Navigation – Plan du site
Autour du fonds Poinssot - Monique Dondin-Payre, Houcine Jaïdi, Sophie Saint-Amans et Meriem Sebaï (dir.)
Constitution et acquisition du fonds Poinssot

Stratigraphie d’un fonds : histoire des archives Poinssot. II

Sophie Saint-Amans

Texte intégral

Louis Poinssot

1C’est donc Louis Poinssot qui hérita de ce fonds et durant la cinquantaine d’années où il lui appartint, on peut estimer qu’il en a quadruplé le volume par le versement des documents qu’il a lui-même produits et celui de nouveaux ensembles. En premier lieu, il a enrichi les fonds cartographiques : son père avait déjà rassemblé, outre les exemplaires de la carte de Falbe utilisée lors de son expédition, une centaine de cartes de l’Algérie et son fils y ajouta plus de 150 cartes topographiques, hydrographiques et géologiques de la Tunisie ainsi qu’une vingtaine de plans de villes de toutes origines : plans anciens, projets d’aménagements ou itinéraires touristiques (fig. B1).

Fig. B1 : Fédération des syndicats d'initiative, Plan touristique de Tunis, 1932

Fonds Poinssot, 106, 179, 06, 3

2Continuant à rassembler tous les documents qu’il trouvait sur l’archéologie de l’Afrique du Nord, il commença à classer le fonds par sites et par sujets, constituant des dossiers topographiques ou thématiques qui rassemblent des documents de diverses natures et origines. Les documents les plus nombreux et les plus caractéristiques sont de petites fiches de sa main que l’on trouve par centaines dans le fonds (fig. B2).

Fig. B2 : Louis Poinssot, Fiche sur une stèle découverte à Dougga, 1913

Fonds Poinssot, 106, 054, 02

3Ce sont toutes sortes de bouts de papier réutilisés, des dos d’enveloppe et de courrier, des cartons, des pages d’éphémérides, des listes de courses, sur lesquels Louis Poinssot, qui n’utilisait pas de carnet de travail, notait tout : des références bibliographiques, des copies d’inscriptions, des listes onomastiques, des précisions sur un objet, des sujets de comparaisons, etc. Il continua à collecter des photographies. Il semble que dans les années 1910 il ait fait l’acquisition de son propre appareil photo grâce auquel il fit plusieurs photographies identiques, des petits formats de 6 x 9 cm, toutes légendées par lui-même (fig. B3).

Fig. B3 : Louis Poinssot, Aqueduc de Zaghouan, vers 1910-1920, photographie

Fonds Poinssot, 106, 102, 02, 3, 3

4Il continua aussi à acheter des photographies de professionnels tunisois, de plus en plus nombreux sur l’avenue de France et dans la rue du Pacha. Surtout connu pour sa production ethno-géographique, Francisco Soler, installé depuis 1890 environ, et successeur de Garrigues auprès du bey, travaillait aussi pour la Direction des Antiquités dont il développait les plaques de verre et réalisait les clichés pour publication. En 1904, il s’associa à ses neveux, les frères Désiré et Adrien Pavia qui reprirent seuls le studio en 1908 en continuant à diffuser son fonds jusque dans les années 1920 (fig. B4)1.

Fig. B4 : Francisco Soler, La salle de Sousse au musée du Bardo, vers 1890-1904 ?, photographie

Fonds Poinssot, 106, 090, 02, 1, 3

5Les photographes orientalistes Rudolf Lehnert et Ernst Landrock qui s’installèrent à Tunis en 1904 et reprirent l’atelier de Garrigues en 1911 réalisèrent des séries sur le musée du Bardo, les grandes villes et certains sites archéologiques (fig. B5)2.

Fig. B5 : Rudolf Lehnert et Ernst Landrock, Le nymphée et les thermes de Bulla Regia, vers 1904-1914, photographie

Fonds Poinssot, 106, 098, 03, 7

6Louis Poinssot intégra aussi au fonds tous types de documents iconographiques : photos reçues d’amis en souvenir d’une visite (fig. B6), cartes postales, illustrations de journaux, coupures de presse, brochures.

Fig. B6 : photographie envoyée par P. Blanchet à Louis Poinssot, septembre 1935, rangée dans le dossier du site de Sidi Othman

Fonds Poinssot, 106, 129, 01, 5

7La partie la plus importante de cet ensemble iconographique est constituée par les tirages des plaques de verre de la Direction des Antiquités dont Louis Poinssot avait fait faire un jeu complet. Ils sont tout à fait identifiables : ce sont des tirages argentiques de format 13 x 18 cm, généralement non retaillés, et dont le négatif porte un numéro d’identification. Dès 1885, à l’origine pour documenter la transformation du palais du Bardo en musée, René du Coudray de la Blanchère avait commandé un reportage photographique (fig. B7).

Fig. B7 : Eugène Sadoux pour la Direction des Arts et des Antiquités de Tunisie (attr.), Démolition des parties ruinées du palais du Bardo [au fond, le plus haut bâtiment abrite aujourd’hui la salle de Carthage], 1885-1887, photographie Fonds

Poinssot, 106, 090, 01, 3

8Jusqu’aux années 1910 semble-t-il, dans une perspective d’inventaire et de protection patrimoniale, tous les monuments antiques et arabo-musulmans de la Tunisie furent ainsi photographiés par le personnel du musée, inspecteurs et dessinateurs, en particulier par Eugène Sadoux et Louis Drappier (fig. B8).

Fig. B8 : Eugène Sadoux pour la Direction des Arts et des Antiquités de Tunisie (attr.), La mosquée de Chaouach, vers 1890-1910, photographie

Fonds Poinssot, 106, 128, 01, 3

Fig. B9 : À gauche : Eugène Sadoux pour la Direction des Arts et des Antiquités de Tunisie (attr.), Medersa Bir Lahjar à Tunis, vers 1890-1910, photographie (Fonds Poinssot, 106, 131, 01, 7). À droite : Bernard Poinssot pour la Direction des Arts et des Antiquités de Tunisie (attr.), Medersa Bir Lahjar à Tunis, photographie, 1930

Fonds Poinssot, 106, 131, 01, 7

  • 3 Le dossier administratif concernant sa mise à la retraite est conservé dans le fonds (Fonds Poinsso (...)
  • 4 Par exemple : Althiburos (Fonds Poinssot 106, 096, 01, 4) ; Gigthis (Fonds Poinssot 106, 074, 02, 1 (...)
  • 5 Intra Myriam BACHA.
  • 6 Intra ROCCA ; SEBAÏ.
  • 7 Intra MARMOURI.
  • 8 Lettres reçues d’Eugène Sadoux dans le dossier Gigthis (Fonds Poinssot, 106, 074, 02, 5-7) ; lettre (...)

9Ces deux photographies de la Medersa Bir Lahjar conduisent à une réflexion intéressante (fig. B9). La vue de gauche n’est pas légendée, mais à cause de son numéro, on peut l’identifier comme issue d’une plaque de verre du Service des Antiquités, entre les années 1890-1910. En 1930, Louis Poinssot demanda à son cousin Bernard Poinssot, professionnel photographe, de travailler pour le Service des Antiquités et en particulier de réaliser une nouvelle couverture des monuments de Tunis. Le second cliché de la Médersa, précisément légendé au verso, appartient à cette série. Quand on les examine, on observe que tous ces tirages argentiques 13 x 18 cm sont contemporains et donc postérieurs à 1930 ; en conséquence, confirmant les dires de Madame Paulette Poinssot, sa belle-fille, on peut en conclure que Louis Poinssot les commanda ensemble, au moment de quitter son poste de directeur. En tant que directeur des Antiquités, il relevait du gouvernement tunisien et il devait partir après ses quarante ans de service, sans prolongation ni dérogation possible. En 1942, il fut donc mis à la retraite d’office et, malgré de nombreuses démarches, quitta son poste en conflit avec Jérôme Carcopino3. Ne comptant pas pour autant abandonner ses activités scientifiques, il partit avec les dossiers à la publication desquels il travaillait ; parmi ceux-ci, plusieurs documents ont été produits ou reçus par la Direction des Antiquités. Dans les documents manuscrits, outre des rapports de fouilles envoyés aux directeurs4, il faut surtout signaler la correspondance du Service qui fourmille d’informations sur les découvertes fortuites et le suivi des chantiers de fouilles et de restauration. Environ 1 200 lettres échangées par le personnel – directeurs, inspecteurs et ingénieurs ou architectes mis à disposition par d’autres directions – auxquelles il faut ajouter les 6 cahiers des doubles des lettres professionnelles envoyées par Paul Gauckler, rendent compte de l’activité du Service et de son organisation interne5. Une seconde catégorie de la correspondance comprend les lettres envoyées par des correspondants locaux de la Direction, faisant part de leurs découvertes ou de l’activité d’un musée municipal dont ils pouvaient être chargés6 ; une dernière catégorie rend compte du réseau scientifique qu’entretenaient les directeurs à l’étranger7. Cette correspondance était bien considérée comme une matière documentaire archéologique par les Poinssot qui l’ont indexée par site, jusqu’à insérer plusieurs lettres dans les dossiers correspondants : principalement les échanges concernant Carthage, Dougga, Gigthisou Hadrumète8. Dans les grands formats enfin, le principal ensemble est constitué par les plans et les relevés des maisons et des mosaïques de Carthage et de Dougga. Ils ont été exécutés par Paul Carrère entre les années 1925 et 1938, corrigeant ou complétant les plans antérieurs levés par Eugène Sadoux et Charles Emonts à Carthage et à Dougga et n’ont pas été publiés (fig. B10).

Fig. B10 : Dougga, quartier compris entre le centre public, les thermes Antoniniens et le Dar Lacheb, relevé préparatoire de Charles Emonts, 1913, corrections de Paul Carrère vers 1925-1331

Fonds Poinssot, 106, 174, 11, 1

Notes

1 MÉGNIN 2005.

2 MÉGNIN 2005.

3 Le dossier administratif concernant sa mise à la retraite est conservé dans le fonds (Fonds Poinssot, 106, 004, 03).

4 Par exemple : Althiburos (Fonds Poinssot 106, 096, 01, 4) ; Gigthis (Fonds Poinssot 106, 074, 02, 1-4) ; dans les dossiers de site, Fonds Poinssot 106, 096-097.

5 Intra Myriam BACHA.

6 Intra ROCCA ; SEBAÏ.

7 Intra MARMOURI.

8 Lettres reçues d’Eugène Sadoux dans le dossier Gigthis (Fonds Poinssot, 106, 074, 02, 5-7) ; lettres reçues du colonel Goetschy, de M. Gouvet et du commandant Hannezo dans le dossier Hadrumète (Fonds Poinssot, 106, 096, 02, 7, 5) ; lettres reçues de Louis Carton et du personnel du Service dans le dossier Dougga (Fonds Poinssot, 106, 050, 07) ; dans les dossiers de site (Fonds Poinssot, 106, 096-097).

Table des illustrations

Légende Fig. B1 : Fédération des syndicats d'initiative, Plan touristique de Tunis, 1932
Crédits Fonds Poinssot, 106, 179, 06, 3
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/7147/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. B2 : Louis Poinssot, Fiche sur une stèle découverte à Dougga, 1913
Crédits Fonds Poinssot, 106, 054, 02
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/7147/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. B3 : Louis Poinssot, Aqueduc de Zaghouan, vers 1910-1920, photographie
Crédits Fonds Poinssot, 106, 102, 02, 3, 3
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/7147/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Fig. B4 : Francisco Soler, La salle de Sousse au musée du Bardo, vers 1890-1904 ?, photographie
Crédits Fonds Poinssot, 106, 090, 02, 1, 3
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/7147/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. B5 : Rudolf Lehnert et Ernst Landrock, Le nymphée et les thermes de Bulla Regia, vers 1904-1914, photographie
Crédits Fonds Poinssot, 106, 098, 03, 7
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/7147/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Fig. B6 : photographie envoyée par P. Blanchet à Louis Poinssot, septembre 1935, rangée dans le dossier du site de Sidi Othman
Crédits Fonds Poinssot, 106, 129, 01, 5
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/7147/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. B7 : Eugène Sadoux pour la Direction des Arts et des Antiquités de Tunisie (attr.), Démolition des parties ruinées du palais du Bardo [au fond, le plus haut bâtiment abrite aujourd’hui la salle de Carthage], 1885-1887, photographie Fonds
Crédits Poinssot, 106, 090, 01, 3
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/7147/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. B8 : Eugène Sadoux pour la Direction des Arts et des Antiquités de Tunisie (attr.), La mosquée de Chaouach, vers 1890-1910, photographie
Crédits Fonds Poinssot, 106, 128, 01, 3
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/7147/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. B9 : À gauche : Eugène Sadoux pour la Direction des Arts et des Antiquités de Tunisie (attr.), Medersa Bir Lahjar à Tunis, vers 1890-1910, photographie (Fonds Poinssot, 106, 131, 01, 7). À droite : Bernard Poinssot pour la Direction des Arts et des Antiquités de Tunisie (attr.), Medersa Bir Lahjar à Tunis, photographie, 1930
Crédits Fonds Poinssot, 106, 131, 01, 7
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/7147/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. B10 : Dougga, quartier compris entre le centre public, les thermes Antoniniens et le Dar Lacheb, relevé préparatoire de Charles Emonts, 1913, corrections de Paul Carrère vers 1925-1331
Crédits Fonds Poinssot, 106, 174, 11, 1
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/7147/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 43k

Pour citer cet article

Référence papier

Sophie Saint-Amans, « Stratigraphie d’un fonds : histoire des archives Poinssot. II », in Monique Dondin-Payre, Houcine Jaïdi, Sophie Saint-Amans et Meriem Sebaï (dir.), Autour du fonds Poinssot, INHA (« Actes de colloques »).

Référence électronique

Sophie Saint-Amans, « Stratigraphie d’un fonds : histoire des archives Poinssot. II », in Monique Dondin-Payre, Houcine Jaïdi, Sophie Saint-Amans et Meriem Sebaï (dir.), Autour du fonds Poinssot, INHA (« Actes de colloques »), [En ligne], mis en ligne le 07 juillet 2017, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://inha.revues.org/7147

Auteur

Sophie Saint-Amans

Documentaliste scientifique pour l’Afrique du Nord, département des Antiquités grecques, étrusques et romaines, musée du Louvre

Articles du même auteur

Droits d’auteur

Tous droits réservés