Navigation – Plan du site
Autour du fonds Poinssot - Monique Dondin-Payre, Houcine Jaïdi, Sophie Saint-Amans et Meriem Sebaï (dir.)
Constitution et acquisition du fonds Poinssot

Stratigraphie d’un fonds : histoire des archives Poinssot. III

Sophie Saint-Amans

Texte intégral

Paul Gauckler

  • 1 Voir les articlesd'Éloïse Letellier.
  • 2 Paris, bibliothèque de l’INHA - collections Jacques-Doucet, fonds Poinssot, 106, 192, 01.
  • 3 Fonds Poinssot, 106, 192, 02.
  • 4 Ibid.
  • 5 Fonds Poinssot, 106, 033, 02.
  • 6 Ibid.
  • 7 Ibid. Sur cette publication : Caillaud 2014.
  • 8 Gauckler 1915.
  • 9 Gauckler 1904.
  • 10 Voir les articles de Zanella.
  • 11 Fonds Poinssot, 106, 190, 02.
  • 12 Foix, archives départementales de l’Ariège, dossier « Paul Gauckler, archéologue », 41J125-41J144, (...)

1En mai 1905, Paul Gauckler, directeur du Service des Antiquités, prit ses congés en Suisse et en Italie, sans savoir qu’il ne reviendrait plus en Tunisie. Durant l’été, il assuma encore ses fonctions et Louis Drappier, l’inspecteur qui assurait le suivi administratif à Tunis, lui faisait parvenir des documents à signer, lui donnant des nouvelles du Service et l’informant en particulier des fouilles du théâtre et de l’odéon de Carthage, le grand chantier dans lequel Gauckler s’était particulièrement investi1. Il lui envoyait aussi régulièrement des photographies, des dessins, des dossiers et des livres. Dans une lettre du 9 août par exemple, il lui annonce l’envoi de 5 photographies du chantier, l’inventaire de la bibliothèque et le dessin d’une statuette récemment découverte dans le théâtre, dont Gauckler lui accuse réception. On ne trouve ce type de planches (fig. C1), très nombreuses, que dans les dossiers de Carthage ; toutes montées sur des feuilles de type buvard avec une mauvaise colle qui a dégradé les photos et légendées de sa main. On peut supposer qu’elles ont été réalisées à Rome par Gauckler, à partir des envois de Drappier. Mais à la rentrée, après la démission de Gauckler, Drappier se fait plus prudent pour répondre à ses demandes, le priant de s’assurer que les choses sont bien convenues avec son successeur, Alfred Merlin ; le 6 décembre 1905, il lui écrit : « Quant au dossier des baptistères, je vais le rechercher, mais je vous serais bien reconnaissant d’en parler auparavant avec M. Merlin afin d’éviter tout malentendu2. » Outre des questions d’ordre administratif et, plus rarement, des nouvelles des chantiers, la correspondance qu’Alfred Merlin échange avec son prédécesseur tourne souvent autour des livres et des archives emportés à Rome. En 1906, il lui écrit ainsi : « Je vous demanderai par ailleurs si vous auriez l’obligeance de nous renvoyer pour l’exposition de Marseille : 1e, l’aquarelle de la mosaïque de Tabarka figurant une église. 2e, les dossiers de M. Sadoux relatifs aux aqueducs de Carthage et d’Utique3. » Ces documents se trouvent bien dans les archives (fig. C2 et C3). Plutôt que lui transmettre des originaux, Merlin les fait dupliquer ; ainsi, il lui écrit en 1907 : « Pour les plans de Gigthis, forum et temple de Mercure, nous les avons tous deux et comme vous me le demandez, je vous adresse de chacun des photos. Pour plus de commodité, j’ai fait tirer de l’un et de l’autre, outre une épreuve au citrate, un bleu sur lequel vous pourrez facilement indiquer les numéros et lettres (…)4 » (fig. C4 et C5). On mesure bien la volonté de Merlin de faire revenir les archives à Tunis ; aussi ne s’étonne-t-on pas de le voir écrire à Louis Poinssot, quelques jours seulement après la mort de Gauckler : « Il est convenu avec M. Roy que d’ici quelques jours j’écrirai à Mlle Gauckler, pour la prier, au cours du rangement des papiers de son frère, de mettre de côté et de nous renvoyer les documents appartenant au Service des Antiquités qui les lui a confiés aux fins de publication5. » Anna Gauckler, la sœur de Paul qui l’avait accompagné à Rome, qui se chargea de régler ses affaires, en particulier scientifiques, après sa mort. Mais les démarches autant épistolaires qu’orales auprès d’elle restèrent longtemps sans succès. Voici ce que Merlin rapporte à Louis Poinssot le 27 juillet 1912 : « J’ai vu Mlle Gauckler. Même résultat que par lettres : pour les papiers, elle n’a pas encore eu le temps de s’occuper de l’Afrique et ne sait donc pas ce qu’il y a. Elle imprime chez Picard un volume renfermant les articles romains et italiens, elle a l’intention de réunir de même, plus tard, les articles africains dispersés dans les revues, auxquels elle joindrait les inédits qu’elle découvrirait dans les papiers de son frère6. » Finalement, les planches des basiliques chrétiennes furent directement renvoyées par l’éditeur à la Direction des Antiquités après la publication des écrits de Gauckler préfacés par Paul Monceaux ; le 16 août 1913, Alfred Merlin en accuse réception à l’éditeur Picard et à Anna Gauckler7. Mais l’ensemble des archives ne rentra à Tunis qu’en 1916, après la publication des Nécropoles puniques de Carthage, textes de Paul Gauckler édités par Dominique Anziani, également chez Picard8. Outre les dossiers sur Carthage et sur les basiliques, Anna Gauckler renvoya ceux qui avaient servi à la rédaction de l’article « Musivum opus » paru dans le Dictionnaire des Antiquités Grecques et Romaines en 19049, ainsi que divers papiers, comme ces deux photographies des plans de Gigthis (fig. C4 et C5). Elle renvoya également les 25 carnets tenus par son frère depuis ses fouilles de Gouraya en 1892. De manière plus étonnante, on trouve aussi dans le fonds le dossier du Janicule10, également édité à titre posthume par sa sœur et, plus étonnant encore, des papiers personnels, liés à la vie et à la carrière de Paul Gauckler, de la correspondance privée et des photographies familiales11. On sait qu’Anna Gauckler partagea les papiers de son frère en deux lots : l’un fut envoyé en Tunisie, l’autre aux Archives départementales de l’Ariège dont son beau-frère était préfet12. D’après l’inventaire du fonds de l’Ariège, on peut déduire que c’était plutôt les papiers familiaux et non professionnels qu’il devait réunir. Mais comme on y trouve aussi des documents qui concernent l’archéologie tunisienne, on peut présumer qu’il y eut une inversion partielle des cartons.

Fig. C1 : Déblaiement du théâtre de Carthage en juillet 1905, photographie d’Eugène Sadoux ou Louis Drappier, montage et légendes de Paul Gauckler

Fonds Poinssot, 106, 048, 01, 4

Fig. C2 : Anselme de Puisaye, Relevé de la mosaïque Ecclesia Mater de Tabarka, vers 1895-1905, aquarelle

Fonds Poinssot, 106, 176, 8

Fig. C3 : Eugène Sadoux, L’aqueduc de Zaghouan dans la plaine de l'Oued Miliane, 1898

Fonds Poinssot, 106, 177, 01, 7

Fig. C4 : Plan des fouilles du forum de Gigthis en 1900-1903, photographie du plan d’Eugène Sadoux, tirage au citrate d’argent

Fonds Poinssot, 106, 175, 03, 1

Fig. C5 : Plan des fouilles du forum de Gigthis en 1900-1903, photographie du plan d’Eugène Sadoux, cyanotype

Fonds Poinssot, 106, 175, 03, 2

Alfred Merlin

  • 13 Fonds Poinssot, 106, 033, 04.
  • 14 Fonds Poinssot, 106, 087, 01.
  • 15 Fonds Poinssot, 106, 037, 03.

2En rentrant en France en 1920, Alfred Merlin partit avec le dossier des fouilles sous-marines de Mahdia. La plupart des articles ou monographies parus sur ce sujet ont été publiés jusqu’en 1938 par Merlin et Louis Poinssot, seuls ou ensemble. Après la mort de son mari en 1965, Renée Merlin écrit à Claude Poinssot, intéressé par la bibliothèque : « En rangeant cette bibliothèque, nous avons trouvé (de) nombreuses lettres, notes, travaux par votre père et mon mari, concernant entre autre Mahdia et aussi des tirages à part relatifs à leurs activités communes13. » Quelques photographies des plongées (fig. C6), six carnets de bord des fouilles entre 1908 et 1913, ainsi que plusieurs manuscrits et divers papiers concernant l’organisation des campagnes, tels que les contrats avec le capitaine du bateau, rejoignirent alors le fonds. Renée Merlin fait allusion à d’autres dossiers : il s’agit probablement des rapports et des documents de fouilles de Thuburbo Maius qui, dans le fonds, sont les seuls dossiers rédigés de la main d’Alfred Merlin uniquement14. Enfin, en 1968, après la mort de Renée Merlin, sa fille écrit à Claude Poinssot : « Ces derniers mois, elle nous a fait trier une série de lettres que mon père lui écrivait pendant les fouilles de Mahdia, espérant qu’elles pourraient servir au travail dont vous lui aviez parlé. Tout ce qu’il y avait de personnel est supprimé, il reste une notation, jour par jour, de l’avance des découvertes. Si vous pensez que cela puisse vous être utile, nous vous les mettrons à la poste, sinon il n’y a qu’à les brûler15. » Évidemment, Claude Poinssot ne les laissa pas brûler et récupéra une quinzaine de lettres échangées entre 1907 et 1911 entre les époux. Cette correspondance avait été préparée par Madame Merlin qui a biffé avec un gros feutre, ou découpé, tout ce qui ne concernait pas l’archéologie.

Fig. C6 : Anonyme, Fouilles sous-marines de Mahdia, 1911, tirage photographique

Fonds Poinssot, 106, 075, 03, 5

Lieutenant Gustave Hannezo

3Entre-temps, en 1963, un autre fonds avait rejoint les archives Poinssot : celui de Gustave Hannezo, commandant du 4e régiment des tirailleurs de Sousse, qui fut particulièrement actif dans cette région entre les années 1895 et 1910. Originaire de Mâcon, il y rapporta sa documentation photographique et c’est chez un brocanteur de cette ville que le docteur Demetz acheta le fonds qu’il envoya à Claude Poinssot ; celui-ci a généralement indiqué leur provenance au verso des documents (fig. C7). Il s’agit d’une série de photographies de fouilles et d’objets qui complète d’autres papiers transmis en leur temps par Hannezo à la Direction.

Fig. C7 : Verso d’une photographie du commandant Hannezo dont l’origine est indiquée par Claude Poinssot

Fonds Poinssot, 106, 118, 01, 25

Claude Poinssot

  • 16 Fonds Poinssot, 106, 050, 08.

4L’apport de Claude Poinssot, dernier possesseur du fonds, peut être considéré sous un double aspect. De 1952 à 1960, il fut inspecteur des Antiquités de Tunisie puis secrétaire général de la mission archéologique française et, durant ces années, conservateur du site de Dougga. Comme son père et son grand-père, il a continué à enrichir le fonds en cartes géographiques ‒ plus de 300 aujourd’hui dans le fonds ‒ mais l’essentiel de son apport matériel concerne ses propres photographies. La plupart des grands sites ont fait l’objet de reportages photographiques très détaillés, et ces planches réunissant des clichés de Jebel Oust, toujours soigneusement légendées et datées, comme les négatifs, sont tout à fait caractéristiques de son activité en Tunisie (fig. C8). Mais c’est sur Dougga qu’elle s’est concentrée et ce dossier ‒ 24 boîtes d’archives et de nombreux plans et relevés ‒ est de loin le plus important. Il contient de nombreux documents sur les fouilles que Claude Poinssot y mena : par exemple, ce croquis du temple de Saturne qui indique la découverte des différents lots de stèles puniques (fig. C9) et, pour chacune d’elles, comme pour tous les objets découverts à Dougga, une petite fiche cartonnée avec une photo ou un dessin et les indications utiles (fig. C10). Enfin, toujours dans le dossier Dougga, on trouve de nombreux documents liés à sa fonction de conservateur et en particulier sa correspondance avec les brouillons des lettres envoyées, concernant la gestion et l’aménagement du site, sa protection contre les constructions illégales ou encore l’accueil de représentations dans le théâtre16.

  • 17 Intra Adda.

5Mais c’est surtout par son immense travail de classement et de compléments bibliographiques qu’il a laissé son empreinte dans les archives. Il a donné au travail commencé par son père une ampleur et une structure qui se manifestent dans tous les dossiers de sites. Jusque dans les années 1990, il a continué à collecter et regrouper toute la documentation disponible dans les milieux spécialisés ou non – documentation dont la quantité s’était naturellement accrue de manière exponentielle depuis l’époque de son grand-père. Il a continué aussi à dépouiller toutes les publications scientifiques, glissant comme son père des centaines de petites fiches portant des références bibliographiques dans presque tous les dossiers. Il a reclassé finement les dossiers en sous-ensembles et la majorité des chemises et pochettes sont inscrites de sa main, comme nombre de légendes identifiant des documents anonymes. Aujourd’hui, ces dossiers qui contiennent des photographies, des dessins, des tirés à part, des bibliographies, des lettres, des brouillons de rapports de fouilles, des coupures de presse, des fiches de Louis et Claude Poinssot, d’Alfred Merlin et Paul Gauckler forment des ensembles exceptionnels qui documentent les sites sur plus d’un siècle. Ils constituent l’équivalent de ce que l’on appelle, dans la bibliothèque Poinssot, les « recueils factices », en fait des tirés-à-part reliés par site ou par sujet17. Ainsi, qu’elles aient été d’origine privée ou professionnelle, ces archives successivement agrégées n’ont jamais été considérées comme des archives mortes et isolées, mais au contraire comme un ensemble documentaire vivant, évolutif et utilisé en permanence, dont le double intérêt est d’apporter un éclairage particulier à l’archéologie tunisienne du protectorat, à la fois du point de vue de son fonctionnement technique et institutionnel et du point de vue de son apport strictement scientifique.

Fig. C8 : Claude Poinssot, Les thermes de Djebel Oust, vers 1960-1970, tirages photographiques

Fonds Poinssot, 106, 099, 01, 5

Fig. C9 : Claude Poinssot, Croquis situant les sondages dans le temple de Saturne de Dougga, 1955

Fonds Poinssot, 106, 054, 01

Fig. C10 : Claude Poinssot, Fiche sur une stèle découverte à Dougga, 1954

Fonds Poinssot, 106, 054, 02

Bibliographie

Alexandropoulos 2001 : Jacques Alexandropoulos, « Paul Gauckler (1866-1911) : une évocation de son passage à Tunis d’après le fonds des Archives départementales de l’Ariège », Pallas. Hommage à Dominique Raynal, 56, 2001, p. 119-137.

Cagnat, Saladin 1888 : René Cagnat et Henri Saladin, Voyage en Tunisie. Le Tour du monde, LVI, 1888, 2e sem., p. 119.

Caillaud 2014 : Aurélien Caillaud, « Un manuscrit inédit de Paul Gauckler dans le fonds Poinssot », Fonds Poinssot, novembre 2014.

Gauckler 1904 : Paul Gauckler, « Musivum Opus », DAGR, III, 2, 1904, p. 2088-2129.

Gauckler 1915 : Paul Gauckler, Dominique Anziani (préface), Nécropoles puniques de Carthage, Paris, A. Picard, 1915.

Mégnina : Michel Mégnin, « Francisco Soler », Dictionnaire des orientalistes de langue française.

Mégninb : Michel Mégnin, « Rudolf Lehnert et Ernst Landrock », Dictionnaire des orientalistes de langue française.

Mégnin 2005 : Michel Mégnin, Tunis 1900. Lehnert et Landrock, photographes, Paris, Apollonia éditions, 2005.

Mifort 2014 : Camille Mifort, Combattre au Kef en 1881. Quand la Tunisie devint française, Carthage, MC-éditions, 2014, p. 51-79.

Pallu de Lessert 1886 : Augustin-Clément Pallu de Lessert, « Notes d’un voyage en Afrique », Bulletin des Antiquités africaines, 4, 1886, p. 10-15 et 68-89.

Puaux 1929 : Gabriel Puaux, Inauguration du médaillon de bronze sur la maison natale de Bernard Roy le 22 juillet 1928, Paris, 1929.

Rebatel, Tiran 1875 : Fleury Rebatel et Gilbert Tiran, « Voyage dans la Régence de Tunis en 1874 », Le Tour du Monde, 1875, nos 748-749, p. 289-320.

Saint-Amans 2012 : Sophie Saint-Amans, « Le voyage de Julien Poinssot en Tunisie », Martine Denoyelle, Emmanuelle Hindy-Champion, David Louyot et Manuel Royo (dir.), Du voyage savant aux territoires de l’archéologie : voyageurs, amateurs et savants à l’origine de l’archéologie moderne, Paris, INHA/De Boccard, p. 315-336.

Tréhin 1998 : Jean-Yves Tréhin, « Jean Garigues », dans François Pouillon (dir.), Dictionnaire des orientalistes, IISMM/Karthala, 2008, p. 423.

Winkler 1885 : Auguste Winkler, « Notes sur les fouilles de Bulla Regia », Bulletin des Antiquités africaines, 3, 1885, p. 112-122.

Notes

1 Voir les articlesd'Éloïse Letellier.

2 Paris, bibliothèque de l’INHA - collections Jacques-Doucet, fonds Poinssot, 106, 192, 01.

3 Fonds Poinssot, 106, 192, 02.

4 Ibid.

5 Fonds Poinssot, 106, 033, 02.

6 Ibid.

7 Ibid. Sur cette publication : Caillaud 2014.

8 Gauckler 1915.

9 Gauckler 1904.

10 Voir les articles de Zanella.

11 Fonds Poinssot, 106, 190, 02.

12 Foix, archives départementales de l’Ariège, dossier « Paul Gauckler, archéologue », 41J125-41J144, publié par Alexandropoulos 2001.

13 Fonds Poinssot, 106, 033, 04.

14 Fonds Poinssot, 106, 087, 01.

15 Fonds Poinssot, 106, 037, 03.

16 Fonds Poinssot, 106, 050, 08.

17 Intra Adda.

Table des illustrations

Légende Fig. C1 : Déblaiement du théâtre de Carthage en juillet 1905, photographie d’Eugène Sadoux ou Louis Drappier, montage et légendes de Paul Gauckler
Crédits Fonds Poinssot, 106, 048, 01, 4
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/7148/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. C2 : Anselme de Puisaye, Relevé de la mosaïque Ecclesia Mater de Tabarka, vers 1895-1905, aquarelle
Crédits Fonds Poinssot, 106, 176, 8
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/7148/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. C3 : Eugène Sadoux, L’aqueduc de Zaghouan dans la plaine de l'Oued Miliane, 1898
Crédits Fonds Poinssot, 106, 177, 01, 7
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/7148/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Fig. C4 : Plan des fouilles du forum de Gigthis en 1900-1903, photographie du plan d’Eugène Sadoux, tirage au citrate d’argent
Crédits Fonds Poinssot, 106, 175, 03, 1
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/7148/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. C5 : Plan des fouilles du forum de Gigthis en 1900-1903, photographie du plan d’Eugène Sadoux, cyanotype
Crédits Fonds Poinssot, 106, 175, 03, 2
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/7148/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. C6 : Anonyme, Fouilles sous-marines de Mahdia, 1911, tirage photographique
Crédits Fonds Poinssot, 106, 075, 03, 5
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/7148/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende Fig. C7 : Verso d’une photographie du commandant Hannezo dont l’origine est indiquée par Claude Poinssot
Crédits Fonds Poinssot, 106, 118, 01, 25
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/7148/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. C8 : Claude Poinssot, Les thermes de Djebel Oust, vers 1960-1970, tirages photographiques
Crédits Fonds Poinssot, 106, 099, 01, 5
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/7148/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. C9 : Claude Poinssot, Croquis situant les sondages dans le temple de Saturne de Dougga, 1955
Crédits Fonds Poinssot, 106, 054, 01
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/7148/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. C10 : Claude Poinssot, Fiche sur une stèle découverte à Dougga, 1954
Crédits Fonds Poinssot, 106, 054, 02
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/7148/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 26k

Pour citer cet article

Référence papier

Sophie Saint-Amans, « Stratigraphie d’un fonds : histoire des archives Poinssot. III », in Monique Dondin-Payre, Houcine Jaïdi, Sophie Saint-Amans et Meriem Sebaï (dir.), Autour du fonds Poinssot, INHA (« Actes de colloques »).

Référence électronique

Sophie Saint-Amans, « Stratigraphie d’un fonds : histoire des archives Poinssot. III », in Monique Dondin-Payre, Houcine Jaïdi, Sophie Saint-Amans et Meriem Sebaï (dir.), Autour du fonds Poinssot, INHA (« Actes de colloques »), [En ligne], mis en ligne le 19 juillet 2017, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://inha.revues.org/7148

Auteur

Sophie Saint-Amans

Documentaliste scientifique pour l’Afrique du Nord, département des Antiquités grecques, étrusques et romaines, musée du Louvre

Articles du même auteur

Droits d’auteur

Tous droits réservés