Navigation – Plan du site
L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources - Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.)
Instruire le peuple (Républicains)

Auguste de Gasperini, De l’art dans ses rapports avec le milieu social, 1850

Entrées d’index

Texte intégral

Introduction par Neil McWilliam

Après une carrière de chirurgien de marine, Auguste de Gasperini (1825-1868) devient critique musical dans des journaux républicains, tels La Nation et La Liberté. Sous le Second Empire, il acquiert une certaine notoriété, grâce à sa défense de l’œuvre de Richard Wagner. La brochure publiée en 1850 annonce les idées démocratiques proclamées par le publiciste dans la revue L’Esprit nouveau qu’il éditera brièvement en 1867.

Dans cette brochure, Gasperini élabore une théorie de la forme qui voit dans les relations historiques entre les arts et l’élite qui gouverne la société une sorte de conspiration à préserver les inégalités et à contrôler le peuple. Pour Gasperini, les arts ont toujours renforcé la conformité avec l’aide des conventions esthétiques qui servent à voiler la vérité et à cimenter les disparités entre les classes. « Le culte de la forme » insiste-t-il, a servi « pour le plus grand avantage de cette forme factice qui s’appelle un gouvernement ». Évoquant des idées qui rappellent la théorie marxiste de la fausse conscience, Gasperini condamne les rapports illusoires avec la réalité exprimés dans les structures mêmes de la langue. Si celle-ci est imposée, à son avis, par les classes dominantes pour défendre leurs propres intérêts, les mêmes inégalités sont incorporées et exprimées dans les arts par des conceptions factices de la beauté. Associant le christianisme avec l’évangile de la solidarité sociale, Gasperini prône un art qui, comme le Christ, « substitue le fond à la forme ». Sa vision d’un art positiviste capable de présenter les faits de la vie contemporaine avec une objectivité sans faille prévoit les théories élaborées une trentaine d’années plus tard par Émile Zola dans Le Roman expérimental (1880).


***

Auguste de GASPERINI, De l’art dans ses rapports avec le milieu social, Paris, impr. de Guiraudet et Jouaust, 1850. Extrait.

1[…] cette partie de la société gouvernante qui a créé les mots correspondant aux idées, et qui, substituant partout l’idée d’un petit nombre, l’idée particulière, l’idée conventionnelle, à l’idée totale, universelle, nécessaire, a partout détourné les mots, signes figuratifs de la pensée, de leur sens réel et absolu. Quand donc la société, au lieu d’être ainsi séparée en deux camps, sera-t-elle consommée dans l’unité ? Quand il n’y aura plu ni aristocratie ni démocratie, mais vie et ordre dans la société, indépendamment de quelques maîtres ou de quelques commis. Le grand homme ne sera pas l’homme de quelques-uns, mais de tous, l’homme-peuple ; et les mots faits par tous et pour tous retourneront à leur sens primitif et nécessaire.

2Louis XIV, dans les temps modernes, peut être pris pour le type du monarque ; celui qui a dit : L’état c’est moi, a voulu personnifier en lui la grande distinction que nous avons faite des gouvernants et des gouvernés, et nous devons trouver là au maximum le système d’application égoïste et individuelle de tous les biens, de tous les fruits, physiques et intellectuels, dont Dieu a permis à l’homme de disposer.

3L’idée de légitimité héréditaire régnait alors dans toute sa force : le roi est roi parce que Dieu l’a fait ainsi ; de même que Grotius avait soutenu que l’esclave naissait pour l’esclavage, et ne pouvait être qu’esclave. Ces idées étaient presque universellement admises ; le principe d’autorité, ébranlé par Descartes et Pascal, n’avait été attaqué que dans les matières philosophiques par le second de ces écrivains. Personne n’avait compris que cette secousse ne pouvait être partielle, et celui qui avait écrit ce mot : Tout est important, et qui aurait dû savoir qu’on n’entame pas une partie dans un tout organisé sans détruire par là-même l’adhérence de toutes les parties entres elles, Pascal, ne l’avait pas plus démontré que les autres. L’idée la plus élémentaire chez l’homme, celle qui le constitue, celle qui fait son essence, l’idée d’unité, devait subir le sort des idées élémentaires, c’est-à-dire d’être d’une découverte difficile et laborieuse, et, comme elle était la plus élémentaire, faire apparition la dernière. L’heure de l’unité est arrivée ; quand une chose peut être entrevue dans la carrière humaine, Dieu suscite un homme qui la voit, et quand elle a été vue par un homme, elle est devenue application nécessaire pour tous.

4Louis XIV, l’incarnation de l’absolutisme, avait compris que tout devait venir à lui et émaner de lui. Guerre, administration, finances, politique internationale, sa large main s’étendait sur tout ; il couvrait tout, il contenait tout. Peut-être un de ces pressentiments que Dieu jette parfois dans la vie des hommes, à des siècles de distance de la réalité, l’avait-il averti que cette croyance en un homme choisi par Dieu à l’avance pour mener les autres, ébranlée déjà au cœur des peuples, devait tomber bientôt devant l’échafaud de Louis XVI, et il n’étalait peut-être tant de faste, tant de grandeur, tant de magnificence, que pour persuader à tous, et se persuader à lui-même, que les rois ne sont pas de notre sang. On sait le luxe de ses fêtes, les profusions incroyables de sa cour, les sommes fabuleuses qu’il jetait au hasard par un caprice ; il désirait, et la chose se faisait coûte que coûte. Toutes considérations s’annihilaient devant le mot : Le roi le veut.

5Avec son adresse, et l’instinct sûr de l’intérêt égoïste, Louis XIV avait compris qu’il fallait profiter de tous les moyens d’action, de toutes les forces dont l’homme dispose, pour en corroborer la puissance souveraine. Il ne fit ni comme Mahomet, qui avait défendu l’art, ni comme les despotes des temps antiques, qui s’en étaient fait une barrière : il permit l’art, qu’il ne pouvait cacher ; mais il le tailla, le rogna et le mutila de telle façon, que l’art ainsi vêtu en habit de cour, arrogant et hérissé de science, ne fut plus reconnu du pauvre et des humbles, dont l’art est simple, vrai et nu comme leur cœur. Et plus on exhumait de loin les règles qui entravaient et défiguraient l’œuvre, plus l’art devenait imposant, hautain et inabordable. Racine nous cite à chaque pas Aristote ; il traduit Euripide, et va chercher ses personnages dans ces lointains mythologiques que le peuple ne peut pas, ne veut pas connaître, et que le savant seul a explorés. Ce que Racine redoute surtout, et ici Racine personnifie l’art à son époque, c’est que la foule ne se reconnaisse dans les portraits tracés. Ses personnages sont gens de cour, avouables dans la société la plus chatouilleuse sur l’étiquette ; le respect, l’idolâtrie devant le grand roi, perce dans chaque parole des princes et des confidents qu’il introduit ; mais le cri du peuple, l’instinct de la foule, l’amour de la mère, qui n’est ni grecque ni romaine, ces voix là vous ne les entendez pas ! Il y a dans toutes ces œuvres je ne sais quel cachet de servilité, et quand on pense que c’est l’art dont ces hommes impuissants et faibles ont fait marque d’esclavage, on plaint ces serviteurs dégradés, et on exècre le despotisme du maître.

6Nous n’examinerons ici l’art que sous le point de vue de sa servilité devant le pouvoir. Nous n’avons pas besoin de faire remarquer, d’ailleurs, que, le fond même du sujet choisi étant un hommage à la volonté du monarque, le style devait porter sur lui cette même empreinte de soumission et d’abaissement. Et il résultait de là ces deux conséquences également funestes : d’une part, que l’art, abandonné à des mains intéressées, déchu de sa grandeur propre, de sa dignité, de sa noblesse, était devenu machine gouvernementale, et que, sous cet uniforme de cour, il n’avait au cœur ni chaleur ni vie. C’est le sort de tout instrument employé contre son but : pourvu qu’il serve, peu importe qu’on le dégrade et qu’on l’avilisse. Entre les mains des gouvernements, tout ce qui a vie devient machine, et il est dans l’essence des gouvernements qu’il en soit ainsi. En outre, le peuple ne connaissait plus de l’art même, ainsi défiguré, que ce qu’on voulait bien lui jeter en pâture. Pour un gouvernement, la question n’est pas que l’art soit cultivé pour lui-même, c’est-à-dire de manière à ce qu’il suive ce progrès nécessaire, loi suprême de toute chose humaine ; la question n’est pas que l’art, ce fruit commun à tous, mûrisse au grand soleil, à la face de tout le monde. Ce qu’il veut, c’est que l’art le soutienne, l’appuie, l’étaie ; c’est qu’on dise dans des journaux payés par l’état : Le gouvernement fait beaucoup pour les artistes ; ce qui veut dire que, par an, une certaine somme doit être dépensée au nom de quelques hommes ayant le privilège de création. Quant au profit de l’art lui-même, quant à l’avantage du peuple, au cœur de qui toute source remonte, qu’est-ce que cela fait aux gouvernants ? Pourvu qu’ils se gardent et se maintiennent, que leur importe ce qui se dégrade, ce qui tombe autour d’eux ?

7Quelques privilégiés, incarnés dans le système du monarque, avaient en ce temps la haute main sur toutes les branches de l’art. En peinture comme en tragédie, en musique comme en architecture, il y avait quelques hommes qui, accaparant la faveur et le pouvoir, disposaient des commandes, et ne laisseraient passer que les plus utiles pour eux, c’est-à-dire les plus faibles ou les plus vifs. La médiocrité ou la bassesse ouvrait seule le chemin. Les choses de ce côté n’ont guère changé depuis ; elles sont seulement devenues un peu plus honteuses, comme nous allons le voir.

8On a dit que ces hommes, j’entends Racine, Boileau, Massillon, avaient fixé la langue française ; la langue française ; la langue française n’était pas plus chez eux que la France dans la cour de Louis XIV. Oui, ces hommes ont été de grands disputeurs de mots : les lettres entre Boileau et Racine sont, en ce genre, des modèles d’incroyables politesse, à prétentions puériles ; on y pèse la noblesse d’un terme, comme s’il s’agissait du partage du monde, et quand ils avaient débattu ce langage d’antichambre, ils croyaient avoir refait la langue. La langue se fait en meilleure compagnie ; elle n’est pas l’œuvre d’un homme, mais celle d’un peuple ; elle se crée elle-même. Molière avait mieux à faire qu’à perdre son temps à cette logomachie, et Molière parlait vrai.

9Dans le siècle suivant, dans le nôtre, il n’y a pas grand-chose à changer à ce que nous venons de dire : c’est toujours le même esclavage, le même culte de la forme pour le plus grand avantage de cette forme factice qui s’appelle un gouvernement ; seulement, aujourd’hui, deux accidents nouveaux se produisent. Le nombre des théâtres a augmenté, et l’art a subi aussi cette influence qui a tout envahi aujourd’hui : l’influence de l’argent. La royauté de Louis XIV était grande, superbe, franchement méprisante ; mais les artistes avaient affaire à des grands seigneurs, qui ne comptaient pas ; les choses se passaient dignement et décemment. Quand la royauté, se faisant citoyenne, fut devenue une connaissance de carrefour qu’on traitait sans façons, on mesura à l’argent ce qu’on mesurait à la noblesse, et le roi, sorti de la bourgeoisie, dut se conformer aux goûts et aux coutumes de la boutique. La France devint un comptoir, tous les produits marchandise, et le commerce se faisait au soleil, et on n’avait plus honte de vendre et d’acheter ce que Dieu n’a pas fait pour être marchandé.

Pour citer cet article

Référence papier

« Auguste de Gasperini, De l’art dans ses rapports avec le milieu social, 1850 », in Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.), L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources, INHA (« Sources »), 2014.

Référence électronique

« Auguste de Gasperini, De l’art dans ses rapports avec le milieu social, 1850 », in Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.), L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources, INHA (« Sources »), 2014, [En ligne], mis en ligne le 10 juin 2014, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://inha.revues.org/5412

Droits d’auteur

Tous droits réservés