Navigation – Plan du site
L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources - Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.)
Projets et réalisations

Louis Lumet, L’Art pour tous, 1904

Texte intégral

Introduction par Catherine Méneux

Lié à la Fédération des Universités populaires, le groupe de L’Art pour tous est fondé le 11 avril 1901 à l’initiative de l’ouvrier mécanicien et secrétaire de la Jeunesse socialiste du XIIIe arrondissement, Édouard Massieux, et de l’écrivain anarchiste Louis Lumet (1870-1923). Il a pour activité principale d’offrir à un public populaire des conférences dans des lieux culturels divers. Le groupe publie en 1904 un ouvrage réunissant un florilège des conférences données dans les monuments et manufactures, ainsi que dans les musées et les ateliers d’artistes. Dans la préface à cet ouvrage, Louis Lumet résume l’histoire du groupe dans un style narratif qui a également une valeur programmatique. Comme il le raconte, l’idée de cette association est née dans les rangs socialistes du XIIIe arrondissement de Paris. Sur l’initiative d’Édouard Massieux, Gérault-Richard, rédacteur en chef de la Petite République (et ancien député du XIIIe arrondissement), a d’abord rédigé un « appel aux intellectuels » en réaction à article de l’écrivain Marcel Prévost (« L’ouvrier », Le Figaro, 24 mars 1901). A la suite de cet appel, Massieux a sollicité l’aide de Louis Lumet, investi à cette époque dans le Théâtre Civique destiné à réunir et instruire un public populaire. La première visite du groupe de L’Art pour tous a lieu le 21 avril 1901 dans les salles des Antiquités asiatiques du musée du Louvre. Son succès est réel puisqu’en 1904, il compte 2 000 adhérents et qu’il s’est doté d’une revue un an plus tôt. Soutenu par une subvention de l’État, le groupe organise de nombreuses conférences dans les domaines des arts, des lettres et de la musique et développe également une « section enfantine ». Parmi les conférenciers, il y a des critiques d’art et écrivains, tels Paul-Louis Garnier, Frantz Jourdain, Gustave Kahn, Georges Lecomte et Roger Marx, des conservateurs de musées comme Charles Formentin, et des enseignants à l’instar d’Émile Chauvelon. Les artistes qui ouvrent leurs ateliers sont notamment Alexandre Charpentier, Eugène Carrière, Jules Chéret, Théophile Steinlen, Albert Besnard, Maximilien Luce et Antoine Bourdelle. En 1902, une visite a également lieu à l’exposition d’Émile Gallé au palais Galliera. Opposés à toute hiérarchie entre les arts, les organisateurs accordent une place importante aux arts industriels et privilégient une histoire centrée sur les techniques avant celle des styles. Avec l’objectif de « communiser la beauté », le groupe est présidé par Édouard Massieux jusqu’en 1953, année de la mort de ce dernier (Barbillon 2005).


***

Louis LUMET, Préface à L’Art pour tous. Conférences par Emile Bontemps, Pierre Calmettes,.., Paris, Edouard Cornély et Cie, 1904, p. 1-35. Extraits p. 1-4, 9-15.

1La joie esthétique offerte par l’œuvre d’art à certains hommes d’une éducation particulière et d’une sensibilité cultivée, peut-elle être étendue et devenir commune, quoique à des degrés différents, à toutes les intelligences, aux plus développées comme aux plus rudimentaires ?

2La question fut souvent et longuement controversée, et l’on penchait vers la négative, en refusant au peuple, à la foule, toute aptitude à sentir et à goûter la beauté. Mais cette opinion que ne soutenait aucun argument valable, et qui ressemblait fort à un préjugé, presque unanime il y a quelques années, tend à décroître et à se modifier sous l’influence d’idées nouvelles, contrôlées par des faits. On n’ose plus affirmer qu’une classe de la société, par sa nature même, est à toujours exclue des jouissances élevées de l’art, et l’on explique maintenant par son ignorance, l’indifférence qu’elle témoigne à son endroit.

3Or, s’il en est ainsi, ne devons-nous pas, dans un esprit de justice, tenter de faire participer tous les hommes à de rares et hautes émotions, en leur apprenant à connaître les œuvres qui les suscitent ? Si l’on admet que l’art cesse d’être la fortune exclusive de quelques-uns, n’y-a-t-il pas une sorte de pressant devoir pour ceux dont il a élargi et magnifié la vie, d’en enrichir ceux qui l’ignorent ? Il nous a paru que ce devoir était évident, et nous n’avons pas voulu nous y soustraire. Aussi, c’est dans le dessein de communiser la beauté, que nous avons formé notre groupe de propagande esthétique « L’Art pour tous ».

4 Déjà, un admirable mouvement d’instruction et d’éducation post-scolaires a répandu et démocratisé la science et les méthodes rationnelles, nous pensons que notre action peut harmonieusement le compléter.

5En ces quelques pages brèves, j’exposerai son origine, les résultats que nous en avons obtenus, les projets que nous fondons sur son développement, et l’influence qu’elle est susceptible d’exercer sur les mœurs et la mentalité nationales.


***

6Sur l’initiative d’Édouard Massieux, secrétaire de la Jeunesse du XIIIe arrondissement, Gérault-Richard écrivit dans la Petite République, du 30 mars 1901, un appel aux intellectuels, sous le titre de « Pour l’art et pour les ouvriers ». Il disait : « On n’a point accordé l’attention qu’il méritait à un récent article de M. Marcel Prévost, publié par le Figaro. La jeunesse pensante se demande souvent à quelle œuvre elle devra consacrer ses efforts, vers quels horizons elle dirigera ses pas. C’est un thème coutumier, au point d’en être banal. Il prête à des développements qui manquent moins d’éloquence que de variété.

7« M. Marcel Prévost a soumis à ses contemporains un programme digne des plus orgueilleuses ambitions.

8« Il regarde le monde avec des yeux qui voient. Il connaît, pour l’avoir étudié, le problème dont la société est en mal. Les conflits, de plus en plus fréquents et grandioses, entre le travail et le capital, sollicitent sa curiosité, et il a assez de noblesse pour ne point cacher ses sympathies.

9« Ce qu’il demande aux littérateurs, aux artistes, aux bourgeois « Ce qu’il demande aux littérateurs, aux artistes, aux bourgeois instruits que le souci de leurs privilèges de classe n’abêtit pas, c’est de partager avec la prolétariat les biens intellectuels. Il est aussi pour de larges réformes sociales qui procureraient aux ouvriers une vie moins accablée.

10« Je m’étonne que l’appel de M. Marcel Prévost n’ait pas ouvert, dans la presse bourgeoise, le champ aux controverses. Sans doute, d’autres préoccupations, plus pratiques en apparence, sollicitent l’attention et la verve des écrivains.

11« Mais l’article de l’auteur du Scorpion [Marcel Prévost] me revenait à la mémoire, pendant que je conversais tantôt avec le citoyen Édouard Massieux, secrétaire de la Jeunesse socialiste du XIIIe. Notre jeune camarade me demandait de communiquer aux artistes et écrivains indépendants et épris de solidarité un projet que, pour ma part, je trouve fort alléchant.

12« Il s’agit de l’organisation de visites éducatives dans les musées. Les groupes de jeunes socialistes prendraient rendez-vous le dimanche avec ceux des artistes et des écrivains que leur proposition séduirait et visiteraient, sous leur conduite, les musées de Paris et des environs.

13« Il me suffit de mettre en circulation l’idée de nos camarades pour qu’elle suscite les concours les plus autorisés. Et je me contente de donner ici l’adresse du groupe dont Massieux est le secrétaire, en priant les intellectuels amis des travailleurs de se mettre en rapport avec lui, au siège de la Probité. Société coopérative, 12, rue Coypel. »

14A la suite de cet article, nos camarades me demandèrent de les aider à réaliser leur projet. Ils connaissaient la propagande d’éducation que j’avais entreprise depuis 1897, par le Théâtre civique, et ils savaient qu’il était contenu dans mes plans. Je leur répondis aussitôt, et c’est vers le milieu d’avril 1901 que nous eûmes la première réunion préparatoire pour la constitution de notre groupe.

[…]

15Chaque semaine nous amenait de nouveaux adhérents ; des promeneurs dans les musées nous demandaient des renseignements sur notre groupe ; pour répondre aux uns et aux autres, mes camarades me prièrent d’écrire une sorte de manifeste, sur notre propagande et nos tendances. En voici quelques extraits :

16« À côté des syndicats, des coopératives, des groupes politiques qui ont leur activité particulière, leur rôle propre dans l’évolution sociale, il convient de créer des organismes qui tendent à satisfaire le profond et obscur besoin des hommes qui réclament la jouissance pleine et entière de la vie. Nous avons des Universités populaires, écoles bien disparates et bien rudimentaires encore, mais dans lesquelles cependant, chaque soir, des professeurs, des savants, des philosophes, viennent exposer les théories, les plus hautes spéculations de l’intelligence humaine, réservées jusqu’ici aux privilégiés ; nous avons des ébauches de théâtre où se jouent et se récitent des drames et des poèmes ; nous devons avoir des cercles d’éducation esthétique.

17« Dans les musées, nous aurons la révélation des œuvres que la nature a inspirées aux génies de tous les temps, et nous pénétrerons dans un monde d’émotion supérieure où les grands créateurs ont magnifié leurs visions personnelles. Nous serons éblouis : elles nous multiplieront et elles nous varieront l’image de l'univers… Nous ne devons pas être murés dans le temps présent et court de notre existence ; il faut que nous tressaillions de tous les rêves, de tous les désirs, de tous les travaux de ceux qui nous ont précédés ; il faut que nous sachions nettement que nous portons en nous toute l’humanité. Dans une toile, dans un torse de statue, dans une poterie, nous ressusciterons la splendeur des siècles défunts ; nous découvrirons la permanence de l’art à travers les âges ; nous connaîtrons l’héritage saint que les peuples mourants transmettent aux peuples qui naissent. Que reste-t-il d’une civilisation périmée, d’une société dissoute, perdue dans la brume ? Un temple, des pierres taillées, un chant d’épopée, une figure de bronze. L’art est le langage le plus haut, le plus clair que les hommes ont eu pour communiquer entre eux. Il éternise les rêves des races finies pour les races à venir. Toute époque qui n’aura pas eu d’art disparaîtra dans le néant…

18« Et quand nous aurons étudié, avec émotion, les chefs-d’œuvre dans lesquels subsistent les civilisations évanouies, nous aurons l’ambition de nous exprimer nous-mêmes, de créer de la Beauté vivante et agissante, qui nous entourera chaque jour, comme l’air de la lumière. »

[…]

19« Nous avons suscité la création de magasins d’art populaire et de coopératives de production d’objets d’art. Nous voulons multiplier dans les faubourgs des salles ornées par nos artistes, où les ouvriers trouveront une soirée de joie et de réconfort. Nous compléterons l’éducation esthétique que nous avons entreprise par des récitations littéraires, de séances de musique. « Notre groupement, l’Art pour tous, est plein de vie et de courage ; il entreprend une grande tâche, il demande l’assistance de tous. Nous avons voulu que l’adhésion à notre Société fût libre, et nous ne l’avons grevée d’aucune cotisation obligatoire. Pour en faire partie, il suffira de s’inscrire, et chacun, pour couvrir les frais, souscrira volontairement, suivant ses moyens. Nous n’avons ni statuts, ni règlements : c’est une Association d’éducation fraternelle. »

[…]

20Ce manifeste répandu par les soins d’Édouard Massieux, qui fut et qui est encore le plus infatigable organisateur de l’Art pour tous, porta le nombre de nos adhérents, en quelques semaines, à plus d’un millier. Il nous fallut, dès lors, modifier les conditions de notre recrutement, régulariser nos efforts, assurer la continuité de notre propagande. Les frais destinés au fonctionnement de notre Groupe augmentaient en proportion de son importance numérique et les recettes garanties par les souscriptions volontaires, n’y étaient pas correspondantes. Nous dûmes remettre à chaque adhérent une carte individuelle, et demander une cotisation de vingt-cinq centimes par mois. Je n’ai pas besoin de dire que cette cotisation n’est pas très rigoureusement exigée, et que nous en exemptons volontiers ceux qui ne peuvent pas la verser. Aussi le rendement des cotisations est-il très minime, et nous ne parviendrions pas à payer nos imprimés et notre correspondance, si nous n’étions pas aidés par l’État, et si nous ne gérions pas nos finances avec la plus stricte économie. Des emplois qu’il serait juste de rémunérer, par la perte de temps qu’ils occasionnent à ceux qui les détiennent, sont entièrement gratuits.

21Malgré tous les obstacles et la pénurie de nos ressources, notre action n’a pas cessé de croître et de s’étendre. […]

22Aujourd’hui, notre groupe de propagande esthétique compte deux mille trois cents adhérents individuels, et nous avons reçu l’adhésion collective de différentes organisations […]

23En deux ans nous avons organisé plusieurs centaines de conférences dans les musées, dans les manufactures nationales, dans les divers monuments de Paris, dans les ateliers d’artistes ; nous avons conduits nos adhérents à Dieppe, à Bruxelles, à Beauvais, à Rouen, à Versailles, à Chantilly ; nous avons créé les sections prévues dans notre plan initial : section enfantine, section musicale, section littéraire, section de province […]

Pour citer cet article

Référence papier

« Louis Lumet, L’Art pour tous, 1904 », in Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.), L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources, INHA (« Sources »), 2014.

Référence électronique

« Louis Lumet, L’Art pour tous, 1904 », in Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.), L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources, INHA (« Sources »), 2014, [En ligne], mis en ligne le 30 juin 2014, consulté le 19 août 2017. URL : http://inha.revues.org/5999

Droits d’auteur

Tous droits réservés