Navigation – Plan du site
La Collection Cacault. Italie-Nantes, 1810-2010 - Blandine Chavanne, Chantal Georgel et Hélène Rousteau-Chambon (dir.)
Le monde de l'art au temps des Cacault

De Florence à Montpellier : le destin singulier de François-Xavier Fabre, collectionneur et fondateur du musée

Michel Hilaire

Texte intégral

Fig. 1. François-...Fig. 1. François-Xavier Fabre, Autoportrait, vers 1784, huile sur toile, 54 x 44 cm, Montpellier, musée Fabre, inv. 837.1.122.

Fig. 1. François-Xavier Fabre, Autoportrait, vers 1784, huile sur toile, 54 x 44 cm, Montpellier, musée Fabre, inv. 837.1.122.

© Musée Fabre - Montpellier Agglomération / Cliché F. Jaulmes

Fig. 2, François-...Fig. 2, François-Xavier Fabre, Portrait de Louise de Stolberg, comtesse d'Albany (1752-1824), vers 1796, huile sur toile, 32 x 25,5 cm (ovale), Montpellier, musée Fabre, inv. 825.1.89.

Fig. 2, François-Xavier Fabre, Portrait de Louise de Stolberg, comtesse d'Albany (1752-1824), vers 1796, huile sur toile, 32 x 25,5 cm (ovale), Montpellier, musée Fabre, inv. 825.1.89.

© Musée Fabre - Montpellier Agglomération
Photographie : F. Jaulmes

Fig. 3. Nicolas P...Fig. 3. Nicolas Poussin, Vénus et Adonis, vers 1626, huile sur toile, 74,5 x 112 cm, Montpellier, musée Fabre, inv. 825.1.171. Nicolas Poussin, Vénus et Adonis. Vue de Grottaferrata, vers 1626, huile sur toile, 75 cm x 199 cm, Montpellier, musée Fabre, inv. 825.1.171 et 2010.14.1.

Fig. 3. Nicolas Poussin, Vénus et Adonis, vers 1626, huile sur toile, 74,5 x 112 cm, Montpellier, musée Fabre, inv. 825.1.171. Nicolas Poussin, Vénus et Adonis. Vue de Grottaferrata, vers 1626, huile sur toile, 75 cm x 199 cm, Montpellier, musée Fabre, inv. 825.1.171 et 2010.14.1.

© Musée Fabre - Montpellier Agglomération
Photographie : F. Jaulmes

  • 1 Hilaire, M., Pellicer, L. (dir.), François-Xavier Fabre (1766-1837), de Florence à Montpellier, ca (...)
  • 2 Sur François-Xavier Fabre, on se reportera au travail pionnier de Pellicer, L., Le peintre Françoi (...)
  • 3 Girodet, Étude de vieillard ; Lethière, Enlèvement d’Octavie (Néron fait enlever Junie pendant la (...)
  • 4 Le 26 avril, Cacault cite les noms de Gauffier, Mérimée, Gagneraux, Desmarais, Corneille, Fabre. L (...)
  • 5 C’est l’actuel palais Masetti, 2, Lungarno Corsini.
  • 6 On sait par exemple qu’il vend un Saint François du Guide pour 150 sequins et un pendant de sa pro (...)
  • 7 Il fait par exemple six copies de la Vierge à la chaise et reçoit 80 sequins pour les deux premièr (...)
  • 8 Il ajoute volontiers un pendant à sa copie de Dughet et les deux vendus ensemble rapportèrent « be (...)
  • 9 Ce n’est que plus tard, après la mort de Gauffier en 1801, que Fabre achètera le beau Portrait de (...)
  • 10 Hilaire, M., « Italiam !, Italiam ! », dans François-Xavier Fabre, 2008, op. cit. n. 1, p. 53-54.
  • 11 Hilaire, M., dans De la Nature, 1996, op. cit. n. 3, nos 104-105, p. 153.
  • 12 Pellicer, L., op. cit. n. 2, p. 182.
  • 13 Ibid. ; et Le trait en majesté : dessins français du xviie siècle au musée Fabre, cat. expo. (Mont (...)
  • 14 Pellicer, L., op. cit. n. 2, p. 183.
  • 15  Zeder, O., De la Renaissance à la Régence : peintures françaises du musée Fabre, Paris, Somogy, 2 (...)
  • 16 Ce dernier tableau vient de faire l’objet d’une reconstitution grâce à l’achat par le musée, en 20 (...)
  • 17 Selon la comtesse d’Albany, « il l’a payé 50 sequins et l’a vendu 500 à un français qui achetait d (...)
  • 18 Voir Pellicer, L., op. cit. n. 2, p. 122-123 et p. 183 ; voir aussi Goguel, C., « La réception de (...)
  • 19  Pellicer, L., op. cit. n. 2, p. 182.
  • 20 Représenté par Dughet dont il crut posséder jusqu’à 11 tableaux. Voir Hilaire, M., dans François-X (...)
  • 21 Pellicer,  L., op. cit. n. 2, p. 149.
  • 22 Voir Hilaire, M., dans De la Nature, 1996, op. cit. n. 3, p. 117-118.
  • 23 Pellicer, L., op. cit. n. 2, p. 149.
  • 24 Entre autres, La Vision de Saül, La Mort de Narcisse, Portrait de Lady Charlemont, les portraits d (...)
  • 25 En 1805, Fabre achète pour la comtesse à Georg Hackert le Parc de l’Ariccia, près d’Albano, exécut (...)
  • 26 Ibid., p. 59 ; et voir Pellicer,  L., op. cit. n. 2, p. 200.
  • 27 Hilaire, M., dans De la Nature, 1996, op. cit. n. 3, n° 136, p. 164.
  • 28 Dès 1815, Scitivaux chargera le peintre de vendre « leur Raphaël » au musée Royal, ce qui sera cho (...)
  • 29 Voir Sécherre, H., « Les Marchands-collectionneurs à Paris : tableaux italiens », dans Le goût pou (...)
  • 30 En 1813 il est nommé Nuovo Academico in prima classe et Benvenuti s’adresse toujours à lui avec dé (...)

1Si depuis la rétrospective François-Xavier Fabre, présentée à Montpellier et à Turin en 2007-20081, la personnalité du peintre nous est désormais bien connue, celle du collectionneur comporte en revanche encore bien des zones d’ombre et mérite assurément une étude plus approfondie. La publication des actes du colloque, La collection Cacault Italie/Nantes 1810-2010, nous fournit l’occasion de revenir sur cet aspect de la carrière de Fabre2. Fils d’un obscur peintre de Montpellier, Fabre (fig. 1) fréquente les écoles gratuites de dessin de la Société des Beaux-Arts, fondée en 1779, puis intègre l’atelier de David à Paris en 1783. Victorieux du Grand Prix de peinture en 1787, il arrive à Rome la même année où il s’imposera peu à peu comme un des grands espoirs de la peinture française d’alors. En pleine Révolution, il triomphe au Salon de 1791 avec son Abel expirant, troisième académie masculine exécutée l’année précédente. Pensionnaire du roi, peu fortuné, Fabre se contente d’abord de négocier ou d’échanger avec ses camarades peintres des œuvres modestes, esquisses ou dessins, que l’on retrouvera plus tard dans la donation à la ville en 1825 et dans le legs de 18373. La carrière romaine, très prometteuse, de Fabre s’interrompt brutalement en janvier 1793 avec les émeutes à Rome et l’incendie de l’Académie. Le peintre se réfugie à Florence où l’on trouve mention de son nom à plusieurs reprises dans les listes établies par François Cacault, représentant français à Rome, et envoyées à Lebrun, ministre des Affaires étrangères4. À Florence, Fabre entre rapidement en contact avec deux des personnages les plus illustres de la ville, Vittorio Alfieri et son égérie, Louise de Stolberg (fig. 2), comtesse d’Albany et veuve du prétendant au trône d’Angleterre, qui lui ouvre son salon au palais Gianfigliazzi dans lequel elle vient de s’installer avec le poète5. En marge de son activité de peintre d’histoire mais surtout de portraitiste mondain, Fabre entame une activité de marchand6 et d’expert en œuvres d’art qui l’amènera naturellement à collectionner pour son propre compte. Peu à peu, il connaît une certaine aisance grâce à son activité de copiste, qui s’intensifie en 1797 et 1798, autour des noms de Raphaël7 et de Gaspard Dughet8 en provenance « de la Galerie » de Florence. Souvent sa collection s’enrichit au gré de ses relations d’amitié : Gauffier9 lui cède dans ces mêmes années un ensemble remarquable de dessins et d’esquisses sur le thème de l’abbaye de Vallombrosa, site fameux que les deux artistes avaient visité, et Castellan, de passage chez lui en 1798 et avec qui il se rend à Vallombrosa, lui fait cadeau d’un Paysage classique10. En relation avec les frères Hackert, vers 1803, pour des raisons commerciales, Fabre en profite pour acheter les grandes sépias qui s’échelonnent de 1782 à 1798 et que l’on retrouve dans la donation de 182511. Fabre montre aussi un intérêt précoce pour les gravures, en particulier de Poussin qu’il continuera de rechercher toute son existence. Selon le témoignage de la comtesse d’Albany, Fabre veut en acheter à bon compte : « On en trouve parfois dans les maisons des contadini à la campagne ; nous en avons trouvé aux environs de Florence. Ils ne savent pas ce qu’ils ont et les vendent12 ». Les goûts de Fabre pour la Renaissance italienne, particulièrement pour Raphaël mais aussi pour le classicisme français, incarné par Poussin, marquèrent en profondeur l’esprit de sa collection. S’il n’est pas toujours possible de savoir à quelle date il acquiert telle ou telle œuvre, on peut néanmoins apporter quelques précisions utiles : c’est probablement en 1798, lors de la dispersion de la collection d’un émigré à Florence, que Fabre se procure Les Bords du Tibre de Poussin provenant de la collection Mariette13. C’est sans doute à l’occasion de ses déplacements à Rome, chaque année à l’automne, que l’artiste put se procurer ses tableaux de Poussin dont le nombre ira croissant jusqu’à atteindre, selon lui, quatorze. En 1804, il ramène de Rome des livres, des estampes et des tableaux dont La Mort de sainte Cécile14, aujourd’hui anonyme, mais qui avait fait partie du célèbre cabinet du bailli de Breteuil, ambassadeur de Malte à Rome15. C’est aussi probablement à l’occasion de ces séjours sur lesquels on reste mal renseigné, qu’il put mettre la main sur les deux tableaux de Poussin : Paysage au satyre endormi et Paysage avec Vénus et Adonis16 (fig. 3) provenant de l’illustre collection de l’antiquaire et ami de l’artiste, Cassiano dal Pozzo. Peu à peu, grâce à ses relations, à sa culture, Fabre est parvenu à se faire un nom à Florence et on lui reconnaît un véritable talent d’expert, en particulier en ce qui concerne Raphaël. En 1802, il vend, en décuplant sa mise, à un intermédiaire français de Lucien Bonaparte, le Portrait du Fattore de Raphaël17. L’année suivante, Vivant Denon, directeur du Muséum à Paris, s’adresse à lui pour avoir un rapport sur l’état et l’estimation des quatre volumes de dessins de la collection de Filippo Baldinucci (1200 dessins) que proposait la famille Strozzi. Fabre s’acquitte scrupuleusement de sa tâche et en profite pour vendre au passage à Denon, une fois l’affaire quasiment conclue en 1805, deux tableaux de Bassano et de Rosselli provenant de la collection Pandolfini18. Pendant longtemps, Fabre s’est abandonné à Florence à « la fureur d’acheter et de vendre19 » sans trop se soucier des contours de sa propre collection, à quelques exceptions près comme les « souvenirs » d’amis peintres de sa jeunesse auxquels il attache une valeur affective, les tableaux ou gravures de Poussin, toujours avidement recherchés et qui viennent nourrir ses propres recherches de peintre, enfin bon nombre de petits tableaux de piété, d’origine florentine, de moindre valeur marchande, que l’on retrouvera plus tard dans la donation de 1825. Mais la collection suit aussi les propres évolutions de l’artiste, de plus en plus sensible dans son travail au paysage, non seulement à l’idéal classique du xviie siècle20, mais aussi aux recherches de ses contemporains. Son ami Didier Boguet lui sert souvent d’intermédiaire avec les paysagistes romains : en septembre 1812, il lui envoie un paysage de Matzeeff21 et lui-même enverra en 1815 une détrempe de sa main, Hercule au lac Stymphale, à charge pour Fabre d’y ajouter les figures22. Au printemps 1812, Fabre est en relation avec Reinhart qui lui envoie un tableau, lui propose un dessin de Poussin et échange avec lui des dessins et des estampes23. Vis-à-vis de la comtesse d’Albany, Fabre se comporte en conseiller et en ami, l’invitant par exemple en 1813 à faire l’acquisition des Souterrains de Saint-Martin-des-Monts par Granet. La collection de la comtesse, dont il héritera plus tard, reflète indéniablement les propres goûts de Fabre puisqu’on y trouve, outre ses propres œuvres24, bon nombre de paysagistes internationaux comme Gauffier, Hackert25 (fig. 4), Boguet, Chauvin, Reinhart, Voogd, Verstappen et quelques peintres nordiques plus anciens comme Schoevaerdts, Pynaker, Huysmans ou Van Bloemen26. Pour compléter ce panorama, signalons encore le beau Michallon, Philoctète dans l’île de Lemnos27, que Fabre achète directement à l’artiste lors de son voyage à Paris de 1822, alors que le projet de donation est désormais arrêté. Vers la fin de l’Empire, on peut penser que Fabre commence à trouver une sorte d’équilibre entre les œuvres conservées et les œuvres négociées, comme le prouve l’achat, en 1812, du chef-d’œuvre de Carlo Dolci, La Vierge au lys (fig. 5) et la vente, l’année suivante, au payeur général Charles-Sébastien Scitivaux, d’un Raphaël, Vierge à l’Enfant, qu’il restaure et assortit d’une étiquette pompeuse28. C’est principalement sur les conseils de Fabre que Scitivaux finit par rassembler à Florence une belle galerie de peintures estimée à plus de 50 000 écus en 181529. Plus le temps passe et plus on voit Fabre profondément enraciné à Florence, respecté par ses pairs30, consulté par les plus hautes autorités et jouissant de la confiance absolue de son amie Madame d’Albany. Quand il se voit offrir une place avantageuse à Paris, en 1814, il confie à son ami Clarke rallié au roi Louis XVIII :

  • 31 Pellicer, L., op. cit. n. 2, p. 154.

Mon existence ici est assez heureuse. J’ai accumulé beaucoup de choses en livres tableaux estampes, etc. J’ai une petite fortune placée par les meilleures maisons de Florence, mon déplacement serait dispendieux et il me faudrait quelque temps pour assurer mon petit pécule31.

Fig. 4. Jakob-Phi...Fig. 4. Jakob-Philipp Hackert, Le Parc de l'Ariccia, près d'Albano, 1804, huile sur toile, 65,5 x 97 cm, Montpellier, musée Fabre, inv. 825.1.135.

Fig. 4. Jakob-Philipp Hackert, Le Parc de l'Ariccia, près d'Albano, 1804, huile sur toile, 65,5 x 97 cm, Montpellier, musée Fabre, inv. 825.1.135.

© Musée Fabre - Montpellier Agglomération
Photographie : F. Jaulmes

Fig. 5. Carlo Dol...Fig. 5. Carlo Dolci, La Vierge au lys, 1642, huile sur toile, 80 x 67 cm (ovale), Montpellier, musée Fabre, inv. 825.1.45.

Fig. 5. Carlo Dolci, La Vierge au lys, 1642, huile sur toile, 80 x 67 cm (ovale), Montpellier, musée Fabre, inv. 825.1.45.

© Musée Fabre - Montpellier Agglomération
Photographie : F. Jaulmes

  • 32  Hilaire, M.,  Pellicer, L., « Rétrospective François-Xavier Fabre : bilan et perspectives », dans (...)
  • 33 Pellicer, L., op. cit. n. 2, p. 175.
  • 34  La valeur de l’État estimatif de 1825, rédigé par Fabre et certifié par le maire, joint en annexe (...)
  • 35 Thomas,L.-J., Les Fondateurs du Musée Fabre de Montpellier. Une femme, son roi, son poète et son p (...)
  • 36 La donation de 1825 comportait 224 tableaux, 26 dessins, 72 gravures, 4 marbres, 6 bronzes, 30 plâ (...)
  • 37 À la mort du cardinal Fesch en 1839, environ 16 000 tableaux figuraient dans l’inventaire après dé (...)
  • 38 Sarrazin, B., « Les collections italiennes de François Cacault », dans ibid., p. 254.
  • 39 350 tableaux ; voir Bartoli, R. , « Nuove considerazioni sulla raccolta di Lucien Bonaparte », dan (...)
  • 40 « Lucien ne veut pas porter sa collection au-delà de trois cents tableaux, mais il ne veut que des (...)
  • 41 Bronzino, Corrège, Raphaël, Penni, Titien, Honthorst, Reni, Rubens, Poussin, David, etc. Visitant (...)
  • 42 Fabre essaya en 1818 de convaincre le Louvre d’acquérir cette prestigieuse collection. Voir Goguel (...)
  • 43 Sarrazin, B., dans ibid., p. 258.
  • 44 Pellicer, L., op. cit. n. 2, p. 185.
  • 45 Ibid., p. 74.
  • 46 L’estimation de la collection Cacault en 1808 fait état de 26 anciens tableaux « très précieux de (...)
  • 47 Il Trecento riminese : maestri e botteghe tra Romagna e Marche, cat. expo. (Rimini, Museo della Ci (...)
  • 48 Fra Bartolomeo, Andrea del Sarto, Cesare da Sesto, Corrège, Jules Romain,  Daniel de Volterra, Par (...)
  • 49 Faré, M. -A., Baderou, H.,  Les Chefs-d’œuvre du Musée de Montpellier, cat. expo. (Paris, musée de (...)
  • 50 Renouvier, J., « Raphaël et Ghirlandajo », Revue du Midi, t. I, 1843, p. 83.
  • 51 Rendu à Raphaël dès 1862 alors que le tableau se trouvait en Angleterre dans la collection Holling (...)

2En 1816, son frère Henri, médecin, disparaît et la comtesse d’Albany le nomme héritier universel et exécuteur testamentaire. L’année suivante, il acquiert le palais Mazzei près de la porte San Frediano, sorte de préfiguration du musée de Montpellier32. L’idée d’une donation à sa ville natale doit se préciser de plus en plus dans son esprit et le voyage à Paris de 1822, accompagné de la comtesse, avec une halte à Montpellier sur le chemin du retour, a pour but de faire avancer ce projet qui lui tient à cœur malgré les réticences de ses amis, tel Bertin, directeur du Journal des débats, qui lui écrit : « Vous fonderez à Montpellier une très belle galerie, mais non pas des yeux pour la voir. La peinture succombera sous la médecine33. » Pour couronner une longue vie de confiance et de dévouement, la comtesse effectue une donation entre vifs, faisant de Fabre l’héritier de tous les objets mobiliers qui se trouvent dans le palais Gianfigliazzi. Après le décès de la comtesse le 29 janvier 1824, Fabre règle la succession et met son projet à exécution : dès le 5 janvier 1825, il adresse une lettre au maire de Montpellier, le marquis de Dax d’Axat : « Je possède en Italie, un nombre assez considérable de tableaux anciens et modernes, de livres, estampes, dessins et autres objets d’art, dont je me propose de faire hommage à la commune de Montpellier, ma ville natale34. » Il offre aussi sa bibliothèque, enrichie de celle de la comtesse et du poète, soit environ neuf mille volumes, et précise : « J’ai toujours désiré que cette collection ne fût point désunie, et j’ai pensé que le meilleur moyen d’assurer son intégrité serait de la consacrer à l’utilité publique35. » Quel regard porter aujourd’hui sur cette collection ? Tout d’abord le nombre relativement modeste des pièces qui la composent36. Rien de comparable évidemment avec ce que l’on peut observer par exemple à la même époque chez le Cardinal Fesch37 ou même chez François Cacault qui, sur une trentaine d’années, put rassembler mille cent peintures38. Le nombre de tableaux réunis par Fabre se rapproche plutôt de celui de la collection de Lucien Bonaparte39, à la différence près que ce dernier, beaucoup plus fortuné, ne visait que l’excellence40 et la recherche de grands noms reconnus des écoles européennes, en particulier italienne41. Malgré une confortable fortune constituée au fil du temps grâce à son activité de marchand et d’expert, il semble que Fabre n’ait jamais pu disposer des sommes nécessaires à l’achat de tableaux provenant de collections illustres, celles des Giustiniani à Rome ou des Ricardi à Florence qui venaient alimenter au même moment celle de Lucien Bonaparte notamment. Personnalité incontournable du milieu florentin d’alors, Fabre servait le plus souvent d’intermédiaire, comme dans le cas de la collection Strozzi ou encore de celle du marquis Gerini, bien connue et gravée, qu’il propose au Louvre42, se contentant seulement de sauver pour lui-même quelques rares chefs-d’œuvre, il est vrai de très haute qualité. Le collectionnisme de Fabre se rapproche plus, en ce qui concerne la durée et les moyens mis en œuvre, du collectionnisme de Cacault, fonctionnaire d’origine relativement modeste qui se plaignit toute sa vie de ses faibles émoluments et dut se contenter le plus souvent d’œuvres anonymes ou encore peu appréciées sur le marché43. Mais que peut-on dire des goûts de Fabre au vu de sa collection ? D’abord, la part écrasante qui revient à la peinture italienne : elle concerne près de la moitié de la donation, et du vivant de Fabre, plus du tiers des tableaux accrochés au musée relèvent de cette école44. On constate d’emblée la très faible part des primitifs dans la collection. On peut s’en étonner car il fut pourtant proche du cercle romain de Jean-Baptiste Seroux d’Agincourt, qui vit à Rome depuis 1779, que fréquentent la comtesse d’Albany45, Cacault et son secrétaire Artaud de Montor46. La donation de 1825 ne signale que La Mort d’une sainte de Giotto, fragment de retable rendu par la critique moderne à Pietro da Rimini47. Pour la Renaissance, à côté d’œuvres de qualité contestable et souvent attribuées de façon flatteuse48, c’est surtout le nom de Raphaël qui retient l’attention. Le bilan s’avère là encore relativement décevant : le fameux Portrait de jeune homme que Fabre tenait pour un original du maître, qu’il aurait refusé de céder au frère puîné du roi de Prusse49 et même au duc de Toscane50, est aujourd’hui rendu unanimement à Andrea del Brescianino. Le Portrait de Laurent de Médicis présenté par Fabre dans la Notice des tableaux de 1828 comme le tableau « cité par Vasari, dans la vie de ce grand peintre […] égaré pendant plus de deux siècles ; […] heureusement retrouvé à Florence il y a environ deux ans », est considéré aujourd’hui comme une copie ancienne de l’original, récemment passé en vente51.

Fig. 6. Raffaello...Fig. 6. Raffaello Sanzio, dit Raphaël, Buste d'homme penché en avant - Étude pour La Dispute du Saint Sacrement, vers 1508 - 1509, plume et encre brune sur un tracé à la pointe métallique et sur des incises éparses au stylet sur papier crème,  Montpellier, musée Fabre, inv. 825.1.275.

Fig. 6. Raffaello Sanzio, dit Raphaël, Buste d'homme penché en avant - Étude pour La Dispute du Saint Sacrement, vers 1508 - 1509, plume et encre brune sur un tracé à la pointe métallique et sur des incises éparses au stylet sur papier crème,  Montpellier, musée Fabre, inv. 825.1.275.

© Musée Fabre - Montpellier Agglomération
Photographie : F. Jaulmes

  • 52 Signalée dès le xviie siècle parmi les beautés de la ville de Florence, elle fut acquise en 1829 p (...)
  • 53 Outre un médiocre Portrait d’homme de Titien, on signalera de Jacopo Bassano un beau Juda et Thama (...)
  • 54 Notamment un superbe cuivre d’Alessandro Allori, Saint Jean-Baptiste dans le désert, de 1586, et d (...)
  • 55 Outre le Repos pendant la fuite en Égypte, vendu à Denon, déjà cité, la Notice des tableaux et aut (...)
  • 56 Il s’agit d’un Père éternel dans sa gloire soutenu par un groupe d’anges, ibid., n° 140, p. 29.
  • 57 Ibid., n° 56, p. 16.
  • 58 Le tableau de Gigoli, de même que celui de Cristofano Allori, Judith, furent en effet des œuvres i (...)
  • 59 Voir Seicento : le siècle de Caravage dans les collections françaises, cat. expo. (Paris, Grand Pa (...)
  • 60 Signé et daté 1642 ; voir Baldassari, F., Carlo Dolci, Turin, Artema, 1995, n° 34, p. 70-71, repr.
  • 61 Goguel, C., dans Le goût pour la peinture italienne autour de 1800, 2006, op. cit. n. 18, p. 316.
  • 62 Tableau non retenu par Francesca Baldassari qui l’attribuait à Alessandro Loni, Francesca Baldassa (...)
  • 63 Fabre attribuait à Agostino Carracci une Sainte famille (825.1.24) qu’il convient de rendre désorm (...)
  • 64 On mentionnera un petit tableau à l’iconographie rare, la Sainte Famille de Mola, sans doute premi (...)
  • 65 Voir Loire, S., Le Guerchin en France, cat. expo (Paris, musée du Louvre), Paris, RMN, 1990, n° 4, (...)
  • 66 Ce tableau, acheté par Fabre à l’occasion d’un voyage à Rome en 1811, sera prisé 4500 francs dans (...)
  • 67 Classicismo e Natura : la lezione di Domenichino, cat. expo. (Rome, Musei Capitolini), Rome, Edito (...)
  • 68 Durant les huit ans passés à Naples, Cacault put se procurer des œuvres remarquables, comme Saint (...)

3L’admirable Étude d’homme penché en avant pour la Dispute du Saint Sacrement (fig. 6), donnée en 1825, ainsi que le carton pour la fameuse Madone Tempi52, légué en 1837, compenseront avantageusement l’ensemble dédié à cet artiste phare pour la formation et les conceptions artistiques du collectionneur. Fabre s’intéresse occasionnellement à la peinture vénitienne53 et ce n’est qu’après son retour à Florence, en mai 1825, qu’il put acheter au marquis Gerini son superbe Mariage mystique de sainte Catherine d’Alexandrie de Véronèse accroché de son vivant au musée. À la différence de Cacault, Fabre s’intéresse à l’école florentine et cela s’explique tout d’abord par son inclination naturelle envers le classicisme mais aussi par son installation durable en Toscane. Dans la donation figure les noms des Allori, père et fils54, de Rosselli55, de Volterrano56, mais surtout de Cigoli et de Carlo Dolci. Fabre offre, en 1825, un Ecce Homo de Cigoli qui est selon lui « une répétition de celui qui existe à Florence dans le palais Pitti57 ». Ce tableau de très grande qualité, peut-être de la main de Bilivert, permettait de voir à Montpellier de façon durable une composition désormais célèbre puisque l’original avait été montré au Louvre de 1799 à 1815 avant d’être restitué par les inspecteurs florentins à la Galleria Pallatina58. Fabre continua de rechercher des tableaux florentins et le legs de 1837 comprend une autre version, là encore de très belle qualité, de la Fuite en Égypte de Cigoli, petit tableau marquant dans l’œuvre de l’artiste59. Fabre fit aussi entrer dans les collections de Montpellier le chef-d’œuvre de Carlo Dolci, provenance probable de la collection Gerini, La Vierge au lys60, pendant longtemps le plus important tableau de ce maître conservé en France61. Parmi les quatre autres œuvres de cet artiste dans la donation, on signalera encore un beau Christ, Sauveur du monde62. Comme on pouvait s’y attendre, Fabre montre de l’intérêt pour le classicisme bolonais et romain et l’on retrouve dans la donation tous les grands noms de cette école depuis les trois Carrache63 jusqu’à l’Albane, Reni, Le Dominiquin mais aussi Mola64 et Grimaldi. Là encore, à côté d’un grand nombre d’attributions incertaines, on mentionnera quelques œuvres de belle facture comme le Saint François en méditation du Guerchin, vers 162065, ou encore le Paysage avec le sermon sur la montagne du Dominiquin, auquel Fabre attachait une grande importance66 et que l’on attribue aujourd’hui à Grimaldi ou à Bonzi67. À la différence de Cacault, très attaché au naturalisme italien et qui séjourna durablement à Naples68, Fabre montra très peu d’intérêt pour ce courant.

Fig. 7. Jusepe de...Fig. 7. Jusepe de Ribera, Sainte Marie l'Égyptienne, 1641, huile sur toile, 132 x 108 cm, Montpellier, musée Fabre, inv. 837.1.27.

Fig. 7. Jusepe de Ribera, Sainte Marie l'Égyptienne, 1641, huile sur toile, 132 x 108 cm, Montpellier, musée Fabre, inv. 837.1.27.

© Musée Fabre - Montpellier Agglomération
Photographie : F. Jaulmes

  • 69 Signalons notamment un Saint Marc évangéliste attribué à Caravage ou encore La Source purgative de (...)
  • 70 Fabre léguera en 1837 une Sainte famille de Luca Giordano datant de 1685, plutôt marquée par la le (...)
  • 71 Chiarini, M., « Filippo Napoletano e i suoi », Artista, n° 1 (1989), p. 178-179, fig. 2.
  • 72 Barbolani di Montauto, N., Pandolfo Reschi, Florence, Edifir, 1996, n° 44, p. 37, repr. p. 142.
  • 73 Voir Antonio Francesco Peruzzini, cat. expo. (Ancona, Mole Vanvitelliana), Milan, Electa, 1997, n° (...)
  • 74 Voir Adam Elsheimer (1578-1610), cat. expo. (Francfort, Städelsches Kunstinstitut / Édimbourg, Nat (...)
  • 75 On signalera notamment de Vicenzo Camuccini, Jeunes femmes et enfants (837.1.187), de Pietro Benve (...)
  • 76 On soulignera ici les liens d’amitié entre Cacault et Canova, comme l’atteste le Chevalier croisé (...)

4Si l’on trouve dans sa collection des œuvres marquées par cette esthétique, c’est comme par accident69, à l’exception notoire, là encore, de l’admirable Sainte Marie l’Égyptienne (fig. 7) de Ribera achetée dans la collection du marquis Gerini une fois conclue la donation avec la ville de Montpellier70. À ce stade, on peut légitimement s’interroger sur la valeur exacte pour le collectionneur de toute une série de tableaux qu’il ramène à Montpellier, marqués par un certain goût naturaliste. Simples lots ? Vestiges de son fonds de marchand ? Plusieurs tableaux, longtemps ignorés et maintenus en réserve, ont suscité ces dernières décennies un regain d’intérêt de la part des chercheurs, tels les Ruines des thermes de Caracalla de Filippo Napoletano71, le Paysage de Salvator Rosa, la Bataille de Pandolfo Reschi72 ou encore Jonas rejeté par la baleine de Peruzzini73. Parfois se détachent aussi des œuvres plus rares, d’une belle qualité picturale comme le Saint Laurent d’Adam Elsheimer74 ou encore la Mise au tombeau de Pasquale Ottino, tous deux sur cuivre. En ce qui concerne le fonds italien, il convient de noter encore l’absence quasi-totale de néoclassiques florentins et romains, à part quelques rares dessins75. Seul Canova, avec qui Fabre entretient des liens d’amitié76, échappe à cette règle.

Fig. 8. Gaspard D...Fig. 8. Gaspard Dughet, Paysage idéalisé, vers 1660, huile sur toile, 51 x 66 cm, Montpellier, musée Fabre, inv. 825.1.99.

Fig. 8. Gaspard Dughet, Paysage idéalisé, vers 1660, huile sur toile, 51 x 66 cm, Montpellier, musée Fabre, inv. 825.1.99.

© Musée Fabre - Montpellier Agglomération
Photographie : F. Jaulmes

  • 77 Hilaire, M., dans Guide Musée Fabre, Paris, RMN, 2006, n° 108, p. 120.
  • 78 Parmi les Poussin on dénombre huit paysages.
  • 79 Sur les onze Dughet que possède Fabre, on ne retient plus aujourd’hui que le Paysage idéalisé, ver (...)
  • 80 Nous renvoyons à l’étude récente de Gilles, M., dans Le trait en majesté, 2010, op. cit. n. 13, p. (...)
  • 81 Fabre se montre dans l’ensemble modeste et discret même s’il estime 3000 francs son Abel expirant (...)
  • 82 André Joubin déclarait : « Sans vouloir pousser au paradoxe ni rabaisser la valeur de ces collecti (...)
  • 83 Tableaux flamands et hollandais du Musée Fabre, 1998, op. cit. n. 69, n° 44, p. 159-162, repr.

5En plus du superbe Portrait du sculpteur Canova de 1812, la Tête de Muse77, datée de 1811, cadeau du sculpteur à la comtesse d’Albany en remerciement de la commande du tombeau du poète Alfieri à Santa Croce, échoit donc à Fabre en 1824, au décès de son amie. On le sait, Fabre voue un culte à Poussin78 et à son beau-frère Gaspard Dughet79 (fig. 8). En 1828, on trouve sur les cimaises du musée un grand nombre d’œuvres attribuées à ces deux peintres : ils marquèrent, chacun à leur manière, son évolution de peintre d’histoire mais aussi de paysagiste. Le reste du fonds français du xviie siècle paraît quelque peu décevant malgré la présence de grands noms comme Bourdon, Le Sueur, Le Brun ou Jouvenet. Après son installation définitive à Montpellier, Fabre aura l’occasion de faire entrer au musée quelques beaux tableaux comme l’Allégorie de la Prudence de Vouet ou le Paysage au pâtre jouant de la flûte de La Hyre. Le legs de 1837 complétera ce panorama par une série d’admirables dessins de Mellin, Le Sueur, Bourdon, Testelin, Le Brun et Poussin avec la célèbre Étude pour la Pénitence de la seconde série des Sacrements achetée localement au peintre Charles Matet80. Mais ce qui fait encore aujourd’hui incontestablement l’originalité du musée de Montpellier, c’est l’ensemble, unique dans le contexte des musées français, d’œuvres néoclassiques, de Fabre lui-même81 et de ses contemporains, en particulier paysagistes, que Fabre eut l’occasion de côtoyer durant son long séjour en Italie82. Moins attiré par les écoles nordiques, Fabre donna néanmoins quelques œuvres remarquables avec en premier lieu un bel ensemble de paysagistes italianisants (F. de Moucheron, Van Bloemen, De Heusch) mais aussi des œuvres plus rares et inattendues comme le Paysage montagneux de Roelant Roghman83, accroché au musée en 1828 mais légué seulement en 1837. Conscient d’ailleurs des lacunes que comportait sa collection, Fabre n’eut de cesse, surtout une fois la donation réalisée, de compléter ce fonds afin de renforcer la cohérence du musée.

Fig. 9. Cornelis ...Fig. 9. Cornelis de Heem, Nature morte de fruits et de fruits de mer, 1659, huile sur bois, 46,5 x 64,4, Montpellier, musée Fabre, inv. 837.1.38.

Fig. 9. Cornelis de Heem, Nature morte de fruits et de fruits de mer, 1659, huile sur bois, 46,5 x 64,4, Montpellier, musée Fabre, inv. 837.1.38.

© Musée Fabre - Montpellier Agglomération
Photographie : F. Jaulmes

Fig. 10. Sébastie...Fig. 10. Sébastien Bourdon, L'Homme aux rubans noirs, vers 1657 - 1658, huile sur toile, 108,5 x 89,5 cm, Montpellier, musée Fabre, inv. 836.2.1.

Fig. 10. Sébastien Bourdon, L'Homme aux rubans noirs, vers 1657 - 1658, huile sur toile, 108,5 x 89,5 cm, Montpellier, musée Fabre, inv. 836.2.1.

© Musée Fabre - Montpellier Agglomération
Photographie : F. Jaulmes

  • 84 Ibid. pour tous ces achats, et voir aussi notre introduction p. XII.
  • 85 Hilaire, M., dans François-Xavier Fabre, 2008, op. cit. n. 1, n° 148, p. 309.
  • 86 Pellicer, L., op. cit. n. 2, p. 236.

6Avant de rentrer à Florence au printemps 1825, Fabre achète un bel ensemble d’œuvres provenant du cabinet du marquis de Masclary avec entre autres trois belles natures mortes d’Otto Marseus van Schrieck, de Cornelis de Heem (fig. 9), de Melchior d’Hondecoeter ainsi qu’un Greuze et un Teniers. Une fois rentré à Florence, il se procurera le Gibier mort dans un paysage de Jan Weenix ainsi que le beau Paysage d’Italie d’Isaac de Moucheron, datant de 1698. Chaque fois que l’occasion se présentera, Fabre, alors directeur du musée, cherchera à enrichir la collection, notamment à partir de 1829, grâce à la rente de Jean-Pierre Collot : en 1832 l’Intérieur rustique de Ryckhals, en 1833 le Portrait de Frans Francken l’Ancien de Rubens et en 1835 l’imposante Chasse au sanglier de Hondius84. Durant ces années, Fabre eut le loisir de préciser les contours de sa collection en se portant acquéreur d’œuvres, souvent de qualité, soit sur les crédits municipaux, soit sur ses propres deniers. Ainsi en 1829, année particulièrement féconde, on le voit racheter son propre Œdipe à Colone, paysage historique de 180885, acquérir le Portrait du médecin Leroy de son maître David, les deux superbes pendants de Vincent, Bélisaire demandant l’aumône et Alcibiade recevant les leçons de Socrate, et l’année suivante, sur la rente Collot, un Largillière, un Rigaud, un Monnoyer et un Subleyras86. En 1836, il achètera ce qui constitue un des grands chefs-d’œuvre du musée et un des plus beaux portraits du Grand Siècle, le fameux Homme aux rubans noirs (fig. 10) de son compatriote Sébastien Bourdon.

  • 87 En particulier une belle série de morceaux de réception à l’Académie royale de peinture et de scul (...)
  • 88 Voir Joubin, A., « Le centenaire du musée Fabre », Revue des deux mondes, 1929, T. XLIX, p. 669.

7Fabre fut donc un bon conservateur, passionné jusqu’à la fin par l’œuvre qu’il avait fondée à Montpellier et qui devait faire passer son nom à la postérité. Même s’il lui est arrivé de se tromper, on peut affirmer cependant que son rôle dans l’édification du musée de Montpellier apparaît encore aujourd’hui prépondérant. Il sut transformer une petite galerie municipale, encore modeste, en un véritable musée dont la renommée s’étendit bien au-delà des frontières de la région. Ses tableaux français et italiens qui vinrent, selon le propre vœu du peintre, si heureusement se mêler au fonds municipal déjà existant87 procurèrent d’emblée à la jeune institution une légitimation historique, à l’instar d’autres grandes collections publiques françaises. L’apport de Fabre dans le domaine du néoclassicisme apparaît majeur comme l’avait déjà souligné André Joubin en 1929 : « ce petit groupe de petits maîtres de l’époque napoléonienne que nulle part on n’étudiera mieux qu’à Montpellier88 ». Ce geste généreux provoqua de nombreux dons, modestes et isolés, ou plus spectaculaires (comme l’Été et l’Hiver de Houdon offerts par Creuzé de Lesser, préfet de l’Hérault, en 1828), mais surtout permit d’attirer à Montpellier d’autres donations : celle de l’agent de change Antoine Valedau en 1836 (principalement centrée sur les écoles du nord) et celle du banquier montpelliérain Alfred Bruyas, largement ouverte sur l’art de son temps autour de Delacroix et Courbet. Tous avoueront vouloir s’associer aux vues généreuses du fondateur du musée dont la carrière singulière et presque toute italienne permit de constituer à Montpellier une des plus belles et attachantes collections que l’on puisse voir en France, en dehors de Paris.

Notes

1 Hilaire, M., Pellicer, L. (dir.), François-Xavier Fabre (1766-1837), de Florence à Montpellier, cat. expo. (Montpellier, musée Fabre / Turin, Galleria d’arte moderna e contemporanea), Paris, Somogy, 2008.

2 Sur François-Xavier Fabre, on se reportera au travail pionnier de Pellicer, L., Le peintre François-Xavier Fabre (1766-1837), thèse de Doctorat d’État, dir. Jacques Thuillier, université Paris IV-Sorbonne, 1982 ; sur Fabre collectionneur, on consultera aussi Michel Hilaire, « Fabre, collectionneur et donateur », Hilaire, M., Pellicer, L., François-Xavier Fabre peintre et collectionneur, Faton, l’Estampille-l’Objet d’art, numéro spécial 2H, 2000, p. 78-94.

3 Girodet, Étude de vieillard ; Lethière, Enlèvement d’Octavie (Néron fait enlever Junie pendant la nuit, selon Fabre) ; Meynier, Timophane et Timoléon ; Mérimée, Vertumne et Pomone ; Desmarais, Horace tuant Camille (esquisse pour le Grand Prix de 1785) ; on sait qu’en 1790, Fabre se procure une Étude de tête de jeune homme de son maître David et plusieurs dessins de Girodet, Lethière, Meynier et sans doute aussi de Gauffier, dont vraisemblablement Une ville imaginaire ; voir De la Nature : paysages de Poussin à Courbet dans les collections du musée Fabre, cat. expo. (Montpellier, musée Fabre), Montpellier/Paris, RMN, 1996, n° 86, p. 146.

4 Le 26 avril, Cacault cite les noms de Gauffier, Mérimée, Gagneraux, Desmarais, Corneille, Fabre. Le 13 juillet, Fabre fait partie de la nouvelle liste des pensionnaires « peu pressés de revenir ». En 1795, Cacault, réclamera l’indulgence pour ces hommes « mous, craintifs » qui ont peut-être prêté serment contre la Convention ; toutefois Fabre « s’est rangé du côté des royalistes d’une manière indigne ». Le 24 janvier 1797, Cacault, dans un nouveau rapport sur les Français restés à Florence, parle avec regret de ces « hommes faits et formés qui n’ont plus rien à acquérir en Italie ; ils y restent pour ne pas aller à Paris mourir de faim ». Voir François-Xavier Fabre, 2008, op. cit. n. 1, p. 432.

5 C’est l’actuel palais Masetti, 2, Lungarno Corsini.

6 On sait par exemple qu’il vend un Saint François du Guide pour 150 sequins et un pendant de sa propre main, Sainte Madeleine consolée par les anges pour 140 sequins ; voir Pellicer, L., op. cit. n. 2, p. 88.

7 Il fait par exemple six copies de la Vierge à la chaise et reçoit 80 sequins pour les deux premières et 100 pour les suivantes. Il copie sans doute aussi la Madone du Grand Duc, ibid., p. 91.

8 Il ajoute volontiers un pendant à sa copie de Dughet et les deux vendus ensemble rapportèrent « beaucoup d’argent », ibid.

9 Ce n’est que plus tard, après la mort de Gauffier en 1801, que Fabre achètera le beau Portrait de Van Wyck Coklers de 1797.

10 Hilaire, M., « Italiam !, Italiam ! », dans François-Xavier Fabre, 2008, op. cit. n. 1, p. 53-54.

11 Hilaire, M., dans De la Nature, 1996, op. cit. n. 3, nos 104-105, p. 153.

12 Pellicer, L., op. cit. n. 2, p. 182.

13 Ibid. ; et Le trait en majesté : dessins français du xviie siècle au musée Fabre, cat. expo. (Montpellier, musée Fabre), Paris, Somogy, 2010, n° 125, p. 202.

14 Pellicer, L., op. cit. n. 2, p. 183.

15  Zeder, O., De la Renaissance à la Régence : peintures françaises du musée Fabre, Paris, Somogy, 2011, n° 82, p. 141-143, repr.

16 Ce dernier tableau vient de faire l’objet d’une reconstitution grâce à l’achat par le musée, en 2010, de la partie gauche dans une collection privée à New York, Paysage avec un Dieu fleuve. Le tableau réuni s’intitule aujourd'hui Vénus et Adonis. Vue de Grottaferrata (inv. 825.1.171 et 2010.14.1).

17 Selon la comtesse d’Albany, « il l’a payé 50 sequins et l’a vendu 500 à un français qui achetait des tableaux pour Lucien Bonaparte » (Lettre, 17 novembre 1802) ; voir Pélissier, L. G., Lettres inédites de la comtesse d’Albany à ses amis de Sienne (1797-1820), Toulouse, 1912, p. 27. Ce portrait de Giovanni Francesco Penni, dit Il Fattore, élève de Raphaël, est aujourd’hui perdu ; voir Edelein-Badie,B.,  La Collection de tableaux de Lucien Bonaparte, prince de Canino, Paris, RMN, 1997, p. 247, repr. En 1803, Lethière qui sert d’intermédiaire s’adresse à Fabre pour tenter d’acquérir Abel expirant dont Lucien avait vu l’esquisse mais que malheureusement Fabre ne possède plus. Fabre ne récupérera son tableau, succès du Salon de 1791, qu'en 1816 et l’inclura dans la donation de 1825, ibid., p. 129.

18 Voir Pellicer, L., op. cit. n. 2, p. 122-123 et p. 183 ; voir aussi Goguel, C., « La réception de la peinture florentine du xviie siècle en France dans la première moitié du xixe siècle », dans Le goût pour la peinture italienne autour de 1800, prédécesseurs, modèles et concurrents du cardinal Fesch, actes de colloque, Ajaccio, musée Fesch, 2006, p. 316. L’auteur y publie la lettre de Fabre à Denon du 18 octobre 1805. Les deux tableaux sont Portrait de Giovanni Bologna attribué à Jacopo Bassano, déposé à Douai, et Repos pendant la fuite en Égypte, attribué à Matteo Rosselli, déposé au musée national du Château de Fontainebleau.

19  Pellicer, L., op. cit. n. 2, p. 182.

20 Représenté par Dughet dont il crut posséder jusqu’à 11 tableaux. Voir Hilaire, M., dans François-Xavier Fabre, 2008, op. cit. n. 1, p. 57-58 ; le goût pour Dughet se retrouve aussi dans une moindre mesure chez Ingres, voir Viguier, F., Les peintures anciennes (xive - xviiie siècles), Montauban, musée Ingres, 1993, nos 36-39, p. 39.

21 Pellicer,  L., op. cit. n. 2, p. 149.

22 Voir Hilaire, M., dans De la Nature, 1996, op. cit. n. 3, p. 117-118.

23 Pellicer, L., op. cit. n. 2, p. 149.

24 Entre autres, La Vision de Saül, La Mort de Narcisse, Portrait de Lady Charlemont, les portraits d’Alfieri, etc.

25 En 1805, Fabre achète pour la comtesse à Georg Hackert le Parc de l’Ariccia, près d’Albano, exécuté en 1804 par Philipp Hackert ; voir Hilaire, M., dans François-Xavier Fabre, 2008, op. cit. n. 1, p. 55, p. 57.

26 Ibid., p. 59 ; et voir Pellicer,  L., op. cit. n. 2, p. 200.

27 Hilaire, M., dans De la Nature, 1996, op. cit. n. 3, n° 136, p. 164.

28 Dès 1815, Scitivaux chargera le peintre de vendre « leur Raphaël » au musée Royal, ce qui sera chose faite en 1821. C’est sans doute ce tableau que Seroux d’Agincourt salue comme une « merveilleuse découverte » de Fabre dans une lettre adressée à la comtesse d’Albany le 2 janvier 1814 ; voir Le portefeuille de la comtesse d’Albany (1806-1824), éd. par Léon Gabriel Pélissier, Paris, Fontemoing, 1902, p. 186.

29 Voir Sécherre, H., « Les Marchands-collectionneurs à Paris : tableaux italiens », dans Le goût pour la peinture italienne autour de 1800, 2006, op. cit. n. 18, p. 301 n. 3.

30 En 1813 il est nommé Nuovo Academico in prima classe et Benvenuti s’adresse toujours à lui avec déférence. Fabre apparaît en portraitiste officiel dans le grand tableau de Benvenuti, La Grande duchesse Élisa et sa cour, conservé aujourd’hui au musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.

31 Pellicer, L., op. cit. n. 2, p. 154.

32  Hilaire, M.,  Pellicer, L., « Rétrospective François-Xavier Fabre : bilan et perspectives », dans François-Xavier Fabre et son temps, actes de colloque, Montpellier, musée Fabre, 2008, p. 31.

33 Pellicer, L., op. cit. n. 2, p. 175.

34  La valeur de l’État estimatif de 1825, rédigé par Fabre et certifié par le maire, joint en annexe à l’acte de donation, s’élève à 398.558 francs ; voir Pellicer, L., op. cit. n. 2, p. 177.

35 Thomas,L.-J., Les Fondateurs du Musée Fabre de Montpellier. Une femme, son roi, son poète et son peintre, Montpellier, Coulet, 1928, p. 72-75.

36 La donation de 1825 comportait 224 tableaux, 26 dessins, 72 gravures, 4 marbres, 6 bronzes, 30 plâtres, 11 objets divers ; le legs de 1837 comportait quant à lui 104 tableaux, 104 dessins encadrés, 57 gravures encadrées, 2 marbres, 28 plâtres, 34 objets d’art et un très grand nombre de dessins en portefeuille.

37 À la mort du cardinal Fesch en 1839, environ 16 000 tableaux figuraient dans l’inventaire après décès. Voir Costamagna, P., « Données historiques de la collection Fesch », dans Le goût pour la peinture italienne autour de 1800, 2006, op. cit. n. 18, p. 21.

38 Sarrazin, B., « Les collections italiennes de François Cacault », dans ibid., p. 254.

39 350 tableaux ; voir Bartoli, R. , « Nuove considerazioni sulla raccolta di Lucien Bonaparte », dans ibid., p. 107.

40 « Lucien ne veut pas porter sa collection au-delà de trois cents tableaux, mais il ne veut que des chefs-d’œuvre ; ainsi elle deviendra unique, non seulement à Rome, mais peut-être en Europe », Kotzbue, A. von,  Souvenirs d’un voyage en Livonie, à Rome et à Naples, vol. IV, Paris, Barba, 1806, p. 149.

41 Bronzino, Corrège, Raphaël, Penni, Titien, Honthorst, Reni, Rubens, Poussin, David, etc. Visitant cette collection, la comtesse d’Albany écrira : « J’ai vu la collection de tableaux de Lucien Bonaparte. Il a les Carracci de la maison Giustiniani qui sont admirables. Celui d’Annibal est le plus beau. Il a de la même maison, le Massacre des Innocents du Poussin, une Bacchanale de Rubens et une infinité de chefs-d’œuvre […]. Il y en a environ une centaine, sans compter ceux qu’il a emportés et qui n’étaient rien moins que de Raphaël », cité par Moralès, R., La comtesse d’Albany et le monde des arts en Italie, de l’Ancien Régime à la Restauration, thèse de doctorat, dir. Laure Pellicer, université Paul-Valéry, Montpellier III, 1999, vol. I, p. 116.

42 Fabre essaya en 1818 de convaincre le Louvre d’acquérir cette prestigieuse collection. Voir Goguel, C., dans Le goût pour la peinture italienne autour de 1800, 2006, op. cit. n. 18, p. 314.

43 Sarrazin, B., dans ibid., p. 258.

44 Pellicer, L., op. cit. n. 2, p. 185.

45 Ibid., p. 74.

46 L’estimation de la collection Cacault en 1808 fait état de 26 anciens tableaux « très précieux de l’origine de la peinture », Sarrazin, B., dans Le goût pour la peinture italienne autour de 1800, 2006, op. cit. n. 18, p. 255.

47 Il Trecento riminese : maestri e botteghe tra Romagna e Marche, cat. expo. (Rimini, Museo della Città), Milan, Electra, 1995, n° 20, p. 194, repr.

48 Fra Bartolomeo, Andrea del Sarto, Cesare da Sesto, Corrège, Jules Romain,  Daniel de Volterra, Parmesan.

49 Faré, M. -A., Baderou, H.,  Les Chefs-d’œuvre du Musée de Montpellier, cat. expo. (Paris, musée de l’Orangerie), Paris, 1939, p. 79.

50 Renouvier, J., « Raphaël et Ghirlandajo », Revue du Midi, t. I, 1843, p. 83.

51 Rendu à Raphaël dès 1862 alors que le tableau se trouvait en Angleterre dans la collection Hollingworth Magniac à Colworth ; puis New York, collection Ira Spaniermann ; et en vente, Londres, Christie’s, 5 juillet 2007, n° 91.

52 Signalée dès le xviie siècle parmi les beautés de la ville de Florence, elle fut acquise en 1829 par le roi Louis Ier de Bavière.

53 Outre un médiocre Portrait d’homme de Titien, on signalera de Jacopo Bassano un beau Juda et Thamar et d’après Leandro Bassano, une Annonce aux bergers (voir Habert, J., Bassano et ses fils dans les musées français, cat. expo. (Paris, musée du Louvre), Paris, RMN, 1998, p. 104). Enfin, un superbe Portrait de sculpteur, sur ardoise, que Fabre attribuait à Sebastiano del Piombo et que Catherine Goguel a rendu à Salviati : Francesco Salviati (1510-1563) o la Bella maniera, cat. expo. (Rome, Villa Médicis / Paris, musée du Louvre), Paris, RMN, 1998, n° 84, p. 226, repr.

54 Notamment un superbe cuivre d’Alessandro Allori, Saint Jean-Baptiste dans le désert, de 1586, et de Cristofano Allori, une Étude pour un David.

55 Outre le Repos pendant la fuite en Égypte, vendu à Denon, déjà cité, la Notice des tableaux et autres objets d’art exposés au musée Fabre de Montpellier, Montpellier, A. Ricard, 1828, mentionne Saint Antoine abbé (n° 281) et une Tête de vieillard (n° 282).

56 Il s’agit d’un Père éternel dans sa gloire soutenu par un groupe d’anges, ibid., n° 140, p. 29.

57 Ibid., n° 56, p. 16.

58 Le tableau de Gigoli, de même que celui de Cristofano Allori, Judith, furent en effet des œuvres illustres du Seicento florentin montrées en France sous l’Empire ; voir Goguel, C., Le goût pour la peinture italienne autour de 1800, 2006, op. cit. n. 18, p. 318.

59 Voir Seicento : le siècle de Caravage dans les collections françaises, cat. expo. (Paris, Grand Palais), Paris, RMN, 1988, n° 47, p. 175-176, et aussi Lodovico Cigoli, 1559-1613 : tra manierismo e barocco : dipinti, cat. expo. (Florence, Palazzo Pitti, Galleria Palatina), Fiesole (Florence), Amalthea, 1992, n° 28, p. 114-115, repr.

60 Signé et daté 1642 ; voir Baldassari, F., Carlo Dolci, Turin, Artema, 1995, n° 34, p. 70-71, repr.

61 Goguel, C., dans Le goût pour la peinture italienne autour de 1800, 2006, op. cit. n. 18, p. 316.

62 Tableau non retenu par Francesca Baldassari qui l’attribuait à Alessandro Loni, Francesca Baldassari, op. cit. n. 60. Ce tableau a incontestablement influencé Fabre pour sa Tête de Christ en 1800, conservée dans une collection particulière. Voir Pellicer, L., dans François-Xavier Fabre, 2008, op. cit. n. 1, n° 103, p. 236.

63 Fabre attribuait à Agostino Carracci une Sainte famille (825.1.24) qu’il convient de rendre désormais à Giuseppe Cesari, dit le Cavalier d’Arpin ; il attribuait à Lodovico Carracci une Sainte famille (825.1.25) que l’on peut rendre à Alessandro Tiarini (voir Alessandro Tiarini : la grande stagione della pittura del’600 a Reggio, cat. expo. (Reggio Emilia,Palazzo Magnanie Chiostro di San Domenico), Milan, Federico Motta, 2002, n° 106, p. 228-230, repr., et une Vierge et trois saints (825.1.26) que l’on peut rendre cette fois à Giovanni Bonatti ; Voir Répertoire des peintures italiennes du xviie siècle, Paris, RMN, 1988, p. 57, 107, 330.

64 On mentionnera un petit tableau à l’iconographie rare, la Sainte Famille de Mola, sans doute première pensée pour le tableau d’Aix-en-Provence, ibid., p. 234.

65 Voir Loire, S., Le Guerchin en France, cat. expo (Paris, musée du Louvre), Paris, RMN, 1990, n° 4, p. 42-43.

66 Ce tableau, acheté par Fabre à l’occasion d’un voyage à Rome en 1811, sera prisé 4500 francs dans l’État estimatif de 1825.

67 Classicismo e Natura : la lezione di Domenichino, cat. expo. (Rome, Musei Capitolini), Rome, Editoriale Giorgio Mondadori, 1996, n° 28, repr. (Bonzi) ; voir aussi Hilaire, M. dans De la Nature, 1996, op. cit. n. 3, p. 150.

68 Durant les huit ans passés à Naples, Cacault put se procurer des œuvres remarquables, comme Saint Pierre délivré de prison par un ange de Filippo Vitale (anciennement attribué à Caravage lui-même), Jésus parmi les docteurs du Maître de l’Annonce aux bergers (donné à Ribera), etc.

69 Signalons notamment un Saint Marc évangéliste attribué à Caravage ou encore La Source purgative de Miel, exposée dès l’ouverture en 1828 et que l’on préfère rendre aujourd’hui à Johannes Lingelbach. Voir Tableaux flamands et hollandais du Musée Fabre de Montpellier, cat. expo. (Paris, Institut néerlandais / Montpellier, musée Fabre), Paris, Fondation Custodia, 1998, n° 29, p. 104-108, repr.

70 Fabre léguera en 1837 une Sainte famille de Luca Giordano datant de 1685, plutôt marquée par la leçon de la Renaissance et de Pierre de Cortone.

71 Chiarini, M., « Filippo Napoletano e i suoi », Artista, n° 1 (1989), p. 178-179, fig. 2.

72 Barbolani di Montauto, N., Pandolfo Reschi, Florence, Edifir, 1996, n° 44, p. 37, repr. p. 142.

73 Voir Antonio Francesco Peruzzini, cat. expo. (Ancona, Mole Vanvitelliana), Milan, Electa, 1997, n° 4, repr.

74 Voir Adam Elsheimer (1578-1610), cat. expo. (Francfort, Städelsches Kunstinstitut / Édimbourg, National Gallery of Scotland / Londres, Dulwich Picture Gallery), Londres, P. Holberton Publishing, 2006, n° 22, p. 124, repr.

75 On signalera notamment de Vicenzo Camuccini, Jeunes femmes et enfants (837.1.187), de Pietro Benvenuti une Académie d’homme (837.1.165) et des dessins de Canova et del Frate pour le mausolée d’Alfieri (837.1.972 ; 825.1.257).

76 On soulignera ici les liens d’amitié entre Cacault et Canova, comme l’atteste le Chevalier croisé que le sculpteur offrit au Français à son départ de Rome, voir Sarrazin, B., dans Le goût pour la peinture italienne autour de 1800, 2006, op. cit. n. 18, p. 254.

77 Hilaire, M., dans Guide Musée Fabre, Paris, RMN, 2006, n° 108, p. 120.

78 Parmi les Poussin on dénombre huit paysages.

79 Sur les onze Dughet que possède Fabre, on ne retient plus aujourd’hui que le Paysage idéalisé, vers 1660, voir Zeder, O., op. cit. n. 15, n° 29, p. 80, repr. ; deux paysages de Dughet en hauteur ont été gravés par Fabre lui-même.

80 Nous renvoyons à l’étude récente de Gilles, M., dans Le trait en majesté, 2010, op. cit. n. 13, p. 208. Il est fait généralement mention du prénom de François Matet, nous pensons au contraire qu'il est plus opportun de désigner Charles Matet, son fils (1791-1870), qui rentre à Montpellier au moment où Fabre s'y installe définitivement.

81 Fabre se montre dans l’ensemble modeste et discret même s’il estime 3000 francs son Abel expirant de 1790, 2400 francs sa Vision de Saül, et 1200 francs son Portrait de Canova. Voir Pellicer, L., op. cit. n. 2, p. 191.

82 André Joubin déclarait : « Sans vouloir pousser au paradoxe ni rabaisser la valeur de ces collections, la partie la plus intéressante de la donation de Fabre me paraît être sa propre peinture, principalement ses portraits qui sont ceux d’un excellent élève de David, et la peinture de ses amis, Gauffier, Girodet, Lethière, Gagneraux, Boguet, etc. », Joubin, A., Le Musée de Montpellier : Musée Fabre (peintures et sculptures), Paris, H. Laurens, 1929, p. 9.

83 Tableaux flamands et hollandais du Musée Fabre, 1998, op. cit. n. 69, n° 44, p. 159-162, repr.

84 Ibid. pour tous ces achats, et voir aussi notre introduction p. XII.

85 Hilaire, M., dans François-Xavier Fabre, 2008, op. cit. n. 1, n° 148, p. 309.

86 Pellicer, L., op. cit. n. 2, p. 236.

87 En particulier une belle série de morceaux de réception à l’Académie royale de peinture et de sculpture envoyée par l’État en 1803.

88 Voir Joubin, A., « Le centenaire du musée Fabre », Revue des deux mondes, 1929, T. XLIX, p. 669.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. François-Xavier Fabre, Autoportrait, vers 1784, huile sur toile, 54 x 44 cm, Montpellier, musée Fabre, inv. 837.1.122.
Crédits © Musée Fabre - Montpellier Agglomération / Cliché F. Jaulmes
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/6975/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 2, François-Xavier Fabre, Portrait de Louise de Stolberg, comtesse d'Albany (1752-1824), vers 1796, huile sur toile, 32 x 25,5 cm (ovale), Montpellier, musée Fabre, inv. 825.1.89.
Crédits © Musée Fabre - Montpellier Agglomération Photographie : F. Jaulmes
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/6975/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 3. Nicolas Poussin, Vénus et Adonis, vers 1626, huile sur toile, 74,5 x 112 cm, Montpellier, musée Fabre, inv. 825.1.171. Nicolas Poussin, Vénus et Adonis. Vue de Grottaferrata, vers 1626, huile sur toile, 75 cm x 199 cm, Montpellier, musée Fabre, inv. 825.1.171 et 2010.14.1.
Crédits © Musée Fabre - Montpellier Agglomération Photographie : F. Jaulmes
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/6975/img-3.png
Fichier image/png, 503k
Titre Fig. 4. Jakob-Philipp Hackert, Le Parc de l'Ariccia, près d'Albano, 1804, huile sur toile, 65,5 x 97 cm, Montpellier, musée Fabre, inv. 825.1.135.
Crédits © Musée Fabre - Montpellier Agglomération Photographie : F. Jaulmes
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/6975/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Fig. 5. Carlo Dolci, La Vierge au lys, 1642, huile sur toile, 80 x 67 cm (ovale), Montpellier, musée Fabre, inv. 825.1.45.
Crédits © Musée Fabre - Montpellier Agglomération Photographie : F. Jaulmes
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/6975/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Fig. 6. Raffaello Sanzio, dit Raphaël, Buste d'homme penché en avant - Étude pour La Dispute du Saint Sacrement, vers 1508 - 1509, plume et encre brune sur un tracé à la pointe métallique et sur des incises éparses au stylet sur papier crème,  Montpellier, musée Fabre, inv. 825.1.275.
Crédits © Musée Fabre - Montpellier Agglomération Photographie : F. Jaulmes
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/6975/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 7. Jusepe de Ribera, Sainte Marie l'Égyptienne, 1641, huile sur toile, 132 x 108 cm, Montpellier, musée Fabre, inv. 837.1.27.
Crédits © Musée Fabre - Montpellier Agglomération Photographie : F. Jaulmes
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/6975/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Fig. 8. Gaspard Dughet, Paysage idéalisé, vers 1660, huile sur toile, 51 x 66 cm, Montpellier, musée Fabre, inv. 825.1.99.
Crédits © Musée Fabre - Montpellier Agglomération Photographie : F. Jaulmes
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/6975/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 9. Cornelis de Heem, Nature morte de fruits et de fruits de mer, 1659, huile sur bois, 46,5 x 64,4, Montpellier, musée Fabre, inv. 837.1.38.
Crédits © Musée Fabre - Montpellier Agglomération Photographie : F. Jaulmes
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/6975/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Fig. 10. Sébastien Bourdon, L'Homme aux rubans noirs, vers 1657 - 1658, huile sur toile, 108,5 x 89,5 cm, Montpellier, musée Fabre, inv. 836.2.1.
Crédits © Musée Fabre - Montpellier Agglomération Photographie : F. Jaulmes
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/6975/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 67k

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Hilaire, « De Florence à Montpellier : le destin singulier de François-Xavier Fabre, collectionneur et fondateur du musée », in Blandine Chavanne, Chantal Georgel et Hélène Rousteau-Chambon (dir.), La Collection Cacault. Italie-Nantes, 1810-2010, Paris, INHA (« Actes de colloques »), 2016.

Référence électronique

Michel Hilaire, « De Florence à Montpellier : le destin singulier de François-Xavier Fabre, collectionneur et fondateur du musée », in Blandine Chavanne, Chantal Georgel et Hélène Rousteau-Chambon (dir.), La Collection Cacault. Italie-Nantes, 1810-2010, Paris, INHA (« Actes de colloques »), 2016, [En ligne], mis en ligne le 02 septembre 2016, consulté le 30 avril 2017. URL : http://inha.revues.org/6975

Auteur

Michel Hilaire

Directeur du musée Fabre, conservateur général du Patrimoine

Droits d’auteur

Tous droits réservés