Navigation – Plan du site
L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources - Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.)

Les auteurs

Texte intégral

Arnaud Bertinet

1Arnaud Bertinet est ATER à Aix-Marseille Université. Il a été post-doctorant au sein du Labex CAP à l'INP et à l'INHA, pour le projet « Évacuer le musée, entre sauvegarde du patrimoine et histoire du goût, 1870-1940 » et à l’université François-Rabelais de Tours dans le cadre du programme ANR-DFG ArtTransForm. Auteur d’une thèse La politique artistique du Second Empire : l'institution muséale sous Napoléon III, ses recherches portent sur l’histoire des musées, des institutions artistiques et du patrimoine en Europe. Parmi ses publications récentes « From Model Museum to the fear of the Uhlan, Museums’ Relations between France and Germany during the Second French Empire », Savoy, Bénédicte, Meyer, Andrea (dir.), The Museum is open. Towards a Transnational History of Museums 1750-1940, Berlin 2013 ; « Le décor sculpté des musées français, les figures d’artistes », Bonnet, Alain, Jagot, Hélène (dir.), L’Artiste en représentation, cat. exp. Musée de la Roche sur Yon 2012 ; « Les fondations de musées locaux sous le Second Empire : l’exemplaire M. Jubinal », Histo.Art. Travaux de l'Ecole doctorale d'Histoire de l'art, n°4, Paris, PUS, 2012.

Anne-Marie Bouchard

2Anne-Marie Bouchard est historienne de l’art, boursière postdoctorale du Conseil de la recherche en sciences humaines du Canada, et poursuit des recherches sur l’illustration photographique des journaux européens de l’entre-deux-guerres à l’Université McGill (Montréal). Elle est chargée de cours à l’Université de Montréal depuis 2007. Ses publications concernant la culture médiatique et visuelle, l’art social et l’anarchisme sont parues dans les Cahiers du monde russe, Études littéraires, Belphégor, Textimage et Médias19 ainsi que dans l’ouvrage collectif L’Art de la caricature (dir. Ségolène Le Men) édité en 2010. Plus récemment, elle a publié plusieurs livres et articles sur l’art actuel québécois.

Jérémie Cerman

3Jérémie Cerman est maître de conférences à l’Université Paris-Sorbonne (Paris IV). Co-organisateur en 2006 du colloque Visible et Lisible. Confrontations et articulations du texte et de l’image, dont les actes sont parus en 2007 aux éditions Nouveau Monde, il soutient en 2009 une thèse de doctorat consacrée aux papiers peints Art nouveau, publiée en 2012 aux éditions Mare & Martin (Le papier peint Art nouveau. Création, production, diffusion). En 2011-2012 il participe également, en tant que pensionnaire, au programme « Histoire de l’ornement » de l’INHA. Ses recherches portent sur l’histoire des arts décoratifs des xixe et xxe siècles, et se concentrent en particulier sur les périodes Art nouveau et Art déco ainsi que sur la question de l’art industriel.

Jean Colrat

4Jean Colrat est agrégé de philosophie et docteur en histoire de l'art (Joindre les mains errantes de la nature. La reprise picturale du visible par Cézanne, à paraître en 2013). Ses recherches portent sur la peinture française de la deuxième partie du xixe siècle et sur la pensée esthétique de ce temps, particulièrement sur l'esthétique scientifique. Il est également membre fondateur du Centre Victor Basch (Université Paris IV). Il a publié Des lieux incertains (Actes Sud, 2001), ainsi que plusieurs articles (« Eugène Véron : contribution à une histoire de l'esthétique au temps de Spencer et Monet », 2008 ; « Rendre l'âme. Jean-Jacques Henner et le spiritualisme », 2012).

Elitza Dulguerova

5Elitza Dulguerova est maître de conférences en histoire et théorie de l’art à l’Université de Paris I. Ses recherches portent sur l’histoire sociale de l’art et l’histoire des idées en Russie/URSS et, parallèlement, sur l’exposition comme enjeu artistique et social dans l’art moderne et contemporain. Elle a dirigé en 2010 le numéro thématique « Exposer » de la revue Intermédialités (no 15/2010) et termine actuellement le livre Usages et utopies : l’exposition dans l’avant-garde russe prérévolutionnaire (1900-1916) qui paraîtra aux Presses du réel.

Catherine Fraixe

6Catherine Fraixe enseigne à l’ENSA Bourges et est chercheuse associée au CEHTA-EHESS. Elle travaille principalement sur le développement de modèles européens dans l'historiographie de l'art moderne de l'entre-deux-guerres à la guerre froide. Elle a notamment publié  « L'Amour de l'art. Une revue "ni droite ni gauche" au début des années 30 » dans Les revues d’art :formes, stratégies et réseaux au XXe siècle, sous la dir. d'Yves Chevrefils Desbiolles et Rossella Froissart, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2011, et a co-dirigé avec Christophe Poupault et Lucia Piccioni Vers une Europe latine. Acteurs et enjeux des échanges culturels entre la France et l'Italie fasciste, Bruxelles, Editions Peter Lang, en partenariat avec l'INHA/Paris (à paraître).

Fabienne Fravalo

7Fabienne Fravalo, doctorante en histoire de l’art contemporain, est chargée de cours à l’université Lyon III-Jean Moulin. Elle prépare une thèse sur la revue Art et décoration et ses rapports critiques et théoriques avec l’Art nouveau comme expression d’un art décoratif moderne. Chargée d’études et de recherches à l’Institut national d’histoire de l’art de 2009 à 2013, elle a également travaillé sur l’apport des revues à l’historiographie française de l’art au xxe siècle.

Rossella Froissart Pezone

8Rossella Froissart Pezone est Professeur à l’Université Aix-Marseille et responsable, au sein de l’UMR 7303 TELEMME, du groupe AReA (Arts et Relations entre les Arts). Ses recherches portent sur le décor, les arts décoratifs et l’ornement au tournant du xixe et xxe siècles. Elle est l’auteur de L'Art dans Tout : les arts décoratifs en France et l'utopie d'un Art nouveau (Paris, CNRS Editions, 2004). Après avoir publié plusieurs articles sur les questions du statut esthétique du décor et de l’ornement, sur la formation de l’artiste décorateur et sa place dans la France des débuts de l’industrialisation, elle a porté ses recherches sur la renaissance de la tapisserie dans la première moitié du xxe siècle. R. Froissart s’est également penchée sur la presse artistique et son rôle dans la diffusion des modèles, comme relais des théories du décor, en lien avec la structuration historiographique de ce champ et les débats modernistes.

Marie Gaimard

9Marie Gaimard achève sous la direction de Claude Massu (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) une thèse de doctorat en histoire de l’architecture contemporaine portant sur l’œuvre de Jean Walter (1882-1957). Elle a co-dirigé l’ouvrage Métier : architecte. Dynamiques et enjeux professionnels au cours du xxème siècle, paru en 2013 aux publications de la Sorbonne (collection “Histo.art”). Outre une activité d’enseignement à l’École nationale supérieure d’architecture de Normandie, elle anime avec Marguerite Vappereau – historienne du cinéma – le groupe de recherche PLAYTIME, ayant pour objet une réflexion transversale entre l'architecture et l'audiovisuel.

Jean-François Luneau

10Jean-François Luneau est maitre de conférences en histoire de l'art contemporain à l'Université Blaise Pascal (Clermont-Ferrand II), et membre du Centre d'histoire "espaces et cultures" (EA 1001). Il est l'auteur d'une thèse sur Félix Gaudin (1851-1930, peintre verrier et mosaïste, publiée en 2006, et d'une habilitation à diriger des recherches sur le thème Art et industrie au milieu du xixe siècle. L'Exposition universelle de Londres (1851) et le rapport Laborde, soutenue en 2012.

Neil McWilliam

11Neil McWilliam enseigne l'histoire de l'art à Duke University aux Etats-Unis où il est Walter H. Annenberg Professor of Art & Art History. Spécialiste de l'art français du dix-neuvième et du début du vingtième siècles, il poursuit des recherches sur la critique d'art, la statuaire, et les rapports entre l’art et la pensée politique. McWilliam a publié des monographies sur l'esthétique des groupes radicaux et utopistes sous la Monarchie de juillet (Dreams of Happiness. Social Art and the French Left, 1993 ; traduction française Rêves de bonheur. L'art social et la gauche française, 2007) et sur le sculpteur nationaliste Jean Baffier (Monumental Intolerance. Jean Baffier, A Nationalist Sculptor in Fin-de-siècle France, 2000). Son édition de la correspondance choisie d’Emile Bernard est parue aux Presses du réel en 2012.

Catherine Méneux

12Catherine Méneux est maître de conférences à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Auteure d’une thèse de doctorat sur Roger Marx soutenue en 2007, elle a assuré le commissariat scientifique de l’exposition Roger Marx, un critique d’art aux côtés de Gallé, Monet, Rodin, Gauguin… (Nancy, 2006). Ses travaux interrogent les rapports entre les arts et la politique au xixe siècle et portent notamment sur les questions relatives à la réception critique et l’historiographie. Dans ce dernier domaine, elle a contribué à la réédition de La Promenade du critique influent. Anthologie de la critique d’art en France 1850-1900 (2010) avec Jean-Paul Bouillon et elle s’est intéressée aux parcours d’artistes tels Degas, Rodin et les Nabis, ainsi qu’aux expositions coloniales.

Jean Nayrolles

13Jean Nayrolles est professeur d’histoire de l’art contemporain à l’Université de Toulouse-II Le Mirail. Il a consacré de nombreuses années de recherche au mouvement de redécouverte du Moyen Age à travers la production artistique et la production historiographique des temps modernes (L’invention de l’art roman à l’époque moderne (XVIIIe-XIXe siècles), PUR, 2005). Il s’est orienté plus récemment (HDR, 2010) vers une approche anthropologique de l’histoire de l’art.

Katia Papandreopoulou

14Katia Papandreopoulou achève une thèse de doctorat en histoire de l’art contemporain à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne sur « Camille Mauclair (1872-1945), critique et historien de l’art ». Ses recherches portent sur la critique d’art et le nationalisme. Elle s’est également intéressée à l’histoire des intellectuels dans l’entre-deux-guerres. De 2009 à 2011, elle a assisté le commissariat de l’exposition Odilon Redon, Prince du Rêve (Paris, Grand Palais 2011).

Michela Passini

15Chercheure au CNRS (IHMC-ENS), Michela Passini a notamment publié La fabrique de l'art national. Le nationalisme et les origines de l'histoire de l'art en France et en Allemagne, 1870-1933 (Paris, Maison des Sciences de l'homme, 2012). Ses recherches portent sur l'histoire de l'histoire de l'art, des musées et du patrimoine.

Florent Perrier

16Professeur en Esthétique à l’Ecole supérieure d’art du Nord-Pas de Calais, Florent Perrier, Docteur de l’Université Paris I, est chercheur associé à l’Institut Mémoires de l’édition contemporaine et aux Archives Walter Benjamin de Berlin. Il est avec Henri Lonitz l’éditeur scientifique du Passagen-Werk dans la nouvelle édition allemande des écrits de W. Benjamin et avec Michel Métayer, responsable scientifique de cette même édition critique à paraître en français aux éditions Klincksieck. Il a édité et préfacé en 2006 l’ouvrage posthume de J.-M. Palmier, Walter Benjamin. Le chiffonnier, l’Ange et le Petit Bossu et a été conseiller scientifique auprès du Musée d’art et d’histoire du Judaïsme pour l’exposition Walter Benjamin Archives. Outre sa thèse sur les rapports entre l’art, l’utopie et le politique à paraître aux éditions Payot dans la collection « Critique de la politique », il prépare un ouvrage consacré aux regards politique et esthétique de W. Benjamin sur l'œuvre de Charles Fourier.

Julie Ramos

17Julie Ramos est maître de conférences à l'université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Elle est auteure d'articles et de conférences sur le romantisme allemand et français, en particulier sur l'interaction et la synthèse des arts. Elle a notamment publié l'ouvrage Nostalgie de l'unité. Paysage et musique dans la peinture de P. O. Runge et C. D. Friedrich (Presses Universitaires de Rennes, 2008) et co-dirigé avec Nathalie Blanc un livre d'entretiens d'artistes sur l'art contemporain et l'écologie (Ecoplasties. Art et environnement, Manuella éditions, 2010). Elle a été conseillère scientifique à  l'INHA de 2009 à 2013 pour le domaine de recherche « L'art par-delà les beaux-arts ».

Estelle Thibault

18Estelle Thibault est maître-assistante à l’École nationale supérieure d’architecture de Paris-Belleville où elle enseigne le projet et l’histoire des théories architecturales. Chercheur à l’Ipraus (UMR AUSser 3329, Université Paris-Est), elle a notamment publié La géométrie des émotions. Les esthétiques scientifiques de l’architecture (Wavre, Mardaga, 2010).

Bertrand Tillier

19Docteur de l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Bertrand Tillier est professeur d'histoire de l'art contemporain à l'université de Bourgogne, où il dirige le Centre Georges Chevrier. Ses travaux interrogent les rapports entre les arts et la politique, aux xixe et xxe siècles, dans la perspective d'une histoire culturelle des imaginaires et des sensibilités. Parmi ses derniers livres parus : Napoléon, Rude et Noisot, Histoire d'un monument d'outre-tombe (Les Editions de l'Amateur, 2012).

Pierre Vaisse

20Ancien élève de l’E.N.S. Ulm, agrégé de lettres classiques, Pierre Vaisse a été professeur d’histoire de l’art contemporain aux Universités de Lyon 2, Paris X-Nanterre et Genève. Ses publications portent sur Dürer, la peinture du xixe siècle et les institutions artistiques, les rapports artistiques franco-allemands, la tapisserie aux xixe et xxe siècles, Le Corbusier et l’architecture du xxe siècle, les rapports de l’art et de la politique et l’historiographie de l’art.

Noriko Yoshida

21Née à Tokyo et ayant soutenu un doctorat en histoire de l’art à l’Université de Paris X-Nanterre en 2003, Noriko Yoshida est, depuis 2006, professeur associé en histoire de l’art contemporain européen à l’Université Chuo (Tokyo). Spécialiste des questions liées à l’affiche française des xixe et xxe siècles, intéressée par la question de la réception, de la reproductibilité et de la diffusion de l’image dans l’espace public et privé, elle a aussi été chercheur associé à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense en 2012-2013. Dernières publications : « Jules Chéret et la critique d’art : de Roger Marx à Gustave Kahn », in Ségolène Le Men et Réjane Bargiel (dir.), La Belle Époque de Jules Chéret : de l’affiche au décor (Paris, Les Arts Décoratifs, Bibliothèque nationale de France, 2010) ; la traduction japonaise de Seurat & Chéret : Le peintre, le cirque et l’affiche par Ségolène Le Men (Tokyo, Sangensha, 2013).

Pour citer cet article

Référence papier

« Les auteurs », in Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.), L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources, INHA (« Sources »), 2014.

Référence électronique

« Les auteurs », in Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.), L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources, INHA (« Sources »), 2014, [En ligne], mis en ligne le 10 juin 2014, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://inha.revues.org/6679

Droits d’auteur

Tous droits réservés