Navigation – Plan du site

Marcel Dourgnon 29 septembre 1858 –18 octobre 1911

Marie-Laure Crosnier Leconte et Hélène Morlier
p. 3-6

Texte intégral

Les années de formation

1Marcel Dourgnon naquit dans un milieu modeste et profondément républicain, du quartier des Chartreux à Marseille  : son père maçon et sa mère piqueuse ne légitimèrent leur mariage qu’en 1860. Pourtant, l’enfant suivit une longue scolarité puisqu’il remporta les premiers prix des classes de peinture et d’architecture à l’école des beaux-arts de Marseille en 1878. La reconnaissance de ses talents lui permit d’être pensionné par la ville de Marseille à Paris et d’entrer dans l’atelier de Jean-Louis Pascal (1837-1920). Il effectua à l’école des beaux-arts un cursus scolaire très personnel, dans un type d’enseignement où l’élève avait une certaine latitude dans le choix des matières étudiées. Dourgnon ne dépassa pas la 2e classe (celle des débutants). Pendant les huit ans de sa scolarité (1879-1887), il était parvenu à accumuler de très nombreuses récompenses, mais seulement en dessin d’architecture ou d’ornement. Il avait même réussi à être admis pendant sept années consécutives au second essai du concours de Rome et deux fois logiste au concours Chaudesaigues, dit aussi «  Petit Prix de Rome  », en 1881 et 1883. Cet élève s’était donc focalisé sur une spécialité unique : le dessin et la composition d’architecture.

2Parallèlement, il acquit l’expérience des chantiers : il fut attaché aux travaux de reconstruction de l’hôtel de ville de Paris, sous la direction de Théodore Ballu (1817-1885) et travailla aussi dans les agences de plusieurs architectes comme William Bouwens Van der Boijen, Jean-Louis Pascal, Albert Ballu, Jules Bouchot.

3En 1886-1887, il fut nommé inspecteur aux travaux pour l’achèvement de l’hôtel de ville de Pantin et collabora au projet d’une école primaire supérieure de jeunes filles, avec Joseph Cassien Bernard (1848-1926) qui concourut plus tard comme lui pour le musée des Antiquités égyptiennes.

4En 1887, il fut attaché à l’agence des travaux de l’Exposition universelle de 1889 pour la construction du palais des beaux-arts sur le Champ-de-Mars à Paris, sous la direction de Jean Camille Formigé (1845-1926).

Un long séjour au Chili

5En 1889, il fut engagé comme architecte pour le gouvernement du Chili. L’année suivante (le 13 juillet 1890), il fut nommé officier d’académie par le ministère de l’Instruction publique, alors qu’il travaillait déjà pour le gouvernement chilien. Il construisit plusieurs édifices dans le centre de Valparaiso, notamment la nouvelle bourse du commerce et l’intendance de la marine. À la capitale Santiago du Chili, il fut chargé de dessiner le jardin et la décoration de la place du Congrès.

6Ces édifices ont un style architectural «  Beaux-Arts  » parisien qui correspond à l’image de modernité que les pays d’Amérique du Sud avaient voulu transmettre par le biais de leurs pavillons respectifs lors de l’Exposition universelle de 1889  : aucune allusion à un style local ne permettait d’attribuer un pavillon à un État ou un autre.

7Marcel Dourgnon honora aussi les commandes privées  : il construisit un établissement d’administration minière avec maisons d’habitation à Valparaiso ainsi qu’un établissement industriel, deux hôtels particuliers avec des maisons de rapport à Santiago. Il obtint le 1er prix dans un concours pour un projet de banque privée. C’était donc un architecte reconnu qui le 9 janvier 1893 épousa à Valparaiso Sabine Angèle Eugénie Waguet, née le 11 novembre 1869 à Biastre (Nord). Elle était la fille du consul de France au Chili. Le marié eut pour témoin Henri de Bacourt, Encargado de negocios depuis 1875 puis Ministro Plenipotenciado en 1888. Son séjour au Chili dans les milieux aisés chiliens et diplomatiques français donna au jeune architecte l’occasion de construire plusieurs bâtiments dont des édifices officiels, et aussi de se faire des relations. C’est avec un carnet d’adresses bien rempli qu’il revint en France en 1893.

8à Fontainebleau, il travailla à la construction d’une maison de rapport avec annexe, puis à celle d’une villa bourgeoise en collaboration avec Georges Chedanne (1861-1940), grand Prix de Rome en 1887. En 1894, il devint sociétaire perpétuel de la fondation Taylor et prépara un projet pour le concours international ouvert durant l’été 1894 pour la construction d’un nouveau musée archéologique au Caire. Il concourut sous la devise  : Eurêka, reprise une dizaine d’années plus tard pour le concours de Montevideo (voir p. 6).

Le musée du Caire

9Au printemps 1895, il fit partie des quatre lauréats qui obtinrent une prime ex aequo. Il dut adapter ensuite son projet aux exigences d’ordre financier des commanditaires et accepta la charge de la direction des travaux qui l’obligeraient à séjourner longuement au Caire.

10En 1896, il fut admis comme membre de la Société centrale des architectes français. Il fut présenté par son maître J.-L. Pascal et ses camarades H. P. Nénot, H. Legrand et A. Gontier. La même année, il demanda avec l’architecte Alexandre Callonge un permis pour dessiner dans les monuments arabes du Caire.

11En 1897 et 1898, il séjourna au Caire. La cérémonie de pose de la première pierre du musée eut lieu en présence du khédive le 1er avril 1897 et du directeur des Antiquités, Jacques de Morgan, avec lequel Dourgnon était lié d’amitié. L’architecte reçut alors plusieurs décorations  : officier de l’Instruction publique (15 février 1897) et officier du Medjidieh par le khédive (4 mai 1897). Il fut aussi nommé architecte délégué du ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts. Pendant son séjour, il assura la direction des travaux de l’Institut français d’archéologie orientale (IFAO), selon les plans d’Ambroise Baudry (1838-1906), et de l’hôpital français du Caire. Il travailla aussi pour le monument aux soldats français de la campagne d’Égypte au cimetière latin de la ville. En effet, les retards s’accumulaient pour la construction du musée et en mai 1898, il donna sa démission de la direction du chantier du musée, lassé par les embûches qui l’empêchaient de mener son projet à bien.

Le palais de l’Égypte et les autres récompenses

12Ses liens avec l’Égypte ne furent pas rompus, puisque le projet de pavillon représentant ce pays à l’Exposition universelle de 1900 lui fut confié et fut réalisé sous sa direction. Il semble bien qu’il ait mis à profit son voyage en Égypte pour concevoir ce bâtiment qui réunissait en un ensemble équilibré des édifices de différentes époques et de styles variés. En 1900, il obtint plusieurs récompenses grâce à ses projets en relation avec l’Égypte  : le prix Nicolas Bailly (juin 1900) décerné à l’unanimité par l’Académie des beaux-arts et une 2e médaille au Salon des artistes français pour le projet du musée des Antiquités  ; une 2e médaille de bronze (section des Beaux-Arts) à l’Exposition universelle pour le palais de l’Égypte.

13Il collabora avec le statuaire Denys Puech (1854-1942), auteur de la statue d’Auguste Mariette qui figure au-dessus de son tombeau dans le jardin du musée du Caire. La Ville de Paris offrit un monument funéraire à Mlle Henriot (1878-1900), de la Comédie française, au cimetière de Passy. Le tombeau dessiné par Marcel Dourgnon est surmonté d’un buste de la jeune comédienne, également œuvre de Puech.

14L’année suivante, il reçut trois diplômes d’art décernés à l’Exposition internationale de Glasgow. Le 23 avril 1901 naquit son fils Jean Tigrane dont le second prénom évoque sans doute Tigrane Pacha, ancien ministre égyptien des Affaires étrangères.

L’architecte, le franc maçon et le maire du IXe arrondissement

15En 1902, il fut initié à la loge maçonnique L’Avenir, d’obédience républicaine, vouée à l’instruction laïque et qui militait contre l’antisémitisme. Le 15 novembre de cette même année, le musée des Antiquités fut enfin inauguré par le khédive Abbas II Hilmi mais Marcel Dourgnon n’assista pas à la cérémonie. Il fut toutefois honoré du titre chevalier de la Légion d’honneur en janvier 1903. Il continua sa progression dans la hiérarchie maçonnique  : à la fin de l’année, il était devenu Maître. C’est à cette époque qu’il lança une première campagne de presse en faveur de la protection du site des Baux-de-Provence. En effet, il était étroitement lié avec Frédéric Mistral  : il donna d’ailleurs à sa fille, née le 17 juillet 1895, le prénom de Mireille, titre de l’œuvre la plus célèbre du défenseur de la langue occitane. En décembre, il fut nommé adjoint au maire du IXe arrondissement de Paris, à la suite du décès de M. Pinard, son prédécesseur.

16De 1903 à 1905, il travailla à la reconstruction de l’hôtel du Palais à Biarritz détruit par un incendie le 1er février 1903. Cette tâche fut menée en collaboration avec Édouard-Jean Niermans (1859-1928). L’hôtel, lieu de résidence impériale durant le Second Empire, fut rénové selon ce style (restaurant et chambres)  ; toutefois c’est le style Louis XVI qui eut la préférence pour le luxueux grand hall et la salle des fêtes. Le peintre Paul Gervais (1859-1936) fut chargé de la décoration du salon.

17Marcel Dourgnon fut nommé inspecteur des Beaux-Arts (1905) puis inspecteur de l’enseignement du dessin et des musées.

18En 1907, il fut lauréat avec Henri ébrard (1876-1941) du concours pour la construction d’un orphelinat à Punta Carretas, un quartier de Montevideo (Uruguay). Il s’agissait d’un projet de grande ampleur qualifié dans la presse locale de «  petite ville avec ses rues, ses jardins et ses pavillons  »  ; ces derniers étaient dessinés dans le style des grands hôtels des stations balnéaires européennes. Ce projet ne semble pas avoir été exécuté.

19En 1908, il fut nommé maire du IXe arrondissement de Paris par le décret du 1er février. En avril, il lança une nouvelle campagne de presse en faveur de la sauvegarde des Baux dans le Figaro, la première n’ayant pas donné les résultats escomptés. Il faisait alors partie de l’association des « Cigaliers de Paris » et mena cette nouvelle action avec ses amis les avocats Izouard et Crémieux. Il décéda prématurément le 28 octobre 1911 des suites d’une «  longue maladie  ».

20Débordant d'activité, Marcel Dourgnon présida non seulement les manifestations que sa charge de maire lui imposait, mais était aussi dirigeant ou membre de nombreuses associations attachées à la défense des idées républicaines, de l’éducation et de l’activité physique.

21Sa personnalité et sa profession en faisaient un maire attentif aux événements artistiques qui se produisaient dans cet arrondissement qui était alors le lieu de résidence de nombreux musiciens, peintres, sculpteurs. Il habitait avec sa famille au 36, rue Ballu dans le même immeuble que les deux célèbres musiciennes Nadia et Lili Boulanger. Toutefois, c’est son engagement républicain qui marqua son mandat. Il fut un maire qui afficha clairement ses idées et qui fut apprécié pour cela dans un arrondissement autrefois qualifié de «  réactionnaire  ».

1. Marcel Dourgnon portant son écharpe de maire, c. 1908.

1. Marcel Dourgnon portant son écharpe de maire, c. 1908.

2. Procès-verbal de la pose de la première pierre du musée des Antiquités égyptiennes, 1er avril 1897.

2. Procès-verbal de la pose de la première pierre du musée des Antiquités égyptiennes, 1er avril 1897.

Source : La Construction moderne, 12 juin 1897, p. 432.

Table des illustrations

Titre 1. Marcel Dourgnon portant son écharpe de maire, c. 1908.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/7004/img-1.png
Fichier image/png, 5,2M
Titre 2. Procès-verbal de la pose de la première pierre du musée des Antiquités égyptiennes, 1er avril 1897.
Crédits Source : La Construction moderne, 12 juin 1897, p. 432.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/7004/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 5,0M

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Laure Crosnier Leconte et Hélène Morlier, « Marcel Dourgnon 29 septembre 1858 –18 octobre 1911 », in Hélène Morlier (dir.), L'architecte Marcel Dourgnon et l'Égypte, Paris, INHA (« Les catalogues d'exposition de l'INHA »), 2010, p. 3-6.

Référence électronique

Marie-Laure Crosnier Leconte et Hélène Morlier, « Marcel Dourgnon 29 septembre 1858 –18 octobre 1911 », in Hélène Morlier (dir.), L'architecte Marcel Dourgnon et l'Égypte, Paris, INHA (« Les catalogues d'exposition de l'INHA »), 2010, [En ligne], mis en ligne le 01 janvier 2011, consulté le 26 mars 2017. URL : http://inha.revues.org/7004

Auteurs

Marie-Laure Crosnier Leconte

Conservateur du patrimoine

Articles du même auteur

Hélène Morlier

InVisu (CNRS-INHA), Paris, France

Articles du même auteur

Droits d’auteur

Tous droits réservés