Navigation – Plan du site
L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources - Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.)
Propositions réformistes

Frantz Jourdain, L'Art dans la rue, 1892

Texte intégral

Introduction par Noriko Yoshida

Architecte et principal fondateur du Salon d’Automne, Frantz Jourdain (1847-1935) est l’un des plus ardents critiques d’art sous la Troisième République. Bien que les arts plastiques en général soient les grandes passions de sa vie, sa plume acerbe ne répugne pas à s’attaquer à tout ce qui porte atteinte à l’égalité de tous les arts, et à la justice envers toutes les classes sociales. Engagé comme architecte du grand magasin parisien la Samaritaine en 1883, Jourdain envisage de façon concrète la question de l’« art dans la rue » ainsi que celle de la responsabilité sociale de l’artiste. Fort de l’expérience acquise auprès des ouvriers d’art, il va associer étroitement artistes et artisans à l’élaboration du décor de la Samaritaine.

En 1891, l’architecte confie au peintre-décorateur nantais Charles Toché (1851-1916) la réalisation d’une fresque en façade, qui semble « consacrer le triomphe des travailleurs : paysans, charretiers, ouvriers de toutes sortes qui se pressent au bas du monument ». Dans son article « L’Art dans la rue » publié dans la Revue des arts décoratifs, Jourdain apprécie cette peinture murale « à la Tiepolo » non pour sa valeur artistique – il fait allusion à son manque de qualité -, mais pour l’appel démocratique et décoratif qu’elle contient : elle réussit à communiquer aux passants des expériences esthétiques tout en offrant le mouvement et la couleur par rapport aux sombres alentours. La tentative de Toché lui paraît d’autant plus intéressante que « le peuple s’instruit dans la rue autant que dans la classe ». Selon Jourdain, l’art est aristocratique par nature, car il ne parle qu’aux facultés nobles de l’être. Toutefois, il est susceptible d’être universellement compris, et doit donc être à la portée de tous. Partageant la même conscience réformiste que Roger Marx (1859-1913) et Gustave Geffroy (1855-1926), exprimant, en termes politiques, ses critiques contre une tradition élitiste et anachronique de l’Académie, l’auteur souhaite que la rue se transforme en un musée en plein air pour la synthèse des arts contemporains : arts de la construction, arts du décor, arts de la rue. Incontestablement influencé par les théories du mouvement anglais des Arts & Crafts, il vise ainsi à établir l’égalité de tous les arts tant dans leur création que dans leur réception. Une telle vision de l’esthétique de la ville prendra forme lors de la fondation de la Société le Nouveau Paris en 1902, dont Jourdain sera nommé président.

1. Décoration pei...1. Décoration peinte par M. Charles Toché d’un magasin de la rue de la Monnaie, à Paris

1. Décoration peinte par M. Charles Toché d’un magasin de la rue de la Monnaie, à Paris

Dans Frantz Jourdain, « L’art dans la rue », Revue des Arts Décoratifs, t. XII, n° 7, janvier 1892, p. 211-214.


***

Frantz JOURDAIN, « L'art dans la rue », Revue des arts décoratifs, janvier 1892, p. 211-214. Texte intégral.

À Roger MARX.

1Cérébralement parlant, l'Art est aristocratique, car il ne parle qu'aux facultés nobles de l'être. Un ouvrier qui a la compréhension exacte d'un chef-d'œuvre, qui en devine les qualités, les subtilités intimes, qui en entend le langage mystérieux, devient donc, à ce moment précis, l'égal du grand seigneur admirant la même manifestation artistique. Les différences de caste et d'éducation s'effacent, les préjugés sociaux s'effondrent, et l'élan, inconscient ou raisonné, vers un idéal commun produit l'égalitéabsolue de deux cerveaux.

2Or, l'éducation des masses, qui sont instinctives, ne peut se parfaire qu'en frappant l'imagination. Elles ne suivent pas les enseignements compliqués, elles se montrent réfractaires aux raisonnements arides, et restent fermées à la casuistique parfois brumeuse de l'esthétique ; mais, par contre, elles subissent facilement les influences physiques, et, comme l'enfance, se laissent émouvoir par les démonstrations matérielles. Le peuple s'instruit dans la rue autant que dans la classe.

3Lorsque la France ne possédait ni École des Beaux-Arts, ni Villa Médicis, ni grands-prix de Rome, ni médailler, ni ateliers, ni bourses de voyage, ni Institut, les chefs-d’œuvre sortaient du sol naturellement, ainsi qu'une admirable et puissante floraison. La plus petite ville, le plus obscur trou de campagne renfermaient un joyau précieux ̶ église, maison commune, château, puits, calvaire, halle ‒ conçu souvent par quelque tailleur de pierre inconnu que l'étude ou la simple contemplation d'un monument remarquable avait sacré artiste.

4Aujourd'hui, un enseignement officiel ‒ étroit et sectaire ‒ oblige la jeunesse à aller puiser ses inspirations exclusivement en Grèce et en Italie. Aussi des pastiches pédants, sans style et sans personnalité, déshonorent nos villes qui s'aveulissent dans une incolore banalité. Notre-Dame-de-Lorette remplace la Sainte-Chapelle, Regnault la Rotule s’assoit dans le fauteuil de Watteau, et Cortot écrase Jean Juste sous son dédain.

5Le mal est encore plus grave : si le beau engendre le beau, par la même loi d'hérédité intellectuelle, le laid attire le laid. L'œil s'habitue peu à peu aux vilaines formes, et, fatalement, le goût se fausse, la vision se trouble, les sens s'atrophient. Comme conséquence d'un aussi néfaste régime, nos maisons ont perdu l'imprévu, l'originalité, le charme, le pittoresque qui caractérisaient si loyalement autrefois l'esprit de notre race. À de rares exceptions près, elles semblent sorties d'un moule unique et apportent l'impression du devoir d'un écolier plus ou moins fort, devoir parachevé dans l'ennui, à coups de dictionnaire et de morceaux choisis.

6Dans son universelle platitude, la rue de Rivoli représente assez exactement la perfection rêvée par l'école qui biffe les pages les plus glorieuses de notre passé artistique et cherche à inoculer dans nos veines ce virus gréco-latin dont nous subissons depuis trop longtemps les ravages.

7Notre siècle a fouillé avec autant de patience que d'érudition les cendres des siècles morts ; le respect pour toutes les productions des époques antérieures ‒ respect aveugle dont les proportions deviennent terriblement inquiétantes ‒ a chassé le « vandalisme » peut-être salutaire de nos ancêtres ; l'archéologie a ligoté l'imagination ; tous les styles nous sont connus jusque dans leurs moindres détails, tellement connus que nous tournons dans un abêtissant recommencement, et que nos constructions rappellent ces bals costumés où un sénateur romain coudoie une bergère Louis xv  qui s'appuie au bras d'un page Moyen Âge : sénateur, bergère et page conservant d'ailleurs, en un grotesque anachronisme, les traits, l'allure, l'attitude des modernes bourgeois qu'ils sont en réalité.

8Ce fétichisme pour les formules anciennes a fini par jeter sur nos villes comme un voile de vulgarité et d'ennui.

9À Paris, entre autres, la confection de nos façades tend à devenir purement industrielle. Cela doit se composer au mètre, ainsi que le dessin d'une indienne ou le tissage d'une pièce de toile. Quand les terrassiers attaquent la fouille d'un immeuble, on peut d'ores et déjà évoquer l'aspect de la construction terminée, sans crainte de se tromper, sans avoir recours à l'intermédiaire d'une somnambule extra-lucide : une froide surface de pierre, des pilastres supportant un entablement ne terminant rien, des consoles énormes soutenant de grêles balcons, des fenêtres laissant chichement filtrer une lumière qui serait insuffisante pour la vie d'une plante, des chambranles, des attiques et des sculptures inutiles. Le tout plus ou moins riche, suivant la fortune du propriétaire ; plus ou moins bien étudié, suivant la valeur de l'architecte ; plus ou moins bien exécuté, suivant l'habileté du sculpteur ornemaniste, mais invariablement conçu d'après une formule immuable, implacable, hiératique, je dirais presque religieuse et dogmatique.

10N'est-il pas temps de secouer cette torpeur morbide ? Quoi que pensent les Jérémies de nos jours qui déplorent l'incapacité contemporaine, la main de l'ouvrier atteint une trop souple virtuosité, l'industrie met à notre disposition de trop admirables adjuvants pour ne pas chercher à briser les vieux moules et à sortir du cercle dans lequel notre tempérament primesautier s'étiole.

11Dans cette voie novatrice, M. Toché vient d'essayer une intéressante tentative qui pourrait amener une révolution dans la façon d'orner l'extérieur de nos maisons. Il a entièrement peint, rue de la Monnaie, la façade d'un important magasin de nouveautés, la Samaritaine. C'est une vaste composition à la Tiepolo, une sorte de féerie décorative d'une hautaine allure, dans laquelle la réalité s'amalgame avec le rêve, et où des personnages de la vie usuelle se mêlent, dans une amusante promiscuité chère au décorateur de Chenonceau, à des figures mythologiques, et à des héros historiques. Gabrielle d'Estrées est frôlée par la course folle d'uneFortune lancée à fond de train sur un vélocipède, et regarde, avec une sorte de curiosité passive, des garçons de magasin, à la livrée de la Samaritaine, portant des bannières blasonnées des principales corporations ouvrières, et semblant consacrer le triomphe des travailleurs : paysans, charretiers, ouvriers de toutes sortes qui se pressent au bas du monument. Cette foule bigarrée déambule dans les splendeurs d'un palais dont les motifs architectoniques ; fort adroitement combinés, soutiennent, pour l'œil, les points solides de la construction, donnent de la cohésion à l'ensemble, et relient les lignes de la composition sans l'empâter. Toutefois, l'architecture reste fantaisiste, oublieuse d'un rationalisme prétentieux, comme entrevue à travers le songe d'un fumeur d'opium, afin de bien souligner l'intention de l'artiste, qui veut animer la façade et nullement peindre un tableau hors d'échelle, ou exécuter une menluration [sic] en trompe-l'œil pour remplacer des saillies absentes.

12M. Toché a brossé son œuvre largement, par masses puissantes, d'un modelé simple et ferme, qu'assouplissent par place des glacis lumineux. Il a compris qu'il avait un voisinage dangereux à redouter : le plein air, le grouillement de la voie publique, la brutalité de la réalité ambiante, et il a victorieusement combattu la difficulté en se tenant dans une tonalité violente et une conception vivante que l'exécution claire et colorée soutient à souhait. Le chatoiement des étoffes, l'éclat des chairs, la fanfare des ors, l'intensité des marbres s'unifient et se fondent en un puissant et harmonieux tutti qui semble écrit dans la même tonalité que la symphonie orchestrale de la rue.

13Les trous noirs des fenêtres déchiquetaient malencontreusement la composition. Des vitraux qui font le plus grand honneur au sens artistique de leur auteur, M. Martineau, bouchent ces vides et les laissent passer inaperçus. Placés non en tableau, mais au nu du mur, ces vitraux sont peints par un procédé nouveau permettant aux colorations de conserver le même éclat quand on les regarde du dehors que lorsqu'on les voit intérieurement. C'est la première fois, je crois, que des verrières coopèrent de cette façon à une décoration extérieure.

14Deux têtes, ‒ un Fort de la halle et un Charpentier ‒ enlevées de verve par MM. Baffier et Desbois, modifient agréablement la silhouette et les proportions de la porte cochère, changée en entrée principale des magasins. Exécutées dans le même sentiment de crâne modernité que la peinture de M. Toché, elles indiquent aux sculpteurs le parti qu'on pourrait tirer des types si caractéristiques et si niaisement calomniés de notre époque. Quelle intensité d'impression gagnerait notre monotone ornementation architecturale, en abandonnant les relents de la mythologie, en jetant au tombereau Mercure, Diane, Apollon, Vénus et Jupiter ! La satiété de cette friperie antique tourne à l'écœurement.

15Pour oser une pareille révolution, pour sauter à pieds joints par-dessus des préjugés séculaires, pour chercher à doter d'un peu de gaieté la façade de nos maisons, condamnées à une morosité perpétuelle, M. Toché et ses distingués collaborateurs ont joui, il est vrai, de la bonne fortune ‒ trop rare, hélas ! ‒ de tomber sur un propriétaire exceptionnellement intelligent, très ouvert aux manifestations nouvelles, amoureux de son temps, doué d'un sens artistique instinctif, mais remarquablement juste, qui, n'imposant pas à son architecte l'exécution du ravalement de son immeuble dans un style spécial, enserré dans une date précise, lui a laissé toute liberté d'action. Il a même eu l'initiative de cette curieuse tentative.

16Le bibelotier raffiné, l'amateur éclairé, l'archéologue érudit ont apporté tant d'entraves à l'évolution de l'Art contemporain, que cet exemple, donné par un novateur, mérite d'être cité, et cité d'une façon particulièrement élogieuse.

17L'amour exclusif pour un passé, quelque resplendissant qu'il soit, est un amour stérile ; il brise l'enchaînement des transformations éternelles et éternellement fécondes de l'humanité, si admirable dans son incessante poussée en avant, si touchante dans sa glorieuse gestation. Chaque siècle a possédé ses qualités propres, et demain, autant qu'hier, aura sa grandeur distincte. Nier le présent et douter de l'avenir est encore plus absurde que supprimer le passé, et c'est une preuve d'une étrange étroitesse d'esprit et d'une puérile outrecuidance que d'arrêter l'Art ‒ qui n'a ni âge ni patrie ‒ comme on immobiliserait le balancier d'une horloge, et de décréter que cette immobilité durera éternellement.

18Les ruines, si troublantes dans leurs variétés infinies, qui couvrent le monde, prouvent à la fois l'inanité de ces efforts débiles et la puissance invaincue du renouveau de l'intelligence humaine.

Lire le texte original

Table des illustrations

Titre 1. Décoration peinte par M. Charles Toché d’un magasin de la rue de la Monnaie, à Paris
Légende Dans Frantz Jourdain, « L’art dans la rue », Revue des Arts Décoratifs, t. XII, n° 7, janvier 1892, p. 211-214.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/5865/img-1.png
Fichier image/png, 665k

Pour citer cet article

Référence papier

« Frantz Jourdain, L'Art dans la rue, 1892 », in Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.), L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources, INHA (« Sources »), 2014.

Référence électronique

« Frantz Jourdain, L'Art dans la rue, 1892 », in Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.), L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources, INHA (« Sources »), 2014, [En ligne], mis en ligne le 08 juillet 2014, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://inha.revues.org/5865

Droits d’auteur

Tous droits réservés