Navigation – Plan du site
L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources - Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.)
Le Beau dans l'utile

Comité central des Artistes et des Artistes industriels, Placet et mémoires relatifs à la question des Beaux-Arts appliqués à l'industrie, 1852

Texte intégral

Introduction par Rossella Froissart 

Bien qu’assez souvent mentionné, le Placet a été peu lu par les historiens de l’art. Or il mérite d’être étudié non seulement en tant que document essentiel de l’histoire de l’Union centrale des arts décoratifs et de son musée, mais aussi comme le témoignage tangible d’une prise de conscience collective des artistes industriels de leur rôle dans le système moderne de production. La plupart des 126 artistes réunis dans le Comité central qui adresse ses requêtes à Louis-Napoléon est directement liée aux mouvements ouvriers de 1848. Fondé sur la croyance dans la valeur morale et civique du travail, le Placet affirme avec force la fonction sociale de l’art, s’opposant ainsi à certains courants révolutionnaires  qui le relèguent dans la catégorie du luxe inutile. Désormais, grâce aux progrès de l’industrie et de la machine, l’art peut faire partie du quotidien des classes laborieuses.

La distance est grande qui sépare le mouvement français, inscrit dans la réforme et cherchant à concilier art et industrie, de son homologue anglais plaidant, de Pugin à Ruskin et Morris, la critique, voire le rejet, de la mécanisation et de la division du travail. Les propositions concrètes étayées tout au long du Placet incitent non pas à nier les hiérarchies, mais à associer les talents, tout en maintenant la séparation du « grand art » – qualifié d’« art abstrait » – et des « arts appliqués ».

Les propositions centrales du texte portent sur les moyens de réaliser cette osmose : l’ouverture d’une École centrale des Beaux-Arts appliqués à l’industrie, l’organisation d’Expositions spéciales des artistes industriels et la constitution d’un Musée des Beaux-Arts industriels et d’une bibliothèque ouvrière. Les trois rapports sont signés respectivement par le sculpteur ornemaniste Jules Klagmann (Leroy-Jay Lemaistre 1991, p. 527), par le graveur d’ornements Charles-Ernest Clerget (Allegemeines Kunstlerlexicon, 1992-1999), et par le peintre de modèles pour les Gobelins et Beauvais Chabal-Dussurgey (Samoyault 1979). La réflexion collective sous-tendue par ces trois projets et leur construction précise et détaillée, confirme la volonté des artistes industriels de se saisir des questions qui les concernent directement. Une grande importance est accordée à l’acquisition d’un savoir intellectualisé – dessin, histoire de l’art, histoire des techniques, esthétique –, requête qui élève les termes du débat au-delà du problème de la formation professionnelle des ouvriers d’art.

Ainsi, sur bien des points, le Placet occupe des positions beaucoup plus avancées que le Rapport Laborde (voir Laborde 1856, dans la présente anthologie), qu’il précède d’ailleurs. L’Union centrale (1864) et plus tard le Musée des arts décoratifs (1902), qui prétendent en avoir recueilli l’héritage, défendront des options idéologiques et esthétiques bien en retrait par rapport à ces propositions de 1852.


***

Comité central des Artistes et des Artistes industriels, Placet et mémoires relatifs à la question des Beaux-Arts appliqués à l'industrie. Présentés le 25 novembre 1852 à S.A.I. Monseigneur le Prince Louis-Napoléon, président de la République française, par le Comité central des artistes, au nom de la section des artistes-industriels, Paris, Librairie scientifique et industrielle de Mme Vve Mathias, 1852, 43 p. Extraits p. 1-4 et 9-10.

[Jules Klagmann, « Avant-propos »]

1« En dehors de tous les systèmes qui agitent le monde, un fait reste acquis et incontestable, c’est que le travail ou l’industrie doit être désormais le grand mobile de l’activité humaine.

2Il paraît presque puéril d’entreprendre de réhabiliter l’Art, et d’effacer cette espèce d’anathème dont il a été frappé par la philosophie de l’auteur du Contrat social, puisque des ruines d’une société qui s’est écroulée, pour la plus grande partie au contact de ces doctrines, il surgit, non pas un monde qui retourne à un mythologique état naturel, mais un monde qui cherche dans le travail le développement des destinées humaines.

3Ces réflexions seraient sans doute étrangères à notre sujet, si un jugement tout lacédémonien sur l’un des plus nobles côtés de l’intelligence, le sentiment de la perfection dans les œuvres de la main de l’homme, n’avait laissé des partisans plus nombreux qu’on ne saurait le croire.

  • 1  J. Proudhon . [NdA]

4Tout récemment encore, un des plus profonds penseurs de notre temps n’a-t-il pas écrit ces mots dans un livre fameux : ‒ « Vos artistes, artisans de luxe et de luxure1 ! »

5Accuser les sciences et les arts de servir à cacher sous des fleurs les chaînes de la tyrannie, ainsi que l’a fait le paradoxal lauréat de l’Académie de Dijon, ne sont pas raisons tout à fait passées de mode.

6Non, l’Art n’est point un élément de corruption. L’homme qui boit dans une sébile de bois est plus près de la brute qui s’abreuve dans une auge de pierre, que celui qui se désaltère dans un vase de cristal ; et l’artiste qui a donné à ce cristal sa forme empreinte dans un moule de bronze par le simple secours d’un souffle d'une seconde, et, partant à meilleur marché que le façonnage de la sébile, a plus fait pour ennoblir et moraliser son semblable que tous les inventeurs de systèmes : par le travail, il lui a donné l'usage et la jouissance des choses dont les rhéteurs n'ont su que lui inspirer l'envie.

7Les choses de l'art sont appelées désormais, nous le pensons, à sortir de la sphère d'action où elles étaient renfermées, pour se répandre dans les masses comme élément essentiel de l'Éducation professionnelle.

8Loin de nous la pensée de condamner les Écoles dans leur principe d'enseignement ; mais nous croyons que, jusqu'ici, on ne s'est pas assez préoccupé des conséquences de cet Enseignement relativement aux tendances de l'esprit et des nouveaux besoins de la société, et leur autorité est aujourd'hui sans influence sur le goût national.

9[…] Cependant ces maux ne sauraient être imputés équitablement à l'Art, ni reprochés aux véritables artistes, ni enfin invoqués pour refuser à l'un et aux autres la noble place qu'ils doivent tenir dans la vie sociale.

10En effaçant le préjugé d'infériorité qui s'attache à tant de branches de l'art, ce serait ouvrir des issues aux aptitudes différentes, et remédier efficacement à la situation de l'art et des artistes, puisque ces issues offriraient un champ infini à l'activité de l'imagination et au travail.

11Toutefois, que l'on ne nous accuse point de vouloir faire de l'Art-Industriel l'alpha et l'oméga, de prétendre pour ses disciples à des positions qui appartiennent à des talents éprouvés dans une autre sphère.

12Rien n'est plus loin de notre pensée. Si nous nous qualifions Artistes-Industriels, ce n'est pas de notre faute, ce n'est pas pour élever Église contre Église, et ce n'est pas nous qui avons imaginé les catégories ou les castes dans l'Art.

13Si nous invoquons les traditions et les œuvres des Maîtres, nous ne prétendrons jamais les interpréter mieux que les autres ; nous ne nions, en aucune façon, l'importance et la nécessité d'une hiérarchie et d'un haut enseignement dans l'Art ; nous comprenons que ce haut enseignement embrasse l'Art abstrait et ne descende point aux détails des applications spéciales ; mais nous demandons que ceux qui se vouent à la rude tâche de rendre utiles et fécondes pour le pays les vérités fondamentales de ce haut Enseignement ne soient point tenus pour profanes.

14Nous voudrions réussir assez pour que les hommes de mérite dont s'honore la France vinssent, un jour, joindre, quelquefois leurs œuvres aux nôtres et prendre ainsi la tête de notre phalange.

15Nous avons la conviction d'apporter des idées bienfaisantes sans déplacer rien de respectable, ni un intérêt, ni une position. Nous ne cherchons rien dans notre œuvre qui ne soit selon les lois suprêmes de la justice et de la moralité. En un mot, nous avons pour but, non de détruire, mais de compléter.

16Nous nous sommes attachés, dans les trois Mémoires qui résument l'ensemble de nos idées, à être aussi succincts qu'il nous a été possible. Deux de ces Mémoires, qui traitent de la fondation d'un Musée et d'une École centrale, exposent, d'une façon très précise, le but et les résultats que nous attendons de ces institutions, en même temps que nos pensées sur leur organisation.

17Quant à celui qui traite la question d'une Exposition publique, nous avons jugé convenable de le placer en tête, parce que si l'École et le Musée sont nécessaires aux progrès de l'Art, de l'Industrie, et d'un Enseignement plus rationnel pour les individus, l'Exposition est, à notre point de vue, la clef de voûte de notre édifice.

18C'est par l'Exposition que l'Art, ainsi que nous le concevons dans ses rapports avec la vie publique, peut croître et se développer, pour atteindre tous les résultats qu'il est permis d'en espérer pour le profit des grands intérêts du pays, au bénéfice des classes laborieuses dont il élèvera le savoir professionnel par l'étude et par l'examen, en rendant aux artisans, par une éducation intellectuelle, ce qu'ils ont pu perdre dans le savoir pratique de leur profession, par suite de la division du travail, cette conséquence inévitable des progrès de l'Industrie moderne qui produit par grandes masses et avec les concours des machines.

19L'Exposition sera l'arène où ceux qui imaginent, créent ou appliquent utilement, pourront se produire au grand jour sous le contrôle de tous, de ceux qui achètent les œuvres, comme de ceux qui les produisent.

20[…] En résumé, nous avons placé ce travail en première ligne, parce que, forts de la bonté de notre cause, nous sommes persuadés qu'après avoir rallié les convictions sur ce point, le reste viendra de lui-même.

[Jules Klagmann, « Mémoire sur une Exposition des œuvres des artistes industriels »]

21Depuis bien des années, et dans ces derniers temps surtout, la science a largement contribué au développement de l'industrie ; elle n'a pas cru déroger en quittant la sphère des théories, pour s'assimiler aux labeurs de la vie publique. La science n'a rien perdu pour cela dans l'estime du monde, elle n'en paraît que plus grande. Il n'en a pas été de même pour l'art, qui cependant ne déroge pas plus que la science quand il travaille à introduire l'élégance, la pureté des formes, le bon goût des dessins et des couleurs dans les choses de la vie publique et privée.

22Le beau et le bien sont deux termes identiques : ainsi donc, l'art accomplit une œuvre de moralisation quand il ennoblit jusqu'aux objets les plus humbles et du plus modeste emploi.

23S'occuper de développer cette mission bienfaisante de l'art ne peut, en aucun cas, nuire au progrès de ses œuvres dans un ordre plus élevé. C'est tout simplement donner à l'art en général, une raison d'être dans la société actuelle, et rien dans ce monde ne peut vivre et se développer qu'à la condition de vivre de son temps et avec lui.

  • 2  « Je me suis souvent demander comment l'art de dessiner, l'art de reproduire les objets par le des (...)

24Nous croyons que cette pensée d'étendre l'art à toutes choses2 ne peut nuire à son développement et à sa grandeur, parce que nous croyons aussi que l'art, ce sentiment si précieux, a été accordé par Dieu à la plus parfaite de ses créatures pour la compléter, élever et ennoblir sans cesse l'usage de ses sens, jusqu'à ce qu'elle arrive à concevoir la perfection idéale, jusqu'à ce que ses œuvres dominent de si haut la matière, par l'amour du beau et le génie, qu'elles semblent posséder en elles-mêmes ce sublime rayon de l'intelligence divine et fassent glorifier leurs auteurs du titre de divins. [...]

Notes

1  J. Proudhon . [NdA]

2  « Je me suis souvent demander comment l'art de dessiner, l'art de reproduire les objets par le dessin comme on reproduit sa pensée en écrivant, n'est pas aussi commun que l'art d'écrire ? Il n'est cependant pas moins nécessaire. - Et quelle est la profession qui n'a pas besoin de l'art du dessin ? Le menuiser et l'ébéniste, le charpentier et le constructeur, la fleuriste, la brodeuse, la modiste, la couturière, le fabricant de châles et d'étoffes, le potier, le faïencier et mille autres ne savent qu'imparfaitement leur métier s'ils sont étrangers à l'art du dessin. C'est lui qui leur donne le goût, c'est par lui seul qu'ils peuvent choisir les belles formes, imprimer à leurs œuvres le cachet d'élégance et de distinction qui les fait rechercher. » (Mme Marie-Elisabeth CAVE, Le Dessin sans maître) [NdA]

Pour citer cet article

Référence papier

« Comité central des Artistes et des Artistes industriels, Placet et mémoires relatifs à la question des Beaux-Arts appliqués à l'industrie, 1852 », in Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.), L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources, INHA (« Sources »), 2014.

Référence électronique

« Comité central des Artistes et des Artistes industriels, Placet et mémoires relatifs à la question des Beaux-Arts appliqués à l'industrie, 1852 », in Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.), L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources, INHA (« Sources »), 2014, [En ligne], mis en ligne le 11 juin 2014, consulté le 29 mai 2017. URL : http://inha.revues.org/5450

Droits d’auteur

Tous droits réservés