Navigation – Plan du site
L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources - Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.)
Une question d'État au temps de l'« extinction du paupérisme »

Émile Galichon, L’Administration de nos bibliothèques et l’administration de nos musées, 1869

Entrées d’index

Texte intégral

Introduction par Arnaud Bertinet

Avec la libéralisation du régime et la plus grande liberté laissée à la presse, La Gazette des beaux-arts, par la plume de son directeur Émile Galichon (1829-1875), développe une politique systématique de critique de l’action des musées impériaux (Bertinet 2011, p. 64-66). Les différents articles publiés par la revue dans la Chronique des arts et de la curiosité sont réunis, en 1871 après la chute du Second Empire, dans un ouvrage à charge contre l’administration du comte de Nieuwerkerke, directeur des musées impériaux et surintendant des beaux-arts, sous le titre d’Études critiques sur l’administration des beaux-arts en France de 1860 à 1870.

Galichon reproche à Nieuwerkerke d’être seul à prendre les décisions pour les commandes, les acquisitions et les donations, et demande que la commission des musées, créée en 1862 et qui a disparu d’elle-même devant le faible intérêt que lui accordaient ses membres et l’Institut, soit sollicitée. Galichon déplore surtout que le Louvre soit « un musée d’apparat […] plus qu’un musée d’étude ». Si les galeries de peintures sont désormais ouvertes tous les jours sauf le lundi, ce n’est pas le cas des autres salles du musée. Il reproche également au palais de conserver des administrations d’une magnificence ridicule et de ne pas être uniquement consacré au musée. La question des restaurations, polémique récurrente à l’époque alors que la professionnalisation des conservateurs est remise en question par les amateurs, entraîne également de nombreuses confrontations entre Galichon et l’administration. Autre point de discorde, les achats effectués, ou non, par Nieuwerkerke. Galichon raille le faible budget alloué aux acquisitions en vente publique et au Salon. Ainsi, il ne comprend pas « l’enchère extravagante mise sur la composition banale d’un maître de second ordre, sur la Conception de Murillo » (p. 93). Au-delà des divergences d’ordre esthétique, les critiques de Galichon à l’encontre de Nieuwerkerke et des musées impériaux se résument en un écueil principal, celui de la dépendance des musées et des beaux-arts à la liste civile où, selon lui, « le bon plaisir a toujours été le conseiller le plus écouté ». Il considère que ces institutions doivent être « aux mains de l’État, qui peut seul tenter des réformes sérieuses en y consacrant des ressources moins précaires et un esprit moins partiel et moins étroit » (p. I-IV). La gestion de la liste civile est un problème qui revient régulièrement dans les reproches faits contre la surintendance des Beaux-Arts. Mais Nieuwerkerke n’est pas à l’origine du senatus-consulte de décembre 1852 et ne fait qu’appliquer le cadre légal dont il dépend. Toutefois, en tant que surintendant, il se doit d’assumer cette situation et les critiques liées. Si ce poste finit par peser sur Nieuwerkerke avec le temps, l’usure du pouvoir est moindre quant à sa position de directeur des musées impériaux. Ainsi, alors que la princesse Mathilde craint la suppression de la surintendance des beaux-arts en 1869 au profit d’un ministère des Beaux-Arts, finalement créé en 1870, Nieuwerkerke, selon elle, « en était presque content, [car] il fût resté surintendant des musées impériaux » (Bonaparte/Hébert2004, p. 67). À raison, puisque seule la chute du régime le contraint à démissionner, le 5 septembre 1870.


***

Émile GALICHON, « L’administration de nos bibliothèques et l’administration de nos musées, Chronique des Arts et de la Curiosité, 21 mars 1869 », Études critiques sur l’administration des beaux-arts en France de 1860 à 1870, Paris, Bureau de la Gazette des beaux-arts, 1871. Extrait p. 84-88.

1J’ai la faiblesse de croire l’État plus apte que la liste civile à former des musées répondant parfaitement aux besoins du public et des artistes. Ai-je tort ? Je ne le pense pas, et pour le prouver il ne faut que comparer l’administration des musées de la liste civile à celles des bibliothèques qui dépendent de l’État.

2Comme on le sait, de 10 heures du matin à 4 heures du soir, tous les jours, excepté les dimanches, les bibliothèques sont ouvertes, et chacun peut alors y aller consulter les livres qu’elles possèdent avec l’assurance de toujours trouver une personne prête à répondre aux demandes. Certains objets, il est vrai, placés dans une réserve, sont communiqués moins libéralement à tous. Mais cette réserve ne doit point son origine à une pensée d’économie ou de commodité de service ; c’est la nature de ces objets, précieux entre tous et faciles à détériorer, qui a voulu qu’on prît une mesure conservatrice. Cette réserve, d’ailleurs, ne s’ouvre et ne se ferme pas suivant le bon plaisir d’un conservateur. Régie par un règlement sévère et scrupuleusement observé, elle livre, à des jours fixes, ses trésors à quiconque témoigne d’un travail sérieux. Au Cabinet des médailles même, où la valeur matérielle des objets semblerait devoir s’opposer aux communications aisées, une bonne organisation du service permet aux savants d’examiner de près les monnaies, de les étudier sous leurs diverses faces et de prendre des notes. Aux facilités que trouvent les travailleurs dans ces établissements, à la manière dont ils y sont reçus, ils sentent que là, ils sont bien chez eux et que, lorsqu’ils y réclament un livre, une médaille ou un manuscrit, ce n’est pas une faveur qu’ils sollicitent, mais un droit qu’ils exercent. Aussi, depuis plus de vingt ans que nous fréquentons les bibliothèques de l’État, n’avons-nous jamais vu que la communication des pièces fût subordonnée à l’arrivée facultative d’un employé.

3Au Louvre, musée de la liste civile, les choses se passent fort différemment. Les galeries de peintures et celles en général du premier étage sont publiques tous les jours, exceptés les lundis ; mais les salles des sculptures de la renaissance, des sculptures modernes, des antiques du musée Napoléon III, du Musée ethnographique et du Musée chinois ne peuvent être visitées que deux fois par semaine, de midi à 4 heures. Les autres jours, ces salles sont fermées aux artistes, aux savants comme au public. Cependant les monuments que renferment ces galeries sont des vases placés sous des vitrines, des statues en bronze ou en marbre, qui ne risqueraient aucunement d’être détruits en restant exposés aux regards des curieux. C’est uniquement faute de gardiens que ces œuvres superbes ou intéressantes sont enlevées à l’étude.

4En ouvrant plus fréquemment ces salles, sous la surveillance de simples gardiens, l’administration de la liste civile nous donnerait-elle l’équivalent de ce que fait l’administration de l’État dans nos bibliothèques ? Certainement non. Par cette seule réforme, le Louvre resterait ce qu’il est aujourd’hui, un musée d’apparat bien plus qu’un musée d’étude. Pour les galeries de peintures, où les artistes obtiennent plus facilement la permission de travailler d’après les toiles accrochées aux murailles, nous ne réclamerons rien. Mais qui peut analyser, examiner soigneusement les milliers de vases, statuettes, intailles, bijoux, … qui remplissent de nombreuses vitrines où ils ne s’offrent à nous que sous une seule de leurs faces ? Quels sont les jours et les heures pendant lesquels un savant ou un artiste peut venir au Louvre avec la certitude d’y trouver un conservateur pour lui ouvrir les armoires et lui permettre d’interroger à l’aise des œuvres qui ont encore tant de secrets à nous révéler ? Serait-il donc impossible de placer dans ces salles, comme au Cabinet des médailles et au Cabinet des estampes, une table et quelques chaises, et de consacrer aux savants les matinées, de 10 heures à 1 heure, avant l’arrivée du public ?

5Quant aux dessins en portefeuille, il conviendrait de les installer dans une pièce spéciale où ils seraient communiqués aux amateurs ; car nous ne pouvons appeler salle publique le cabinet d’un conservateur dans lequel des amis se réunissent pour causer et fumer, et que cent vingt marches à monter ferment aux vieillards et aux valétudinaires.

6C’est cette hauteur énorme que journellement aussi les artistes, les savants et le public doivent franchir pour obtenir de l’administration de nos musées les autorisations et les renseignements qui leur sont nécessaires, heureux encore quand ils ne le font pas inutilement. Que de fois il nous est arrivé de gravir cet escalier pour apprendre que le conservateur, qui seul pouvait nous communiquer certains documents, n’était pas encore arrivé ou venait de partir, sans que personne pût nous assigner une heure ou un jour !

7Mais, va s’exclamer une administration jalouse de la tranquillité que lui assure une barrière de cent vingt marches mise entre elle et le public, la place nous manque, et vous ne voudriez pas nous voir transformer en bureau le Salon carré ou toute autre salle du premier étage ! c’est vrai. Mais pourquoi la place manque-t-elle, lorsque le Louvre a été si démesurément agrandi ? En votant des millions pour l’achèvement de ce palais, la France n’a jamais entendu construire des casernes, des écuries, des remises, des greniers à fourrages, des logements de palefreniers d’une magnificence ridicule. Exécutez le décret du 1er décembre 1794, qui s’oppose à cette installation illégale ; faites disparaître tous les foyers d’incendie qui menacent nos chefs-d’œuvre, et vous ne manquerez plus d’espace. Dans ces logements, dans ces salles rendues à leur vraie destination, vous pourrez alors disposer convenablement les bureaux d’une administration avec laquelle le public a des rapports constants, et réintégrer nombres d’œuvres superbes depuis trop longtemps soustraites à l’admiration de tous et à l’étude des artistes.

Lire le texte original

Pour citer cet article

Référence papier

« Émile Galichon, L’Administration de nos bibliothèques et l’administration de nos musées, 1869 », in Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.), L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources, INHA (« Sources »), 2014.

Référence électronique

« Émile Galichon, L’Administration de nos bibliothèques et l’administration de nos musées, 1869 », in Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.), L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources, INHA (« Sources »), 2014, [En ligne], mis en ligne le 11 juin 2014, consulté le 29 mai 2017. URL : http://inha.revues.org/5514

Droits d’auteur

Tous droits réservés