Navigation – Plan du site
L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources - Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.)
L'architecture et la ville fouriériste

Charles Fourier, Le Nouveau Monde amoureux, s.d.

Texte intégral

Introduction par Florent Perrier

Fourier est parfois contraint de ramasser sa pensée en de brèves notices comme en témoignent ses Manuscrits. La rue-galerie ne devient alors presque plus qu’un réceptacle pour salles de concert, opéras, bals ou fêtes, un lieu de parades et de banquets, de spectacles vivants qui convergent pour finir vers l’orgie de Musée, intrication permanente entre relations publiques et relations esthétiques. Pour “une population exercée toute entière aux arts comme les harmoniens”, la rue-galerie s’offre en effet comme une immense salle d’où partent et où convergent des flux de désirs qui mènent aussi aux “relations non industrielles”, ces orgies aux formes multiples dont la vue reste interdite aux enfants et pour lesquelles les orgies de Musées du Nouveau monde amoureux sont autant de préliminaires. Là, au bénéfice des “plaisirs de vue et d’attouchement, ennoblis par le prestige de l’amour des arts et de la simple nature”, les harmoniens incarnent un “musée naturel” que la rue-galerie héberge et magnifie, pièce maîtresse d’une architecture vouée au déploiement conjoint de l’art et de la vie.


***

Charles FOURIER, Le nouveau monde amoureux (s.d.), Paris, Anthropos, 1966. Extrait t. VII, p. 329-332.

1De l'orgie de musée ou omnigamie mixte en ordre composé et harmonique

[…]

  • 1  Les orgies de musée relèvent du genre mixte car elles opèrent une transition « douce et insensible (...)

2C'est l’orgie de musée qui est mixte1 puisqu'elle ne procure pas la possession mais seulement les plaisirs de vue et d'attouchement, ennoblis par le prestige de l'amour des arts et de la simple nature.

3Plus un lien est vaste, plus la nature a dû ménager des moyens pour l'ennoblir à nos yeux et le revêtir d'illusions.

4Or le plus étendu des liens d'amour étant l'orgie, c'est celui qui sert le mieux les vues de [mot manquant] et qu'il a dû parer avec plus de soin.

5Tous nos moralistes cherchent à exciter en nous l'enthousiasme du vrai beau. Si nous attachons tant de prix au beau idéal que nous représentent les ouvrages de l'art, si une statue malgré sa nudité, comme l'Apollon ou la Vénus, excite notre enthousiasme, vingt statues de même perfection en exciteront davantage et l'aspect de 20 belles femmes nues devra nous charmer encore plus que l'aspect des 20 statues qui, n'étant pas plus parfaites en formes, auront du moins l'avantage de joindre une belle âme à un beau corps.

6Laissant à part toute idée de cynisme et, sans parler des avantages matériels qu'a une belle femme sur une belle statue, n'envisageant cette réunion de 20 femmes nues que sous le rapport de l'art, nous trouverons déjà dans cette orgie une illusion très noble. Si donc nous supposons une population exercée tout entière aux arts comme les harmoniens qui tous seront ou praticiens ou amateurs éclairés en fait de Peinture et Sculpture on concevra qu'ils puissent trouver sous ce rapport un charme très noble et très pur dans les orgies faciles à organiser dans une société exempte de rivalités d'intérêts qui nous divisent, et familière avec les beaux-arts qui sont assez généralement étrangers à la masse des civilisés.

7L'orgie réglée sur l'enthousiasme de l'art

8Déterminons donc le mode selon lequel l'orgie sera réglée sur l'enthousiasme de l'art ; il consistera à n'admettre que les beautés dignes de servir de modèle et telle sera en harmonie la composition de l'orgie de musée ou exposition de la simple nature. Tous les personnages y mettront à nu les beautés dignes d'admiration, une femme qui n'aura de beau que le buste et la gorge ne découvrira que le buste ; celle qui n'aura de beau que la croupe, la chute de reins ou même que la cuisse ou le bras ne découvrira que cette partie et ainsi des hommes. Chacun étalera ce qu'il jugera digne de servir de modèle aux artistes.

9Ce genre d'orgie a lieu dans toutes les stations de troupes ; une horde, une légion terminent leur séjour par l'exposition de la simple nature qui est réglée comme il suit.

10Je suppose que sur une horde de mille hommes et femmes, il se trouve cent personnages doués de quelque beauté notable. Ce seront eux seulement qui figureront à l'exposition. Le Tourbillon de son côté y fournira ce qu'il aura de plus remarquable, soit une centaine d'acteurs et actrices, les deux cents personnages en étalant à nu leurs beautés de modèle formeront un musée naturel où les personnes les moins belles assisteront vêtues et à titre d'amis de la simple nature et des modèles du vrai beau.

11De telles réunions en civilisation ne seraient que des assemblées cyniques parce que le goût et la connaissance des arts n'y est point général. Notre génération manque ainsi du premier germe qui peut ennoblir l'orgie amoureuse et surtout celle de musée. Nous manquons bien mieux de la bienveillance générale qui régnera parmi les harmoniens ; il n'est donc pas étonnant que le mot d'orgie amoureuse ne présente que des idées de crapule à exercer en secret.

12On pourra objecter que l'amour s'oppose à pareille exposition, mais ceux qui seront en amour exclusif ne s'y rendront pas. Rien n'est forcé en harmonie et souvent le Tourbillon exprimera des regrets sur l'absence de telle personne que l'amour égoïste et la jalousie empêchent de figurer au musée. Mais on a vu au chapitre des alternats que cet amour jaloux est de courte durée en harmonie, qu'il est d'ailleurs modifié par des trêves respectives, souvent les 2 conjoints orgueilleux de leur beauté transigeront pour aller figurer à l'exposition et y recueillir des suffrages utiles à ceux d'entre eux qui courront la carrière des avancements en grades amoureux. C'est une carrière que tout le monde court plus ou moins en harmonie.

13Pour bien juger de l'orgie harmonienne il faut se rappeler de tout ce qui a été dit à la section du ralliement, peser tous les motifs qu'ont les harmoniens d'adopter l'esprit de bienveillance générale. J'indiquerai dans les chapitres suivants d'autres liens spirituels qui font le charme de ces orgies, mais, à ne parler que de la mixte ou orgie de musée, par laquelle je débute, on ne saurait en bien apprécier le [blanc] si l'on perdait de vue que les générations apporteront à ce [mot manquant] 2 qualités qui nous manquent, savoir, en matériel l'initiation générale aux arts de peinture et sculpture, et en spirituel la bienveillance générale, exempte des rivalités d'intérêt et des préjugés de moralité.

Lire le texte original

Notes

1  Les orgies de musée relèvent du genre mixte car elles opèrent une transition « douce et insensible » entre la simple contemplation des corps et leur prise érotique lors des orgies phalanstériennes Note de l’éditeur.

Pour citer cet article

Référence papier

« Charles Fourier, Le Nouveau Monde amoureux, s.d. », in Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.), L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources, INHA (« Sources »), 2014.

Référence électronique

« Charles Fourier, Le Nouveau Monde amoureux, s.d. », in Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.), L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources, INHA (« Sources »), 2014, [En ligne], mis en ligne le 10 juin 2014, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://inha.revues.org/5265

Droits d’auteur

Tous droits réservés