Navigation – Plan du site
L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources - Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.)
Un art par le peuple et pour le peuple ?

Jean Jaurès, L’Art et le Socialisme, 1900

Texte intégral

Introduction par Bertrand Tillier

Prononcée par Jean Jaurès (1859-1914) au Théâtre civique de la Porte Saint-Martin, le 13 avril 1900, à l’invitation et sous la présidence d’Anatole France, cette conférence sera reprise sous forme d’articles, notamment dans Le Mouvement socialiste (1er-15 mai 1900) et La Revue socialiste (mai 1900). Par son propos, le leader socialiste à qui l’on doit alors déjà nombre de réflexions théoriques sur les rapports entre le socialisme et la vie ou le socialisme et la liberté (Jaures 2011), de même que des articles et des chroniques sur l’actualité artistique (Jaures 2000), entend là exposer « ce que, pour nous, dans notre conception socialiste, représentait l’idée de l’art ». A la lumière du recul que lui donne l’histoire, le constat de Jaurès est simple : depuis la Révolution française, les valeurs bourgeoises ont fait la preuve de leur déclin moral avéré lors de l’affaire Dreyfus, et la démocratie sociale doit désormais s’imposer. C’est dans cette transition que l’art et le socialisme doivent être articulés l’un à l’autre et que l’art doit aider à repenser les relations sociales des individus. Or, selon Jaurès, seule l’ère socialiste est propice à l’épanouissement de la « fécondité créatrice » dont la philosophie des Lumières et les apports de la Révolution de 1789 avaient fait la preuve, mais que la révolution bourgeoise a endormie. Dans la société moderne perçue comme un champ de conflits souvent violents, Jaurès assigne à l’art le pouvoir d’agir et d’être une force sociale capable de conditionner positivement les consciences. L’art est un élan vital, « une activité infiniment diverse et ample », qui se distingue de la science, de l’histoire ou de l’archéologie, mais qui vient les compléter utilement. Si la bourgeoisie n’a pas su offrir à l’art d’autres conditions que celles du chaos et de la superficialité, Jaurès défend que le sens de l’art et son usage social soient d’être des vecteurs d’harmonie et d’unité, au-delà des « intérêts des classes » et de leurs clivages. Pour y parvenir, Jaurès plaide pour l’abolition de toute séparation et de toute hiérarchie entre les « beaux-arts » et les « arts industriels », prônant l’avènement d’une beauté unifiée apte à s’adresser à l’ensemble de l’humanité. Pour résister aux effets du capitalisme, il faut « faire pénétrer l’art et la vie de l’art jusqu’au plus profond de la vie sociale ». Cette ambition de Jaurès repose sur d’autres exigences : le renouvellement de l’art et de la beauté elle-même dans une société qui attache du prix à l’art et à la beauté, mais surtout l’organisation des conditions de la transmission de l’art, par l’éducation et l’instruction, au même titre que la langue et ses subtilités, qui donnent accès à l’histoire, à la pensée, à la civilisation. Jaurès a la conviction que l’art est la garantie d’une société vivante, soucieuse de justice, de paix et de liberté, et désireuse de s’inscrire dans l’histoire. L’art et la beauté peuvent aider l’humanité à se réconcilier avec elle-même – c’est la vertu qu’il prête en particulier à la peinture de Puvis de Chavannes annonciatrice « de ce que sera la société de demain » : fraternelle, heureuse et harmonieuse.

1. Pierre de Puvi...1. Pierre de Puvis de Chavannes, Le Bois sacré

1. Pierre de Puvis de Chavannes, Le Bois sacré

1889, huile sur toile marouflée, 570 x 2600 cm, Paris, grand amphithéâtre de la Sorbonne.


***

Jean JAURÈS, « L’art et le socialisme », La Revue Socialiste, mai 1900, p. 513-527. Extraits. Repris dans : Critique littéraire et critique d’art. Textes rassemblés et annotés par Michel Launay, Camille Grousselas et Françoise Laurent-Prigent avec la collaboration de Madeleine Réberioux et Géraldi Leroy, Paris, Fayard, 2000, p. 411-424.

1Citoyennes et Citoyens,

[…]

2Nous sommes visiblement dans la période qui sépare la fin de la démocratie bourgeoise de l'avènement de la démocratie sociale ; nous sommes dans la période finissante de la démocratie bourgeoise, dans la période commençante de la démocratie sociale ; nous pouvons donc jeter un regard d'ensemble sur l'œuvre d'art que nous lègue le développement de la démocratie bourgeoise depuis plus d'un siècle.

3Je ne prétends pas, notez-le bien, que la fécondité créatrice de ce que j'appelle la démocratie bourgeoise, de celle qui est sortie de la philosophie du dix-huitième siècle et de la Révolution de 89, je ne prétends pas que cette fécondité créatrice soit totalement épuisée ; de nouveaux chefs-d'œuvre peuvent surgir avant que l'ère socialiste soit précisément ouverte. […]

4Pourtant, nous pouvons dès aujourd'hui résumer et caractériser à grands traits l'œuvre d'art de la période humaine qui s'est ouverte, il y a environ cent cinquante ans, par les œuvres des penseurs qui précédèrent et préparèrent immédiatement la Révolution.

[…]

5Voilà les trois traits décisifs de la création et de la vie de l'art depuis un siècle et demi ; élan merveilleux et fiévreux des hommes vers toutes les sensations, vers toutes les formes de la beauté et de la vie ; interprétation idéaliste de la nature.

6Mais il est d'autres traits, et voici les ombres : la création d'art, la vie d'art dans la démocratie bourgeoise ; telle que la révolution bourgeoise l'a faite, en même temps qu'elle est puissante, en même temps qu'elle est frémissante, en même temps qu'elle dresse l'individu tout seul en face de la nature éternelle, cette vie d'art est à la fois chaotique et superficielle.

7Elle est chaotique ; il n'y a plus dans l'ensemble de l'œuvre d'art, de la création artistique des hommes depuis un siècle et demi, harmonie et unité. Pourquoi ? Parce qu'il n'y a plus d'idées communes, de conceptions communes qui rapprochent, réunissent, confondent tous les hommes et qui permettent par conséquent à l'œuvre d'art, expression de la vie, de coordonner et d'harmoniser toutes les forces ; l'univers n'est plus discipliné, il n'est plus organisé par les anciennes hypothèses religieuses qui se sont évanouies devant les clartés de la science. […] Que resterait-il donc, dans ce désarroi des vieilles croyances religieuses finissantes, dans cet incomplet de la science naissante, que resterait-il aux hommes pour unifier, pour organiser l'idée de l'univers ? Il ne leur resterait que l'humanité elle-même ; mais, à l'heure présente, il n'y a pas une humanité, une unité humaine ; les hommes sont trop divisés par l'antagonisme des classes ; le privilège de la propriété a créé entre eux trop de rivalités, a ouvert entre eux trop d'abîmes pour qu'il y ait une unité humaine ; il y a des humanités qui se déchirent, et l'univers ne peut que répondre par un écho de discorde à la discorde qui vient de l'homme. (Applaudissements.)

[…]

8Et en même temps, je dis que la vie de l'art telle que l'a faite la période révolutionnaire bourgeoise est superficielle ; elle n'atteint pas toutes les profondeurs du peuple. Ah ! J'ai applaudi avec vous au merveilleux appel qu'Anatole France adressait tout à l'heure aux artisans et aux artistes. Oui, il n'y a pas la beauté des « beaux-arts » et la beauté des « arts industriels » ; il n'y a qu'une même beauté qui se traduit dans la même matière par la diversité des procédés ; mais l'artisan, l'orfèvre, le ciseleur, le batteur d'or, le mouleur, le typographe, ne représentent pas la totalité du travail ouvrier, du travail-prolétarien dans la société capitaliste, et la question est de savoir aujourd'hui, pour ceux qui veulent établir la vie de l'art, pour ceux qui veulent que tous les hommes y participent, que toute l'humanité passe dans cette lumière ; la question est de savoir si la société bourgeoise a su faire pénétrer l'art et la vie de l'art jusqu'au plus profond de la vie sociale, de la conscience prolétarienne.

9Eh bien, je dis : non Et c'est là ce qui condamne la civilisation provisoire d'aujourd'hui. […] Non, l'art n'a pas pénétré jusqu'au plus profond du travail, parce que la démocratie n'y a pas pénétré non plus ; la démocratie s'est arrêtée à la surface dans l'ordre politique ; tous les hommes sont théoriquement souverains et théoriquement égaux, à l'atelier, la toute-puissance du capital domine le travail asservi ; sans puissance de direction et sans garantie la démocratie n'a donc pas pénétré à l'atelier, c'est-à-dire dans le travail, et comme c'est le travail qui est la vie elle-même, la démocratie est restée à la surface ; elle n'a pas pénétré dans les profondeurs !

10Que faut-il, en effet, pour qu'une classe soit vraiment une classe artistique ? Il faut deux choses, il faut qu'elle ait à sa disposition un moyen d'expression dont elle puisse aisément se servir pour traduire, pour intensifier ses émotions et ses sensations.

[…]

11Tant que le socialisme n'aura pas complété l'éducation populaire jusqu'à donner à tous les travailleurs le maniement complet, la perception subtile de toutes les richesses de notre langue, le prolétariat ne sera pas encore élevé à la hauteur de l'art.

12Et puis, il y a une autre fatalité, il y a une autre servitude qui empêche la classe prolétarienne de constituer aujourd'hui une partie de l'humanité artistique. Citoyens, pour faire œuvre d'artiste, pour jouir de l'art, pour s'élever à la beauté, il faut dominer sa propre vie, dominer son propre travail. Quiconque est le serf de sa propre vie, quiconque ne peut pas s'élever au-dessus du niveau de son propre travail, quiconque ne peut pas le rattacher par la pensée et par la joie à l'ensemble du mouvement humain, ne peut atteindre véritablement à la vie de l'art. Ah ! Combien peu de paysans sont capables de sentir s'éveiller en eux la beauté artistique ; ils sont pourtant en rapport immédiat, constant, avec toutes les beautés de la nature, avec toutes ses grandeurs et toutes ses vicissitudes. Mais parce qu'ils sont absorbés par leur dur labeur, parce qu'ils ne songent qu'à extraire du sol avare quelques écus et quelques louis, parce qu'ils sont incapables de rattacher leur effort à l'ensemble de l'effort humain, et l'effort de l'humanité à l'ensemble du mouvement universel dont les vicissitudes et dont les saisons se déroulent pour eux, ils sont incapables de s'élever jusqu'à la notion claire, jusqu'au sentiment de la beauté.

13[…] De même, comment voulez-vous qu'après ses douze heures, ses quatorze heures, ses quinze heures de travail d'usine, quand il a le sentiment que ce travail machinal et prolongé n'est pas un travail libre, qu'il peut être le lendemain congédié ou par la brutalité du maître, ou par l'inclémence des événements, ou par la rigueur des hommes, ou par la rigueur des chômages, comment voulez-vous que l'ouvrier, attelé à ses machines, qui l'épuisent et qui peuvent encore lui manquer demain, comment voulez-vous qu'ainsi accablé, qu'ainsi asservi, craignant toujours pour le pain de demain, pour lui ou pour les siens, comment voulez-vous que sa pensée puisse s'élever en rêve au-dessus de tous ces bruits assourdissants des machines, et se dire : ce bruit des machines en travail est une partie de l'harmonie universelle... Cela, il le saura demain, quand nous l'aurons affranchi.(Long mouvement d'approbation.) C'est ainsi que le socialisme appellera à la vie de l'art, à la vie de la beauté, tous les êtres humains quels qu'ils soient ; c'est lui qui, pour la première fois, investira de la beauté sacrée de l'art le prolétariat aujourd'hui déshérité. Ô artistes, n'ayez pas peur de nous ; c'est nous qui, les premiers, appellerons devant vos chefs-d'œuvre non plus des portions d'humanité divisée, non plus une élite rassasiée et blasée, suivie d'une foule aveugle, mais une même humanité fraternelle et libre. C'est nous qui créerons pour la première fois l'art humain ; il n'y a eu jusqu'ici que des lambeaux d'art humain, parce qu'il n'y a eu jusqu'ici que des lambeaux d'humanité. (Vifs applaudissements.)

14Ah ! oui, l'on devine sans qu'on le puisse exactement définir, qu'un merveilleux renouveau artistique jaillira de ce renouveau social ; pour la première fois l'humanité comme telle sera en face de la nature ; chaque homme, en la contemplant, en l'interrogeant, sentira en lui-même la présence familière de toute l'humanité, et c'est, par chaque individu humain, l'humanité tout entière qui interrogera et qui contemplera la nature. […]

15Ne me dites point que j'ajourne l'effort créateur des artistes qui aspirent les souffles encore incertains de la pensée socialiste ; ne dites pas que j'ajourne leur effort créateur, jusqu'à l'avènement entier, intégral, de l'ordre nouveau, de l'ordre communiste. Non, non, dès maintenant, dès il y a un siècle, la pensée socialiste a commencé obscurément, insuffisamment, mais elle a commencé à agir sur l'art lui-même. Depuis près d'un siècle, il y a un commencement d'action du socialisme sur la vie sociale et sur l'art qui en est l'expression. Savez-vous que c'est aux premières grandes écoles socialistes, au fouriérisme et au saint-simonisme que nous devons l'orientation définitive du romantisme, et les belles œuvres de Hugo ? […]

16De même, lorsqu'en 1848 une pensée socialiste a commencé à paraître, et la Révolution a éclaté, c'est cette pensée socialiste qui a révélé à Wagner la plénitude de son génie et tout le sens de son œuvre. Il n'y a pas de contestation possible à cet égard : c'est le communisme qui lui a révélé l'art, c'est le communisme qui, par le rapprochement de toutes les catégories sociales, par la fusion projetée de toutes les énergies humaines, a inspiré à Wagner l'idée de réaliser cette unité dans l'art, de ne plus dissocier la peinture, le drame, la musique, mais de faire de toutes ces forces un ensemble, une harmonie, une unité, un monde, et c'est la caractéristique de l'œuvre de Wagner d'avoir groupé autour d'une inspiration ardente, d'une âme individuelle, tout un monde d'images, de figures, de couleurs, de sons, toute une orchestration presque infinie ; c'est comme une haute vague centrale qui propage et communique son rythme à tout l'océan soulevé, c'est la marque du communisme.

17Et dès maintenant, dans l'œuvre d'un des plus grands maîtres de la peinture et de l'art, dans l'œuvre de Puvis de Chavannes, nous pouvons entrevoir la sérénité de l'humanité réconciliée avec elle-même et réconciliée avec la nature. Vous avez admiré cette série de paysages si apaisants et si vastes qui vont du paysan de Chaldée contemplant les astres des ciels nocturnes, jusqu'à ce magnifique amphithéâtre de la Sorbonne avec sa lumière à la fois bleue et verte, où l'azur du ciel et la jeune sève des feuilles naissantes semblent s'être mêlés ; vous avez vu, tous, cette lumière enveloppant les groupes d'hommes qui pensent et méditent : c'est l'humanité heureuse, fraternelle ; c'est l'image anticipée de ce que sera la société de demain. Et il a suffi à Puvis de Chavannes de rêver de vastes ensembles apaisés et harmonieux pour deviner d'avance, pour esquisser d'avance ce que nous rêvons. On dirait que l'idéal communiste l'a effleuré de son rayon avant même de s'être levé, pour rappeler ces vers admirables de Hugo, où il montre dans la nuit d'été, avant même que le soleil se lève, l'aube toute prête :

Et l'aube douce et pâle, en attendant son heure,
Semble toute la nuit errer au bas du ciel.

18Eh bien, l'aube de sérénité, de douceur que nous rêvons, on dirait qu'elle est venue avant l'heure éclairer l'œuvre magistrale de Puvis de Chavannes, ou plutôt, c'est comme une blanche et douce voie lactée qui traverse, depuis l'origine des siècles, le désordre des temps et la brutalité des choses. (Applaudissements.)

19Ainsi, dès maintenant commence à percer dans l'art d'aujourd'hui la première lueur de l'art socialiste, le communisme de demain. […]

Lire le texte original

Table des illustrations

Titre 1. Pierre de Puvis de Chavannes, Le Bois sacré
Légende 1889, huile sur toile marouflée, 570 x 2600 cm, Paris, grand amphithéâtre de la Sorbonne.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/5919/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 181k

Pour citer cet article

Référence papier

« Jean Jaurès, L’Art et le Socialisme, 1900 », in Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.), L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources, INHA (« Sources »), 2014.

Référence électronique

« Jean Jaurès, L’Art et le Socialisme, 1900 », in Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.), L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources, INHA (« Sources »), 2014, [En ligne], mis en ligne le 08 juillet 2014, consulté le 24 juin 2017. URL : http://inha.revues.org/5919

Droits d’auteur

Tous droits réservés