Navigation – Plan du site
Autour du fonds Poinssot - Monique Dondin-Payre, Houcine Jaïdi, Sophie Saint-Amans et Meriem Sebaï (dir.)
Constitution et acquisition du fonds Poinssot

La bibliothèque Poinssot, mode d’emploi

Rosine Adda

Texte intégral

1En 2006, parallèlement à l’acquisition des archives Poinssot par l’INHA, le Centre Gustave Glotz, devenu une des trois composantes de l’UMR 8210 ANHIMA (Anthropologie et Histoire des Mondes Antiques) en 2010, a acquis le second versant de cette documentation extrêmement riche, à savoir la bibliothèque. Dès lors il s’est agi pour l’équipe de la bibliothèque Gernet-Glotz, partie intégrante de l’équipe ANHIMA, d’entreprendre un travail qui a consisté à intégrer un fonds privé à un fonds public, géré par des normes incontournables dans ce contexte. Il a été décidé de répartir les volumes dans les différentes thématiques du fonds Gernet-Glotz existant plutôt que de garder en un même espace une entité « bibliothèque Poinssot ». Pour pallier cet inconvénient et garder la trace de cet ensemble important, il a été mentionné dans chaque notice une « note de provenance », c’est-à-dire la mention d’appartenance à la bibliothèque familiale. A été choisie la mention « Fonds Poinssot ». Cette note « Fonds Poinssot » est un des index interrogeables dans le catalogue. Il est donc possible d’isoler, à l’intérieur du catalogue général, tous les ouvrages et documents concernés.

Capture d’écran de l’onglet de recherche avancée dans le catalogue de la bibliothèque Gernet-Glotz.

2Des facettes sur le côté droit de l’écran permettent de trier les références par date de parution et par type de document. À l’intérieur de cet ensemble qui contient 4 780 occurrences, la recherche peut s’affiner de différentes façons par l’utilisation des clés d’index utilisées dans tous les catalogues universitaires (mots sujets, auteur, type de document…) :

3- Que possédaient les Poinssot à propos de Carthage ?
- Quels documents ont-ils conservés de tel ou tel auteur : Paul Gauckler, Alfred Merlin… ?
- Quels titres de périodiques ont-ils acquis ?

4La mention des dédicaces a également été notée, ce qui permet d’appréhender les réseaux dans lesquels les Poinssot ont travaillé1. Le plan de classement en vigueur dans la bibliothèque Gernet-Glotz, consacrée à l’Antiquité classique, est celui de la Library of Congress Classification, schéma de classification de la librairie du Congrès qui est également utilisé pour le futur libre accès de la bibliothèque de l’INHA. De nombreuses cotes ayant trait à l’archéologie du monde romain en Afrique du Nord, à celle de la Gaule, aux éditions de textes et de corpus épigraphiques grecs et latins ont été choisies pour organiser les collections Gernet-Glotz. La grande majorité des volumes Poinssot consacrés à l’archéologie en Afrique du Nord y ont trouvé tout naturellement leur place, ainsi que les quelque 600 volumes consacrés à la Gaule et les nombreux catalogues de ventes, pour la plupart traitant de numismatique.

5Ont posé problème les volumes abordant des aspects hors de la période de prédilection d’ANHIMA : les études sur la période coloniale, sur l’anthropologie de l’Afrique du Nord à l’époque moderne (comme une série de documents sur les tatouages, sur la langue berbère, l’art musulman, les très nombreux récits de voyage et d’exploration sur l’Afrique du Nord, l’Algérie, la Tunisie, le Maroc, la mise en place d’une politique culturelle…). C’est pour les accueillir et les rassembler qu’a été introduite dans le plan de classement la cote DT185, dédiée à l’histoire du Maghreb hors Antiquité. Si la bibliothèque Gernet-Glotz propose ses collections en libre accès, les volumes anciens et précieux et les tirés à part ont été cependant rangés en réserve et sont consultables sur demande.

6Une autre spécificité du fonds est constituée par les « recueils factices ». Les Poinssot ont, en effet, élaboré 126 « recueils factices » en rassemblant et en reliant des articles et de courtes monographies autour de thèmes particuliers liés à des sites (Thugga, Cuicul…), des thématiques (la climatologie, la céramique…) et des écrits d’auteurs (René Cagnat, Richard Duncan-Jones, Paul Gauckler…). Un dépouillement exhaustif de ces volumes a été effectué et leurs sommaires détaillés apparaissent au catalogue. Parmi les très nombreux documents qui constituaient cette bibliothèque se trouvaient des tirés à part (1 600) et de courtes brochures, pour certaines très précieuses car éditées en Afrique du Nord. Ils ont été catalogués et répartis dans des boîtes thématiques organisées sur le modèle des « recueils factices ». Les collections de périodiques sont également référencées dans le catalogue, avec un état des volumes et numéros présents. On citera à titre d’exemple :

7- la revue de Julien Poinssot : Bulletin trimestriel des antiquités africaines, parue entre 1882 et 1885, devenue Revue de l’Afrique française, parue entre 1886 et 1888,
- le Recueil des notices et mémoires de la Société archéologique de la province de Constantine,
- le
Bulletin de l’Académie d’Hippone,
- la
Revue africaine,
- le
Bulletin archéologique de Sousse,
- le
Bulletin archéologique du Comité des travaux historiques et scientifiques.

8Une sélection d’ouvrages précieux a été numérisée dont 87 volumes ont été versés sur l’application documentaire AGORHA développée par l’Institut national d’histoire de l’art, où sont également consultables les dossiers concernant les fonds d’archives de la famille Poinssot. Deux modes d’accès sont aisément utilisables :

9- le catalogue Gernet-Glotz, où un renvoi à la version numérisée a été intégré à chaque notice. Par exemple « Musées et collections archéologiques de l’Algérie et de la Tunisie. Musées de Sousse / par P. Gauckler,... E. Gouvet,... G. Hannezo,.... - Paris : E. Leroux, 1902 » ;

Capture d’écran de la fiche détaillée de l’ouvrage Musées et collections archéologiques de l’Algérie et de la Tunisie. Musées de Sousse dans le catalogue de la bibliothèque Gernet-Glotz.

10Un clic suffit pour arriver dans AGORHA sur la notice correspondante et accéder au volume.

11- le site d’AGORHA ; on accède à la base de données « Fonds Poinssot : Histoire de l’archéologie française en Afrique du Nord », et on se laisse guider dans la rubrique « œuvres ». Puis en cliquant sur la loupe située après la mention « Accéder à l’ouvrage numérisé », au bas de la notice de l’œuvre, on a accès aux textes et illustrations des ouvrages. Par exemple la planche VII du volume « Musées et collections archéologiques de l’Algérie et de la Tunisie. Musées de Sousse » : Mosaïque. Motifs ornant l’abside et la salle centrale d’un œcus ; détail : enlèvement de Ganymède.

Planche VII de Musées et collections archéologiques de l’Algérie et de la Tunisie. à gauche : Motifs ornant l’abside et la salle centrale d’un œcus, mosaïque Musées de Sousse ; à droite : Enlèvement de Ganymède (détail), mosaïque, sur AGORHA.

12Le volume choisi comme exemple fait partie d’une série : Musées et collections archéologiques de l’Algérie et de la Tunisie. Description de l’Afrique du Nord entreprise par ordre de M. le Ministre de l’Instruction publique et des Beaux-arts, Georges Doublet, Paris, E. Leroux éd., entre 1890 et 1928. Ces volumes sont le reflet d’une politique archéologique mise en place en Tunisie dès l’établissement du protectorat, en mai 1881, et appliquée ensuite à l’Algérie. Ils ne se proposent pas d’être exhaustifs sur tel ou tel musée, mais présentent les pièces les plus intéressantes des collections de chaque site. La bibliothèque Poinssot possède la totalité de la série, tous ont été numérisés ; sont consultables sur AGHORA ceux qui sont libres de droit, les autres le sont sur place dans les locaux de la bibliothèque Gernet-Glotz. D’autres modes de diffusion des informations ont été mis en place :

13- le site du catalogue de la bibliothèque Gernet-Glotz où l’on trouve le dépouillement des recueils factices ;
- le
carnet de recherche Fonds Poinssot, où sont postés divers billets, notamment une liste des volumes traitant des aspects liés aux guides et récits de voyages. D’autres thématiques sont en cours d’élaboration.

14Dernier point à souligner : nombre d’ouvrages anciens ont besoin d’être restaurés. Des budgets reliures y sont régulièrement consacrés. On citera, entre autres, les ouvrages d’Amable Ravoisié et d’Adolphe Delamare sur l’exploration scientifique de l’Algérie, qui ont bénéficié de ce traitement, ainsi que les guides Joanne.

15Cet ensemble considérable a enrichi et élargi le champ de la bibliothèque Gernet-Glotz dans le domaine de l’archéologie de l’Afrique antique. Son exploitation présente un intérêt d’autant plus important qu’il fait écho aux archives Poinssot, mises à disposition par la bibliothèque de l’INHA. La « bibliothèque Poinssot » a pu être conservée dans son intégralité et les chercheurs ont de ce fait accès, sur l’un et l’autre site, à une documentation à la fois différenciée et complémentaire, référencée dans des outils communs conformément à une perspective concertée de lien entre les deux institutions.

Notes

1 Cette précision facilite le travail des chercheurs du centre ANHIMA qui réalisent une base de données sur les réseaux scientifiques de la famille Poinssot.

Table des illustrations

Légende Capture d’écran de l’onglet de recherche avancée dans le catalogue de la bibliothèque Gernet-Glotz.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/7149/img-1.png
Fichier image/png, 104k
Légende Capture d’écran de la fiche détaillée de l’ouvrage Musées et collections archéologiques de l’Algérie et de la Tunisie. Musées de Sousse dans le catalogue de la bibliothèque Gernet-Glotz.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/7149/img-2.png
Fichier image/png, 37k
Légende Planche VII de Musées et collections archéologiques de l’Algérie et de la Tunisie. à gauche : Motifs ornant l’abside et la salle centrale d’un œcus, mosaïque Musées de Sousse ; à droite : Enlèvement de Ganymède (détail), mosaïque, sur AGORHA.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/7149/img-3.png
Fichier image/png, 476k

Pour citer cet article

Référence papier

Rosine Adda, « La bibliothèque Poinssot, mode d’emploi », in Monique Dondin-Payre, Houcine Jaïdi, Sophie Saint-Amans et Meriem Sebaï (dir.), Autour du fonds Poinssot, INHA (« Actes de colloques »).

Référence électronique

Rosine Adda, « La bibliothèque Poinssot, mode d’emploi », in Monique Dondin-Payre, Houcine Jaïdi, Sophie Saint-Amans et Meriem Sebaï (dir.), Autour du fonds Poinssot, INHA (« Actes de colloques »), [En ligne], mis en ligne le 24 octobre 2017, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://inha.revues.org/7149

Auteur

Rosine Adda

CNRS-ANHIMA

Droits d’auteur

Tous droits réservés