Navigation – Plan du site
L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources - Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.)
Face à la question sociale : les débats de la scène artistique

Frantz Jourdain, L’Art du décor, 1894

Texte intégral

Introduction par Catherine Méneux

Face à la question sociale, les arts décoratifs s’imposent progressivement comme les médias privilégiés d’un art pour tous. Ils génèrent des débats d’autant plus importants qu’ils sont désormais exposés dans les Salons annuels au nom de l’unité de l’art. En effet, à la suite d’une campagne menée par Victor Champier, directeur de la Revue des arts décoratifs, Roger Marx et quelques autres, la Société nationale des Beaux-Arts crée pour la première fois une section d’objets d’art en 1891 ; la Société des artistes français finit par consentir à la même ouverture en 1894. Opposés à la hiérarchie des arts, loin de « l’art industriel » encouragé par la politique républicaine, désireux de renouer avec la figure de l’artiste polyvalent de la Renaissance, des peintres et des sculpteurs s’attachent à décloisonner les techniques et investissent le champ des arts décoratifs. Parmi ceux-ci, on peut citer Alexandre Charpentier, Jules Desbois, Jean Carriès ou Rupert Carabin. Dans cette première phase de l’Art Nouveau, que l’on peut qualifier de « symboliste », les Salons annuels montrent ce nouvel art décoratif, qui s’élabore sur les décombres de l’historicisme, à partir de sources culturelles plus larges (art oriental et/ou populaire). A défaut d’être démocratique, cet artisanat apparaît populaire puisqu’il emprunte aux formes élaborées par le peuple ou par des civilisations, qui n’auraient pas disjoint le lien entre art et société, telles la Grèce ou le Japon.

Dans son article « L’art du décor », l’architecte et critique d’art Frantz Jourdain (1847-1935) narre avec ironie toutes les réticences que les objets d’art exposés au Salon de la Société nationale des Beaux-Arts ont pu susciter. Partisan de l’unité de l’art et d’un art pour tous, il écrit sa reconnaissance à l’égard de ces artistes « devenus des simples, des artisans, afin d’entrer en communication avec les humbles ». Néanmoins, ce dernier rédige un bilan sévère sur cette renaissance décorative, lorsqu’il constate le manque de rationalisme architectural et le caractère fantasque de certains objets exposés dans les Salons. Pour sortir de l’impasse, Jourdain appelle de ses vœux une collaboration entre les architectes et les décorateurs, et recommande les exemples de l’Angleterre et de la Belgique, et plus particulièrement celui de Gustave Serrurier-Bovy, qui a exposé au Salon de La Libre Esthétique de 1894 un cabinet de travail marqué par l’esthétique simplifiée des Arts & Crafts.

1. Gustave Serrur...1. Gustave Serrurier-Bovy, « Ensemble d’architecture, décoration et mobilier »

1. Gustave Serrurier-Bovy, « Ensemble d’architecture, décoration et mobilier »

Photographie, dans Roger Marx, « Beaux-arts. La Libre Esthétique », Revue encyclopédique, 1er novembre 1894, p. 477.


***

Frantz JOURDAIN, « L’art du décor », L’Architecture, 16 juin 1894, p. 185-187. Extrait.

1Dans l’hémicycle des Beaux-Arts, dans l’enceinte sacrée, à quelques pas du moulage du Jupiter Stator aux colonnes à la fois corinthiennes et augustes, dans ces lieux solennels où mijotent à feux doux, sur le trépied de la pythonisse, les traditions dogmatiques et vénérables, un ministre a dernièrement déclaré qu’il n’existait pas de hiérarchie dans les arts, tous égaux devant le beau ; qu’en conséquence, il fallait répudier les préjugés d’antan et admettre que l’art du décor – dédaigneusement appelé « art industriel » par les gens bien-pensants – valait la peinture, la sculpture, l’architecture et la gravure.

[…]

2L’art du décor, auquel la parole officielle vient de décerner les lettres de noblesse, est-il aimé, est-il connu même des architectes ?

3Hum… ! Je n’ose répondre d’une façon catégorique, car la question est délicate ; mais, en fait, à de trop rares exceptions, la tendresse qu’on lui porte, dans la corporation, semble tellement dissimulée, qu’on interpréterait volontiers ce sentiment pour du mépris et de la haine.

4Quand on inaugura une section d’objets d’art au Champ-de-Mars, – la section la plus intéressante, la plus vivante du Salon, celle dont l’importance grandit de jour en jour, – un de nos journaux spéciaux, et non des moins autorisés, annonça avec une moue méprisante que, dans le but de boucher les trous, les peintres et les sculpteurs avaient appelé à eux des entrepreneurs et des industriels (sic). Un de nos plus distingués confrères, avec lequel je causais un jour de la section en question, se rappela avoir vaguement remarqué, au milieu de ce bazar, quelques meubles envoyés là par des « menuisiers ». Un rapport publié tout récemment dans ces colonnes traita ces merveilles, avec une hauteur comique, de « bibelots plus que fantaisistes » ; et dernièrement un de mes voisins, dans un dîner officiel, se vanta d’avoir tenté une démarche, auprès du conservateur du Luxembourg, afin de retirer ses œuvres, polluées par le contact des « marchandises » installées l’année dernière au musée. Exquis, et du dernier talon rouge, surtout si l’on songe que ces « marchandises » et ces « bibelots plus que fantaisistes » sont signés Carriès, Chaplet, Delaherche, Falize, Thesmar, Gallé, Brateau, Cazin, Charpentier, Desbois, Dalpeyrat, etc.

[…]

5La manie des hiérarchies a causé tout le mal. L’art est un ; ses multiples manifestations n’ont pas à être cataloguées d’après leurs dimensions ou leur genre. La classification par rang de taille, usitée dans l’armée, est grotesque dans l’espèce, et la valeur d’une œuvre a seule le droit d’assigner à l’auteur une place dans la postérité. […]

6Depuis quelques années, une réaction s’est opérée contre ces appréciations mesquines et malfaisantes ; des artistes, des artistes de premier ordre, qui, eux aussi, auraient pu rester égoïstement cantonnés dans le sublime à perpétuité, ont tenu à se démocratiser et à mettre leur talent à la portée de tous, pécuniairement et cérébralement. N’est-ce pas, en somme, le but réel de l’art ? Et la grandeur artistique de la Grèce et du Japon ne repose-t-elle pas sur le sentiment affiné du peuple ? L’homme de génie qui ferait une œuvre d’art d’une pipe de deux sous ou d’une pendule en zinc de vingt francs rendrait plus de services à son pays que l’auteur de la plus admirable toile ou du plus sublime marbre, destiné à rester caché dans la galerie d’un avare collectionneur.

7Je me sens donc plein de reconnaissance pour les hommes qui, dépouillant la morgue hautaine des vieilles formules, sont devenus des simples, des artisans, afin d’entrer en communication avec les humbles. […] La création, au Salon des Champs-Élysées, d’une section d’objets d’art est une preuve convaincante, je crois, des progrès obtenus, par les tendances d’émancipation de l’art du décor, dans un milieu relativement réfractaire à certaines théories.

8Les résultats acquis sont donc considérables et dignes des plus chaleureux encouragements. Sont-ils définitifs et absolument probants ? Je ne le pense pas. À cette belle poussée d’art il manque quelque chose, une direction, une base, une force : il manque l’étude et la connaissance même superficielle de l’architecture, connaissance indispensable, primordiale, sans laquelle d’aussi généreux efforts risquent de rester à jamais stériles.

9Ce n’est pas sans un serrement de cœur que j’arrive à cet aveu, car, je le sais, en parlant ainsi, je donne des armes à mes adversaires, je tire sur mes propres troupes et je peine gravement des amitiés qui me sont chères. Mais il y va du salut de la cause ; et puis, j’ai en moi un démon méchant qui me force à dire ce que je pense, et il m’est impossible, à un certain moment, de retenir ma plume ou ma langue.

10Le reproche adressé tout à l’heure aux architectes, je le reprends afin d’en frapper les décorateurs. On devine en eux une indifférence, un mépris pour l’architecture qui déconcertent et attristent. Et le mot architecture ne signifie pas ici seulement la possession de notre grammaire, de notre technicité, de notre grimoire, non. Dans mon esprit, il résume aussi la pondération des formes, la science des proportions, la logique de la construction, la beauté des silhouettes, le charme des lignes, la méthode en résumé, sans laquelle une œuvre d’art semblera toujours incohérente, quelque géniale qu’en soit la conception.

11Je ne veux pas revenir sur la critique extrêmement intéressante que notre confrère Benouville a écrite, avec son esprit et son tact habituels, sur la section des objets d’art au Champ-de-Mars ; je rappellerai uniquement quelques exemples qui prouveront que mes regrets sont, hélas ! terriblement fondés. Le meuble de M. Carabin, luxueusement orné de figures et se terminant par une grossière planche aux coins arrondis, déroute mon esthétique. Et ces pieds massifs jurant avec l’élégance des sculptures ! Le talent, le très grand talent de l’artiste arrive à créer des formes nouvelles, mais ne parvient nullement à satisfaire l’œil. J’admire les adorables figurines placées sur la boîte à lettres de M. Charpentier, mais je ne saisis pas ce que vient faire cette luxueuse ornementation sur du vulgaire sapin mal équarri et à côté d’une serrure en tôle étamée que ne renierait pas un forgeron de campagne. L’année dernière, une anomalie semblable m’avait frappée dans l’armoire à layette, capitonnée de satin blanc, et bâtie à la diable, sans moulures, sans intentions, sans silhouette, avec quelques bouts de volige. […]

12La cheminée de M. Baffier, ‒ une des gloires de la sculpture contemporaine ‒, dont le manteau est fort intempestivement percé d’une lucarne, exhibe une voussure énorme dans laquelle se noie un buste de vieille femme et que des cariatides, d’une superbe exécution d’ailleurs, ne portent pas du tout. L’année dernière, les beaux grès émaillés de M. Carriès s’allièrent à une mouluration d’une naïveté pitoyable. Quant aux élucubrations de M. de Montesquiou, elles sont simplement pénibles et d’une laideur à faire regretter le style Louis-Philippe. Si le modernisme m’impose une pareille psyché, Seigneur, Seigneur, que ce calice s’éloigne de moi, et qu’on me rende les armoires à glace de Percier et Fontaine ! […]

13Je me résume : les architectes ont tout intérêt à prendre la tête d’un mouvement qui, sans eux, risque de culbuter dans l’absurde. Ne demandons rien à l’initiative officielle qui, d’instinct, réprouve l’évolution et gâche tout ce qu’elle touche. Voyez, comme preuve à l’appui, les Manufactures de Sèvres et des Gobelins. Ne comptons que sur les bonnes volontés individuelles, qui sont immenses, et prenons un peu exemple sur les étrangers. En Angleterre, Alma Tadéma compose des meubles et Burne Jones dessine des modèles de papiers peints. L’exposition des Arts and Crafts a été un triomphe pour des industriels de la trempe de W. Morris, de Rossetti, de Day et de Walter Crane. En Belgique, la Libre Esthétique a montré à quel résultat pouvait arriver le groupement des diverses manifestations de l’art du décor. Notre confrère Sérurier y avait exposé une chambre, décorée et meublée par lui, qui prouvait que nous pouvons nous passer du tapissier et de l’enlumineur pour exécuter une œuvre originale.

14En décoration, l’architecte doit être le chef d’orchestre qui tient ses musiciens, les dirige, les excite, les modère et fond, en un tout homogène, les efforts les plus divers. Quant aux exécutants, aux collaborateurs, rien de plus facile que d’en trouver. Que l’École des beaux-arts – puisqu’elle existe et qu’on n’en reconnaîtra pas de si tôt le rôle dévirilisant – confectionne moins de grands artistes et nous prépare plus d’artisans. Qu’on traite avec la même estime, la même sympathie, un potier, un verrier, un ébéniste, un ornemaniste, un céramiste, un ciseleur, qu’un fabricant de Vénus en plâtre et qu’un barbouilleur de Césars à l’huile. Qu’on arrête ce flot de nullités dont la montée grandissante donne le vertige. Un ouvrier expert vaut cent fois mieux qu’un artiste raté, et, en décourageant les fausses vocations, l’État rendrait un signalé service à la société et à l’art.

Table des illustrations

Titre 1. Gustave Serrurier-Bovy, « Ensemble d’architecture, décoration et mobilier »
Légende Photographie, dans Roger Marx, « Beaux-arts. La Libre Esthétique », Revue encyclopédique, 1er novembre 1894, p. 477.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/5729/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 313k

Pour citer cet article

Référence papier

« Frantz Jourdain, L’Art du décor, 1894 », in Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.), L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources, INHA (« Sources »), 2014.

Référence électronique

« Frantz Jourdain, L’Art du décor, 1894 », in Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.), L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources, INHA (« Sources »), 2014, [En ligne], mis en ligne le 08 juillet 2014, consulté le 30 mars 2017. URL : http://inha.revues.org/5729

Droits d’auteur

Tous droits réservés