Navigation – Plan du site
L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources - Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.)
Projets et réalisations

Maurice Le Blond, L’Art social. L’éducation esthétique, 1902

Texte intégral

Introduction par Catherine Méneux

Écrivain et journaliste, Maurice Le Blond (1877-1944) s’impose sur la scène littéraire dans les années 1894-1897 lorsqu’il devient le principal théoricien de « l’école naturiste », aux côtés de son ami Saint-Georges de Bouhélier qui en rédige le manifeste (Le Figaro, 10 janvier 1897). Contestant l’esthétique allusive et suggestive du symbolisme, et Mallarmé en particulier, le courant naturiste se réfère à la nature, au religieux et aux grandes références du passé pour élaborer un art toujours idéaliste qui serait compréhensible et civilisateur pour le peuple. Au moment de l’affaire Dreyfus, Le Blond soutient fermement Émile Zola qui le fait entrer au journal L’Aurore (à partir de 1902) ; radical-socialiste, il tente d’imaginer une voie engagée, tant sur le plan politique que littéraire. Ayant échoué à fédérer les différentes tendances littéraires contemporaines, le petit groupe naturiste crée le Collège d’esthétique moderne, inauguré le 28 janvier 1901, avec l’objectif de répandre l’idée de la Beauté, de grouper les artistes nouveaux et de créer une sorte de maison commune (Le Figaro, 12 décembre 1900). Réunissant des personnalités telles Émile Zola (président d’honneur), Anatole France, Émile Verhaeren, Georges Clemenceau ou Frantz Jourdain, invoquant l’exemple de Paul Cézanne, de Claude Monet ou d’Auguste Rodin, le nouveau cercle organise de nombreuses conférences ainsi qu’une exposition en 1901 (Decaudin 1960 ; Pompejano 1981 ; Pagès 2010).

En 1902, à l’occasion d’un projet de Congrès national du groupe L’Esthétique (qui n’aura finalement pas lieu), Maurice Le Blond publie cet article titré « L’Art social ». L’Esthétique a été créé en 1899 dans un but d’éducation morale et artistique du peuple (Lacaze Duthiers 1901) et son congrès était supposé couvrir un vaste programme, du théâtre populaire à l’architecture, de l’esthétique des villes à la peinture décorative, de l’esthétique des vêtements aux universités populaires (Le Mouvement esthétique, 15 juin 1902). Si Maurice Le Blond se réjouit de cette initiative, il plaide surtout en faveur des idées véhiculées par le Collège d’esthétique moderne. Il esquisse ainsi un programme éducatif laïc qui reposerait sur des instituteurs éduqués faisant appel à la sensibilité des adolescents, à l’instar des prêtres mais pour de tous autres buts. Le Blond espère en effet qu’ils « enseigneraient non seulement les Droits de l’Homme, mais aussi les plaisirs sacrés et supérieurs dont est susceptible l’humanité et qui sont la contemplation de la nature et la culture des arts. »

1. Constantin Meu...1. Constantin Meunier, Le Débardeur du port d’Anvers

1. Constantin Meunier, Le Débardeur du port d’Anvers

1885-1890, bronze, 48,3 x 23,5 x 18,8 cm, Paris, musée d’Orsay.


***

Maurice LE BLOND, « L’Art social. L’éducation esthétique », L’Aurore, 6 août 1902, p. 2. Extraits.

1On nous annonce la prochaine réunion d’un Congrès national d’esthétique. MM. Auguste Rodin, Roger Marx, Mourgault-Ducoudray, Ch. Beauquier, etc., ont accepté la présidence d’honneur, et l’intention des organisateurs est de porter la discussion sur les moyens les plus efficaces pour faire pénétrer l’art dans les masses.

2L’ouverture de ce Congrès est significative. Jamais mieux qu’à l’heure présente on n’avait compris l’importance d’une éducation sentimentale pour le peuple. Les théoriciens les plus différents sont d’accord sur ce point. Mais rien de sérieux n’a été tenté à cet effet. On n’est point passé des paroles aux actes. Puisse donc de ce Congrès sortir surtout un vaste plan d’action pratique.

3J’ai entendu beaucoup d’artistes se plaindre de ce que même dans nos Universités populaires, où s’assemble pourtant l’élite prolétarienne, les conférences d’art et de vulgarisation esthétique ne soient point toujours suivies avec tant d’intérêt qu’ils espéraient.

4Pourtant si l’on y réfléchit quelque peu, ce fait n’a rien qui puisse étonner. Les chaires de nos Universités populaires ont été élevées pour des adultes : or, c’est en vain qu’on voudrait faire naître chez des hommes qui n’en ont jamais senti le besoin et dépourvus de toute culture sentimentale, le goût subitde la beauté. Il arrive un âge où l’individu a accompli son évolution cérébrale. Tandis que certaines facultés se sont développées en lui, d’autres se sont au contraire atrophiées, et tenter de vivifier ces dernières serait bien inutile.

5C’est quand l’individu est jeune, quand tout son organisme est comme une tendre argile pétrissable, qu’il est apte à ressentir les bienfaits de l’éducation sentimentale. Les impressions qu’il subit sont ineffaçables et les goûts qu’on acquiert alors ne peuvent pas disparaître.

6[…]

7Ce besoin d’admiration, cette prédisposition à la ferveur, qui existe toujours chez l’adolescent, nos instituteurs pourraient en profiter pour initier des générations entières aux splendeurs de la vie terrestre. Au lieu de les exalter pour de folles fictions et de religieuses chimères, ils leur désigneraient les formes réelles, tout ce qui vit et tout ce qui brille sous le soleil, comme des motifs de joies, comme des sources possibles de bonheur. Dans des causeries familières, ils leur apprendraient comment on peut extraire un peu d’allégresse des spectacles quotidiens qui entourent notre existence. Ils les mettraient en mesure non seulement de subsister dans la société, de s’y conduire, mais aussi de savoir en jouir ; ils enseigneraient non seulement les Droits de l’Homme, mais aussi les plaisirs sacrés et supérieurs dont est susceptible l’humanité et qui sont la contemplation de la nature et la culture des arts. Ils les disposeraient à goûter cette jouissance permanente, universelle, gratuite qu’on peut éprouver à savourer un paysage, un coucher de soleil, une vivante symphonie de nuances et de couleurs.

8Certes, il est loin de notre pensée de vouloir introduire l’esthétique dans les programmes primaires. Voyez-vous l’art codifié dans des manuels ? Voyez-vous la beauté devenir un sujet de devoirs et de pensums ? Le sentiment du beau ne s’apprend pas. Ou bien il est spontané, ou bien il doit être suggéré avec une extrême délicatesse. Si on ajoutait une esthétique scolaire au système métrique et à la grammaire, si elle devenait matière à examens et à concours, on ne réussirait qu’à en communiquer la lassitude et le dégoût.

9Il conviendrait donc de laisser l’instituteur complètement libre d’exercer à sa guise cette tâche admirable d’éducateur des sensibilités. […]

10Les instituteurs actuels possèdent-ils ce vif idéal humain, panthéiste et social, par lequel est seulement possible cette tâche patiente et subtile d’initiateurs. Certainement, ils ne le possèdent pas encore. L’école laïque, gratuite et républicaine est encore de fondation trop récente. Intellectuellement, socialement, pécuniairement, les instituteurs sont encore dans une situation précaire. Ils ne jouissent pas du prestige qu’ils devraient avoir ; ils touchent des salaires dérisoires, beaucoup ne soupçonnent même pas l’importance de leur rôle, un plus grand nombre sont si éloignés des conceptions modernes qu’ils sont de déplorables agents de propagande militariste.

11Mais, dans ce corps de l’enseignement primaire, on rencontre déjà un grand nombre d’esprits affranchis, d’intelligences ardentes. […] Enfin le mouvement des caravanes scolaires vient ajouter à notre espoir. Ces excursions à travers les monuments et les sites, ces visites aux musées où l’éducateur entre en sympathie familiale avec ses élèves et vit avec eux, pourraient être heureusement utilisées pour ces leçons d’esthétique sociale, de ferveur panthéiste, et de moralisation humaine, par le spectacle de la nature et la compréhension des œuvres d’art.

12L’École, l’École, telle que nous la rêvons, voilà bien le foyer véritable de la régénération des futures démocraties. […] Que l’École soit claire, aérée, hygiénique, c’est certainement quelque chose, mais ce n’est pas suffisant. Il faut que l’École remplace l’Église. Il faut qu’elle soit représentative des croyances nouvelles. Qu’elle soit souriante à tous, jolie comme la jeunesse qui y hante, gaie de roses et parée d’espaliers, entourée d’arbres et d’eaux qui, l’été, l’environnent de fraîcheur. Il faut que les enfants qui s’y rendent y aillent comme en un lieu aimable où l’étude affranchie des méthodes rébarbatives leur apparaisse enfin comme une initiation charmante.

13Il faut qu’à côté de la salle d’étude s’élève aussi la salle de fête. Des reproductions de Puvis de Chavannes, des photographies des œuvres de Millet, des plâtres moulés sur les statues de Constantin Meunier, y diraient les fières attitudes du travail, la noble et large eurythmie des aspects agrestes, les effigies des héros pacifiques et intellectuels en décoreraient les murailles. C’est là que les enfants iraient chanter tantôt les gais et naïfs refrains du pays de France, tantôt les vibrants cantiques révolutionnaires des époques héroïques. D’autre fois ce serait le maître lui-même qui leur lirait les pages épiques de Michelet ou les lyriques prophéties de Victor Hugo. […]

Lire le texte original

Table des illustrations

Titre 1. Constantin Meunier, Le Débardeur du port d’Anvers
Légende 1885-1890, bronze, 48,3 x 23,5 x 18,8 cm, Paris, musée d’Orsay.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/5992/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 42k

Pour citer cet article

Référence papier

« Maurice Le Blond, L’Art social. L’éducation esthétique, 1902 », in Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.), L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources, INHA (« Sources »), 2014.

Référence électronique

« Maurice Le Blond, L’Art social. L’éducation esthétique, 1902 », in Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.), L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources, INHA (« Sources »), 2014, [En ligne], mis en ligne le 08 juillet 2014, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://inha.revues.org/5992

Droits d’auteur

Tous droits réservés