Navigation – Plan du site
La Collection Cacault. Italie-Nantes, 1810-2010 - Blandine Chavanne, Chantal Georgel et Hélène Rousteau-Chambon (dir.)
Peintures italiennes dans les collections publiques françaises

De nouvelles attributions de natures mortes du musée des Beaux-arts de Nantes. Lionelli et Tibaldi

Michal Litwinowicz

Texte intégral

1À l'occasion du colloque dédié au collectionneur nantais François Cacault (1743-1805), il m’a semblé intéressant de revenir sur des œuvres italiennes conservées dans le musée des Beaux-arts de Nantes qui peuvent être réattribuées. Ces cinq œuvres sont importantes pour l'étude de la nature morte italienne et donc en relation avec le RETIF. Pour deux d’entre elles, je proposerai une attribution à Alberto Lionelli, peintre napolitain de natures mortes entre le Seicento et le Settecento et pour deux autres peintures, j’avancerai le nom d’Antonio Tibaldi, également spécialiste de ce genre, mais actif à Rome dans la deuxième moitié du xviie siècle.

Alberto Lionelli – peintre napolitain de natures mortes

2Le genre de la nature morte se développe largement à Naples au cours du xviie siècle. Les artistes y peignent des poissons et des fruits de mer, des fleurs, des fruits, des sucreries, des intérieurs de cuisine et de « dispense », et du gibier. Parmi les meilleurs peintres se distinguent d’une part la famille Recco – Giacomo (1603 - avant 1653), Giovanni Battista (actif vers le milieu du siècle), Giuseppe (1634-1695) et ses élèves Nicola Maria et Elena -, et d’autre part la famille Ruoppolo – Giovanni Battista (1629-1693) et Giuseppe (? - 1710). Le plus ancien des Ruoppolo a eu beaucoup d'élèves et d’imitateurs : Aniello Ascione, Onofrio Loth, Gaetano Luciano, Francesco della Questa en sont quelques-uns. Les manières de ces artistes étant assez très proches, l'identification de leurs auteurs reste le plus souvent difficile. Au cours des décennies, certains tableaux ont d’ailleurs changé plusieurs fois d’attribution, d’autant que certains spécialistes soulignent l’importance des liens entre l’école napolitaine et les écoles romaine et espagnole ; les discussions sur leurs auteurs sont toujours en cours.

Fig. 1. Alberto L...Fig. 1. Alberto Lionelli, Nature morte au panier de fruits renversé, huile sur toile, 0,96 x 1,27 m, Musée des Beaux-Arts de Nantes, signée « Lionelli ».

Fig. 1. Alberto Lionelli, Nature morte au panier de fruits renversé, huile sur toile, 0,96 x 1,27 m, Musée des Beaux-Arts de Nantes, signée « Lionelli ».

© Ville de Nantes - Musée des Beaux-Arts /
Photographie : C. Clos

Fig. 2. Alberto L...Fig. 2. Alberto Lionelli, Nature morte aux fruits et aux fleurs, huile sur toile, 1,01 x 1,32 m, Musée des Beaux-Arts de Nantes, n'est pas signée.

Fig. 2. Alberto Lionelli, Nature morte aux fruits et aux fleurs, huile sur toile, 1,01 x 1,32 m, Musée des Beaux-Arts de Nantes, n'est pas signée.

© Ville de Nantes - Musée des Beaux-Arts /
Photographie : C. Clos

  • 1 0,96 x 1,27 m, inv. 810.1.68 P. ; 1,01 x 1,32 m., inv. 810.1.69 P. ; les tableaux ont été restauré (...)
  • 2 Sarrazin, B., Catalogue raisonné des peintures italiennes du musée des Beaux-Arts de Nantes xiiie(...)
  • 3 Il faut souligner que dans la collection Cacault se trouvaient d’autres natures mortes napolitaine (...)
  • 4 Catalogue des objets composant le musée municipal des Beaux-Arts, 8e éd., Nantes, 1876, p. 36, nos (...)
  • 5 Thieme-Becker, Allgemeines Lexikon der Bildenden Künstler von der Antike bis zur Gegenwart, v. XXI (...)
  • 6 Benoist, L., Ville de Nantes, Musée des Beaux-Arts, Catalogue et guide, Nantes, 1953, p. 181 [sans (...)
  • 7 Tecce, A., « Lionelli », dans La natura morta in Italia, sous la dir. de Zeri F., Porzio F., v. 2, (...)
  • 8 Brejon de Lavergnée, A., Volle, N., Ménégaux, O., Musées de France, Répertoire des peintures itali (...)
  • 9 Benoist L., op. cit. n. 6, p. 181.
  • 10 Sarrazin, B., op. cit. n. 2, p. 207-208.

3Parmi les imitateurs du grand Ruoppolo se trouve un certain Alberto Lionelli (ou Lionello), peintre jusqu'à présent méconnu des spécialistes. Or il existe deux natures mortes en pendant conservées au musée des Beaux-Arts de Nantes qui pourraient être de ce peintre (Fig. 1 et 2). La première représente un panier de fruits renversé et des fruits au premier plan. Elle est signée en haut à droite en grands caractères rouges en italique « Lionelli ». La deuxième montre des cascades de raisins, des fleurs et des fruits et n'est pas signée1. Toutes les deux proviennent de la collection du diplomate François Cacault (1743-1805), qui acheta des tableaux à Naples à partir de 1785, alors qu’il était secrétaire de l’ambassade auprès de la cour de Naples, puis lors des missions diplomatiques qu'il effectua à Florence et à Rome2. La ville de Nantes acquit sa collection en 1810 avec les deux natures mortes en question3.Le musée possède d'ailleurs d'autres natures mortes qui proviennent de sa collection ; elles sont aujourd’hui attribuées à Giuseppe Recco, Andrea Belvedere, Giovanni Stanchi, Gian Domenico Valentino, entre autres, et appartiennent aux écoles napolitaine et romaine du Seicento. C'est en 1876, dans le catalogue du musée de Nantes, que les deux toiles ont été attribuées pour la première fois à Lionelli4, les auteurs confessant néanmoins que le peintre leur était inconnu. En 1929, dans le dictionnaire Thieme-Becker, on suppose l'existence d'un spécialiste de natures mortes de ce nom5, mais en 1953, Luc Benoist, doutant de l'authenticité de la signature, les attribue finalement à Giuseppe Ruoppolo6. Quand Nicola Spinosa voit les deux tableaux en 1987 lors de sa visite au musée, il confirme que Lionelli en est l’auteur, sans donner plus de détails sur celui-ci. Dans la monographie monumentale La natura morta in Italia, Angela Tecce parle en revanche d'un « generista napoletano ancora ignoto alla critica » qui est proche du plus jeune Ruoppolo. Elle remarque, à juste titre, que le peintre a « evidenti consonanze stilistiche con l'ambito napoletano7 » et situe judicieusement l'activité de Lionelli vers la fin du xviie et le début du xviiie siècle. Cependant, l'année suivante, Arnauld Brejon de Lavergnée et Nathalie Volle soulignent que les tableaux de cet artiste sont rares et que lui-même « est encore mal connu8 ». Ils voient la signature comme une inscription et préfèrent proposer le nom d'un autre imitateur de Ruoppolo, Aniello Ascione (documenté à Naples entre 1680 et 1708). Ils évoquent également, comme Angela Tecce, une certaine proximité de style entre les peintures de Nantes et l'œuvre de Giuseppe Ruoppolo à qui Benoist avait déjà proposé d’attribuer les tableaux9. Enfin en 1994, Béatrice Sarrazin, en étudiant attentivement les deux toiles, remarque la proximité d’autres natures mortes signées de Lionelli. Elle situe l’artiste au xviie siècle, mais sans en préciser l’école10.

  • 11  Elles sont conservées dans la documentation du musée nantais.
  • 12 Brejon de Lavergnée, A., Volle, N., Ménégaux, O. , op. cit. n. 8, p. 212 ; dans la documentation d (...)

4Il existe d’autres natures mortes de Lionelli. En 1988, le Répertoire des peintures italiennes du xviie siècle mentionne une Nature morte aux pastèques et aux fruits, conservée dans une collection particulière à Naples (elle s’y trouvait encore en novembre 1981), signée « Albe·to Lionelli·f ». Sont seulement connues deux petites photos de qualité très moyenne de cette œuvre11. L’une présente l’ensemble et l’autre la signature, mais elles ne permettent guère d'évaluer la valeur picturale de l'œuvre. La composition est en tout cas fortement inspirée par celles des œuvres Giovanni Battista Ruoppolo. Une autre nature morte, signalée dans le Répertoire, se distingue des habituels fruits et fleurs connus de l'artiste. Il s’agit d’une Nature morte aux plats d'orfèvrerie qui se trouvait en 1981 dans la collection de la baronne Helen Taussig, en Autriche12. Ce tableau montre que Lionelli peignait différents types de natures mortes.

  • 13 Salerno, L., Nuovi studi sulla natura morta italiana, Rome, 1989, p. 126-127.
  • 14 Ibidem., p. 126.
  • 15 Ibidem., p. 126, no 123 bis. 

5En 1989, Luigi Salerno étudie brièvement deux tableaux ovales signés « Lionelli » (d’une écriture très similaire à la toile de Nantes) conservés dans une collection particulière à Naples13. Le premier montre des fleurs et des fruits – une pastèque, des poires, des pêches, des prunes, du raisin –, le second des citrons et des cédrats. La qualité de la composition semble très moyenne. Luigi Salerno suppose prudemment que Lionelli « sembrerebbe un possibile pittore napoletano vicino a Giuseppe Ruoppolo » et préfère attendre des précisions ultérieures14. Salerno publie également une autre nature morte aux fruits et avec deux corbeilles renversées, conservée dans une collection particulière napolitaine15. Bien que l'œuvre soit signée, la signature n'est pas transcrite. La toile est très étirée horizontalement, ce qui suggère, semble-t-il, un dessus-de-porte. Les objets sont bien observés, ce qui confirme une étude précise de la nature, chose assez peu commune à l'époque ; nombre de contemporains comme Lopez, Casissa, Lavagna, peignent davantage d’après ce qu’ils savaient de la nature que directement d’après elle. À cet égard, Lionelli est un continuateur honorable de la grande tradition de la nature morte napolitaine, de Porpora, des Recco et des Ruoppolo.

  • 16 Sotheby’s, Monaco, Importants Tableaux Anciens (Catalogue de vente), 15 et 16 juin 1990, p. 174-175 (...)
  • 17 Sarrazin, B., op. cit. n. 2, p. 208.

6Plusieurs catalogues de ventes aux enchères contiennent des reproductions d'autres natures mortes et de nouvelles propositions d’attribution. Un tableau signé est passé en vente chez D. Zucco, à Trieste (1977-1978, no 28, fig. 18) et un autre, représentant des fruits, chez Sotheby's, à Monaco, le 16 juin 199016 ; ce dernier est attribué, comme le souligne Béatrice Sarrazin, « sans aucune certitude à Lionelli » malgré la signature visible « Van Brune17 », les auteurs du catalogue la considérant comme apocryphe. Cette toile de bonne qualité semble proche de celle de Nantes (Sarrazin, no 155), en particulier dans les détails comme les grandes grappes de raisin, les pêches, les figues et les feuilles aux touches délicates. L’atmosphère de la composition n’est pas éloignée et les dimensions sont presque identiques (le tableau de Monaco mesure 0,97 x 1,30 m, celui de Nantes 1,01 x 1,32 m). Nous ne pouvons pourtant pas trancher sur la question.

Fig. 3. Alberto L...Fig. 3. Alberto Lionelli, La nature morte de fruits et un oiseau (aigle?), huile sur toile, 1,02 x 1,57 m, Dorotheum à Vienne, 21 mars 2002.

Fig. 3. Alberto Lionelli, La nature morte de fruits et un oiseau (aigle?), huile sur toile, 1,02 x 1,57 m, Dorotheum à Vienne, 21 mars 2002.

Fig. 4. Alberto L...Fig. 4. Alberto Lionelli, La nature morte de pastèques, de raisins et un paon sur fond de paysage, huile sur toile, 1,02 x 1,57, Dorotheum à Vienne, 21 mars 2002.

Fig. 4. Alberto Lionelli, La nature morte de pastèques, de raisins et un paon sur fond de paysage, huile sur toile, 1,02 x 1,57, Dorotheum à Vienne, 21 mars 2002.

Fig. 5. Alberto L...Fig. 5. Alberto Lionelli, La nature morte aux récipients de cuivre, huile sur toile, 1,03 x 0,75 m, Semenzato à Venise, novembre 2000,  signée en bas à droite « Lionelli ».

Fig. 5. Alberto Lionelli, La nature morte aux récipients de cuivre, huile sur toile, 1,03 x 0,75 m, Semenzato à Venise, novembre 2000,  signée en bas à droite « Lionelli ».

  • 18   http://fr.artprice.com/
  • 19 1,02 x 1,57 m, Dorotheum à Vienne, 21 mars 2002.
  • 20 1,03 x 0,75 m, Semenzato à Venise, 17-19 novembre 2000.

7Peuvent être encore mentionnées trois autres natures mortes de Lionelli passées sur le marché de l'art et présentées sur le site d'Art Price18. Deux, au style clairement similaire à celui des œuvres de Nantes, sont apparues lors d'une vente au Dorotheum, à Vienne, le 21 mars 2002. Il s'agit de pendants dont l'un est signé : Nature morte de fruits et un oiseau (aigle ?) et Nature morte de pastèques, de raisins et un paon sur fond de paysage19 (Fig. 3 et 4). La troisième est une Nature morte aux récipients de cuivre20, signée en bas à droite, apparue à la vente Semenzato, à Venise, en novembre 2000 (Fig. 5). L'exécution est un peu maladroite mais on y perçoit néanmoins une certaine recherche de profondeur dans la disposition d'objets. Le tableau est identique à celui de la baronne Taussig, mais les dimensions sont différentes : 1,22 x 0,97 m pour celui conservé en Autriche, et 1,03 x 0,75 m pour celui de la vente vénitienne.

  • 21 Le site du Getty Provenance Index Databases : http://piprod.getty.edu/starweb/pi/servlet.starweb.
  • 22 Archivio di Stato, Naples, scheda 10, protocollo 12, ff. 365v-367v : « f.5v Dodici quadri piccoli (...)
  • 23 Archivio di Stato, Naples, scheda 666, protocollo 50, ff. 290-291v : « f. I allegato un Anticamera (...)
  • 24 Dans l’inventaire de la collection de Domenico di Capua, baron de Strambone, rédigé à Naples le 13 (...)
  • 25 Dominici, B., de, Vite dei pittori, scultori e architetti napoletani, 3 vol., Naples, 1742-45.

8Aux œuvres s'ajoutent des documents, publiés sur le site de The Getty Provenance Index Databases par Antonio Delfino21. Lionelli est mentionné dans plusieurs collections napolitaines des premières décennies du Settecento. Dans celle du « dottor » D. Giuseppe Cesare, dont l'inventaire des biens est daté du 15 mai 1713, nous retrouvons douze « quadri piccoli di Fiori, e frutti, [...] nuovi di Lionelli [...]22 » et, dans une collection plus tardive de 1737 appartenant au « dottore » Gaetano de Blasio sont mentionnés quatre tableaux de quatre et cinq palmes accrochés à côté de ceux de Breughel le Vieux23. Un autre inventaire évoque un certain Paolo Lionelli mais, dans l'état actuel des recherches, il ne peut être clairement identifié24. En revanche, les documents confirment les types de natures mortes peintes par Alberto Lionelli, c’est-à-dire les fruits et les fleurs. Il faudrait noter que Bernardo de Dominici (1684-1750), qui écrivit les vies des peintres napolitains dans les années 1730-1740, a omis ce maître dans son ouvrage25 alors que les deux hommes étaient contemporains.

  • 26 Strazzullo, F., La corporazione dei pittori napoletani, Naples, 1962. L’auteur cite aussi des stat (...)
  • 27 Ibidem, p. 25-26. Lionelli est 26e, 29e et 50e préfet de la congrégation.

9Jusqu’à présent, aucun chercheur n’a noté la présence d’un Alberto Lionelli dans les documents de la Congregazione di Santi Anna e Luca, à Naples, peintre actif vers la fin du Seicento et au début du Settecento dont je pense qu'il correspond à Lionelli dont nous parlons. En tout cas, cet artiste devait jouer un rôle important dans la vie artistique de Naples à son époque. La lecture de l’ouvrage de Franco Strazzullo sur La corporazione dei pittori napoletani, paru en 1962, est très instructive26. L’auteur y mentionne, d’après une liste, les préfets (prefetti) de la congrégation des peintres de 1664 jusqu’au début du xixe siècle avec les dates de leur fonction. Parmi les peintres célèbres, comme Andrea Vaccaro et Luca Giordano, nous trouvons des spécialistes de natures mortes bien connus, comme Giovanni Battista Ruoppolo (1669) et Francesco della Cuosta (1685-1686). Vers le début du xviiie siècle, Alberto Lionelli y est mentionné à trois reprises : en 1702, en 1706 et en 1721-2327, ce qui permet de reconstituer une certaine chronologie de la vie de l’artiste. Nous savons qu’il est toujours vivant en 1723 car il y est cité pour la dernière fois. Il est en outre l’unique peintre spécialiste de ce genre qui, à son époque, a été élu plusieurs fois principal de cette association artistique. Lionelli a sûrement su utiliser, dans sa propre carrière, la renommée de ses prédécesseurs dans le genre de la nature morte, déjà cités. Ce fait nous confirme la grande importance des peintres pratiquant ce genre pictural dans la vie artistique de Naples de la deuxième moitié du Seicento et du début du Settecento.

Fig. 6. Page 232 ...Fig. 6. Page 232 de la liste des artistes inscrits à la Congrégation des Saints Anne et Luc à Naples entre 1665 et 1728. Sous le numéro 121 figure Alberto Lionelli, Archive de la Congrega dei Professori di Belle Arti à Naples, fol. 231 (détail).

Fig. 6. Page 232 de la liste des artistes inscrits à la Congrégation des Saints Anne et Luc à Naples entre 1665 et 1728. Sous le numéro 121 figure Alberto Lionelli, Archive de la Congrega dei Professori di Belle Arti à Naples, fol. 231 (détail).

  • 28 Archives de la Congrega dei Professori di Belle Arti, fol. 231. Dans le livre de Strazzullo, les p (...)
  • 29 Ceci, G., « La corporazione dei pittori », Napoli Nobilissima, VII, Naples, 1898, p. 11 ; la date (...)

10Enfin Strazzullo reproduit à la fin de son livre les photographies de deux manuscrits, dont le premier est intitulé « Memoria delli Fratelli inche Mese ed Anno si sono Riceuti28 ». Il s'agit d'une liste des noms de peintres inscrits à la Corporation des peintres napolitains de 1665 à 1728, conservée dans les archives de cette institution. « Alberto Lionello » y est noté sous le numéro 121 et il y aurait été admis le premier août 1695, et non 1685, comme Ceci transcrit dans son article de 189829 (Fig. 6).

  • 30 Je prépare un doctorat à l’École Pratique des Hautes Études sous la direction du professeur Michel (...)

11La personnalité importante et jusqu'à présent mal connue, celle d’Alberto Lionelli, commence ainsi à se dessiner. Il s’agit d’un peintre napolitain de fleurs, de fruits et d’objets d’orfèvrerie et de cuivre, stylistiquement situé entre Giovanni Battista Ruoppolo et Giuseppe Ruoppolo, dont il apparaît comme le continuateur. Lionelli est actif entre 1695 et 1723 à Naples. Les tableaux de Nantes datent donc vraisemblablement du début du xviiie siècle ou de la fin du xviie siècle car le style du peintre est encore ancré dans la tradition de l’école napolitaine. Il faudrait encore effectuer des recherches d’archives pour essayer de trouver d’autres documents sur la vie de cet intéressant peintre. Il serait également nécessaire d’élargir le corpus de ses œuvres en effectuant des analyses stylistiques et en cherchant d’autres tableaux signés. La tâche sera difficile car le style est très proche de divers élèves et imitateurs de Ruoppolo comme Giuseppe Ruoppolo, Aniello Ascione, Onofrio Loth, Gaetano Luciano et d’autres encore anonymes. Il est probable que de nombreuses peintures de Lionelli se cachent encore sous des attributions à ces maîtres. Tout au moins les informations recueillies me laissent penser que l’existence d’Alberto Lionelli est désormais confirmée et la chronologie de sa carrière et le caractère de son œuvre mieux définis30.

Les nouvelles attributions à Antonio Tibaldi, peintre romain de natures mortes

Fig. 7. Attribuée...Fig. 7. Attribuée à Antonio Tibaldi, La nature morte avec des sucreries, une guitare, des argenteries, un perroquet sur une draperie rouge brodée, huile sur toile, 0,72 x 0,96 m, Musée des Beaux-Arts de Nantes.

Fig. 7. Attribuée à Antonio Tibaldi, La nature morte avec des sucreries, une guitare, des argenteries, un perroquet sur une draperie rouge brodée, huile sur toile, 0,72 x 0,96 m, Musée des Beaux-Arts de Nantes.

© Ville de Nantes - Musée des Beaux-Arts /
Photographie : C. Clos

Fig. 8. Attribuée...Fig. 8. Attribuée à Antonio Tibaldi, La nature morte aux épaulières et aux brassards d'avant-bras, un vase d'argent sur une draperie rouge brodée, huile sur toile, 0,72 x 0,96 m, Musée des Beaux-Arts de Nantes.

Fig. 8. Attribuée à Antonio Tibaldi, La nature morte aux épaulières et aux brassards d'avant-bras, un vase d'argent sur une draperie rouge brodée, huile sur toile, 0,72 x 0,96 m, Musée des Beaux-Arts de Nantes.

© Ville de Nantes - Musée des Beaux-Arts /
Photographie : C. Clos

  • 31 0,72 x 0,96 m, inv. 2985 ; 0,72 x 0,96 m, inv. 2995.
  • 32   Sur Tibaldi voir Lorizzo, L., Pellegrino Peri. Il mercato dell’arte nella Roma barocca, Rome, 201 (...)
  • 33 Benoist, L., op. cit. n. 6, p. 108, p. 109.
  • 34 Sarrazin, B., op. cit. n. 2, p. 212, 213, no 158, 159 ; Brejon de Lavergnée A., Volle N., Ménégaux (...)
  • 35 Safarik, E. A., « Invention and reality in Roman Still-Life Painting of the Seventeenth Century: F (...)

12Deux autres tableaux provenant aussi de la collection Cacault peuvent compléter cette analyse : Nature morte avec des sucreries, une guitare, des argenteries, un perroquet sur une draperie rouge brodée et Nature morte aux épaulières et aux brassards d'avant-bras, un vase d'argent sur une draperie rouge brodée31 (Fig. 7 et 8). Il s'agit vraisemblablement d’œuvres d'Antonio Tibaldi32 (né à Rome en 1635 – mort après 1675), peintre romain du Seicento.Les toilessont typiques de l'école romaine du milieu du xviie siècle. Dans les années cinquante, elles étaient données au peintre d'Anvers, Guillaume Gabron (1619-1678)33. Cette dernière attribution est depuis longtemps abandonnée. Aujourd'hui, elles sont attribuées à Fieravino/il Maltese, attribution proposée par Béatrice Sarrazin dans le catalogue déjà citéet par Arnauld Brejon et Nathalie Volle en 198834. Cependant depuis, nous connaissons un peu mieux l'œuvre de Benedetto Fioravanti, qu'on distingue maintenant d'un peintre très connu au Seicento, Francesco Maltese, c'est-à-dire Francesco Noletti, et de leurs imitateurs à Rome comme Carlo Manieri (actif vers 1662-1700 mais originaire de Tarente) et Antonio Tibaldi35. Ces artistes peignaient des natures mortes d'objets précieux, par exemple des argenteries, des armures, des armes, des instruments de musique souvent posés sur des tapis orientaux polychromes, richement brodés et entourés de draperies élégantes suspendues.

Fig. 9. Antonio T...Fig. 9. Antonio Tibaldi, La nature morte avec un tapis, une horloge et des argenteries, 1,04 x 1,44 m, Matelica, Museo Pietrasanti.

Fig. 9. Antonio Tibaldi, La nature morte avec un tapis, une horloge et des argenteries, 1,04 x 1,44 m, Matelica, Museo Pietrasanti.

Fig. 10. Antonio ...Fig. 10. Antonio Tibaldi, La nature morte avec un tapis, des armures, des argenteries et une partition musicale, dimensions inconnues, Museo Civico d'Arte Antica de Turin.

Fig. 10. Antonio Tibaldi, La nature morte avec un tapis, des armures, des argenteries et une partition musicale, dimensions inconnues, Museo Civico d'Arte Antica de Turin.

  • 36 Cottino, A., op. cit. n. 36, p. 56, 60 et p. 54-55, ill. 38-41. Les trois tableaux de Matelica ont (...)

13Dans sa monographie sur la nature morte italienne de 2007, Alberto Cottino a précisé la figure de Tibaldi. Il a retracé la découverte de cet artiste par Ulysse et Gianluca Bocchi lors des passages de ses tableaux sur le marché de l'art. A. Cottino a indiqué d'autres tableaux de l'artiste, dont trois sont conservés au Museo Piersanti, à Matelica (provincia di Macerata) et attribués à Benedetto Fioravanti ou Francesco Maltese36– Nature morte avec un tapis et avec des argenteries, Nature morte avec un tapis, des argenteries et un petit chien, Nature morte avec un tapis, une horloge et des argenteries (Fig. 9) – et une au Museo Civico d'Arte Antica di Turin (Fig. 10) – Nature morte avec un tapis, des armures, des argenteries et une partition musicale. Ces deux peintures peuvent être rapprochées de celles de Nantes. Observons bien la façon de former les plis des tissus (en particulier en forme de cônes), la structure et les formes d'argenteries (par exemple le vase doré dans le tableau de Turin et celui, très similaire, du tableau nantais avec le perroquet), leur relief, une certaine sécheresse d'exécution (cette maladresse a déjà été évoquée par B. Sarrazin), le modelé des décorations des armures et les éclats de lumière sur leur surface. Le profil de la console dans le tableau de Turin est même très proche de celui de Nantes. Ces éléments sont caractéristiques de l'art de Tibaldi.

  • 37 Voir Gozzano, N., La quadreria di Lorenzo Onofrio Colonna, prestigio nobiliare e collezionismo nel (...)
  • 38   Voir Lorizzo, L., op. cit., p. 55-57.

14Cet artiste était d'ailleurs aussi spécialisé dans la peinture de fruits et d'animaux (en particulier d'oiseaux). Son nom est parfois cité dans des documents. Le grand connétable du Royaume de Naples, Lorenzo Onofrio Colonna (1637-1689), qui fut un important collectionneur de peintures au xviie siècle, posséda dans sa collection à Rome en 1679 deux petits tableaux en cuivre de la main de Tibaldi37. La collaboration du peintre avec Pellegrino Peri, le marchand romain dont la boutique se trouvait dans la Piazza Pasquino (près de la Piazza Navona), est aussi documentée38.

  • 39 0,61 x 0,77 m., inv. 292.
  • 40 Cottino, A., op. cit. , n. 36, p. 144, note 25.
  • 41 Benoist, L., op. cit., n. 6, p. 171, n° 292.
  • 42 Sarrazin, B., op. cit., n. 2, p. 266-267, no 217.

15Enfin, je voudrais signaler une nouvelle attribution d’Alberto Cottino pour une autre nature morte du musée de Nantes. Il s’agit de la représentation d'un grand et bel ararouge aux ailes polychromes surfond de paysage rocheux39. Ce chercheur a proposé en 2007 d'attribuer « cette peinture exceptionnelle »au peintre romain, Tommaso Salini (vers 1575-1625). Cette attribution repose sur une base stylistique (la façon d'exécution de la matière chromatique du fond)40. Elle devrait être étudiée dans de prochaines recherches. On peut rappeler que ce tableau a été auparavant attribué à différents peintres : à Giuseppe Recco par Giuseppe De Logu (1934) et Luc Benoist (1953)41, puis à Aniello Falcone par Nicola Spinosa (communication orale au musée, 1987), Arnauld Brejon et Nathalie Volle. Mina Gregori (1992) a proposé l'école toscane tandis que Béatrice Sarrazin a partagé l'avis de Luigi Salerno (1991) en pensant à l'école napolitaine du xviie siècle42. Je noterai pour ma part, que cette toile provient également de la collection Cacault et a été acquise en 1810.

Conclusion

16Dans cette présentation, cinq tableaux du musée de Nantes provenant de la célèbre collection Cacault ont été analysés. Je souhaiterais ici, par l'étude du corpus d'œuvres de Lionelli et les précisions apportées sur Tibaldi, relancer les études sur la nature morte italienne conservée dans les musées français. Grâce aux tableaux de la collection Cacault, nous avons en effet la possibilité d'approfondir nos connaissances dans ce domaine. Bien évidemment, des études ultérieures seront nécessaires car de nombreux doutes persistent sur leurs attributions. Ces recherches permettront peut-être de découvrir d'autres tableaux et d'autres maîtres intéressants.

Notes

1 0,96 x 1,27 m, inv. 810.1.68 P. ; 1,01 x 1,32 m., inv. 810.1.69 P. ; les tableaux ont été restaurés deux fois, en 1939 et en 1976, et rentoilés en 1975-1976.

2 Sarrazin, B., Catalogue raisonné des peintures italiennes du musée des Beaux-Arts de Nantes xiiiexviiie siècle, Paris, RMN, 1994, p. 26.

3 Il faut souligner que dans la collection Cacault se trouvaient d’autres natures mortes napolitaines, romaines et italiennes qui en général sont conservées aujourd’hui au musée de Nantes. Béatrice Sarrazin en analyse plusieurs dans le catalogue cité. Nous en signalons quelques-unes : Nature morte aux poissons attribuée à Andrea Belvedere (no 121) ; Nature morte aux poissons et crabes de Giuseppe Recco (no 171) ; à l’école napolitaine du xviie siècle sont attribués : Fleurs, livres et sablier (no 213) ; Vanité aux livres et au crâne (214) ; Nature morte aux poissons (no 215) ; Ara rouge sur son perchoir (no 217) ; à Giovanni Stanchi est attribuée une Guirlande de fleurs (no 185) ; à l’école romaine de la fin du xviie siècle deux splendides œuvres – Le Printemps (no 244) et son pendant L’Automne (no 245), et Nature morte aux fleurs, fruits et légumes (no 248) ; à l’école italienne du xviie sont attribués – Animaux (no 284), chien aux petits pains (no 285) et Raisins, figues et poires (no 229, Rome ou Naples) ; Entrée dans l’arche (no 129) et son pendant Sacrifice à la sortie de l’arche (no 130), tous les deux du Grechetto. Toutes ces attributions nécessitent encore des recherches ultérieures.

4 Catalogue des objets composant le musée municipal des Beaux-Arts, 8e éd., Nantes, 1876, p. 36, nos 96 et 97 ; Lionelli y est bien catalogué dans l’école italienne.

5 Thieme-Becker, Allgemeines Lexikon der Bildenden Künstler von der Antike bis zur Gegenwart, v. XXIII, Leipzig, 1929, p. 262. On peut noter que dans les dictionnaires d'art, Lionelli est toujours mentionné (s’il y est présent) seulement par son nom, jamais accompagné de son prénom. Ces ouvrages nous renvoient aux deux tableaux de Nantes. Dans Bénézit, E. (Dictionnaire critique et documentaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs de tous les temps et de tous les pays par un groupe d'écrivains spécialistes français et étrangers, Paris, 1999, v. 8, p. 699) ce peintre est situé en Italie au XVIIe siècle en tant que peintre de fruits (sans l’évocation de l’école napolitaine).

6 Benoist, L., Ville de Nantes, Musée des Beaux-Arts, Catalogue et guide, Nantes, 1953, p. 181 [sans les reproductions]. Le conservateur du musée de Nantes remarque qu'il « est peu probable » que le nom présent sur l’une de ces natures mortes soit en vérité une signature et il ajoute : « Il n’existe pas d’artiste de ce nom et le prénom conviendrait au seul Spada ». [?].

7 Tecce, A., « Lionelli », dans La natura morta in Italia, sous la dir. de Zeri F., Porzio F., v. 2, Milan, 1989, p. 930.

8 Brejon de Lavergnée, A., Volle, N., Ménégaux, O., Musées de France, Répertoire des peintures italiennes du xviie siècle, Paris, 1988, p. 212. Sur Lionelli voir aussi Della Ragione, A., La natura morta napoletana del Settecento, Naples, 2010, p. 74-75.

9 Benoist L., op. cit. n. 6, p. 181.

10 Sarrazin, B., op. cit. n. 2, p. 207-208.

11  Elles sont conservées dans la documentation du musée nantais.

12 Brejon de Lavergnée, A., Volle, N., Ménégaux, O. , op. cit. n. 8, p. 212 ; dans la documentation du musée de Nantes se trouve une lettre de Madame Taussig, datée du 3 mars 1981, envoyée de Londres au directeur de cette institution. Une photographie du tableau y est jointe avec les dimensions : 97 x 122 cm. Madame Taussig voulait connaître la valeur de son tableau.

13 Salerno, L., Nuovi studi sulla natura morta italiana, Rome, 1989, p. 126-127.

14 Ibidem., p. 126.

15 Ibidem., p. 126, no 123 bis. 

16 Sotheby’s, Monaco, Importants Tableaux Anciens (Catalogue de vente), 15 et 16 juin 1990, p. 174-175, no 331 ; Lionelli y est mentionné sans prénom et « actif à Naples à la fin du xviie et au début du xviiie siècle ». Le prix : 130.000 - 160.000 FF. ; le fond du tableau a l’air d’être assez sombre. Dans la composition se distingue la grande tache orange et chaude d’une tranche de melon. La partie supérieure est enfoncée dans l’ombre où nous pouvons distinguer du raisin suspendu.

17 Sarrazin, B., op. cit. n. 2, p. 208.

18   http://fr.artprice.com/

19 1,02 x 1,57 m, Dorotheum à Vienne, 21 mars 2002.

20 1,03 x 0,75 m, Semenzato à Venise, 17-19 novembre 2000.

21 Le site du Getty Provenance Index Databases : http://piprod.getty.edu/starweb/pi/servlet.starweb.

22 Archivio di Stato, Naples, scheda 10, protocollo 12, ff. 365v-367v : « f.5v Dodici quadri piccoli di Fiori, e frutti, senza cornice, nuovi di Lionelli, di palmi due, qualli tutti li sudetti quadri in questa terza Anticamera sono proprij di detto Signor Don Ottaviano ».

23 Archivio di Stato, Naples, scheda 666, protocollo 50, ff. 290-291v : « f. I allegato un Anticamera di Quadri di frutti, e fiori, consistente in Quattro di 6 et 8 di brucolo vecchio. Quattro altri di 4 e 5 di Lionelli. » Cette information n’a pas été publiée ailleurs que sur le site du Getty. Le document est daté du 17 août 1737 et a été reporté par Antonio Delfino.

24 Dans l’inventaire de la collection de Domenico di Capua, baron de Strambone, rédigé à Naples le 13 mars 1718, sont mentionnés deux tableaux de Paolo Lionelli : « f. 8 Due altri con Pastore, e l’altro con Filosofo con cornice nera, ed oro di Paolo Lionelli ». Le document qui se trouve dans l’Archivio di Stato à Naples (scheda 10, protocollo 17, ff. 91v-92v) a été publié par Gérard Labrot en 1992 et est également disponible dans la base de données du Getty. Le Baron de Strambone possède aussi un important groupe de natures mortes du Spadino, de Gaetano Recco (peut-être Giacomo ou Giuseppe ?) et de Giovanni Battista Ruoppolo. De nombreuses autres natures mortes sont anonymes.

25 Dominici, B., de, Vite dei pittori, scultori e architetti napoletani, 3 vol., Naples, 1742-45.

26 Strazzullo, F., La corporazione dei pittori napoletani, Naples, 1962. L’auteur cite aussi des statuts de la congrégation datés de différentes époques. Ils sont très précieux pour la reconstruction des activités artistiques de l'institution.

27 Ibidem, p. 25-26. Lionelli est 26e, 29e et 50e préfet de la congrégation.

28 Archives de la Congrega dei Professori di Belle Arti, fol. 231. Dans le livre de Strazzullo, les pages comportant les reproductions photographiques des documents ne sont pas numérotées. L’autre document, publié également par Strazzullo, est intitulé « Memoria delli Nostri Fratelli Defonti dal Anno 1664 per tutto il tempo presente » et se trouve dans l’Archive della Congrega dei Professori di Belle Arti à Naples, fol. 235, 235 to, 236, 236 to. - C’est « Obituario della Corporazione dei Pittori napoletani dal 1664 per tutto il tempo presente » (jusqu’au 1728). Lionelli n’y est pas mentionné.

29 Ceci, G., « La corporazione dei pittori », Napoli Nobilissima, VII, Naples, 1898, p. 11 ; la date transcrite par Ceci est erronée. Lionelli est admis en 1695 comme nous le voyons sur la reproduction publiée par Strazzullo, et non pas en 1685. Strazzullo cite la date du document correctement, en 1695 (op. cit. n. 27, p. 29).

30 Je prépare un doctorat à l’École Pratique des Hautes Études sous la direction du professeur Michel Hochmann. Le sujet concerne l’école romaine et napolitaine de nature morte au xviie siècle et leurs échanges.

31 0,72 x 0,96 m, inv. 2985 ; 0,72 x 0,96 m, inv. 2995.

32   Sur Tibaldi voir Lorizzo, L., Pellegrino Peri. Il mercato dell’arte nella Roma barocca, Rome, 2010, p. 55-57.

33 Benoist, L., op. cit. n. 6, p. 108, p. 109.

34 Sarrazin, B., op. cit. n. 2, p. 212, 213, no 158, 159 ; Brejon de Lavergnée A., Volle N., Ménégaux O., op. cit., p. 145.

35 Safarik, E. A., « Invention and reality in Roman Still-Life Painting of the Seventeenth Century: Fioravanti and the Others », Life and the Arts in the Baroque Palaces of Rome, Ambiente barocco, New York-New Haven-Londres, 1999 ; Cottino, A., Natura silente. Nuovi studi sulla natura morta italiana, Turin, 2007, p. 29, 34 ; L'article de Keith Sciberras publié dans le volume des Bocchi 2005, p. 357-370 ; Trastulli, F., « Novità documentarie sulla figura di Francesco Noletti detto "Francesco Maltese", Strenna dei Romanisti, 2008, no 69, p. 693-704.

36 Cottino, A., op. cit. n. 36, p. 56, 60 et p. 54-55, ill. 38-41. Les trois tableaux de Matelica ont les mêmes dimensions 1,04 x 1,44 m.A propos de ces natures mortes, voir Antonelli, A., Matelica. Museo Piersanti, Bologna, 1998, p. 18-19, ill. XXI-XXII-XXIII.

37 Voir Gozzano, N., La quadreria di Lorenzo Onofrio Colonna, prestigio nobiliare e collezionismo nella Roma barocca, Rome, 2004, p. 222 et The Getty Provenance Index Databases : http://piprod.getty.edu/starweb/pi/servlet.starweb

38   Voir Lorizzo, L., op. cit., p. 55-57.

39 0,61 x 0,77 m., inv. 292.

40 Cottino, A., op. cit. , n. 36, p. 144, note 25.

41 Benoist, L., op. cit., n. 6, p. 171, n° 292.

42 Sarrazin, B., op. cit., n. 2, p. 266-267, no 217.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Alberto Lionelli, Nature morte au panier de fruits renversé, huile sur toile, 0,96 x 1,27 m, Musée des Beaux-Arts de Nantes, signée « Lionelli ».
Légende © Ville de Nantes - Musée des Beaux-Arts / Photographie : C. Clos
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/6989/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Fig. 2. Alberto Lionelli, Nature morte aux fruits et aux fleurs, huile sur toile, 1,01 x 1,32 m, Musée des Beaux-Arts de Nantes, n'est pas signée.
Légende © Ville de Nantes - Musée des Beaux-Arts / Photographie : C. Clos
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/6989/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Fig. 3. Alberto Lionelli, La nature morte de fruits et un oiseau (aigle?), huile sur toile, 1,02 x 1,57 m, Dorotheum à Vienne, 21 mars 2002.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/6989/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Fig. 4. Alberto Lionelli, La nature morte de pastèques, de raisins et un paon sur fond de paysage, huile sur toile, 1,02 x 1,57, Dorotheum à Vienne, 21 mars 2002.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/6989/img-4.png
Fichier image/png, 362k
Titre Fig. 5. Alberto Lionelli, La nature morte aux récipients de cuivre, huile sur toile, 1,03 x 0,75 m, Semenzato à Venise, novembre 2000,  signée en bas à droite « Lionelli ».
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/6989/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Fig. 6. Page 232 de la liste des artistes inscrits à la Congrégation des Saints Anne et Luc à Naples entre 1665 et 1728. Sous le numéro 121 figure Alberto Lionelli, Archive de la Congrega dei Professori di Belle Arti à Naples, fol. 231 (détail).
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/6989/img-6.png
Fichier image/png, 879k
Titre Fig. 7. Attribuée à Antonio Tibaldi, La nature morte avec des sucreries, une guitare, des argenteries, un perroquet sur une draperie rouge brodée, huile sur toile, 0,72 x 0,96 m, Musée des Beaux-Arts de Nantes.
Légende © Ville de Nantes - Musée des Beaux-Arts / Photographie : C. Clos
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/6989/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 552k
Titre Fig. 8. Attribuée à Antonio Tibaldi, La nature morte aux épaulières et aux brassards d'avant-bras, un vase d'argent sur une draperie rouge brodée, huile sur toile, 0,72 x 0,96 m, Musée des Beaux-Arts de Nantes.
Légende © Ville de Nantes - Musée des Beaux-Arts / Photographie : C. Clos
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/6989/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Titre Fig. 9. Antonio Tibaldi, La nature morte avec un tapis, une horloge et des argenteries, 1,04 x 1,44 m, Matelica, Museo Pietrasanti.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/6989/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 680k
Titre Fig. 10. Antonio Tibaldi, La nature morte avec un tapis, des armures, des argenteries et une partition musicale, dimensions inconnues, Museo Civico d'Arte Antica de Turin.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/6989/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 606k

Pour citer cet article

Référence papier

Michal Litwinowicz, « De nouvelles attributions de natures mortes du musée des Beaux-arts de Nantes. Lionelli et Tibaldi », in Blandine Chavanne, Chantal Georgel et Hélène Rousteau-Chambon (dir.), La Collection Cacault. Italie-Nantes, 1810-2010, Paris, INHA (« Actes de colloques »), 2016.

Référence électronique

Michal Litwinowicz, « De nouvelles attributions de natures mortes du musée des Beaux-arts de Nantes. Lionelli et Tibaldi », in Blandine Chavanne, Chantal Georgel et Hélène Rousteau-Chambon (dir.), La Collection Cacault. Italie-Nantes, 1810-2010, Paris, INHA (« Actes de colloques »), 2016, [En ligne], mis en ligne le 21 janvier 2016, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://inha.revues.org/6989

Auteur

Michal Litwinowicz

Doctorant à l’EPHE

Droits d’auteur

Tous droits réservés