Navigation – Plan du site
L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources - Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.)
Un art par le peuple et pour le peuple ?

Camille Mauclair, L'Œuvre sociale de l’art moderne, 1901

Texte intégral

Introduction par Katia Papandreopoulou

En raison, d'une part, de l'affaire Dreyfus et, d'autre part, de sa familiarité avec la scène artistique et sociale belge, Camille Mauclair (1872-1945) laisse quasiment derrière lui l’art clos des symbolistes qu'il défendait jusqu'alors pour mieux s’adonner à son désir de participer aux questions sociétales. Écrit au cœur de sa période socialisante qui durera à peine cinq ans, ce texte est publié au sein de La Revue Socialiste, l’une des revues qui a répandu le plus largement et le plus durablement en France les sujets socialistes locaux et internationaux. Il fait suite à un premier article - « L’Œuvre sociale de l’art moderne. Le Théâtre » - paru dans la même revue en juin 1901 (p. 675-689). Mauclair y expose une série de réflexions tendant à combattre l’opinion  - topos d’un certain nombre de socialistes - que « l’art est un luxe bourgeois dont le peuple socialisé n’aura que faire » (p. 675) et réparer cette « injustice » qui veut que les intellectuels et les artistes appartiennent davantage à la bourgeoisie qu’à la société et au socialisme.

Dans ce contexte, Mauclair part à la défense des artistes qui, depuis la Révolution, se sont progressivement désengagés de la Cour du roi puis du bourgeois et de son « goût dérisoire » mais c’est surtout depuis la Commune, poursuit le critique, que l’artiste acquiert un véritable statut d’indépendance et de conscience sociale pour ensuite s’identifier davantage au peuple et à ses problèmes. Cette nouvelle forme d’art indépendant doit désormais se traduire par l’ouverture des peintres vers le grand public. C'est pourquoi Mauclair insiste sur l’importance du dessin, de l’art décoratif et de la peinture murale. Le critique soutient ouvertement les initiatives de Gustave Geffroy pour le Musée du Soir et défend un patrimoine national dans lequel le musée reconnaîtra sa haute fonction éducative. Cependant, les Salons semblent représenter à ses yeux une vaine forme de récompense, qui devrait être remplacée par des expositions plus intimes.

Son statut de critique influent lui permet d’adopter une stratégie de relecture de l’histoire de l’art moderne du xixe siècle, basée sur le niveau de contribution des peintres à la critique sociale et anti-bourgeoise. Ainsi, Delacroix, Courbet, Millet et Manet sont les piliers qui préparent l’avènement de l’art social des contemporains Charpentier, Forain, Steinlen ou Meunier. Le critique considère que ces artistes du xixe siècle ont réhabilité le travail manuel et l’artisanat, que la peinture bourgeoise et aristocratique d’autrefois dédaignait systématiquement de manière hypocrite. Mauclair a également tendance à considérer comme socialistes de nombreux symbolistes dès lors que le grand public peut suivre l'évolution de leur art. Il présentera pour sa part le brillant exemple d’Auguste Rodin qui, malgré sa complexité d’artiste, parvient à communiquer par son art un message universel.


***

Camille MAUCLAIR, « L’Œuvre sociale de l’Art moderne. Les Beaux-Arts », La Revue socialiste, octobre 1901, p. 421-435. Extraits.

1J'exposais ici même, en juin dernier, l'état du théâtre social en France, avec quelques considérations générales sur l'utilité de l'art et tout ce que les artistes ont déjà fait pour la cause du socialisme. Si j'en viens aujourd'hui à examiner les beaux-arts à ce point de vue, ce sera avec la préoccupation d'aborder sur un autre front le néfaste préjugé, la mauvaise défiance de certains socialistes à l'égard des intellectuels, qu'ils inféodent arbitrairement à la bourgeoisie. Si la prédication d'idées libertaires par le théâtre et le roman convainc d'elle-même de son utilité immédiate les esprits les plus prévenus, on peut se demander, avec plus de logique apparente, en quoi un tableau sert la cause socialiste. On a quelquefois présenté les sculpteurs et les peintres comme des fabricants d'objets de luxe destinés à enrichir les maisons bourgeoises. C'est se faire de l'artiste contemporain une idée injuste, arbitraire et retardataire : les choses ont profondément changé, et ce qui put être justement reproché aux époques monarchiques, où les artistes étaient pensionnés par les princes, n'est plus à reprocher à ceux d'aujourd'hui, devenus des citoyens libres, gagnant leur vie à leurs risques, et débutant tous dans le prolétariat intellectuel.

2Depuis la Révolution, l'artiste s'est énormément rapproché du peuple, dans une haine commune de la bourgeoisie, devenue par ruse la remplaçante de l'ancienne aristocratie. […] Dès le début du siècle, l'artiste se révolta contre une caste qui cherchait à lui imposer son goût dérisoire, sa fausse morale, et le mettait dans l'alternative de la glorifier ou de ne rien vendre.

3La liste est longue de ceux qui cédèrent et constituèrent la peinture officielle française. Mais plus grand encore est le nombre de ceux qui ne cédèrent pas. En peignant l'immortelle Barricade, Delacroix a dressé contre la bourgeoisie de la Restauration le poème farouche de la Révolution républicaine. En fondant le réalisme pictural, Courbet, qui fut communard, représenta le second âge de ce mouvement protestataire. Et Manet incarna le troisième, en créant le modernisme. Parallèlement Daumier, génie libertaire aux sombres révoltes, stigmatisa la bourgeoisie dans ses dessins, et Millet osa peindre et imposer l'homme de la glèbe, la paysanne, en face de l'idéal académique, tandis que Courbet et Manet introduisaient dans leur art l'ouvrier et les types de la rue, comme jadis les Hollandais, les Flamands l'avaient osé, et comme l'avaient aussi osé nos sculpteurs gothiques et nos peintres du quatorzième et du quinzième siècle, interrompus par la Renaissance, par l'école de Fontainebleau, par l'autoritarisme de Louis XIV, prohibant tout ce qui n'était pas allégories mythologiques, peintures religieuses, représentations d'histoire du règne ou effigies de seigneurs. Une tradition se renoua par-dessus trois siècles de goût italien et de peinture officielle régentée par la caste suprême. L'école française reprit sa vraie direction, déviée par les ordonnances royales, celle du réalisme pittoresque.

[…]

4De Daumier, de Courbet, de Millet et de Manet date définitivement un grand fait : l'introduction de l'ouvrier, du paysan, de la femme du peuple, dans la peinture, l'acceptation de leurs vêtements et de leurs outils dans l'esthétique d'où ils avaient été bannis jusqu'alors. L'œuvre admirable de ces hommes a eu pour complément une œuvre sociale, une glorification du travail dans ses humbles créatures. Et en décidant tout le mouvement moderne à la peinture de plein air, en forçant l'artiste à quitter l'atelier, à placer les êtres dans leurs milieux, à les restituer dans leurs attitudes naturelles, l'impressionnisme moderniste de Manet a accompli une grande manifestation antibourgeoise, dont les conséquences sont nombreuses et fécondes. La plus importante, la plus directe, celle qui répond immédiatement à l'objection d'inutilité de l'art pictural dans le socialisme, c'est l'illustration. C'est de Courbet, de Manet, de Millet, de Daumier, qu'est venue l'illustration, sœur cadette de la vieille chanson politique et de l'ancien pamphlet, et avec une efficacité autrement grande. C'est en habituant les jeunes peintres à un dessin inspiré de la réalité de la rue que ces hommes ont créé le dessin socialiste et anarchiste moderne, le dessin des Steinlen, des Willette, des Forain, des Lautrec, des Hermann Paul et de tant d'autres qui, chaque semaine, imposent à la classe possédante le spectacle désagréable de sa caricature.

5[…] Toute cette vivante propagande du dessin, qui donc en contesterait l'utilité pour la cause socialiste ? Mais les objections renaissent à l'égard des musées, des salons et de la peinture murale. Examinons-les impartialement.

[…]

6Les Salons depuis longtemps déjà n'ont plus de sens. […]

7On ne peut rien voir aux Salons, dans la cohue multicolore, et on ne peut pas en faire de critique intelligente, parce que l'appréciation de trois mille toiles et statues est impossible par définition. Les Salons ne servent plus qu'à l'exhibition de vanité des peintres célèbres, au maintien de la cérémonie parisienne du vernissage, et à la vente pour beaucoup de peintres médiocres qui ne figurent pas dans les expositions particulières et s'offrent là à l'admiration des bourgeois. […] Un État socialiste devrait supprimer les Salons et les remplacer par une série ininterrompue de petites expositions. […] Quant à l'éducation du peuple par les Salons, c'est une idée à peu près aussi sérieuse que celle de l'amélioration de la race chevaline par les courses. Elle ne se soutient pas. Les Salons sont une institution illogique et désignée pour la suppression.

8Mais il ne s'ensuit pas que les artistes soient, eux aussi, inutiles. Les plus doués, les mieux pensants souhaitent l'abolition des Salons, des récompenses, de tout ce qui rappelle l'école et l'enseignement officiel, de tout ce qui procède de la hiérarchie de collège et de bureaucratie qui empoisonne la France. Si les Salons sont vraiment « un luxe bourgeois », car le peuple n'a pas toujours les vingt sous nécessaires pour y aller, et quand bien même il les aurait les Salons resteraient une conception bourgeoise, ‒ la peinture n'est pas un luxe bourgeois ou du moins elle n'est pas que cela. D'année en année l'art se transforme dans un sens social, et produit des œuvres dont les bourgeois n'aimeraient pas orner leur intérieur. Du moins, s'ils les achètent, portent-elles chez eux l'image de la classe qu'ils redoutent. L'ouvrier, le paysan, le mineur sont peints dans le lieu même où s'accomplit leur effort. Roll a été le premier à donner du travail une grande synthèse à la Zola, et depuis la forge, la mine, l'atelier, la ferme ont trouvé leurs poètes et leurs iconographes. L'homme du peuple est devenu un motif capital du style moderne, et on a vu s'accomplir en quelques années ce que des siècles avaient négligé. On pourrait dresser à chaque Salon un répertoire considérable de ce genre d'œuvres sculptées et peintes. Raffaëlli a véritablement créé une peinture, le pittoresque populaire, en sériant ses banlieues si expressives et si vraies d'une multitude de types, forains, terrassiers, camelots, maraîchers, porteurs d'outils, étudiés avec une sympathie clairvoyante. Jules Adler a dressé de superbes silhouettes de travailleurs. À l'horizon pictural se sont élevées des forges, des usines, des chantiers. L'homme de la mer a trouvé en Charles Cottet son poète ému, véridique et profond. Les gravures incomparables d'Auguste Lepère ont dit de mille façons la vie de la rue. C'est à un Belge, mais à un Belge qui est l'hôte assidu des expositions françaises, à Constantin Meunier, que les travailleurs des mines ont dû leur glorification esthétique. […] Il en est d'autres encore, parmi lesquels Alexandre. Charpentier, fils du peuple, qui a érigé en plein Paris, au square Saint-Germain-des-Prés, son bas-relief polychrome des Boulangers, et qui est le type même de l'artiste artisan, délivré du préjugé de l'art pour l'art. Et je ne puis nommer tous les peintres et sculpteurs qui ont contribué à introduire l'homme du peuple dans le domaine esthétique. Or, n'apparaît-il pas clairement que c'est là du meilleur socialisme et du plus direct ? La représentation du travail, la glorification de l'effort est sur nos places, dans nos jardins et musées, la constatation même de l'avènement du socialisme et de son acceptation par l'élément intellectuel de la nation. Cet art-là ne sert pas à réjouir les yeux de la bourgeoisie. Sa signification altruiste est évidente, et l'altruisme est le socialisme moral. […]

9La peinture murale nous offrira les mêmes constatations. Les salles de mairies s'ornent de plus en plus de décorations allégoriques honorant la famille, le travail, l'égalité. Et quelques-unes ont élaboré des conceptions plus fécondes, et plus significatives encore. En décorant l'École de Pharmacie, Besnard n'a pas seulement fait un chef-d'œuvre, il a synthétisé des émotions qui sont nées de la racine même de l'altruisme. […] En donnant à l’Hôtel de Ville le plafond de l'Apothéose des Sciences, Besnard a également indiqué avec netteté la conception du transformisme. Et il l'a plus précisément figurée encore dans la décoration de l'amphithéâtre de chimie de la Sorbonne. Là s'expose splendidement, avec une complexité dont l'art décoratif semblait incapable, le mystère de la transsubstantiation tel que la science l'a conçu, la vie renaissant de la mort, l'échange incessant des éléments cellulaires, avec une grandeur étrange. Dans ces trois œuvres, Besnard a donné à la peinture décorative une signification sociale très nette. Et dans sa décoration pour la chapelle de Berck, s'il a fait participer le Christ à toutes les scènes de la vie des humbles, c'est sans s'asservir à l'Évangile, avec une signification bien plus large que ne l'a admise Tolstoï dans son socialisme chrétien.

[…]

10Les artistes n'ont pas seulement manifesté leur aversion pour la bourgeoisie en trouvant dans le peuple un thème nouveau. Ils ont essayé de la manifester pratiquement, et ceci me conduit à mentionner quelques tentatives isolées qui sont appelées à réussir. C'est sur l'initiative de M. Roger Marx, toujours ardent aux bonnes causes, que des artistes comme Willette et Henri Rivière ont présenté des cartons d'images décoratives pour les écoles, destinées à lutter contre l'affreuse chromolithographie. C'est sur l'initiative de Gustave Geffroy et d'Eugène Carrière, le grand peintre des maternités et des enfants du peuple, que le musée du soir a été proposé. C'est à Jules Chéret qu'est due la joie de la rue, la joie d'art déversée par ses éclatantes affiches. C'est enfin à tous ces artistes, à Alexandre Charpentier, à Pierre Roche, à d'autres encore, qu'est dû le grand mouvement qui a triomphé dans les Salons depuis dix ans, le mouvement d'art décoratif et industriel si caractéristique.

11[…] Les sections d'art industriel sont aujourd'hui aussi intéressantes et aussi riches que les sections de peinture et de sculpture, grâce à l'initiative de ces hommes qui ont forcé les portes ; et l'on déclare couramment aujourd'hui qu'un verrier comme Gallé, un relieur comme Prouvé, un orfèvre comme Lalique, un architecte comme Charles Plumet, un décorateur comme Aubert, un travailleur de l'étain comme Alexandre Charpentier sont bien supérieurs aux trois quarts des exposants des autres sections. […] Or, cette élévation des arts appliqués au niveau des autres a eu pour but et pour conséquence la réhabilitation des industries jusqu'alors reléguées dans le peuple. Elle est d'un caractère purement socialiste. Elle comporte la participation directe de l'ouvrier à l'art, et elle aura deux conclusions qui s'imposent. La première, c'est la recherche d'un nouveau système de corporations, dont le premier terme sera l'admission des ouvriers d'art aux Salons. Ils y sont déjà admis effectivement, puisque beaucoup signent, dans les vitrines, auprès des artistes qui ont tenu à l'honneur de mentionner leurs collaborateurs ouvriers. Mais il s'agit de les y faire admettre d'une façon régulière, et il n'y aura pas de mesure plus démocratique. La seconde conclusion, c'est l'élaboration d'un mobilier populaire dont les matières seront humbles et peu coûteuses, mais dont les formes seront belles et agréables. Des essais ont été tentés simultanément par Charpentier, Plumet et Selmersheim, pour la construction hygiénique et intelligente des logements, la gaîté des couleurs remplaçant ces affreux papiers peints, l'élégance simple des objets usuels. […] L'enjolivement, sinon l'embellissement, de la demeure ouvrière semble à de tels hommes un but digne d'occuper l'artiste contemporain, et beaucoup de jeunes gens pensent de même. On peut prévoir que la constitution d'un style populaire est imminente.

12Les artistes des diverses provinces y contribuent déjà en recherchant dans les objets locaux les éléments d'une synthèse décorative. Un des plus funestes effets de la domination bourgeoise a été de créer une sorte de compromis hypocrite jusque dans ces questions. Le meuble du faubourg Saint-Antoine, le « Christofle » et le complet à vingt-neuf francs ont été les résultats piteux du pseudo-égalitarisme avec lequel la bourgeoisie a masqué son hégémonie. On a donné des chapeaux à fleurs aux bonnes et des couverts en ruolz aux ouvriers, on leur a donné du simili en toutes choses, pour flatter leur vanité, et on a généralisé la laideur de l'endimanchement en faussant ainsi le goût des classes laborieuses, en leur inspirant l'ambition ridicule d'avoir, pour un prix minime, l'imitation des choses qui coûtent cher. […] C'est contre un tel galvaudement [sic] du goût que les artistes veulent réagir […] C'est encore là une réaction antibourgeoise et un retour à l'esprit corporatif de la vieille France, dans ce qu'il avait de véritablement socialiste. Il est à prévoir que le système des coopératives en matière d'industrie d'art mobilier engagera des artistes à fournir les dessins nécessaires, et, dès lors, la transformation du style populaire s'accomplira. […]

13L'art, peinture, sculpture, décoration, a valeur d'exemple social. C'est une façon précieuse de faire pénétrer l'idée socialiste dans les cerveaux les plus distraits. C'est une façon de prendre les gens par la sensibilité, c'est une propagande continuelle, directe ou indirecte. […] Nous revenons seulement maintenant à la véritable manifestation du génie français, qui est si proche du peuple et qui s'en est toujours si heureusement inspiré. La statuaire de Rodin est l'émanation toute frémissante de ce génie, et le principal trait de ce novateur et de ce révolutionnaire est un retour à notre classicisme opposé au classicisme imposé par la Renaissance, un mélange de l'esprit Frank et de l'esprit gallo-romain. L'art de Rodin est un art hautement social en ceci, qu'il supprime l'esprit de caste, le préjugé des sujets « nobles », et exprime par le nu des sentiments généraux dont l'émotion peut être ressentie par toutes les créatures humaines. […]

Lire le texte original

Pour citer cet article

Référence papier

« Camille Mauclair, L'Œuvre sociale de l’art moderne, 1901 », in Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.), L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources, INHA (« Sources »), 2014.

Référence électronique

« Camille Mauclair, L'Œuvre sociale de l’art moderne, 1901 », in Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.), L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources, INHA (« Sources »), 2014, [En ligne], mis en ligne le 15 juin 2014, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://inha.revues.org/5949

Droits d’auteur

Tous droits réservés