Navigation – Plan du site
L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources - Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.)
Face à la question sociale : les débats de la scène artistique

Léon Rosenthal, Les Destinées de l’art social d’après P.-J. Proudhon, 1894

Texte intégral

Introduction par Michela Passini

Léon Rosenthal (1870-1932) a vingt-quatre ans lorsqu’il écrit ce texte, l’un des premiers qu’il a publiés. L’article paraît dans la Revue internationale de sociologie, fondée par René Worms en 1893 et qui affiche des vues ouvertement réformatrices. Worms, qui devait plus tard revêtir une part de tout premier plan dans l’institutionnalisation de la sociologie en France, s’est formé, comme Rosenthal, à l’École normale de la rue d’Ulm. Cette sociabilité normalienne va jouer un rôle déterminant dans la trajectoire de Rosenthal – que l’on pense aux rapports qu’il entretient avec Henri Focillon ou Édouard Herriot – et favorise ici un premier contact avec les milieux de la sociologie naissante.

Le texte de Rosenthal propose un commentaire de l’œuvre de Proudhon qui, tout en prenant appui sur l’analyse historique, fait de la pensée de celui-ci l’enjeu central d’un débat actuel. L’auteur prend d’emblée ses distances vis-à-vis de Proudhon, dont il dénonce la sensibilité esthétique insuffisante et la formation philosophique « hâtive ». Ce manque de familiarité et de curiosité face aux arts détermine, selon Rosenthal, une forme de gêne, et presque d’inquiétude, vis-à-vis des potentialités réellement réformatrices de l’activité artistique, que Proudhon, comme d’autres théoriciens, s’efforce alors de contrôler et presque de museler. Il finirait ainsi par soumettre la création à des notions abstraites de justice et de vérité : l’art, dont Proudhon retient la seule valeur éducatrice, perdrait dès lors toute liberté. L’art « social » ne serait donc, chez Proudhon, qu’un instrument de moralisation de la société, le véhicule d’un enseignement abstrait.

Même s’il reconnait à cette doctrine le mérite de combattre les théories de l’art pour l’art, Rosenthal critique durement la notion d’« art social » avancée par Proudhon. D’un point de vue historique, il conteste l’idée que l’art ait toujours servi des valeurs telles que la justice ou la vérité et prône ainsi, même si implicitement, la dissociation de la qualité esthétique des œuvres et de leur dimension morale. Il dénonce en outre le fond autoritaire de la vision proudhonienne de l’art et conteste l’idée d’un contrôle de l’État sur la production artistique, que Proudhon ne demandait pas expressément, mais qui semble le corollaire nécessaire de sa doctrine. Enfin, il accuse Proudhon de traiter les arts comme un aspect somme tout marginal de la réalité sociale, alors qu’ils en sont une composante essentielle et un facteur majeur de son renouvellement.

1. William Barbot...1. William Barbotin, Portrait de Pierre-Joseph Proudhon

1. William Barbotin, Portrait de Pierre-Joseph Proudhon

Vers 1892, eau-forte, 15,3 x 19,8 cm, Lille, Palais des Beaux-Arts.


***

Léon ROSENTHAL, « Les Destinées de l’art social d’après P.-J. Proudhon », Revue internationale de sociologie, 1894, p. 689-703. Extraits p. 689-692, 694, 697-700.

1Les pages que Proudhon a consacrées à l'examen du principe de l’art ont été peu lues et rarement discutées. Elles ont souffert du mépris et de la haine dont on a accablé leur auteur. Peut-être méritaient-elles une plus grande attention ; moins susceptibles, par leur sujet même, d'exciter l'irritation, elles auraient permis de juger avec calme un écrivain dont les autres œuvres provoquaient la colère. Du reste, à supposer qu'elles n'eussent que peu de mérite, elles étaient au moins intéressantes au point de vue purement historique. Écrites à une époque où les problèmes de la philosophie de l'art étaient à chaque instant soulevés, elles peuvent porter témoignage, elles sont un document, et non le plus négligeable, d'une querelle qui n'est point encore apaisée ; et quand, enfin, elles n'auraient point de portée générale, elles seraient encore indispensables à ceux qu'intéresse l'œuvre de Gustave Courbet, œuvre qui les a provoquées.


***

2Proudhon ne fut entraîné vers l'étude de l'esthétique ni par la nécessité de compléter un système, ni par un penchant naturel vers les beaux-arts.
Il croyait que le peuple est moins travaillé par le besoin du beau que par celui du luxe ; l'artiste n'était pas un rouage essentiel de la société qu’il rêvait, et dans son livre de la Justice devant la Révolution et l'Église, parmi des développements surabondants, il ne consacrait aux arts que quelques phrases, d'ailleurs caractéristiques. De la lecture des philosophes allemands, de Hegel ou de Schelling, il avait conservé quelques vues sur la philosophie de l'art que l'on retrouve dispersées dans son ouvrage, mais il ne songeait pas d'abord à les exposer. […]

3Ne faut-il pas rappeler ici le mépris que Proudhon professait pour la femme, qu'il considérait comme un être inférieur soumis à la tutelle de l'homme, gardien de sa moralité. Ces idées, que les socialistes ont répudiées, expliquent peut-être l'infériorité esthétique de Proudhon. Incapable de sentir le charme de la femme, incapable de la respecter, il était, par là-même, destiné à ignorer les joies esthétiques : la délicatesse lui avait été refusée et, avec elle, le don d'être ému par l'art.

4Cette impuissance initiale l'entraînait à affirmer l'immense supériorité de la littérature sur les arts du dessin. Il plaçait, sans balancer, les Salons de Diderot fort au-dessus des œuvres qui les ont provoquées et, dans nos expositions annuelles, ce qui le frappait davantage, c'étaient les feuilletons des critiques. […]

5Gustave Courbet prétendait alors opérer une révolution dans la peinture ; aux classiques et aux romantiques il opposait des œuvres que l'on qualifia de réalistes ; il excitait le bruit autour de son nom et provoquait des attaques dont la violence n'était pas sans lui causer une secrète joie.

6Ami et compatriote de Courbet, Proudhon crut devoir prendre part à la lutte. Avec cette faculté de généralisation hâtive qu'il tenait de son tempérament et d'une instruction incomplète acquise par des efforts solitaires, il crut que la philosophie de l'art tout entière était attachée à ce débat, et comme il était toujours préoccupé de ses propres idées, il les retrouva chez Courbet dont il fit un peintre socialiste venu pour le soutenir dans son œuvre révolutionnaire.

7Examiner l'essence du beau, parcourir l'histoire de la peinture pour y trouver une perpétuelle réfutation des doctrines de l'art pour l'art et une justification des idées de Courbet, montrer les traditions de l'art véritable oubliées pendant de longues années et retrouvées en ce siècle par le peintre d'Ornans, telle fut l'œuvre que se proposa Proudhon.

8Il rassemblait les éléments de cette démonstration pendant les dernières années de sa vie ; mais il n'eut pas le temps de publier le livre qu'il méditait ; quand il mourut, il n'en avait écrit que les quinze premiers chapitres, environ la moitié. Le reste fut rédigé sur ses notes, d'ailleurs très considérables, par ses disciples, qui ont scrupuleusement respecté sa pensée.

[…]

9Le point initial de sa doctrine est dans cette affirmation « qu'en peinture, ni plus ni moins qu'en littérature et en toute chose, la pensée est la chose principale, la dominante, que la question de fond prime toujours celle de la forme ».

10De cette proposition si contraire à toute recherche artistique, il n'a pas de peine à conclure que la faculté esthétique est secondaire et que l'art pour se développer doit se subordonner à la justice et à la vérité. « L'art, avait-il déjà dit en son livre de la Justice dans la Révolution et dans l'Église, est solidaire de la science et de la justice ; il s'élève avec elle et déchoit en même temps. » Voilà la proposition maîtresse de son esthétique. Proposition niée par tous les peintres ses contemporains, mais dont la vérité vient d'être affirmée par Courbet, qui a inauguré, « en face des théories avilissantes et subversives la théorie de l'art social, c'est-à-dire celui qui sans chercher sa fin en lui-même, se subordonne à la justice et à la vérité » ; « représentation idéaliste de la nature et de nous-même en vue du perfectionnement physique et moral de notre espèce ».

11L'art, ont dit les artistes, est indépendant ; « maître de faire ce qu'il veut, le peintre choisit les sujets qu'il lui plaît [sic], les traite comme il lui convient ; nul ne peut lui en demander raison, nul surtout ne doit réclamer de lui des enseignements ou des conseils : il éveille en nous des sensations intenses et s'inquiète peu de nous instruire et de nous améliorer.

12Mais, reprend Proudhon, si l'art est libre, j'ai observé que la liberté se développe par l'exercice de la justice et de la vérité : « l'art doit donc s'appuyer sur ces deux colonnes de toute liberté, le juste et le vrai ». […]

13Mais l'histoire ne montre pas que l'art ait toujours eu, avant tout, une tendance éducatrice : aussi Proudhon ne lui demande pas une telle démonstration : substituant par une sorte d'escamotage dialectique une thèse à une autre, il se contentera de développer cette vérité beaucoup moins contestable que l'art est l'expression de la société dans laquelle il se manifeste et il lui suffira de reprendre dans une conclusion la pensée primitive pour donner l'illusion d'une argumentation rigoureuse.

14Chaque génération ayant sa manière de voir, par conséquent de sentir, l'idéal de l'une n'est pas celui de l'autre et le véritable artiste est celui qui répond le mieux à l'esthésie de ses contemporains. Voilà ce que les Égyptiens, les Grecs, les Romains, les artistes du Moyen Âge et de la Renaissance peuvent prouver à nos artistes ignorants des conditions de l'art dont ils méconnaissent aussi les destinées.

15Résumer en quelques pages la suite du développement des arts à travers les âges et les peuples, c'est une entreprise malaisée. Pour la tenter avec succès, il faut une science précise et complète, il faut aussi un esprit philosophique capable de condenser en quelques propositions simples les faits généraux qui se dégagent de la complexité des choses : mais cet esprit ne suffit pas sans la science et le génie seul pourrait, par quelques intuitions lumineuses, suppléer au défaut des études approfondies.

16Proudhon n'est pas un génie ‒ au moins comme esthéticien ‒ et il connaît mal le sujet qu'il traite ; aussi son résumé ne contient, ni une doctrine ferme, ni des aperçus nouveaux ; vague, incomplet, parfois erroné, il est inutile de le suivre pas à pas.

[...]

17En conséquence, depuis la Révolution, la peinture a donc erré et ses représentants les plus illustres sont indignes de leur gloire. Un artiste, seul, disparu trop rapidement, a montré le vrai chemin ; Géricault a entrevu la terre promise, et un seul tableau comme le Naufrage de la Méduse, venant un quart de siècle après le Marat expirant de David, rachète toute une galerie de madones, d'odalisques, d'apothéoses et de saints Symphoriens ; il suffit à indiquer la route de l'art à travers les générations et permet d'attendre.

18À des artistes dévoyés répond un public corrompu. Le peuple demande de l'amuser à ceux qui ne sont pas capables de l'instruire. Les expositions annuelles sont remplies de peintures licencieuses ; les gravures et les photographies obscènes font de Paris « la grande prostituée des nations, l'empoisonneuse de l'Univers ». La clientèle des peintres ne recherche que des sujets érotiques et les artistes intelligents consternés de cette honte ne savent qu'y faire : ils sont obligés pour vivre de « s'associer à la tourbe des prostitués, ministres de la Luxure publique ». Tel est le tableau effrayant que Proudhon trace de la dépravation qui l'entoure.

19Mais, si le mal est profond, il croit en avoir trouvé le remède. Que les artistes cessent de se persuader qu'ils marchent isolés à travers la foule, qu'ils sentent par quelles attaches profondes ils sont unis au reste de la nation. […]

20Expression supérieure de la société qui l'environne, que l'artiste apprenne à exprimer les aspirations de l'époque actuelle comme il exprima les intuitions de l'époque primitive, « qu'il s'empare des idées, qu'il se les assimile, qu'il se mette à l'unisson du mouvement universel, qu'il s'en pénètre ». Qu'il ne s'imagine pas qu'il doive poursuivre le culte de la forme, […] ou qu'il lui soit permis d'exprimer ses fantaisies personnelles. « Les poètes et les artistes sont dans l'humanité comme les chantres dans l'église ou les tambours des régiments. Ce que nous leur demandons, ce ne sont pas leurs impressions, ce sont les nôtres ». « L'art sera rationnel et véridique dès qu'il répondra à la pensée générale, dès que par sa franchise et sa spontanéité il exprimera fidèlement les sentiments des masses. » […]

21Arrivé à ce degré de compréhension, l'artiste n'aura cependant pas encore la pleine intelligence de sa fonction. Il ne suffit pas qu'il fasse, comme on dit, de la peinture réaliste ‒ terme mal imaginé puisque toute œuvre contient une part de réel et d'idéal et que l'on peut trouver du réalisme dans la Vénus Callipyge et de l'idéal dans une nature morte ‒, il faut encore qu'il donne à son œuvre une signification. « Il ne suffit pas de peindre ou de modeler le premier venu, ouvrier, paysan, bourgeois ou autre pour être un artiste de la nouvelle école. Ce serait là la grande erreur ». Il faut penser et faire penser ; il faut que le tableau ait une portée, un sens « sans cela je le dédaigne ». Le but définitif de l'art nouveau que Proudhon qualifie de critique ou de rationnel, c'est donc, en dernière analyse, l'éducation du genre humain.

22[…]

Lire le texte originalk

Table des illustrations

Titre 1. William Barbotin, Portrait de Pierre-Joseph Proudhon
Légende Vers 1892, eau-forte, 15,3 x 19,8 cm, Lille, Palais des Beaux-Arts.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/5717/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 40k

Pour citer cet article

Référence papier

« Léon Rosenthal, Les Destinées de l’art social d’après P.-J. Proudhon, 1894 », in Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.), L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources, INHA (« Sources »), 2014.

Référence électronique

« Léon Rosenthal, Les Destinées de l’art social d’après P.-J. Proudhon, 1894 », in Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.), L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources, INHA (« Sources »), 2014, [En ligne], mis en ligne le 08 juillet 2014, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://inha.revues.org/5717

Droits d’auteur

Tous droits réservés