Navigation – Plan du site
L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources - Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.)
Instruire le peuple (Républicains)

Théophile Thoré, L’Art social et progressif, 1835

Entrées d’index

Texte intégral

Introduction par Neil McWilliam

Première contribution d’un journaliste qui s’imposera au cours de la monarchie de juillet comme l’une des voix les plus influentes de la critique politiquement engagée, cet article est l’un des rares à cette époque à se servir explicitement de la locution « art social ». Avec son exergue tiré de Philippe Buchez et sa terminologie humanitaire qui évoque Pierre Leroux, Théophile Thoré (1807-1869) fait état d’une transformation sociale qu’il lie (sans les nommer directement) aux saint-simoniens et qu’il se plaint d’être jusqu’alors presque entièrement ignorée par les arts. Comme beaucoup de commentateurs de l’époque, Thoré situe sa critique de la culture contemporaine dans le contexte d’une vision synthétique de l’histoire. Son analyse de l’art, de l’architecture, de la littérature et de la musique post-révolutionnaires fait état d’un décalage entre l’époque et sa culture. Thoré se plaint de l’individualisme qui empêche aux artistes de contribuer à la critique de la société, et ainsi de favoriser l’avènement d’un nouvel ordre plus juste. Il s’en prend à « cette malheureuse et funeste théorie de l’art pour l’art » responsable, selon lui, de l’isolement volontaire de l’artiste de son monde. Au lieu de prendre ses distances à l’égard de l’actualité, l’artiste devrait « descendre au cœur de l’époque » et « rendre aux beaux-arts leur caractère social ». Comme indication des changements sociaux décisifs en cours, Thoré cite le nombre croissant de femmes actives dans tous les domaines de la culture contemporaine – référence qui suggère une autre allusion aux saint-simoniens, célèbres vers cette époque pour leurs revendications féministes.

Thoré a eu un parcours politique assez éclectique au cours des années 1830, reflété dans le ton fluctuant de ses écrits esthétiques et critiques à cette époque. Avant de se lier publiquement avec Pierre Leroux vers 1839, il s’intéresse au saint-simonisme et en 1836 publie un Dictionnaire de phrénologie tout rempli de terminologie fouriériste. En même temps, il commence à s’imposer dans des milieux républicains, avec ses contributions à des quotidiens et revues comme Le Journal du peuple, Le Réformateur et La Revue du progrès. À cette époque, il publie assez régulièrement dans L’Artiste, dont le fondateur et éditeur Achille Ricourt est fouriériste.


***

Théophile THORÉ, « L’Art social et progressif », L’Artiste, 1e série, vol. 7, 1834, p. 38-42. Extrait p. 41-42.

1Le mouvement le plus remarquable de ces dernières années, auquel elle a puissamment contribué, est le retour aux idées religieuses : de ce matérialisme positif et desséchant, on est revenu à des sentiments plus généraux : la religiosité qui avait été si admirablement formulée dans la foi, l'espérance et la charité chrétiennes, est rentrée dans la société, et déjà, pour la sommité pensante, elle a clos cette époque de protestation et d'individualisme où chacun était abandonné dans le cercle étroit de la personnalité.

2Or, c'est justement sous ce point de vue que l'art a devant lui une route nouvelle où seulement il rencontrera la source de tous les sentiments, de toutes les inspirations ; au sein d'une société égoïste et froide, préoccupée d'intérêts tout matériels, l'art qui vit des mœurs et de la vie sociale était réduit à l'expression plastique de la nature ou à l'imitation insipide de l'antiquité ; adieu les créations idéales des artistes ! adieu la poésie ! elle ne vit que dans l'atmosphère du cœur, qu'en Dieu ! mais aujourd'hui que la société se régénère par de nouvelles croyances, l'art peut se concevoir une mission, sa mission sainte et éternelle de diriger les hommes dans les voies de la Providence, autrement de leur amélioration et de leur perfectionnement.

3Malheureusement, on n'a guère compris que la moitié de la révolution artistique ; saisir la pensée sociale vivante et la reproduire avec sa forme et sa couleur, voilà l'œuvre de l'art ; Béranger est peut-être le seul qui soit entré dans cette voie. Comment ce puissant Victor Hugo ne se prend-il pas corps à corps avec une douleur, une passion, une idée palpitante au milieu de nous, etne nous crée-t-il pas un grand drame passionnel ou populaire ? Au lieu de cela, cette malheureuse et funeste théorie de l'art pour l'art est venue isoler les artistes du milieu qui les entoure ; la plupart ont encore une singulière prédilection pour la peinture historique : ce ne sont plus des Grecs et des Romains, mais c'est du moyen âge ou de ces derniers siècles, non pas que je blâme l'étude du passé, bien au contraire, mais quand on s'y livre on doit toujours y porter une pensée de l'époque pour y chercher des enseignements : Scribitur ad probandum - Ecrire, c'est monter en chaire.

4N'a-t-on pas reproduit sous toutes les formes, au théâtre, dans les romans, dans les nouvelles, dans les tableaux, cerègne dégoûtant de Louis XV ? en avons-nous jusqu'à satiété de cette pourriture musquée de la cour impudique ! et que nous font, je vous prie, vos marquis poudrés et vos courtisanes ? Grâce, grâce ! c'est assez de les voir passer à leur tour dans l'apparition historique ; et n'avons-nous pas des drames assez vivants au milieu de nous ? Pour Dieu ! faites-nous de la littérature contemporaine ! Je ne saurais mieux comparer ces éternels badigeonneurs des dix-septième et dix-huitième siècles qu'à de savants naturalistes, qui, ayant trouvé dans une couche souterraine le cadavre fossile de quelque animal antédiluvien disparu de la surface du globe, ne cesseraient de le contempler, ne s'occuperaient que de lui, s'en feraient un dada qu'ils vous jetteraient toujours à la tête sans s'occuper aucunement de connaître la création de leur époque, et qui n'auraient à vous dire que ces paroles : « Voyez mon fossile ! comme il est beau ! comme il est bien conservé ! comme il est curieux !... - Mes amis, votre fossile est admirable, mais mettez-le de grâce dans la collection des fossiles, nous le verrons à son tour et à son rang avecl'attention qu'il mérite, avec sa valeur scientifique, pour nous expliquer la création d'aujourd'hui ; parlez-nous, je vous prie, de l'homme en 1834 ! »

5Je le répète, faire de l'actualité, descendre au cœur del'époque, rendre aux beaux-arts leur caractère social, voilà l'évolution à consommer. Paraissez, poètes et artistes dont les pères ont créé les sublimes monuments du christianisme ! venez dire, avec toutes les images de votre poésie sainte, les progrès de l’homme, et ses destinées nouvelles, et son avenir d’harmonie et de bonheur ! car Dieu est rentré dans le monde !

6Dans cette esquisse rapide de l’art, nous ne pouvons omettre un fait bien saillant de ces dernières années et dont l’explication est facile à notre point de vue : je veux parler de l’invasion des femmes dans les beaux-arts. Servons-nous de la même méthode que tout à l’heure, c'est-à-dire étudions le mouvement social en ce qui touche les femmes, et nous y trouverons l’indication et la justification de ce mouvement intellectuel que je viens de signaler chez elles.

7Frappées par le dogme chrétien d’une sorte de réprobation ou au moins de nullité, subalternisées dans l’ancienne société française, on peut dire que les femmes n’y avaient pas de personnalité reconnue, pas d’existence distincte, mais sitôt venue l’attaque à l’institution catholique et féodale, les femmes, en se produisant dans le monde, protestèrent hautement contre l’injuste anathème qui pesait sur elles. Plusieurs furent mises en lumière par la révolution française ; dans les clubs des femmes se révélèrent des talents et des capacités à la hauteur des hommes. La politique n’a-t-elle pas eu Mme Roland, et la philosophie Mme de Staël ?

8Remarquez que la législation est venue consacrer cette tendance à l’émancipation des femmes, témoin le Code du Commerce, témoin le divorce, ce coup mortel porté au mariage, et que nous verrons, il faut l’espérer, se reproduire avant peu.

9De nos jours, cet empiétement des femmes dans le domaine de la pensée, dont l’insolence brutale des hommes leur avait refusé la jouissance, est bien plus sensible encore, et non-seulement dans la littérature, mais dans les parties sérieuses, abstraites, techniques, de la science humaine. Sous ce dernier rapport, l’Angleterre est en avant de la France ; elle peut se glorifier de Miss Martineau, dont les Contes d’Economie politique ont fait tant de sensations parmi nous ; de Mme de Sommerville (je crois que c’est bien son nom), qui vient de publier un des meilleurs traités d’Astronomie. Nous, en France, nous avons Mme Dudevant, aussi poète et aussi intelligente que pas un homme, métaphysicienne, philosophe, et par-dessus tout, artiste ! puis nous avons Mme Valmore, Tastu, Girardin, Janvier, Thélusson, Voyard, Bastide, Mercœur, etc., etc. ; nous avons le Journal des Femmes et le Livre des Femmes ; des œuvres féminines ont figuré avec distinction à la dernière exposition de peinture ; Mme Duchampge compose d’aussi jolies romances que Bruguières et Monpou ; au théâtre, Smithson, Malibran et Dorval, sentent mieux l’art dramatique qu’aucun acteur de nos jours ; elles ont atteint Kean ou Talma. On peut dire que les femmes ont conquis sur la brèche leur droit d’émancipation de cette insultante tutelle masculine, qui s’expliquait bien sous le règne de la force brutale, mais qui n’aura plus de prétexte dans une société basée sur les idées et sur les sentiments.

10Je souhaite donc aux femmes la liberté et à l’art sa régénération.

Lire le texte original

Pour citer cet article

Référence papier

« Théophile Thoré, L’Art social et progressif, 1835 », in Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.), L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources, INHA (« Sources »), 2014.

Référence électronique

« Théophile Thoré, L’Art social et progressif, 1835 », in Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.), L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources, INHA (« Sources »), 2014, [En ligne], mis en ligne le 27 septembre 2014, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://inha.revues.org/5352

Droits d’auteur

Tous droits réservés