Navigation – Plan du site
L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources - Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.)
Face à la question sociale : les débats de la scène artistique

Jules Destrée, Préoccupations intellectuelles, esthétiques et morales du Parti Socialiste Belge, 1897

Texte intégral

Introduction par Jérémie Cerman

À partir du début des années 1890, la Belgique est l’un des pays sur lesquels se porte le regard de ceux qui, en France, aspirent à une production artistique à vocation sociale. Elle se présente en effet comme un modèle, tant sur le plan théorique qu’au niveau de la mise en place de différentes initiatives, comme l’ouverture en 1891 de la Section d’Art du Parti Ouvrier Belge ou encore la création en 1894 du Salon de La Libre Esthétique, prenant la suite des expositions du Cercle des XX et accordant une place importante aux arts décoratifs, vus comme pouvant contribuer à une démocratisation artistique. Si des artistes de premier plan participent à ce phénomène, comme Henry van de Velde (1863-1957), qui abandonne la peinture en 1892 au profit des arts décoratifs, ou Victor Horta (1861-1947), à qui est confiée la construction de la nouvelle Maison du Peuple à Bruxelles, inaugurée en 1899, les discours tenus par plusieurs personnalités issues d’autres horizons l’entérinent sur les plans littéraire et politique (Aron 1997 et 2014). Aux côtés d’Octave Maus (1856-1919), d’Edmond Picard (1836-1924), ou d’Émile Vandervelde (1866-1938), Jules Destrée (1863-1936) prend part à cet élan réformateur. Juriste, écrivain et critique d’art, Destrée a une carrière variée, marquée par un engagement politique prépondérant, débouchant dès 1894 sur son élection en tant que député socialiste de Charleroi, mandat qu’il conserve jusqu’à la fin de sa vie. En 1896, il publie la brochure Art et socialisme dans laquelle il appelle à une « action gouvernementale esthétique » qui s’appliquerait à un art public et quotidien. Défendant « l’art dans une société collectiviste », sa réflexion est clairement empreinte des valeurs corporatistes du Moyen Âge telles qu’elles avaient été ravivées plusieurs décennies auparavant en Grande-Bretagne. Or, en 1894 son propre frère, Olivier-Georges Destrée, avait publié l’ouvrage Les Préraphaélites. Notes sur l’art décoratif et la peinture en Angleterre, tandis que son compatriote Henry van de Velde louait la même année la production britannique dans son fameux essai Déblaiement d’art. Militant pour différentes réformes en faveur d’une démocratisation artistique et culturelle, Destrée reprend deux ans plus tard les éléments de son plaidoyer dans l’ouvrage Le Socialisme en Belgique qu’il rédige avec Vandervelde. Entretemps, la publication de ces mêmes réflexions, en 1897, dans un périodique français, La Revue socialiste, témoigne de l’intérêt qui leur est porté dans l’hexagone. À la même époque cependant, en l’absence de dispositifs de médiation similaires à ceux des Belges, les Français ne parviennent pas à concilier leurs idées sociales avec un projet artistique cohérent.


***

Jules DestrÉe, « Préoccupations intellectuelles, esthétiques et morales du Parti Socialiste Belge », La Revue socialiste, septembre 1897, p. 307-329. Extraits p. 315-324.

Chapitre II Préoccupations esthétiques

A. Principes

§ I. – Art et socialisme

1Il règne dans certains milieux les idées les plus saugrenues au sujet d'une prétendue incompatibilité entre l'art et le socialisme. Dans les milieux artistes, on considère en général le parti socialiste comme fermé, voire même hostile à toute préoccupation esthétique, tandis que dans les milieux socialistes on se montre trop souvent indifférent ou dédaigneux des choses de l'Art.

2Il convient de réagir vigoureusement contre ces fâcheux malentendus. Ce fut dans ce but que l'un de nous publia, l'an passé, dans cette excellente collection de propagande du parti socialiste, une brochure intitulée : Art et Socialisme.

3La préface en précisait ainsi les intentions :

4Aux socialistes, je voudrais faire comprendre combien il est indispensable qu'ils s'intéressent aux choses d'art. La vie supérieure de l'humanité ne peut leur être indifférente. Poursuivre des améliorations matérielles, c'est bien, mais c'est insuffisant. Notre marche en avant vers la société future exige des transformations morales et intellectuelles autant que des transformations économiques. Toutes ces évolutions doivent marcher de pair et nous devons les provoquer toutes et les soutenir avec une égale sollicitude, si nous voulons réaliser un jour la Révolution sociale. La déclaration du Parti ouvrier belge le dit avec infiniment de raison et en termes formels. C'est une déplorable erreur que de considérer l'Art comme le délassement frivole des gens riches, de penser que les artistes ne sont que des oisifs inutiles ou même nuisibles. Trop de circonstances, malheureusement, peuvent parfois, à l'époque actuelle, justifier ces préventions ; il faut que nos amis s'en dégagent qu'ils se persuadent de la puissance et de l'utilité suprême de l'Art une des plus nobles forces sociales, l'un des plus éclatants modes de la libre expansion de la personnalité humaine. Loin de le mépriser ou le haïr, il faut l'honorer et l'aimer, le conserver précieusement pour les hautes jouissances qu'il réserve à sesélus.

5Je voudrais, demême, montrer aux artistes combien sont injustes les préjugés que la presse bourgeoise a fait naître chez eux à notre égard. Elle aime à nous représenter comme soucieux uniquement d'intérêts matériels, décapités de toute préoccupation élevée, et quand elle parle de l'avènement socialiste, c'est avec des accents éplorés, comme s'il s'agissait de l'invasion de nouveaux barbares. À l'en croire, notre triomphe serait le signal de vandalismes effroyables. Rien n'est plus absurde. Il ne sera point difficile, je pense, d'établir que la situation de l'Art et des artistes serait bien meilleure dans une société socialiste, mais je crois même pouvoir affirmer que la renaissance des arts décoratifs, tant cherchée aujourd'hui, n'est possible qu'ensuite d'une modification des conditions économiques des travailleurs, n'est réalisable que par le socialisme.

[…]

§ 3. L’art dans une société collectiviste

6Il conviendrait d'abord de noter le point de départ, de constater à quel destin misérable sont réduits les véritables et grands artistes dans la société capitaliste. On pourrait rappeler Schubert vendant 2 fr. 50 la mélodie du Roi des Aulnes ; Wagner végétant misérablement à Paris ; Millet cédant quatre de ses plus beaux dessins pour une paire de souliers, et tant d'autres lamentables exemples qui justifient l'ironie amère de H. Heine : « Peut-être les artistes sont-ils comme les nèfles, qui ne mûrissent que sur la paille. »

7Mais si nous essayons maintenant de voir plus loin dans l'avenir, de jeter quelques clartés sur ce que deviendrait l'Art dans une société collectiviste, nous pouvons présager sûrement un accroissement considérable de l'art public et décoratif.

8Le domaine national, d'abord, sera augmenté dans des proportions dont nous ne pouvons avoir aucune idée ; à mesure que des lois protectrices des humbles auront assuré aux foules plus de loisirs et de bien-être, les besoins intellectuels s'accroîtront sans cesse ; il sera permis à tous de s'intéresser aux sciences et aux arts. Il faudra gonfler de trésors nos collections nationales, nos musées, nos bibliothèques. Il faudra les multiplier jusque dans les centres secondaires. Partout naîtront des besoins nouveaux d'instruction et d'émotion esthétique.

9De plus, un autre changement se fera dans les esprits. La solidarité, s'étant développée jusqu'à des degrés que notre égoïsme actuel ne peut s'imaginer, chacun s'habituera à jouir des propriétés publiques comme on jouit aujourd'hui des propriétés privées ; chacun goûtera le charme de marcher dans des promenades publiques ornées de statues, la joie de voir dans les musées nationaux les œuvres qu'il aime, la satisfaction de consulter dans les bibliothèques de l'État les livres et les documents nécessaires à ses études ; et la promenade dans un beau parc, l'admiration du tableau, la lecture du livre, n'est-ce pas tout ce que la propriété peut donner de meilleur ? Qu'importe que le parc, le tableau et le livre ne m'appartiennent pas matériellement, si j'ai été admis à toutesles jouissances qui s'en peuvent déduire ; si je puis recommencer demain ou chaque fois que la fantaisie ou le besoin m'en prendra ? Et n'est-ce pas un bonheur de plus de penser que d'autres âmes fraternelles le peuvent à leur tour, de penser que dans mon contentement il n'y a point de privation ni de peine pour autrui ?

10Cela ne vaudra-t-il pas mieux que la propriété individuelle d'aujourd’hui, dont le plaisir est fait de l'humiliation du prochain ? À présent, on a des tableaux par ostentation et vanité ; on les montre avec une joie ravivée par le dépit de celui qui les regarde ; sentiments égoïstes et sots, car l'œuvre d'art est bien plus possédée par celui qui la comprend que par celui qui la paie !

11Quand une solidarité plus intime et mieux comprise sera établie et pratiquée entre les hommes, que tous pourront profiter fraternellement de ce qui est à tous, qu'importera alors l'appropriation égoïste ? N'aurons-nous pas assuré aux individus ce qu'il y a de seul digne d'envie, ce qu'il y a de meilleur dans la propriété ? La splendeur des monuments publics, la richesse des collections nationales, la beauté des promenades, tout cela sera tel qu'on ne pourrait le concevoir actuellement. Et qu'on ne me taxe point de rêveur fantaisiste, les faits du passé sont éloquents.

12Lorsqu'un peuple a conscience de sa vie commune, lorsqu'il est pénétré de cette solidarité, que nous espérons voir se développer superbement, lorsque tous les cœurs d'un peuple battent d'un seul battement, les chefs-d’œuvre sortent d'une telle civilisation, fatalement et naturellement, comme des fleurs. Cela s'est vu en Grèce, au Moyen Âge, paire qu'alors le même idéal hantait les cerveaux.

13Et dans l'avenir que nous espérons, comme dans ces époques du passé, l'Art sera partout. Non seulement il formulera d'une façon magnifique l'élan général vers l'idéalité, mais il descendra aux objets usuels de la vie quotidienne, il accompagnera toutes les actions humaines. Il enveloppera toute l'existence dans ses manifestations les plus diverses. Il ne sera pas seulement le privilège de quelques riches, mais tous en seront imprégnés et heureux.

14Déjà, en Angleterre, certains phénomènes annoncent ces évolutions. C'estle pays où le travailleur a su réduire le plus ses heures de travail et s'assurer quelque loisir ; c'est aussi le pays où les bibliothèques et les musées sont les plus nombreux et les mieux organisés ; c'est aussi le pays où les arts mineurs sont le plus en faveur. La liaison des faits économiques et esthétiques est manifeste.

[…]

B. Œuvres

§ Ier. Section d’art

15Nous avons dit, précédemment, comment s'était formée, à la Maison du Peuple de Bruxelles, la section d'art.

16Elle fit appel, dans un but d'enseignement esthétique populaire, aux artistes, littérateurs, peintres, musiciens très nombreux que compte notre pays. Pour leur assurer leur complète et entière indépendance, il fut décidé que leur adhésion n'entraînerait pas affiliation au Parti Ouvrier.

  • 1  Annuaire de la Section d’art et d’enseignement de la Maison du Peuple de Bruxelles, en 1893 (impri (...)

17Dès les premières années, les résultats furent encourageants et dépassèrent les espérances des promoteurs. L'un d'eux, Émile Vandervelde, put écrire ce qui suit, en sa préface à un Annuaire de la section d'art1 qui parut en 1894, avec la collaboration des principaux écrivains de Belgique : « Beaucoup de personnes, au début, se montrèrent aussi défiantes que les maîtres-chanteurs, quand Hans Sachs leur proposa d'en appeler au peuple. Il ne s'agissait pas, en effet, de suivre les sentiers battus, et d'adopter, en les améliorant un peu, les programmes habituels des réunions populaires. À ces auditeurs frustes, mais sans préjugés, nous apportions, grâce au dévouement de nos meilleurs artistes, des sonates de Beethoven, des quatuors de Brahms ou des transcriptions de Wagner.

18̶ Vous ne serez pas compris, disait-on. L'expérience a démontré le contraire. À toutes les soirées la salle était comble ; à plusieurs reprises il fallut refuser du monde.

[…]

19Indépendamment de ces soirées, les membres de la Section d'art ont visité les musées de peinture, le musée des échanges et les expositions du Vorwaerts, du Sillon, des XX et des aquarellistes.

[…]

20Comme on peut en juger par ces quelques indications, l'œuvre n'est point banale. Elle a osé présenter hardiment, sans déformation ni trituration, les maîtres les plus considérables dans tous les domaines de l'Art. Actuellement, quelque ralentissement semble paralyser ce bel élan, mais la cause en est surtout dans l'insuffisance du local ; notrevieille Maison du Peuple est délabrée, vétuste et peu propre à ces festivités ; mais on peut prédire, que, quand les nouveaux bâtiments seront achevés, la Section d'art, installéedans une salle de fête [sic] digne d'elle, recommencera des prodiges. Les promoteurs ne pensent à rien moins pour l'inauguration qu'à exécuter la Neuvième Symphonie de Beethoven.

[…]

§ 3. – Action parlementaire

[…]

21Il convient de répéter sans cesse que l'art peut et doit être partout, non seulement dans les musées et dans les ateliers, mais dans la rue, dans le paysage, dans les moindres objets de la vie ordinaire. Il peut tout illuminer, tout transfigurer, tout marquer de son empreinte ennoblissante et réconfortante. Répétons que les époques les plus heureuses dans la vie des peuples sont précisément celles où les plus insignifiants détails du décor quotidien avaient une allure esthétique. Si, au siècle actuel, l'art semble avoir divorcé d'avec la vie courante, la faute en est surtout au régime capitaliste qui, par les labeurs trop prolongés, la division extrême des tâches, la fabrication à bon marché, a étouffé chez les petits le sens du décor et a entouré la vie du pauvre de choses disgracieuses et laides.

22Or, ce qu'un gouvernement préoccupé des petits pourrait faire, ce serait de diminuer le plus possible le nombre de ces choses disgracieuses et laides ; de tout tenter, au contraire, pour procurer des jouissances d'art à ceux qui ne peuvent posséder dans leurs modestes demeures, les œuvres des maîtres.

  • 2  Annales Parlementaires, séance du 21 juin 1895.
  • 3  Ibid., séance du mai 1896.
  • 4  Ibid., séance du 17 avril 1896.
  • 5  Annales Parlementaires, séance du 11 mars 1897.
  • 6  Ibid., séances du 3 et 4 juillet 1895.

23En exécution de ce programme, il a pu demander au ministre des finances : des monnaies d'un caractère esthétique plus élevé, moins banales et veules, et un effort pour égaler les admirables médailles antiques2 ; au ministre des chemins de fer : des gares de style moderne, décorées par nos artistes, des wagons où le confortable s'égaierait d'un souci de beauté, des timbres moins plats3 ; au ministre de l'agriculture : le respect, le long des routes nationales, des vénérables arbres dont les frondaisons ont pour les passants pauvres les charmes que cultivent les riches dans leurs parcs et leurs domaines4 ; au ministre de l'industrie et du travail : une réorganisation de l'enseignement professionnel des industries d'art, par les musées, les écoles et les ateliers5 ; au ministre de l'instruction publique : une plus vive et plus éclairée sollicitude pour les lettres belges6. […]

24La numérotation originale des notes a été modifiée.

Lire le texte original

Notes

1  Annuaire de la Section d’art et d’enseignement de la Maison du Peuple de Bruxelles, en 1893 (imprimerie Blondeau). Articles de : Vandervelde, Jules Destrée, Eugène Demolder, Mas Elxkamp, G. Eckoud, Paul Janssens, Hubert Krains, F. Knopff [sic], C. Lemonnier, H. La Fontaine, M. MAterlinck, Oct. Maux, F. Nautet, S. PIerson,, Ed. Picard, P. Ste Brigitte, H. Stieonet et Émile Verhaeren. Il est regrettable que ces Annuaires n’aient pas été continués.

2  Annales Parlementaires, séance du 21 juin 1895.

3  Ibid., séance du mai 1896.

4  Ibid., séance du 17 avril 1896.

5  Annales Parlementaires, séance du 11 mars 1897.

6  Ibid., séances du 3 et 4 juillet 1895.

Pour citer cet article

Référence papier

« Jules Destrée, Préoccupations intellectuelles, esthétiques et morales du Parti Socialiste Belge, 1897 », in Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.), L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources, INHA (« Sources »), 2014.

Référence électronique

« Jules Destrée, Préoccupations intellectuelles, esthétiques et morales du Parti Socialiste Belge, 1897 », in Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.), L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources, INHA (« Sources »), 2014, [En ligne], mis en ligne le 15 juin 2014, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://inha.revues.org/5793

Droits d’auteur

Tous droits réservés