Navigation – Plan du site
L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources - Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.)
Instruire le peuple (Républicains)

Pierre Hawke, Quelques mots sur le Salon de peinture du Louvre, 1848

Texte intégral

Introduction par Neil McWilliam

Ancien Saint-Simonien d’origine anglaise, Pierre Hawke (1801-1887) travaille comme graveur, aquarelliste et peintre d’architecture à Angers, où il publie plusieurs ouvrages consacrés à l’histoire locale. En 1848, il rédige deux comptes rendus du Salon : un article anonyme dans La Voix des femmes, journal socialiste qui regroupe plusieurs anciennes saint-simoniennes, et cinq articles dans un quotidien de sympathie proudhonienne, Le Représentant du peuple. Journal des travailleurs, dirigé par le publiciste Jules Viard et le militant socialiste Charles Fauvety.

Arborant l’étendard de la « vérité en tout et partout », Hawke associe les développements dans les arts avec les défis portés aux institutions sacrées et laïques par la révolution de février. Conviant les artistes à s’occuper « des intérêts profonds de l’art comme instituteurs du peuple », il voit dans le tournant historique représenté par la révolution de février la défaite d’une culture bourgeoise qui flatte « le goût dépravé de l’homme de loisir » et l’avènement d’un art populaire, animé par « une pensée nette » et une « beauté morale et physique ». La désorganisation de l’exposition symbolise pour Hawke la naissance difficile de cet art, mais il discerne dans l’œuvre de quelques jeunes les premières indications d’un art qui retrouvera un jour l’unité des époques animées par la foi. Les quelques noms qu’il désigne sont assez hétéroclites, et semblent être en partie motivés par des rapports personnels – Gabriel Lefébure, par exemple, a exposé un portrait de Hawke au Salon de 1849. En même temps, le groupe du sculpteur Hippolyte Maindron, représentant Sainte Geneviève et Attila, se prête à une interprétation philosophique qui concorde avec la démarche philosophique du critique, et les œuvres exposées par un jeune artiste auquel il consacre un article entier – Gustave Courbet – donnent un nouveau sens à la notion de « vérité » tant prônée par Pierre Hawke.

Hyppolyte Maindro...Hyppolyte Maindron, Ste Geneviève et Attila

Hyppolyte Maindron, Ste Geneviève et Attila

Cholet, église Notre-Dame


***

Pierre HAWKE, « Quelques Mots sur le Salon de peinture du Louvre – 1848 », Le Représentant du peuple, n° 5, 16, 28 avril ; n°1, 29 mai 1848. Extrait : 1er article.

1Quel est le suprême besoin de notre époque ? Quel est le désir le plus ardent des hommes honnêtes de tous les partis ? N'est-ce pas d'établir le règne de la vérité ? Vérité en tout et partout. ‒ Hors de la quelle misère ! quelle abjection !

2Pourquoi le dernier de nos rois est-il tombé frappé par le mépris d'un peuple généreux ? Parce qu'il a été parjure à ses serments, parce qu'il s'est appuyé uniquement sur la fiction et le mensonge.

3Pourquoi les jésuites furent-ils victimes de la réprobation générale ? Demandez-en la raison à l'effroyable duplicité, à ce système de mensonge collectif et à leur allure, qui les met en l'état de suspicion légitime aux yeux de toute société organisée.

4La nécessité du règne de la vérité est tellement puissante, tellement sentie, que les enquêtes s'ouvrent de tous côtés pour arriver à la vérité, sur les hommes et les choses. Heureux ceux dont la vie a été pure de tout mensonge ; ils ont pour eux l'avenir !

5Mais le mensonge, en reptile immonde, s'est glissé dans les replis les plus cachés du corps social. Le mensonge a corrompu de son alliance monstrueuse, les institutions les plus sacrées.

6Le sacerdoce, le mariage, la propriété, le commerce, tout est gangrené jusqu'à la moelle.

7L'art lui-même, l'art qui ne devrait être que l'expression la plus élevée de ce que le cœur possède de plus noble, l'art s'est prostitué à l'infâme !

8Promenez-vous à travers ces vastes galeries du Louvre, au milieu de cette quantité prodigieuse de toiles peintes, de marbre taillé en images, de verres teints de toutes les couleurs de l'arc-en-ciel, et dites-moi si jamais le mensonge s'était étalé au grand pour d'une manière plus éhontée. Des cadres magnifiquement ciselés entourant les barbouillages les plus abominables ; des piédestaux en substances les plus précieuses, soutenant les figures les plus dégoûtantes. Le poison du mensonge est servi au peuple comme un breuvage salutaire. Hélas ! Le peuple, dans sa colère sublime, réduit en poudre les trônes des rois ; mais qui le délivrera lui-même de ce poison moral mille fois plus funeste encore ?

9Les épiciers, les marchands de vin, qui vendent pour substances alimentaires et liquides fortifiants les compositions les plus délétères, peuvent être signalés à la vindicte publique par les efforts de la science. Des hommes ardents et pleins d'amour pour leurs frères les prolétaires, comme le docteur Bonnard, peuvent fonder le commerce véridique en instituant la ligue du salut public. Mais qui sera Bonnard, le médecin de l'art qui entreprendra de désinfecter le courant de l'art artistique ?

10Isolés, nous pourrons peu de choses ; associés, nous serons tout-puissants. ‒ À l'œuvre, donc ! Les longues et sérieuses méditations sur les arts doivent maintenant servir la cause de la vérité. Étudions, selon notre sentiment du beau, les œuvres véritablement artistiques. Alors seulement nous serons en état d'éclairer le Peuple sur ses vrais sentiments. On ne doit pas avoir la sotte prétention de classer en dernier ressort ; il faut simplement faire un choix consciencieux, bien certain dès lors que l'exposition aura produit un résultat bienfaisant.

11Mais ici une pensée m'arrête...

12En présence d'une question brûlante qui absorbe toutes les énergies de la nation et de l'Europe. En présence d'un monde nouveau qui surgit, sur les débats de l'ancien, est-il possible de s'occuper d'art ?

13Oh ! si l'art devait toujours être enfermé dans le cercle étroit où l'avait enchaîné une oligarchie sans cœur, je dirais : arborons ailleurs notre étendard de l'avenir. Heureusement les dynasties de Lagrenée et de Guérin ne sont pas plus respectables que les dynasties des Bourbons ou des Habsbourg.

14Donc, pour moi, Eugène Delacroix a sa place marquée à côté de nos plus grands peintres ; ‒ J'entends murmurer autour de moi. ‒ Mais il ne sait pas dessiner. ‒ Dessiner ! de grâce expliquez-vous. Et Rubens, savait-il le dessin ? Rembrandt, en connaissait-il les règles ? Dans quelle école puiserez-vous ces règles, ou même dans quelle fraction de l'école ? Dessiner ! Nous aussi nous aimons le dessin, ce n'est pas en vain que nous avons toujours été pénétré d'amour pour les œuvres de Giotto, de Massamo, de Michel Ange, du divin Raphaël ! ‒ Nous l'aimons, voilà pourquoi nous le voulons pleins de vie et de lumière et non mort comme dans tous ces tableaux académiques où chaque figure pose pour son plaisir individuel. ‒ Voilà pourquoi Verdier est un grand peintre, et le brillant Diaz aussi, et le naïf et tendre Lefébure, et l'énergique Millet, et le sombre Courbet... et aussi cette jeune phalange initiatrice d'un nouvel et brillant avenir !...

15Oui, nous aimons ces hommes d'élite, parce qu'ils ont mis au service de leurs cœursbrûlants d'amour pour le beau tout ce qu'ils savaient de dessin et de couleurs ; tandis que les bourgeois de l'art sont toujours restés sous la domination des règles stériles du passé et des préjugés déplorables d'un dessin impuissant.

Table des illustrations

Titre Hyppolyte Maindron, Ste Geneviève et Attila
Crédits Cholet, église Notre-Dame
URL http://inha.revues.org/docannexe/image/5402/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 66k

Pour citer cet article

Référence papier

« Pierre Hawke, Quelques mots sur le Salon de peinture du Louvre, 1848 », in Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.), L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources, INHA (« Sources »), 2014.

Référence électronique

« Pierre Hawke, Quelques mots sur le Salon de peinture du Louvre, 1848 », in Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.), L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources, INHA (« Sources »), 2014, [En ligne], mis en ligne le 10 juin 2014, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://inha.revues.org/5402

Droits d’auteur

Tous droits réservés