Navigation – Plan du site
L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources - Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.)
Propositions réformistes

Roger Marx, L’Art à l’école, 1895

Texte intégral

Introduction par Catherine Méneux

Inspecteur des musées départementaux et critique d’art, Roger Marx (1859-1913) déplace les projets réformistes dans les salles de classe. En 1895, il lance une campagne de presse en faveur d’un « art à l’école » en direction des pouvoirs publics. Depuis 1879, les républicains n’ont pourtant pas ménagé leurs efforts pour moderniser l’imagerie scolaire. Mais cette imagerie restait associée à l’idée de récompense et d’instruction, les reproductions de tableaux paraissaient trop nombreuses et il n’était pas fait appel aux artistes, en dépit des vœux d’un Viollet-le-Duc en 1879. Stimulé par sa découverte des affiches éditées par la Fitzroy School Picture Society et exposées au Salon de La Libre Esthétique de 1894, Roger Marx a pour objectif de transposer l’esthétique de l’estampe décorative contemporaine dans les écoles. Recommandant la « vaste chromolithographie, à couleurs harmonieuses et vives, à sujet d’emblée intelligible », il imagine une décoration mobile répondant à l’attrait des enfants pour des images colorées et simplifiées sur le plan formel. Cette nouvelle imagerie scolaire lui paraît d’autant plus réalisable que des œuvres significatives existent déjà dans l’esthétique qu’il appelle de ses vœux : l’affiche de Jeanne d’Arc d’Eugène Grasset ou les décors élaborés par Henri Rivière pour son théâtre d’ombre. Mais, selon une configuration habituelle à l’époque, les pouvoirs publics se montrent peu réceptifs à ce projet et les premières « Images pour l’école » sont dues à une initiative de Georges Moreau, co-directeur de la maison Larousse ; ce dernier finance l’édition de trois affiches en 1896 : l’Hiver de Henri Rivière, Le Petit chaperon rouge d’Adolphe Willette et L’Alsace par Etienne Moreau Nélaton. L’éditeur est la maison Lemercier, dirigée par André Marty, qui avait lancé quelques années auparavant les albums de L’Estampe originale. Un an plus tard, cette même maison édite une série de Moreau Nélaton, les Fruits de la Terre : le Vin, le Bois, le Blé, le Troupeau. En 1898, Charles Verneau publie quatre estampes murales en couleurs par Clémentine Hélène Dufau (Aidons-nous mutuellement, Aimez vos parents, Mieux fait courage que force, Pas de moisson sans culture). Enfin Henri Rivière donne successivement chez Eugène Verneau trois séries qui vont faire office de référence : les Aspects de la nature (1897), Paysages parisiens (1900), La Féerie des heures (1901). Comme en témoignent les titres des œuvres, cette nouvelle imagerie scolaire privilégie essentiellement le paysage et la morale. En dépit de ces initiatives, la critique réformatrice ne parvient pas à imposer ces images dans l’école républicaine et elle devra attendre les années 1900 pour influer véritablement sur la politique gouvernementale dans le domaine.

1. Henri Rivière,...1. Henri Rivière, L’Hiver

1. Henri Rivière, L’Hiver

Lithographie en couleurs, 66 x 90 cm.

2. Adolphe Léon W...2. Adolphe Léon Willette, Le petit chaperon rouge

2. Adolphe Léon Willette, Le petit chaperon rouge

1896, lithographie, 86,5 x 61,5 cm.


***

Roger MARX, « L’Art à l’école », Le Français quotidien, 5 février 1895, p. 1. Texte intégral.

À Séverine.

1Vous souvient-il de la page de Profils et Grimaces dans laquelle Auguste Vacquerie invoque avec la tendresse d'un poète et l'élévation d'un philosophe le bienfaisant rôle de la fleur ? Exquisement le maître a dit tout ce que la plus humble plante apporte de consolation, de joie, quand elle vient embellir le logis ouvrier, adoucir le rude labeur, rendre moins âpre la quotidienne lutte pour l'existence. Ce rassérènement et cette aide prêtés à l'homme dans l'accomplissement de sa tâche, nous venons les réclamer au profit de l'enfance. Puisque, dès l'entrée dans la vie, la fatale nécessité du travail s'impose, et que jamais heures ne furent plus redoutées des premiers âges que celles vouées à l'étude, sachons au moins ne pas en accroître l'ennui et visons à dépouiller de sa tristesse l'école morne et laide avec ses parois grises et ses bancs de bois, l'école trop souvent semblable à un lieu de réclusion.

2Pour y parvenir, ce n'est plus assez de la fleur, car il faut les années pour apprendre à trouver dans un symbole de nature un apaisement ; l'enfant exige qu'on lui parle sans détours, au moyen de signes précis ; il veut, il goûte l'image, et d'elle seule peut être espérée la réforme nécessaire. Voilà pourquoi les murailles des classes doivent perdre leur couleur de prison, s'égayer, s'illustrer, offrir aux regards la caresse des couleurs, à l'esprit le repos d'une sympathique rêverie.

3Cette décoration, quelle sera-t-elle ? De tapisserie, il ne saurait être question, et tout projet se trouve de lui-même écarté, dont l'exécution entraîne une dépense, si peu que ce soit, considérable ; la peinture, trop aisément destructible, ne saurait pas convenir davantage. Ce qu'il faut, pour orner l'école, c'est l'imagerie murale, c'est la vaste chromolithographie, à couleurs harmonieuses et vives, à sujet d'emblée intelligible. L'Histoire, l'Humanité, la Légende fournissent d'inépuisables thèmes qui, généralisés comme il sied, impressionnent doucement l'enfant, sans mettre son cerveau en travail. Ces vastes placards auraient toute la signification ornementale, toute la saine influence suggestive des fresques, et, mobiles, ainsi que des cartes, ils pourraient, par surcroît, être changés à, certains intervalles, se varier à l'infini.

4Dès 1879, Viollet-le-Duc se plaçant à un autre point de vue, plus préoccupé d'initier les enfants à l'art que de désassombrir le lieu de leurs études mais les deux résultats ne se trouveraient-ils pas atteints du même coup ? ‒ Viollet-le-Duc adressait au conseil municipal un rapport dont ce passage, au moins, vaut d'être rappelé : « On se plaint, non sans motif que des images malsaines, barbares, soient livrées sans cesse à nos enfants. C'est à nous de leur montrer, dès le moment où ils commencent à apprécier ce qu'ils voient, des œuvres de valeur... Nous voudrions voir dans les écoles des représentations très simplement traitées des divers travaux des champs et des métiers, des actes importants de la vie civile avec légendes sommaires. Ces sujets ne devraient guère donner que des silhouettes avec une coloration élémentaire, sans modelé... Ces sortes d'imageries, traitées d'une façon primitive, sont beaucoup mieux comprises des enfants que ne peuvent l'être des œuvres d'art d'une exécution plus complète et raffinée. Les enfants préfèrent à une gravure d'après un maître une image d'Épinal, non parce que cette image est grossière, mais parce que le procédé est simple, le sujet sommairement expliqué. Faisons qu'à la place de ces productions déplorables les enfants aient devant les yeux des œuvres dues à des artistes de talent, mais traitées suivant des procédés primitifs, et nous habituerons leurs yeux aux bonnes choses, nous élèverons leur jugement au lieu de le laisser fausser par la vue des productions ridicules ou sauvages qu’on met inconsciemment entre leurs mains. »

5Ces avis judicieux de Viollet-le-Duc, restés lettre morte pour la municipalité parisienne, ont été entendus, suivis point par point… en Angleterre. Une fois de plus, il a appartenu à l’étranger d’adopter une de nos idées, de réaliser une conception d’initiative toute française. À Londres, sous la présidence de M. Heywood Sumner, des artistes se sont réunis, ont constitué une Société, publié une série de planches inspirées de la Bible ou des travaux rustiques, de planches tout à fait conformes pour l’invention et le métier au programme de Viollet-le-Duc, partant excellentes.

6Après l’humiliation de s’être ainsi vue devancée, qu’attend la ville de Paris, et, contre le vœu de Viollet-le-Duc et le nôtre, quelle objection saurait-elle élever ? La dépense ? Elle est insignifiante, quasi nulle, répartie sur des milliers d’exemplaires. Le défaut d’artistes ? Mais nulle part, avec plus d’éclat qu’en France, les peintres ne se sont consacrés à la chromolithographie murale ; s’ils se comptaient à l’époque du rapport de Viollet-le-Duc, déjà, cependant, Jules Chéret était en pleine maîtrise, depuis une évolution s’est accomplie et ils sont légion aujourd’hui. Au souvenir se présentent d’eux-mêmes les noms et les œuvres ; et déjà, dans les créations réalisées ou aisément réalisables, que d’inventions heureuses et appropriées ; ainsi la Jeanne d’Arc de Grasset, ainsi les décors de la Sainte-Geneviève, de l’Enfant prodigue que M. Henri Rivière aurait vite fait de convertir en estampes touchantes entre toutes ! À d’autres encore, bien désignés par leurs tendances imaginatives et leurs aptitudes foncières conviendraient à merveille « les représentations des divers travaux des métiers et des champs ». Je ne sais pas d’entreprise qu’une administration puisse mener à bien, à moins de risques, et aussi rapidement. Point de charge onéreuse pour le budget ; point d’embarras pour le choix des commandes, ni d’incertitude pour le résultat, puisque les artistes s’indiquent d’eux-mêmes et que leur passé est un sûr garant du succès. Le conseil municipal voudra-t-il perdre ou retarder l’occasion d’un applaudissement unanime ? Se dérobera-t-il à l’honneur de donner à la province un profitable et salutaire exemple ? Comme il serait beau cependant qu’à Paris, et dans le bourg, et partout, l’école cesse d’être la maison maussade et haïe, et que l’enfance, naguère rebutée, soit demain, dès le seuil, accueillie, réconfortée par la grâce souveraine de l’image, par le radieux sourire de l’art !

Table des illustrations

Titre 1. Henri Rivière, L’Hiver
Légende Lithographie en couleurs, 66 x 90 cm.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/5852/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre 2. Adolphe Léon Willette, Le petit chaperon rouge
Légende 1896, lithographie, 86,5 x 61,5 cm.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/5852/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 57k

Pour citer cet article

Référence papier

« Roger Marx, L’Art à l’école, 1895 », in Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.), L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources, INHA (« Sources »), 2014.

Référence électronique

« Roger Marx, L’Art à l’école, 1895 », in Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.), L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources, INHA (« Sources »), 2014, [En ligne], mis en ligne le 08 juillet 2014, consulté le 20 août 2017. URL : http://inha.revues.org/5852

Droits d’auteur

Tous droits réservés