Navigation – Plan du site
L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources - Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.)
Voies socialistes : entre passé et futur salvateur

Théophile Bra, Introduction au musée de la paix, 1852

Texte intégral

Introduction par Julie Ramos

Deuxième Grand Prix de Rome en 1818 et médaillé d’or au Salon de 1819, le sculpteur Théophile Bra (1797-1863) acquiert une certaine renommée dans les années 1820, qui lui vaut des commandes publiques et la protection de Quatremère de Quincy et du comte de Forbin. À partir des années 1830, l’érosion de son succès le conduit au repli progressif, de son départ de Paris en 1847 pour Lille, à son retour dans sa ville natale de Douai en 1850, à laquelle est destiné son projet de Musée de la Paix. Approché par les saint-simoniens en 1829-1830, il leur oppose un attachement au christianisme qui le conduit plutôt à adhérer à la conception de Buchez des effets psychophysiologique et moteur des arts dans une histoire socio-religieuse, au sein de laquelle le xixe siècle constitue l’orée d’une nouvelle période d’unité (McWilliam 2007, p. 123-129). Cette tendance est renforcée par un accès de « crise somnambulique » en 1826, qui le pousse à dessiner « sous la dictée » des compositions symboliques et des textes prophétiques inspirés de ses nombreuses lectures sur l’histoire des arts, des sciences, des religions et de la philosophie (Bra 2000).

Les milliers de dessins que rassemble le fonds en grande partie inédit conservé à la bibliothèque de Douai (Bra 2007), témoignent de sa quête d’un symbolisme alliant le sacré et le profane en des types figuratifs retraçant « l’histoire mondiale de manière synthétique, afin de révéler aux hommes leur destinée future » (fig. 1) (McWilliam 2007, p. 179).

Fig. 1 : Théophil...Fig. 1 : Théophile Bra, Le dessin parle, 1829-1855 ?

Fig. 1 : Théophile Bra, Le dessin parle, 1829-1855 ?

Encre sur papier, 36 x 23 cm

Douai, Bibliothèque municipale.

Pour la plupart, il s’agit d’esquisses préparatoires aux sculptures et aux fresques du Musée de la Paix, qui s’apparente au projet, palingénésique mais également non réalisé, conçu pour le Panthéon par Paul Chenavard. Le renouvellement des formes « artielles » que le Musée de la Paix aurait dû accueillir dans un édifice en rotonde est censé contrebalancer les orientations sensualiste et mythologique de la sculpture de son temps, qui les rendent impuissantes à transformer la société. Bra place d’ailleurs en ouverture de son texte, un extrait, signé de Jean-Barthélémy Hauréau, du premier numéro de La liberté. Journal de arts, qui parut en 1832-1833 avec pour épigraphe « Mort à l’Institut ! Mort au professorat ! ». Les accents prophétiques et lyriques de l’Introduction au Musée de la Paix, publié à compte d’auteur en 1852, resteront lettre morte, de même que son aspiration à la création d’un musée entièrement dévolu à un art « utile à la société », aux formes renouvelées par l’esprit de « la concorde, la justice, la raison et la paix », selon le discours prononcé la même année à l’occasion de l’hommage qui lui est rendu pour sa donation à la ville de l’ensemble des moulages, esquisses et originaux de ses sculptures, de sa collection d’estampes et de livres d’art. En effet, le projet de Bra se situe en marge de la politique muséale du régime impérial, qui œuvrera plutôt à la démocratisation d’une culture élitaire à destination des classes populaires.


***

Théophile BRA, Introduction au musée de la paix, ouvrage composé de dessins originaux par Théophile Bra, statutaire, Douai, imprimerie Ceret-Carpentier, 1852. Extraits p. 12-13, 21-23, 52-54, 61-62.

1Dans tous les temps, les Arts ont servi laborieusement la cause des peuples, et vous savez ce qu’ils ont fait de nos jours dans une route qu’ils se sont faite libre, quoiqu’on ait tant de fois voulu la barrer. […] Quand vint la grande époque où cette guerre sourde devait éclater enfin, le montagnard David faisait les Horaces et Brutus. Alors l’enthousiasme se cabrait devant les toiles ; les citoyens courant chasser Brunswich [sic] de la Champagne ; ils allaient par les rues, ivres de patriotisme et d’extase, on se battait, on chantait la Marseillaise, la République était belle, et Paris suait d’inspiration.

2De nos jours, en Belgique, une révolution s’est faite après un opéra.

  • 1 Extraits de La liberté des Arts, Journal n 1, p. 24, 25 et suivantes, 1832 [note de la rédaction]

3L’artiste poussa toujours et fortement l’époque dans sa voie. S’il est vrai que tout soit utile et propre dans son temps, et que la haine contre le passé ne vienne que du mal que nous avons eu pour le vaincre, il ne faut pas trop blâmer l’art d’avoir mené la vie des siècles, car il fut toujours le premier à la brèche quand il fallut se battre, et toujours il sonna d’avance la charge pour le combat1 […

4De l’enthousiasme uni à l’étude

5Le résultat que nous procure l’exposé du premier chapitre de notre introduction, est celui de nous signaler notre plus grand ennemi : l’impuissance.

  • 2 Bra fait ici référence à l’article d’Adolphe Thiers, « Direction des arts et particulièrement de la (...)
  • 3 Bra fait référence ici à la préface d’Hernani de Victor Hugo datée de 1830 [note de la rédaction].
  • 4 Bra fait ici référence à De l’état des Beaux-Arts en France en 1810, par Fr. Guizot [note de la réd (...)

6En effet, les célébrités auxquelles nous avons eu recours n’ont réussi qu’à nous faire mieux comprendre la grande et universelle paralysie qui afflige le génie créateur de l’art du xixe siècle. Nous avons eu de M. Thiers une prévoyance logique2, de M. Hugo, un avortement 3, de M. Guizot une invitation à étudier les grands maîtres et à nous instruire sur les lois, la marche et le but de l’art, avant de créer des chefs-d’œuvre originaux4.

7Notre époque, il faut l’avouer, par ses caractères, est bien dissemblable aux époques de

8Phidias et de la Renaissance. Celles-ci étaient toutes composées de religion unitaire et de philosophie sur le beau idéal et moral, en sorte que l’artiste inspiré et savant trouvait un programme régulier, divin à servir. Mais nous, que trouvons-nous du berceau à la tombe ? L’anarchie des idées et des croyances.

9L’artiste grec recevait un enseignement religieux, encyclopédique, harmonique, son culte étendait sa connaissance exigeant un esprit d’observation toujours tendu sur les mêmes objets, lui en faisant découvrir les beautés particulières. Mais nous, par quel enseignement nous dirige-t-on vers un but noble, grand, religieux, national ? Il n’en existe point : La société en travail, par ses hommes d’élite, depuis la première assemblée constituante se cherche encore un enseignement.

  • 5 Le discours, où ces paroles se trouvent, reçut le nom de Monument. Voir les notes du chap. no 1.

10Or, qu’arrive-t-il par cette privation de lumière et de direction morale ? Un Art bâtard, sans caractère, remué par les sens et la matière, les ambitions haineuses, jalouses, passionnées. Nos jeunes élèves, sortis, pour la plupart, de familles d’artisans peu favorisés de la fortune sont exposés dans ce siècle comme le fut Moïse sur le Nil. Advienne que pourra ! la providence fera le reste. Car, dit l’orateur célèbre : « Nous sommes en révolution les enfants du hasard et d’une providence.5»

11Mais en admettant même cette parenté providentielle, ne devons-nous pas nous dire : Si la providence est cette sagesse suprême de Dieu conduisant toute chose, que fera-t-elle dans ce siècle ? Par quels ouvrages particuliers doit-elle se signaler ? Prononcer son nom sans marquer ses œuvres, c’est se vouer à la stérilité désolante ; en effet un esprit en divisant les forces de la société, a divisé les forces de l’Art ; il en faut un autre pour les rallier.

12L’art, au moment où nous le considérons, reflète la société, ses principes, ses croyances, sa force, sa faiblesse, ses vices et ses vertus, et comme il compose avec elle un tout celui-ci ira, poussé par les seules conditions de son être, tant que rien ne viendra les changer.

13Ainsi une nouvelle direction de l’art implique tout un ordre de choses nouveau.

14Nous sommes, par ces questions et propositions, poussés au pied du mur ; l’époque restera sceptique ou l’enthousiasme la vaincra ; il ne se trouve pas là de juste milieu.

15Le malheur accablant de l’artiste commence donc à se révéler, car la puissance du mieux existe et doit se manifester. […]

16Salle d’introduction

17Sujets, peinture et sculpture

18Peinture. – À droite et à gauche, aux extrémités de la salle, deux immenses fresques.

19Premier sujet : L’Esprit de toute vérité présente aux hommes la DOCTRINE DE LA PAIX ; par son immensité il semble remplir l’espace qui sépare le ciel de la terre ; les ténèbres fuient à son aspect, le ciel glorieux resplendit.

20Deuxième sujet : les portes de l’avenir sont ouvertes, L’ESPRIT DE LA VIE D’HARMONIE plane au-dessus d’elles, – le silence règne là où le monde heureux s’établira. Ces scènes grandioses frappent d’étonnement !…

  • 6 Nous avons traité de ces lois devant les monuments de l’art, nous y reviendrons et nous achèverons (...)

21Sculptures. – Aux extrémités de la salle, deux tables de granit supportant 1° les types des règnes ou les règnes généralisés selon les lois composites de la statuaire6 ; 2° les types des nations comprises dans la synthèse ; 3° les types des énergies fortes, belles, durables du grand ; 4° les types contraires, à savoir ce qui est faible, laid, périssable et bas.

22Des bas-reliefs incrustés dans les parois des murs latéraux, expriment, en différents sujets, l’élan vers la science et la situation où nous nous trouvons ; leur explication nous entraînerait trop loin.

23Commentaire. Ici, la puissance de caractérisation s’élève à son comble, on va le concevoir. En effet, comme les lettres de l’alphabet sont des caractères servant à composer des mots, lesquels composent à leur tour des phrases et un livre, les types, selon l’Esprit de l’art, sont aussi des caractères propres à composer des scènes et un livre-poème figuré ; nul d’entre nous, après les avoir appris une fois, ne peut oublier les caractères des dieux et des héros d’Homère, si exactement reproduits par la sculpture ; il en sera de même à l’égard des choses du Musée.

24Les règnes de la nature, les nations, les forces, les vertus, les vices scientifiquement connus étaient susceptibles de recevoir la caractérisation artielle ; c’est ce qui a été fait ; en sorte qu’aujourd’hui nous possédons les modèles avec lesquels nous pouvons généraliser et synthétiser en raison des besoins intellectuels du siècle. À moins de n’avoir aucune notion sur l’art, il ne sera pas possible d’échapper à la gravité et à l’importance de ce renouvellement d’objets et de ne point apercevoir bientôt son influence nécessaire sur le futur enseignement.

25Observation importante

26Nous venons de donner un premier aspect du Musée, mais nous n’avons point parlé des nombreux dessins qui s’y rattachent et servent à développer ses plus grands sujets soit de la sculpture ou de la peinture. L’art ne se borne pas à fréquenter les hauteurs de la pensée et les profondeurs du sentiment ; il faut qu’il se fasse tout à tous et se répande chez le riche et le pauvre, par les moyens dont il dispose. L’or, l’argent, le fer, le bronze, tous les métaux, – les pierres précieuses, le marbre, l’argile, et tous les bois différents sont susceptibles de recevoir, de mille manières, la forme, l’ornement, le décor, l’idée, l’expression, l’enseignement, la diffusion des connaissances indispensables à la société. Or la splendide fécondité du principe de l’art de la Paix a pourvu aux emplois de ces éléments ; elle devait le faire.

27Un esprit nouveau, général, amène toujours le renouvellement des formes artielles, et en même temps met en évidence une richesse inconnue ; nous en avons des témoignages assez palpables dans le siècle, pour qu’il soit nécessaire d’aller au loin en puiser à pleines mains.

Lire le texte original

Notes

1 Extraits de La liberté des Arts, Journal n 1, p. 24, 25 et suivantes, 1832 [note de la rédaction].

2 Bra fait ici référence à l’article d’Adolphe Thiers, « Direction des arts et particulièrement de la peinture en France », Revue européenne, no 1, année 1824 (note de la rédaction).

3 Bra fait référence ici à la préface d’Hernani de Victor Hugo datée de 1830 [note de la rédaction].

4 Bra fait ici référence à De l’état des Beaux-Arts en France en 1810, par Fr. Guizot [note de la rédaction].

5 Le discours, où ces paroles se trouvent, reçut le nom de Monument. Voir les notes du chap. no 1.

6 Nous avons traité de ces lois devant les monuments de l’art, nous y reviendrons et nous achèverons cette partie importante de la science [nda, p. 89].

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Théophile Bra, Le dessin parle, 1829-1855 ?
Légende Encre sur papier, 36 x 23 cm
Crédits Douai, Bibliothèque municipale.
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/5518/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 93k

Pour citer cet article

Référence papier

« Théophile Bra, Introduction au musée de la paix, 1852 », in Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.), L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources, INHA (« Sources »), 2014.

Référence électronique

« Théophile Bra, Introduction au musée de la paix, 1852 », in Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.), L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources, INHA (« Sources »), 2014, [En ligne], mis en ligne le 11 septembre 2014, consulté le 23 mars 2017. URL : http://inha.revues.org/5518

Droits d’auteur

Tous droits réservés