Navigation – Plan du site
L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources - Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.)
Face à la question sociale : les débats de la scène artistique

Henry Nocq, Enquête sur l’évolution des industries d’art, 1896

Texte intégral

Introduction par Jérémie Cerman

Formé auprès d’Henri Chapu à l’École des Beaux-Arts, Henry Nocq (1869-1944) s’illustre au tournant des xixe et xxe siècles dans les domaines de la médaille, de la joaillerie et de l’orfèvrerie. Participant aux activités du groupe de l’Art dans Tout, s’il fait ainsi partie des nombreux créateurs qui, à cette période, contribuent au renouvellement des arts décoratifs, il se distingue également par son activité de critique d’art (Froissart Pezone 2004). Bien que de courte durée, celle-ci le conduit par exemple à la publication de plusieurs articles dans la Revue des Arts décoratifs, dans laquelle il s’attache à défendre un art industriel moderne. Toutefois, son principal accomplissement dans le champ critique demeure son Enquête sur l’évolution des industries d’art, d’abord publiée en 1894 dans le Journal des artistes, dont il est secrétaire de rédaction, ainsi que dans la revue belge L’Art moderne. Inaugurant ce mode d’expression collective dans le domaine des arts plastiques, dispositif qui se développe particulièrement durant les années qui suivent (Méneux 2012), Nocq interroge diverses personnalités du monde artistique quant à l’évolution des industries d’art, et notamment quant à la nécessité de leur renouveau esthétique. Si les sondés sont pour l’essentiel des artistes, qu’ils soient peintres, sculpteurs, architectes ou décorateurs, l’entreprise s’étend jusqu’à la prise en considération de l’opinion d’hommes de lettres comme Octave Uzanne, de critiques d’art comme Arsène Alexandre ou Victor Champier, ou même d’un commerçant comme Honoré, directeur des Magasins du Louvre. L’intérêt de cette initiative est de présenter un panorama assez large des différentes positions adoptées face à la question de l’art industriel, sans d’ailleurs se limiter au cas français. Ainsi, les propos recueillis auprès de personnalités britanniques (William Morris, Walter Crane) ou belges (Paul Hankar, Gustave Serrurier-Bovy) permettent de rendre compte de la situation là où le débat sur les arts décoratifs s’était justement posé au sein de préoccupations sociales. Nocq ne se contente cependant pas de retranscrire les réponses données sans faire part de son opinion. En effet, lorsque l’enquête est publiée en volume en 1896, agrémentée d’une préface de Gustave Geffroy, il prend résolument le parti de la machine, appelant à la collaboration des artistes et des industriels (Herbert 2008), et s’opposant ainsi à ceux qui, à la suite de William Morris, prônaient un retour à l’artisanat.


***

Henry NOCQ, Tendances Nouvelles. Enquête sur l’évolution des industries d’art. Préface de Gustave Geffroy, Paris, H. Floury, 1896. Extraits p. 17-19, 117-120, 193-196.

Première Partie Enquête

[…]

1Chez Alexandre Charpentier

2Rue du Chemin-Vert, à Billancourt. Cela paraît à l'autre bout du monde pour un Parisien des boulevards, et pourtant que d'amis connaissent bien le chemin qui mène chez Alexandre Charpentier.
[…] Je lui récite mes questions :

3Je ne crois pas qu'il y ait un style moderne, dit-il. Les objets d'art du Champ-de-Mars et de la Libre Esthétique sont très intéressants, mais ne constituent pas un style. En tout cas pas encore. Et puis, il y aurait un style que nous n'en saurions rien, nous-mêmes, mêlés au mouvement que nous voudrions juger et expliquer. On le saura plus tard, quelques années peuvent suffire pour s'en rendre compte. Ainsi quand on a construit l'Opéra, personne n'a compris la donnée. On a vu des redites d'une chose et d'une autre et maintenant nous comprenons que l'Opéra a son caractère particulier. L'architecte de la Madeleine a cru de bonne foi édifier un temple grec, et tous ses contemporains l'ont cru avec lui ; mais pas du tout : ce n'est pas grec, c'est Empire, et cela porte merveilleusement le cachet de son époque.

4«Pour que nous puissions constater l'existence d'un style, il faudrait juger sur un ensemble de productions et il n'y a pas d'ensemble. Il y a des cas isolés. Les objets d'art exposés au Champ-de-Mars et à la Libre Esthétique apparaissent seulement comme des fantaisies d'artistes, mais non des objets mobiliers. Pour ne parler que de l'étain, il est bien évident que mes vases ne sont pas des ustensiles de ménage ; les personnes qui les achètent les placent sur des dressoirs ou sur des tables où ils reposent en paix. Au contraire, les objets anciens dont on analyse les éléments caractéristiques en vue de déterminer le style d'une époque d'art mobilier sont des objets qui ont servi.

5« Il faudrait donc que les pots et les plats d'étain au lieu d'être conçus comme des morceaux de sculpture et exécutés dans des conditions statuaires soient faits comme de l'étain, c'est-à-dire qu'une fois le moule en cuivre établi, on puisse en tirer un nombre infini d'exemplaires et les vendre très bon marché.

6« Il faudrait que nous soyons, comme autrefois, des artisans dans leur échoppe. À Bruxelles, la Société "l'Art" le réalise presque : elle a une boutique, un

7« … Oui, il faut absolument que l'objet d'art soit non plus un objet de vitrine, mais un ustensile courant répandu dans le commerce. Pour le bien indiquer au public, j'aurais voulu et Carabin l'avait compris comme moi, qu'on puisse, à notre section au Champ-de-Mars, placer sur chaque objet, une étiquette avec le prix. Cela se fait déjà à la libre Esthétique. »

Depuis le jour, ‒ pourtant peu éloigné en somme ‒, où Alexandre Charpentier m'a fait les déclarations qu'on vient de lire, quelques-uns des souhaits qu'il formulait ont été réalisés, réalisés par lui-même : je suis heureux de rendre justice ici à un ami, et à un artiste de conscience et de ferme volonté : avec ses intéressants essais de papiers gaufrés, de cuirs frappés, de lithos en relief, il a nettement orienté sa production vers l'art populaire dont il attend la prochaine Renaissance.

[...]

Opinion de Victor Champier

8Le retour de certains artistes, notamment au Salon du Champ-de-Mars, vers les arts appliqués, est un intéressant symptôme dont il ne faut pas cependant exagérer l'importance. L'évolution des industries d'art date de l'Exposition universelle ; oui, c'est seulement en 1889 que le mouvement a paru s'orienter. Il n'intéresse encore qu'un petit nombre assez restreint d'amateurs, mais ce petit noyau ne peut manquer d'avoir une influence sur le goût public.

9« La récente et indéniable évolution, si elle est facile à constater chez les artistes et chez quelques fabricants, semble surtout s'accentuer, je ne dirai pas d'année en année, mais de mois en mois, dans les écoles, et ceci est de la plus haute importance. Dans toutes les écoles publiques ou privées où l'on enseigne l'art décoratif, et dont j'ai examiné les travaux, lors des différentes missions dont je fus chargé, le mouvement se manifeste avec une intensité qui doit donner les plus belles espérances. Qu'on regarde, par exemple, les travaux des élèves de Grasset on y verra la pensée d'art affirmée ; on y reconnaîtra l'influence d’un maître, obligeant ses élèves à respecter les matières et à suivre une méthode rigoureuse ; le public pourrait se convaincre qu'une génération se forme, qui apporte peut-être les éléments d'un style...

10« Je crois qu'une explication de ce mouvement est dans ce fait : Les fabricants ont vu, à l'exposition de 1889, beaucoup plus qu'en 1878 et en 1867, les étrangers copier la plupart de nos modèles, et comme ces modèles n'avaient guère changé pendant des années, les étrangers s'étaient fait la main aux formes françaises, et la concurrence devenait dangereuse ; alors les plus artistes ou les plus malins demandèrent quelque chose de nouveau ; certains trouvèrent en eux-mêmes les éléments de ce quelque chose, tel Gallé, tel Falize. Parmi les fabricants, beaucoup d'autres voudraient pouvoir demander à des artistes des modèles ; s'ils ne le font pas encore, c'est parce qu'ils savent que le public ne les suivrait pas. On ne peut pas trop leur jeter la pierre...

11« Nous ne sommes pas dégagés des formes du passé, et il est plus difficile que jamais de les modifier aujourd'hui. L'art du xviie et du xviiie siècle correspondait à une société déterminée, il était la glorification de la monarchie et cet art monarchique était logiquement approprié à sa destination, fait pour la splendeur des palais. La Révolution arrive, cette fixité absolue d'état social est bouleversée. On se fait alors un idéal social approché de la constitution des Républiques antiques, et on cherche à établir le style Percier-Fontaine répondant à cet état de Société antique. Mais ce style ne dure pas et aucune des restitutions historiques qu'on tente successivement après cet essai ne s'établit solidement parce qu'il n'y a plus l'unité de direction qui caractérisait l'époque monarchique... »

12‒ « Quels seront les éléments d'un style nouveau ? »
‒ « Comment voulez-vous le déterminer à l'avance ?... »
‒ « D'une façon catégorique..., je crois, comme vous, monsieur, que c'est assez difficile. Mais enfin, n'y a-t-il pas des probabilités ? »
‒ « Je pense que le style nouveau ne bouleversera pas tout. Il est clair qu'une table ne saurait être absolument modifiée ; la table restera composée comme aujourd'hui, plus ou moins grande, plus ou moins haute et supportée par des pieds peu variables. Mais la décoration des tables d'une même époque ne retrouvera pas l'unité qu'elle avait sous la monarchie ; la fantaisie individuelle dans notre Société individualiste prendra une part de plus en plus importante. La production mécanique contribuera surtout à des modifications des formes.

13« Par exemple : l'introduction du tour à médailles dans la pratique de la sculpture sur bois a permis à M. Levillain d'exécuter rapidement d'élégants panneaux en bois ; la généralisation de ce procédé permettra d'ornementer les meubles avec un sentiment artistique irréprochable et un fini parfait dans un espace de temps et pour une dépense d'argent moindres que si toute la sculpture était faite à la main.

14« La production à bon marché est une loi de la démocratie moderne ; les formes et les décorations exécutables à la machine sont une des conséquences de cette loi, et ont pour but de satisfaire les gens de goût de plus en plus nombreux ; tandis que dans le passé on faisait des travaux minutieux et chers qui ne s'adressaient qu'à une élite.

15« Nous avons besoin maintenant d’un art très répandu, pour la foule ; cet art aura recours aux machines et évitera les recherches de main-d'œuvre coûteuses ; enfin, il contribuera à répandre les pensées philosophiques qui seront les idées de la Société de demain. »

[...]

Deuxième Partie Notes sur le Progrès des Industries d’Art (décembre 1894 – janvier 1895)

[...]

[Chapitre] X

16À la fin de cette enquête, le lecteur attend peut-être quelques lignes de conclusion. Je ne crois pas qu'il me soit permis d'indiquer à toutes les questions qui ont été examinées ici, une solution définitive ; du reste la plupart de ces questions se trouveront d'elles-mêmes avec le temps résolues.

17Si pourtant j'indique ici brièvement mon opinion, m'interviewant moi-même, c'est que chez la plupart des personnes que j'ai consultées, malgré l'intérêt et l'importance de leurs dépositions, j'ai cru constater une manière de voir incomplète, ou plutôt une erreur de mise au point ; c'est qu'il pèse sur toute la production actuelle et sur la critique un malentendu ; je serais heureux en le signalant de contribuer à le dissiper.

18Presque tous, gens de lettres, artistes, industriels, lorsqu'ils comparent les œuvres modernes avec les plus remarquables vestiges du passé qu'une sélection naturelle nous a conservés ; lorsqu'ils déplorent la division du travail, ou bien lorsqu'ils regrettent l'ancienne main-d'œuvre ; l'objet d'art longuement caressé par un artisan passionné ; ou encore lorsqu'ils se plaignent de l'absence d'un style moderne, ne tiennent pas assez compte des conditions sociales et économiques. À toutes les époques, l'évolution de l'art concorde exactement avec l'évolution sociale.

19Au Moyen Âge, de grandes collectivités d'artisans collaborent à des œuvres d'ensemble. Ils apportent tous à leur travail, avec l'ardent désir d'une perfection technique absolue, une modestie qui étonne ; la personnalité de chacun s'efface devant la volonté directrice du maître de l'œuvre, qui lui-même le plus souvent disparaît. Nous ne pouvons pas exiger des hommes d'aujourd'hui la foi et la résignation du Moyen Âge.

20À partir de la Renaissance, tous s'efforcent à satisfaire les goûts et les caprices du Souverain, à rehausser le prestige du pouvoir absolu ; sous la monarchie, l'art est exclusivement monarchique.

21Mais l'homme du peuple, arrivé enfin à la vie sociale, à la politique, n'a-t-il pas droit aussi à des réalisations artistiques nouvelles ? On devrait être d'accord sur ce point. Pourtant, loin de désirer une révolution intellectuelle dont les effets seraient bienfaisants et hautement moralisateurs, certains artistes s'obstinent à penser, à parler, à travailler en dehors de leur époque, sans doute ils regrettent sincèrement la disparition des croyances, la suppression des jougs qui soumettaient tous les hommes dans les anciennes civilisations abolies. Ils se laissent éblouir par le côté tout extérieur de magnificence, de mise en scène qu'ils voient d'abord aux époques de plus cruelle servitude.

22Leurs œuvres conformées toujours à l'idéal monarchique, au lieu d'aider à la diffusion de la vérité et de la justice, contribueraient plutôt à perpétuer les hiérarchies surannées, si cela était possible. Ils pourraient aider au progrès, et préfèrent rester des hommes de décadence. Ceux-là prennent place parmi les hommes de demain, qui acceptent la mission sociale dévolue aux artistes désormais. Pour appeler la masse aux sensations d'art, pour faire pénétrer la notion de beauté des formes et des couleurs jusque parmi les plus humbles, il faut revêtir de cette beauté les objets les plus nécessaires à la vie ; que l'art pratique, utilitaire, soit avant tout populaire.

23Je crois qu'il ne faut plus médire de la fabrication mécanique qui doit aider à cette diffusion nécessaire. Au demeurant, la production mécanique, fût-elle mauvaise, elle existe, elle triomphe. Or elle n'est pas un mal, elle est excellente, pourvu qu'on lui demande, non plus les qualités imprévues, pittoresques, hésitantes du travail manuel, mais qu'on invente des formes convenant au travail rigoureux des machines.

24Si les artistes les plus informés des conditions de l'harmonie apportent à l'industrie leur collaboration, nos meubles, tous nos ustensiles embellis (et certainement simplifiés, le plus souvent), profitant des recherches de beauté et de logique jusqu'ici apportées aux seuls tableaux et statues inutiles, contribueront au charme de tous nos instants et compléteront l'éducation de notre œil et de notre esprit.

25De son côté, l'industriel, avec les perfectionnements incessants de son outillage et l'emploi de matériaux nouveaux, produira à bon marché et en grande quantité ces objets d'art utiles, de façon à augmenter tous les jours le nombre des hommes appelés à jouir des meilleures sensations de l'œil et du toucher.

26J'attends avec impatience le retour des artistes à l'industrie. Grâce à la production mécanique, leurs œuvres seront mises à la portée du plus grand nombre et ainsi serviront au progrès social.

27C'est la fin du prétendu grand art. Peut-être, mais qu'importe ?

Pour citer cet article

Référence papier

« Henry Nocq, Enquête sur l’évolution des industries d’art, 1896 », in Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.), L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources, INHA (« Sources »), 2014.

Référence électronique

« Henry Nocq, Enquête sur l’évolution des industries d’art, 1896 », in Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.), L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources, INHA (« Sources »), 2014, [En ligne], mis en ligne le 08 juillet 2014, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://inha.revues.org/5768

Droits d’auteur

Tous droits réservés