Navigation – Plan du site
L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources - Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.)
Art, sentiment, transformation sociale (saint-simonisme)

Adolphe Garnier, Du beau dans la nature sauvage et du beau dans la société, 1826

Entrées d’index

Index thématique :

Beauté, Industrie

Texte intégral

Introduction par Neil McWilliam

Élève de Théodore Jouffroy, dont il deviendra le successeur à la chaire de philosophie à la Faculté des lettres en 1845, Adolphe Garnier (1801-1864) publia plusieurs articles au Producteur et au Globe, mais semble n’avoir eu que des liens assez éphémères avec le mouvement saint-simonien. Son texte, qui condamne le sublime et le pittoresque comme catégories esthétiques jugées sans portée sociale, affiche des jugements artistiques foncièrement utilitaires. En affirmant que « la civilisation n’est pas ce qui corrompt, mais ce qui perfectionne la nature », Garnier part d’une prise de position esthétique pour rejeter les critiques du progrès formulées par Rousseau dans son Discours sur l’origine de l’inégalité parmi les hommes (1755) et élaborées, d’un point de vue différent, par Fourier. Prenant comme modèle les scènes animées d’activité commerciale et industrielle au port du Havre et aux environs de Rouen dans les fabriques de textiles de la vallée du Robec, Garnier flétrit « l’apothéose de la nature inculte ou du moins agreste » faite par des romantiques, tel Sénancour, auteur en 1799 des Rêveries sur la nature primitive de l’homme. L’article de Garnier correspond à un moment de l’évolution du saint-simonisme où les positions rationalistes prédominaient ; la priorité accordée aux forces productives de la société y favorise une attitude prosaïque et instrumentale envers les arts et la beauté qui fait peu de cas de leurs propriétés formelles et de leur pouvoir affectif.


***

Adolphe GARNIER, « Du beau dans la nature sauvage et du beau dans la société », Le Producteur, vol. 3, 1826, p. 500-507. Extrait p. 503-507.

1Je suis maintenant au Havre […]. Rien ne dépare ici cette population active qui finit par bâtir des châteaux pour ses comptoirs. Une ville nouvelle construite à la moderne, s'élève maintenant près de l'ancienne ville. Celle-ci s'entoure de ses bassins comme d'une vaste ceinture, et forme une presqu'île au milieu d'unport. Le bassin du commerce, est bordé de constructions récentes ; et des mâts de vaisseaux se dressent entre d'élégantes maisons. Des navires arrivent ou s'en vont. En voici un prêt à partir pour New York : la carène et les mâts sont peints d'une couleur desafran très-brillante, et relevée par deslignes d'un brun foncé qui encadrent les fenêtres, circulent autour des hunes, et font ressortir toutes les saillies. Quelques voiles sont serrées autour des vergues, d'autres se déploient et flottent avec les banderoles et le pavillon. Les échelles sont chargées dematelots ; les mousses glissent le long descordages avec une vitesse qui les fait paraître ailés : la manœuvre se fait en ordre et en silence. Déjà le pont est couvert d'une foule épaisse ; mais une longue file de passagers monte encore ; ils ont l'air joyeux et vont sans inquiétude dans un autre univers ; lorsqu'autrefois pour venir de Meaux à Paris, par le coche, on faisait son testament.

2La barque du pilote lamaneur est déjà prête ; une corde l'unit au navire, et lui suffit pour guider ce colosse, à travers les défilésdu port ; elle avance, le bâtiment s'ébranle et le voilà en marche avec sa population et ses trésors.

3Pour lui donner passage, les ponts qui ferment chaque bassin se séparent en deux parties, qui tournent et se rangent sur le rivage. Ce mouvement rapide s'accomplit à l'aide d'une chaîne et d'un cabestan qu'un seul homme fait mouvoir. Mais les passants, dont le chemin est rompu un instant, sont poussés ici par une vie si active etattachent un si grand prix à leur temps, qu'ils ne peuvent souffrir ce retard : ils descendent par une échelle sur une petite barque, font le tour du vaisseau qui passe, et montent à l'autre bord. Deux bateaux exécutent cinq ou six fois cette manœuvre, pendant les trois minutes que dure l'interruption de la route. J'aime mieux cette activité que la paresse d'un berger d'Arcadie.

4Les côtés du chenal ou de l'entrée du port sont garnis de marins qui, en attendant leur départ regardent, partir ou entrer les autres, et qui sont toujours disposés à prêter leurs bras où ils peuvent être nécessaires : ils amarrent au rivage les câbles qu'on leur jette d'un navire inconnu ; ils courent à droite ou à gauche ; attirent ou repoussent le bâtiment, souvent à leur propre péril ; enfin ils s'empressent, à une voix étrangère, comme à celle de leur patron. De pareils services sont si vulgaires, que ceux qui les rendent ne songent point à s'en faire un mérite, ni ceux qui les reçoivent à remercier ; et pourtant sans ceconcours désintéressé qui paraît si peu digne de remarque, plus d'un vaisseau se briserait comme un verrecontre les murailles du port. Compare ces secours volontaires et prodigués à l'étranger comme au compatriote, avec ces droits si bien nommés dangers-seigneurie, qui ajoutaient aux périls de la mer ceux de la rapacité, et confisquaient au profit de l'indolence les biens du travail malheureux.

5Sur la jetée est le petit phare portant 1e fanal qui veille toute la nuit, et ressemble, par sa forme, à la guérite d'une sentinelle. C'est de là qu'on aperçoit au loin en mer, les bâtiments de long cours cinglant vers l'Amérique, et plus près ces bateaux, de création nouvelle qui, sans demander le secours des voiles ou des rames, frappent l'onde de leurs coups rapides, et se meuvent d'eux-mêmes comme des êtres animés. Ces machines merveilleuses, découvertes par la France, mises en usage par l'Amérique, et perfectionnées par l'Angleterre sontun grand bienfait du travail et de l'association. Hier, la merétait orageuse : un vent furieux la remuait dans ses abîmes ; les vagues accouraient battrele bord avecle bruit et l'impétuosité des torrents ; puis, refoulées sur elles-mêmes, elles rencontraient d'autres lames qui venaient du large, se heurtaient contre cet obstacle, et se brisaient en vomissant, comme des flocons d'une neige épaisse. Deux vaisseaux voiliers qui font la traversée du Havre à Honfleur, et qu'on appelle les passagers, étaient alors en mer et luttaient contre la tourmente. Ils se cachaient derrière la vague, puis reparaissaient sur la cime et semblaient ne plus toucher aux flots. L'avant et l'arrière se dressaient tour à tour comme un cheval qui se cabre, ou le bâtiment se couchait tout entier sur le flanc et le sommet du mât pressait l'onde. En ce moment un bateau à vapeur se montre derrière eux, et lorsqu'ils sont si violemment agités, celui-ci vacille à peine ; seulement, au lieu de traîner après lui sa colonne de fumée penchée dans le sens de l'horizon, il la voit qui se brise, tournoie, se rabat sur le pont ou s'exhale en bouffées. Sans autre disgrâce, malgré le vent et quelques secousses, il avance, atteint ses deux rivaux, les dépasse, arrive au port et s'y repose, quand ils sont encore en proie au tumulte des flots.

6Il est très beau, sans doute, devoir un vaisseau brisé par la tempête, mais il me semble plus beau de le voir sauvé. J'ai l'espoir qu'un jour nous devrons ainsi de nombreux miracles aux travaux de la pensée humaine, et à la réunion desefforts de tous les peuples. À la fin du xviiie siècle les esprits, mécontents de la société qu'ils avaient sous les yeux, prirent en haine la société en général, et en vue de la critiquer, ils firent l'apothéose de la nature inculte ou du moins agreste. De là, les déclamations poétiques de Jean-Jacques, les pastorales de Florian, l'Obermann de M. de Sénancourt et le goût généralement répandu même chez les classes les plus riches pour le calme des bois et la prétendue naïveté des habitants de la campagne. Maintenant que notre société s'améliore chaque jour, que le travail et la bonne foi, la science et les beaux-arts sont de plus en plus en honneur et deviennent les supériorités sociales, il faut reconnaître que la société a aussi son côté poétique. Tu te persuaderas, comme moi, qu'après avoir admiré les merveilles de la nature physique, on n'admirera pas moins lesmerveilles dela nature intellectuelle ; et que le jeune André Chénier nourrissait une pensée de poètequand il méditait de les chanter.

Lire le texte originalh

Pour citer cet article

Référence papier

« Adolphe Garnier, Du beau dans la nature sauvage et du beau dans la société, 1826 », in Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.), L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources, INHA (« Sources »), 2014.

Référence électronique

« Adolphe Garnier, Du beau dans la nature sauvage et du beau dans la société, 1826 », in Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.), L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources, INHA (« Sources »), 2014, [En ligne], mis en ligne le 10 juin 2014, consulté le 22 mars 2017. URL : http://inha.revues.org/6232

Droits d’auteur

Tous droits réservés