Navigation – Plan du site

Le projet de Marcel Dourgnon soumis au concours de 1895

Marie-Laure Crosnier Leconte
p. 10-11

Notes de la rédaction

Texte extrait de Marie-Laure Crosnier Leconte, « La participation française », in  Ezio Godoli et Mercedes Volait (dirs.), Concours pour le musée des Antiquités égyptiennes du Caire, 1895, Paris : Picard, CNRS et DIPSAC, 2010, p. 90-93.

Texte intégral

1De tous les concurrents, Marcel Dourgnon apparaît comme celui qui a produit la meilleure réponse en plan à l’équation presque impossible du programme : développer une vaste surface de galeries étagées sur deux niveaux, tout en apportant un éclairage naturel à toutes les salles du rez-de-chaussée. Cette source de lumière est obtenue par l’alternance de salles superposées avec des galeries laissées à rez-de-chaussée.

2Toutes les composantes demandées sont présentes et logiquement placées. Ainsi la bibliothèque et la salle de vente sont logées symétriquement à gauche et à droite dans des avant-corps en forte saillie sur la façade principale, pratiquement détachés du reste du bâtiment et accessibles du dedans comme du dehors. À l’extrême gauche et à l’extrême droite, sur le même alignement, l’administration et l’habitation du directeur, prévues pour figurer dans une hypothétique seconde tranche de travaux, sont placées dans des constructions indépendantes, reliées au corps de bâtiment principal par un patio bordé de galeries ouvertes, formant une sorte de cloître. Ces deux ensembles secondaires sont ainsi clairement séparés des espaces muséaux et peuvent aisément être soustraits pour tout ou partie de la première tranche de la construction.

1. Marcel Dourgnon, musée du Caire, vue perspective à vol d'oiseau.

1. Marcel Dourgnon, musée du Caire, vue perspective à vol d'oiseau.

Source : L'Illustration, 3116, 15 novembre 1902, p. 393.

3Le musée proprement dit couvre un vaste quadrilatère avec à chaque angle, hors œuvre, un escalier d’accès à l’étage. L’ensemble se décompose en séries de salles et de galeries disposées transversalement et longitudinalement avec une relative variété qui ménage de nombreux changements d’axes ; ces salles sont en alternance couvertes d’une toiture de verre, ou surmontées d’un étage et recevant alors la lumière latéralement, faisant aussi alterner les espaces d’exposition principaux et secondaires demandés par le programme. Au centre, un vaste hall couvert d’une charpente métallique. Cette cour intérieure, d’une tendance industrielle malheureuse en termes de choix climatiques, d’esthétique et de coût, traduit chez Dourgnon une méconnaissance du terrain qu’il paiera très cher lors du chantier. Un autre choix coûteux tient dans les trop nombreux ressauts et percements de murs qui réduisent inutilement les longueurs de cimaises. La surface au sol est en revanche la plus vaste des projets sélectionnés, excédant la demande de plus de 3 500 m², pour un coût de 8,60 £E au mètre carré, une évaluation particulièrement faible et peu réaliste.

4Un autre point fort du plan tient dans la prévision des extensions du musée en deux séries de salles disposées sur deux larges bandes latérales, aux couvertures alternées elles aussi, doublées à l’arrière d’un corridor-galerie. Toutes ces adjonctions, qui prévoient la couverture de la presque totalité de la parcelle, présentent deux inconvénients : le rejet du jardin des sculptures sur les espaces résiduels du terrain, d’abord difficile, et une multiplication de salles et d’accès laissant entrevoir une surveillance compliquée, ce qui se confirma dès l’ouverture du musée. Dessinées en grisé sur le plan, elles figurent dans la perspective cavalière [...].

2. Marcel Dourgnon, musée du Caire, plan du rez-de-chaussée.

2. Marcel Dourgnon, musée du Caire, plan du rez-de-chaussée.

Source : Centralblatt der Bauverwaltung, 34, 24 août 1895, p. 363.

5Traduit en volume, l’effet est malheureusement beaucoup moins réussi. La disposition en façade d’espaces secondaires crée un ensemble discontinu et sans monumentalité, traité de plus dans un style d’architecture trop classicisant, trop « français », jugé mesquin dans la plupart des commentaires, mis à part le journal berlinois Centralblatt der Bauverwaltung : sa cour d’accès trop directement inspirée du Palais-Royal à Paris et le caractère général de la construction évoquent plus une préfecture de province qu’un musée.

6Les commentaires les plus virulents vinrent de la plume d’Honoré Daumet qui n’eut pas de mots assez durs pour évoquer le sentiment de vulgarité que lui inspiraient les effets décoratifs proposés par Dourgnon. Rien ne trouvait grâce à ses yeux, jusqu’au plan dont les extensions nuisaient selon lui à l’harmonie, à l’éclairage et à la surveillance, jusqu’à la lumière zénithale, saluée par L’Imparziale pour ses lanterneaux verticaux et ses vitrages inclinés de manière à ne pas capter les rayons du soleil, critiquée par Daumet pour des murs qui masquent les jours pris dans les combles.

Table des illustrations

Titre 1. Marcel Dourgnon, musée du Caire, vue perspective à vol d'oiseau.
Crédits Source : L'Illustration, 3116, 15 novembre 1902, p. 393.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/7006/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1020k
Titre 2. Marcel Dourgnon, musée du Caire, plan du rez-de-chaussée.
Crédits Source : Centralblatt der Bauverwaltung, 34, 24 août 1895, p. 363.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/7006/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 3,2M

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Laure Crosnier Leconte, « Le projet de Marcel Dourgnon soumis au concours de 1895 », in Hélène Morlier (dir.), L'architecte Marcel Dourgnon et l'Égypte, Paris, INHA (« Les catalogues d'exposition de l'INHA »), 2010, p. 10-11.

Référence électronique

Marie-Laure Crosnier Leconte, « Le projet de Marcel Dourgnon soumis au concours de 1895 », in Hélène Morlier (dir.), L'architecte Marcel Dourgnon et l'Égypte, Paris, INHA (« Les catalogues d'exposition de l'INHA »), 2010, [En ligne], mis en ligne le 01 janvier 2011, consulté le 26 juin 2017. URL : http://inha.revues.org/7006

Droits d’auteur

Tous droits réservés