Navigation – Plan du site
Autour du fonds Poinssot - Monique Dondin-Payre, Houcine Jaïdi, Sophie Saint-Amans et Meriem Sebaï (dir.)
Constitution et acquisition du fonds Poinssot

Pourquoi une Lettre aux sourds dans le fonds Poinssot ?

Diversité et unité d’une bibliothèque. Étude préliminaire
Laurence Gillot

Texte intégral

Introduction

1La présence de la Lettre aux sourds du médecin français Charles Nicolle (1866-1936), parue à l’été 1929 dans la Revue Normande, pourrait sembler accidentelle dans une bibliothèque a priori consacrée à l’histoire et à l’archéologie de la Tunisie. Pourtant, d’autres tirés à part et ouvrages du même auteur et de son fils Pierre Nicolle semblent indiquer que la conservation de cette lettre fut voulue par Louis Poinssot, à qui elle fut dédiée. À l’instar de tous les ouvrages et articles consacrés aux voyages et à l’exploration de l’Afrique du Nord, à l’anthropologie, à la linguistique et aux affaires diplomatiques, ainsi que des correspondances et des discours qui constituent aujourd’hui la cote « DT 185 », la Lettre aux sourds pose nombre de questions aux conservateurs et historiens du fonds, qui ont pressenti l’importance de les sauvegarder afin d’étudier le contexte intellectuel associé à la constitution de cette bibliothèque. À travers l’analyse du contenu de cette cote hétérogène, il s’agira de comprendre les modalités et les motivations de l’acquisition et de la conservation par la famille Poinssot des écrits non spécifiquement dédiés à l’archéologie et à l’histoire antique de la Tunisie. Cette recherche préliminaire visera à présenter cette cote qui témoigne de l’éclectisme et de la large ouverture d’esprit des Poinssot, mais qui semble également témoigner d’une conception unitaire des peuples de l’Afrique du Nord, de leur histoire et de leur culture, où passé et présent entretiennent des liens très étroits. Outre la mise en évidence de l’ouverture géographique, chronologique et thématique que cette cote donne à voir sur la bibliothèque Poinssot, il s’agira de se pencher sur les perspectives de l’étude d’un tel fonds, notamment du point de vue de l’histoire sociale de l’archéologie et des processus de patrimonialisation dans la région nord-africaine.

La Lettre aux sourds et autres écrits de Charles Nicolle

  • 1 Nicolle 1929 : « Toute souffrance est noble. Toute injustice grandit. Pour alléger votre injuste pe (...)

2La Lettre aux sourds fut écrite en 1929 par Charles Nicolle, médecin atteint de surdité, et fut ensuite reprise par la Revue des mutilés de l’oreille en mars 1929, par la Revue normande en juillet 1929 et publiée à Tunis aux éditions Aloccio1. Sa présence dans la bibliothèque Poinssot pose question. Pourquoi inscrire et conserver ce document consacré à la surdité dans un fonds unitaire dédié à l’archéologie et à l’histoire de la Tunisie et de l’Afrique du Nord ? Si le thème de la lettre ne nous permet guère de répondre à cette question, il convient de se pencher sur l’auteur, Charles Nicolle, et son lien avec les Poinssot. La Lettre aux Sourds n’est en effet pas le seul écrit de Charles Nicolle à figurer dans la bibliothèque Poinssot.

  • 2 Charles Nicolle (1866-1936) est né à Rouen où il a passé son enfance. Il est le fils d’Eugène Nicol (...)
  • 3 Nicolle 1932.
  • 4 Nicolle 1934.
  • 5 Nicolle 1920.
  • 6 Nicolle 1927.
  • 7 Hommage 1936.
  • 8 Nicolle 1981.
  • 9 « Pour L. Poinssot. Hommage très amical. Et. Burnet ».
  • 10 Étienne Burnet, médecin et bactériologiste français, a lui aussi séjourné à Tunis où il accepta le (...)

3Le parcours de ce médecin2 passionné d’histoire permet de comprendre les circonstances dans lesquelles il a pu se rapprocher de la famille Poinssot, et en particulier de Louis dont il deviendra l’ami intime lors de son séjour à l’Institut Pasteur de Tunis, dont il assura la direction. De fait, la bibliothèque comprend quatre romans et essais dont les dédicaces affectueuses de l’auteur à L. Poinssot témoignent des liens réels d’amitié entre les deux hommes : « À mon ami L. Poinssot. Hommage affectueux. C. Nicolle. Tunis 18 dec. 19213 », « À mon ami Louis Poinssot. Animation du passé et conservation du vivant. Affectueusement. C. Nicolle4 », « À mon ami L. Poinssot. Ce livre où, bien imprudemment, l’auteur a fait quelques incursions sur le terrain antique. Avec mes amitiés affectueuses. Tunis 15 mars 1920, C. Nicolle5 », « À mon ami L. Poinssot, maître en archéologie. Hommages affectueux. Tunis, 20 mai 1924. Prière de pardonner les fautes de l’auteur6 ». Par ailleurs, cette amitié est manifeste par la présence, dans le tiré à part Hommage à Charles Nicolle7, d’une photographie très intime (fig. 1) représentant Charles et sa petite-fille, fille de Pierre Nicolle à qui l’on doit notamment un hommage présent dans la bibliothèque8. Aussi, la dédicace de cet hommage9, faite par Étienne Burnet10 à Louis Poinssot, témoigne des réseaux plus larges de relations entre savants alors actifs en Tunisie, nous y reviendrons.

Fig. 1 : Pierre Nicolle (attr.), Charles Nicolle et sa petite-fille, tirage argentique, TAP Hommage à Charles Nicolle.

  • 11 Voir l’article de Monique Dondin-Payre, « Une bibliothèque et une famille : le fonds Poinssot à la (...)

4En définitive, la présence de la Lettre aux Sourds et des autres ouvrages de Charles Nicolle dans cette bibliothèque est loin d’être fortuite et leur conservation fut sciemment voulue. Cette lettre témoigne tout à la fois des réseaux de relations savantes et politiques des Poinssot et des modalités de constitution de la bibliothèque Poinssot dans son ensemble, en particulier des raisons qui ont poussé les Poinssot à acquérir et conserver des ouvrages sur des thèmes aussi variés que la médecine, l’anthropologie, l’histoire, la linguistique, l’hydraulique, les biographies de savants, etc. Il convient donc de se pencher sur la cote sous laquelle ces références ont été répertoriées, la cote DT 185, qui, derrière son apparente diversité, témoigne bien de ce caractère unitaire de la bibliothèque déjà mis en évidence dans ce volume par Monique Dondin-Payre11.

La cote « DT 185 »

  • 12 Adda, Dondin-Payre 2014.

5La cote « DT 185 » représente ‑ à la date du 15 août 2014 ‑ un ensemble de 636 références, nombre qui ne cesse d’évoluer à mesure que l’inventaire du fonds et de la bibliothèque se poursuit. De fait, notre étude porte sur un nombre de 637 références correspondant à l’état de l’inventaire au mois de mars 2015. La cote représente un classement regroupant les ouvrages, tirés à part et autres écrits non directement associés à l’archéologie antique. Il s’agit d’un classement général par thèmes et aires géographiques (fig. 2), qui n’a pas encore fait l’objet d’une exploration systématique, hormis les recherches de Monique Dondin Payre et Rosine Adda sur les guides de voyages et les publications consacrées aux tatouages12. Notre travail exploratoire a tout d’abord consisté à comprendre les logiques de sélection et de conservation ainsi qu’à caractériser et analyser les références. Ensuite, nous évoquerons les pistes de recherche qui seront développées dans l’avenir.

Fig. 2 : Catégories du catalogue de l’INHA.

© Laurence Gillot.

Logiques de sélection et de conservation : de la diversité à l’unité

  • 13 On peut ici distinguer d’une part les ouvrages et TAP issus de la bibliothèque de Bernard Roy, secr (...)

6Si l’on se base sur les ex-libris et dédicaces, et dans une moindre mesure sur les dates de publication, il semblerait que Louis Poinssot et à sa suite Claude ont été les deux principaux acteurs de ces acquisitions. Nous distinguons deux logiques dans l’acquisition des ouvrages et écrits constituant la cote DT185. D’une part, les logiques relevant du « hasard », représentées par des arrivages « fortuits » et de donations révélatrices des relations sociales des Poinssot13. D’autre part, les logiques relevant de choix volontaires, représentées par les œuvres vraisemblablement acquises en fonction de l’intérêt scientifique des Poinssot. Si ces deux logiques permettent d’expliquer la diversité de la bibliothèque et de la cote, une vision unitaire semble également se dégager, celle d’une conception spécifique des peuples d’Afrique du Nord. Une analyse du contenu de la cote permet d’étayer cette hypothèse.

Caractéristiques du contenu de la cote DT 185

7En l’état, le classement par dates de publication, types et langues n’a qu’un caractère informatif (fig. 2). Face à une cote au contenu aussi diversifié, il convient tout d’abord de délimiter les questions à poser et de construire une méthode d’analyse. Derrière le caractère a priori aléatoire et encyclopédique, existe-t-il un lien entre les ouvrages et les écrits ? Si oui, quel est-il ? Au-delà du caractère artificiel de cette cote, qui ne résulte pas d’un classement opéré par les Poinssot (comme dans le cas des recueils factices), peut-on proposer un classement plus fin ? Plus largement, si l’on considère que l’analyse des références peut permettre de comprendre les modalités de constitution de cette bibliothèque de savants, l’analyse des dédicaces, dédicants et dédicataires n’est-elle pas susceptible de participer à l’histoire sociale de l’archéologie française en Afrique du Nord de la fin du xixe et du début du xxe siècle ?

8Sur cette base, nous avons procédé en deux étapes : le classement suivi de l’analyse des références. Tout d’abord, à partir du catalogue, d’un travail de requête et d’un dépouillement systématique de toutes les notices, nous avons opéré des classements par champs disciplinaires, thématiques, aires géographiques et périodes couvertes, en vue de permettre une exploitation future en fonction de problématiques variées. Les notices comportaient pour la plupart une courte description des thèmes, aires géographiques et périodes couvertes, mais de manière inégale. Nous avons donc affiné ces champs, ce qui a permis d’uniformiser les catégories, de faire des tris par champ et d’établir des « statistiques ». Ensuite, afin d’affiner les catégories, nous avons consulté les ouvrages en bibliothèque, sur internet pour les ouvrages numérisés, ou recherché des compléments d’information sur les auteurs des publications. De fait, il reste un travail important à faire en bibliothèque et il conviendrait de dissocier certains champs, de les affiner, ce qui permettra un traitement dans une véritable base de données. De même, concernant les réseaux de sociabilités, le travail est encore à ses débuts.

  • 14 Bacha 2013.
  • 15 Gutron 2010.
  • 16 Jaïdi 2006.
  • 17 Chevalier, 2002 ; Diaz-Andreu 2007 ; Gran-Aymerich 1998.
  • 18 Jaïdi 2006, n. 14, résume les motivations de la manière suivante : le souci de comprendre la manièr (...)
  • 19 Gillot 2011, p. 55-59 ; Gillot 2010, p. 4-15.

9Les premières constatations issues de ce travail de caractérisation appuient l’idée d’une volonté délibérée de rassembler des ouvrages portant sur l’Afrique du Nord selon une conception holistique des sociétés et de l’environnement, où passé et présent entretiennent des liens étroits. Les documents sont de nature variée (fig. 3), et on trouve à la fois des documents officiels, des discours et des ouvrages scientifiques, témoins d’une volonté d’établir une connaissance approfondie de l’Afrique du Nord. De même les champs disciplinaires et thématiques sont vastes (fig. 4, 5 et 6) et les périodes et pays concernés diversifiés (fig. 7 et 8). Il convient néanmoins de noter que l’histoire, couvrant aussi bien les périodes antique, médiévale et moderne que l’époque contemporaine occupe une place privilégiée, de même que le thème de la colonisation et des relations géopolitiques entre la France et les pays sous protectorat ou tutelle (Maroc, Algérie, Tunisie). Les récits de voyage et descriptions des régions nord-africaines occupent également une place de choix et témoignent à nouveau d’une volonté de connaître ces pays de manière approfondie, mais aussi de les maîtriser (d’où les ouvrages sur l’hydraulique par exemple) dans une démarche qui pourrait sembler ambivalente, à la fois humaniste et paternaliste. Il faut à cet égard rappeler les liens entre archéologie et colonialisme. Les études de Myriam Bacha14, Clémentine Gutron15 et Houcine Jaïdi16, entre autres17, soulignent le fait que les projets de recherche archéologique étaient largement conditionnés par les préoccupations coloniales18. Ce qui mériterait à présent un approfondissement, et ce vers quoi tendent nos recherches futures, serait de qualifier ces préoccupations, qui ne semblent pas identiques chez chacun des acteurs de la recherche archéologique. Dans la perspective d’une socio-histoire de l’archéologie19, nous envisageons en effet les sensibilités différentes, les oppositions mêmes qui ont pu se manifester dans le milieu intéressé par les fouilles, sans considérer a priori l’archéologie comme un instrument du colonialisme.

  • 20 Bacha 2008.

10Par ailleurs, à travers la présence d’écrits sur l’art, l’architecture et l’anthropologie (folklore, mœurs, etc.) semble s’élaborer une définition et un élargissement de la notion de patrimoine20. La bibliothèque et le fonds Poinssot participent ainsi d’un processus de patrimonialisation où les savants donnent à voir leur propre conception du patrimoine des régions nord-africaines. Celle-ci se traduit par le choix de décrire, de conserver et de protéger certains marqueurs culturels, qui ne se limitent pas stricto sensu à l’archéologie mais qui englobent des aspects à la fois matériels et immatériels, culturels et environnementaux. Il conviendra donc de préciser le rapport des savants et acteurs de l’archéologie aux vestiges antiques, romains puis chrétiens, de même qu’aux héritages islamiques. La cote DT 185 ouvre à cet égard d’intéressantes perspectives puisqu’elle permet de travailler sur l’évolution et le croisement des regards, des acteurs locaux et des acteurs étrangers (français en particulier) à l’égard des patrimoines nord-africains.

11Enfin, outre les perspectives énoncées précédemment, l’analyse de la cote DT 185 est susceptible de participer aux études sur les sociabilités savantes et institutionnelles sous le mandat français en Afrique du Nord. 56 dédicaces et hommages ont pu être relevés et témoignent de l’étendue de l’entourage des Poinssot, bien qu’il demeure encore impossible de se prononcer sur la proximité réelle entre les individus. On voit ainsi se dessiner le « milieu » français d’Afrique du Nord durant la période des protectorats, constitué de plusieurs segments que nous ne ferons qu’évoquer : le réseau politique et diplomatique (Gabriel Puaux, Raoul Darmon), le réseau scientifique (Paul Gauckler, René Cagnat, Slimane Mustapha Zbiss, André Basset, Robert Brunschvig, Lucien Golvin, Jean Herber, Jean Despois), les hommes de lettres et artistes (Arthur Pellegrin, Georges et William Marçais, Jules Affoux), les militaires (Louis Carton, Gustave Mercier), les architectes (Albert Ballu) et les ingénieurs (Marcel Solignac). Il conviendrait à l’avenir d’étudier ces relations à partir des correspondances et d’évaluer leurs prolongements à l’heure actuelle, toujours dans une perspective visant à analyser les caractéristiques de la pratique archéologique française en milieu étranger aux époques coloniale et postcoloniale.

Fig. 3 : Nature des documents.

© Laurence Gillot.

Fig. 4 : Champs disciplinaires.

© Laurence Gillot.

Fig. 5 : Thématiques.

© Laurence Gillot.

Fig. 6 : Thématiques.

© Laurence Gillot.

Fig. 7 : Périodes.

© Laurence Gillot.

Fig. 8 : Régions et pays.

© Laurence Gillot.

Conclusions et perspectives

12Outre les modalités de constitution de la bibliothèque et les réseaux de relations interpersonnelles que cette brève étude a pu mettre en évidence, c’est un aperçu du foisonnement de tout un milieu intellectuel et savant que cette bibliothèque et les références qui constituent la cote DT 185 donnent à voir, en l’occurrence le milieu des Français actifs en Afrique du Nord entre la fin du xixe siècle et la première moitié du xxe siècle. En particulier, cette cote et plus largement la bibliothèque Poinssot témoignent des relations très fortes entre les pratiques scientifiques et les intérêts coloniaux. C’est en ce sens qu’il faut interpréter la pluridisciplinarité de cette cote, qui correspond à une approche holistique des peuples d’Afrique du Nord, tant sur le plan temporel que spatial. En d’autres termes, l’intérêt porté à l’interrelation entre les hommes et leur milieu constitue le moteur de la constitution de cette bibliothèque.

13Aussi, si cette cote témoigne d’une interdépendance, voire d’une instrumentalisation des recherches scientifiques à des fins politiques, elle se fait aussi la voix des controverses et polémiques qui ont pu traverser le milieu français, en particulier à l’égard des peuples sous tutelle. Loin de considérer ceux-ci comme des « barbares », les études présentes dans ce fonds sont aussi diverses par les thèses défendues, et font également écho aux critiques de la politique coloniale française. Il faut donc considérer l’approche profondément humaniste qui animait les Poinssot et leurs relations scientifiques.

14Enfin, à travers ce fonds, on voit s’élaborer une vision des patrimoines tunisien et nord-africain, résultats d’une hybridation entre une conception occidentale et française, axée sur la célébration des monuments historiques (en particulier le passé antique, romain) et une conception arabo-musulmane, axée sur des dimensions immatérielles et des périodes temporelles plus proches du présent (art et architecture islamique). C’est donc un acte conservatoire qu’opère la bibliothèque Poinssot, non seulement des ouvrages qui ont marqué la science « coloniale » mais aussi d’une culture vue tout à la fois comme unitaire et hétérogène, celle des peuples d’Afrique du Nord. La démarche de connaissance et de compréhension qui a stimulé la constitution de ce fonds s’est doublée d’une démarche de sauvegarde de la mémoire, à la fois celle des autochtones et celle des « colons » français.

  • 21 Gillot 2014, p. 243-284 ; Gillot, Del 2014, p. 383-412.

15En conclusion, parmi les perspectives qui s’ouvrent à présent, nous aimerions insister sur les voies et questionnements futurs liés à l’étude des ouvrages constituant la cote DT 185, sans toutefois viser l’exhaustivité. Tout d’abord, un travail sur la cote reste à faire (création de nouvelles catégories thématiques, base de données et travail diachronique sur les toponymes, cartographie historique, etc.), notamment en complément d’une étude sur les archives Poinssot et afin de proposer un rangement susceptible de répondre à des problématiques de recherche. Ensuite, la poursuite des études thématiques. Nous privilégions ainsi l’axe de l’histoire sociale de l’archéologie (évolution entre science coloniale et postcoloniale, sociabilités) et celui de la patrimonialisation. À l’écart d’une histoire des faits et découvertes de l’archéologie, il s’agit d’analyser les facteurs externes (non scientifiques) et internes (scientifiques) dans l’appréhension du développement de la discipline, conçue comme une pratique scientifique et sociale intrinsèquement associée aux contextes sociopolitiques, culturels et économiques dans lesquels elle se déploie. Par conséquent, l’objectif est d’appréhender le rôle que les archéologues et les institutions supportant la recherche ont été amenés et sont amenés à jouer sur les milieux locaux, en particulier sur le plan culturel. De fait, une telle posture vise à caractériser les processus de patrimonialisation aux époques coloniales et postcoloniales en s’intéressant à la fois aux contenus et aux pratiques du patrimoine, vu comme le fruit d’une interaction entre des pratiques locales et extra-locales, institutionnelles, savantes et populaires21.

Bibliographie

Adda, Dondin-Payre 2014 : Rosine Adda, Monique Dondin-Payre, « Guides de voyage et récits d’explorations dans la bibliothèque Poinssot », Carnet de recherche Hypothèse :Fonds Poinssot. Un siècle d’archéologie française en Afrique du Nord, mars 2014, en ligne : http://poinssot.hypotheses.org/359.

Bacha 2008 : Myriam Bacha, « La construction patrimoniale tunisienne à travers la législation et le journal officiel, 1881-2003 : de la complexité des rapports entre le politique et le scientifique », L’Année du Maghreb, IV, 2008, en ligne : http://anneemaghreb.revues.org/433.

Bacha 2013 : Myriam Bacha, Patrimoine et monuments en Tunisie, Rennes, PUR, 2013.

Chevalier 2002 : Nicolle Chevalier, La recherche archéologique française au Moyen-Orient, 1842-1947, Paris, Éditions Recherche sur les Civilisations, XI, 2002.

Diaz-Andreu 2007 : Margarita Diaz-Andreu, A World History of Nineteenth-Century Archaeology. Nationalism, Colonialism and the Past, New York, Oxford University Press, 2007.

Gutron 2010 : Clémentine Gutron, L’archéologie en Tunisie (xixe-xxe siècles). Jeux généalogiques sur l’Antiquité, Paris, IRMC-Karthala 2010.

Jaïdi 2006 : Houcine Jaïdi, « L’archéologie antique en Tunisie, à l’époque coloniale : champs de recherche et enjeux », dans Sami Bergaoui et Hassan Remaoun (dir.), Savoirs historiques au Maghreb. Constructions et usages, Publications en ligne du CRASC, 2006, en ligne : http://www.crasc-dz.org/article-800.html.

Gillot 2014 : Laurence Gillot, « Le ksar abandonné des Ouled Jaber », dans Jean-Pierre Vallat (dir.), Le patrimoine marocain : Figuig, une oasis au cœur des cultures, Paris, L’Harmattan, 2014, p. 243-284.

Gillot, Del 2014 : Laurence Gillot et André Del, « Outils et pratiques de la gestion et de la mise en valeur du patrimoine au Maroc et à Figuig », dans Jean-Pierre Vallat, Le patrimoine marocain : Figuig, une oasis au cœur des cultures, Paris, L’Harmattan, p. 383-412.

Gillot 2011 : Laurence Gillot, « Socio-histoire de l’archéologie française au Moyen-Orient : Le cas de la Syrie (xxe siècle) », Les Nouvelles de l’Archéologie, no 126, 2011, p. 55-59.

Gillot 2010 : Laurence Gillot, « Towards a Socio-Political History of Archaeology in the Middle East: the Development of Archaeological Practice and its Impacts on Local Communities in Syria », Bulletin of the History of Archaeology, vol. 20, no 1, mai 2010, p. 4-15.

Gran-Aymerich 1998 : Ève Gran-Aymerich, Naissance de l’archéologie moderne, 1798-1945, Paris, CNRS Éditions, 1998.

Hommage 1936 : Hommage à Charles Nicolle, Paris, Masson, 1936.

Nicolle 1913 : Charles Nicolle, Le Pâtissier de Bellone, Paris, Calmann-Lévy, 1913.

Nicolle 1920 : Charles Nicolle,Les Feuilles de la Sagittaire, Paris, Calmann-Lévy, 1920.

Nicolle 1922a : Charles Nicolle, Biologie de l’Invention, Paris, Félix Alcan, 1922.

Nicolle 1922b : Charles Nicolle,La Narquoise, Paris, Calmann-Lévy, 1922.

Nicolle 1924 : Charles Nicolle, Les Menus Plaisirs de l’ennui, Paris, F. Rieder et Cie, 1924.

Nicolle 1927 : Charles Nicolle, Marmouse et ses hôtes, Paris, F. Rieder et Cie, 1927.

Nicolle 1929 : Charles Nicolle, « Lettre aux Sourds », Revue Normande, été 1929.

Nicolle 1932 : Charles Nicolle, Biologie de l’invention, Paris, Félix Alcan, 1932.

Nicolle 1934 : Charles Nicolle, L’expérimentation en médecine, Paris, Félix Alcan, 1934.

Nicolle 1981 : Pierre Nicolle, « Un événement capital dans la vie passionnée de Charles Nicolle : le Prix Nobel de Physiologie ou Médecine », Bulletin de la Société de pathologie Exotique, t. 74, no 1, 1981.

Notes

1 Nicolle 1929 : « Toute souffrance est noble. Toute injustice grandit. Pour alléger votre injuste peine, je voudrais vous montrer, mes frères, de quelle ressource est notre infirmité quand on ne se laisse pas écraser par elle, et quelle force elle est lorsqu’on la domine […] »

2 Charles Nicolle (1866-1936) est né à Rouen où il a passé son enfance. Il est le fils d’Eugène Nicolle (1832-1884), médecin des hôpitaux de Rouen, et d’Aline Louvrier (1839-1925), et le frère du microbiologiste Maurice Nicolle (1862-1932) ainsi que du critique d’art Marcel Nicolle (1871-1934). Il s’engage dans la voie médicale en novembre 1884 après avoir été tenté par des études d’histoire, domaine pour lequel il conservera un grand intérêt. Il se forme à la faculté de médecine de Paris puis à l’Institut Pasteur avant d’obtenir le titre de docteur en médecine en juillet 1893. Revenu à Rouen, il travaille à l’hôpital et à l’École de médecine et se consacre principalement à la dermatologie et à la syphiligraphie. Chef du laboratoire de bactériologie et de sérothérapie à la faculté de médecine en 1896, il tente vainement d’ouvrir un centre d’enseignement de la microbiologie. Son acuité auditive commençant à décliner, Charles Nicolle s’oriente définitivement vers les travaux en laboratoire. En 1903, il prend la direction de l’Institut Pasteur de Tunis, qu’il dirige jusqu’à sa mort. C’est au cours de ce séjour qu’il rencontrera la famille Poinssot et se liera d’amitié avec Louis. Il y mène des recherches sur diverses maladies infectieuses. Nicolle reçoit le prix Nobel de physiologie ou médecine en 1928 pour ses travaux sur le typhus, et est élu membre de l’Académie des sciences en 1929. Charles Nicolle décède en 1936 et est enterré à l’Institut Pasteur de Tunis. L’ancien hôpital civil français de Tunis porte son nom depuis 1946. Charles Nicolle ne fut pas seulement un chercheur : la surdité le coupant quelque peu du monde, il a écrit quelques romans et nouvelles qui n’ont pas eu grand retentissement littéraire. Quelques titres : Nicolle 1913 ; un recueil de nouvelles : Nicolle 1920 ; Nicolle 1922 ; Nicolle 1924 ; Nicolle 1927. Archives de l’Institut Pasteur.

3 Nicolle 1932.

4 Nicolle 1934.

5 Nicolle 1920.

6 Nicolle 1927.

7 Hommage 1936.

8 Nicolle 1981.

9 « Pour L. Poinssot. Hommage très amical. Et. Burnet ».

10 Étienne Burnet, médecin et bactériologiste français, a lui aussi séjourné à Tunis où il accepta le poste de directeur de l’hygiène de la ville de Tunis avant d’être nommé sous-directeur de l’Institut Pasteur de Tunis en 1921. Entre 1928 et 1936, il quitte Tunis à la suite d’une mésentente avec Charles Nicolle et gagne Genève, où il intègre l’Organisation d’Hygiène de la Société des Nations. De 1936 à 1943, il succède à Nicolle à la tête de l’Institut Pasteur de Tunis. Au début de la guerre, il se retire dans sa villa de Tunis pour se consacrer à l’écriture et décède en 1960 à Tunis. Archives de l’Institut Pasteur.

11 Voir l’article de Monique Dondin-Payre, « Une bibliothèque et une famille : le fonds Poinssot à la bibliothèque Gernet-Glotz », dans la présente publication.

12 Adda, Dondin-Payre 2014.

13 On peut ici distinguer d’une part les ouvrages et TAP issus de la bibliothèque de Bernard Roy, secrétaire général du gouvernement tunisien de 1889 à 1919, de celle de Paul Gauckler et du monde des directeurs des Antiquités de Tunisie, et d’autre part des donations plus ponctuelles.

14 Bacha 2013.

15 Gutron 2010.

16 Jaïdi 2006.

17 Chevalier, 2002 ; Diaz-Andreu 2007 ; Gran-Aymerich 1998.

18 Jaïdi 2006, n. 14, résume les motivations de la manière suivante : le souci de comprendre la manière dont les Romains et les Byzantins ont assuré la domination militaire du pays, le désir de tirer profit du modèle romain de mise en valeur agricole optimale, la volonté de montrer le degré de richesse et d’intégration du pays à la civilisation romaine et l’attachement à la mise au jour des vestiges des édifices chrétiens, témoins de la gloire de l’Église d’Afrique aussi bien au temps des persécutions que sous le règne des empereurs chrétiens et aux époques vandale et byzantine.

19 Gillot 2011, p. 55-59 ; Gillot 2010, p. 4-15.

20 Bacha 2008.

21 Gillot 2014, p. 243-284 ; Gillot, Del 2014, p. 383-412.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Pierre Nicolle (attr.), Charles Nicolle et sa petite-fille, tirage argentique, TAP Hommage à Charles Nicolle.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/7154/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Fig. 2 : Catégories du catalogue de l’INHA.
Crédits © Laurence Gillot.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/7154/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 3 : Nature des documents.
Crédits © Laurence Gillot.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/7154/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Fig. 4 : Champs disciplinaires.
Crédits © Laurence Gillot.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/7154/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Fig. 5 : Thématiques.
Crédits © Laurence Gillot.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/7154/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 6 : Thématiques.
Crédits © Laurence Gillot.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/7154/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 7 : Périodes.
Crédits © Laurence Gillot.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/7154/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 8 : Régions et pays.
Crédits © Laurence Gillot.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/7154/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 18k

Pour citer cet article

Référence papier

Laurence Gillot, « Pourquoi une Lettre aux sourds dans le fonds Poinssot ? », in Monique Dondin-Payre, Houcine Jaïdi, Sophie Saint-Amans et Meriem Sebaï (dir.), Autour du fonds Poinssot, INHA (« Actes de colloques »).

Référence électronique

Laurence Gillot, « Pourquoi une Lettre aux sourds dans le fonds Poinssot ? », in Monique Dondin-Payre, Houcine Jaïdi, Sophie Saint-Amans et Meriem Sebaï (dir.), Autour du fonds Poinssot, INHA (« Actes de colloques »), [En ligne], mis en ligne le 24 octobre 2017, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://inha.revues.org/7154

Auteur

Laurence Gillot

Paris VII Denis-Diderot

Droits d’auteur

Tous droits réservés