Navigation – Plan du site
L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources - Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.)
Projets et réalisations

Georges Benoit-Lévy, La Cité-jardin, 1910

Texte intégral

Introduction par Marie Gaimard

La formidable résonnance que connaissent les doctrines d’Ebenezer Howard (1850-1928) en faveur de la cité-jardin est perceptible bien au-delà de son pays d’origine, la Grande-Bretagne. Ce nouveau modèle urbain composite, qui prône un retour à la nature tout en assimilant les retombées de la Révolution industrielle, est particulièrement suivi en France par le Musée Social. Cette institution, fondée en 1894, joua un rôle prééminent dans la réflexion autour du logement social et la naissance de l’urbanisme. Dans cette perspective, elle accorde en 1903 à Georges Benoit-Lévy (1880-1971), juriste de formation, une bourse pour partir étudier outre-manche les villages de Port Sunlight et de Bournville, créés respectivement par les industriels W. H. Lever et Georges Cadbury. Le Français visite également le chantier de la première cité-jardin appliquant les préceptes d’Howard : Letchworth.

À son retour, il crée l’Association des cités-jardins de France et publie, l’année suivante, La Cité-Jardin, un ouvrage préfacé par Charles Gide (Paris, H. Jouve, 1904). Benoit-Lévy se fait donc l’un des laudateurs de la pensée howardienne. Toutefois, il en dénature les fondements. Alors qu’Ebenezer Howard part d’une conception socialiste libertaire militant pour un réaménagement du territoire, la pensée de Benoit-Lévy s’inscrit dans une tradition paternaliste. Ainsi, la cité-jardin « à la française » n’est pas une entité urbaine autonome ; elle est perçue comme une figure évoluée de la cité ouvrière.

En 1909, Benoit-Lévy se sépare du Musée Social pour défendre une autre conception de la cité-jardin. Celle-ci ne doit plus être perçue comme une cité industrielle, mais doit contribuer à l’extension planifiée des villes. En 1910, il résume ses idées dans un article paru dans la Gazette des Beaux-Arts. Ni « cité d’oisifs », ni ville ouvrière, la cité-jardin, pittoresque et riante, s’adresse, en théorie, désormais à tous. Benoit-Lévy déclare également sa foi dans l’architecture régionaliste, susceptible de réaliser l’union entre la tradition paysanne et le progrès (Vigato 1996). Concrètement, les cités-jardins font figure de réalisations expérimentales avant la Première Guerre mondiale. Il faudra attendre la Première Reconstruction et la loi Cornudet, votée en 1919, pour voir dans la cité-jardin un outil efficient pour aménagement des banlieues françaises.


***

Georges BENOIT-LÉVY, « La cité-jardin », Gazette des Beaux-Arts, février 1910, p. 157-168. Extraits p. 157-160, 162-165, 167-168.

1Que sont les cités-jardins, temples élevés à la beauté de la vie humaine et « cimentés avec les cœurs » ? Pour en donner une définition théorique, la cité-jardin est une ville modèle et moderne, conçue suivant des données scientifiques, établie sur des bases rationnelles et offrant au plus humble de ses habitants un asile de repos et de charme. C’est une ville dont chaque habitation se trouve au milieu d’un jardin, dont chaque quartier est entouré d’un parc, et qui elle-même se trouve encerclée par une vaste bande de champs et de forêts. C’est, en même temps, la ville à la campagne : la ville sans ses plaies et ses tares, apportant à la campagne l’activité de sa vie sociale et intellectuelle. En outre, l’industrie s’y exerce dans de véritables palais du travail, sainement aménagés, artistiquement décorés, sans gaz délétères, sans fumées aux nuages opaques.

[…]

2Après avoir établi ce qu’est une cité-jardin, il n’est peut-être pas inutile de compléter ces notions en disant ce qu’elle n’est pas. Elle n’est pas une de ces entreprises de spéculateurs qui construisent parfois sous ce nom, aux environs des grandes villes, d’affreuses maisons de campagnes en style dénommé « art nouveau ». Elle n’est pas non plus ce que les Allemands appellent Villen-Kolonie, c’est-à-dire un simple groupement de petites maisons d’habitation d’un goût plus ou moins douteux. Une cité-jardin n’est pas une de ces agglomérations aux villas luxueuses qui s’établissent près des plages ou après des villes d’eaux. Non : ce n’est pas la cité des oisifs. Mais c’est, encore moins que tout autre chose, une cité ouvrière ; sur tous les points où se sont créées au siècle dernier des industries, nous avons vu sourdre ces cités ouvrières, souvenir de ghettos d’un autre âge, qui, sous prétexte de fausse philanthropie, n’ont fait que parquer, qu’isoler, que mettre à l’écart toute une catégorie sociale. En vérité, dans la ville harmonieusement conçue, il n’y a pas de place pour des « quartiers de bourgeois » et des « quartiers de prolétaires », pour des « quartiers de riches » et des « quartiers de pauvres ». Le soleil y luit également pour tous. Et dans la cité-jardin, si toutes les habitations n’ont pas les mêmes dimensions ou la même richesse, toutes ont, du moins, ce minimum de confort, de beauté et d’hygiène qui donne le goût de la vie et qui fait que celle-ci mérite d’être vécue.

  • 1  Ces deux centres industriels, ne comportant pas plus chacun de 4 à 5 000 habitants, étaient dus au (...)

3C’est en France que l’idée a tout d’abord surgi, et il est curieux de relire les pages où notre économiste Pecqueur décrivait, dès 1840, ces cités-jardins dont l’honneur de la réalisation devait revenir à nos amis d’Angleterre. Le premier, M. W.-H. Lever créa, il y a une vingtaine d’années, Port-Sunlight (Le Port des Rayons de soleil) qui fut le prototype du genre. Vint ensuite Bournville, située seulement à un quart d’heure de Birmingham, et qui est, elle aussi, un véritable rayon de soleil dans ce que les Anglais appellent « le pays noir », tellement les industries l’ont souillé de leurs déchets et de leur fumée1

4Le mouvement a pris une extension extraordinaire. La tendance la plus récente se manifeste par la création, tout autour des villes anglaises, de petites cités-jardins ou banlieues modèles Garden suburbs de 100 à 200 hectares chacune, qui se rejoindront bientôt pour former autour des villes surpeuplées une zone de fraîcheur et d’isolement.

  • 2  Signalons en France le village-jardin (sinon la cité-jardin) de Dourges, tout récemment construit, (...)

5En Allemagne, près de Dresde et de Nuremberg ; en Italie, à Milanino ; en Pologne, près de Varsovie ; aux États-Unis, à Aurora, et partout par le monde, les cités-jardins se créent et, phares puissants de civilisation, montrent, aux voyageurs égarés, leur havre de paix et de doux repos2.

6Un trait commun aux Cités-Jardins est que certains principes ont dominé leur conception. Si les contours et les formes varient suivant la nature du terrain et les circonstances, il y a des règles essentielles qui dominent l’aménagement de toute ville rationnellement organisée.

7C’est d’abord la limitation du nombre de cottages par hectare, dont le maximum atteint rarement la trentaine ; c’est ensuite l’harmonie des lignes, dont la combinaison est déterminée à la fois par des considérations utilitaires et par des préoccupations esthétiques : les voies principales sont larges, droites, et destinées à gagner par le plus court chemin les centres (marchés, théâtres, bâtiments municipaux, gares, etc.) ; les cottages, les villas, sont, au contraire, en bordure de voies courbes, demi-circulaires, étroites, et à l’abri du trafic intense. Enfin, les espaces libres et les parcs sont harmonieusement répartis tant à l’intérieur qu’autour de la ville.

[…]

8Il nous reste maintenant à examiner une question importante entre toutes : Quelle est, en définitive, la tendance artistique de ces cités-jardins ? Quel rôle ont-elles joué dans l’évolution de l’architecture anglaise ? À quel style nouveau ont-elles donné naissance ? […] tant dans les monuments publics que dans les habitations populaires, tant dans les édifices de la cité que dans ceux des citoyens, les fondateurs des cités-jardins, avant toute innovation, ont été profondément pénétrés des caractères traditionalistes qui dominent tous les actes de la vie du peuple anglais. Mais, pratiques comme ils sont, nos voisins ont su harmoniser l’esprit de la tradition et les exigences de la vie moderne.

[…]

9De l’amalgame de nos impressions et de nos souvenirs, un trait se dégage : l’architecture des cités-jardins est, avant tout, pittoresque, − et cette observation s’applique aussi bien à l’ordonnance de la ville elle-même qu’à celle de ses cottages. Il n’y a pour ainsi dire pas deux de ses villas qui se ressemblent, chacune correspondant à une condition sociale particulière de ses habitants et, surtout, à une conception originale de l’architecte. Celui-ci devrait toujours être conscient de la tâche grandiose qu’il a assumée ; il n’y a pas aujourd’hui de profession dont l’exercice entraîne à la fois une plus grande responsabilité et des devoirs plus nobles ; c’est de l’architecte, constructeur de nos villes, auteur de nos foyers, que dépendent nos maux sociaux ou notre prospérité. Quel beau sujet de cours à professer dans une chaire de l’École des Beaux-Arts : le rôle social de l’architecte ! Je vois l’architecte comme un sculpteur, comme un artiste d’élite, maniant entre ses doigts la terre glaise, et en faisant sortir des cottages, des villas, des écoles, des halls publics, tous les éléments de la cité future, ayant reçu dans sa main puissante l’empreinte de la joie et de la beauté.

[…]

10Pour ma part, je crois que le jour où nous créerons, en France, des cités-jardins, ce n’est pas en reniant le passé que nous trouverons le style nouveau d’architecture, mais en sachant nous en inspirer, chaque fois que ses formes seront conciliables avec la nature des matériaux qui sont à notre portée. L’architecture doit être avant tout régionale. Quelle innovation pourrait égaler le pittoresque de la maison basque, la gaieté de la ferme normande, le charme de la maison tourangelle avec ses murs honnêtement peints à la chaux et tapissés de roses grimpantes ?

11Ne renions donc pas les traditions. Inspirons-nous, en architecture, de nos vieux styles régionaux qui représentent un peu l’âme du pays ; mais abandonnons les errements du passé ; apportons dans la construction de nos villes plus de méthode et plus d’hygiène ; inspirons-nous surtout de cette idée que, dans la cité moderne, le bonheur et la beauté sont pour tous et doivent être accessibles à tous. […]

Lire le texte original

Notes

1  Ces deux centres industriels, ne comportant pas plus chacun de 4 à 5 000 habitants, étaient dus aux seules initiatives de deux hommes de cœur. Un publiciste, M. Howard, pensa qu'il serait peut-être possible de juxtaposer plusieurs Bournville et plusieurs Port-Sunlight pour créer de toute pièce une ville modèle. Une société, au capital de 7500 000 fr., fut formée il y a cinq ans, et maintenant, suivant exactement les indications de son fondateur, Garden City, ville limitée à 30 000 habitants répartis sur 100 hectares, ne cesse de croître en force et en beauté à trois quarts d'heure seulement de la vieille cité de Londres.

2  Signalons en France le village-jardin (sinon la cité-jardin) de Dourges, tout récemment construit, près de Douai, par la compagnie des Mines de Dourges.

Pour citer cet article

Référence papier

« Georges Benoit-Lévy, La Cité-jardin, 1910 », in Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.), L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources, INHA (« Sources »), 2014.

Référence électronique

« Georges Benoit-Lévy, La Cité-jardin, 1910 », in Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.), L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources, INHA (« Sources »), 2014, [En ligne], mis en ligne le 30 juin 2014, consulté le 20 août 2017. URL : http://inha.revues.org/6077

Droits d’auteur

Tous droits réservés