Navigation – Plan du site
L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources - Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.)
Propositions réformistes

Gustave Geffroy, Un musée du soir aux quartiers ouvriers, 1895

Texte intégral

Introduction par Bertrand Tillier

Journaliste politique, mais surtout critique d’art, Gustave Geffroy (1855-1926) prend l’initiative, au milieu de la décennie 1890, d’une campagne de presse visant à promouvoir le projet d’un « Musée du soir aux quartiers ouvriers », qu’il clôt par la publication d’une brochure éponyme, aux allures de manifeste, adoptant pour la circonstance la forme d’intervention la plus répandue à la fin du xixe siècle (Tillier 2014). L’ambition de Geffroy est de fonder, dans les quartiers de l’Est parisien, à destination des « ouvriers du meuble et de l’objet d’art », un lieu d’initiation esthétique, susceptible de former le goût des classes populaires en accompagnant leur apprentissage, et qui permette leur éducation artistique et, à travers elle, leur émancipation sociale. Geffroy souhaite aussi que le Musée du soir soit un lieu de conférences, de lectures et d’échanges – à cet égard, les Universités populaires accompliront une part de son œuvre au moment de l’affaire Dreyfus (Mercier 1986). Si elle participe du vaste mouvement éducatif et pédagogique propre à la Troisième République, cette initiative s’inscrit aussi dans le foisonnement des utopies liées à l’art social qui visent à périmer autant l’idéologie romantique de l’art pour l’art que la confusion entre l’art et le luxe. Cette entreprise doit, in fine favoriser une profonde rénovation des arts décoratifs, appliqués ou industriels. Geffroy défend l’utilité sociale de l’art et prône la nécessité de sa démocratisation. A cette fin et sur le modèle revendiqué du South Kensington de Londres, il invente donc un musée de collections temporaires, constituées d’œuvres déposées par les grandes institutions parisiennes ou par des collectionneurs privés, qui côtoieraient des reproductions de chefs-d’œuvre ou les meilleures réalisations des meilleurs ouvriers d’art. Le souci principal de Geffroy est de décloisonner les statuts et les pratiques des artisans et des artistes et de leurs productions respectives, pour mettre fin au régime de distinction en vigueur depuis l’époque moderne (Heinich 1993), avec l’ambition de « révéler les artisans à eux-mêmes et par eux-mêmes », dans un lieu réflexif. La proposition de Geffroy suscitera observations et commentaires, dans la presse d’information et les revues spécialisées – du champ des arts, des arts décoratifs, de l’esthétique – et sera accueillie positivement par les milieux naturalistes et symbolistes et, par-delà les clivages politiques, par les anarchistes (Bernard Lazare), les socialistes (Benoît Malon), les syndicalistes (Fernand Pelloutier) et les diverses obédiences républicaines qui, le discutant, contribueront à le développer. Il n’est guère que le sculpteur nationaliste Jean Baffier qui, dans ses Marges d’un carnet d’ouvrier, publia de virulentes objections : « L’enseignement des Musées et des Ecoles, c’est-à-dire des archéologues et des pédagogues, nous amène l’uniformité au lieu de l’unité, la sécheresse au lieu de la diversité, la mort au lieu de la vie », oppose-t-il au projet de Geffroy, qu’il déclare inféodé aux marchands, banquiers et Juifs agioteurs accusés de vouloir corrompre le goût français (Baffier 1895).

1. Gustave Geffro...1. Gustave Geffroy, Musée du soir aux quartiers ouvriers, Le Temple, le Marais, le Faubourg Saint-Antoine. Question d’art. Question de travail

1. Gustave Geffroy, Musée du soir aux quartiers ouvriers, Le Temple, le Marais, le Faubourg Saint-Antoine. Question d’art. Question de travail

1895, Paris, André Marty, couverture, coll. particulière.


***

Gustave GEFFROY, Musée du soir aux quartiers ouvriers. Le Temple, le Marais, le Faubourg Saint Antoine. Questions d'art, questions de travail, André Marty ed., n°1, 1895. Texte intégral.

Le Musée du soir

I. - Je demande un musée du soir.

1Un musée ouvert jusqu'à dix heures, ou jusqu'à onze heures, et qui serait un musée de travail et d'art à la manière du South-Kensington. Il ne pourrait avoir de longtemps l'importance de collection de l'établissement de Londres, mais il aurait immédiatement la même signification. Aussitôt né, des secours lui viendraient de tous les milieux, des amateurs, des écrivains, de la population des artisans. Tous auraient la satisfaction de voir se former sous leurs yeux, se développer selon leur sympathie, une œuvre sortie de tous, qui serait leur juste et grandissante expression sociale.

2Par là, nous renforcerons le désir de production qui est partout, un peu épars. La preuve se fera de la possibilité d'une création attendue. La volonté d'agir qui parcourt et agite les masses ouvrières trouvera l'un de ses emplois.

3La première des conditions à examiner serait celle de l'emplacement. On peut affirmer, après une expérience qui dure depuis des années, que l'emplacement du Palais de l'Industrie ne répond pas à la nécessité. De même, le Champ-de-Mars. De même, le terrain de l'ancienne Cour des comptes. Il ne faut pas oublier que la population à conquérir est fatiguée par sa journée de travail, et qu'il s'agit de lui demander encore un peu de courage, encore un peu d'attention. Il ne faut donc pas lui demander de venir, il faut aller la trouver.

4Pour le moment, il y a à s'orienter vers l'est de Paris. C'est là que serait à créer le carrefour de rencontre aux ouvriers du mobilier et de l'objet d'art qui habitent les quartiers du Temple, du Marais, du Faubourg Saint-Antoine. C'est sur l'un des points de la région qui s'étend de la place de la République à la Bastille qu'apparaît, semble-t-il, le centre propice. Sur l'une ou l'autre de ces places, ou sur le parcours des boulevards du Temple, des Filles-du-Calvaire, Beaumarchais, Voltaire, de la rue Saint-Antoine, un musée du soir trouverait immédiatement sa clientèle, et une clientèle fidèle.

5On se plaint sans cesse que le peuple emploie mal son temps de repos, on lui en veut d'entrer au cabaret, au café-concert, de se désintéresser de son travail, aussitôt la tâche finie. Il est de fait que peu de gens aiment leur métier, accomplissent leur part journalière avec amour. Pourtant, c'est dans le peuple que l'on trouve le plus le goût de la profession, la fierté de la besogne bien conduite, bien achevée. Mais encore faut-il que ce sentiment ne soit pas découragé, faut-il l'aider à se maintenir, à se renforcer, à se propager. Le musée du soir ouvert à tous, gratuitement, c'est la plus nette, la plus victorieuse concurrence qui puisse être faite au cabaret et au café-concert. En tout cas, ceux qui ne fréquentent ni le cabaret ni le café-concert sauraient où aller, et le nombre de ceux-là est grand, car c'est une erreur vraiment trop répandue de croire que tous les ouvriers, sans exception, ne songent qu'à boire et s'amusent de toutes les chansons.

II ‒ Ce qu'il importe de dire tout de suite, un peu rapidement, c'est ce que l'on montrerait aux visiteurs du nouveau musée.

6Il siérait, pour commencer, et quand même les dons afflueraient, de ne leur montrer que peu de choses.

7Des collections restreintes, des pièces espacées, bien visibles, gardant toute leur importance. Il ne s'agit, pas de lasser la patience des visiteurs, de leur encombrer l'esprit de tout le déballage des siècles.

8Donc, commencement de Musée restreint, au sens historique : seulement quelques pièces choisies. Clemenceau, qui a consacré deux de ses beaux articles à cette question du Musée du soir, lors de mon premier article au Journal, demande avec raison que ces pièces soient demandées à nos collections publiques, pour un temps, et vite remplacées par d'autres. Il a indiqué, de même, les collectionneurs, qui consentiraient, pour la plupart, à montrer pendant quelques jours, les pièces significatives de leurs galeries. Tout cela se fait couramment en Angleterre, où les pièces de musées et de collections voyagent de ville en ville, séjournent aux centres industriels, aux pauvres faubourgs.

9Qu'une autre galerie soit occupée par le fonds du Musée historique, par les dons acceptés après examen sérieux, et il restera encore à fixer la plus significative destination de l'immeuble.

10Ce qu'il faut mettre surtout dans le Musée du soir, c'est le travail et l'art de l'artisan. Ce sont les ouvriers qu'il faut révéler à eux-mêmes, et par eux-mêmes.

11Voilà le but à atteindre, l'effort à obtenir de tous, voilà la lueur nouvelle qui attirera les esprits.

12Oui, l'ouvrier de Paris, qui est de son quartier, plus encore que de Paris, cet ouvrier doit trouver la révélation de son art dans son quartier, la possibilité de vivre au centre tressaillant de sa vie.

13Dans le Musée du soir, qu'une place soit faite à l'ouvrier d'art, qu'un socle soit donné à l'œuvre, au « chef-d'œuvre » qu'il aime et qu'il aimera de plus en plus à créer et à parfaire, en dehors de ses heures de travail. L'ouvrier, il importe de le répéter, aime son métier, s'intéresse aux matières, aux pièces qu'il manie, qu'il façonne, aux conditions de solidité, de viabilité, de sa production. Que sera-ce alors qu'il pourra juger cet objet né de lui, mis en lumière, soumis à la critique ? Il viendra voir cette exposition changeante, le chef-d'œuvre de son voisin d'atelier succédant à son chef-d'œuvre à lui. Une émulation se créera, et le personnalisme des ouvriers d'art, que revendiquait justement Maurice Barrès un jour, se trouvera du même coup conquis. Il n'y a même pas de meilleure façon de le conquérir, car il est bien entendu que tout entrepreneur industriel se trouve forcément en dehors de la très simple combinaison du Musée du soir, qui peut naître de l'aide de l'État, de la Municipalité, comme le demande André Vervoort, et de l'effort de tous.

III. ‒ Très nettement, ce que déterminerait la création, si restreinte soit-elle, d'un Musée du soir, c'est un mouvement de travail plus encore qu'un mouvement d'art.

Je m'explique.

14L'art sera inclus, sous-entendu, comme il l'est toujours, dans toutes les besognes de l'artisan. L'art intervient, dans les conceptions les plus inconscientes, sous les doigts les plus timides, chaque fois que l'homme façonne la matière, lui donne une forme, la marque de son esprit. L'objet usuel le plus humble, même non réussi, témoigne de cette faculté de transformer, de créer. Il y a des degrés, cela est l'évidence même. Cette faculté de créer reste bégayante, obscure, ou s'affirme créatrice. De même, les objets auxquels elle s'applique sont différents.

15Ceci rappelé, doit-on se préoccuper de créer des artistes ? Peut-on créer des artistes ? On croit cela à l'École des Beaux-Arts, mais on ne crée pas des artistes, on peut seulement essayer de créer un milieu favorable à l'existence de l'artiste.

16Ce que nous pouvons et devons faire, c'est affranchir et magnifier le travail. L'art viendra, s'il doit venir. Il est là, sans doute, caché. Faites le terrain, la fleur s'épanouira.

17Le musée du soir n'aurait donc pas à être une serre chaude, une École des Beaux-Arts, un milieu de production artificielle. Il n'y a pas à le présenter comme devant produire, immédiatement, spontanément, des artistes. Ces mots : art, artiste, si bienfaisants, peuvent aussi faire des ravages. C'est de travail, et encore et toujours de travail, qu'il s'agit.

18Ce travail, les ouvriers l'aiment, c'est leur vie, la vie des leurs, c'est leur bonne humeur, leur sérénité. Ils l'aiment autant que leur repos, ils y trouvent l'équilibre de leur pensée et de leur vie. Nuisible serait la besogne qui les détournerait de cette existence, qui donnerait la griserie à leur vanité, leur offrirait l'illusion à la place du réel. Qu'ils ne poursuivent pas l'ombre, ils ont la proie. L'évolution sociale peut se faire pour chacun là où il est, sur place, dans son métier, sans déclassement. Les résultats de cette évolution, faite par l'individu, prenant conscience de lui-même, de sa force, seront vite acquis. Ce sera la moisson d'un jour, après les années de culture.

19Le Musée du soir sera donc le Musée du travail, devra servir l'ouvrier, celui qui travaille isolé comme celui qui travaille chez le patron. Tout de suite, le Musée apparaîtrait comme venant en aide, à chaque instant, au travailleur préoccupé de sa tâche de chaque jour. Cela d'une manière aisée, toute naturelle, sans qu'il y ait d'autre effort que l'effort habituel de l'ouvrier, sans le sortir en rien de l'application de son métier. Il trouverait là, dans les salles toujours ouvertes (car le Musée du soir serait aussi, on l'a bien compris, un Musée du jour), le renseignement toujours prêt, par des objets simples, bien choisis, d'une sûre qualité de forme, en complet accord avec leur destination. Musée du travail, équivalent à une bibliothèque du travail.

20Où croit-on que le serrurier, le ciseleur, l'ébéniste, le graveur industriel, etc., etc., peuvent trouver les documents nécessaires à leur profession ?

21Ils ne peuvent pas courir à Cluny, au Louvre, au Musée des Arts décoratifs, au Garde-Meuble... C'est tout de suite, pour demain matin, qu'il leur faut le conseil des choses, la réalisation qui les tirera de leur perplexité. Ils sont occupés tout le jour. Il y aurait au loin une galerie ouverte le soir, que quelques-uns entreprendraient peut-être le voyage. Mais le Musée auprès de chez eux, en plein quartier ouvrier, bien éclairé, bien ordonné, comme ils y courraient, comme ils s'y rencontreraient !

22Sans cela, ils n'ont rien ; ils n'ont que des bibliothèques où ils empruntent des feuilles, des images, qu'ils consultent, qu'ils copient, qu'ils rapportent. Et puis les courtiers de librairie d'art, qui vont par les ateliers où le dessin est nécessaire, offrant des ouvrages quelconques, assez chers, mais qui trouvent placement tout de même, payés au mois, à la semaine. C'est à ces pauvres albums que nous devons tout ce que l'industrie moderne expose dans ses magasins. La comparaison n'existant pas dans l'esprit de l'ouvrier, il copie rigoureusement, servilement, ce qui est pour lui l'imprimé, le dogme de son métier. Presque tous ont cette petite collection, qu'ils jugent indispensable à leur travail.

23C'est là un fait, entre cent, qui prouve à quel point serait bienvenu un Musée d'art usuel, un Musée du travail, qui supprimerait tous ces portefeuilles de bazar, donnerait les objets eux-mêmes à voir, à toucher. L'expérience de l'œil, déjà considérable, augmenterait, à voir, à comprendre les constructions, les aspects. Des appropriations nouvelles se révéleraient aux intelligences en quête. L'art suivrait le travail, et peut-être aussi ce fameux style tant cherché !...

24Il y a assez longtemps que les professeurs d'esthétique s'épuisent à vouloir nous créer un style composite, et que le pédantisme d'en haut s'exerce. Que l'on interroge donc directement les forces d'en bas, l'instinct, le sens de la vie, qui sont dans la foule.

25La question, on ne saurait le nier, est importante, et je me suis promis d'arriver à un commencement de solution, ou de constater l'inertie de tous. Cette inertie, je n'y crois pas. Je crois seulement que le sentiment général est timide, las d'attendre, et n'ose rien espérer. Je crois que nous n'avons pas encore confiance suffisante dans l'initiative de l'individu, que nous ignorons trop que nous pouvons nous sauver nous-mêmes. Je ne fais donc que vouloir provoquer un sursaut.

26Que quelques-uns, ‒ très peu, un tout petit, tout minuscule groupe d'hommes de bonne volonté, ‒ se mettent résolument en face de l'un des problèmes à résoudre, et ils le résoudront. Qu'ils commencent, sans se préoccuper des difficultés, des observations moroses, des découragements, qu'ils mettent à exécution la tâche, dans les conditions vitales les plus modestes, et ils verront, de jour en jour, la semence lever, la plante, puis l'arbrisseau, puis l'arbre, croître.

27Essayons de faire le Musée du soir. C'est un petit commencement. Mais c'est un commencement.

Lire le texte original

Table des illustrations

Titre 1. Gustave Geffroy, Musée du soir aux quartiers ouvriers, Le Temple, le Marais, le Faubourg Saint-Antoine. Question d’art. Question de travail
Légende 1895, Paris, André Marty, couverture, coll. particulière.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/5821/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 95k

Pour citer cet article

Référence papier

« Gustave Geffroy, Un musée du soir aux quartiers ouvriers, 1895 », in Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.), L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources, INHA (« Sources »), 2014.

Référence électronique

« Gustave Geffroy, Un musée du soir aux quartiers ouvriers, 1895 », in Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.), L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources, INHA (« Sources »), 2014, [En ligne], mis en ligne le 08 juillet 2014, consulté le 01 mai 2017. URL : http://inha.revues.org/5821

Droits d’auteur

Tous droits réservés