Navigation – Plan du site
L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources - Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.)
Une question d'État au temps de l'« extinction du paupérisme »

Porphyre Labitte, Mémoire sur la bibliothèque et les musées d’Abbeville, 1869

Entrées d’index

Index thématique :

Architecture, Art et État, Musée

Texte intégral

Introduction par Arnaud Bertinet

Devant le développement des collections des musées et la nécessité de les présenter tout en les préservant, les pouvoirs publics s’interrogent sur la construction des bâtiments devant les accueillir. Le choix du modèle architectural du musée sollicite alors toutes les attentions. L’institution étant encore récente, il n’existe pas de normes architecturales pour construire ce type de bâtiment ; aussi les fondateurs tâtonnent et s’interrogent sur la vision à adopter. Les réflexions et les projets se multiplient, la question de la spécificité de l’architecture du lieu se pose. Le musée doit-il être construit dans un style monumental pour accentuer la notion de prestige qu’il induit ou, au contraire, prendre la direction d’une architecture utile, dédiée à la présentation et à la préservation des œuvres ? Conservateurs, architectes et édiles municipaux n’ont pas les mêmes vues de ce type de lieu. Pour les architectes, comme pour les municipalités, l’utilité et la fonctionnalité ne sont pas une priorité. Ils préconisent l’aspect, l’ostentation urbaine, et le prestige du monument. Les villes conçoivent sa construction pour montrer leur richesse et leur implication dans un projet monumental, véritable écrin des collections. Aussi, l’architecture du bâtiment doit témoigner et préfigurer les richesses accumulées dans le musée municipal.

Porphyre Labitte (1823-1885), administrateur des musées d’Abbeville et maire de Blangermont, publie en 1869 un Mémoire sur la bibliothèque et les musées d’Abbeville novateur, dans lequel il prêche pour la primauté de l’utilité du lieu, utilité qui rend également le projet économiquement viable. Il pense au coût de l’entretien du monument dans la durée, encourage les architectes à s’inspirer des édifices temporaires élevés lors des expositions universelles. Labitte conçoit un véritable protocole où il résume les conditions requises à l’élévation d’un musée. Selon lui, l’édifice doit pouvoir être agrandi indéfiniment, disposer d’un maximum de lumière provenant d’un éclairage zénithal, avoir une surface d’exposition maximale, posséder des galeries aérées et salubres. Il doit également permettre de composer une classification chronologique ou typologique des œuvres, rendre la circulation aisée et la surveillance des collections facile et, surtout, coûter le moins cher possible à l’achat et à l’entretien. Il le compose en quelques croquis où il montre l’adaptabilité et la modularité de son projet. Entouré d’un parc et d’une promenade pour l’insérer dans l’espace urbain, disposant d’une route d’accès, ce musée doit, pour Labitte, permettre aux curieux de s’y rendre aisément. Si le musée idéal proposé est séduisant, peu coûteux, centré sur l’utilité des collections, modulable à souhait, il ne reçoit que peu d’échos. Les projets envisagés ou réalisés sous le Second Empire – Amiens, Grenoble, Marseille ou Quimper – optent finalement pour une voie autrement plus monumentale.


***

Porphyre LABITTE, Mémoire sur la bibliothèque et les musées d’Abbeville, Abbeville, Impr. J. Gamain, 1869. Extraits p. II, III-IV, VI-VII, p. 23-24, 30-33.

1De nos jours des musées s’élèvent partout, d’autres s’agrandissent et s’améliorent. Cette tendance fait foi du respect de l’opinion générale pour toutes les beautés que la nature nous fournit ou que nos ancêtres nous ont léguées.

2Un musée est une collection d’objets rares et curieux, appartenant à l’histoire naturelle, à la science, à l’industrie, aux beaux-arts ou à l’antiquité. Ces objets sont réunis dans un édifice public, pour être offerts à l’admiration des connaisseurs, pour servir de jouissance aux amis de la science et des arts, enfin comme spécimens utiles à consulter pour les maîtres et les élèves ; les chefs-d’œuvre y restent comme types propres à l’enseignement. Ils sont encore destinés à entretenir, au sein des populations qui se succèdent, le goût de l’étude, le désir de l’instruction et l’amour du travail.

3[…] Sans bibliothèque et sans musée que deviennent ceux qui, dans un intérêt d’études ou de professions désirent apprendre ce que les diverses sciences peuvent fournir de connaissances utiles ? ils en sont réduits à demander à grand peine ces connaissances à des livres incomplets et très divers ou à des cours malheureusement rares et isolés.

4Là où une bibliothèque et un musée sont offerts à l’intérêt et aux méditations des travailleurs, il n’est personne qui ne puisse apprécier l’influence qu’exerce une institution capable à la fois de moraliser le pays et de livrer à tous, sans distinction, l’usage de ces trésors qui ne sont souvent que le partage exclusif d’un petit nombre de privilégiés.

5En présence de ces chefs-d’œuvre de la nature et des arts, tel curieux, tel indifférent, tel paresseux même, peut devenir tout autre. Des aptitudes spéciales peuvent se manifester, et tel qui, toute sa vie, serait resté engourdi et hors de sa sphère d’action, faute d’un stimulant susceptible de lui révéler ses facultés et ses forces, pourra peut-être, grâce à ce qu’il vient de voir, découvrir sa vocation, reconnaître sa voie et se tracer une direction pour la suivre. S’animant alors d’une existence nouvelle, s’enflammant d’une ardeur d’artiste, s’armant d’une patience de savant, il apportera du moins sa pierre à l’édifice, s’il ne devient pas un des maîtres de la science.

6[…] Nous ne sommes heureusement plus au temps des privilèges ; on a reconnu enfin que l’instruction donnée à tous, est de tous les moyens le plus moralisateur ; et que les plaisirs de l’esprit, les vives émotions de l’intelligence ne doivent plus être seulement dans les habitudes d’un petit nombre. Il faut donc faire pénétrer dans les masses l’influence civilisatrice des lettres, des arts et des sciences ; il faut, pour ainsi dire, à chacun des membres de la grande famille humaine, ouvrir la porte des sens aux impressions vivifiantes.

7On veut grandir l’homme vis-à-vis de lui-même et de ses semblables par l’instruction, d’où découle la moralité. Eh bien ! rien n’est plus capable d’entretenir cette instruction, de la fortifier, de la développer même, que des établissements qui en sont l’expression la plus élevée.

8[…] On fabrique à peine du provisoire, on entasse les collections à leur grand détriment, et à celui du public, qui ne peut ni les voir, ni les étudier.

9On laisse successivement échapper tous les terrains qui seraient propres à la construction de bâtiments spéciaux pour musées et bibliothèques.

10Tant qu’on parle en termes généraux et philosophiques, tant qu’on en est aux professions de foi, les bibliothèques, les musées, l’instruction sont indispensables à l’exercice des libertés publiques et au progrès social, aucun besoin n’est plus sacré ; mais quand arrive la dotation à inscrire au budget, ce bel enthousiasme refroidit et l’on oublie même, qu’en recevant ces dons, on a pris l’engagement formel de les loger convenablement et d’en faire jouir le public.

11Je sais bien que le parti du passé, qui dit qu’il a bien vécu sans ce luxe de musée et de bibliothèque, s’obstinera dans l’immobilité. Je sais bien encore que les gens qui font pieusement collection des vieilles idées, comme d’autres de vieux vases, vont trouver dans leur répertoire maint argument à me jeter à la face.

12Mais je compte aussi sur tous ceux qui, amis d’un progrès sage et raisonné, et j’aime à croire qu’ils sont plus nombreux qu’on ne pense, trouveront que toute vérité doit se faire jour, et qu’il est du devoir de chacun de la faire prévaloir.

13[…] Les locaux affectés jusqu’à présent aux bibliothèques publiques et aux musées d’Europe, sont rarement en harmonie avec le caractère et la convenance d’édifices de ce genre. Un monument, propre en tout, à l’établissement d’une bibliothèque ou d’un musée, est encore un de ceux que l’intérêt des arts, des sciences et des lettres sollicite depuis longtemps en France, et qui n’ont jusqu’à aujourd’hui exercé à peine, en projet l’imagination des artistes et le zèle de nos nombreux ministres.

14En effet, la plupart des musées et des bibliothèques sont presque toujours placés dans d’anciens bâtiments.

15Or, nous savons qu’il est difficile, pour ne pas dire impossible d’arriver, même avec de grandes dépenses, à approprier dans un but tout à fait spécial des monuments dont la destination première était essentiellement différente ; quelques modifications qu’on introduise, l’ensemble est manqué et de nombreux inconvénients existent qu’on ne peut pas faire disparaître.

16[…] Un musée et une bibliothèque de quelque importance, contiennent toujours, en plus ou moins grande quantité, des objets uniques, rares ou précieux, qu’il serait impossible de remplacer à prix d’argent. Je ne parle ici ni du temps, ni des soins, ni du savoir qu’il faut à tout collectionner. Ces établissements doivent donc être complètement isolés et à l’abri de tout incendie. Cette première condition acceptée, quel genre d’édifice va-t-il être préférable d’adopter ? Fera-t-on du monumental, fera-t-on simplement de l’utile ? Je serai fort de ce dernier avis (les gens économes partageront évidemment mon opinion) et puis d’ailleurs, ne fait pas qui veut un monument ayant une certain valeur architecturale, même avec de l’argent.

17Nos architectes les plus en renom ont fait plus de médiocrités que de chefs-d’œuvre.

18Quand on cite parmi les plus beaux de France les musées de Rouen, de Besançon, de Dijon, d’Orléans, d’Autun, de Grenoble et de Lyon, a-t-on jamais entendu parler des bâtiments qui les renferment ?

19[…] Le plus important dans un musée, comme dans une bibliothèque, c’est l’intérieur. Du moment où les proportions y sont convenables, qu’un certain goût a présidé à l’ensemble, que les objets y sont bien visibles pour le savant comme pour le curieux, bien classés, bien étiquetés, que la circulation y est facile, il ne faut pas en demander davantage. La variété des échantillons flatte toujours assez les yeux, l’ornementation est superflue et la simplicité y est toujours la bienvenue.

20Si les architectes ne se sont pas jusqu’à ce jour spécialement occupés de la construction de musées proprement dits, ils ont dans ces derniers temps, étudié avec soin les édifices affectés aux expositions qui ne sont, à vrai dire, que des musées transitoires. Les deux modèles établis dans les meilleures conditions, sont ceux en galeries concentriques (exposition de 1867) et ceux en parallélogrammes successifs (exposition anglaise).

21Un simple rez-de-chaussée, ayant toutes ses parois libres pour la montre, avec un toit en verre. Dans l’une, selon le besoin, vous ajoutez un cercle de plus, dans l’autre, un nouveau parallélogramme.

22Vous arrivez ainsi, du moment où le terrain ne vous manque pas, à édifier dans les meilleures conditions de bon marché, des bâtiments qui vous donnent le plus de superficie possible. La construction concentrique est à un prix de revient un peu plus élevé que l’autre, et demande aussi un peu plus d’entretien.

23Je m’en tiendrai donc à la construction en parallélogramme, comme étant celle qui, sous tous les rapports, se rapproche le plus de notre programme, que nous résumons ainsi :

24Édifice pouvant être agrandi indéfiniment sans nuire à l’ensemble ;

25Donnant le maximum de lumière normale par l’éclairage venant d’en haut ;

26Donnant le maximum de superficie d’exposition, puisque les surfaces sont continues ;

27Donnant le maximum d’aération et par conséquent de salubrité ;

28Donnant la faculté de suivre les classifications régulières sans être arrêté par la dimension des objets ;

29La circulation ne pouvant nuire à l’étude et étant d’une surveillance facile ;

30Et, question qui prime toutes les autres, édifice qui coûte le moins cher.

Lire le texte original

Pour citer cet article

Référence papier

« Porphyre Labitte, Mémoire sur la bibliothèque et les musées d’Abbeville, 1869 », in Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.), L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources, INHA (« Sources »), 2014.

Référence électronique

« Porphyre Labitte, Mémoire sur la bibliothèque et les musées d’Abbeville, 1869 », in Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.), L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources, INHA (« Sources »), 2014, [En ligne], mis en ligne le 11 juin 2014, consulté le 29 mai 2017. URL : http://inha.revues.org/5510

Droits d’auteur

Tous droits réservés