Navigation – Plan du site

La formation des musées de la Ville de Paris et le développement de l’administration des Beaux-Arts

Georges Brunel

Texte intégral

1Les collections des musées sont faites d’achats et de dons. Ceux-ci peuvent prendre la forme d’objets isolés ou d’ensembles plus ou moins importants, au point que certaines donations sont en elles-mêmes des musées. Mais pour qu’il y ait des donateurs, il faut que des musées existent déjà et l’histoire de ceux de la Ville de Paris illustre bien cette règle. Jusqu’à la fin du xixe siècle, la Ville a eu une administration des Beaux-Arts de la Ville très active, mais pas de musées ; elle n’a bénéficié non plus d’aucune donation d’œuvres d’art. En 1900, cinq musées étaient ouverts et les donations commençaient à affluer. Elles n’ont plus cessé depuis.

Références

Sources

2Malgré l’incendie de 1871 qui a fait disparaître les archives conservées à l’Hôtel de Ville, la documentation sur laquelle fonder une étude de l’administration des Beaux-Arts de Paris est abondante. On n’en présentera ici qu’un survol rapide. Aux Archives de Paris, les dossiers des édifices cultuels (V.M 31 à V.M 37) renferment beaucoup de renseignements sur les commandes d’œuvres d’art destinées aux églises et sur leur entretien, que complètent des dossiers d’artistes (versement 10264/72/1 1 à 45). Les papiers relatifs aux beaux-arts en général sont conservés sous la cote V.R (1 à 357). Enfin, les dossiers de personnel de la série V.K sont indispensables pour suivre la carrière des administrateurs et comprendre le fonctionnement des services. D’autre part, beaucoup de documents émanés de la préfecture de la Seine sont conservés aux Archives nationales (F 1c I 1 à 196) et compensent en partie les pertes subies par les archives municipales. La recherche doit s’étendre aux séries F 13 (bâtiments civils), F 17 (travaux de Paris) et F 21 (commandes aux artistes).

3Il faut aussi avoir recours aux publications administratives. Le Bulletin municipal officiel, à partir de 1882, et les rapports présentés au conseil municipal, dès 1871, apportent des masses d’informations. L’organisation, sans cesse remaniée, des services peut être suivie au moyen des Almanachs annuels qui donnent le détail des bureaux avec leurs attributions et le nom des employés. L’Inventaire général des œuvres d’art appartenant à la Ville de Paris, publié par l’imprimerie Chaix entre 1878 et 1889 (quatre volumes pour les édifices religieux de Paris, deux pour les édifices civils et deux pour les communes du département de la Seine) récapitule l’ensemble des commandes.

Bibliographie

  • 1  Maurice Quentin-Bauchart, Conseil municipal de Paris. Rapport au nom de la 4e Commission sur la ré (...)
  • 2  Maurice Quentin-Bauchart, Les Musées municipaux. Palais des Beaux-Arts, musée Carnavalet, maison V (...)
  • 3  Léon Martin, dir., Encyclopédie municipale de la Ville de Paris, Paris, Neger-Reeb, 1902.
  • 4  Henry Lapauze, Palais beaux-arts de la Ville de Paris. Catalogue sommaire des collections municipa (...)

4L’histoire de l’administration des Beaux-Arts de la Ville n’a pas été étudiée dans son ensemble à une époque récente. On trouve un résumé des cent premières années dans un rapport présenté en 1903 au conseil municipal par Maurice Quentin-Bauchart1. Ce conseiller municipal a repris dans un livre en 1912 la substance de son rapport2. L’Encyclopédie municipale donne un tableau de l’administration parisienne au début du xxe siècle3. Les collections conservées au Petit Palais ont fait l’objet d’un catalogue sommaire en 19064. Pour la période suivante, on trouvera un tableau, musée par musée, des livres, articles et catalogues relatifs aux collections dans le numéro 7 de Collections parisiennes (janvier 2002). Il faut enfin rappeler les deux expositions au musée du Petit Palais, « Le Triomphe des mairies 1870-1914 » (8 novembre 1986 – 18 janvier 1987) et « Quand Paris dansait avec Marianne (1879-1889) » (1989) dont les catalogues offrent une vue très précise du fonctionnement de l’administration des Beaux-Arts à la fin du xixe siècle.

La formation de l’administration des Beaux-Arts

La Restauration, beaux-arts et cultes

  • 5  Marius Barroux, Le Département de la Seine et la Ville de Paris. Notions générales et bibliographi (...)

5Les origines de l’actuelle administration des affaires culturelles de la Ville de Paris remontent à la Restauration. Paris n’avait pas de maire, la Ville était administrée directement par le préfet de la Seine5. Gaspard de Chabrol (1773-1843), nommé à ce poste en 1812, s’y distingua si bien qu’il le conserva après la chute de Napoléon. Chabrol prit l’initiative de nombreux travaux à Paris. Il voulut en particulier à redonner de l’éclat aux églises que la Révolution avait dévastées. En 1815, un bureau des cultes et beaux-arts fut institué à la préfecture. Le préfet en confia la direction à Georges Pierre Larribe, qui l’occupa jusqu’en 1830 avec le titre de chef de division et conservateur des objets d’art de la Ville de Paris et du département de la Seine.

  • 6  Joseph-Aimable grégoire, Relevé général des objets d’art commandés depuis 1816 jusqu’en 1830 par l (...)

6Le bureau des cultes mit en œuvre un plan méthodique dont on trouve l’exposition dans deux petits livres publiés après la révolution de Juillet par son ancien secrétaire Joseph-Aimable Grégoire6. Le but était de regarnir les édifices du culte de tableaux et de sculptures et, à cette occasion, d’aider les jeunes artistes en leur passant des commandes. Pendant les quinze années de la Restauration, environ 180 peintures et 110 statues ou reliefs furent livrés, dont la plupart sont toujours en place dans les monuments. D’autre part, dès l’époque de Chabrol, certains des auteurs de ces œuvres remirent à l’administration les maquettes des ouvrages qu’ils avaient fournis, usage qui devint une obligation formelle sous le Second Empire. C’était le premier noyau d’une collection municipale.

  • 7  René Schneider, Quatremère de Quincy et son Intervention dans les arts (1788-1850 [1830 ?]), Paris (...)

7Chabrol n’avait pas voulu laisser à l’administration seule le choix des peintres et des sculpteurs. Une commission fut constituée à cet effet. Le préfet la présidait en personne et Larribe en était le secrétaire. L’inspirateur de Chabrol était Antoine Chrysostome Quatremère de Quincy (1755-1849), secrétaire perpétuel de l’Académie des beaux-arts, quoiqu’il ne fasse pas partie formellement de la Commission7. Les archives de cet organisme ont disparu et on ne peut juger son action que sur les résultats qu’elle a produits et sur des témoignages indirects. Chabrol ne disposait pas d’un budget propre pour remplir son programme ; les commandes étaient payées sur des crédits du ministère de l’Intérieur ou parfois de celui de la Maison du roi.

La monarchie de Juillet

  • 8  Pierre Pinon, Louis-Pierre et Victor Baltard, Paris, Monum-Éditions du Patrimoine, 2005.

8C’est la période sur laquelle nous sommes le plus mal renseignés. La révolution de 1830 entraîna la suppression du bureau des cultes. Pendant le règne de Louis-Philippe, on ne trouve plus de service expressément chargé de la commande d’œuvres d’art pour les édifices publics. Cette fonction revint à l’un des bureaux du secrétariat général de la préfecture dont le chef, Alphée Buffet, semble avoir été un simple responsable du matériel, sans capacité en matière artistique. Le rôle du secrétaire général fut certainement plus important. C’était Augustin Varcollier (1795-1882) dont la femme, Atala Stamaty, était peintre et élève d’Ingres, relation qui assura à celui-ci, par ailleurs membre de la Commission des beaux-arts, beaucoup d’influence pendant toute la période. Un inspecteur des beaux-arts apparaît en 1840, Victor Baltard (1805-1874), qui allait conserver ce poste pendant trente ans8.

9Alors que la Restauration, sans négliger entièrement la peinture murale, avait commandé principalement des tableaux, la monarchie de Juillet a fait peindre beaucoup de murs dans les églises comme à l’Hôtel de Ville. La pratique de remettre des maquettes des décors exécutés resta en honneur et la collection s’est ainsi accrue, mais il ne semble pas qu’alors personne se soit soucié de la montrer au public. On ne sait pas bien où elle était conservée ; quelques témoignages font penser qu’elle devait être abritée dans les magasins du boulevard Morland. On n’a pas retrouvé non plus d’inventaire correspondant à cette époque.

Le Second Empire et les débuts de la IIIe République

  • 9  Le rapport de Quentin-Bauchart (op. cit. à la note 1), donne une liste des membres de la Commissio (...)

10Le Second Empire reconstitua un service des beaux-arts. Il dépendait à présent du cabinet du préfet. Rambuteau fut d’abord remplacé par Jean-Jacques Berger, puis à partir de 1853 et jusqu’à la chute de Napoléon III par Georges Eugène Haussmann (1809-1891, préfet de 1853 à 1870). Si Varcollier disparaît, les titulaires du bureau restent stables. Buffet prit sa retraite en 1866, remplacé par Lucien Michaux, lequel était déjà secrétaire de la commission des Beaux-Arts depuis 18609. C’est Michaux qui institua formellement l’obligation pour les artistes de remettre à l’administration les esquisses des œuvres exécutées pour le compte de la Ville. Un remaniement des services en 1867 atteste l’influence grandissante de Baltard : il devint inspecteur supérieur des Beaux-Arts et se trouva désormais à la tête d’une direction nouvelle, les Travaux d’architecture, beaux-arts et fêtes.

11Cette organisation à peine mise sur pied disparut avec l’Empire. La direction des Travaux d’architecture fut incorporée à la direction des Travaux de Paris. Pendant vingt ans, elle devait rester dans les attributions de Jean-Charles Alphand (1817-1891). Elle retrouva une certaine autonomie après la disparition de celui-ci, en étant de nouveau rattachée directement au préfet. Son directeur fut Armand Renaud jusqu’en 1895, puis Ralph Brown. En 1903, fut créé un service unique des beaux-arts et des musées, avec à sa tête un directeur revêtu du titre d’inspecteur en chef des Beaux-Arts et des Travaux historiques.

Les premiers musées

Développement des collections municipales

12Paris n’a pas eu de musée municipal avant la fin du xixe siècle. Les musées de l’État, le Louvre pour l’art ancien et le Luxembourg pour les artistes vivants, Cluny, Guimet, Versailles et Sèvres suffisaient à la satisfaction des amateurs. Si la Ville de Paris commandait régulièrement des peintures et des sculptures pour la décoration de ses monuments, elle laissait à l’État le soin d’encourager les artistes en leur achetant des œuvres au moment des Salons. Cette ligne de conduite changea autour de 1860 et la Ville commença à acheter des peintures et des sculptures lors des Salons annuels. Dans les dernières années du siècle, elle se mit aussi à acheter des objets d’art décoratif. Il n’y a pas lieu d’entrer ici dans l’histoire des musées ouverts à cette époque et qui existent toujours : Cernuschi (1898) et Victor-Hugo (1903). Elle trouvera sa place dans les interventions qui leur sont consacrées. En revanche, il faut rappeler le souvenir de deux établissements qui ont disparu depuis : le musée des collections artistiques, ou musée d’Auteuil, et celui des Arts appliqués, le premier musée Galliera.

Le musée d’Auteuil, préfiguration du Petit Palais

13Une collection municipale avait commencé à s’accumuler à l’Hôtel de Ville, puis boulevard Morland ; une partie fut aussi entreposée dans les combles de Carnavalet à partir de 1866 avec les œuvres et les objets achetés particulièrement pour ce musée à venir. La municipalité décida en 1886 la construction d’un édifice qui abriterait les richesses de la Ville et permettrait de les présenter au public. Ce fut le musée-dépôt d’Auteuil. Construit rapidement comme un bâtiment utilitaire, sans aucun faste, il fut inauguré en 1887. En 1894, la collection fut momentanément transportée au Cours-la-Reine, dans le pavillon de la Ville de Paris, mais elle retourna à Auteuil en 1896 en attendant d’être déployée au Petit Palais. Auteuil fut ainsi, pendant quelques années, moins un musée qu’une réserve visitable. Après la guerre de 1914, l’établissement fut fermé au public. Le mépris dans lequel était tombé entre les deux guerres l’art dit officiel du xixe siècle fit refouler du Petit Palais vers Auteuil ce résumé du travail de l’administration parisienne au xixe siècle et le dépôt s’ensevelit dans l’oubli pour plus de cinquante ans. En plusieurs étapes, autour de 1980, les œuvres entassées rue La Fontaine ont été déménagées vers un nouvel abri, à Ivry-sur-Seine. Le musée-dépôt d’Auteuil est le plus ancien de la Ville après Carnavalet. Ses collections sont aujourd’hui un prolongement de celles du Petit Palais.

Le musée des Arts appliqués

14La collection d’objets d’art que la Ville a commencé à constituer par des achats dans les salons d’art industriel était encore peu nombreuse à la fin du xixe siècle. Un concours de circonstances favorisa son développement. La Ville disposait en effet d’un bâtiment propre à faire un musée et qui se trouvait sans destination. Il avait été construit aux frais de Maria Brignole Sale, duchesse de Galliera, héritière de l’une des plus grandes familles de Gênes, afin d’abriter les collections qu’elle pensait léguer à la Ville de Paris. L’évolution de la situation politique en France fit revenir la duchesse sur ses intentions. À sa mort, en 1888, ce fut Gênes qui hérita des peintures et des sculptures, la Ville de Paris restant propriétaire de l’édifice. Si l’on en croit Quentin-Bauchart, c’est à son initiative qu’il fut décidé de transporter au palais Galliera les collections d’objets d’art de la Ville. L’idée était heureuse, le lieu se prêtant bien à l’exposition de ce type d’œuvres. Le musée fut ouvert en 1895. Après la Seconde Guerre mondiale, ses collections ont été réunies avec celles du Petit Palais et l’édifice abrite aujourd’hui un musée différent, celui de la mode et du costume, qui est donc le second musée Galliera.

Le musée Carnavalet

15Selon Quentin-Bauchart, l’idée de constituer un musée historique de la Ville de Paris fut inspirée à Haussmann par son ami et coreligionnaire Charles Read. Le projet d’urbanisme conçu par Napoléon III et le préfet entraînait de grandes destructions et son exécution faisait disparaître quantité d’édifices et de maisons et d’un intérêt artistique et historique considérable. La compensation de ces ravages fut une attention nouvelle portée à l’histoire de la ville et un plan pour sauvegarder des témoignages du passé que l’on était en train d’abolir. Un service des Travaux historiques fut institué et Read devint en 1865 directeur des Travaux historiques et des archives à la préfecture de la Seine. Aux collections qui s’étaient formées depuis 1816 autour du service des beaux-arts commencèrent alors à s’en ajouter d’autres, achetées ou recueillies en vue de constituer la mémoire de Paris. L’hôtel Carnavalet fut acquis en 1866 pour abriter le futur établissement. Il n’était pas encore installé et ouvert au public qu’une grande partie des objets acquis, que l’Hôtel de Ville abritait provisoirement, disparaissait dans l’incendie de 1871 avec la bibliothèque qui en formait le complément. La générosité de Jules Cousin, puis d’Alfred de Liesville, permit de combler les pertes et le musée Carnavalet, qui à l’époque ne faisait qu’un avec la Bibliothèque historique, fut ouvert au public en 1880. L’acquisition de l’hôtel Le Peletier de Saint-Fargeau dota la bibliothèque d’un siège tout proche, mais qui lui fut propre et, en 1897, les deux établissements furent séparés. Par sa date d’ouverture, Carnavalet est le plus ancien des musées de la Ville de Paris.

L’administration des Beaux-Arts en 1920

  • 10  Préfecture de la Seine. Direction du personnel. État général du personnel technique, Paris, Imprim (...)

16En 1919, l’administration des Beaux-Arts de la Ville est ainsi présentée dans l’État général du personnel technique10. À sa tête est un directeur des beaux-arts, des musées et des fêtes municipales, Raphaël Falcou. Il est assisté par un inspecteur des Beaux-Arts, Paul Just Laurens, et un inspecteur des musées et du service des fêtes, A. Defaux. Les musées sont alors au nombre de six : Carnavalet, le Palais des beaux-arts, c’est-à-dire le Petit Palais, Galliera, Cernuschi, Victor-Hugo et le dépôt des beaux-arts, c’est-à-dire Auteuil. Les chefs de ces établissements sont respectivement Jean Robiquet (Carnavalet), Henri Lapauze (Petit Palais), Eugène Delard (Galliera), Jean Henri d’Ardenne de Tizac (Cernuschi), Raymond Escholier (Victor-Hugo) et Louis Hourticq (dépôt). C’est la séparation du musée Carnavalet et de la Bibliothèque historique qui a donné à cette direction sa forme actuelle en réunissant l’ensemble des musées, établissements dont le nombre n’a cessé de croître au long du xxe siècle.

17Deux raisons expliquent cet accroissement. La première est que les collections ont été plusieurs fois redistribuées pour tenir compte des changements survenus dans le goût et les attentes du public. C’est ainsi qu’un musée d’art moderne, exclusivement consacré au xxe siècle, s’est formé à partir d’un noyau d’œuvres provenant du Petit Palais (1961). Les costumes et accessoires de mode qui faisaient primitivement partie de Carnavalet en ont été détachés pour devenir un musée autonome installé dans le Palais Galliera (1977). De nombreuses œuvres ont été transférées entre le dépôt d’Auteuil et le Petit Palais pour répondre aux curiosités nouvelles touchant l’art du xixe siècle. L’autre raison est l’afflux régulier des donations, dont les plus importantes (Cognacq-Jay, Bourdelle, Zadkine) ont constitué des musées en elles-mêmes. Le legs Hugo (Hauteville House à Guernesey) a été réuni à la maison de Victor-Hugo ; le musée du Général Leclerc de Hauteclocque et de la Libération de Paris – musée Jean Moulin regroupe plusieurs legs.

18Toutes ces générosités se sont greffées sur un tronc dont l’origine est à chercher dans l’action du grand préfet que fut Chabrol. En dépit des révolutions et des incessants remaniements de l’administration, la très solide organisation de la préfecture de la Seine a permis à un service des beaux-arts de mener une politique continue de commandes et d’achats. Si la plus grande partie des œuvres ainsi réunies était destinée à prendre place dans les monuments et dans l’espace public, les collections proprement dites n’ont cessé de croître et ont entraîné par le simple effet de leur augmentation l’ouverture de musées. Ceux-ci ont à leur tour suscité des donations dont l’histoire doit s’écrire ici.

Notes

1  Maurice Quentin-Bauchart, Conseil municipal de Paris. Rapport au nom de la 4e Commission sur la réorganisation du service des beaux-arts et des musées de la Ville de Paris, 1903.

2  Maurice Quentin-Bauchart, Les Musées municipaux. Palais des Beaux-Arts, musée Carnavalet, maison Victor-Hugo, musée Galliera, musée Cernuschi, Paris, Renouard et Laurens, 1912 (coll. « Les Richesses d’art de la Ville de Paris »).

3  Léon Martin, dir., Encyclopédie municipale de la Ville de Paris, Paris, Neger-Reeb, 1902.

4  Henry Lapauze, Palais beaux-arts de la Ville de Paris. Catalogue sommaire des collections municipales. Notice historique du Palais des beaux-arts et des collections municipales, Paris, Librairies-imprimeries réunies, 1906.

5  Marius Barroux, Le Département de la Seine et la Ville de Paris. Notions générales et bibliographiques pour en étudier l’histoire, Paris, Renaudin, 1910.

6  Joseph-Aimable grégoire, Relevé général des objets d’art commandés depuis 1816 jusqu’en 1830 par l’administration de la Ville de Paris et indication des lieux où ils sont placés, Paris, chez l’auteur, 1833 ; Itinéraire de l’artiste et de l’étranger dans les églises de Paris… Paris, chez l’auteur, 1833.

7  René Schneider, Quatremère de Quincy et son Intervention dans les arts (1788-1850 [1830 ?]), Paris, Hachette, 1910.

8  Pierre Pinon, Louis-Pierre et Victor Baltard, Paris, Monum-Éditions du Patrimoine, 2005.

9  Le rapport de Quentin-Bauchart (op. cit. à la note 1), donne une liste des membres de la Commission année par année de 1858 à 1903 (p. 164-168).

10  Préfecture de la Seine. Direction du personnel. État général du personnel technique, Paris, Imprimerie municipale, 1919, p. 503-509.

Pour citer cet article

Référence papier

Georges Brunel, « La formation des musées de la Ville de Paris et le développement de l’administration des Beaux-Arts », in Chantal Georgel (dir.), Choisir Paris : les grandes donations aux musées de la Ville de Paris (« Actes de colloques »).

Référence électronique

Georges Brunel, « La formation des musées de la Ville de Paris et le développement de l’administration des Beaux-Arts », in Chantal Georgel (dir.), Choisir Paris : les grandes donations aux musées de la Ville de Paris (« Actes de colloques »), [En ligne], mis en ligne le 23 septembre 2015, consulté le 24 mai 2017. URL : http://inha.revues.org/6884

Auteur

Georges Brunel

Conservateur général du patrimoine honoraire

Droits d’auteur

Tous droits réservés