Navigation – Plan du site
L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources - Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.)
Projets et réalisations

Maurice Guillemot, Une cité-Jardin à Draveil, 1914

Texte intégral

Introduction par Marie Gaimard

Dans les années précédant la Première Guerre mondiale, la construction de logements sociaux découle surtout d’initiatives privées, essentiellement représentées par les grandes fondations à caractère philanthropique (fondation Rothschild, Groupe des maisons ouvrières, Singer-Polignac,…). Toutefois, quelques réalisations singulières sortent de terre, à la faveur de mouvements coopératistes.

Grâce au cadre législatif constitué depuis la fin xixe siècle et visant à favoriser la création de sociétés d’habitation à bon marché, la société anonyme coopérative à capital variable d’épargne et d’habitation « Paris-Jardins », est créée en vue de « l’érection d’une ville-jardin dans la région parisienne ».

S’opposant à une démarche lucrative ou capitaliste, ses membres fondateurs, de toutes conditions sociales, partagent un idéal fondé sur les valeurs de mutualité et de solidarité. L’accès à la propriété, prôné depuis la deuxième moitié du xixe, trouve ici un accomplissement quelque peu détourné de l’idée que se fait l’élite du logement social, puisque la cité-jardin est considérée comme un bien commun à tous les actionnaires. A cette époque, le coopératisme fait l’objet d’une audience soutenue, où les tendances politiques de tous bords adoptent des positions parfois surprenantes : ainsi, violemment rejetées par Jules Guesde, les théories de l’économiste Charles Gide trouvent un écho favorable auprès de certains conservateurs.

Sensibles aux théories d’Ebenezer Howard, les sociétaires voient dans la cité-jardin coopérative de Letchworth le modèle à suivre. Après prospections et pourparlers, le domaine du château de Draveil est vendu à l’association, qui fait appel à l’architecte Jean Walter (1883-1957) pour l’aménagement et le lotissement du terrain. Ce dernier, qui s’était illustré dès le début du xxe siècle dans la réalisation de cités ouvrières, s’émancipe pour la première fois de la commande patronale. Sa contribution au projet, saluée par les proches du Musée social, laisse toutefois à penser que les affinités de Walter avec les classes dirigeantes ont sans doute contribué au soutien financier assuré par la Caisse des dépôts et consignations ou encore par le Pari mutuel (cf Archives Paris-Jardins, procès-verbal de l’Assemblée générale du 29 mars 1914).

Si, contrairement au modèle britannique, « Paris-Jardins » n’est pas une entité urbaine autosuffisante, sa gestion est totalement autonome. Ainsi, la voirie et les équipements – maison commune, réseaux, jardin potager – sont conçus sous l’entière responsabilité des coopérateurs, également appelés « péjistes ». Cet exemple précoce d’autoconstruction, mis en sommeil à partir de 1914, est achevé en 1925. A la veille de la Grande Guerre, le critique d’art spécialisé sur les questions architecturales, Maurice Guillemot (1859-1931), loue cette « Thébaïde heureuse et enviable », déjà riche de quelques pavillons prometteurs.

1. Plan d’aménage...1. Plan d’aménagement et de lotissement établi par Jean Walter en 1913 pour la société coopérative « Paris-Jardins »

1. Plan d’aménagement et de lotissement établi par Jean Walter en 1913 pour la société coopérative « Paris-Jardins »

Dans L’Architecture, 11 juillet 1914, p. 238.

2. Paris-Jardins,...2. Paris-Jardins, Draveil. Vue du château et de l’allée de la perspective

2. Paris-Jardins, Draveil. Vue du château et de l’allée de la perspective

21 juin 1914, Photographie de presse, agence Rol.

3. Paris-Jardins,...3. Paris-Jardins, Draveil. Jean Walter accompagné de Louis Chéron, ministre du Travail, et d’une autre personnalité, le 21 juin 1914

3. Paris-Jardins, Draveil. Jean Walter accompagné de Louis Chéron, ministre du Travail, et d’une autre personnalité, le 21 juin 1914

Photographie de presse, agence Rol.

4. Paris-Jardins,...4. Paris-Jardins, Draveil. Pavillons, Étang des platanes

4. Paris-Jardins, Draveil. Pavillons, Étang des platanes

Photographie M. Gaimard.


***

Maurice GUILLEMOT, « Une Cité-Jardin à Draveil », Art et Décoration, février 1914, p. 49-54. Texte intégral.

1Ce n'est pas seulement au point de vue de la recherche d'un style moderne que notre époque s'affirme curieuse et intéressante, des modifications multiples se produisent de tous côtés, aussi bien dans l'ordre social que dans l'ordre esthétique, et s'apparentent pour le mieux-être de l'humanité ; le programme d'une revue d'art trouve ainsi à s'étendre, et le vers de Térence pourrait servir ici d'épigraphe puisqu'il s'agit d'une œuvre d'altruisme éclairé et bienfaisant, la Cité coopérative, forme améliorée et réalisée d'un rêve phalanstérien qui hanta bien souvent des hommes de progrès ; l'idéal poursuivi en d'autre temps, et traité de chimérique par les pessimistes ou les sceptiques, devient un fait tangible et pratique qui pourra du reste se renouveler maintenant qu'un modèle existe à vingt minutes de Paris.

2Pour que l'on ait pu aboutir dans cette tentative audacieuse, il a fallu que se rencontrassent des transformations diverses parmi l'organisme économique, d'abord le sentiment de l'association, l'union dans le groupement, une ambiance de solidarité, puis un désir de confort hygiénique, de vie saine et logique, enfin un morcellement de la grande fortune et par suite de la grande propriété ; les châteaux de jadis, les demeures seigneuriales du siècle dernier, les vastes domaines trouvent difficilement acquéreurs aujourd'hui à cause des énormes frais d'entretien qu'ils nécessitent ; alors le terrain est loti, devient la propriété de tout le monde, ne reste plus l'apanage d'un seul ; c'est ce qui s'est produit au château de Draveil et il en est résulté une création qui pourrait appeler des développements sociologiques étendus, si notre rôle ici n'était heureusement limité au projet en lui-même et à sa réalisation.

3Située sur une éminence d'où la vue embrasse tout le ruban de la Seine et les collines de Juvisy, c'est une grande maison du dix-septième siècle, entourée d'un immense parc ombragé de hautes futaies, égayé d'étangs et de cascades, troué de longues allées aux dômes de feuillages, enclos de murs malgré son étendue. La station du chemin de fer est à un quart d'heure, à pied, et sur la route qui longe la propriété passera bientôt un tramway qui desservira la Cité, c'est le nom dont on appelle maintenant le château. Dans toute la masse de verdures qui couvre les coteaux s'aperçoivent des toitures de petites villas ; sur les 350 du projet définitif, 60 environ sont déjà terminées et habitées.

4Avant de les décrire et de nous promener dans cette réunion de constructions séduisantes, finissons de dire brièvement en quoi consiste cette organisation de Paris-Jardins. Les lots de morcellement ont une contenance de 500 mètres carrés minimum à 1000 mètres maximum pour les lots non plantés d'arbres, et à 1500 mètres carrés maximum pour les lots plantés d'arbres ; le prix uniforme est de 2 francs le mètre, paiement exigible en quatre ans, jouissance immédiate, obligation de construire dans un délai de cinq ans. La place manquerait pour détailler ici les 105 articles des statuts, d'aucuns cependant sont utiles à connaître, ainsi : « il ne pourra jamais être édifié plus d'une seule maison d'habitation sur un lot de terrain ; ne seront autorisées, indépendamment de la maison d'habitation, que des constructions légères ayant un caractère d'agrément ou d'utilité domestique ». Et encore : « des bâtiments communs seront loués particulièrement aux Sociétés coopératives d'alimentation, d'agriculture, etc. » Dans le cahier des charges, citons ce qui importe à l'aspect d'ensemble de l'œuvre architecturale que nous allons étudier : « Chaque lot sera limité par des bornes en ciment, les clôtures entre voisins seront constituées par des treillages masqués ou non par des haies ; les immeubles en façade de la Perspective seront soumis à des servitudes d'architecture, de hauteur et d'alignement ; les autres constructions ne pourront excéder une hauteur totale de 12 m. 50 ; les kiosques en bordure des voies ne pourront dépasser une limite de hauteur de 4 mètres ; toutes les constructions élevées dans Paris-Jardins seront établies à une distance minimum de 5 mètres, en arrière de la limite des terrains sur les voies et avenues la grande avenue perpendiculaire à la façade ouest du château présentera un alignement unique pour toutes les maisons construites à droite et à gauche de la Perspective depuis le rond-point de la Lyre jusqu'à la place de Paris-Jardins ; la partie de terrain comprise entre les bordures des voies et les habitations devra toujours avoir l'aspect de jardins d'agrément ; sont réservés dans le lotissement pour devenir la propriété collective inaliénable de tous les coopérateurs : la Cressonnière, le Parc-aux-Daims, le Cloître, le chemin du Port-aux-Cerises, les Futaies, et tous les espaces libres, dont la surface totale est de douze hectares ; sur les routes et voies de communication seront placés des candélabres, des poteaux indicateurs, des supports de fils pour communications télégraphiques et téléphoniques, transport de lumière ou de force électrique à basse tension ; seront interdites les canalisations aériennes pour tractions électriques : tous les arbres restant dans les lots devront être conservés et entretenus en bon état ; aucune carrière ne pourra être ouverte par le sociétaire sur le terrain qui lui est réservé ; les immeubles en façade sur la Perspective ayant été conçus de manière à obtenir un ensemble harmonieux et suivant un alignement qui ménage la vue depuis la Maison commune jusque sur la Seine et les coteaux de Juvisy, les attributaires de ces immeubles ne pourront sous aucun prétexte en modifier l'aspect et apporter des changements à l'architecture des façades, etc., etc.. »

5Bien que ce soit là littérature peu séduisante, il était indispensable d'en faire état, parce que s'y révèlent une volonté d'harmonie et une recherche d'esthétique ; malgré le pittoresque du décor, malgré les vallonnements du terrain, les fabriques du parc, on a voulu conserver une homogénéité de plan, les habitations certes ne sont pas toutes pareilles, ne sont pas édifiées d'après un modèle unique, mais elles gardent un « air de famille », elles sont apparentées pour ainsi dire, on peut les regarder plusieurs d'un seul coup d'œil sans que la vision choque par des aspects disparates. L'impression générale est d'une sorte de Thébaïde heureuse et enviable, car une déduction morale émane d'une combinaison de lignes, et M. Jean Walter, l'architecte de Paris-Jardins, a su obtenir ce résultat qui lui fait le plus grand honneur ; il a utilisé le site merveilleux au milieu duquel il se trouvait, il en a respecté les symétries et les élégances, il n'a rien abîmé du décor admirable qui évoque les temps lointains.

6J'ai dit que toutes ces habitations de Paris-Jardins n'étaient pas faites sur un modèle unique ; en effet, selon l'endroit où elles sont situées, soit parmi un espace découvert comme la Perspective, soit dans des massifs de grands arbres comme du côté des étangs, leur disposition extérieure se modifie, s'harmonisant avec l'entour. Celle-ci exposée au plein soleil des toitures de tuiles qui avancent et protègent, un porche creusé pour les siestes l'ombre, et sur le jardin un bow-window vers lequel montent des rosiers ; le rez-de-chaussée aux solides assises de meulières, supporte un étage plus légèrement construit, de surface lisse. Celles-là qui sont jumelées, leurs deux façades identiques ayant le trait d'union du balcon, s'historient ainsi que des villas normandes, de poutrelles apparentes qui font, des murailles même, comme une sorte de carrelage ; les ouvertures du bas sont de larges baies, closes la nuit par des volets à petites lamelles qui se replient et restent pendant le jour inapparents ; un perron monte dans une arcature de bois, légère et résistante tout la fois ; des désirs de coloration générale ont abouti au choix d'une barrière quasi de paddock, aux montants et aux traverses de ciment armé, d'une matité claire et coquette. Cette autre plus importante a entre ses deux pavillons pointus une loggia sur terrasse, dominant le jardin, avec balcon fleuri ; aucune aggravation de staff soi-disant décoratif, le dessin est simple, très lisible, les ouvertures indiquant l'aménagement intérieur, les pièces se commandant dans un ordre pratique. Plus modeste, malgré l'agrément de ses balcons de bois, cette maison qui se trouve dans la partie haute du parc, derrière le château, apparaît davantage cette fois un logis d'ouvrier, elle est plus massive, plus régulière, tandis qu'au contraire dans une oasis de feuillages, les pignons caressés par les branches voisines, ce cottage a des joliesses d'outre-Manche, est tout gai de petits carreaux, de balustrades, d'auvents pittoresques, et apparaît entouré d'un jardin combiné avec goût, embaumant de massifs, traversé d'allées courbes.

7Les pavillons reproduits en ces pages sont parmi ceux qui nous ont paru les plus coquets et les plus intéressants. Mais il existe dans le parc nombre de pavillons plus simples, dont le prix de revient varie de 4.000 à 6.000 francs. La Cité-Jardin de Draveil, en effet, établie en application des lois de 1906 et 1908 sur les Habitations à bon marché, non seulement ne comporte aucune habitation d'un prix supérieur aux 12.000 francs prévus, mais, en outre, est très largement ouverte aux toutes petites bourses. Les maisons sont construites soit avec les ressources des sociétaires, soit plus généralement avec l'aide des Sociétés de crédit intermédiaires de l'État ; en particulier, la Société centrale de Crédit immobilier, que préside M. Georges Risler, prête aux travailleurs, à des taux variant (suivant le nombre de leurs enfants) de 2,25 à 3 pour 100, l'argent nécessaire à l'achat du terrain et à la construction de la maison, jusqu'à concurrence des 8/10 de la valeur de ceux-ci. Il suffit donc, pour avoir un immeuble de 10.000 francs dans les environs de Paris, d'avoir 2.000 francs d'économies et de payer les huit autres mille francs par annuités qui sont en moyenne de 400 francs par an.

8Malgré le plan et les vues que nous publions, nous ne pouvons dès maintenant traiter complètement de Paris-Jardins ; comme un critique au théâtre, nous avons pénétré dans les coulisses et écouté la pièce avant qu'elle soit complètement mise au point, l'auteur a suppléé en nous contant ce qu'il veut faire, ce qu'il en adviendra ; dans le grand salon du château, dont les boiseries du dix-septième ont été enlevées à destination de quelque demeure américaine, M. Walter nous a montré, épingle au mur, un dessin d'ensemble de Draveil transformé, les plans de tous les immeubles indiqués, le tracé détaillé des allées et des routes indiquant les facilités d'accès, et au point de vue de la vie matérielle, la situation des coopératives d'alimentation, les distributions d'eau et d'éclairage, l'aménagement des services de voirie et d'hygiène, etc ; ce sera, parmi un parc, une véritable Cité pouvant se suffire à elle-même, ayant des règlements d'organisation, et la Maison de ville, comme on disait autrefois, sera installée dans le château même, avec les bureaux de l'administration, celui de l'architecte, la bibliothèque, au besoin même une école pour la population enfantine.

Lire le texte original

Table des illustrations

Titre 1. Plan d’aménagement et de lotissement établi par Jean Walter en 1913 pour la société coopérative « Paris-Jardins »
Légende Dans L’Architecture, 11 juillet 1914, p. 238.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/6105/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre 2. Paris-Jardins, Draveil. Vue du château et de l’allée de la perspective
Légende 21 juin 1914, Photographie de presse, agence Rol.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/6105/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre 3. Paris-Jardins, Draveil. Jean Walter accompagné de Louis Chéron, ministre du Travail, et d’une autre personnalité, le 21 juin 1914
Légende Photographie de presse, agence Rol.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/6105/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre 4. Paris-Jardins, Draveil. Pavillons, Étang des platanes
Légende Photographie M. Gaimard.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/6105/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 123k

Pour citer cet article

Référence papier

« Maurice Guillemot, Une cité-Jardin à Draveil, 1914 », in Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.), L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources, INHA (« Sources »), 2014.

Référence électronique

« Maurice Guillemot, Une cité-Jardin à Draveil, 1914 », in Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.), L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources, INHA (« Sources »), 2014, [En ligne], mis en ligne le 08 juillet 2014, consulté le 20 août 2017. URL : http://inha.revues.org/6105

Droits d’auteur

Tous droits réservés