Navigation – Plan du site
L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources - Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.)
Un art par le peuple et pour le peuple ?

Georges Sorel, La Valeur sociale de l’art, 1901

Texte intégral

Introduction par Neil McWilliam

Mieux connu comme champion de la grève générale et de l’effet galvanisant du conflit de classe, idées exposées dans ses Réflexions sur la violence (1908), Georges Sorel (1847-1922) a suivi une trajectoire intellectuelle complexe qui l’a amené du marxisme orthodoxe de ses premiers écrits jusqu’à un antirationalisme révolutionnaire qui, vers 1911, l’a rapproché des jeunes maurrassiens liés à l’Action française. Cette évolution controversée, et l’admiration voué au penseur français par Benito Mussolini et son entourage en Italie, a fait de Sorel une figure-clé dans les débats initiés dans les années 1970 par l’historien Zeev Sternhell autour de la question des origines françaises de l’idéologie fasciste.

En 1901, année de publication de son étude historique La Ruine du monde antique, Sorel n’a pas encore rompu avec le marxisme. Établie en 1901 par Jeanne Weill (mieux connu sous son pseudonyme Dick May), l’École des hautes études sociales devant laquelle il prononce sa conférence sur la valeur sociale de l’art, est une institution reconnue (et subventionnée) par l’État qui regroupait des universitaires et intellectuels majoritairement dreyfusards et solidaristes. Dans son allocution (publiée dans La Revue de métaphysique et de morale, mai 1901, p. 251-278), Sorel prône une conception de l’art défini comme « la révélation de l'esprit dans le travail ». Sa philosophie productiviste met en avant une notion de l’art non pas comme une activité réservée à des spécialistes isolés dans leur tour d’ivoire et voué à un public nanti et exclusif (Sorel se sert même du terme saint-simonien « oisifs »). Loin de là, il situe l’art dans l’atelier, et l’associe – comme Proudhon ou Morris avant lui – aux satisfactions morales engendrées par le travail désaliéné. Insistant sur l’importance de l’individualité, et le rôle essentiel du travail dans sa réalisation chez l’ouvrier, Sorel fait écho à ses devanciers dans la synthèse qu’il préconise entre l’art et la vie. Pour des théoriciens tels Reclus ou des artistes tels Signac ou Pissarro, cette conception de l’individualité est intimement liée à leur esthétique anarchiste. Pour Sorel, le travail vivifié par un sentiment artistique offre l’occasion de « trouver une joie orgueilleuse dans la difficulté vaincue et de nous sentir libres en accomplissant notre besogne ». Au moment où l’atelier s’efface de plus en plus devant l’usine et l’introduction générale du travail à la chaîne, la vision idéalisée proposée par Sorel peut paraître anachronique, voire utopique (Gianinazzi 2014).


***

Georges SOREL, La valeur sociale de l’art. Conférence faite à l’Ecole des hautes études sociales, Paris, Librairie G. Jacques et Cie, 1901. Extraits p. 268-278.

  • 1  Nous abordons ici un deuxième moment de l'esthétique ; dans le précédent l'art était considéré par (...)

1À l'heure actuelle, le travail a pris une importance qu'il n'avait jamais eue à aucune époque. Dans notre pensée, il est encore plus important qu'il ne l'est dans le monde réel : nous pensons comme si se trouvait réalisée une société de producteurs, attelée à un labeur incessant et uniquement préoccupée d'agrandir incessamment le champ de la puissance humaine. Cet idéal gouverne de plus en plus nos sentiments ; nous le retrouvons dans tous les essais actuels relatifs à la morale pratique ; nous devons le retrouver dans l'art. Par suite, les destinées de l'art moderne sont tout à fait différentes de celles de l'art qui avait eu pour objet le plaisir d'une société disposant d'une surabondance de forces qu'il fallait dépenser en luxe1.

2Notre société n'est pas seulement caractérisée par l'universalisation du travail ; le travail ne cesse aussi de devenir plus intense et plus absorbant ; il faut que toutes nos capacités d'attention soient tendues avec une application que personne ne soupçonnait autrefois ; il ne faut pas perdre de temps, mais encore il faut l'employer d'une manière aussi complète qu'il est possible. Un pareil régime serait intolérable et aboutirait à la fatigue intellectuelle ou à l'énervement, s'il n'était accompagné de délassements qui coupent court à toute préoccupation, qui arrêtent le travail de l'esprit et nous mettent, pour quelque temps, sons la pure domination des forces purement physiologiques. […]

3Ainsi l'art de luxe et de jeu devient un art de délassement, qui semble être absolument nécessaire pour la santé intellectuelle des travailleurs de plus en plus absorbés.

4La forme la plus intéressante de l'art moderne est celle qui fait complètement descendre la beauté dans l'utile. Dans une société de travailleurs, qui sont obligés de lutter, avec une énergie de jour en jour plus grande, contre les difficultés de l'existence, l'intelligence se tourne, presque entièrement, vers la production et cherche à la rendre, à la fois, plus intense et plus parfaite ; l'esprit descend dans l'industrie et il impose à tout ce qu'il touche un caractère spirituel. Toutes les activités humaines sont de plus en plus disciplinées en vue du façonnement des matières premières ; mais aussi ce façonnement se spiritualise ; l'ancien dualisme de l'esprit et du corps, de la tête et de la main, sur lequel reposait l'économie ancienne, tend à s'évanouir. Le travail manuel est reconnu pour ce qu'il est réellement, dans l'histoire, le commencement et la fin de toute notre vie ; c'est lui qui sert à combiner les grossiers essais de l'inventeur, qui ne parvient pas encore à avoir dans son esprit une représentation intelligible, et par suite susceptible d'être scientifiquement exposée, de son idée. Mais quand l'élaboration lente de ces créations aura amené l'homme à comprendre pleinement ce qu'il a fait, l'esprit illuminera de ses lumières le travail routinier du travailleur.

[…]

[Chapitre] VI

  • 2  Voici un troisième moment de l'esthétique ; l'art est considéré comme un pur produit de l'intellig (...)

5Si les choses se passent comme je l'ai exposé et si l'art devient de plus en plus mêlé à la vie d'une société occupée de travail, la manière de juger les choses d'art est transformée. Tous les jours il devient plus évident, pour les hommes qui réfléchissent, que le jugement appartient aux gens qui peuvent comprendre la production et en pénétrer la spiritualité : les juges naturels sont les hommes du même métier et des métiers similaires2.

[…]

6L'appréciation des œuvres d'art devient de plus en plus une œuvre de raisonnement ; en dépit des objections de Tolstoï, la critique professionnelle ne cesse de prendre de l'importance et elle justifie son rôle par la quantité de raison qu'elle introduit dans les appréciations. L'esthétique s'intellectualise de plus en plus ; ̶ et cette conclusion est tout à fait d'accord avec les principes que j'expose ici, relatifs à la nature de l'art moderne qui devient la révélation de l'esprit dans le travail.

7La première conséquence de l'art ainsi compris est le progrès de l'individualisme : les artistes ont été parfois personnels d'une manière exagérée et égoïste ; c'est la caricature d'un sentiment qui peut être excellent et qui ne nous manque que trop. Aux temps académiques on a pu croire que l'art avait pour but l'imitation des belles choses et pour principe l'obéissance à des règles générales ; mais aujourd'hui ces erreurs sont abandonnées par tout le monde ; si on continue à étudier les chefs-d'œuvre de l'Antiquité ce n'est plus en vue de les imiter ; c'est, au contraire, en vue de se former une individualité forte et de rendre plus efficaces les inspirations qui jailliront du fond même de l'être. L'artiste n'est vraiment artiste que dans la mesure où il sent l'énergie de son indépendance spirituelle ; si tous les hommes deviennent travailleurs et travaillent avec art, on peut espérer que l'éducation esthétique qui leur sera donnée, aura pour effet de développer l'individualisme dans le monde ; ‒ et cela est bon.

8Je sais que beaucoup de personnes se font, aujourd'hui, une réputation de moralistes en dénonçant le péril individualiste ; j'avoue que je ne puis voir ce péril : il me semble qu'il est dénoncé par d'habiles gens qui savent tirer parti d'un des plus vilains défauts de notre nature : nous aimons que l'on traite de vice les vertus difficiles à acquérir, que nous n'avons pas et que nous ne tenons pas à posséder. Aujourd'hui le monde est tout dominé par des idées de servitude, et les hommes qui n'ont pas assez de cœur pour être libres aiment assez qu'on leur dise que l'amour de la liberté est un vice. […]

9Il peut arriver qu'un peuple fasse porter son art sur des futilités, sur des choses qui ne méritent pas d'attirer l'attention des gens sérieux ; mais il ne faut pas accuser l'art de cette folie, l'erreur remonte aux sources mêmes où s'alimentent toutes les conceptions de la vie. Dans une société de travailleurs préoccupés d'assurer le progrès industriel et d'arriver à la pleine intelligibilité de ce qui se passe autour d'eux, l'art devra se distribuer suivant une échelle particulière, de manière à mettre en évidence ce qui doit être surtout pris en considération par l'esprit du peuple. L'art devra être la parure qui servira à montrer l'importance d'une exécution soignée, consciencieuse et savante : l'art sera, en quelque sorte, le moyen par lequel l'infusion de l'intelligence dans le travail manuel se manifestera aux yeux des travailleurs.

10Les conséquences de cette manifestation artistique sont grandes : car l'homme cesse alors de considérer la loi du travail comme une loi d'esclavage et de dégradation. Jamais nous ne pourrons échapper à la nécessité de supporter une fatigue pour produire ; jamais la production ne deviendra un sport, comme l'avaient cru les utopistes au commencement de ce siècle ; jamais l'occupation ne diminuera, comme le pensent encore aujourd'hui tant de socialistes. Proudhon a bien vu la loi fondamentale de notre nature quand il a soutenu que le travail ne cessera de s'accroître. À quoi nous servirait de nous révolter contre une nécessité si impérieuse ?

11Mais nous avons mieux à faire qu'à opposer une simple résignation ; l'art nous offre le moyen d'ennoblir ce que les Anciens regardaient comme servile, de trouver une joie orgueilleuse dans la difficulté vaincue et de nous sentir libres en accomplissant notre besogne. Et en même temps, le travail exécuté avec un sentiment artistique est non seulement plus parfait, mais encore plus abondant en quantité ; tous les économistes contemporains savent, par expérience, qu'il est très essentiel de surexciter l'amour pour la chose produite chez le producteur.

12Entouré du prestige de l'art, l'apprentissage perd ses caractères rebutants et se présente comme un moyen d'associer la culture de l'esprit avec la recherche de l'habileté professionnelle. J'ai toujours cru et je crois de plus en plus que les méthodes d'enseignement abstrait en honneur dans les classes de sciences doivent disparaître pour être remplacées par des méthodes variées, adaptées aux divers métiers. Pour que ces procédés puissent réussir, il faut que le jeune homme ne trouve pas, dans la pratique de sa profession, moins de dignité que dans la science qu'on lui enseigne ; et pour cela il faut que son travail lui apparaisse comme revêtu d'un charme esthétique ; que cela soit possible, c'est ce que personne ne saurait contester.

13Ainsi l'art me semble avoir, en dernière analyse, pour mission d'ennoblir le travail manuel et d'en faire l'égal du travail scientifique. Les difficultés que les moralistes, comme Tolstoï, avaient élevées contre l'art ne nous arrêteront plus, parce qu'elles s'appliquent à tout autre chose qu'à l'art d'un peuple de travailleurs. L'éducation artistique, au lieu d'être destinée à faire la joie des oisifs, devient, pour nous, la base de la production industrielle ; c'est à elle que nous nous adresserons pour faire aimer le travail, pour faire comprendre à l'homme la grandeur de sa destinée et pour assurer le progrès matériel, sans lequel il n'y aurait, sans doute, aucun progrès moral solide réalisable aujourd'hui.

N.B. : La numérotation originale des notes a été modifiée

Lire le texte original

Notes

1  Nous abordons ici un deuxième moment de l'esthétique ; dans le précédent l'art était considéré par rapport à l'ensemble des citoyens, mais on ne prenait pas en considération son importance par- rapport au travail ; maintenant nous allons chercher quels rapports il soutient avec le travail.

2  Voici un troisième moment de l'esthétique ; l'art est considéré comme un pur produit de l'intelligence ; son utilité dans le monde passe au second plan ; il faut savoir comment il va se comporter dans l'opération du jugement que nous portons sur lui et à quelle opération de l'intelligence il va se rattacher.

Pour citer cet article

Référence papier

« Georges Sorel, La Valeur sociale de l’art, 1901 », in Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.), L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources, INHA (« Sources »), 2014.

Référence électronique

« Georges Sorel, La Valeur sociale de l’art, 1901 », in Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.), L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources, INHA (« Sources »), 2014, [En ligne], mis en ligne le 30 juin 2014, consulté le 20 août 2017. URL : http://inha.revues.org/5912

Droits d’auteur

Tous droits réservés