Navigation – Plan du site
L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources - Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.)
L'institutionnalisation d'un « art social » républicain

Charles-Maurice Couyba, Les Beaux-Arts et la Nation, 1908

Texte intégral

Introduction par Catherine Méneux

En 1904, l’enquête parue dans Les Arts de la Vie sur la « séparation des Beaux-Arts et de l’État » a révélé au grand jour l’hostilité de la majeure partie des artistes et des intellectuels à l’égard de la politique artistique du gouvernement (Dubois 2012). En 1908, à la suite de ce type de déclaration, le sénateur radical Charles Maurice Couyba revient sur les rapports controversés entre l’art et l’État dans son livre Les Beaux-Arts et la nation, tiré de son rapport sur le budget des beaux-arts pour l’année 1907. Président de la Société nationale de l’art à l’école et de l’Union provinciale des arts décoratifs, membre du Conseil supérieur des Beaux-Arts, Couyba désire non seulement réformer la politique publique mais il propose un nouveau partage des pouvoirs entre l’État et des sociétés autonomes se réservant le domaine des arts. Introduit par Paul-Louis Garnier (1879-1916), son ouvrage affiche un sommaire qui traduit les priorités assignées à l’action gouvernementale : après une introduction consacrée aux relations entre l’art et l’État, Couyba traite successivement de la décentralisation artistique, de la pédagogie esthétique, de l’art décoratif, de l’art à l’école, du Conservatoire, des théâtres populaires et subventionnés, des manufactures nationales, des musées et monuments historiques et de la protection artistique.

Le début de son introduction vise d’abord à réaffirmer la voie médiane et solidariste qu’il avait défendue en 1902 dans L’Art et la démocratie : face aux tenants du libéralisme et du collectivisme, la seule formule qui lui semble adéquate est celle de « l'Art libre dans l'État protecteur ». De fait, le sénateur remarque que la disparition des mécènes rend désormais l’action de l’État indispensable, en dépit de l’individualisme revendiqué par mains artistes. Par ailleurs, l’existence d’un budget pour les beaux-arts, aussi maigre soit-il, se justifie s’il bénéficie à l’ensemble des citoyens de la nation. Il importe donc que sa répartition soit équitable et qu’elle ne favorise pas « une minorité déjà privilégiée, l’aristocratie de la fortune », d’où l’insistance de Couyba sur les idées « d’art démocratique » et de « décentralisation ». Pour y parvenir, il plaide alors longuement pour les idées réformistes nées dans les années précédentes : se faisant l’avocat des musées du soir promus par Gustave Geffroy, des musées ambulants expérimentés à l’étranger et de l’action de la Société nationale de l’art à l’école, il appuie également les partisans de la réforme de l’enseignement du dessin en faveur de la « méthode intuitive » de Gaston Quénioux, une réforme qui sera effective en 1909.


***

Charles Maurice COUYBA, Les Beaux-Arts et la nation. Introduction de Paul-Louis Garnier, Paris, Hachette, 1908. Extraits p. 3-4, 16-22.

L'Art et l'État

1Tous les échanges auxquels donne lieu le fonctionnement organique de notre démocratie, les rapports de l'Art et de l'État sont l'un des plus complexes et, à coup sûr, le plus controversé. Quelles philippiques, quelles discussions n'ont-ils pas suscitées ! Et la querelle n'est pas près de finir entre partisans extrêmes, si bien que le compromis, tant de fois dénoncé, où la République se tient, risque d'être, pour de longues années encore, la seule formule d'action plausible et pratiquement efficace, quelque véhémentes que soient les protestations de ceux qui s'en indignent.

2C'est qu'en effet la situation n'a guère changé, ces temps-ci, pour peu qu'on veuille l'envisager d'un point de vue philosophique. Les adversaires embusqués derrière des conceptions généralement catégoriques demeurent à peu de chose près sur leurs positions. Et on peut, en somme, si l'on veut avoir des antagonismes que suscite le problème des rapports de l'Art et de l'État une vue prompte et précise, s'en tenir aux termes mêmes de la classification proposée par nous en 1902, à savoir trois écoles et trois formules : 1° l'Art libre dans l'État libre ; l'Art collectif dans l'Étal souverain ; l'Art libre dans l'État protecteur. Un examen impartial fera connaître à tout observateur, que, si insuffisante que soit cette dernière conception, elle demeure néanmoins, parmi toutes les opinions qui la combattent, la moins éloquente peut-être, la moins lyrique sans doute, en tout cas la mieux intentionnée, la plus modestement utile.

3L'État, en effet, assume vis-à-vis de l'art et des artistes une attitude que les uns répudient, comme si elle constituait une intolérable emprise, et que les autres, tout au contraire, voudraient voir plus exclusive, plus autoritaire. Entre ces deux extrêmes, nés d'ailleurs de concepts sociaux et philosophiques irréductibles et inconciliables, il y a place pour un moyen terme. C'est à celui-là qu'a cru devoir s'arrêter l'État, lorsqu'il a constitué les Beaux-Arts en sous-secrétariat, en service plus soucieux que ne l'imaginent ses détracteurs de garantir à l'art sa liberté et d'assurer aux artistes une protection éclectique, compréhensive et compatible avec ce perpétuel besoin d'indépendance et de personnalité intransigeante, qui est le propre de l'effort esthétique contemporain.

[...]

L'Art démocratique et la Décentralisation

4Au surplus ce sont là considérations idéologiques. Dans la place où nous sommes, il ne convient point de nous y attarder davantage, mais tout au contraire, il sied à présent de laisser l'abstrait pour le concret, la spéculation pour la contingence. Et c'est ici qu'interviennent les préoccupations démocratiques et décentralisatrices qui doivent avant tout orienter l'action de l'État.

5Il doit y avoir un budget des Beaux-Arts s'il profite à la démocratie. C'est à la mise en œuvre de cette condition, trop imparfaitement réalisée jusqu'ici, que doivent concourir tous les efforts éclairés. Et, dans ce sens, il y a fort à faire, car un attentif examen de l'organisation actuelle des beaux-arts dans l'État fait connaître que, loin de servir intégralement les intérêts moraux de la collectivité qui l'alimente, ledit budget crée des privilèges dont profitent seules certaines classes de la société française.

6Or, peut-on admettre qu'il en soit ainsi ? Les millions que centralise chaque année le budget des Beaux-Arts, à qui les demande-t-on, sinon à la collectivité ? La province ne les paye-t-elle pas, au même titre que Paris, principal bénéficiaire des libéralités que l'État consent à l'art dramatique et lyrique ? Et dans Paris même est-ce que l'impôt ne frappe pas tout ensemble les gens fortunés et ceux de condition moyenne ? Les apanages qu'institua et que maintient encore l'État  ̶ pour les théâtres subventionnés par exemple ̶  ne favorisent cependant qu'une minorité déjà privilégiée, l'aristocratie de la fortune. Nous ne pouvons plus tolérer cet abus. Ce n'est pas seulement une classe, c'est la démocratie tout entière qui, pourvoyant par l'impôt aux dotations de l'État, a droit à l'institution des théâtres populaires, à l'éducation par la beauté, à ces jouissances de l'esprit et du cœur qui, de nos jours, lui sont encore, pour la plupart, refusées.

7Les droits du peuple aux leçons de l'art ne sont pas méconnus qu'au théâtre. Nous n'en voulons, dans un autre sens, retenir pour preuve que la comparaison qui s'impose entre l'organisation des musées de Paris et celle des musées de province. À de rares exceptions près, le peuple des villes et des campagnes se trouve dans la presque impossibilité d'éduquer son intelligence artistique, sa sensibilité et d'amasser les éléments d'une culture esthétique générale. Peut-être n'en a-t-il pas toujours le goût. En tout cas, dans les conjonctures présentes, il n'en a guère la facilité. Les musées de province, dont l'indigence est parfois inconcevable, n'offrent trop souvent à qui les visite que médiocres panneaux et toiles peu significatives. Peu de morceaux de maîtres, peu de reproductions de chefs-d'œuvre ; rien que des ouvrages honorables, quelques-uns à peu près sans valeur, et groupés tant bien que mal. Rien n'est plus inutile et plus décevant pour de jeunes esprits que cette éducation par la médiocrité. Et comment s'étonner que bon nombre de nos musées de province soient si peu fréquentés ?

8Maintes réformes pourraient être aisément introduites dans le statut actuel et le modifieraient dans le sens des légitimes aspirations de la démocratie. À ces groupements saugrenus, insuffisants ou disproportionnés, on substituerait sans grandes difficultés certains modes équitables de répartition. Il faudrait par exemple, que le Louvre pût faire avec les musées de province des échanges, ou qu'il pût mettre à leur disposition certains des chefs-d'œuvre qu'il assemble et qu'il garde jalousement. Au moins il devrait, si ces transferts étaient reconnus périlleux, envoyer à défaut des originaux des reproductions des œuvres célèbres, reproductions dont se rehausseraient alors les musées de province et qui ne laisseraient pas d'être singulièrement plus éloquentes que bon nombre d'œuvres inédites et médiocres qui s'étalent sur leurs cimaises. Aux musées du soir et aux musées ambulants, organisés à peu de frais dans les petites villes et les villages, on confierait le soin d'éduquer les goûts d'une population au sens artistique de laquelle on ne s'est guère intéressé jusqu'ici.

9Comme nous le disions en 1901, avec M. Gustave Geoffroy qui a mené à ce propos une si belle campagne, le premier « musée du soir » devrait être un musée d'art décoratif. C'est surtout dans le domaine où l'art s'allie à l'industrie qu'une documentation constante et facile semble nécessaire… Il convient que l'artiste, que l'ouvrier complètent, à tout âge, les notions toujours trop élémentaires qu'ils ont reçues à l'école, au lycée ou dans les classes professionnelles, et qu'ils les complètent eux-mêmes, suivant leur volonté, leur talent ; leur nature, leurs facultés d'énergie et de persévérance. En Belgique, en Allemagne, les musées du soir ont rendu les plus grands services aux artisans, en leur permettant de s'instruire sans perdre un temps fort utilement consacré dans la journée à un travail rémunérateur… Au South Kensington muséum de Londres, par exemple, on trouve, à côté des collections relatives aux arts du métal, une bibliothèque spéciale contenant 80 000 volumes, 40 000 dessins, près de 20 000 estampes et autant de photographies. Des salles de travail, le point est important, sont à la disposition des visiteurs. Ce musée reste ouvert le soir jusqu'à dix heures. Sauf à certains jours, l'entrée y est payante, mais on a établi un système d'abonnements qui met le prix d'entrée, pour toute la journée, à moins de deux sous !

10Pour qu'un grand nombre de villes pussent bénéficier des Musées du soir constamment rafraîchis et renouvelés, il faudrait adopter le système pratique des Musées ambulants ou circulants, en usage chez les Anglais. La plupart des villes de province, dotées d'un petit musée, ne sont pas assez riches pour avoir un musée spécial d'art décoratif, et surtout ne pourraient jamais avoir des séries suffisamment complètes pour montrer sans lacunes le développement d’une époque ou d'un art à travers les siècles. Le Musée Central établirait, comme le South Kensington, des séries en double, classées par époques et par spécialités d'art. Ces vitrines pourraient être expédiées, louées pour un certain temps aux villes qui en feraient la demande, et servir de noyau à des expositions d'art provincial auxquelles contribueraient avec empressement les propriétaires d'objets d'art et d'œuvres précieuses. D'ailleurs, une ville qui ne serait pas assez riche pour créer chez elle un musée spécial et suffisant d'art décoratif aurait cependant le plus souvent les moyens de payer une redevance relativement modeste pour organiser pendant trois mois, six mois, une exposition dont les frais seraient en partie couverts par un léger droit d'entrée qu'il lui serait facile de percevoir. Les écoles d'art décoratif, les écoles professionnelles, dans les villes qui en possèdent, pourraient aussi contribuer par une subvention minime à ces expositions dont leurs élèves et tous les ouvriers d'art régionaux seraient les premiers à profiter ; et la dépense imposée aux municipalités s'en trouverait ainsi diminuée d'autant.

11À l'école enfin, il conviendrait qu'on préparât de bonne heure les enfants du peuple à la culture esthétique dont on les laisse actuellement dépourvus. En place de chromolithographies fades ou niaises qui déshonorent les murs, ne pourrait-on envoyer quelques belles reproductions des événements fameux de notre histoire, d'après les œuvres des maîtres ? Quelques moulages, maints spécimens d'art décoratif et d'art appliqué comme les lumineuses estampes d'Henri Rivière, plusieurs chalcographies, merveilleuses pages d'histoire nationale aujourd'hui réservées aux préfectures et aux mairies, devraient être largement distribuées aux maisons d'éducation selon les vœux réitérés de la Société nationale de l'art à l'école à laquelle nous réservons plus loin un chapitre spécial. Ces œuvres d'art commentées intelligemment développeraient le goût, éveilleraient des inclinations en de jeunes esprits chez qui pourraient peut-être, plus tard, se faire jour de véritables vocations.

12À la pédagogie actuelle de l'enseignement du dessin, legs de M. Eugène Guillaume, à cette méthode maussade qui fait reposer l'art vivant, souple et multiple qu'est le dessin sur la géométrie et l'abstraction, il faut substituer l'observation de la nature et de la vie. Comment croit-on intéresser des enfants à des constructions spéculatives, alors qu'ils n'ont d'autres éléments de connaissances, de jugement et d'intérêt intellectuel que le concret ? C'est donc sur le concret que doit reposer l'enseignement qu'on leur donne ; aux combinaisons abstraites et pseudo-antiques qui ont trop longtemps régné, il sied que succède à présent l'étude intelligente et sincère de la réalité.

[…]

13Ainsi, par une action incessante, renouvelée, généreuse, l'État peut, avec les ressources dont il dispose, donner à sa « protection » sur l'art une intelligence, un éclat et une largeur de conceptions qu'elle ignore parfois. Il peut contribuer, par une diffusion peu dispendieuse et équitable des reproductions des merveilles qui composent son patrimoine artistique, à l'éducation du peuple et du goût français et à la gloire de l'art. Il lui appartient, par des initiatives décentralisatrices, de donner à la démocratie cette sensation de la beauté qui ne saurait être un privilège imparti à une aristocratie, mais dont tout le prestige tient au contraire en ce qu'elle est, pour tout individu, un droit inaliénable comme le droit au bonheur.

Lire le texte original

Pour citer cet article

Référence papier

« Charles-Maurice Couyba, Les Beaux-Arts et la Nation, 1908 », in Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.), L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources, INHA (« Sources »), 2014.

Référence électronique

« Charles-Maurice Couyba, Les Beaux-Arts et la Nation, 1908 », in Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.), L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources, INHA (« Sources »), 2014, [En ligne], mis en ligne le 15 juin 2014, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://inha.revues.org/6155

Droits d’auteur

Tous droits réservés