Louis de Carthage » qui avait le statut d’un musée privé. Il travaillera à Carthage pendant près de 60 ans, jusqu’à son décès en 19324.

Les entreprises des Tunisiens

7Dans plusieurs domaines, plus ou moins liés à la culture ou d’une nature tout autre, la Tunisie a donné, depuis la fin des années 1830, soit près d’un demi-siècle avant l’établissement du protectorat français, des signes de modernité dont certains étaient très forts :

  • 5 Abdelmoula 1977.
  • 6 Smida 1970 ; Van Krieken 1976.

8- une école militaire moderne fut fondée en 1837. Ses enseignements ont été institués par un décret beylical daté du 5 mars 18405. Jusqu’à sa fermeture en 1862, elle a rendu d’éminents services non seulement à l’armée tunisienne mais aussi – et on serait tenté de dire, surtout – à sa classe politique, notamment dans son aile réformiste. Il suffirait de rappeler le nom du plus illustre de ses diplômés, le général Kheireddine Pacha qui, après la gestion de hautes charges ministérielles, a été Premier ministre de 1873 à 1877. Organisateur de nombreux services névralgiques de l’État tunisien, il prit, vers le milieu des années 1870, entre autres mesures décisives, celle de la création des Archives nationales6 ;

  • 7 Larguèche 1990 ; Botte 2010.

9- l’abolition de l’esclavage, en Tunisie, date du 23 janvier 18467, alors qu’en France l’abolition de l’esclavage n’eut lieu que le 28 avril 1848, soit un peu plus de deux ans après. La décision beylicale devait être renforcée, après l’établissement du protectorat en 1881, par une autre législation, promulguée le 28 mai 1890, qui a notamment prévu des sanctions pécuniaires pour les récalcitrants qui continuaient à pratiquer clandestinement l’esclavage ;

  • 8 Khadhar 1989.

10- un Pacte fondamental garantissant, notamment, les droits des minorités vivant en Tunisie, a été promulgué en 18578 ;

  • 9 Bendana 2001, p. 353.

11- un Journal officiel (Arra’id Ettounsi, devenu plus tard, Arrad’id Arrasmi Attounsi) parut à partir de juillet 1860. Au lendemain de l’Indépendance, le Journal devint Arraïed Errasmi lil Joumhourya Attounousia (Journal officiel de la République tunisienne)9 ;

  • 10 Khadhar 1989.

12- une constitution a vu le jour, en 1861, sous le règne de Mohamed Sadok Bey. Elle a constitué un tournant important, bien qu’éphémère en ce qui concerne la limitation du pouvoir du Bey. Si, comme le Pacte fondamental, elle était le résultat des pressions exercées par certains consuls de grandes puissances européennes, elle répondait aussi aux aspirations des réformistes tunisiens qui commençaient à se faire entendre par l’autorité beylicale10 ;

  • 11 Abdessalem 1970 ; Sraïeb 1995 et 2000.

13- un enseignement moderne a été institué parallèlement au système classique du cycle secondaire géré par l’université séculaire de la Zeitouna. Il s’agit de la formation donnée par le collège Sadiki créé en 1875, par le Premier ministre, le général Kheireddine, figure de proue d’un groupe de réformateurs tunisiens constitué d’anciens élèves de l’école militaire du Bardo, auxquels s’étaient joints des Zeitouniens ouverts à la modernité11 ;

  • 12 Attia 1993. Dans l’Algérie colonisée à partir de 1830, une bibliothèque avait été créée en 1835.

14- la création de la « bibliothèque française » par le décret beylical du 8 mars 1885, qui fut rebaptisée en 1890 « bibliothèque publique de Tunis »12.

15Dans le domaine de l’archéologie, le Bey de Tunis et certains membres de son entourage ont montré, dès les années 1850, un intérêt souvent très vif, qui s’est manifesté de plusieurs manières :

  • 13 Jaïdi 2001, p. 99-108.

16- des concessions officielles étaient accordées par le Bey aux étrangers qui voulaient entreprendre des prospections ou des recherches archéologiques en Tunisie13 ;

  • 14 Ibid., p. 105-107.

17- depuis une date qui n’est pas cernée de manière précise mais dont on sait qu’elle se situe vers 1860, le fils du Premier ministre, Mustapha Khaznadar, en poste de 1837 à 1873, obtint du Bey, grâce à son père, le monopole de l’exploitation des antiquités en Tunisie. En grand privilégié, Sidi Mohamed Khaznadar faisait entreprendre des ramassages et des dégagements de vestiges archéologiques dans différentes régions du pays et obligeait les étrangers qui fouillaient en Tunisie à lui laisser une quote-part de ce qu’ils trouvaient dans le pays. Le produit de ce monopole était amassé dans un palais situé à la Manouba, qui était devenu à la fois un véritable musée privé 14 et un point de vente d’objets archéologiques pour les étrangers de passage qui faisaient des acquisitions pour eux-mêmes ou pour des musées de leur pays ;

  • 15 Ibid., p. 107-112.

18- Mohamed Khaznadar était, certes, un grand collectionneur tunisien, mais pas unique en son genre. Le Bey Mohamed Sadok s’est donné le droit de recevoir tout l’or qui était trouvé par les étrangers dans les fouilles qu’ils pratiquaient en Tunisie. Des généraux, tels Rachid et Osman ainsi que Kheireddine lui-même, avaient des collections privées. Ils gardaient les objets archéologiques pour eux-mêmes, en offraient aux étrangers qu’ils fréquentaient et les prêtaient, parfois, à l’État tunisien, à l’occasion des expositions universelles auxquelles la Régence de Tunis participait régulièrement15. Les documents disponibles n’évoquent, dans ce domaine, de manière explicite, que des objets antiques dont la valeur esthétique et marchande était bien perçue par de nombreux dirigeants tunisiens ;

  • 16 Ibid.

19- la mesure la plus remarquable fut prise, en février 1876, par le Premier ministre Kheireddine Pacha qui décida de créer un musée archéologique à Tunis. Par cet établissement étatique, le grand réformateur tunisien voulait montrer aux visiteurs étrangers les richesses archéologiques du pays et faire connaître aux jeunes Tunisiens (surtout ceux du Collège Sadiki qu’il venait de créer) des objets appartenant à différentes régions et civilisations du pays. La grande mobilisation des autorités officielles régionales et l’empressement dont elles firent preuve pour répondre à la sollicitation du Premier ministre en disent long sur l’importance du projet. Des réserves archéologiques ont été constituées dans les environs immédiats du Palais du Gouvernement sis à proximité de la Kasbah de Tunis. Elles ont regroupé d’abord ce qui avait été confisqué à Mohamed Khaznadar, fils du Premier ministre auquel Kheireddine avait succédé, avec comme complément le produit des ramassages et des fouilles entreprises par certains caïds (gouverneurs de régions), en réponse à la demande de Kheireddine Pacha16.

20Le projet de Kheireddine Pacha était important et résolument moderniste ; il était assurément motivé par la culture de son promoteur mais aussi par ce qui se passait en Algérie, depuis plusieurs décennies, et par ce qui avait été entrepris en Tunisie même par le Père Delattre, l’année précédente, dans le domaine des musées. Il faisait passer l’archéologie de la chose privée à la chose publique, de la collection et de la marchandise à la muséification et à l’instruction. L’initiation du projet ne fut accompagnée d’aucune mesure relative à la protection des antiquités. On pourrait penser que Kheireddine Pacha, grand législateur dans de nombreux domaines, l’aurait fait s’il était resté au pouvoir plus longtemps, mais cela reste du domaine des hypothèses.

  • 17 Ibid., p. 112-115.

21Avec la démission du général Kheireddine de son poste de Premier ministre en juillet 1877, après presque quatre années d’exercice, le fonds constitué pour le musée archéologique de Tunis fut pillé et dispersé. Certaines pièces se sont retrouvées, quelques années plus tard, au musée du Bardo, d’autres au musée du Louvre, au British Museum ou au Kunsthistorisches Museum de Vienne17.

Les particularités

Un Service officiellement tunisien

  • 18 Bacha 2013, p. 151.
  • 19 Ibid.

22Tout en ayant eu à sa tête un directeur français, depuis sa création jusqu’à l’indépendance du pays, en 1956, le Service des Antiquités et des Beaux-Arts de la Régence de Tunis a, après une courte période, relevé du gouvernement tunisien chapeauté par la Résidence générale et les structures administratives qui en dépendaient18. En cela, le régime du protectorat était nettement différent de la colonie algérienne voisine. Tout en laissant en place le Bey, le Premier ministre et les caïds, il fonctionnait grâce à une administration parallèle. Ainsi en était-il, par exemple, de la Direction générale de l’Instruction publique et des Beaux-Arts dont relevait tout ce qui concernait l’éducation, les antiquités et les arts, même si la tutelle exercée par les responsables français pouvait être nominale ou conflictuelle ; elle pouvait même ne pas être affichée dans les documents officiels : dans les papiers à en-tête du Service des Antiquités et des Arts, la hiérarchie des autorités se présentait de la manière suivante : protectorat français / Régence de Tunis / gouvernement tunisien / Service des Antiquités. Mais il faut surtout retenir que le régime du protectorat était régi par un principe fondamental : tout pouvoir qui avait quelque importance était aux mains des administrateurs français. Cela s’appliquait au domaine de l’archéologie, à commencer par la législation : les décrets étaient beylicaux mais, en fait, dictés par les décideurs du protectorat. Le directeur des Antiquités était nommé par décret beylical, son budget de fonctionnement était, à partir du début du xxe siècle, pris sur le budget tunisien. Mais dans les deux domaines, scientifique et financier, les propositions étaient françaises. Le Service des Antiquités pouvait bénéficier ponctuellement de dotations financières provenant particulièrement de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres et de la Résidence générale de France en Tunisie. Il faut noter aussi que la tutelle et les réseaux scientifiques étaient français19.

Un établissement précoce et original

  • 20 Gran-Aymerich 2007, p. 697.

23La création du Service des Antiquités de Tunisie est due à René du Coudray de La Blanchère, à l’instigation d’un personnage important, Xavier Charmes, alors à la tête du Bureau des missions au ministère de l’Instruction publique20. La Blanchère est resté en poste en Tunisie de 1885 à 1890. Son œuvre législative avait été précédée par la publication de l’important décret beylical du 7 novembre 1882 (soit six mois après l’établissement du protectorat) interdisant la destruction des monuments historiques ainsi que les fouilles privées et annonçant l’institution, à Tunis, d’un musée et d’un Service des Antiquités, des Beaux-Arts et des Monuments historiques. Elle a suscité la promulgation de plusieurs décrets beylicaux importants :

24- le décret du 8 mars 1885 (quatre ans après l’établissement du protectorat) est le texte légal de la mise en place d’un Service des Antiquités, des Beaux-Arts et des Monuments historiques en Tunisie ;

25- le décret du 25 mars 1885 crée le musée Alaoui qui a ouvert ses portes en 1888. S’y trouvent aussi la nomination du premier directeur de ce Service, René du Coudray de La Blanchère, et la création d’une bibliothèque ;

26- le décret du 12 janvier 1886 précise les attributions du Service des Antiquités ;

27- le décret du 7 mars 1886 relatif à la propriété et à la conservation des antiquités et objets d’art.

  • 21 Février 1989, p. 30-48.
  • 22 Ibid., p. 30-48 ; Gran-Eymerich 2000.
  • 23 Ibid..

28La Blanchère avait pour second Paul Gauckler, qui lui succéda et resta en poste jusqu’en 1905. Tout en considérant l’importance de l’œuvre législative de La Blanchère et la mise en place des deux institutions importantes qu’étaient le Service des Antiquités d’une part et le musée Alaoui d’autre part, il faut reconnaître à Gauckler la qualité de premier organisateur de l’archéologie française en Tunisie. La quinzaine d’années qu’il passa à la tête du Service des Antiquités a été déterminante à plusieurs points de vue, notamment par la mise en application des nouvelles réglementations, par l’organisation de l’approvisionnement du musée Alaoui, par l’inauguration des premières fouilles scientifiques à Carthage, Uthina, etc. L’originalité du Service des Antiquités de Tunisie réside dans la rapidité de sa mise en place (quelques années seulement après l’établissement du protectorat), mais aussi et surtout dans le fait qu’il n’avait pas de pareil dans la colonie voisine. En Algérie, à l’image de ce qui existait en France, une Inspection générale des Monuments historiques et des Musées archéologiques fut créée en 1854 et un Service des Monuments historiques en 1880, soit un demi-siècle après le début de la conquête. Le Service des Monuments historiques de l’Algérie s’occupait de la restauration, de la conservation et de la recherche. En 1902, une Inspection des Antiquités fut créée à l’initiative de Stéphane Gsell mais elle n’arrivait pas, malgré toute l’autorité scientifique de l’éminent historien et archéologue, à s’imposer aux architectes des Monuments historiques21. En Algérie, il faut attendre 1923, avec une quarantaine d’années de retard sur la Tunisie, pour que soit créé un Service des Antiquités dirigé par un archéologue, alors que ce type de Service avait été déjà adopté au Maroc, en Syrie et au Liban22. Le « modèle tunisien » ne fut adopté en métropole que le 21 janvier 1942 par la volonté de Jérôme Carcopino, alors secrétaire d’État à l’Éducation nationale sous le gouvernement de Vichy. Ainsi, la Tunisie a servi, en matière d’organisation de l’activité archéologique officielle, de laboratoire aussi important que précoce dans différents pays de l’empire français et en métropole même. Ajoutons qu’en matière de muséographie, le musée Alaoui, qui a cherché à regrouper les plus grandes découvertes faites partout dans le pays, n’a jamais eu d’équivalent en Algérie, où le musée du Bardo d’Alger était d’envergure modeste, et où se sont développés des musées régionaux et des sites soutenus par les sociétés archéologiques régionales23.

Une administration dotée de peu de moyens financiers et humains

  • 24 Picard 1983 ; Bacha 2013.
  • 25 Picard 1983 ; Bacha 2013.
  • 26 Ben Hassen, Maurin 1998, p. 24-30.
  • 27 L’immense œuvre des Poinssot s’est étendue, à Dougga, de l’année de l’établissement du protectorat (...)
  • 28 Poinssot 1909.

29Le budget du gouvernement tunisien était modeste et le Service des Antiquités n’en recevait que des sommes dérisoires. Cette indigence fondamentale ne pouvait être corrigée d’une manière conséquente par les subventions accordées par la Résidence générale de France en Tunisie et l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, avec parcimonie et d’une manière épisodique24. À la modestie des moyens s’ajoutaient celles des locaux et des moyens de transport. Était aussi palpable la rareté des chercheurs et des techniciens affectés au Service. Les membres de l’équipe scientifique et technique se comptaient le plus souvent sur les doigts d’une seule main : le directeur, un inspecteur ou deux, un dessinateur et, à partir des premières années du protectorat, un élève ou deux de l’École française de Rome25. Cela explique en grande partie le fait que les directeurs des Antiquités étaient, malgré leur intérêt personnel pour certains domaines de la recherche, obligés de s’occuper de tout, sur tout le territoire de la Régence : des fouilles programmées très lourdes (à Carthage, à Uthina26 et surtout à Dougga27) autant que les découvertes fortuites quotidiennes, grâce aux entreprises de tous genres (relevés des brigades topographiques, travaux agricoles des colons, ouvertures de routes, constructions des lignes de chemin de fer, découverte faite par des pêcheurs à Mahdia, etc.28).

Un Service inséré fortement dans des réseaux scientifiques et de sociabilité

  • 29 Voir infra Laurence Gillot, qui évoque une « Lettre aux sourds » publiée par le médecin et microbio (...)
  • 30 Paris, bibliothèque de l’INHA – collections Jacques-Doucet, archives Poinssot, 106, 001, 01.

30Les réseaux constitués ou intégrés par les directeurs des Antiquités de la Régence de Tunis étaient de divers types : matrimoniaux, locaux, de différents milieux29 et étrangers. Une première illustration de la trame de ces réseaux remonte à l’aube du protectorat français, avec le soutien apporté par Charles Tissot à la mission de Julien Poinssot en Tunisie. Tissot, qui avait été élève consul à Tunis et qui y avait entrepris de beaux travaux en matière de géographie historique, était, lors de l’établissement du protectorat français en Tunisie, ambassadeur de son pays à Londres30.

Un Service soumis continuellement aux empiètements et aux pressions

  • 31 Voir supra Khaled Marmouri et Meriem Sebaï.
  • 32 Ben Hassen, Maurin 1998, p. 26-27.
  • 33 Pour d’autres aspects des rapports entre Paul Gauckler et le Père Delattre, voir infra Myriam Bacha(...)
  • 34 Raynal 2005, p. 169-201.
  • 35 Gauckler 1897-1912.
  • 36 Jaïdi 2000.

31Les empiètements sur les prérogatives institutionnelles du Service des Antiquités venaient de tous ceux qui voulaient continuer à exercer l’archéologie en dehors du cadre légal. Ces agissements s’expliquaient en partie par la rigueur extrême de la législation tunisienne dans un milieu qui n’y était pas préparé, mais ils étaient aussi favorisés par la modestie des moyens matériels et humains du Service des Antiquités. Ils amenaient tous les directeurs des Antiquités à compter, bon gré mal gré, sur la signalisation des découvertes par les non-professionnels afin de les publier, en citant ou non leurs sources. Cela participait à la fois du réseau et de la dépendance31. Parmi les coupables d’empiètement, on comptait d’abord tous ceux qui étaient hors-la-loi dans la mesure où ils ne demandaient pas l’autorisation du Service des Antiquités pour entreprendre des fouilles. La rigueur de la loi, souvent non respectée, ajoutée aux exigences des directeurs des Antiquités, a été à l’origine de problèmes qui ont connu des développements parfois graves. À Uthina, où il entreprit de beaux travaux, Paul Gauckler dut composer avec le propriétaire du terrain, l’avocat Ducroquet, qui fouillait lui aussi et qui offrait au musée Alaoui et à certains particuliers les pièces archéologiques qu’il voulait quand il voulait32. Le Père Delattre, qui voulait faire prévaloir à Carthage des droits qui lui étaient contestés par Gauckler, avait ses entrées auprès de l’archevêché de Carthage, du gouvernement français et de la Résidence générale de France ; ces connivences ont fait perdre à Gauckler, qui faisait montre d’une grande opiniâtreté face à Delattre, en 1904, la moitié du modeste budget de sa direction, qu’il ne récupéra qu’au prix d’une longue bataille33. En 1904-1906, les fouilles d’une basilique chrétienne d’Uppena(Henchir Chigarnia) se trouvaient disputées par trois parties : le Service des Antiquités, l’archevêché de Carthage (auquel le Père Delattre était associé) et la Société archéologique de Sousse présidée par le Dr Louis Carton, médecin de l’armée française de Tunisie34. Dans l’une de ses correspondances, Paul Gauckler exprime avec beaucoup d’amertume le regret du temps que lui fait perdre le Père Delattre. Au même moment, il dut accepter, sous l’immense pression du Résident général de France en Tunisie, René Millet, de prêter son nom à une publication volumineuse consacrée aux installations hydrauliques romaines de Tunisie35. La sommation du Résident général, motivée par les intérêts français en matière de colonisation agricole, fit souffrir au plus haut point Gauckler qui dut se résoudre à ce que le travail d’inventaire et des fouilles, dont certaines étaient suivies de transformations des structures antiques en installations utilitaires, fussent l’œuvre d’amateurs généralement incompétents et parfois destructeurs de vestiges antiques36.

  • 37 Fonds Poinssot, 106, 004, 02.

32Pour conclure, j’aimerais m’avancer un peu dans le temps pour noter que Louis Poinssot, par ses recherches mais aussi par son immense travail au niveau de l’organisation du domaine des antiquités, a continué l’œuvre de La Blanchère et celle de Gauckler. Il suffit de rappeler qu’il a été à l’origine du décret du 8 janvier 1920 relatif aux antiquités antérieures à la conquête arabe, qui reprit et compléta d’une manière substantielle la réglementation antérieure dont les premiers éléments dataient de près de trente-cinq ans. Le travail de Louis Poinssot a été fait dans la bonne vieille tradition qui, au Service des Antiquités, s’efforçait de mener de front les travaux scientifiques et l’organisation des institutions – un travail accompli toujours dans des conditions difficiles et avec beaucoup de perte de temps causée par des personnages aux grandes capacités de nuisance. J’ai évoqué, plus haut, la plainte de Paul Gauckler, dans les années 1904-1905, sur le temps que le Père Delattre lui faisait perdre ; il me semble approprié de clore cette étude en citant des phrases par lesquelles Louis Poinssot terminait un rapport rédigé au début de son mandat de directeur des Antiquités. Le document est un brouillon d’une correspondance adressée au directeur général de l’Instruction publique et des Beaux-Arts en Tunisie, Henri Doliveux, qui était acquis à la cause du Dr Carton dans le litige qui l’opposait ouvertement au directeur des Antiquités à propos des fouilles qu’il menait dans le théâtre de Carthage. Henri Doliveux avait été jusqu’à écarter Louis Poinssot d’une réunion de la Commission des théâtres antiques. Je cite Louis Poinssot : « Comme mes prédécesseurs, je n’attache pas plus d’importance qu’il ne convient aux propos de celui que, comme tous ceux qui le connaissent bien, je considère à la fois comme un malhonnête homme et un fou. Je déplore seulement que, par sa faute, je perds un temps précieux que j’aurai tant de satisfaction à consacrer à la défense comme à l’exploration des ruines de la Tunisie37 ». La deuxième phrase de cette déclaration montre que Louis Poinssot, dernier pionnier de l’archéologie française en Tunisie, se rattachait fortement à la lignée des grands précurseurs.

Bibliographie

Abdelmoula 1977 : Mahmoud Abdelmoula, L’école militaire du Bardo, Tunis, Maison arabe du livre, 1977 (en arabe).

Abdessalem 1975 : Ahmed Abdessalem, Sadiki et les Sadikiens (1875-1975), Tunis, Cérès Productions, 1975.

Alexandropoulos, Cabanel 2000 : Jacques Alexandropoulos et Patrick Cabanel (dir.), La Tunisie mosaïque. Diaspora, cosmopolitisme, archéologie de l’identité, Toulouse, PUM, 2000.

Attia 1993 : Ridha Attia, « La bibliothèque nationale de Tunisie », Documentation et bibliothèques, 39-2, 1993, p. 79-82.

Bacha 2013 : Myriam Bacha, Patrimoine et monuments en Tunisie, 1881-1932, Rennes, PUR, 2013.

Ben Hassen, Maurin 1998 : Habib Ben Hassen et Louis Maurin (dir.), Oudhna (Uthina). La redécouverte d’une ville antique de Tunisie, Tunis/Bordeaux, INP/Ausonius, 1998.

Bendana 2001 : Kmar Bendana, « Générations d’imprimeurs et figures d’éditeurs à Tunis entre 1850 et 1950 », dans Jacques Michon et Jean-Yves Mollier (dir.), Les mutations du livre et de l’édition dans le monde, du xviiie siècle à l’an 2000, Actes du colloque international, Sherbrooke, 2000, Saint-Nicolas/Paris, Presse de l’Université de Laval/L’Harmattan, 2001, p. 349-359.

Botte 2010 : Roger Botte, Esclavage et abolition en terre d’Islam. Tunisie, Arabie Saoudite, Maroc, Maurétanie, Bruxelles, André Versaille éditeur, 2010.

Février 1989 : Paul-Albert Février, Approches du Maghreb romain. Pouvoirs, différences et conflits, I, Aix-en-Provence, Édisud, 1989.

Gauckler 1897-1912 : Paul Gauckler, Enquête sur les installations hydrauliques romaines en Tunisie, Paris, Louis Nicolas, 1897-1912.

Gran-Aymerich 2000 : Ève Gran-Aymerich, « La Tunisie et la politique archéologique française », dans Alexandropoulos, Cabanel 2000, p. 549-563.

Gran-Aymerich 2007 : Ève Gran-Aymerich, Les chercheurs de passé (1798-1945). Aux sources de l’archéologie. Naissance de l’archéologie moderne. Dictionnaire biographique de l’archéologie, Paris, CNRS éditions, 2007.

Gutron 2003 : Clémentine Gutron, Mise en place d’une archéologie en Tunisie : le Musée Lavigerie de Saint-Louis de Carthage (1875-1932), mémoire de DEA, inédit, EHESS, Paris, 2003.

Jaïdi 2000 : Houcine Jaïdi, « L’hydraulique antique de la Tunisie dans les études de l’époque du Protectorat », dans Alexandropoulos, Cabanel 2000, p. 527-540.

Jaïdi 2001 : Houcine Jaïdi, « Kheireddine Pacha et son projet de musée archéologique à Tunis », Pallas, 56, 2001, p. 96-117.

Jaïdi 2006 : Houcine Jaïdi, « L’archéologie antique en Tunisie à l’époque coloniale : champ de recherche et enjeux », dans Sami Bargaoui et Hassen Ramaoun (dir.), Savoirs historiques au Maghreb. Constructions et usages, Cahiers du CERES, Série Histoire, 16, 2006, p. 277-285.

Khadar 1989 : Hédia Khadar, « La Révolution française, le Pacte fondamental et la première Constitution tunisienne de 1861 », Revue du monde musulman et de la Méditerranée, 52-53, 1989, p. 132-137.

Larguèche 1990 : Abdelhamid Larguèche, L’abolition de l’esclavage à travers les archives, 1841-1846, Tunis, Alif, 1990.

Picard 1983 : Gilbert-Charles Picard, « La recherche archéologique en Tunisie, des origines à l’indépendance », Cahiers des études anciennes (Carthage IV), 1983, p. 11-20.

Poinssot 1909 : Louis Poinssot, « Découvertes sous-marines près de Mahdia (Tunisie) », Klio, IX, 2, 1909.

Raynal 2005 : Dominique Raynal, Archéologie et histoire de l’Église d’Afrique. Upenna I. Les Fouilles 1904-1907, Toulouse, PUM, 2005.

Smida 1970 : Mongi Smida, Kheireddine, ministre réformateur, 1873-1877, Tunis, Maison tunisienne de l’édition, 1970.

Sraïeb 1995 : Noureddine Sraïeb, Le collège Sadiki de Tunis, 1875-1956 : enseignement et nationalisme, Paris, éditions du CNRS, 1995.

Sraïeb 2000 : Noureddine Sraïeb, « Le collège Sadiki : histoire d’une institution », dans Alexandropoulos, Cabanel 2000, p. 287-317.

Van Krieken 1976 : Gérard Van Krieken, Khayral-Dîn et la Tunisie (1850-1881), Leyde, E. J. Brill, 1976.

Notes

1 Bacha 2013, p. 88-109.

2 Jaïdi 2006.

3 Jaïdi 2001, p. 104.

4 Gutron 2003.

5 Abdelmoula 1977.

6 Smida 1970 ; Van Krieken 1976.

7 Larguèche 1990 ; Botte 2010.

8 Khadhar 1989.

9 Bendana 2001, p. 353.

10 Khadhar 1989.

11 Abdessalem 1970 ; Sraïeb 1995 et 2000.

12 Attia 1993. Dans l’Algérie colonisée à partir de 1830, une bibliothèque avait été créée en 1835.

13 Jaïdi 2001, p. 99-108.

14 Ibid., p. 105-107.

15 Ibid., p. 107-112.

16 Ibid.

17 Ibid., p. 112-115.

18 Bacha 2013, p. 151.

19 Ibid.

20 Gran-Aymerich 2007, p. 697.

21 Février 1989, p. 30-48.

22 Ibid., p. 30-48 ; Gran-Eymerich 2000.

23 Ibid..

24 Picard 1983 ; Bacha 2013.

25 Picard 1983 ; Bacha 2013.

26 Ben Hassen, Maurin 1998, p. 24-30.

27 L’immense œuvre des Poinssot s’est étendue, à Dougga, de l’année de l’établissement du protectorat jusqu’au milieu des années 1960.

28 Poinssot 1909.

29 Voir infra Laurence Gillot, qui évoque une « Lettre aux sourds » publiée par le médecin et microbiologiste français Charles Nicolle, en 1929, dans la Revue normande et offerte, en tiré à part, à Louis Poinssot. Voir aussi infra Meriem Sebaï, qui étudie la correspondance d’un naturaliste amateur d’archéologie, à Sfax, avec Louis Poinssot dans les années 1930.

30 Paris, bibliothèque de l’INHA – collections Jacques-Doucet, archives Poinssot, 106, 001, 01.

31 Voir supra Khaled Marmouri et Meriem Sebaï.

32 Ben Hassen, Maurin 1998, p. 26-27.

33 Pour d’autres aspects des rapports entre Paul Gauckler et le Père Delattre, voir infra Myriam Bacha.

34 Raynal 2005, p. 169-201.

35 Gauckler 1897-1912.

36 Jaïdi 2000.

37 Fonds Poinssot, 106, 004, 02.

Pour citer cet article

Référence papier

Houcine Jaïdi, « La création du Service des Antiquités de Tunisie : contexte et particularités », in Monique Dondin-Payre, Houcine Jaïdi, Sophie Saint-Amans et Meriem Sebaï (dir.), Autour du fonds Poinssot, INHA (« Actes de colloques »).

Référence électronique

Houcine Jaïdi, « La création du Service des Antiquités de Tunisie : contexte et particularités », in Monique Dondin-Payre, Houcine Jaïdi, Sophie Saint-Amans et Meriem Sebaï (dir.), Autour du fonds Poinssot, INHA (« Actes de colloques »), [En ligne], mis en ligne le 07 juillet 2017, consulté le 19 juillet 2017. URL : http://inha.revues.org/7157

Auteur

Houcine Jaïdi

Maître de conférences, Université de Tunis

Articles du même auteur

Droits d’auteur

Tous droits réservés