Navigation – Plan du site
L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources - Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.)
Une question d'État au temps de l'« extinction du paupérisme »

Arsène Houssaye, De la création du ministère des Beaux-Arts, 1870

Entrées d’index

Mots clés :

Art et État

Index thématique :

Art et État

Texte intégral

Introduction par Arnaud Bertinet

Avec la proclamation de l’Empire, le système de gestion de la liste civile, terme qui désigne l’allocation et la dotation financière dont dispose le souverain pour gérer sa Maison (Granger 2005), réapparaît et reprend le modèle de la liste civile de Louis-Philippe. Le sénatus-consulte du 12 décembre 1852 replace les musées dans le domaine de la couronne, comme sous Napoléon Ier ou Louis-Philippe, et le décret du 14 décembre confie l’administration de la dotation de la couronne au ministère d’État également en charge de la Maison de l’empereur. Celle-ci, qu’elle soit indépendante ou rattachée à un autre ministère, devient alors l’organisme de tutelle des musées impériaux tandis que les beaux-arts fluctuent entre ministère d’État et Maison de l’empereur. Cette dépendance vis-à-vis du pouvoir impérial, couplée à une impression d’abandon du milieu artistique par un empereur peu intéressé par les arts, est source de nombreuses critiques durant la période libérale du Second Empire. Les attaques concernent aussi bien le statut des œuvres conservées dans les musées, que la gestion du Salon et de son jury, ou encore la réforme de l’école des beaux-arts. Cette demande d’une administration forte des beaux-arts se révèle dans les nombreux essais sur l’organisation des beaux-arts et des musées qui se multiplient (voir Bertinet 2011). Aussi, en janvier 1870, au moment de la création du premier ministère consacré aux beaux-arts de l’Histoire de France, confié à Maurice Richard par l’ancien républicain Émile Ollivier, l’étonnement est tout aussi grand que les attentes, et la presse et le monde artistique s’enthousiasment. C’est ce que souligne Arsène Houssaye (1814-1890) dans cet article paru dans L’Artiste.

Énigmatique inspecteur des beaux-arts en charge des musées de province sous le Second Empire, Houssaye est surtout connu pour avoir été le voisin et camarade de Théophile Gautier et de Gérard de Nerval, impasse du Doyenné, quand il achète L’Artiste en 1843. Il en est le rédacteur en chef jusqu’en 1849, puis de 1859 à 1880, abandonnant le poste de 1849 à 1859, le temps de son mandat à la tête de la Comédie-Française. Ami de Rachel à qui il doit ce poste, il est également un proche de Nieuwerkerke. Souvent invité aux soirées du Louvre, il correspond régulièrement avec le directeur des musées impériaux, s’avère bon connaisseur de ce système impérial des arts dont il a profité largement, n’ayant guère fait preuve de zèle dans sa charge d’inspecteur des beaux-arts, et exprime ici les attentes du milieu artistique officiel envers ce tout nouveau ministère.


***

Arsène HOUSSAYE, « De la création du Ministère des Beaux-Arts », L’Artiste, Paris, tome I, janvier-mars, 1870, p. 137-141, 142, 143, 144-145.

1La création du ministère des Beaux-Arts a été saluée par tous les artistes avec une vive reconnaissance. Dans un pays comme le nôtre, qui représente aujourd’hui l’art universel, il devenait impossible d’étendre une main protectrice et féconde si on ne donnait pas à cette mission l’éclat et la grandeur.

2Un simple bureau comme autrefois ne pouvait s’élever à ces hautes aspirations qui font marcher la France à la tête des nations artistes.

3Il y a sept ans ç’avait été déjà une bonne fortune inespérée quand M. de Nieuwerkerke fut nommé surintendant des Beaux-Arts. Il fallait alors le nommer ministre : nous connaissions ses idées libérales ; avec le pouvoir, avec un surcroît de crédit, il eût fait merveille. Par malheur, il se débattait dans un budget indigne d’une telle situation. Ce qu’on marchande le plus en France, c’est l’argent des arts et des lettres comme si on avait peur que l’Intelligence se mésalliât avec la Fortune. M. de Nieuwerkerke n’en rendit pas moins des services que nous avons signalés ici. Ce qu’il a pu faire de bien et de beau il l’a fait. Il aurait voulu supprimer la médiocrité bruyante qui s’impose dans toutes les avenues du pouvoir ; mais le chapitre des recommandations est peut-être le plus difficile à faire disparaître du budget des Arts.

4Nous représentons ici les véritables intérêts des artistes, comme eux, nous saluons avec reconnaissance la création d’un ministère des Beaux-Arts. Nous prouverons aisément que ce n’est pas là une création de luxe.

5Le ministre nommé est un homme politique, très heureusement doué des belles choses. C’est un Parisien, - je voulais dire un Athénien. – Il connaît les artistes, il leur est fraternel, il leur tendra à tous une main amie. On peut attendre en outre de M. Maurice Richard la jurisprudence des Beaux-Arts. Combien de questions nationales et internationales à résoudre ! Mais où commence, où s’arrête son ministère ? C’est tout un monde. Il y a là plus d’une étude sérieuse. Nous ne parlons pas ici des théâtres, mais de tout ce qui touche à la Peinture, à la Statuaire, à l’Architecture, à l’Industrie dans ses rapports avec l’Art.

6M. le comte de Nieuwerkerke garde le royaume des Musées Impériaux, mais tous les autres musées, qui ont pris une véritable importance dans les départements, ne doivent-ils pas être rattachés pour la protection efficace, pour la nomination des conservateurs, au ministère des Beaux-Arts ? La ville de Paris ne pourrait-elle pas soumettre ses monuments à construire à l’approbation du ministre ? Nous verrions moins d’architectures où l’architecte semble absent. Il reste dans chaque ministère des fractions isolées qui devraient être réunies au ministère des Beaux-Arts, par exemple les monuments diocésains du ministère de la Justice. Pourquoi l’école d’Athènes ne serait-elle pas aux Beaux-Arts ? L’archéologie est l’histoire de l’art par les monuments. En un mot, le ministère des Beaux-Arts sera bientôt, je n’en doute pas, un des plus considérables.

7Il faut s’occuper du pain quotidien de l’esprit, c’est par la vie morale qu’on fait les grands peuples. Alexandre disait que l’argent le mieux dépensé était l’argent donné aux artistes, parce que l’œuvre de l’artiste pour une nation a toujours sa valeur matérielle, sans compter la gloire qu’elle répand à travers les siècles. On peut ajouter à cette belle parole qu’un grand artiste est aussi utile au commerce de son pays qu’un grand industriel. Il y a tel tableau de Greuze qui a été vendu cent fois à tous les prix, jusqu’à cent mille francs. N’est-ce pas un trafic sérieux ? Une somme d’argent à côté d’une somme de gloire ? Les artistes français du dix-huitième siècle, ceux qui peignaient les tableaux comme ceux qui sculptaient les meubles, ont plus enrichi la vraie France que tel haut-fourneau qui assimile l’homme à une machine.

8Nous espérons bien que MM. les représentants ne marchanderont pas le budget des Beaux-Arts. Il faut que M. Maurice Richard inaugure son ministère avec les mains pleines. Cet argent-là se changera en or.

9Le ministre a appelé à son secrétariat général un journaliste éminent qui connaît bien les hommes et les choses d’aujourd’hui. M. J. J. Weïss a trop le sentiment des hautes lettres pour n’avoir pas le sentiment des Beaux-Arts. À côté de lui nous retrouvons deux figures amies : M. Camille Doucet, division des théâtres ; M. Alfred Arago, division des Beaux-Arts ; deux situations délicates toutes pleines de périls, puisqu’il y faut tout à la fois beaucoup de franchise et de diplomatie. M. Camille Doucet n’a que des amis dans son monde. Quand il ne peut pas venir au secours d’un théâtre ou d’un artiste, il donne un bon conseil avec toute la courtoisie d’un galant homme. M. Alfred Arago ne met pas moins de bonne grâce dans sa division. Nous remercions ici M. de Nieuwerkerke d’avoir signé cette nomination comme dernier acte de sa surintendance ; nous remercions le ministre de l’avoir contresignée. M. Alfred Arago connaît à fond toute la question des Beaux-Arts ; il a passé par l’atelier, il connaît l’homme, il connaît l’artiste : il ne se trompera pas devant le degré du talent, devant le diapason de la médiocrité. Il a un principe excellentissime, c’est de recevoir tout le monde et de ne pas jouer aux lettres d’audience comme ses prédécesseurs qui perdaient ainsi beaucoup de temps par esprit de méthode.

10Il y a d’ailleurs au ministère des Beaux-Arts tout un personnel qui fait sérieusement son devoir parce que là surtout c’est le travail attractif. Le ministre a trouvé autour de lui une bonne volonté qui ne l’a pas surpris d’ailleurs. Au ministère des Beaux-Arts tout le monde a un peu de feu sacré.

11Quelques journaux ont dit qu’on n’administrait pas les Beaux-Arts ; partant, point de ministère des Beaux-Arts. C’est à peu près comme si on disait qu’il ne faut pas de ministère de l’Agriculture sous prétexte que le ministre ne conduit pas la charrue. Non-seulement nous applaudissons au ministère des Arts, mais nous voudrions un ministère des Lettres, comme vous voudrions un ministère de l’Agriculture et un ministère du Commerce. Ce ne sont pas les ministres qu’il faut réduire, au contraire, ce sont les bureaucrates qui font entre le ministre et le citoyen la grande muraille de Chine.

12Les critiques de cette création nouvelle disent donc : « On n’administre pas les arts, il faut laisser les artistes se protéger eux-mêmes, ceux qui ont du talent vivront, ceux qui n’en ont pas mourront à la peine. » Ceci a l’air vrai, mais si on cherche bien la vérité on découvre que dans les arts ce n’est pas le plus grand qui gagne le plus d’argent, c’est le plus habile ; en un mot, ce n’est pas l’art, c’est le métier. Plus l’artiste se fait industriel, plus il touche à la fortune.

13Voilà pourquoi il faut qu’un ministre intelligent veille sans cesse, voilà pourquoi il faut que l’État ouvre les yeux, dans l’intérêt du grand art comme dans l’intérêt du grand artiste.

14Supprimer l’administration des arts ce serait supprimer le grand art, l’art épique, l’art monumental, l’art historique. Les artistes français ne travailleraient plus que pour l’Amérique, ils ouvriraient boutique et n’auraient plus souci d’illustrer une nation affairée qui ne s’inquiéterait pas d’eux.

15Certes toutes les institutions sont imparfaites, mais c’est encore par les institutions que le monde marche sous la sauvegarde de l’esprit humain. Nous sommes d’avis toutefois que le ministre des Beaux-Arts ne doit pas descendre aux infiniment petits ; il laissera faire et ne se montrera que là où l’État doit avoir son action. Puisque les artistes font la gloire de l’État, il faut que l’État fasse la gloire des artistes. On ne récompense jamais assez un homme qui fait un chef-d’œuvre.

16Le chef-d’œuvre, dites vous, porte en lui-même sa récompense ; nous répondrons que la consécration de l’État est le premier mot de la gloire. Nous n’entendons pas parler ici des petites distributions de prix, il faut laisser cela aux écoles. Il y a des récompenses plus hautes, il y a la croix, il y a la commande d’une grande chose, il y a le discours du ministre qui donne quelquefois les lettres de noblesse de l’atelier.

17Les Beaux-Arts depuis la Renaissance sont pour moitié dans notre histoire. Michel-Ange excepté, c’est chez nous qu’on trouve toute la sculpture moderne. En peinture, nous avons eu nos maîtres dans les Italies et dans les Flandres, mais nous prenons peu à peu notre revanche. Un pays qui compte parmi ses peintres Poussin, Lesueur, Watteau, Prud’hon, David, Gros, Géricault, Ingres, Delacroix, est un pays artiste par excellence, surtout si l’on compare son école contemporaine aux écoles voisines.

18Un Musée qui s’ouvre est une école de morale et d’histoire. C’est la plus éloquente des salles de Conférences. L’homme le moins doué sort d’un musée meilleur qu’il n’y est entré. Le vague sentiment du Beau et du Vrai frappe les âmes les plus insouciantes.

19Les révolutions ne sont pas faites par le peuple qui a faim, mais par le peuple qui a lu. Le pain n’est jamais mauvais ; le livre l’est quelquefois. Le tableau n’est jamais un mauvais livre.

20[…] On a toujours voulu protéger en France les œuvres du génie, mais trop souvent on l’a fait sans grandeur. Hormis François Ier, Louis XIV et Napoléon, qui étaient eux-mêmes des hommes de génie et qui reconnaissaient la royauté de l’intelligence, ceux qui ont gouverné la France n’ont pas compris que l’épanouissement de l’art, - l’art qui parle, qui chante, qui peint et qui sculpte, - c’était la vraie politique des grands hommes et des grands siècles. C’est l’idée de Napoléon III.

21[…] Plus d’aumônes stériles et humiliantes pour celui qui donne et pour celui qui reçoit. Pas d’aumône à celui qui gâte du marbre ou du papier. Laissons dire les impuissants et les envieux. Pas d’aumône à ceux qui sont l’honneur ou l’espérance de notre génération ; payons hautement leurs statues, leurs tableaux, leur prose ou leurs vers. Il y a encore des monuments et des livres à faire.

22[…] La postérité a vengé Périclès de toutes les injures des orateurs de son temps, car la postérité a inscrit en lettres d’or le nom de Périclès sur tous les monuments qu’il a élevés. Et même quand le monument a disparu, le nom est encore resté.

23Ainsi sera vengé Napoléon III.

24J’ai rappelé cette page de l’histoire d’un grand siècle pour répondre d’avance à toutes les déclamations. La France comme la Grèce est souveraine parmi les nations par ses artistes et ses lettrés. Napoléon savait bien qu’il y a une autre gloire que la gloire des batailles. Il se glorifiait, lui, empereur et roi, d’être membre de l’Institut, car il était aussi un des princes de la science.

25Que serait aujourd’hui la Grèce sans le siècle de Périclès ? Et l’Italie, si Léon X se fût contenté de gouverner avec les conseils de Machiavel ? Ces deux pays ont traversé tous les hasards des temps et de la fortune. S’ils vivent aujourd’hui de la vie matérielle, c’est un peu par leur passé immatériel. A-t-on compté les millions que les étrangers ont portés à Athènes, à Rome, à Florence, à Venise, pour saluer les grands artistes dans leurs œuvres ? Rubens et Rembrandt ont plus enrichi la Belgique et la Hollande que la conquête de l’archipel indien. Si l’on supprimait, en France, tout ce que nous devons à François Ier et à Louis XIV, Fontainebleau et Versailles, les merveilles du Louvre, le Théâtre-Français et l’Opéra, croyez-vous donc que les étrangers viendraient en foule nous apporter leur admiration et leur argent ? On ne vient pas à Paris pour le soleil de Paris, mais pour y voir rayonner dans tout son plein la splendeur des arts.

26[…] Et voilà pourquoi nous attendons beaucoup du ministre des Beaux-Arts.

Lire le texte original

Pour citer cet article

Référence papier

« Arsène Houssaye, De la création du ministère des Beaux-Arts, 1870 », in Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.), L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources, INHA (« Sources »), 2014.

Référence électronique

« Arsène Houssaye, De la création du ministère des Beaux-Arts, 1870 », in Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.), L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources, INHA (« Sources »), 2014, [En ligne], mis en ligne le 16 juin 2014, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://inha.revues.org/5512

Droits d’auteur

Tous droits réservés