Navigation – Plan du site
L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources - Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.)
Crise et bilans pour les arts décoratifs français

Gabriel Mourey, La Faillite de l’art décoratif moderne, 1904

Texte intégral

Introduction par Jérémie Cerman

Critique d’art mais aussi traducteur, dramaturge, romancier et poète particulièrement prolifique, Gabriel Mourey (1865-1943) est une personnalité des plus polyvalentes. Son activité dans le secteur éditorial apparaît assez tôt : en 1884, à moins de 20 ans, il est directeur de la revue de poésie Mireille, publiée à Marseille, d’où il est originaire. Il collabore ensuite, et tout au long de sa carrière, avec de nombreux périodiques d’importance, du Gil blas au Figaro, en passant par L’Illustration, la Revue encyclopédique ou Art et décoration. À partir de 1895, il est chargé par le ministère de l’Instruction publique et des Beaux-arts de diverses missions d’études artistiques à l’étranger, dont en Angleterre, pays avec lequel il entretient des liens étroits et bilatéraux. Jouant un rôle important dans les colonnes de la revue The Studio, où il rend notamment compte des expositions parisiennes et dont il coordonne la traduction française, il fait figure de promoteur, dans l’hexagone, des Préraphaélites et du mouvement Arts and Crafts. Érigeant ce dernier comme modèle, avec une tendance à idéaliser sa supposée réussite, Mourey milite pour un art à vocation sociale, comme en témoigne notamment en 1899 son ouvrage Les Arts de la Vie et le règne de la laideur. Partisan, comme nombre de ses contemporains, d’un art pour tous, ses idées trouvent l’un de leurs prolongements en 1904-1905 dans l’éphémère revue Les Arts de la Vie, qu’il crée et dirige. Il y évoque ainsi cette « faillite de l’art décoratif moderne » en France, pour une production qu’il considère comme élitiste, n’ayant pas pu faire preuve d’une réelle entente entre artistes et fabricants, à la différence, selon lui, des réalisations anglaises ou allemandes (cf l’extrait de texte ci-dessous et Les Arts de la Vie, avril 1904, p. 245-249).

Les engagements de Mourey s’avèrent toutefois plus variés. Particulièrement investi dans la vie artistique de son temps, il fonde en 1900 la Société Nouvelle des peintres et des sculpteurs, qu’il préside jusqu’en 1907. Bien que brièvement, la revue Les Arts de la vie est aussi un lieu de son militantisme, que ce soit par le lancement de la souscription visant à offrir Le Penseur de Rodin au peuple de Paris, ou par la publication d’une enquête sur la « séparation des Beaux-Arts et de l’État » (Méneux 2011). Personnalité reconnue en son temps, Mourey est élevé au grade de Chevalier de la Légion d’Honneur en 1913, puis devient conservateur des Palais nationaux. Dans les années 1920, l’ouvrage Essai sur l’art décoratif français moderne (1921) ou encore la rédaction du volume consacré aux arts décoratifs d’une Histoire générale de l’art français de la Révolution à nos jours (1922), continuent de l’asseoir en tant que spécialiste du domaine concerné.


***

Gabriel MOUREY, « La faillite de l’art décoratif moderne », Les Arts de la Vie, T. 1, n° 3, mars 1904, p. 184-189. Extraits.

1Les gens informés, avisés, clairvoyants, à qui, enfin, « on ne la fait pas », critiques d'arrière-garde et snobs en quête de nouveaux snobismes dont parer leur néant, personnes du grand et du petit monde qui n'ont jamais, comme disait Whistler, que « le courage de l'opinion des autres », suiveurs et suiveuses d'on ne sait quel mot d'ordre à la queue d'on ne sait quels arbitres du goût public... l'élite, puisqu'il faut l'appeler par son nom, proclame à hauts cris la faillite de l'art décoratif moderne. C'est l'exécution en due forme. On se frotte les mains, on se congratule, on s'embrasse. « L'événement était prévu... ne l'avions-nous pas dit, redit, prédit ! » Les prophètes triomphent. Le bon sens français se ressaisit et d'un geste vengeur repousse vers les Allemagne, les Angleterre, les Autriche et les Belgique tout ce bric-à-brac indigne de lui. […]

2Donc, le prétendu avortement de tant d'efforts sincères, désintéressés, la prétendue ruine de tant d'espérances met en liesse ces belles âmes routinières inexorablement hostiles à tout progrès. Les manufacturiers d'objets anciens, les tapissiers de style, les architectes de gares Louis XV, tous ceux qui vivent de l'imitation et de la copie, exultent. L'infâme est écrasé, c'est-à-dire, tout pratiquement, la concurrence. En revoilà pour cinquante ans de tranquillité durant lesquels l'écoulement des vieux modèles, des formes et des ornements éculés ne sera plus entravé par ces empêcheurs de piétiner en rond qu'anime l'esprit de leur temps et qui ont la folie et l'orgueil de ne plus vouloir être, au vingtième siècle, comme si la chose était possible, des hommes du dix-septième ou du dix-huitième siècle. Icares, va !

3Mais tout ceci importe peu, ne change rien aux choses. Bon gré, mal gré, l'évolution aux premières phases de laquelle nous assistons depuis quelques années, s'accomplira : elle est nécessaire, elle est fatale, elle est conforme aux lois de la vie. On aura beau mettre dans ses roues tous les bâtons des préjugés et des fausses traditions, semer sa route de tous les obstacles dont les sectaires de réaction ont coutume d'obstruer les voies du progrès, elle se réalisera par la force qu'elle porte en elle, la force du bon sens contre l'illogisme, de la raison contre l'absurde, de la vérité contre le mensonge. Plus lente sera sa marche, plus sûrement elle atteindra son but. Tard ou tôt, n'en ayons cure ; sachons attendre.

4Sachons, surtout, profiter des expériences acquises ; regardons les faits en face, cessons de nous leurrer au miroitement de nos illusions ; pesons les résultats. Et, dussions-nous fournir des armes à nos adversaires, ayons la loyauté, qu'ils n'ont pas, de reconnaître nos erreurs et cherchons les raisons de l'échec − tout momentané, d'ailleurs −, que subit actuellement la réalisation de notre idéal.

5Elles sont nombreuses et complexes. D'ordre social, d'ordre économique, d'ordre artistique.

6I. – Un luxe, à la portée d'une minorité, d'une aristocratie dont l'existence n'est guère démontrée que par les échos mondains des journaux de la rue Drouot, et d'une minorité, et d'une aristocratie parisienne : voilà ce que s'enorgueillit de vouloir être, à son point de départ, l'art décoratif moderne. Lancé par les hautes classes, seules qualifiées pour lui donner la consécration nécessaire à son succès, accepté par elles, nul doute, pensa-t-on, que les classes inférieures ne l'adoptent à leur tour. Pitoyable sophisme ! On ne crée pas un style, ou plutôt un style ne se crée pas, aujourd'hui moins que jamais, pour cinq cents, voire deux mille personnes. Les conditions de la vie contemporaine ne sont plus les mêmes qu'au temps du Roi-Soleil. Puis, supprimez le bataillon de suiveurs, de snobs, de gens avisés dont je parlais tout à l'heure, qui, dans la masse, s'inquiète, autant qu'on le prétend, de ce que fait, de ce que pense, de ce qu'approuve ou désapprouve cette minorité, cette aristocratie ? Les artistes, peut-être. Oui, eux surtout, sinon eux seuls.

7Or, ce sont pour la plupart des artistes − peintres médiocres, sculpteurs sans commandes, architectes sans chantiers, tous plus ou moins élèves de l'École des Beaux-Arts, c'est-à-dire ayant reçu l'éducation la plus contraire à l'esprit de contemporanéité et au sens de la vie − des artistes et non des artisans qui tiennent la tête de ce mouvement : l'art décoratif ne fut pour eux qu'un pis-aller. D'où son orientation.

8Un artiste, en effet, chacun le sait, ne travaille pas pour la masse : elle n'est pas digne de le comprendre ; il ne suppose même pas qu'elle en soit capable. Sa vie est donc directement soumise au caprice du millier d'amateurs qui, par instinct de spéculation ou par goût, ce qui est plus rare, collectionnent des œuvres dites d'art : l'opinion des autres, pour flatteuse qu'elle soit, n'assure point sa subsistance. Quoi d'étonnant qu'il ait conçu, selon les exigences de ces nécessités vitales, c'est-à-dire en vue d'un public restreint, l'art décoratif ? Et le règne de « l'objet d'art » commença.

9En 1901, la Société Nationale des Beaux-Arts, considérant, − avec la condescendance que les artistes « d'art pur » témoignent à l'égard des artistes « d'art appliqué » −, qu'il y avait lieu « de rattacher aux Beaux-Arts proprement dits la production des artistes créateurs d'objets "originaux et non reproduits", inaugura une "Section des Objets d'art". Elle s'adressait « aux travailleurs isolés, à ceux dont les œuvres trouvent difficilement place dans les expositions "mercantiles" et encombrées "dites d'art décoratif". Relisez ce programme ; chaque terme porte, révèle l'état d'esprit qui dominait alors et domine encore, hélas ! aujourd'hui. « Objets non reproduits », objets uniques, « objets d'art », objets précieux, objets de collection et non objets usuels, reproduits et reproduisibles ; ces choses demeurent réservées aux expositions « mercantiles », − les Salons, où tous les tableaux non vendus sont à vendre, ne sont-ils pas des expositions « mercantiles » ? − aux expositions « dites d'art décoratif ».

10Voilà donc la distinction établie entre l'art décoratif et... l'objet d'art, c'est-à-dire entre l'art utile et l'art inutile, entre l'art de nécessité et l'art de luxe, entre l'art pour tous et l'art pour quelques-uns. C'est à cette dernière formule que se rallièrent toutes les bonnes volontés et toutes les ambitions. Rien de plus normal. En va-t-il d'ailleurs autrement depuis la Renaissance ? Élite du nom, des privilèges ou de l'argent, − qui est encore un privilège et le plus révoltant, et le plus tyrannique, − c'est à satisfaire les goûts d'une élite que travaillent ces fils de la petite bourgeoisie et du peuple que sont les artistes, presque tous, du moins.

11Ainsi envisagé, ainsi pratiqué, l'art décoratif moderne ne pouvait atteindre le grand public, sans l'appui, sans la collaboration duquel un mouvement de ce genre aboutit fatalement au dilettantisme stérile, où, en dépit des beaux efforts, malheureusement isolés, de certains, nous le voyons s'enliser et s'épuiser.

12II. – Du point de vue économique, les résultats ne semblent guère plus heureux.

13Tout, d'ailleurs, se tient ici. La collaboration du public dépend étroitement de celle de l'industriel, du fabricant (et la réciproque a lieu), et tout se rapporte enfin à la production originelle du créateur de modèles, de l'inventeur de formes, qu'il soit l'artiste ou l'artisan. L'infériorité de l'art décoratif français moderne en regard de l'art décoratif allemand, autrichien, anglais, est, sur ce terrain, manifeste. Nous en avons chaque jour les preuves. C'est que le but poursuivi par l'art décoratif dans ces pays diffère entièrement de celui que nous visons en France. Les décorateurs d'Outre-Manche et d'Outre-Rhin n'ayant pas rencontré, quoi qu'on en pense, un milieu plus favorable que le nôtre à la diffusion de leur idéal, ont pris soin, du moins, doués d'un sens plus net des réalités actuelles, d'étudier de près les possibilités de conquérir le public, de le séduire, de l'attirer à eux, par des moyens en rapport direct avec les exigences de la vie sociale, avec les nécessités commerciales de la vie contemporaine. Ils se sont ralliés du premier coup à la seule formule acceptable aujourd'hui de l'art pour tous, et une entente immédiate s'est établie entre le décorateur, le dessinateur, le créateur de modèles et l'industriel. Le succès ne pouvait pas ne pas récompenser leurs efforts.

14Qu'est un dessin de verre à boire, un carton d'étoffe, de tapis, de papier peint, une maquette de meuble, par exemple, avant d'être réalisé, matérialisé, exécuté − et exécuté industriellement −, par l'ouvrier, par le fabricant ? Du néant. Je dis exécuté industriellement, c'est-à-dire, mis à la portée de tous, selon la valeur normale du travail et de la matière employée. Car que m'importe, en vérité, qu'il existe de beaux verres à boire, de plaisantes étoffes, de bons meubles de style moderne, si, par suite de la façon non industrielle, « artistique », dans le mauvais sens du mot, dont ses objets usuels sont réalisés, je ne puis en parer ma demeure, si ces objets usuels − tirés à petit nombre, comme les éditions de bibliophiles, ces maniaques anachroniques ! − me sont, par leur rareté, donc par leur prix, inaccessibles. Point de vue faux, en effet, que celui d'après lequel un homme de goûts raffinés doit forcément souffrir de partager avec un autre, avec d'autres, la joie de posséder les mêmes verres à boire, étoffes décoratives, papiers peints, meubles, etc. La valeur d'une œuvre d'art établie selon son « unicité » ou sa « multiplicité » est un des préjugés contre lequel nous ne devons cesser de nous élever avec le plus de violence ; il repose sur un sentiment d'égoïsme, de vanité, dont les artistes se sont jusqu'à ce jour trop exclusivement préoccupés de flatter les caprices. Encore un coup, l'art décoratif, l'art appliqué n'est point fait pour une minorité d'amateurs, de collectionneurs, il doit être mis la portée de tous ; il doit être usuel. […]

Pour citer cet article

Référence papier

« Gabriel Mourey, La Faillite de l’art décoratif moderne, 1904 », in Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.), L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources, INHA (« Sources »), 2014.

Référence électronique

« Gabriel Mourey, La Faillite de l’art décoratif moderne, 1904 », in Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.), L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources, INHA (« Sources »), 2014, [En ligne], mis en ligne le 30 juin 2014, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://inha.revues.org/6114

Droits d’auteur

Tous droits réservés