Navigation – Plan du site
L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources - Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.)
Régénérer la société par les arts

Michel de Cubières, Le Progrès des arts dans la République, 1796-1797

Texte intégral

Introduction par Julie Ramos

Les propos de l’écrivain polygraphe Michel de Cubières, dit Palmézeaux (1752-1820) retracent les progrès des arts sous François Ier, Léon X, Auguste et Louis XIV, mais insistent sur le fait qu’ils eurent lieu sous l’influence des cercles éclairés (Colbert, les Médicis) et non des souverains, dont la vie corrompue, l’appas du gain et de la renommée, ainsi que la censure s’accordaient mal à leur valeur. Selon Cubières, s’est développée sous Louis XV une peinture frivole et licencieuse, à laquelle il oppose l’ascendant de l’art grec, qui sert ici de véritable modèle républicain. C’est d’ailleurs selon l’auteur à l’imitation d’Athènes que les monarchies doivent leurs réussites artistiques. C’est donc à la France républicaine qu’il revient selon lui de résoudre le clivage d’Ancien Régime entre le gouvernement et le système des beaux-arts, en les enrôlant dans une définition étendue de l’« art social ».

Le texte s’inscrit d’une part, dans la question de l’héritage artistique, dont l’État a désormais la charge et qui occupa les esprits de 1789 à 1793, d’autre part dans la continuité de la création de l’Institut national en 1795. Il est notamment contemporain de plusieurs rapports réclamant un politique de commandes aux artistes, au premier rang desquels celui que les trois sections des « arts réunis » (peinture, sculpture, architecture) adressent par la voix de l’architecte Léon Dufourny le 13 germinal an V, ou encore ceux recommandant de créer des écoles de dessin adossées à des musées sur l’ensemble du territoire, comme le propose au conseil des Cinq-Cent le député Jean-Marie Heurtauly de Lamerville dans son Rapport sur les écoles spéciales de peinture, de sculpture et d’architecture en 1797. Malgré la valorisation de l’émulation, ce nouveau recours au modèle antique, ainsi que la dimension interrogative des propos, indiquent que les résultats concrets de la régénération par les arts imaginée par les Révolutionnaires restent minces.


***

Michel de CUBIÈRES, Le Progrès des arts dans la République, poème ; Précédé d’un Discours dur le même sujet… par M. P. D. Cubières, Paris, Imprimerie Bertrand-Quinquet, An V [1796-1797]. Extraits p. iii-iv et xix-xxiii.

1J’ai cherché à prouver, dans le discours que je publie, que les arts fleurissent davantage, et font plus de progrès dans les républiques que dans les monarchies ; que les rois, loin d’encourager les grands artistes, les ont découragés ; et que la liberté seule peut véritablement exciter, électriser et aiguillonner les talents. L’entreprise était délicate, et présentait quelques difficultés ; j’avais à combattre des préjugés accrédités par le temps ; préjugés qu’ont fait naître les fameux siècles d’Auguste, de Léon X, et de Louis XIV ; heureusement la République Française est venue à mon secours : tant de prodiges ont précédé et suivi sa naissance, que celui du progrès des talents est un de ceux qui doit le moins étonner.

2Si l’on considère, en effet, la marche de l’esprit humain en France, depuis le 14 juillet 1789, on aura peine à concevoir, et cent fois plus de peine à calculer les pas immenses qu’il a faits vers la perfection. À ne parler d’abord que de l’art social, art le plus sublime et le premier de tous, puisqu’il consiste à rendre les hommes vivants en société, aussi heureux qu’ils puissent l’être : à ne parler, dis-je, de l’art social, quelle nation de l’Antiquité, quelle nation, même parmi les modernes, a vu éclore un plus grand nombre d’ouvrages politiques, ouvrages presque tous remarquables par la clarté, la solidité et les vues nouvelles qu’ils renferment […]

3Mais l’art social, me dira-t-on peut-être, mais l’économie politique, ne tiennent que peu ou presque point aux beaux-arts mis en réquisition par les rois, et qui, à la voix de ces derniers, couvrent la terre de prodiges ; et ce sont les progrès des beaux-arts que vous allez peindre, et non ceux de l’art social ; les philosophes cultivent celui-ci, et les rois seuls font fleurir les autres.

4Je conviens que les beaux-arts, encouragés par certains monarques, ont pu s’élever quelquefois à une grande hauteur, et se rendre dignes, par leurs efforts, de faire passer leurs chefs-d'œuvre à la postérité la plus reculée. Mais combien de monarques ont véritablement encouragé les sciences et les arts ? Les Anglais peuvent en compter un ou deux, les Espagnols à peu près autant ; les autres peuples nos voisins, cherchent encore les noms de ceux qui les ont tirés de l’ignorance, ils les cherchent et ne les trouvent pas. Quant aux Français, peuples si fameux par son amour pour les arts, et par les grands hommes de toute espèce qu’il a vu naître ; quant aux Français, dis-je, il n’a pas vu un seul roi encourager véritablement les talents ; et si les talents ont abondé en France, c’est à la nation seule, et non à ses monarques, qu’il en faut attribuer la gloire […]

5Plus nous approchons des Grecs, plus nous sommes près de la perfection ; plus nous nous en éloignons, plus nous sommes loin d’elle, et par conséquent de la nature : qu’on juge des progrès que nous ferons désormais dans les arts, puisque nous venons d’acquérir les seuls trésors qui nous manquaient pour leur ressembler parfaitement, la liberté et la République.

6Ne voit-on pas le Corps législatif et le Directoire, suivant une morale opposée à celle que les rois ont suivie, régénérer les arts sans aucun détriment pour le commerce et l’agriculture ? François Ier, par exemple, avait peuplé la France de moines et de savants ; et la France, grâce aux bienfaisants décrets de la Convention, sera désormais peuplée de laboureurs, de marchands, d’artisans, de soldats ; et comme elle ne leur a point défendu de devenir savants, ou de se perfectionner dans les arts, la France pourra-t-elle jamais manquer de savants ou d’artistes ? François Ier remplit le barreau de chicaneurs, les chaires de disputeurs, et les cloîtres de fainéants : la Convention a supprimé les moines, et a transformé leurs cloîtres en ateliers ; elle a chassé des grandes villes les oisifs qui n’y faisaient rien, pour les rendre à la culture des terres ; et, simplifiant l’immense dédale de lois, elle a réduit le code et le digeste à la touchante loi naturelle. François Ier et d’autres monarques avaient augmenté à l’infini le nombre des hommes inutiles ; et la paresse et l’inutilité sont aux yeux de nos législateurs des crimes capitaux. Les poètes, sous Léon X et sous d’autres despotes, étaient obligés, pour avoir à dîner, de composer de mauvais vers ; on les humiliait, on les flétrissait par cet usage tyrannique ; et le Corps Législatif les ennoblit et leur élève l’âme, en leur donnant une place honorable dans les fêtes républicaines. Lequel est-ce du Corps Législatif ou de François Ier, de Léon X ou des autres tyrans religieux ou profanes, qui a rendu le plus de services aux beaux-arts et aux sciences ? Faut-il le demander ? Les représentants d’un grand peuple, c’est-à-dire, le peuple lui-même, ne font rien de contraire à ses véritables intérêts ; et les rois, même avec les meilleures intentions, ressemblent aux harpies, qui gâtent tout ce qu’elles touchent […]

7Des intérêts privés occupent seuls l’artiste monarchique ; ce sont des intérêts vastes et généraux, qui mettent aux mains du républicain le compas ou la lyre, le burin ou le pinceau, qui le poussent à la tribune du Sénat ou à celle du lycée… Vos aigles du barreau, tant vantés avant la révolution, qu’est-ce que leurs plaidoyers vous présentent ? La défense ingénieuse de tel ou tel individu, qui n’influait en rien sur le bonheur ou le malheur du peuple. Que voyez-vous dans les harangues de Démosthène et de Cicéron, et dans celles des orateurs qui, depuis la Révolution, ont mérité de leur être comparés ? Vous y voyez que ces grands hommes n’ont jamais traité que des questions grandes et majestueuses, que des sujets qui s’étendaient à tout, et qui, par leur latitude, embrassaient, pour ainsi dire, les deux pôles du monde […]

8On me dira, pour dernière objection, le monarque accorde des récompenses ; il fait vivre ainsi le talent que l’indigence opprimerait, et procure une nouvelle énergie à celui qui a de quoi vivre ; mais la nation n’en accorderait-elle pas aussi, et n’est-il pas plus glorieux d’en recevoir de sa main que de celle d’un tyran ? La Convention n’a-t-elle pas ouvert plusieurs concours, où les peintres, les musiciens, les poètes remporteront des prix sous les yeux du public lui-même ; et lequel vaut mieux, je vous prie, d’être couronné de lauriers dans une fête nationale, ou d’obtenir un pourboire dans une antichambre ? Ah ! les couronnes civiques, murales ou obsidionales, valaient bien, chez les Romains, toutes les pensions d’Auguste ; et toutes les pensions de Louis XIV ne valaient pas une mention honorable obtenue aujourd’hui au procès-verbal du Corps Législatif. On ne peut, sans s’avilir, accepter un présent du roi ; une nation n’en fait que pour rendre hommage à la vertu et au génie ; et c’est dans ce cas seulement, que celui qui reçoit doit être plus reconnaissant que celui qui donne.

Pour citer cet article

Référence papier

« Michel de Cubières, Le Progrès des arts dans la République, 1796-1797 », in Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.), L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources, INHA (« Sources »), 2014.

Référence électronique

« Michel de Cubières, Le Progrès des arts dans la République, 1796-1797 », in Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.), L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources, INHA (« Sources »), 2014, [En ligne], mis en ligne le 11 septembre 2014, consulté le 28 septembre 2016. URL : http://inha.revues.org/6778

Droits d’auteur

Tous droits réservés