Navigation – Plan du site
L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources - Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.)
« L'art social », combat des cercles littéraires anarchistes

Adolphe Tabarant, Le Club de l’art social, 1890

Texte intégral

Introduction par Anne-Marie Bouchard

Assez peu tourné vers les pratiques artistiques contemporaines, le Club de l’art social, fondé le 15 novembre 1889 (date de la parution des statuts dans les Annales artistiques et littéraires), est le fait d’un groupe d’intellectuels prenant position dans l’univers médiatique dans un but essentiellement polémique. Dépourvu de président, il a pour secrétaire Adolphe Tabarant (1863-1950) qui présente dès janvier 1890 les visées du groupe dans La Revue socialiste ; citons parmi ses fondateurs et sympathisants Louise Michel, Lucien Descaves, Jean Grave, Émile Pouget, les écrivains Léon Cladel et Jean Ajalbert, Camille Pissarro et Auguste Rodin (Bouchard 2014-2). Intéressé par une mise en commun de différentes praxis artistiques et actions sociales, le Club est uni par trois motivations essentielles : développer diverses activités dans les milieux populaires pour mettre l’art à la portée de tous, promouvoir des pratiques artistiques au sein même de la classe ouvrière et valoriser des formes de créations artistiques populaires. Utilisant à foison la forme connotée du manifeste, leur objectif d’œuvrer à l’élaboration de formes d’art social s’accompagne d’une réactualisation du débat sémantique, maintes fois répété, entre l’art pour l’art et l’art social. Ce débat est l’objet d’un investissement particulier de la part des anarchistes, parmi lesquels Émile Pouget et Jean Grave, qui aspirent à conjuguer l’art social à leur activité politique, en fonction de l'actualité révolutionnaire internationale. Les principes de l'art social sont non seulement diffusés par des regroupements revendiquant d’emblée leur filiation à cette tendance, mais d’une manière décentralisée dans de nombreux petits groupes, s’appropriant l’idée à travers sa dissémination par la presse et les activités entourant cette dernière. Richard D. Sonn rapporte l’existence de La Sentinelle de Montmartre, groupe parisien contemporain du Club de l’art social et s’intéressant aux liens entre art et politique qui tint, en novembre 1889 à la Brasserie Franco-russe du boulevard Rochechouart, une rencontre spécifiquement dédiée à ce thème. L’ordre du jour, mentionnant les idées abordées, témoigne d’une préséance certaine de la discussion conceptuelle et idéologique, laissant résolument de côté les dimensions artistiques matérielles et contextuelles : « le principe de l’Art, l’esthétique, la Beauté et la forme, l’Idéal, l’Évolution dans l’art, la Liberté, la Société future et les questions sociales » (Sonn 1989, p. 79). Ce texte d’Adolphe Tabarant (1863-1950) témoigne du fait que l’art social du début des années 1890 est avant tout une question identitaire, le Club devant « prospérer par la force des choses » grâce aux artistes qui choisiraient de s’y associer selon la prédiction de l’auteur qui tarde à se réaliser, le forçant à conclure en 1928 : « Une année durant brilla notre groupe. Et puis, vers la fin de 1890, il s’éteignit : nous étions venus un peu trop tôt. » (Tabarant 1928, p. 33). En effet, le Club de l’art social est des plus éphémères puisque sa dissolution est annoncée dans La Plume en mai 1890.


***

Adolphe TABARANT, « Le Club de l’Art social », La Revue socialiste, janvier 1890, p. 101-106. Extrait.

1L'accueil multiforme fait au Club de l'Art social, naissant à peine, est si empreint de sympathie, en des expressions pourtant si différentes, que volontiers, avec la plus grande joie même, j'ai accepté de dire au public de la Revue socialiste ce que sera ce club, ou ce qu'il devait être dans ma pensée.
Je dis : devait être. Et que cet imparfait n'ait point l'air d'une insinuation dépréciante : On enterre toujours quelque lambeau de son rêve lorsqu'on descend à la réalisation. L'écrivain, il est vrai, est de ceux qui le plus aisément s'en consolent, lui qui mesure chaque jour, la petitesse de l'idée écrite, à côté de l'idée rêvée.
Le Club de l'Art social ne sera peut-être pas l'association audacieuse et révolutionnaire que se plaisaient à édifier mes insomnies, mais il sera ̶ il est ̶ le témoignage d'un grand pas franchi, et quels que soient ses résultats saisissables, il n'apparaîtra point comme une quantité négligeable à l'historien de cette fin de siècle littéraire et artiste, où la place omnipotente semblait devoir sans conteste appartenir aux stérilisantes théories de l'art pour l'art.

[...]

2Ce titre « l'Art social », préexistait dans notre intime. Il résumait admirablement nos tendances, et son explicite brièveté nous ravissait, car il nous eût coûté peut-être d'entrer dans une définition très exacte, étant donnée la vaguité [sic] de notre but. L'Art social, c'était une orientation, un jalon solide. Les plus grandes œuvres humaines n'eurent-elles pas cette origine d'indécisions et de tâtonnements ? D'ailleurs, il était entre nous un point d'absolue convergence : Nous nous disions qu'il fallait rompre visiblement avec les je-m'en-foutistes, qui, étant légions en littérature et en art, prêtaient à croire qu'ils étaient l'unanimité, et ainsi nous faisaient partager les ridicules de leur « égotisme » sottement prétentieux. Urgence était de créer deux camps distincts, entre lesquels un abîme : Ici, ceux qui, sans prétendre assujettir l'art à telle ou telle formule, ni le diriger dans telle ou telle voie, pensent avec raison qu'il est le puissant véhicule des idées sociales, et que s'il ne les crée pas, tout au moins il les synthétise et leur fait prendre corps. Qu'en conséquence l'artiste doit s'efforcer d'étudier le milieu social où il vit, d'entrevoir l'au-delà de ce milieu social, qu'il doit tendre à tout ce qui est la science, la lumière, la raison, la justice, l'humanité. Cela fera sourire de pitié les petits bouddhas qui assèchent des bocks dans les brasseries de Montmartre, en rimant des sonnets à leur nombril.
Désormais l'équivoque ne sera plus possible. On saura qu'il en est parmi nous que leur souci d'être artiste n'aveugle nullement sur la nécessité de penser. Car il ne suffit pas de savoir sentir...
Voici venus les temps où, pour la première fois, l'art de la forme littéraire s'alliera dans les œuvres à la puissance de la pensée. Le classisme [sic], qui offre des chefs-d'œuvre, est d'une langue si pauvre, que la société nouvelle née avec le siècle, se trouva dans l'impossibilité d'exprimer les sensations neuves, les sentiments nouveaux, et c'est alors que se fit une révolution, le grand mouvement d'esthétique du romantisme, qui transforma la langue si complètement. Mais de même que les écrivains de jadis, dans leur majeur souci de la pensée, s'étaient inquiétés peu de la forme, il arriva que les romantiques firent de la forme l'objet de leurs soins exclusifs. Ils s'attardèrent, après la régénération des expressions de l'art, et les néos qui chez eux prirent école, poursuivirent cet attardement, dont nous subissons encore la méchante influence. Nous sommes dans la situation de ce factionnaire qui, devant la grille du Louvre, factionnait chaque soir, sans se demander pourquoi, parce que cinquante ans auparavant, cette grille étant fraîche repeinte, ordre avait été donné d'y placer, à la nuit tombante, un homme de faction, afin que les bons bourgeois n'y frottassent point leurs lévites. Le siècle avait dit aux littérateurs : Refaites-vous une forme. Et, la forme faite, ils perpétuent la mission. Ils sont en faction devant la rhétorique et le siècle a bien d'autres chiens à fouetter. Le Club de l'Art social s'est donné la tâche de réveiller ces somnambules.

3Certes, l'écrivain se doit à la perfection du Verbe. Une phrase est un ensemble de puissances, qui sollicitent plus ou moins habilement divers tréfonds de l'être ; et par le souvenir, l'imagination, les aptitudes, ébranlent notre machine de nerfs. Mais c'est peu, cela, si la pensée n'assigne une valeur à la sensation. Et puis, si l'appareil nerveux fonctionne à vide, quel détraquement, bientôt ! L'Art doit être dans la communion des sens et de l'esprit. C'est une définition. Reste à savoir ce que sera l'esprit...

[...]

  • 1  Sous ce titre général, La Grande Enquête, notre ami Ad. Tabarant a annoncé la très prochaine publi (...)

4Nous sommes convaincus que notre club prospérera, par la force des choses. Pour le moment nous nous contenterons d'être un groupement d'hommes résolus au bien, tâchant à s'orienter vers un but encore mal défini. Les socialistes ont applaudi à nos intentions avec un empressement de bon augure, et cela devait être, car ils sont très à même d'en percevoir les prochains résultats possibles : dispersion de l'idée sociale, affinement des aspirations collectivistes, préparation des esprits au grand choc qui va briser le moule social actuel. L'Art apportant sa sanction au socialisme, sera d'autant plus un appoint pour celui-ci, qu'il échappe presque complètement à l'inquiète tyrannie des gouvernants. D'ailleurs, ne nous dissimulons pas qu'au-delà du but artiste, un autre bientôt nous apparaîtra, plus grand, plus en rapport avec cette mission de « directeur des pensées », qui fut celle de l'écrivain jusqu'à l'épanouissement de l'utopie romantique. Balayant les ignares et les niais qui découpent sur leur fin de siècle de convention le patron du « jeune homme moderne », nous nous lèverons alors, nous, les vrais modernes et les vrais jeunes, pour montrer à tous et préparer les merveilleux avenirs. Vais-je oublier le plus élevé caractère de notre association, l'internationalisme ? Nous avons voulu que ce groupement d'écrivains, d'artistes, en vue de l'étude des grandes questions humaines, que ce groupement commencé en France pût s'étendre dans le monde entier. Il s'y étendra de façon rapide. Les lettres d'adhésion qui nous arrivent sont timbrées de Bruxelles, de Liège, de Berlin, de Londres, de Genève, de Rome, de Lisbonne, de Madrid. Presque l'Europe entière, déjà. Nous en attendons une qui portera le timbre du gouvernement de Toula, et ce sera « l'adhésion de cœur » de ce toqué de génie qui a nom Tolstoï. Partout, dans chaque grand centre, nous aurons une section de l'Art social. Quelle force, un jour, si nous savons nous entendre ! Ce sera la première fois qu'au nom de l'Art une organisation statutaire enveloppera le monde. Je rêve une enquête, une vaste enquête faite par nous tous, romanciers d'ici, de là-bas, unis dans la même pensée sociale1

Lire le texte original

Notes

1  Sous ce titre général, La Grande Enquête, notre ami Ad. Tabarant a annoncé la très prochaine publication, en commun, d’une série de romans d’études sur la société actuelle et l’état social de demain. Plusieurs jeunes écrivains de talent, déjà, ont résolu de travailler à l’édification de la La Grande Enquête, qui sera peut-être l’œuvre littéraire capitale de notre période de transition, dont le socialisme doit être l’aboutissant.

Pour citer cet article

Référence papier

« Adolphe Tabarant, Le Club de l’art social, 1890 », in Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.), L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources, INHA (« Sources »), 2014.

Référence électronique

« Adolphe Tabarant, Le Club de l’art social, 1890 », in Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.), L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources, INHA (« Sources »), 2014, [En ligne], mis en ligne le 15 juin 2014, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://inha.revues.org/5637

Droits d’auteur

Tous droits réservés