Navigation – Plan du site
L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources - Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.)
Régénérer la société par les arts

George-Marie Raymond, De la peinture considérée dans ses effets, 1798

Texte intégral

Introduction par Julie Ramos

Le texte de Georges-Marie Raymond (1769-1839) reçut le troisième prix du concours ouvert en l’an VI (13 décembre 1797) pour la rédaction d’un mémoire sur « l’influence de la peinture sur les mœurs et le gouvernement d’un peuple ». Son auteur est alors secrétaire général du département du Mont-Blanc. Il deviendra directeur de l’Ecole centrale et contribuera à la fondation du musée de Chambéry dont il sera nommé conservateur en 1807, puis directeur de l’école de dessin en 1820. Publié à compte d’auteur, ce véritable traité de 257 pages comporte deux parties, « Des moyens qu’emploie la peinture et des objets de ses imitations » et « Des effets de la peinture et de son influence morale et politique », dont est tiré l’extrait proposé. Sa particularité est de partir de la réception populaire des arts, plutôt que du point de vue des artistes ou des amateurs. Ainsi, Raymond fustige la seule délectation des formes pour valoriser, d’une part la moralité des sujets, d’autre part la nécessité d’une exécution susceptible d’émouvoir. Il oppose ainsi un art de collectionneurs à un art sentimental, capable de susciter l’adhésion du spectateur. Il s’appuie sur de nombreuses lectures, notamment Rousseau et Dubos, et reprend le lieu commun winckelmannien d’une corrélation entre le développement des arts et le système politique. Il y ajoute toutefois l’idée que les modernes ne peuvent retrouver cette naïveté première qu’au prix d’une réflexion sur les moyens de l’art, auquel il rattache par ailleurs les cours de dessin de François-Marie Neveu à l’Ecole polytechnique et qui lui fait ici écarter l’usage des allégories inaccessibles au peuple. C’était remettre en question un levier largement employé par les artistes de la Révolution et que la création de l’Institut national avait placé sous l’égide de la « réunion des arts, des lettres et des sciences » (Pommier 1991, p. 303-310). Ce parti-pris explique le rapport mitigé de la commission désignée pour évaluer le concours.

En cette période particulièrement agitée par la question de la responsabilité des institutions publiques, Raymond préconise enfin de légiférer sur les arts, jusqu’à envisager l’usage de la censure. Ce faisant, il reconduit l’une des contradictions majeures dont hériteront les tenants de l’art social au xixe siècle, entre la revendication de la liberté de l’artiste et la dimension de propagande officielle d’un art destiné à forger la société.


***

Georges-Marie Raymond, De la peinture considérée dans ses effets sur les hommes en général et de son influence sur les mœurs et le gouvernement des peuples, 1798. Extraits p. 158, 166-173, 174-175, 204, 205-206, 211-212, 234-238.

Seconde partie
Des effets de la Peinture et de son influence morale et politique

1Pour parvenir à connaître dans toute son étendue l'influence que les arts peuvent avoir sur l'homme social, il faut d'abord les suivre dans leurs effets sur l’homme privé, examiner ensuite les conséquences de ces effets sur les mœurs publiques, et enfin considérer ces arts, soit dans la sorte de dépendance où ils peuvent être de la politique des gouvernements, soit dans leurs rapports immédiats avec la société et dans leur influence nécessaire sur telle ou telle situation politique de l’État.

  • 1  note de l’auteur Toutes ces sortes de choses, dit Plutarque, qui n’ébranlent pas l’âme du specta (...)
  • 2  note de l’auteur « Si l'objet nous semble trop facile à peindre, ou indigne d'être imité, le mép (...)

2 Pour que l’influence de la Peinture se généralisât davantage parmi les hommes, il serait à désirer que les artistes s'attachassent moins souvent à des sujets qui ne disent rien à l'esprit ni au cœur. Pourquoi employer tant de talent à peindre une scène indifférente ? On dirait qu’il suffit au peintre d'obtenir le suffrage des connaisseurs dans son art ; mais l'émotion qu'il ferait naître dans l'âme des spectateurs ne serait pas un suffrage moins flatteur pour lui. Les larmes que Racine arrache à son auditoire ne valent-elles pas tous les applaudissements ? Les applaudissements sont quelquefois le signe d'une vraie satisfaction ; mais ils annoncent que l'on s'occupe plus de l'artiste et des moyens de son art que du sujet représenté, et le cœur y entre rarement pour quelque chose1. Depuis longtemps, Dubos crie aux artistes : « Laissez ces originaux incapables de nous affecter par eux-mêmes, laissez ce villageois passant son chemin et conduisant quelques bêtes de somme, cette femme qui revient du marché, cet animal qui se repose et regarde indifféremment autour de lui. » Ce conseil vraiment philosophique a été vainement répété depuis ; nous ne voyons pas moins se multiplier les tableaux les plus insignifiants, et les salons et les galeries se remplir de sujets triviaux qui ne méritent pas même de fixer un instant le regard de l'homme de goût2.

  • 3  note de l’auteur Pline parle de ces temps de dégénération où les peintures basses et triviales d (...)

3On méconnut longtemps chez les Anciens cet abus ridicule des arts, et ce ne fut que lorsque les mœurs des Grecs furent entièrement corrompues qu'ils s'écartèrent totalement de leur destination3. Mais auparavant ils ne furent que les interprètes du génie. L'artiste, dit Winckelmann, n'était pas obligé de descendre aux petites choses pour remplir les vides d'une maison, ni d'abaisser son génie au goût mesquin d'un propriétaire opulent : ce qu'il exécutait était analogue aux idées élevées de toute une nation.

4Les peintures dont nous parlons ne peuvent être ici le sujet de nos réflexions, puisqu'elles sont à peu près nulles sous le rapport de l'influence morale qui fait l'objet de nos recherches. Cependant, je suis éloigné de les regarder comme tout à fait indifférentes à cet égard, et voici, selon moi, les effets qu'elles produisent. Elles accoutument à ne juger que de l’art, à ne chercher dans les œuvres des artistes que la beauté de l'exécution ; et à force de n'observer que de cette manière, on ne voit plus dans les tableaux que de la peinture, et les sujets les plus intéressants deviennent froids à leur tour.

5Cette influence étend à la longue ses effets sur toutes les classes d'hommes, et le vulgaire qui ne sent pas le prix du travail, finit par n'éprouver aucune impression. Aussi je les crois bien loin de nous ces temps où la politique avait à redouter, sous certains rapports, les effets des productions des arts d'imitation. Si nous jugeons du degré de leur avancement par l'enthousiasme qu'ils inspirent, il faut avouer que nous sommes bien inférieurs aux Anciens, autrement il faudrait penser que le refroidissement croît en proportion du perfectionnement des arts. Aujourd'hui, leurs productions n'attachent que les artistes ou les connaisseurs : le vulgaire reste insensible devant nos plus beaux chefs-d'œuvre ; il entre avec indifférence dans les salles de nos concerts et passe de sang-froid devant les tableaux de Raphaël.

6 Ailleurs, le connaisseur parcourt une série de tableaux avec ce froid esprit de critique qui suppose l'absence du sentiment et qui ne s'occupe que de la comparaison de l'exécution avec les règles connues de d'Art ; il suit le jet des draperies dans tous leurs plis ; il étudie le jeu de la lumière dans ses diverses réflexions ; il consulte le coloris, il examine le naturel ou la grâce des attitudes, l'ordonnance et l'action des muscles, la proportion dans le dessin et la dégradation dans les couleurs ; et au milieu de tout cet examen auquel le cœur n'a pas la moindre part, il juge avec flegme de la mécanique du travail, et l'impression morale est absolument nulle. C'est au sentiment, leur seul juge suprême, que devraient s'adresser les productions des arts ; mais les artistes ne parlent souvent qu'à l'esprit, parce que le froid raisonnement, en usurpant les droits du sentiment, s'est arrogé seul celui d'apprécier leurs œuvres.

7Nous nous trouvons conduits directement à une observation fondée sur 1'expérience, et qui se rapporte à ce que nous avons dit plus haut. L'intérêt qui nous attache au sujet d'une peinture est loin de croître en proportion du mérite réel de l'exécution, moins encore de la réputation de l'auteur ; je crois plutôt qu'il diminue en raison inverse de ces deux choses. L'intérêt partagé s'affaiblit : c'est là une de ces vérités trop connues pour avoir besoin d'être répétées. Ce que le nom de l'auteur et le matériel de l'ouvrage emportent d'admiration, est pris au préjudice de l'impression que produirait le sujet représenté. À mesure que l'Art se perfectionne, on court après les chefs-d'œuvre, on admire le peintre et la peinture, et le modèle est oublié.

8 Mais faudra-t-il donc briser nos belles statues et brûler les chefs-d'œuvre qui remplissent nos Musées ? Faudra-t-il replonger les arts dans leur grossièreté primitive ? Croira-t-on que c'est là le parti que je veux suggérer ? Et me prendra-t-on pour l'ennemi des arts perfectionnés ? Non, le lecteur judicieux ne me prêtera pas une aussi étrange erreur de raisonnement, il ne tirera pas une conséquence aussi absurde de mes observations. Je sens avec lui que si les ébauches imparfaites de l'Antiquité excitaient une impression vive, ce n'est pas parce qu'elles étaient imparfaites, mais parce que les arts étaient nouveaux et que leurs productions étonnaient les hommes. Si les ouvrages parfaits frappent moins dans un siècle plus avancé, c'est qu'en parcourant le long intervalle qu'il a fallu franchir pour amener les arts à cet état de perfectionnement, les hommes ont eu le temps de s'accoutumer à leurs productions.

  • 4  note de l’auteur Émile, tom. II.

9 il est plus facile d'ébranler l'imagination que l'esprit, et l'œil offre le chemin le plus court pour arriver à l'âme. « Maîtres, dit J. Jacques, peu de discours ; donnez toutes vos leçons en exemples, et soyez sûrs de leurs effets4

10 Un spectacle inattendu, en donnant à l'âme une secousse imprévue, peut y jeter quelquefois tout-à-coup le germe de la vertu.

11 Mais si vous voulez qu'en général vos tableaux exercent un effet puissant sur l'âme des spectateurs, mettez-y en action l'espèce d'ébranlement et de sensation que vous voulez produire ; choisissez vos personnages dans la classe d'hommes que vous avez en vue, et affectez-les de la même manière que vous voulez affecter ceux-ci : c'est-à-dire, au lieu de ne présenter, par exemple, que le châtiment du crime, placez auprès de ce spectacle le crime lui-même dans l'épouvante ; le scélérat sera ébranlé par l'effroi de son semblable, vous aurez établi ainsi une espèce de conducteur qui transmettra l’ébranlement dans son âme, et vous aborderez cette âme par le seul point peut-être où elle soit accessible.

12 Si la Peinture, comme d'autres branches du génie ou de l'industrie de l’homme, a plus d'une fois été placée au rang des choses inutiles, ce n'a pu être que d'après les abus qu'en font journellement ces artistes glacés qui méconnaissant la vraie destination des arts, et incapables de la concevoir et de s'élever jusqu'à elle, ne font des tableaux que pour faire de la peinture. Ces productions oiseuses, que les hommes bornés ne manquent jamais de confondre avec l'Art lui-même, ressemblent à ces plantes inutiles qui se multiplient de toute part auprès des autres dans un jardin négligé. Cet abus qui, malheureusement, n'est pas le plus à craindre, devrait sans doute être réformé dans les arts comme dans les lettres ; ce serait un hommage rendu au génie et à la raison.

13... Mais quoi ! faudra-t-il enchaîner la plume et le pinceau et leur prescrire les sujets de leurs choix ? L'imagination et le talent, comme la pensée, ne s'éteindront-ils pas dans les entraves qu'on leur opposera ? Eh ! il s'agit bien de talent et de génie, quand on hasarde la perte irréparable des mœurs et que l'on joue le bonheur des hommes ! Est-ce donc sur le mérite d'un livre, d'une statue ou d'un tableau que reposent les fondements des États et le sort des citoyens ?... Mais non, un frein salutaire n'étouffe pas le génie, qui n'est capable que de grandes choses. Quel est l'artiste animé de ce feu divin, qui dédaignera les objets sublimes de son art et qui chancellera dans sa belle et vaste carrière, parce qu'il sera défendu aux imitateurs de s'abaisser à de viles productions ? Cette défense ne le concerna jamais, son propre génie la lui a faite depuis longtemps ; elle ne s'adresse qu'au talent médiocre ou au délire d'une imagination égarée, et l'un et l'autre n'ont que trop besoin de régulateur.

14La liberté civile de chaque citoyen a pour limite naturelle l'intérêt de chacun des membres de la société ; l'exercice de cette liberté doit s'arrêter là où commence le préjudice de ces membres ou de quelqu'un d'entre eux. Ce terme que posent le pacte social et les lois fut-il jamais regardé comme une vexation, comme une entrave attentatoire aux droits naturels du citoyen ? N'en est-il pas au contraire le plus ferme appui et la garantie la plus évidente ? N'est-ce pas pour ma propre sûreté qu'il m'est défendu d'attenter à celle de mon voisin ? Et si je pouvais troubler son existence, n'aurait-il pas le même droit à mon égard ? Le premier qui se soulève contre son semblable ne se soulève-t-il pas contre la société entière, et tous les membres ne trouvent-ils pas en lui un ennemi commun ? La liberté individuelle qui n'aurait pas de bornes, serait donc une monstruosité ; elle ne peut se concevoir un seul instant, c'est l'image de l'affreux chaos. Cette théorie simple et claire de la liberté de l'homme social, sentie et développée par tous les publicistes, doit s'appliquer avec rigueur à chacune des branches de la liberté civile en exercice. On a souvent comparé la liberté de la presse, à laquelle j’assimile celle des arts, à ces armes dont les hommes peuvent abuser et dont les lois néanmoins ne proscrivent pas l'usage. Les lois ont raison quant au général ; mais que dirait-on de ces lois, si, parce qu'elles permettent le port de ces armes, elles ne punissaient pas l'assassin qui s'en serait servi pour égorger son frère ? Non, les lois ne doivent pas limiter la carrière des lettres et des arts, mais elles doivent frapper l'ennemi des mœurs qui abuse de son talent pour détruire la morale publique ; elles ne doivent pas guider froidement le pinceau de l'artiste, mais le lui arracher des mains quand il le prostitue.

15Les arts appartiennent au législateur, il doit les conserver à leur noble destination ; il doit veiller à ce qu'une main perfide ne se serve de leurs attraits, comme d'un parfum séduisant, pour couvrir un breuvage empoisonné.

16 Puissent les législateurs, se proposant enfin le vrai bonheur et le perfectionnement de l'homme social, travailler utilement à la restauration des mœurs et à l'extirpation de toutes les sources empoisonnées qui versent dans la société un venin corrupteur tendant à tout dépraver, et à saper avec force les fondements des États !

Lire le texte original

Notes

1  note de l’auteur Toutes ces sortes de choses, dit Plutarque, qui n’ébranlent pas l’âme du spectateur et ne commandent pas à sa volonté, sont absolument inutiles ; mais la vertu en action reste rarement sans effet (Plut. in Pericl.)

2  note de l’auteur « Si l'objet nous semble trop facile à peindre, ou indigne d'être imité, le mépris, le dégoût s'en mêlent ; le succès même du talent prodigué ne touche point... Il en est de la Poésie comme de la Peinture : quel effet se promet un pénible écrivain qui pâlit â copier fidèlement une nature aussi froide que lui ? » (Marmontel.)

3  note de l’auteur Pline parle de ces temps de dégénération où les peintures basses et triviales de Pyréïcus étaient préférées à des ouvrages dont les sujets mieux choisis étaient d'ailleurs exprimés avec plus de dignité. À cet égard, les hiparographes modernes n’ont pas à se plaindre de nous.

4  note de l’auteur Émile, tom. II.

Pour citer cet article

Référence papier

« George-Marie Raymond, De la peinture considérée dans ses effets, 1798 », in Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.), L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources, INHA (« Sources »), 2014.

Référence électronique

« George-Marie Raymond, De la peinture considérée dans ses effets, 1798 », in Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.), L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources, INHA (« Sources »), 2014, [En ligne], mis en ligne le 10 juin 2014, consulté le 26 mai 2016. URL : http://inha.revues.org/6674

Droits d’auteur

Tous droits réservés