Navigation – Plan du site

La Collection Cacault. Italie-Nantes, 1810-2010

Sous la direction de Blandine Chavanne, Chantal Georgel et Hélène Rousteau-Chambon
Avec la collaboration de Claude Allemand, Jean-Gérald Castex, Rosine Cleyet-Michaud, Paolo Coen, Adeline Collange-Perugi, Matteo Gianeselli, Michel Hilaire, Michal Litwinowicz, Laëtitia Pierre, Maxime Préaud, Béatrice Sarrazin et Gennaro Toscano
Georges de La Tour, Le Vielleur
Notes de la rédaction

Le musée des Beaux-Arts de Nantes a fêté en 2010 le bicentenaire de l’achat de la collection de François Cacault (1743-1805), fondatrice du musée. Une exposition-dossier (19 juin - 15 novembre 2010) et un colloque ont permis de revenir sur la collection de ce Nantais qui eut une carrière diplomatique à la longévité étonnante, traversant les régimes politiques de la monarchie à l’Empire. Ses nombreux voyages et missions (Naples, Rome, Florence, Gênes…) lui offrirent la possibilité d’amasser une imposante collection de chefs-d’œuvre (dont les trois La Tour entrés sous des noms différents), avec une prédilection marquée pour la peinture de la Péninsule, du XIIIe au XVIIe siècle. Il était donc particulièrement intéressant de comparer le collectionnisme de François Cacault – et son goût pour les Primitifs, par exemple – avec celui de ses contemporains, qui ont fait l’objet d’études importantes ces dernières années (Fesch, Fabre, Wicar). La constitution de la collection a également été replacée dans le contexte des marchés de l’art italien et français, alors en pleine mutation.

François Cacault et son frère, Pierre, avaient fondé un musée-école à Clisson, à partir de ces peintures, mais également de 64 albums factices rassemblant plus de 7 000 gravures, offrant un panorama complet de l’histoire de la peinture européenne, classée par écoles (florentine, lombarde, allemande, flamande, hollandaise, française…). Là encore, il était intéressant de comparer la démarche des deux frères avec celle de leurs contemporains alors que se développaient les écoles d’art en province depuis le XVIIIe siècle et que commençaient à apparaître les musées en France.

En complément des débats et des rencontres nées lors de ce colloque, une demi-journée d’étude était consacrée à la présentation du programme de recherche sur les peintures italiennes dans les collections publiques françaises conduit par l’Institut national d’histoire de l’art (base RETIF) et aux avancées scientifiques qu’il permet.
 

Informations

Collection :
Actes de colloques
Éditeur :
INHA
Mis en ligne en :
mars 2016
Lieu de parution :
Paris
Année de parution :
2016