Navigation – Plan du site
À l'origine des musées de la Ville de Paris

Le comte Alfred de Liesville, collectionneur

Jean-Marie Bruson

Texte intégral

1Décrit par ses contemporains comme un « amateur passionné et curieux infatigable », le comte Alfred de Liesville (1836-1885) n’a guère laissé de traces et est parfaitement inconnu du grand public ; pourtant, au même titre que Jules Cousin (1830-1899), son premier conservateur, il peut être considéré comme l’un des pères fondateurs du musée Carnavalet. Issu d’une vieille famille du Cotentin, impliquée dans la vie publique régionale – son grand-père, Thomas de Liesville (1765-1832), fut longtemps maire d’Houesville alors que son oncle, prénommé également Alfred (1796-1850), était maire de Liesville – il garda tout au long de sa vie des attaches avec sa terre natale et fut enterré, suivant ses volontés, à Caen. Mais c’est à Paris, où il s’installa très jeune, qu’il vécut toute sa vie d’adulte et qu’il forma sa collection. Avant d’être nommé conservateur-adjoint du musée Carnavalet, Liesville n’avait jamais eu de position officielle, sinon, peut-être lorsqu’il participait, en tant que vice-président de la quatrième section [céramique] de la Commission historique, à l’organisation de l’Exposition universelle de 1878; il était pourtant connu dans le monde de la curiosité, et il prêtait volontiers aux expositions, mais sa notoriété ne dépassait pas le cercle restreint des amateurs d’antiquités. Malgré une grande aisance, il avait choisi de vivre dans un quartier populaire du 17e arrondissement (28, rue Gauthey), dans une maison bourrée de ses diverses collections, menant une vie discrète, éloignée des mondanités ; aussi son nom n’apparaît-il que rarement dans les écrits du temps et est-il difficile de trouver des informations sur sa vie en dehors des notices nécrologiques publiées après sa mort qui nous fournissent l’essentiel de ce que l’on connaît de lui.

  • 1  La publication eut en fait cinq livraisons, entre 1874 et 1878.
  • 2  Eugène de Beaurepaire, « Rapport sur les travaux de l’année », Bulletin de la Société des antiquai (...)

« Après des études mal dirigées, placé fort jeune à la tête d’une belle fortune, il porta ses recherches successivement sur un nombre infini de sujets. Cette fougue incohérente des débuts finit par se calmer ; les investigations de notre compatriote se spécialisèrent, elles gagnèrent en précision et en intérêt et valurent, en définitive, à leur auteur, une fort honorable notoriété. Liesville s’essaya d’abord par des études sur Bagnoles de l’Orne, par des revues d’art, par des observations insectologiques. Le Guide du voyageur à Bagnoles-les-Eaux ne sera jamais qu’une curiosité bibliographique, et bien que Liesville ait été l’un des fondateurs de la Société d’Apiculture et d’Insectologie générale, le traité qu’il a publié sur cette branche de la production agricole n’est, à tout prendre, qu’un manuel pratique, que les éleveurs d’abeilles pourront consulter avec fruit, mais qui ne dépasse pas le niveau moyen de ces sortes de productions. Les Artistes normands au Salon – qui n’eurent que trois années d’existence1 – nous offrent le relevé consciencieux des noms de nos compatriotes qui ont figuré à ces compositions, mais la critique d’art est médiocre et la rédaction sans couleur. Là n’est pas l’originalité de Liesville, ni sa sérieuse et véritable valeur. Ce n’est en effet ni un artiste, ni un littérateur, ni un naturaliste, mais tout simplement un curieux doublé du plus actif, du plus passionné des collectionneurs. Nous ne saurions dire comment ce goût lui vint et comment, de l’étude de l’Hélix cincta et des mouches à miel, il passa sans transition à la recherche et à l’amour du bibelot. Nous serions portés à croire que les relations intimes qu’il noua avec Champfleury y furent pour quelque chose. C’est de là que lui vint son admiration pour les faïences populaires, et peut-être aussi l’ardeur excessive avec laquelle il rechercha toutes les épaves de l’époque révolutionnaire. Dieu sait ce qu’il dépensa de temps et d’argent au cours de ces pérégrinations dans le monde de la curiosité. “Il avait, nous dit M. de La Sicotière, le cœur bon, la main ouverte et cette confiance de la jeunesse qui ne doute ni d’elle-même, ni des autres.” Si ses finances en souffrirent parfois on peut dire qu’au point de vue critique et historique, les résultats qu’il obtint ne trompèrent pas ses espérances. Il est impossible d’indiquer tout ce que lui doit la céramique, l’imagerie, la bibliographie de la fin du xviiie siècle et de l’époque révolutionnaire. Estampes, livres, brochures, journaux, complaintes et chansons, objets de toilette, armes, meubles divers, tout cela allait s’engloutir chez Liesville et former ce musée extraordinaire qui occupait tout un étage de la rue Gauthey et qu’il montrait le dimanche, avec une extrême complaisance, à tous les visiteurs2 […] ».

2Pour compléter le texte d’Eugène de Beaurepaire, on peut citer les titres de quelques autres publications de Liesville qui donnent un aperçu savoureux de la variété de ses goûts et de ses intérêts :

  • Catalogue des mollusques vivants aux environs d’Alençon, Paris, 1856.

  • Examen critique et impartial de la théorie de M. de Frarière sur l’éducation antérieure, Paris, 1857.

  • Un mot sur l’ « Helix cincta », Caen, 1858.

  • De la décadence de l’art dramatique, Paris, 1858.

  • Noms des collectionneurs d’histoire naturelle en 1767, Caen, 1867.

  • Histoire numismatique de la Révolution de 1848, Paris, 1877 et 1883.

  • Exposition universelle de 1878. Coup d’œil général sur l’Exposition historique de l’art ancien (palais du Trocadéro), Paris, 1879.

  • 3  Siméon Luce, « Société des anciens textes français, discours de M. Luce, président », Bibliothèque (...)

3Un trait saillant de sa personnalité semble avoir été une soif de reconnaissance, qui peut s’expliquer, en partie, par son statut d’« amateur » dans les milieux de l’érudition qu’il fréquentait, et peut-être aussi par le besoin d’impressionner ses proches car, si l’on en croit une autre de ses notices nécrologiques, des « dissensions de famille avaient un peu dérangé le cours naturel de sa vie3. » Quoi qu’il en soit, il est frappant de constater que dans toutes ses publications une avalanche de titres divers suit toujours son nom sur la page de titre ; la masse de brevets et de diplômes qui lui furent décernés et qui sont conservés au musée Carnavalet, vient confirmer ce désir passionné de reconnaissance. Il était ainsi membre, entre autres, de la Société d’apiculture, de la Société française de numismatique et d’archéologie, de la Société des antiquaires de Normandie, de la Société impériale et centrale d’horticulture de Paris, de la Société française d’archéologie pour la conservation et la description des monuments nationaux, de la Société d’encouragement pour l’industrie nationale, du Congrès des délégués des Sociétés savantes, de l’Académie nationale agricole, manufacturière et commerciale, etc.

  • 4  Eugène Véron, « Monsieur de Liesville », Courrier de l’art, no 7, Paris, 13 février 1885, p. 79.

4C’est de nouveau au fil d’une notice nécrologique qu’il faut chercher des informations sur les circonstances du don de sa collection au musée Carnavalet et sur la nomination du donateur comme conservateur-adjoint : « […] Lorsqu’en 1879 on réorganisa le Musée Carnavalet pour en faire le musée spécial de l’histoire de Paris, le conservateur M. Cousin qui connaissait bien Liesville eut l’idée qu’un si bon patriote ne refuserait pas de donner à la Ville ses collections, comme il l’avait fait lui-même. Il ne s’était pas trompé, Liesville n’eut pas un moment d’hésitation, il donna tout sans rien demander pour lui-même. Grâce à cette munificence, les collections historiques et révolutionnaires de l’hôtel Carnavalet se trouvèrent du coup augmentées des neuf dixièmes. M. Cousin, naïvement, s’imagina que cela valait bien un remerciement. Il proposa à l’administration de donner au bienfaiteur du musée, le titre de conservateur adjoint sans se douter qu’une pareille énormité violait toutes les routines de la hiérarchie bureaucratique. On lui offrit d’en faire un sous-chef de bureau. Il finit cependant par faire comprendre que Liesville n’était un solliciteur, qu’il s’agissait d’une dette à payer et que la Ville était intéressée à ne pas décourager, pour une ridicule question de forme, les collectionneurs qui pourraient avoir la pensée de faire des dons au musée. La mort a surpris Liesville au moment où il classait et cataloguait sa collection d’estampes révolutionnaires qui comprend plus de quinze mille pièces, dont quelques-unes sont très précieuses4. »

  • 5  Bulletin de la Ville de Paris, 3e année, no 7, 14 février 1881, p. 54.

5Alors que les collections municipales étaient à peu près réduites aux seuls fonds archéologiques, uniques rescapés des désastreux incendies de la Commune, l’entrée de la collection Liesville permit au musée d’offrir à ses visiteurs, dès son ouverture au public, un ensemble riche et varié, contrepoint pittoresque à l’austérité du musée lapidaire. Le Bulletin de la Ville de Paris avait, en 1881, annoncé le don Liesville en ces termes : « Nous allons avoir un musée révolutionnaire. On installe en ce moment, à l’hôtel Carnavalet, la magnifique collection dont M. de Liesville vient de faire don à la Ville de Paris et qui ne compte pas moins de 86 000 pièces, médailles, livres, papiers, armes, faïences, drapeaux, insignes, etc. de la grande époque révolutionnaire. M. de Liesville dirige lui-même l’installation. C’est un des hommes les plus érudits à l’endroit de la Révolution. Sa collection n’est composée que de pièces rigoureusement authentiques5. »

  • 6  Le no 1 du registre d’entrée correspond à l’« ancien fonds du musée municipal », objets ayant écha (...)
  • 7  Rappelons qu’en 1881, l’hôtel Carnavalet abritait à la fois la bibliothèque municipale et le musée (...)
  • 8  Si l’on additionne les séries approximativement évaluées (15 000 livres, 15 000 estampes, 10 000 m (...)

6On aimerait avoir quelque détail sur ces « 86 000 pièces » annoncées ; malheureusement Liesville n’a laissé aucun catalogue, aucune liste de ses collections et l’on doit se contenter de l’énumération plus que sommaire portée sous le numéro 2 du registre d’entrée du musée, en janvier 18816 : « Collection révolutionnaire formée et donnée par M. de Liesville comprenant outre les livres et les pièces mentionnées au registre de la bibliothèque7, une salle entière d’objets divers : armes, meubles, étendards, bijoux, éventails, monuments à emblèmes patriotiques et insignes de fonctionnaire de l’époque révolutionnaire 1789-1804. – Collection céramique d’environ 600 pièces du même genre. – Collection numismatique de toutes les médailles et monnaies de 1789 à 1804, de 1848 et de 1871. Environ dix mille pièces avec les coins d’un grand nombre d’entre elles, concours monétaire 1848, etc. – Collection d’environ 15 mille estampes, faits historiques, portraits et caricatures des époques révolutionnaires 1789 à 1804 – 1830 à 1848 – 1870 à 18718. »

7Il n’existe aucune autre liste, ni au musée, ni à la Bibliothèque historique, ni aux Archives de Paris ; c’est donc par recoupement d’autres sources d’informations et par déduction qu’on peut essayer de reconstituer grossièrement la collection. Le fonds d’estampes est le plus facilement repérable car chaque pièce a été marquée d’un cachet « Ville de Paris – Collection Liesville » spécialement fabriqué pour cet usage. Les autres ensembles sont plus difficiles à définir car les inventaires spéciaux (peintures, sculptures, dessins, estampes, etc.) du musée n’ont été ouverts qu’à partir de 1906 et les œuvres entrées avant cette date y sont donc inscrites rétrospectivement et le plus souvent sans indication d’origine. Il faut donc se reporter à la Notice sommaire des monuments et objets divers relatifs à l’histoire de Paris et de la Révolution française exposés au musée Carnavalet, petit opuscule, rédigé par Jules Cousin lui-même et « distribué gratuitement aux visiteurs », qui fut réédité chaque semestre entre juin 1881 et décembre 1893 ; revue et corrigée lors de chaque nouvelle édition, on peut y suivre pas à pas les nouvelles acquisitions qui y sont fidèlement reportées, mais on peut aussi raisonnablement supposer que tout ce qui est décrit dans la première édition faisait partie de la collection Liesville. Même si les descriptions y sont des plus succinctes, on réussit à identifier bon nombre d’objets comme, par exemple, les grandes « tables des droits de l’homme et de la Constitution », en papier peint, provenant de la salle de la Convention, ou les petits portraits anonymes de Marat (inv. P.724) et de Charlotte Corday (inv. P.415). Les quelques photographies prises en 1881, au moment de l’ouverture du musée, qui montrent l’aspect initial de ses salles, viennent confirmer certaines de ces déductions et apportent d’autres informations ; sur l’une des photographies de la galerie des céramiques on reconnaît, par exemple, le grand buste en plâtre peint de Marat (inv. S.533), provenant vraisemblablement, avec son pendant Le Peletier (inv. S.3164) d’un club révolutionnaire. Comme on le voit, la reconstitution d’une liste, même partielle, n’est pas chose aisée et s’apparente à une véritable enquête policière ! On peut pourtant affirmer que tous les ensembles qui font la richesse et la diversité du « musée révolutionnaire » – céramiques populaires, éventails, tabatières, armes, miniatures, boutons, monnaies et médailles, meubles, porcelaines de Sèvres, etc. – même s’ils se sont considérablement développés depuis, trouvent tous leur origine dans les séries rassemblées par Liesville. S’il est décevant que le donateur n’ait pas eu le temps, pendant les quatre années qu’il passa au musée avant son décès, de dresser ne serait-ce qu’une liste sommaire de l’ensemble de ses collections, son action fut déterminante pour l’enrichissement du fonds révolutionnaire ; connaissant aussi bien les collectionneurs que les marchands, suivant attentivement les ventes publiques, il put faire acquérir quelques-unes des œuvres les plus célèbres du musée et notamment une suite de portraits provenant de la collection Jubinal de Saint-Albin (entrés en 1883), comprenant, entre autres, les effigies fameuses de Robespierre, de Danton, de Desmoulins et de Saint-Just.

  • 9  Paul Eudel, L’Hôtel Drouot et la Curiosité en 1884-1885, Paris, G. Charpentier, 1886, p. 223. Le b (...)
  • 10  Ibid.
  • 11  Véron, op. cit. à la note 4.

8La mort de Liesville, si brutale et inattendue, frappa beaucoup le milieu des collectionneurs et des érudits, et la municipalité voulut immédiatement lui rendre hommage : « La ville de Paris, dans le but de perpétuer le souvenir des dons qui lui ont été faits par M. de Liesville, a décidé qu’une salle du musée Carnavalet, dont il avait été pour ainsi dire le fondateur, prendrait le nom de salle Liesville. De plus, le buste du généreux collectionneur devra y être placé9. » Le don, en 1881, du fonds révolutionnaire n’avait pas vidé, loin de là, la demeure de la rue Gauthey et il s’y trouvait encore, à sa mort, des milliers d’objets dont les céramiques et les estampes formaient la part la plus notable ; par son testament, il léguait un certain nombre de pièces au musée des Arts décoratifs et au musée de Sèvres, mais la plus grande partie revint au musée Carnavalet. Là encore, nulle liste n’a été retrouvée et c’est toujours par déduction que l’on peut reconstituer des ensembles. Les estampes entrées au musée en 1885 sont encore souvent sur leur montage d’origine, qui porte l’empreinte d’un timbre sec aux armes du collectionneur, ce qui permet de les identifier facilement. On y rencontre des suites variées, dont les plus intéressantes sont probablement les images populaires et les bois gravés ; ressortissant de ces séries, on doit particulièrement retenir un riche ensemble de cartes à jouer (certaines en planches non découpées), dont les plus anciennes remontent au xvie siècle. Les céramiques forment un autre ensemble très important, où l’on rencontre aussi bien des vases grecs ou précolombiens que des faïences de Castelli ou des porcelaines de la Compagnie des Indes. Ce sont les faïences du xviie siècle (Rouen, Nevers ou Delft) qui sont le plus richement représentées et qui ont permis d’installer dans le parcours du musée une très suggestive salle des céramiques (actuelle salle 23) rappelant les cabinets d’amateurs du Paris de l’Ancien Régime. Par un article spécial de son testament, Liesville laissait en outre à la Ville de Paris, ultime libéralité, « son hôtel de la rue Gauthey, aux Batignolles, et une somme de 50 000,00 francs, destinée à être affectée à la création d’une école de dessin pour les jeunes ouvriers du xviiie (sic) arrondissement10. » Son vœu fut réalisé et aujourd’hui, là où se trouvait sa maison, subsiste toujours un atelier des beaux-arts de la Ville de Paris qui a succédé à l’école de dessin qu’il avait voulue. Au travers des témoignages ici rassemblés se dessine une personnalité originale et attachante, dont la disparition « laissa des regrets unanimes, car il était entouré des sympathies de tous11. » Si son nom est oublié aujourd’hui, sa marque est toujours sensible dans le parcours des salles révolutionnaires où les œuvres provenant de sa collection se rencontrent à chaque pas.

Notes

1  La publication eut en fait cinq livraisons, entre 1874 et 1878.

2  Eugène de Beaurepaire, « Rapport sur les travaux de l’année », Bulletin de la Société des antiquaires de Normandie, t. XIV, Caen, H. Delesques, 1886-1887, p. 25-30.

3  Siméon Luce, « Société des anciens textes français, discours de M. Luce, président », Bibliothèque de l’école des Chartes, 1887, t. XLVIII, p. 619-620.

4  Eugène Véron, « Monsieur de Liesville », Courrier de l’art, no 7, Paris, 13 février 1885, p. 79.

5  Bulletin de la Ville de Paris, 3e année, no 7, 14 février 1881, p. 54.

6  Le no 1 du registre d’entrée correspond à l’« ancien fonds du musée municipal », objets ayant échappé aux incendies de la Commune, ou réunis depuis, regroupés en cinq séries : « 1. Ensemble des antiquités, sculptures, céramiques & trouvées dans les fouilles parisiennes et occupant le rez-de-chaussée de l’hôtel Carnavalet. 2. 63 tableaux divers, vues de Paris et portraits parisiens […] 3. Médailles, jetons et monnaies […] 4. Clichés photographiques contenus en 50 boîtes. […] 5. Objets divers présentant un intérêt historique parisien, meubles meublants et ustensiles d’usages... »

7  Rappelons qu’en 1881, l’hôtel Carnavalet abritait à la fois la bibliothèque municipale et le musée ; lors de la séparation, en 1897, de ces deux fonds distincts, les livres de la donation Liesville rejoignirent tout naturellement la Bibliothèque historique qui prenait possession de l’hôtel Le Peletier.

8  Si l’on additionne les séries approximativement évaluées (15 000 livres, 15 000 estampes, 10 000 monnaies et médailles, 600 céramiques) on arrive à 40 600 pièces auxquelles on doit ajouter peintures, meubles, armes et objets divers ; le total était probablement plus proche de 45 000 que de 86 000 pièces.

9  Paul Eudel, L’Hôtel Drouot et la Curiosité en 1884-1885, Paris, G. Charpentier, 1886, p. 223. Le buste, commandé à Émile Chatrousse (1829-1896), entra au musée en 1887 (inv. S. 18).

10  Ibid.

11  Véron, op. cit. à la note 4.

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Marie Bruson, « Le comte Alfred de Liesville, collectionneur », in Chantal Georgel (dir.), Choisir Paris : les grandes donations aux musées de la Ville de Paris (« Actes de colloques »).

Référence électronique

Jean-Marie Bruson, « Le comte Alfred de Liesville, collectionneur », in Chantal Georgel (dir.), Choisir Paris : les grandes donations aux musées de la Ville de Paris (« Actes de colloques »), [En ligne], mis en ligne le 19 octobre 2015, consulté le 19 août 2017. URL : http://inha.revues.org/6901

Auteur

Jean-Marie Bruson

Conservateur général, musée Carnavalet

Droits d’auteur

Tous droits réservés